Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 9 décembre 2016
Antananarivo | 16h22
 

Société

Droit à la nationalité

Un atelier pour la résolution de l’apatridie

vendredi 11 novembre | Randria Maeva

Pour la résolution des problèmes d’apatridie à Madagascar, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), le Focus Développement et l’association Gasy Jiaby se sont concertés avec la société civile, le 08 novembre 2016 à l’Hôtel Colbert Antaninarenina, à travers un atelier. Ils ont fait rapport de leur étude sur le droit à la nationalité, de l’adaptation et l’application des lois par rapport aux normes internationales ; c’est l’un des objectifs dans le premier volet de la résolution de l’apatridie. Le second volet de l’action tend vers l’instauration d’un « vouloir vivre ensemble », pour le respect de la diversité au sein de la société malgache.

La société civile, dépendant de son domaine d’intervention, peut participer à travers le plaidoyer pour la réforme de la législation malgache touchant les apatrides, notamment sur le code de la nationalité malgache. Elle sera le médiateur et ses actions sont considérées principalement dans l’interpellation pour le respect du droit de chacun, pour l’instauration de la paix. Cette modération visera à éviter les conflits de tout genre et à éloigner les discours extrémistes. Le respect mutuel entre les membres de la société est la principale priorité.

Pour les ateliers à venir, différents acteurs provenant des organisations de la société civile participeront à cette résolution de l’apatridie à Madagascar.

L’association « Gasy Jiaby » se bat particulièrement pour le droit des femmes Malagasy, ayant épousé légitimement une personne d’une nationalité étrangère, pour qu’elles puissent étendre le droit à la nationalité pour ses enfants.

41 commentaires

Vos commentaires

  • 11 novembre à 10:00 | betoko (#413)

    Selon le code de la nationalité malgache datant de 1960 est toujours en vigueur ,pour avoir et jouir de la nationalité malagasy faut être né de parents malagasy , pas être métissé . Pourtant depuis les années 60 ce code n’a jamais été respecté ni appliqué .Il existe des chinois , vaza , karana qui ont la nationalité malagasy par miracle , même deux personnes nées du même père et de même mère , l’un possède la nationalité malagasy l’autre non .Nombreux sont les magistrats qui ont donné la nationalité malagasy on ne sait pas pour quoi . Est ce que le droit du sol existe à Madagascar ?

    • 11 novembre à 12:59 | Titoy (#9616) répond à betoko

      Bonjour Betoko,
      Ce n’est pas la même chose pour la nationalité française, si c’était le cas il n’y aurai pas beaucoup de bi-nationaux (Français/Malgache).
      Pourriez-vous, m’indiquez le nombre de personnes étrangères qui souhaite prendre la nationalité malgache et le comparer au nombre de personnes qui souhaitent obtenir la nationalité française ?
      Après, je vous laisse en tirer les conclusions.

    • 11 novembre à 20:45 | Bena (#494) répond à betoko

      « le respect de la diversité au sein de la société malgache » se passe entre malagasy (betsileo, merina, antandroy, sakalava ets) mais pas malgache, chinois, comoriens, européens etc. attention, les européens veulent transposer chez nous les problèmes qu’ils ont chez eux pour avoir essayé d’absorber bêtement tous les ressortissants du monde entier. non, que chacun garde son système, ce serait une grosse erreur de vouloir changer, sauf pour les enfants ayant un des parents ressortissant malagasy (mais pas donner automatiquement la nationalité à l’autre parent étranger). droit du sol = idiotie ; notre nationalité est basée sur la filiation, qu’on la garde ainsi.

    • 12 novembre à 20:21 | rnvl (#6393) répond à betoko

      relisez le code de la nationalité : pour être de nationalité malgache, il faut avoir un père malgache, la nationalité de la mère n’a pas d’importance ou une mère malgache célibataire

      je suis étrangère, mon mari est malgache, mes enfants sont malgaches, ont un passeport et une carte d’identité malgache

      en français être métis, c’est avoir des parents de races différentes et non pas de nationalités différentes

      mes enfants sont métis, mes petits enfants métissés

      le droit du sol n’existe pas à Madagascar

    • 12 novembre à 20:48 | vatomena (#7547) répond à betoko

      La France a connu une époque où seul le droit du sang existait.Etre français nés de parents français était une valeur ,était la norme .Puis l’esprit du législateur a changé .La France s’est considérée comme le nombril du monde ,la matrice du monde Et tout homme a eu le droit de devenir français.Une autre raison pour instituer le doit du sol : la dénatalité et les pertes humaines conséquentes de deux guerres mondiales. Aujourd’hui la nationalité française est devenue une valeur refuge.Tous les malheureux ,tous les persécutés ,tous les deshérités de la terre affluent pour demander la nationalité.Et la France perd son visage ,se dilue ,succombe.Trop c’est trop

    • 15 novembre à 09:20 | vatomena (#7547) répond à betoko

      Sans souci de réciprocité le gouvernement français attribue la nationalité aux uns et aux autres.Dans la fournée du 27 janvier 2016 on pouvait compter 16 malgaches
      Rakotoarisoa (né à Diego -1986)—Rakotoarison(Tana_1960)—Ralaihita (Tana_1964)—Ramanarinoro (Tana-1964)—Ramanantsoa (Ambily-2011)—Ramanantsoa G.(France-2011)—Ramanantsoa R. (Tana-1976 )—Rambinintsoa (Tana-1987)—Ranaivoson (Tamatave- 1984 )—Ranjeva A.(France-2008)—Ranjeva H.(France-2010)—Ranjeva R.(Tana)—Raoelinivo (Manakara- 1958 )—Rasoamananjara( Mananjara-1960 )—Rasolofoson (Tana-1976 )Rasolonjatovo (Tana- 1961)

      En principe ,si ces nouveaux promus élevés à la citoyenneté française venaient à perdre leur nationalité d’origine ,ils deviendraient étrangers à Madagascar et ne pourraient y acheter aucun bien immobilier .

