Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2016
Antananarivo | 03h12
 

Société

Journée internationale de la femme à Mahajanga

Un 8 mars sous le signe de la foi religieuse

mercredi 9 mars
JPEG - 137.5 ko
La Prêtresse Sahondra de la METM de Mahajanga, toujours là, pour remonter le moral aux Femmes de Mahajanga, à chaque 8 mars

« Femmes, vous êtes épouses et mères, demandez de l’amour à Dieu pour le partager ensuite aux autres, car ce geste nous rend fortes ». Voilà comment a exhorté la Prêtresse du METM de Mahajanga toutes les femmes de Boeny à la Maison de la Culture.

La célébration de la journée internationale de la femme du 08 Mars 2016, pour les femmes de Mahajanga a commencé tôt le matin, par un long défilé de la gent féminine, du jardin Cayla à Mahabibo à la Maison de la Culture, à Mangarivotra.
Outre le personnel féminin de différents établissements publics et privés de la ville, plus d’une centaine d’associations de femmes majungaises, en tenues colorées et de tous les stylesont donné de l’ambiance à cette marche symbolique sillonnant les artères de la ville.

Ont honoré les Femmes de leur présence, le Conseiller du vice Président du Sénat ainsi que le député Nicolas Stéphan, élu à Mahajanga, assistés par les autorités locales, y compris le Chef de la Région Boeny et son épouse, Mme Tsiazonangoly Josiane.

JPEG - 171.4 ko
Le personnel féminin de la Région Boeny a célébré dans la joie la journée du 8 Mars 2016

Le comité féminin du 8 mars ou KB8M a commencé la célébration de cette journée de la Femme à Mahajanga depuis le 04 mars dernier. Des rencontres sportives féminines, des conférences débat autour du thème ainsi qu’une soirée dansante ont animé ces quatre jours. Tandis que la cérémonie officielle s’est passée ce jour à la Maison de la Culture de Mahajanga, commencée par un culte œcuménique suivi d’une courte prière des femmes musulmanes.

La Prêtresse du METM a affirmé que si notre monde s’avère actuellement si cruel, c’est qu’il manque d’amour et de compassion. Et cela, de la première autorité du pays à votre proche voisin, et également au sein de chaque famille.

JPEG - 160.3 ko
Le Comité féminin du 8 mars à Mahajanga ou KB8M, avec l’épouse du CR Boeny, Mme Tsiazonangoly Josiane (au centre)

La solidarité féminine et la compassion envers les autres rendent les femmes aussi fortes que les hommes, ainsi l’égalité avec eux s’installera facilement, a- t- elle encouragé ses consœurs auditrices.

Des remises de trophées, des danses folkloriques et des concours de karaoké clôturent dans l’après midi la journée du 8 mars 2016 à Mahajanga.

Recueilli par Bill
Photos : Service communication Région Boeny - Mahajanga

49 commentaires

Vos commentaires

  • 9 mars à 09:13 | Eloim (#8244)

    Beaucoup de termes ont été révélés lors de la célébration du 8 mars, journée de la femme, chaque année. Il s’agit de débattre sur le « DROIT » de la femme, de pencher sur le problème de « PARITE », sur les femmes au ménage et/ou au travail ... mais ce qui nécessite beaucoup d’attention c’est le problème de « VIOLENCE » en particulier la violence « CONJUGALE ».
    Concernant la violence conjugale, deux aspects moins confortables se présentent :
    - comment s’en mêler ou intervenir dans des disputes de couple quand on est en face des coups assénés de l’une ou de l’autre partie ? On est dans une situation de danger imminent que le commun de mortel sait réciter « la non assistance à personne en danger » ?
    - des organismes pour l’amélioration de la condition des femmes avec le fameux numéro « vert » conseillent comment lutter contre ce type violence tout en incitant un simulacre de séparation ou de fuite par divers procédés tels que la déposition de plainte dans des commissariats, dans les fokontany, prendre en charge la protection de la victime, ... N’est ce pas une pure « INGERENCE » à la vie familiale du couple en question ?
    - l’aspect immonde de cette violence est l’incitation de la femme, l’épouse à la prostitution (proxénétisme déguisé) pour subvenir les besoins de toute la famille, la plupart sont les caprices qui prennent autant de place.
    Beaucoup d’aspects issus du vécu au quotidien passent souvent inaperçus mais tout le monde se contente à célébrer à grande pompe uniquement la journée du 8 mars.

    • 9 mars à 09:18 | Noue (#2427) répond à Eloim

      Tout simplement , vive les femmes

  • 9 mars à 09:32 | Isambilo (#4541)

    Une prêtresse pour célébrer la journée de la femme ! Mireille Rabenoro a encore beaucoup de boulot à faire.

