::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 20h21  :  12°C  :  Clair de lune et nuages épars
jeudi 31 juillet 2014
 

 > Tribune libre

Un Wikileaks hâtif

jeudi 26 août 2010

Tout le monde connaît le nom de Wikileaks, car tous les médias en ont parlé. Le fondateur de ce site a publié sur la toile des documents confidentiels sur la guerre en Afghanistan au grand dam de l’administration américaine. Il en a encore en réserve et continue à vouloir les rendre publics. La réaction fut rapide : il fut accusé d’avoir, deux nuits de suite, violé successivement deux dames de 20 et 30 ans et fut recherché par la police suédoise. Les réacteurs n’avaient même pas trouvé une mineure, ce qui aurait été plus percutant. La justice suédoise a vite compris la machination et a renoncé à ses poursuites. On comprend le procédé : l’homme qui a dénoncé des secrets d’État et que l’on veut abattre est injustement chargé d’une atteinte aux bonnes moeurs.

Les médias de la planète ont rendu publique la machination. Ils n’ont pas accordé la même place à un Wikileaks malgache. Il est vrai que Madagascar appartient au dernier cercle de la politique-monde de notre 21e siècle, ne fait pas vendre les journaux ni voir les télévisions ; la Grande Île n’intéressent que quelques grandes sociétés qui sont plus internationalistes que Lénine et le Parti Communiste (bolchevik) de l’Union Soviétique et de ses succursales du 20e siècle. Aussi me semble-t-il nécessaire d’en dire deux mots.

Le ministre des télécommunications du dernier gouvernement Hâtif, le jeune Iharizaka Rahaingoson, aura fait long feu. Il avait à traiter de la licence de téléphonie mobile de MadaMobil/Life, une affaire qui traîne depuis presque un an et qui est déjà passée devant les tribunaux à l’avantage de cette société. Quand il avait été nommé, il avait reçu pour mission de mettre de l’ordre dans les affaires du ministère – que reprochait-on à Augustin Andriamananoro, le précédent ministre ? –, pour mission aussi de favoriser la création d’emplois et la libre concurrence. On sait que la téléphonie, mobile ou pas, met en œuvre d’énormes moyens financiers et que les différents opérateurs sont prêts à utiliser tous les moyens dont ils disposent pour conserver ou augmenter leur part du gâteau. On se souvient des lenteurs dont souffrit Orange pour relier au réseau malgache son câble Lion haut débit qui était installé et arrivé à Toamasina. Cela ne plaisait pas à Telma qui avait pris du retard dans son câblage.

Sur ce dossier MadaMobil qu’il connaissait bien, le jeune ministre demanda des avis à « Mr le président » et au Premier Ministre. Il n’obtint aucune réponse. Fort de la décision de justice et du dossier qu’il avait rassemblé auprès de l’Omert, il décida d’accorder la licence d’exploitation à Madamobil et l’annonça dans une conférence de presse avant d’assister au Conseil des Ministres. Face aux remous que provoquait sa décision, le jeune Ministre présenta sa démission le soir même. C’était un affront au pouvoir Hâtif. Il fut donc aussitôt démissionné pour avoir manqué à la solidarité gouvernementale et n’avoir pas respecté les instructions du plus jeune président non élu du monde !

Si le jeune Ministre – il faut lui mettre une majuscule – avait fait long feu, sa démission fit grand bruit. Le gouvernement décida de le ouiquilixiser. Il lui a mis sur le dos une Inspection Générale d’Etat et l’a fait convoquer par le Bianco. Et dardar, il a envoyé aux différents médias un gros dossier de cinq pages pour justifier sa décision et, craignant que, en dehors de Viva et des institutions dites d’Etat, les mêmes médias ne répercutent pas son laïus, il s’est payé des pages de publicité dans les journaux. Il est évident qu’il veut faire soupçonner le jeune ex-ministre de corruption. Celui-ci va être bien occupé dans les jours et les semaines qui viennent. Peut-être même n’aura-t-il jamais autant travaillé, quand il était ministre. Mais il est bien jeune. Et l’on peut penser qu’avec ce coup d’éclat, il redeviendra un jour ministre dans les conditions différentes que beaucoup espèrent.