  • 11 novembre à 11:26 | lysnorine (#9752)

    Tsy misy olana momba izany hoe olona tsy manana satam-pirenena na tsy anisan’ny olom-pirenena na aiza na aiza eran-tany [« problèmes d’apatridie] izany eto Madagasikara ka handrebireben’ny UNCHR ny vahoaka sy ny fanjakana malagasy. Ilay alentika ao an-dohan’izay miseho ho be saina ao aloha fa ny resaka momba ny fizakana ny sata-na olom-pireneny dia raharaha tokantranon’ny Fanjakana mahaleo-tena ary tsy refesi-mandidy izy amin’ny famaritana izany, izay isan’ny marika lehibe isehoan’ny fiandrianany.
    Na Sinoa, na Karana avy any Pakistan (Mahomedanina), na Karana avy any India (Baniany, sns., na Kômôrianina ka teraka teto Madagasikara talohan’ny fiverenan’ny fahaleovantena tamin’ny taona 1960, izany hoe tamin’ny andron’ny fanjanahan-tany dia AVY HATRANY DIA FRANTSAY (citoyen français). Tsahivina fa ny tompon-tany Malagasy na « indigènes » tsy mba navelan’i Frantsa ny zaka izany zo izany (jus soli na fahazoana ny zo ho isan’ny olom-pirenena noho ny TANY nahalatsahan’ny tavony). Koa raha misy amin’izy ireo eto Madagasikara mitonona ho tsy manan-tanindrazana na tsy ho isan’ny olom-pirenena na aiza na aiza, dia azo antoka fa TSY-ARA-DALÀNA ny nidirany teto Madagasikara fa antsokosoko [« clandestin » hoy ny Frantsay]. Ary tsy misy antony tokony hanovana ny « code de nationalité » malagasy ho an’ireo na kely akory aza. Ny firenen-dehibe manankarena tahaka an’i Etazonia sy ny mpikambana ao amin’ny Firaisana Eôrôpeanina aza mandroaka azy ireny fa tsy mandray azy ho isan’ny olom-pireneny koa nahoana no mitetitetika ny hanery ny Malagasy izay efa mahantra sy hampahantrana izaitsizy ? Ahoana no tsy ireo firenena ireo no asain’ny UNCHR mampiantrano azy fa ny tany ianjadian’ny fahoriana mandifotra ohatran’i Madagasikara ?
    Tsy misy tokony hanovana ihany koa ny « code de nationalité » malagasy ny amin’ny safiotra nateraka vehivavy malagasy vadina olon-kafa firenena ara-dalàna satria efa manana ny satam-pirenen-drainy izy. Mahazo mangataka ny ho Malagasy ihany izy kanefa tsy voatery hanaiky ny Fanjakana malagasy
    « Lorsque le PÈRE a une NATIONALITÉ ÉTRANGÈRE, L’ENFANT NE NAÎT PAS MALGACHE. Il peut seulement le devenir. Encore, le Gouvernement peut-il s’opposer à ce qu’il acquière la nationalité malgache (art.16, 18 et suivants). »
    Ny reniny moa dia afaka mitana ihany ny maha-Malagasy azy raha toa ka tsy naka an-tsitrapo ny zom-pirenen’ny vadiny
    « la FEMME MALGACHE QUI ÉPOUSE UN ÉTRANGER ne perdra la nationalité malgache que si elle ACQUIERT VOLONTAIREMENT celle de son mari (art.48).
    Farany misy fanontaniana manikitika ny saina : Inona marina no tena ao ambadik’ity fanetsiketsehana lavareny ny tokony hanovana ny lalàna mifehy ny fahazoana mizaka ny sata-na olom-pirenena malagasy izay tsahivina fa miompana amin’ny hoe « jus sanguinis » na ny « RÀ » mikoriana ao anaty lalan-dra. Na ankehitriny na amin’ny ho avy tsy misy tokony hanovana na tapikany akory aza ny lalàna nisy hatramin’izay. Ny fanaraha-maso akaiky ny mpitsara amin’ny fampiharana azy no ilaina hamafisina !

    • 11 novembre à 12:03 | Saint-Jo (#8511) répond à lysnorine

      Étymologiquement d’abord, le mot patrie n’existe pas dans notre langue . Comme l’expression langue paternelle n’existe pas en français ni en anglais .
      Ensuite , les souverains considérés comme fondateurs du royaume merina étaient les deux femmes Rafohy et Rangita (certains disent que l’une était avant l’autre, d’autres prétendent le contraire).
      La primauté absolue du père , comme dans les pays riverains de la Mer Méditerranée , n’est pas toujours vraie chez nous .
      Alors, ce très marqué penchant du code de la nationalité gasy vers le pater familias ne reflète pas fidèlement l’Histoire des liens intrafamiliaux qu’il y avait et qu’il y a toujours du moins en Imerina .
      Pour caricaturer , si on veut maintenir ce code actuel , alors pourquoi ne pas supprimer le mot firenena et le remplacer par firaiana , par exemple .

    • 11 novembre à 15:23 | zanadralambo (#7305) répond à lysnorine

      Comme Behantra, vos propos me choquent. Parler de « safiotra »…quel mépris ! Vos êtes dans la droite ligne de cette extrême droite (française, notamment) qui pourfende le droit du sol. Le droit du sang, apparemment, c’est votre cheval de bataille. La notion de sang pur qui transpire au milieu de vos propos –les nationalistes de votre trempe me font peur- est une insulte au genre humain. J’ai eu l’occasion de vous lire souvent, votre choix délibéré de n’écrire qu’en malgache dans un site de langue française, les mots pas si anodins que ça que vous utilisez…tout, dans votre démarche pue la haine de l’autre. Dans le droit fil de Betoko et d’isandra.
      J’ai plusieurs cousins qui sont mariés à ces vazaha que vous semblez tant mépriser. Leurs enfants ont appris à aimer le pays du parent malgache, comment vais-je leur expliquer qu’ils sont impurs et qu’ils ne méritent pas la nationalité de leur père ou de leur mère ? Alors, que par ailleurs, à tous leurs amis, ils disent qu’ils sont Malgaches…
      Vous êtes en retard d’une guerre. Le nationalisme, ce n’est décidément pas ma tasse de thé. Le nationalisme merina, encore moins. Je suis merina, fier de l’être, mais la société de haine que vous prônez, très peu pour moi.