    • 9 mars à 09:50 | Dadabe (#9116) répond à Isambilo

      Je partage votre sentiment, Isambilo. Je ne connais aucunement cette « prêtresse » et, hors la sphère strictement privée, les questions de religion me laissent parfaitement indifférent. Mais, tout de même, la Journée internationale de la femme (une seule petite journée ?) mérite mieux que des sermons mille fois rabâchés.
      Des questions très sérieuses et pas du tout mystiques se posent sur le terrain, au jour le jour : le droit des femmes, les violences conjugales, la parité homme-femme dans le travail (salaires) mais aussi dans la vie publique (encore que Madagascar ne soit pas si mal placée que cela à ce point de vue), la lutte contre la montée des extrémismes dont les femmes (et les enfants) sont toujours les premières victimes. C’est de cela dont il fallait débattre !
      Pour le reste, qu’il y ait un petit carnaval dans la rue, pourquoi pas ? Il faut bien se distraire un peu... Mais, surtout, que les hommes à forte tendance « macho » ne considèrent pas que cette Journée symbolique se limite à un divertissement au féminin. Sans les femmes l’humanité n’existerait pas et, à Madagascar en particulier, sans les femmes la société serait dans un état encore pire.

    • 9 mars à 10:04 | Noue (#2427) répond à Dadabe

      « Sans les femmes l’humanité n’existerait pas et, à Madagascar en particulier, sans les femmes la société serait dans un état encore pire. »

      Dans le monde. Vive les femmes.

    • 9 mars à 10:44 | Eloim (#8244) répond à Dadabe

      « Sans les femmes l’humanité n’existerait pas et, à Madagascar en particulier, sans les femmes la société serait dans un état encore pire ».

      C’est pourquoi, j’opterai mon point de vue sur l’éducation et le travail de la femme. Je fais partie de l’homme qui ne laisse pas passer sans traces le parcours des femmes ou la gente féminine en générale (fille, femme et/ou épouse). Ce n’est pas parce que je vis dans un pays où la civilisation bât son plein et l’épanouissement de la femme devra s’étendre dans bon nombre de domaines tant dans le domaine de la science et de la technologie que dans d’autre monde plus accro en particulier la politique. Nous, parent, nous investissons beaucoup pour l’éducation de nos enfants, en particulier nos filles mais à l’âge de se marier, dans leur propre foyer, elles se consacrerons banalement de « servir » leur ménage, sans reconnaître davantage quelle est la valeur de l’éducation qu’on leur a offerte. Se marier et/ou avoir un foyer ou fonder une famille n’est pas un blocage pour se faire une place prépondérante au sein de la société, du pays même. Plutôt, on s’oriente davantage dans l’intellectualisme positif où la valeur de l’éducation n’est pas profanée. C’est à partir de là qu’on sait faire peser le poids existentiel de la femme.

    • 9 mars à 10:59 | Dadabe (#9116) répond à Eloim

      Bonjour Eloim,
      Au cours de ma vie, déjà un peu longuette..., j’ai pas mal voyagé (pour le plaisir et le travail) et visité nombre de pays en voie de développement, tant en Afrique qu’en Asie et en Amérique du Sud avec quelques détours dans ce qu’il était convenu, autrefois, d’appeler les pays de l’Est de l’Europe sous domination ou influence soviétique. Au fil des ans une évidence s’est imposée à moi : l’éducation des filles est primordiale, la parité homme-femme aussi, enfin la lutte contre tous les extrémismes est nécessaire. La misère (économique, sociale, intellectuelle, sexuelle) touche d’abord les femmes même si les hommes en sont aussi victimes. La femme est forte et elle donne la vie. Une évidence que ne nierait pas Monsieur de La Palice, sans doute, mais il est toujours bon de la rappeler. A Madagascar, je suis frappé par l’omniprésence des femmes, leur détermination, leur courage. Elles assument ! Et je leur témoigne de mon respect.
      PS - Cela fait déjà un petit moment que j’ai écrit qu’une femme présidente de la République serait probablement la meilleure chose qui puisse arriver à votre pays. A condition, naturellement, qu’elle ne soit pas une ancienne ministre de la Justice sous Bac-8 ni une avocate sous Hery, si vous voyez ce que je veux dire...

    • 9 mars à 11:30 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Isambilo

      Objection votre honneur, c’est Bill mais pas Mireille Rabenoro.