En attendant, c’est Camille Vital qui a repris les télécommunications, comme il avait repris un temps les armées. En attendant aussi un nouveau gouvernement, annoncé dans les jours qui viennent. Six personnes – toutes ne sont pas des personnalités – ont été proposées. Il y a :

  • le Pr Alain DJacoba Tehindrazanaharivelo, qui n’a rien d’un DJ malgré l’un de ses prénoms – DJacoba ne signifie pas disque joquet en malgache –,
  • Alain Andriamiseza, l’ancien ministre halieutique bien connu pour ses grandes poches et son ardeur à distribuer les permis de pêche,
  • José Vianey, bien connu avec son chèque de 1.002.000 dollars à l’ordre de Andry Rajoelina en date du 2 février 2009,
  • Omer Beriziky – prononcez Bérzìky « qui a beaucoup de chance » – un gentil historien qui fut aussi diplomate,
  • Guy Suzon Ramangason, un spécialiste aux nombreuses expériences malgaches, bon connaisseur de la « brousse » et grand patron des réserves naturelles, qui défendrait enfin au niveau d’un gouvernement notre nature cinq étoiles,
  • Florent Rakotoarisoa, que je n’ai pas l’honneur de connaître.

Pour la Présidence du Congrès de la Transition, deux noms ont été avancés : d’abord, celui de Raharinaivo Randrianatoandro qui est bien connu et dont beaucoup envisageaient qu’il puisse être Premier Ministre, mais lui-même n’en voulait pas ; retraité dans ses activités professionnelles, ses enfants étant tous installés et sortis d’affaire, il voulait bien consacrer son temps à la politique, mais pas comme PM. Second nom avancé, celui de Brigitte Rasamoelina : docteur en médecine et ancienne maire d’Ambohimalaza, reconnue pour sa gestion de l’eau potable dont le modèle a été diffusé en Afrique par le Pnud mais qui s’est heurtée aux machos du Tim et qui a fondé un parti d’avenir, « Ampela manao politìka » (femmes faisant de la politique), en rassemblant les femmes engagées en politique mais qui n’étaient pas satisfaites par les conditions qui leur y étaient faites.

Pour Présidence du Conseil Supérieur de la Transition, douze noms sont proposés. Quoique ce soit un chiffre célestiel, j’en vois peu qui soient déjà dans le ciel de nos terrestres affaires. Je dirai toutefois un mot de Ramanantsoa Benjamin Marcel. Il est professeur et historien, spécialiste au départ de la société secrète de Monja Jaona, le Jiny. Il a derrière lui plus d’une trentaine d’années de militance politique et, comme beaucoup de jeunes, a su suivre l’air du temps.

Que va décider le gamin ? Ou plutôt que vont lui faire décider ses coûteuses nounous ? On doit s’attendre à tout en cette période de fanjakan’i Joelina.

JPD

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 5 réactions Lire les commentaires
  • Un Wikileaks hâtif
    26 août 2010 10:05, par da fily (#2745)

    J’aime bien, welcome JPD.

    Un serial-violeur ayant un penchant pour les scandinaves essaimant de malvenues « nouvelles » sur l’ARMY en terre afghane ? Ca sent le coup fourré à 100 lieus, personne n’est dupe. Le mouché « pentagonal » se sent morveux et accentue encore plus sur sa présomption de culpabilité !

    Les exemples de « journaleux indésirables » sont foison, l’histoire en est fournie, allant du Watergate à l’affaire Woerth en passant par la dernière en date à la mairie de Paris qui supposerait une « entente » entre le PS et l’UMP pour mystifier l’ardoise des emplois transparents du temps du grand Chichi, moultes révélations remuent et remueront encore les boues tâchantes des instances se targuant d’être au-dessus de tout soupçon.