    • 11 novembre à 20:35 | gang’s (#4016) répond à lysnorine

      Un atelier pour l’apatridie à Madagascar.
      Pourquoi ? devenir « Malgache » intéresserait des étrangers autant que çà ? pourtant, quand on se fie aux élucubrations qui rabaisse les malgaches ici, je suis sérieusement étonnée que « ces gens » veulent devenir pauvres,-sans-dents,fourbes, corrompus, soumis, illétrés, etc...des indigènes en pleine amnésie..
      Je suis Malgache, je vis dans mon quotidien le fait d’être étranger chez les autres, une réciprocité, c’est tout, « zakan’ ny aty , fa maninona moa no tsy ho zakany ? mitonantonana manao zavatra mba hifandaharana @ zao karazana fomba rehetra zao, raha ny fahandrena dia aleo aloha, mijery lavidavitra aloha, mety aminay io lalana malagasy ankehitrio io, ary aza ovaina zany, rehafe tsy te-ho gasy tsony dia manaova vaza taratasy, dia veloma lava »

    • 11 novembre à 20:52 | Bena (#494) répond à lysnorine

      te haka ny tanintsika ireo rehefa azony ny harena hafa. rebireben’ny vazaha ny olona sasany dia roboka tokoa. raha zanaka gasy sy vahiny (safiotra) no omena zom-pirenena malagasy mba azo ekena ihany. fa raha ny vady vahiny kosa no omena dia tsy ekena. hisaraka izy avy eo dia hanambady vahiny hafa, izay ho lasa gasy koa. dia io olana any frantsa io no hiainantsika. ny tany ho lasany satria afaka hividy ry zareo be vola. aoka isika hitandrina. tsy afaka miteny ry otrikafo satria izy koa vazaha. ny mpitondra koa ho lasa vahiny. jereo ny any frantsa fa vahiny daholo ny mpanao politika.

    • 11 novembre à 20:58 | Bena (#494) répond à lysnorine

      je suis entièrement d’accord avec ce que dit lysnorine (pas la peine de traduire car l’acquisition de notre nationalité signifie maîtrise de notre langue). je dirai même plus, il « faut renforcer l’application stricte de notre code de nationalité ». que l’unhcr (et la france en filigrane derrière, francoconerie oblige) aille voir ailleurs en europe, chez trump ou au soudan, pas chez nous.

    • 11 novembre à 21:03 | gang’s (#4016) répond à lysnorine

      Ils sont « apatrides », oui mais, serait-ce le fait de Madagascar ? Ben non, ils sont apatrides pour des raisons inconnues des Malgaches, tsisy idiran’ razandrainay na ny anareo zany toe-javatra izany.
      Aza ovana zany ny lalana mikasika ny maha -malagasy.
      c’est à la mode maintenant, « les ateliers » de ceci, les conférences de celà, avec projecteur et PowerPoint au bout de clic, micro et nappes blanches , fauteuils avec accoudoir et étiquette -logos visible à 100m , mais qu’est-ce qu’on en a à cirer, franchement, si vous aimez Madagascar, gardez les lois actuelles pour l’attribution de la nationalité, et n’en rajoutez pas une virgule.

    • 11 novembre à 21:56 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      11 novembre à 15:23 | « zanadralambo (#7305) répond à lysnorine

      « Amin’ny Malagasy mahay ny tenin-drazany dia teny malagasy madio ny hoe « safitra na safiotra » hanondroana ny « olona na biby vokatry ny fikambanana roa samy hafa », hoy ny Rakibolana Rajemisa, ary « mitovy hevitra » amin’ny hoe « kiry, zafindraony, metisy ». Ny teny frantsay nogasina hoe « metisy » no mety mitrakitra fanaratsiana amin’ilay fiteny hoe : « manao loha-na metisy ».

      Momba ny fanoratana amin’ny fiteny malagasy amin’ity sity ity, dia tsy fantatray raha misy fepetra manokana noraisin’ny mpitantana azy mandrara ny fampiasana ny fitenin’ny tompon-tany malagasy raha miresaka sy miady hevitra momba an’i Madagasikara tanindrazany, sy ny Malagasy mpirai-tanindrazana aminy, ary ny olana amam-pahoriana hatrehan’ny sarambaben’ny vahoaka malagasy mitafy gony.
      Araka ny efa nasongadinay teto amin’ity sehatra ity ihany, dia toa tsy misy tandrifiny amin’ny Malagasy sy ny fitenin’ny Malagasy ny teny vahiny hoe « nationaliste » na « nationalisme » araka ny firoboroboan’ny heviny vaovao nambolen’ny mpanoratra frantsay, alemà, sns, maromaro, tamin’ny taon-jato faha-19. Vokatr’izany moa ny fiforonan’ny firenena Alemà sy Italianina iray tsy mivaky, ny fandehanan’i Frantsa nitady tany malemy hanorenam-pangady ka nanjanaka ny firenena tany Azia sy Afrika, mba hanarenana ny nandresen’ny Prosianina (Alemà) azy tao Sedan (avaratra atsinanan’i Frantsa) tamin’ny Septambra 1870, ny Ady lehibe voalohany (1914-1918), ny « Nazisme » alemà tamin’ny andron’i Hitler sy ny Ady lehibe faha-2 (1939-1945), ny adin’ny mpanjanan-tany frantsay tany Indôsinina sy Alizeria, sns. tsy tenenina ankehitriny.

      « Tia tanindrazana » (patriote) sy « fitiavan-tanindrazana » ( patriotisme) no fantatry ny Malagasy ka asa raha misy idiran’izany ity resaka momba ny lalàna malagasy mametra ny fahazoana ho isan’ny olom-pirenena malagasy ( « code de nationalité » ) ity.