    • 9 mars à 12:46 | betoko (#413) répond à Dadabe

      Un donneur de leçons mais qui insulte une femme sur ce site et en plus en pleine journée de la femme et ne s’est même pas excusé
      Lamentable impoli mal élevé lâche

    • 9 mars à 12:48 | betoko (#413) répond à Dadabe

      Un donneur de leçons mais qui insulte une femme sur ce site et en plus en pleine journée de la femme et ne s’est même pas excusé
      Lamentable impoli mal élevé lâche

    • 9 mars à 13:10 | Isambilo (#4541) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Merci.
      J’ai bien compris que l’article est de Bill.
      Je faisais référence aux articles de Rabenoro sur les femmes. Elle a encore du pain sur la planche pour émanciper les femmes malgaches. Elle n’est pas la seule d’ailleurs.
      J’aurais aimé lire un article d’une journaliste sur les conditions de vie des femmes malgaches.

    • 9 mars à 13:18 | Dadabe (#9116) répond à betoko

      Pauvre débris : je ne donne pas de leçon mais, toi, tu es incapable de comprendre ce que j’écris. Tu me confirmes qu’Isandra ton amoureuse est une femme, de l’espèce pu-te la plus détestable ? C’est cela , vraiment ? Enfin une info venant de Betoko ! Alleluia. Tu me cherches, chaque jour ? Ok, je répondrai. J’ai pour principe de ne pas laisser le dernier mot aux malfaisants de ton espèce. Et je ne suis pas le seul à le penser sur ce forum.
      PS - SI tu as encore un neurone en état de fonctionner un peu, essaye de deviner pourquoi je n’ai jamais injurié une femme, une vraie femme, s’entend. Pauvre k...

    • 9 mars à 14:51 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Isambilo

      Pour Mireille Rabenoro , la présence d’une femme qui qu’elle soit en première ligne dans tous les domaines, et peu importe sa compétence, lui donne entièrement satisfaction.

      Sans oublier l’allusion de Daouda dans sa chanson la femme de mon patron : « Les femmes sont diaboliques malgré leurs beautés angéliques » (Ampelasoa Biby).

      Sur la photo on ne voyait que des femmes XXL et souriantes à volonté donc la crise ne serait peut-être pas leurs quotidiens.

    • 9 mars à 17:14 | DIPLOMAT (#846) répond à betoko

      Pour être respectée, (s’agissant d’Isandra) il faut être respectable Mr Betoko ;

      Aussi, pour un bonimenteurs comme vous, j’ai du mal à en avoir du respect.
      Vous êtes un lâche, et vous ne savez même pas admettre que notre pays a été souillé par un putch perpétré par le CAPSAT pour mettre Rajoelina en place.

    • 9 mars à 17:39 | Isandra (#7070) répond à DIPLOMAT

      Sauf, dans le monde des huîtres où la vulgarité est la règle,...le respect n’existe pas, tout le monde est susceptible d’être insulté,...sans exception,...

    • 9 mars à 17:48 | Isandra (#7070) répond à betoko

      Pourtant, c’est homme a confirmé(si on prend son mot) qu’il est bien élevé,...parce qu’il vit dans un autre monde,...où la notion de bien élevé est différente de la notre,...

    • 9 mars à 18:06 | Dadabe (#9116) répond à Isandra

      Vous n’avez donc rien d’autre à faire de la journée ? Vous n’avez rien à dire qui soit un tant soit peu intelligent ? Vous radotez comme une petite vieille alors que je croyais que vous étiez en train de vivre une grande histoire d’amour avec Betoko. L’amour chez les vieux c’est autorisé, vous savez.
      Vous le savez aussi, j’adore les huîtres bien fraîches et bien iodées, celles de Cancale mais aussi les creuses de Bréhat (une île adorable de Bretagne) ou celles d’Oléron, en Charente-Maritime. C’est que, voyez-vous, les eaux de la Manche ne sont pas celles de l’Atlantique. Le goût diffère... Une chose reste identique, l’intelligence de l’huître. Assez faible, disons. Et vous, vous avez à peine le QI d’une huître. C’est dire .
      PS - Pour le plaisir, je vous fais un postscriptum puisque vous adorez cela. Voilà, bonne nuit, la mollusque !

    • 9 mars à 18:26 | Isandra (#7070) répond à Dadabe

      « vous étiez en train de vivre une grande histoire d’amour avec Betoko. »

      Cette phrase confirme bien ce que je pense à tous ce que vous racontez et affirmez ici,...basés sur votre supposition et votre imagination,...30 enfants à l’école, 15 repas par jour pour les démunis d’Antsirabe,..mais, c’est trop beau pour être vrai,...

      Heureusement, il y a ce forum pour réaliser imaginairement votre rêve,...mais, n’oubliez pas que vous n’êtes que dans un monde imaginaire,...