    Le hâtif est prompt, c’est dans sa dénomination. On « débarque » ausi vite que l’on nomme, quitte à persister dans l’amateurisme tapageur, on assume pleinement puisque l’on n’a pas de comptes à rendre à quiconque. Au fait, il serait bien qu’on me dise pourquoi « on » a débarqué le fringant Andriamananoro qui semblait être au lèchebottisme ce qu’est le morpion aux parties les moins regardées, je dirai du point de vue le l’hygiène of course. Serait-ce son étroite collaboration avec Rabe Nathalie qui su avec panache et charme enchaîner les couacs qui n’ont pas su plaire aux canards boîteux hâtifs ? Comble pour des volatiles fervents dans l’itinéraire au pif, dont les pattes palmées aiment à mouliner dans les eaux troubles. Et que dire des 6 candidats à cette tant convoitée primature, où l’on entrevoie déja la tentative de certains des 40 voleurs dignes héritiers d’Andry Baba chercher la lucarne pour satisfaire uniquement un intérêt que l’on sait au moins supérieur pour leur ration ?

    Le rififi continue, la forfaiture est assumée comme vérité universelle, je ne connais pas le superlatif du grand-n’importe-quoi, mais c’est sûr, on y est et on surenchère !

    • Un Wikileaks hâtif
      26 août 2010 11:23, poiuyt (#584) répond à da fily (#2745)

      DaFily disait :

      « on » a débarqué le fringant Andriamananoro qui semblait être au lèchebottisme ce qu’est le morpion aux parties les moins regardées, je dirai du point de vue le l’hygiène of course.

      Proposition d’interprétation :

      - Le morpion habite les parties les moins regardées
      - ainsi
      - Andriamananoro habite le lèchebottisme ?

      C’est peut-être le contraire ? Prière de me corriger le cas échéant.

  • Un Wikileaks hâtif
    26 août 2010 10:35, par Sabrina (#4247)

    Quand vous dites « tout le monde connaît Wikileaks », vous parlez de quel public ? de quelle population ? de quel « monde » ? Car je crois que c’est le même genre d’erreur qui a toujours conduit la plupart des « intellectuels » à « négliger » la grande majorité du peuple qui « ignore » et qui n’a strictement le temps de s’intéresser à autres choses que de gagner sa vie au quotidien, trouver à manger et à donner à manger à leurs petits. Alors, remettre les choses dans leur contexte ne serait peut-être pas inutile en essayant de donner aux choses et aux évènements la juste part d’intérêt et d’importance qui leur reviennent dans le quotidien de tout un chacun.

    Toutefois, je dois reconnaître que les mots « informer » et « analyser » ont enfin retrouvé ici, dans cet article, leur veritable sens fondamental. Tout ce que d’autres textes ont essayé d’exprimer ici dans ce forum ou ailleurs, se retrouve enfin, dans cet article bien construit, bien exposé et très développé, avec tous les éléments d’analyse nécessaires à un vrait travail d’information. Alors, rien que pour ça, merci, beaucoup.

  • Un Wikileaks hâtif
    26 août 2010 10:54, par Einstein (#3390)

    Est-il vraiment nécessaire de passer par tout ce détour contextuel et conceptuel quoique journalistiquemement non dénué d’intérêts, pour en arriver finalement au véritable objectif initial : faire la déclaration de pré-candidature de Ramanantsoa Benjamin Marcel pour les futures élections ? La demarche est à mes yeux pour le moins assez originale et fort intéressante. A voir pour les potentiels candidats (ils sont légion, paraît-il) à la reconstruction du pays. Comme on dit, prenez-en de la graine !

    • Un Wikileaks hâtif
      26 août 2010 12:01, HINDY (#1781) répond à Einstein (#3390)

      Qu’avais je dis ? Le politicien malgache trouvera toujours du noir derrière le papier blanc qui lui est présenté.

La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 286  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360