      Ohatra ny tsy hitan’ny hafa nandray anjara tamin’ity resaka ity koa fa efa hatrizay hatrizay no nampiharin’ny Fanjakana isan-karazany ERAN’IZAO TONTOLO IZAO ny « jus sanguinis » ary mbola hampihariny mivantana na an-kolaka ankehitriny, fa tsy hoe ny Fanjakana malagasy akory no namorona an’izy io !

      Ny fitondran’Itompokolahy Tsiranana izay tombohina foana ho saribakolin’i Frantsa no nanefy io Lalàna io tamin’ny 1960 ka ahitana izao fanazavana izao ao amin’ny « exposé des motifs » na famelabelarana ny antonanton-javatra :
      « Avec l’instrument dont la République se trouve dotée, le Gouvernement compte que pourra être poursuivie une politique prudente et souple de la nationalité. LA PROTECTION DE LA POPULATION MALGACHE CONTRE LES ACCESSIONS AUTOMATIQUES D’ÉLÉMENTS ÉTRANGERS SERA ASSURÉE.
      « Mais la naturalisation permettra d’admettre les résidents qui se seront INTÉGRÉS à la communauté malgache et seront prêts à la servir comme de loyaux citoyens. Ainsi seront conciliés le souci de garder ouvert sur l’extérieur ce pays où l’HOSPITALITÉ est traditionnelle et celui D’AFFIRMER LA PERSONNALITÉ MALGACHE.
      Angamba tsy mitory fankahalana olon-kafa firenena izany.

    • 11 novembre à 23:27 | Saint-Jo (#8511) répond à lysnorine

      Raha ny fandresen-dahatra ny olona mampiasa ny voam-bolana « safiotra » , momba izay hoe manambany na tsy manambany ilay olona tondroina amin’io voam-bolana io , no tian’i lysnorine kendrena , dia ireo mpampiasa azy io eto antoerana mihitsy no tokony iadian’i lysnorine hevitra , mba tsy ampiasa azy io intsony amin’ny fomba maneso na manambany.
      Ny olona rehetra akory tsy hoe mitovy hevitra na koa mitovy loharanom-pahalalana daholo .
      Ary ny loharano nanovozanao tsy ambany no sady tsy ambony kokoa noho ny an’ny hafa.

    • 12 novembre à 09:20 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @ 11 novembre à 23:27 | Saint-Jo (#8511) répond à lysnorine
      Tsy fantatray – ary tsy hitanay izay antony tokony hikarohanay izay tena any anaty atidohan’ny mpampiasa ny teny hoe safiotra na safitra « eto an-toerana », rehefa mampiasa azy izy ireo, sy hatraiza no nandalinany ny teny gasy, fa ny tenanay manokana izay tsy nandalina velively ny teny Malagasy na nianatra azy tany am-pianarana, dia miantehitra fotsiny amin’ny filazan’ny olona fantatra fa mahay teny gasy matoa nahavita Rakibolana. Tsy misy filazana ao amin’ny Rakibolan-dRajemisa fa fanaratsiana ny olona tondroiny ny fampiasana io teny io, tahaka ny hita, ohatra, amin’ny fanazavany ny hevitry ny teny hoe « Tanavo : Teny misy FANAMBANIANA kely , enti-milaza ny tambanivohitra ». Na koa ny teny hoe « BABAKOTO » fanondron’ny gazety iray mpiseho eto amin’ny Internet, « TANANEWS », ny Malagasy, izany hoe : « karazana GIDRO [...] sady FANARATSIANA enti-milaza olona tsy misy saina, donendrina ». Ary ny tena nahavariana anay foana dia maro tokoa ny tompon-tany Malagasy niombon-kevitra tamin’izany, ka naka tahaka izany tamin’ny lahasorany niseho tao anatin’io gazety Tananews io. Misy koa ny teny hoe « GÂCHES » fampiasan’ny Frantsay sasany ary toa mahafaly ny tompon-tany Malagasy sasany ihany koa ny maka tahaka izany fomba izany.
      Na dia izany aza dia ialanay tsiny indrindra ireo mpamaky diso fihevitra fa fanebahana no nampiasanay ny teny gasy hoe « safiotra » fa tsy teny hafa, tahaka ny hoe : « kiry », « kiriolona », « metisy », na « zafindraony »
      Satria koa toa misy fitsarana sy fanamelohana mialoha ny eritreritray amin’ ny nampiasanay ny teny Malagasy hoe « safiotra », dia misy zavatra efa nosoratanay mazava tsara taloha, tany amin’ny sehatra hafa, hampahatsiahivinay kely eto, dia : ny fanajanay fatratra ny fiarovana ny tombon-tsoan’ny tanindrazana nasehon’ny senatera NAIKA Éliane, mpomba an’Ingahy Ravalomanana, taorian’ireny fanonganam-panjakana tamin’ny 2009 ireny ; mendrika lavitra dia lavitra noho ny ankamaroan’ny mpilalao pôlitika Malagasy hiringiriny, tia misehoseho etsy sy eroa, i Rtoa Naika Éliane, ka, araka ny hevitra nambaranay mpitazana ety ivelan’ny antoko na fikambanana mpanao pôlitika, tamin’ny 2013, dia izy no tokony harotsak’Ingahy Ravalomanana sy ny tariny hofidina ho prezidàn’i Madagasikara. Torak’izany koa, misy Malagasy taranaka Karana, namanay hatry ny ela, mahay ny teny amam-pomba Malagasy aoka izany, ary nampiseho tsy tapaka tamin’izay toerana nisy azy ny fiarovana ny tombon-tsoam-pirenena, mihoatra lavitra noho ny Malagasy taranaka Malagasy hiringiriny sasany.
      Koa araka ny fitenin’ny Ntaolo Malagasy, « Aleo miadan-ko reniny toy izay mitsaraingon-ko vantony », ary « Eo am-pandrasana no ahitana ny atiny ».

    • 12 novembre à 16:10 | vatomena (#7547) répond à lysnorine

      lu ailleurs : la personnalité malgache
      "-Intéressons nous aux malgaches qui travaillent pour le compte des vazaha .ils piétinent leurs compatriotes et se croient invincibles.