      PS : rien,...

    • 9 mars à 23:59 | DIPLOMAT (#846) répond à betoko

      Bonimenteur.

  • 9 mars à 11:15 | Turping (#1235)

    Les malagaches sont en général des croyants .Malheur à ceux qui détournent cette conception religieuse et foi envers Dieu à des fins politiques crapuleuses.
    - Du côté anthropologique ,on dégage cette foi comme chez les athées ,les bouddhistes ,etc.....qui ont plutôt une vison se reposant sur la doctrine religieuse et la moralité pour avancer l’aspect sociétal inhérent à sa croyance et sa foi en même temps . Toutes ces aspérités englobent normalement la voie de la « Justice » .
    - En parlant des femmes ,ma pensée va directement à Mireille Rabenoro . L ’avenir de l’Homme c’est la femme« Louis Aragon ».
    - D’abord en parlant d’un état de droit ou droit de l’Homme ,sans penser aux femmes ,le droit des femmes souvent considéré comme un rôle subalterne ,il n’y a pas d’évolution sociétale ,d’égalité paritaire.
    - L’émancipation de tout(e) citoyen(ne) dans l’évolution sociale ,sociétale est avant tout primordiale .
    - Du contrat social,dont le titre initial traité des institutions politiques ,sans se référer forcément de ce qui se passe ailleurs ,Rousseau tenta de dégager les principes d’une autorité politique légitime ,ce qui est intéressant pour le commun des mortels .
    Conclusion :Posons nous la question sur lien entre l’individu et le citoyen , le contrat social ,le rôle du gouvernement pour faire valoir ce que de droit en gardant sa souveraineté nationale ,la sagesse ancestrale se reposant sur le « soatoavina et le fihavanana » .Valeurs au fil du temps qui sont perdues avec le manquement de repèresd’Antan si on se réfère au temps d’Andrianampoinimerina !

    • 9 mars à 11:18 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire : vision au lieu de vison ....

    • 9 mars à 13:23 | Dadabe (#9116) répond à Turping

      Je partage votre analyse. Un petit détail, cependant : parler de Rousseau à l’occasion de la Journée internationale de la femme est un peu délicat. Rousseau ne s’inquiétait guère du devenir et de l’émancipation des femmes. Il s’est même comporté de façon plus que cavalière avec elles, notamment avec la mère de ses enfants... (Un comportement malheureusement banal chez les hommes, à cette époque.

    • 9 mars à 14:31 | Turping (#1235) répond à Dadabe

      Dadabe,
      - Le droit de vote des femmes même en Europe n’est reconnu que 1 siècle et demi après la mort de Rousseau suivie de la révolution française en 1789 ,où les choses allaient bouger petit à petit.
      Rousseau est un écrivain et philosophe de langue française, mais rien n’indique qu’il soit français. Les Suisses le réclament aussi, et avec plus de raison, puisqu’il est né dans ce pays (et y a passé une partie de sa vie).

      - Admettons ,que ses oeuvres philosophiques les plus importantes sont :le discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les Hommes,publié en 1755 .Les femmes bien entendu étaient considérées comme des sous Homme jusqu’à ce qu’il y ait de révolution et d’évolution tangible bien plus tard.

    • 9 mars à 18:16 | Dadabe (#9116) répond à Turping

      Nous sommes donc bien d’accord. J’opterais pour la nationalité suisse en ce qui concerne Rousseau. Mais, à l’époque, l’Europe existait autant sinon plus qu’aujourd’hui dans les esprits éclairés.

  • 9 mars à 12:46 | Menalahy (#9072)

    Ce n’est pas la Journée Internationale de la Femme. C’est la Journée Internationale des DROITS de la Femme.

    Ce n’est pas du tout la même chose. Car Journée de la Femme, c’est réduire cette Journée en Journée de Fête comme la Fête des Mères.

    C’est d’ailleurs ce qui s’est vu partout avec une récupération commerciale dans certains magasins :
    - offre de roses aux femmes dans la rue,

    - organisation de fêtes un peu partout au lieu de débats sur ce qu’il fat faire pour améliorer les droits des Femmes et atteindre à l’Égalité des Droits.

    - Il y a même une ville, en France, (Angoulême) qui organise un concours de repassage !

    La Femme ne doit pas être réduite au « haingon’ny trano sy ravaky ny làlana ». La Femme ne doit pas être réduite à la comparaison avec les fleurs. La Femme ne doit pas être réduite aux tâches ménagères.

    La Femme vaut et mérite mieux que cela car le mot Firenena est issu du mot Reny.