      Beaucoup de malgaches travaillent dans des entreprises dirigées par des vazaha.C’est un fait positif car ces entreprises créent des emplois pour les nationaux et produisent des richesses et des taxes.Ces entreprises imposent des règles de travail strictes et cela est une bonne chose en soi car l’apprentissage de la discipline ne peut etre que bénéfique ..

      Là où le bat blesse, c’est que certains malgaches travaillant pour des vazaha font souvent preuve d’un excès de zèle.En effet ,ils se montrent arrogants et prétentieux quand ils s’adressent à des Malgaches et tout mielleux et obséquieux quand ils parlent à des vazaha . Certains ne se contentent pas de dédaigner leurs compatriotes,ils vont jusqu’à les insulter et les battre et ce ,sous le regard amusé et approbateur de l’employeur vazaha.trop content de déléguer la sale besogne Ces malgaches méprisants et méprisables ne font que reprendre le relais de ceux qui ont collaboré avec les colons . Cette attitude de néo colonisé, incapable de se défaire de son sentiment d’infériorité,qui tente de se démarquer de ses compatriotes pour défendre son plat de riz est condamnable et minable .Le fait que les malgaches qui travaillent pour des chinois ou des indopakistanais n’ont pas cette suffisance montre que le vazaha est placé au sommet d’une pyramide raciale imaginaire.
      On pourra dire que je suis simpliste . d’autres préfèreront avancer des arguments psychologiques ,économiques ,ethnologiques et historiques évoquant à tout prix Frantz fanon ,Aimé Césaire ,l’ile de Gorée ,Martin Luther King, l’acculturation ,les discriminations tribales , Nelson Mandel ,la traite négrière . Je refuse de faire un détour par toute cette littérature pour exprimer mon double rejet pour le culte de l’étranger blanc et pour l’attitude absurde de certains de mes compatriotes. Si ma condamnation est radicale ,c’est parceque la colonisation n’a pas pris de gants pour servir ses intérêts exclusifs ,que le néo colonialisme paternaliste n’est pas plus subtil et que les séquelles subsistent.
      Bien entendu le colon ne saurait etre tenu de tous ces complexes de mes compatriotes. Leur sentiment d’infériorité est accentué d’une part ,par les discriminations persistantes fondées sur l’ethnie et sur la caste et d’autre part ,par le manque d’éducation.Sur ce dernier point ceux qui pensent que seuls les analphabètes craignent et vénèrent le vazaha se trompent catégoriquement.
      En effet ,cette conduite rampante presque héréditaire se retrouve dans tous les milieux socio culturels."

    • 12 novembre à 20:56 | Saint-Jo (#8511) répond à lysnorine

      @ lysnorine
      Tsy azo iniana tsy fantatra ny hoe raisin’ny olona ho fanabatiana ny voam-bolana « safiotra » !
      Tahakin’ny hoe raisin’ny olona fanabatiana ny hoe « nègre » na hoe « negro » .
      Na dia tsy lazain’ny raki-bolana aza ny maha fanabatiana raiketiny .

    • 12 novembre à 22:09 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @ 12 novembre à 16:10 | vatomena (#7547) répond à lysnorine
      Betsaka no mitombona amin’ io tatitra fivoasana nataona Malagasy io angaha mombamomba ny toetry ny nantsoina tamin’ny anarana eso hoe : « Vazaha Mainty », izay sokajiny misy an’ilay mpanoratra ihany, rehefa alaina ambony alaina ambany ny fanamaivanany ny fanitsakitsahana sy ny fanapepoana mbany ny fanavakavahana fanaon’ny kôlônialista Frantsay teto nantritra ny 65 taona fara-faha-keliny, etsy an-daniny ; ary ny fanaratsiany mihoha-pampana ny Malagasy noho ny hoe fifanakavahany tsy misy farany ara-poko sy ara-pirazanana, etsy an-kilany :

      « Bien entendu le colon ne saurait etre tenu de tous ces complexes de mes compatriotes. Leur sentiment d’infériorité est accentué d’une part ,par les discriminations persistantes fondées sur l’ethnie et sur la caste et d’autre part ,par le manque d’éducation.Sur ce dernier point ceux qui pensent que seuls les analphabètes craignent et vénèrent le vazaha se trompent catégoriquement. »

      Koa tsy maha-diso no mampihatra amin’ilay mpanoratra ny fanakianany amin’ny fehin-teniny ny toetry ny « Vazaha Mainty » mpandady sy mpisolelaka amin’ny Vazaha rehetra, indrindra amin’ny Frantsay.

      « En effet ,cette conduite RAMPANTE presque HÉRÉDITAIRE se retrouve dans tous les milieux socio culturels ».

      Vantany vao nanomboka ny fanjanahana an’i Madagasikara tamin’ny 1895-1896 no namorona ny sokajina Malagasy « Vazaha Mainty » ny mpanjanantany Frantsay, ary notefeny tsikelikely nandritra ny faha-fanjanahan-tany ny lohan’izy ireo, mba hiavaka amin’ny be sy ny maro sy hanao tokim-panompoana ny tombon-tsoan’i Frantsa mandrakizay doria, miampy ny an’ny firenena vahiny hafa taty aoriana. Tao amin’ny fikambanana hoe ACFOM na Association des Citoyens Français d’Origine Malgache no tena fahitana azy ireo.

      Io toe-doha io dia nolovàn’ny tamingan’izy ireo tokoa, izay apetrak’i Frantsa eo amin’ny fanapahana ny fitondran-draharaha amin’ny lafin-javatra rehetra eto Madagasikara : pôlitika, tafika @ herim-pamoretana, ekônômika sy « business », fampianarana, sns., sns. Avy amin’ireo ny areti-mandoza an’i Madagasikara sy ny vahoaka malagasy (« le mal malgache » !). Koa manonofy tsy matory izay manantena hoe hisy mpilalao pôlitika karazana « Mesia », hipoitra avy amin’ireo saribakolim-bazaha ireo, hampiova zavatra eto ka hampandroso ny sarambaben’ny Vahoaka Malagasy mitrongo vao homana, matin-kanohanana, sy Madagasikara tanin’ny Razany.

  • 11 novembre à 11:29 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !
    Revoir de près et avec humanité (qualité que nous n’avons plus , mais l’avions-nous jamais eue ?) serait une excellente chose.
    J’avais un camarade de jeux qui faisait des étincelles à l’école . Il est apatride . Ses parents n’avaient pas les moyens de lui payer de hautes études . Après deux brillantes pemières années à l’université d’Antananarivo il est parti en France bénéficiant d’une bourse d’études supérieures octroyée par le Service de Coopération du gouvernement français. Plus tard il est devenu un des grands chercheurs au CERN de Genève.
    Ses parents et lui n’ont jamais eu la nationalité gasy malgré leurs efforts pour l’obtenir . Mais tout compte fait , hors cette exclusion dont lui et ses parents ont souffert , il est devenu un homme envié par ceux-là même qui n’avaient pas d’estime pour lui et pour ses parents auparavant . Lui dispose en ses capacités intellectuelles d’une arme redoutable. Mais les autres apatrides qui n’ont pas les mêmes chances et qui ne versent pas dans la pratique de la corruption : nos comportements envers eux sont pires que ceux que les Gasy de la couche sociale supérieure ont envers les braves citoyens gasy du bas .
    N’en déplaise à betoko !
    Mais aussi au gras gros RAMBO , l’autoproclamé Merina andriana de la très-très haute société soi-disant aristocrate des professionnels du retournement de veste , quitte à vendre père et mère .

    • 11 novembre à 12:47 | Behantra (#9165) répond à Saint-Jo

      Droit du sang versus droit du sol

      Je vais certainement choquer Lys-Norine mais je n’approuve point son opinion

      En 1990 j’ai assisté à un débat organisé par le front national en France sur ce sujet (attribution de la nationalité française aux étrangers) et je retrouve pratiquement les mèmes mots utilisés par Lys

      Lys , en Israel le gouvernement dirigé par Netanyahu vient d’autoriser les chrétiens à venir ’voir’ le tombeau du Christ

      Ce pays abrite les trois religions monothéistes , Chrétiennes , juives , musulmanes

      Selon les juifs , Israel leur appartient car ils y sont depuis des milliers d’années

      Selon les Palestiniens ce pays est aussi le leur car ils y sont depuis des centaines d’années

      Et cette GUERRE qui a fait des milliers de morts des deux cotés durent depuis plus de cinquante ans

      Je ne sais pas si vous avez été dans ce pays , personnellement je n’ai jamais pu , physiquement , faire la différence entre juifs et palestiniens

      Ce droit du sang , est une honte pour Madagasikara

    • 11 novembre à 21:06 | Bena (#494) répond à Saint-Jo

      ce que dit lysnorine n’est pas son opinion. c’est ce que dit le code de nationalité de ce pays (souverain, même très pauvre). s’il y a une seule personne apatride à madagascar (pays sans frontière terrestre déjà), c’est plutôt un « clandestin » qu’il faut ramener à la frontière (comme mamod taki à l’époque). il faut arrêter de prendre les « indigène » pour des c.o.n.s. il y a ceux qui ont déjà tout, et veulent encore nous piquer ce qui nous reste. oh, trump, aidez-nous.

    • 12 novembre à 00:17 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Le code de la nationalité est un assemblage de lois.
      Et les lois sont les fruits de l’état d’esprit et de la pensée des hommes pendant l’époque où ces lois sont établies.
      Mais l’état d’esprit et la pensée des hommes ne sont pas figés . Ils évoluent au cours du temps .
      Même les générations changent . Votre génération à vous n’est pas la génération de votre grand-père !
      Et j’espère qu’il y a quand même quelques nuances aussi entre les idées de votre génération d’une part et celles de la génération de votre grand-père d’autre part .
      Et il n’est pas étonnant qu’il en soit de même en ce qui concerne les idées et les convictions sur le code de la nationalité. A moins que personnellement vous soyez un irrécupérable ringard ! Et si c’est le cas vous avez besoin d’une mise à jour .

  • 11 novembre à 12:05 | tsivery (#1668)

    Merci Betoko d’avoir fait une remarque sur la délivrance de la nationalité Malagasy à des personnes que nous appelons à Madagascar Karana, Sinoa, vazaha et parfois silamo. Ce ne sont pas des personnes nouvellement arrivées sur la grande île. Ils ont leurs ancêtres, leurs aïeux comme les tribus existants dans l’île. Devons-nous les appeler Apatride ? Ils devront avoir le droit de la nationalité Malagasy comme les autres tribus ! Vous dites que ce code de la nationalité de 1960 est toujours en vigueur, Comment se fait-il que les juges de T.I demande l’acte de naissance de ses arrières grands parents quand la personne(demandeur de la N.M) a un nom à consonance d’ailleurs, or elle présente les C.I .N de ses parents et un certificat de N.M. de l’un de parent ! (incompréhensif)
    Encouragement à l’association Gasy Jiaby de continuer leur combat, car c’est un combat juste.

  • 11 novembre à 12:44 | Jipo (#4988)

    Le Malgache considère que l’ octroie de nationalité est à sens unique, n’ est-ce pas mr betoko ?
    D’ avoir en permanence la main tendue, exclue celle de : donner ...

    • 12 novembre à 00:44 | Vohitra (#7654) répond à Jipo

      Jipo,

      En analysant la plupart de vos posts, il y a quelques parts en vous une certaine ouverture d’esprit, aussi, je vous invite à bien réfléchir sur les faits suivants :

      Ne constatez-vous pas que les grillades de chair humaine qui avaient eu cours dans le pays ces derniers temps avaient été localisé dans des localités où il y a des fortes proportions d’adeptes de ce que vous appelez souvent « volonté de ouaks », suis sûr que vous comprendrez aisément ? prenez une carte de Madagasikara et vous arriverez à comprendre !