    Ceci dit, mes salutations à tous et à toutes pour l’Asaramanitra car personne n’a trouvé utile de se saluer pour cette Grande Fête Nationale.

    • 9 mars à 13:45 | Dadabe (#9116) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy,
      Très juste remarque. Pour faire court on fait parfois un erreur... Le mot « DROITS » est essentiel.
      PS - Pouvez-vous me donner la traduction de Asaramanitra et Firenena ? Merci.

    • 9 mars à 13:58 | Menalahy (#9072) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe,

      Quand je lis des propos un peu lèche-culisme du type : « vive les Femmes », « les Femmes ceci-cela », j’ai envie de vomir car ce ne sont même pas des incantations mais des insultes faites aux femmes : on ne les aide pas, on reconnaît du bout des lèvres leurs Droits et leurs qualités.

      Ce qu’il faut c’est se battre Avec et Aux Côtés des Femmes dans leurs luttes quotidiennes pour faire valoir leurs Droits si souvent ignorés et bafoués.

      Un peu partout dans le monde, on ne reconnaît pas aux Femmes leur Droit à disposer de leur corps (mariage forcé, refus de la contraception, pénalisation de l’avortement thérapeutique, ...).

      Firenena c’est la Patrie. On devrait donc dire Matrie car ce mot issu de Reny = Mère.

      Le Asaramanitra est la célébration du Nouvel An lunaire. Grande Fête tradiionnelle remise au goût du jour. C’est le jour des pardons aussi, donc nouveau départ pour le Fihavanana (mot intraduisible mais approximativement relation inter-parentale/familiale).

    • 9 mars à 15:27 | Eloim (#8244) répond à Menalahy

      Je ne veux pas orienter le débat en singularisant les DROITS de la femme vis-à-vis des DROITS de l’homme en général car les DROITS de tout être humain y ont été spécifiés. C’est pourquoi, l’aspect révolutionnaire lors de cette célébration est à exclure.
      A mon avis, les problèmes se reposent sur deux points essentiels :
      - cette notion de droits est liée à la culture et plus particulièrement religieuse (« la religion est l’opium du peuple » ?).
      - cette notion dépend essentiellement de l’éducation, de l’enseignement qui cultive tout être humain de baigner dans l’intellectualisme positif (il suffit pour des filles d’apprendre à lire et à écrire et se préparent à devenir « Mères-pondeuses » ?).
      Pourquoi on est arrivé là ? A cause, généralement, des parents qui n’ont pas de vision pour un avenir meilleur pour les filles. Un état d’esprit banalisé par l’opportunisme aveugle, un esprit de mise à l’abandon plus qu’une fuite de toute responsabilité d’élever les enfants d’avoir une vie décente dans le futur.
      Donc, on jette à qui la faute ? à la société, à la culture ou à la religion (en contradiction à ce qu’on évoque ci-dessus), aux parents, aux responsables étatiques, ... ?

    • 9 mars à 15:29 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Dadabe

      Asara manitra peut se traduire aussi par le mot « mois parfumé » donc en quelques sortes le printemps malagasy mais pas arabe bien sûr même s’il suscite l’espoir pour un nouveau départ.

    • 9 mars à 18:02 | Isandra (#7070) répond à Dadabe

      « PS - Pouvez-vous me donner la traduction de Asaramanitra et Firenena ? Merci. »

      Encore PS à tout va,...à consommer sans modération,...

    • 9 mars à 18:23 | Dadabe (#9116) répond à Menalahy

      Merci Menalahy,
      Je n’ai pas mon dictionnaire malgache-français et inversement avec moi (oublié en France). Donc merci pour la traduction. Cela m’intéresse sincèrement. D’autant plus que je suis d’accord avec vos propos. C’est un long combat mais je précisais en début de journée qu’il me semblait que la femme malgache disposait depuis plusieurs années d’un statut assez satisfaisant en regard d’autres pays (et notamment européens !). Est-ce que je fais erreur ?
      Bonne soirée à vous.

    • 9 mars à 18:24 | Dadabe (#9116) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Merci également pour cette traduction assez poétique, ma foi.

    • 9 mars à 18:29 | Dadabe (#9116) répond à Isandra

      Ah, j’oubliais (lire plus haut) : les huîtres n’ont aucun sens de l’humour et la vue très courte. Cela vous va très bien.
      Et, après cet écrit, je vous fais donc un postscriptum ou PS (à ne pas confondre avec le parti socialiste).
      PS : Je sais, ce n’est pas très gentil de ma part envers les huîtres que de vous comparer à celles qui sont si bonnes. Il paraît que le cafard est un peu kon aussi, je vais donc à l’avenir vous comparer à un cafard féminin. Ça vous va, comme cela ?

    • 9 mars à 19:12 | Isambilo (#4541) répond à Dadabe

      Asaramanitra vient du sanskrit asara (asaramanitra, asaramaimbo, etc). On a un calendrier qui est un mélange de l’arabo-musulman et de l’hindouisme.
      Firenena est l’équivalent de patrie (pater) et dérive de reny. Mais nous n’avons pas encore choisi entre matriarcat et patriarcat.

    • 10 mars à 22:12 | ranja (#9456) répond à Isambilo

      « sanskrit » ve moa tsy mifandray kokoa @ Inde sa ?
      ka ny hindouisme no niditra taloha sa ny arabo sa niara-niditra ka mahatonga vary amin’anana @ fijery ny tena fomban-drazana malagasy, izay noravany kolon fotsy ???
      Inona no mahatong any olona sasany miteny hoe « ô dreneniko ô » ?
      ary lasa afahafa raha hahare hoe « ô dredraiko ô »....mba hihomehezana e !
      Ary ny « ADN mitochondriale » ihany no anisany afahana mikaroka rohy @ olona ka manamarina fa manana ny hajany ny vehivavy izay tokony hifampianatra hamerina izany ary hampiatra ny lanjany @ « machos » izay matetika « gros bruts ignorants »

  • 9 mars à 16:17 | diego (#531)

    Bonjour,

    La fête est terminée hier. Passons aux choses sérieuses, à la politique par exemple. Car tout est politique, pour changer quelque chose, on fait appel à la politique.

    Six femmes sur dix risquent de perdre leurs vies en donnant vies, c’est insupportable à l’ère du numérique.....ces jeunes filles qui se baladent avec des portables dans les poches risquent à Madagascar de perdre leurs vies en accouchant, moyenne d’âge entre 17-30 ans.

    Je suis tout à fait en phase avec l’Eglise, c’est important de s’occuper de notre âme. Mais à Madagascar, la population s’ appauvrisse et les femmes, quand elles ont passé l’obstacle de l’accouchement, trop souvent, se trouvent toutes seules à s’occuper de leurs enfants :

    - et dans quelles conditions me demandiez-vous ?

    Justement, et si on parle un peu la place de la femme à Madagascar économiquement ? Sait-on déjà le % du chômage ? Combien des jeunes, des femmes ?

    Bref, je vais à l’Eglise le dimanche, mais je travaille six jours par semaine....je ne pourrais pas me concentrer sur ce que les prêtresses et les prêtres m’enseignent si je suis au chômage et j’ai le ventre vide, n’est-ce pas ?

    À quoi ressemble la politique de la femme de Mr R. Hery ?

    C’est à ces femmes qui ont les ventres pleins, vivant au côté des maris Be Kibo, les enfants fréquentant les bonnes écoles en 4X4, point des soucis.....l’avenir est assuré par un Madagascar en désordre, instable et pauvre, tout le monde le sait, dont les richesses, néanmoins, permettent aux castes dirigeantes d’assurer l’avenir de leurs progénitures :

    - de penser aux autres femmes, qui ont moins de chance qu’eux !

    Je dirais que toutes les femmes malgaches meritent d’accoucher dans des hospitaux modernes, meritent de passer de mammographie et d’autres check-up pour leurs santés......

    • 9 mars à 16:49 | Eloim (#8244) répond à diego

      Le problème de parité ne peut en aucun se résoudre facilement à Madagascar. La raison en est simple : la culture, l’éducation, l’état d’esprit.
      Nous n’allons pas faire des étalages sur l’origine du peuple malgache : de la Malaisie, du Moyen Orient, de l’Afrique, ... mais ce qu’on sait que nous avons une culture cosmopolite, hybride même.
      Nous n’allons pas également sanctionner les missionnaires qui introduisaient la religion chrétienne dont les fidèles à l’heure actuelle tournent autour de 12 millions (ceux qui sont d’obédience FFKM) sans compter les sectes.
      Nous n’allons pas non plus punir les parents de ne pas pouvoir envoyer leurs enfants à l’école à cause de la pauvreté grandissante au pays.
      Nous n’allons pas persécuter tout le temps nos colonisateurs de nous avoir laissé ancrer en nous l’esprit colonisé dont la dépendance en est le principal produit de telle méchanceté historique.
      Parité ? Combien de femmes briguent-elles de hautes fonctions de l’Etat ? Notre état d’esprit n’accepte pas que des femmes commandent des hommes de troupes, donner des ordres à nos militaires gradés. Un exemple récent a été vécu par le malgache d’avoir une femme à la tête du Ministère de la Défense. Et tout le monde sait comment ça s’est terminé.