  • 11 novembre à 13:22 | vatomena (#7547)

    Le droit du sang est avant tout un droit d’héritage . Il vous revient ce que vos ancêtres ont construit . point barre !
    Quand vous n’avez rien contre le partage universel vous instituez le droit du sol.
    C’est apres l’occupation des terres dans le nouveau monde que les migrants européens se sont déclarés un jour américains .
    Les Colons ,eux ,ne se sont jamais déclarés africains ou malgaches

    • 11 novembre à 21:20 | Bena (#494) répond à vatomena

      bien dit. en plus, avant 1960 ils auraient dû prendre la nationalité française s’ils voulaient. et quand il y a eu régularisation pour les chinois en 72, ils étaient « obligés » de changer leurs noms. un malagasy a un nom à consonance malagasy. un ’Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa’ ne peut pas être un malagasy. soyons clair et net.

  • 11 novembre à 14:56 | Ibalitakely (#9342)

    Raha ny fahafantarana ange rehefa tongan y vazaha mpanjanaka ny 1896 ka lasa sous protectorat français ny nosy tsy nisy filazana mihintsy hoe nisy olona t@ izany fotoana izany nolazaina hoe apatride mponina @ colonnie française daholo izay niaina teto, ka rehefa « naverina amin’ny fahaleovantenany » Madagasikara dia angamba tsy tokony nisy intsony izany apatride izany teto fa zavatra roa ihany no nahatonga ny hoe misy izany eto :
    -  Tao ny nisalasala, asa angaha fitiavana miala @ hetra isan-dahy ve sa kosa inona.
    -  tao ny vao nitsofoka an-tsokosoko taorian’ny 1960, Madagasikara rahateho malaza ho gaboraraka ny sisin-taniny.
    Fa na izany na tsy izany efa eto izy ireo, firy marina ny isany, ka ny fanitsiana (régularisat°) no tsara atao indrindra, ary koa indrindra ny fanarahana maso entitra ny izay mbola mety misy olona vaovao (sinoa, ...) mitady hibosisika hatrany no asiana hezaka goavana. Ao Madagasikara ao manao tsolotra dia tafiditra – Ao Madagasikara ao manao risoriso dia mahazo izay ttsy rehetra ilaina …

    • 11 novembre à 15:00 | AzaMbaDonJona (#9745) répond à Ibalitakely

      Ny anarany fotsiny no niova hoe « ex-colonie » fa mbola i Sarkozy no naniraka an’i DJ nanao coup d’Etat vao taona vitsy izay. Jereo tsara fa isakin’ny misy krizy frantsay dia misy coup d’Etat aty Afrika. Jereo ny tantara.

    • 11 novembre à 15:19 | cacatoès (#9758) répond à Ibalitakely

      @ AzaMbaDonjona, kopinao ilay izy e !!!

    • 11 novembre à 21:25 | Bena (#494) répond à Ibalitakely

      izahay tsy manaiky izany régularisation izany intsony. hatavy fotsiny ny mpitsara ao anosy mpanao risoriso, fa na ireo sinoa vao tonga omaly aza dia hahazo nationalité par régularisation. aza adino fa tokony hisy fanadinana miteny gasy koa vao azo omena ny zom-pirenena malagasy. jereo ry cyril juge, vazah izy fa manana zom-pirenena malagasy ary miteny malagasy tsara. fa ahoana kosa ireo sasany no tsy mba naka tamin’ny 1960 ? nihevitra fa sous-homme izany gasy izany ka tsy ilaina. dia izao vao mikoropaka. tara, tara loatra.

  • 11 novembre à 15:58 | olivier (#7062)

    @Zanadralambo

    Salut l’ami d’andafy

    La haine..le racisme merina..mais aussi le racisme côtier ( oui ATAVISME..faut arrêter de délirer l !)..

    Ce sont les constantes qui font que ce pays est l’un des plus pauvre du monde...

    tout le reste n’est que littérature...

     :)

    • 11 novembre à 18:09 | zanadralambo (#7305) répond à olivier

      Bonjour, Olivier. Faites vous traduire les propos de Lysnorine, ce n’est pas triste. Vous tomberez sur le c…Et le monsieur n’en est pas à son coup d’essai.
      La xénophobie à ce niveau, c’est de l’art. Il dit notamment que, déjà, on n’a pas déchu les femmes malgaches qui ont épousé des étrangers de leur nationalité. Encore heureux : mince, le type, si on lui en donnait la possibilité, il les tondrait. Ça ne vous rappelle rien ?
      Ce genre d’individus qui carbure à la haine est un vrai danger, j’aimerais bien voir son adresse IP. Encore un qui se planque en France et déverse ici sa haine de son pays d’accueil. Moi, je lui dirais simplement que la notion de Patrie n’a rien à voir avec le sang. Tu es Malgache ou Français ou je ne sais quoi, non forcément par ta naissance (on ne choisit pas le pays où l’on nait, que je sache), mais parce que tu te considères enfant de ce pays, parce que tu en adoptes la langue, les coutumes, la culture, parce que tu l’aimes. Basta.
      Je suis tombé, ce matin (avant de voir le pamphlet raciste de Lysnorine) sur une intervention de St Jo qui s’insurgeait contre une certaine xénophobie, je comprends mieux.

    • 11 novembre à 21:31 | Bena (#494) répond à olivier

      Pour olivier et le soit disant zanakalambo, la loi est claire à madagascar, ce n’est pas le dictionnaire qu’il faut lire mais notre Loi. La nationalité est liée à la filiation, le sol n’y est pour rien. si vous vous considérez malagasy dans l’âme, vous portez le titre magnifique de « zanatany », pas plus. Et puis, pourquoi les gens des pays si riches veulent-ils s’abaisser à avoir la nationalité du pays le plus pauvre du monde ? Soyez clair sur l’objectif réel de la démarche. Soamahamanina vous dit quelque chose ? Sao hihinan’ny aman**.