    • 9 mars à 19:12 | diego (#531) répond à Eloim

      Bonjour Eloim,

      Je ne pose pas les problèmes de femme dans ce terme. Je ne suis pas sûr que ces problèmes aient des liens avec la parité dont tout le monde évoque.

      Une femme ministre ou présidente par exemple ou encore occupant une poste d’une grande responsabilité aurait très peu d’influencer pour changer fondamentalement, ou même un tout petit peu, l’ordre général qui régit notre société.....les feministes pures et dures pensent le contraire sans doute....?

      Un exemple, une mère qui travaille, quand l’heure sonne, elle veut rentrer au plus vite pour rejoindre ses enfants, pas uniquement pour faire à manger ou changer les couches, mais surtout pour câliner ses progénitures, ce que j’appelerais de l’amour :

      - les bonshommes vont se donner un rendez-vous pour masturber l’esprit, ou autre chose ou encore aller boire un coup dans les bars en ville, pas besoin de refléchir trop longtemps, on peut constater là l’égoisme masculin....et au passage, ils prétendent plus intelligents !!!

      Bref, les femmes ne supportent pas de s’être trop éloigner du domicile conjugal. Les Mecs, non, ahhh que non, et en plus, ils trouvent normal de mettre le pied sur la table en rentrant, la maison doit être propre, tout doit être en ordre et les enfants ne font pas des bruits pour qu’ils puissent raconter à tout le monde leurs exploits de la journée.....machoooo, ils auraient tué des lions, battre un gros dragon, fort et dangereux, courageux....... Et ce n’est pas un cliché !

      Un Mec mal rasé, pue de la bouche et mal habillé est excusé, on se moque de lui une journée, une femme doit être propre, bien habillée, doit sentir bon, bien coiffée, bien maquillée et attention, il ne faut pas qu’elle soit blonde, on l’attaquerait et on douterait de son intelligence...ohhhh, comme s’il y a un rapport entre la capacité de notre cervelle et la couleur notre cheuvelure :

      - absurde et voilà ce que nous appelons sexiste dont les femmes sont victimes, presque tout le temps en travail.

      Mais enfin, revenons à nous. Je peux m’avancer sans me tromper en disant que la Société Malgache est une société matriarcale :

      - aleo velon-dReny, maty Ray, le contraire pourrait être fatale pour les enfants....

      Les mecs honorent de moins en mois leurs responsabilités à Madagascar, ils se tirent, la queue entre les jambes, pour embrasser leurs libertés dans les Bars, pires, dans les Bord-els en ville.....encore une fois, on voit ici, que la femme est au de la chaine :

      - conclusion, si les femmes ont des problèmes aujourd’hui c’est grandement à cause des comportements des hommes.

      C’est une DIVIANCE, beaucoup d’hommes ont besoin de se soigner, je pense, majoritairement dans les pays pauvres, là où les hommes, rien que les hommes qui détiennent en fait tous les pouvoirs, allant jusqu’à la vie et à la mort !

      Je pense que la société malgache est une société matriarcale ? Et je dirais, heureusement !! Maintenant, je peux me tromper......

  • 9 mars à 17:25 | Isandra (#7070)

    « La Prêtresse du METM a affirmé que si notre monde s’avère actuellement si c.ruel, c’est qu’il manque d’amour et de compassion »

    Cette dame a vu juste, notre société manque d’amour,...

    C’est la raison pour laquelle, Andry Nirina Rajoelina a fait écrire dans la constitution comme devise l’AMOUR,...mais la plus grande de ces choses.

    • 9 mars à 18:32 | Dadabe (#9116) répond à Isandra

      Il aurait dû rajouter la distribution gratuite de capotes pour les adolescents en âge de procréer.

    • 9 mars à 18:53 | Isandra (#7070) répond à Dadabe

      Cela n’est efficace que dans le monde des huîtres,...car dans le notre, l’abstinence est la meilleur solution sans égal,...

    • 9 mars à 18:56 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      PS : monde des huîtres= consommer sans modération,...