  • 11 novembre à 19:15 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    De prime abord, je crois qu’il est impératif pour nous les Malagasy de nous fixer les idées sur un point essentiel : ce ne sont pas les étrangers qui sont à l’origine de l’existence et l’expansion de la corruption chez nous ; ce fléaux existe et s’enracine fortement chez nous parce qu’il y a « des politiciens et dirigeants corrompus Malagasy pur sang » chez nous.

    Et puis, je crois qu’il faut voir les choses sous un angle différent : il est impératif pour nous les Malagasy de promouvoir et faciliter le transfert de technologies et savoir faire qui nous permettra de maitriser la relance de notre économie ; et parmi ces étrangers et autres apatrides, il y en a qui a une bonne foi et une sincérité évidente et manifeste une disponibilité à nous aider.

    Mais, loin de moi l’idée d’une homophobie ou de xénophobie quelconque, j’ai quand même une certaine appréhension : ces nouveaux migrants déversés chaque semaine dans le pays par Turkish Airlines ; il se pourrait, le conditionnel est de rigueur, qu’il y en a quelques uns qui avaient déjà accordé la nationalité Malagasy à certains d’entre eux, comme les cas des nouveaux chinois qui avaient déjà la carte d’identité nationale Malagasy à peine un mois après leur arrivée, vous vous en rappelez surement vers la fin des années 90. Et j’ai bien peur que quelque part, ce mouvement et autre atelier ou colloque servira à en assurer la régularisation.

    • 11 novembre à 21:35 | Bena (#494) répond à Vohitra

      Si vraiment ils sont sincères et veulent trvailler chez nous, on peut inventer une sorte de Green Card pour leur permettre de travailler. Mais pourquoi diable faut-il leur donner la nationalité ? Parlez d’autre chose à la veille de cette francoconnerie, mais touche pas à notre système.

  • 11 novembre à 21:37 | Bena (#494)

    Que ceux qui ont une fibre de nationalisme créé une organisation pour contrecarrer le projet de la France à travers l’UNHCR.

  • 12 novembre à 02:25 | zanadralambo (#7305)

    @ Lysnorine

    Quoique vous en disiez, le mot « safiotra » a un sens péjoratif, vous vous en défendez mais j’ai bien senti le mépris que vous avez délibérément mis dans ce mot. Vous êtes trop fin pour vous être trompé dans votre démarche.

    Vous faites référence à des lois des années 60 pour justifier votre refus de réformer notre code de la nationalité qui est une injustice. Un enfant né d’un parent malgache, que ce parent soit le père ou la mère, surtout la mère pour une société matriarcale comme la notre, est un Malgache. Il n y a que dans les pays rétrogrades qu’on refuse sa nationalité à un enfant né d’un parent qui a cette nationalité. Ces pays rétrogrades justement où les nationalistes, au nom de principes éculés, érigent le droit du sang comme règle. Des nationalistes comme vous. Comme d’habitude, dès qu’on vous chatouille sur ce point, vous sortez l’étendard du patriotisme, un peu grosse la ficelle. Je suis patriote comme vous (quoiqu’en pense Bena qui laisse libre cours à ses plus bas instincts et se met à invectiver dans un charabia propre aux incultes de son espèce : un raciste xénophobe dans toute sa splendeur), j’aime ce pays autant que vous et, croyez moi, je n’ai pas de leçon de patriotisme à recevoir ni à donner, du reste. Et j’irai plus loin, toute personne ayant une attache avec ce pays, sous condition d’une durée de séjour, a droit à en acquérir la citoyenneté. Un étranger qui a fait sa vie dans ce pays, qui en a épousé un ou une enfant, qui a adopté des enfants malgaches a prouvé son amour pour ce pays, il mérite d’en avoir la nationalité.

    Vous rendez-vous compte qu’on est en 2016, au XX1ème siècle, quand même ? Les motifs qui ont présidé à l’adoption de ce code étaient peut-être fondés à l’époque. Ils ne tiennent certainement plus, le monde a changé, vous ne croyez pas ? Des milliers et des milliers d’enfants issus d’union mixte (quelle horreur, n’est-ce pas ?), n’ont pas le droit d’endosser la nationalité malgache parce qu’ils ont le sang impur ? C’est quoi ce délire ?
    Des Malgaches, par milliers, par dizaines de milliers, en revanche, ont la double nationalité, française et malgache. On trouve ça normal. Et c’est normal puisqu’ils ont choisi de vivre dans cette France qui les a accueillis à bras ouverts. Et la réciproque n’est pas valable ? Au lieu de vous réfugier derrière des justifications hypocrites, ayez le courage d’assumer le rejet de ce sang impur qui vous fait si mal.

    Les mêmes anathèmes nationalistes ont amené au pouvoir un fou furieux en 1975. Il nous avait promis (à vous lire, je suis sûr que vous faisiez partie de cette extrême gauche qui l’encensait) un Madagasikara tsy mandohalika. Où en sommes-nous ? On n’est certes pas à genoux, on rampe. Ça ne vous a pas suffi ? J’ai vu hier un reportage, un de plus, (France O) sur notre pays. L’image de ces gueux que vous et vos semblables avez réduit à chercher leur manger dans les poubelles, l’image de ces enfants qui meurent sous vos yeux, vous qui vivez dans un endroit où on oublie qu’on mange et qu’on boit ça ne vous interpelle pas ? Vous ne croyez pas qu’il y a autre chose à faire que de se perdre dans des querelles racistes et xénophobes ? C’est nous qui avons failli, mon grand, tout seuls. Assumons.

    Quand je repense au Tana de mon enfance, quand je pense aux souvenirs heureux de cette époque, à cette insouciance que nos enfants et nos petits-enfants ne connaitront jamais par votre faute…alors, l’aventure que vous nous proposez, sans moi !

    • 12 novembre à 07:51 | vatomena (#7547) répond à zanadralambo

      Merci pour les bons souvenirs ,Zanadralambo !La mémoire est une richesse

    • 12 novembre à 11:29 | Behantra (#9165) répond à zanadralambo

      Mille fois merci Zanadralambo

      Ho ela velona e !

      Ny TOMPO anie homba anao

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 327