    • 9 mars à 22:18 | Babah (#9347) répond à Isandra

      J’ai un peu de temps à perdre ce soir et vais réagir à ce pretexte d’Isandra pour vénérer les minables exploits de Domelina. Ah, cette honteuse devise de la 4è republique !
      Avoir choisi « amour » montre toute la naïveté (naïf ou innocent au sens d’attardé mental ou simple d’esprit) de ce mouvement orange et le niveau culturel des leaders de 2009 (resampa, rajoelina, lyllison, alain ramarson, organès, charly, augustin andriamananoro, hyppolite, roindefo, etc. ont pour point commun de préférer flatter son public au lieu de l’éduquer ; à leur décharge, on ne peut offrir que ce que l’on possède...) . Car, Isandra, dans une devise ou un slogan ou n’importe quelle grande vision politique ou objectif stratégico-social (pour un groupe, une communauté ou une nation), il faut mettre des concepts, des valeurs ou des principes. Et non des passions, des sentiments ou autres données non rationnelles comme « amour » qui, en un mot est un affect.
      Pour dire plus simple (je sais que vous devez prendre votre dico pour comprendre précisément le sens des termes que je viens d’utiliser, il n’y a pas de honte à réagir ainsi, c’est se cultiver), amour n’est pas un choix que l’on peut faire, personne ne décide d’aimer, amour ne peut être visé par une nation, bref aucune république ne va mettre « amour » ou n’importe quel autre sentiment dans sa devise, sauf la république des bac-8. Et depuis 2009, c’est toute la poulation qui rougit de honte avec vous pour cette niaiserie de sous-culturation !
      C’est au temple, à l’église, dans les lieux de culte ; dans les boîes de nuit, concert de musique et chants ou autres spectacles du showbiz ; dans l’art ou autre domaine de talent et non de sciences ; bref, c’est là où on « subit » ou « est emporté » par force de sentiment et non par « choix eclairé par le raisonnement » , c’est dans ce domaine là que l’on utilise ce terme « amour », choisi par Domelina comme devise.
      Il y a comme une ruse de la raison d’ailleurs dans ce choix « inconscient » de l’amour comme leitmotiv de ce mouvement orange (ruse de la raison au-dessus d’eux, car s’ils ont opté pour ce mot c’est pour essayer de masquer le vrai sentiment-moteur de 2009 qui était la haine envers une cible détérminée) si nous reflechissons un peu dans l’aveuglement et l’engouement quasi-religieux des mapariens vis-à-vis de leur idôle et leur référence à la « beauté » du couple Andry/Mialy ! De l’art naïf et du fétichisme qui n’arrivent même pas encore au stade de l’esthétique et d’une vraie religion structurée.
      Toute cette sous-culture, Betoko et Isandra (il y en a d’autres mais j’ai la flemme de les citer tous) nous le révèlent ici à longueur de post croyant « discuter » ou « argumenter » . Je loue les gens comme Dadabe d’essayer de les éduquer, je n’ai pas votre perséverance avec les nuls qui font montre de trouver autant de plaisir à rester dans la crasse « intellectuelle » (un oxymoron).

    • 9 mars à 23:58 | Babah (#9347) répond à Babah

      Conclusion : ne serait-ce que pour enlever ce mot « amour » de la devise de Madagascar, nous devrions reviser cette constitution, par ailleurs « élue » avec des carnets de fokontany. Il y a beaucoup de boulots de voirie, de netoyage et d’assainissement à opérer après cet envahissement de crabes oranges, plus difficile que d’enlever les ordures de la ville qui incombe à Samva. Le comble c’est qu’il y en a encore qui rêvent d’un retour d’amoncellement des mêmes immondices en 2018 ! Se complaire dans la boue n’est pas l’apanage des cochons.

  • 9 mars à 23:56 | DIPLOMAT (#846)

    Bien dit...
    Mais c’est desespérant,
    Demain, ils recommenceront.
    La bonne nouvelle c’est qu’ils sont moins nombreux !
    J’ai aimé quand vous aviez rappelé ici les artisans de la misère que nous connaissons maintenant.
    Nous ne répetons pas assez leurs noms . Juste , afin que personne n’oublie !
    Que chacun sache qui ont agit avec inconscience.
    Ceux qui de part cela sont coupables de milliers de morts par cupidité ou pire encore, juste pour se faire un nom...

    Honte à eux pour des générations et des générations.

    • 10 mars à 00:08 | Babah (#9347) répond à DIPLOMAT

      Bonsoir Diplomat. Vous êtes avec Dadabe et d’autres (il ne faut pas désespérer de l’existence non plus, n’est-ce pas ? )les vrais motifs qui me font encore visiter le forum.

    • 10 mars à 01:01 | DIPLOMAT (#846) répond à Babah

      Merci Babah !!!

    • 10 mars à 07:15 | Dadabe (#9116) répond à DIPLOMAT

      Bonjour Babah et Diplomat !
      A l’heure du petit déjeuner, voilà qui fait plaisir... Hier soir l’orage tonnait au-dessus d’Antsirabe et, par précaution, j’avais éteint mon ordi.
      Bref, je ne vais pas commenter vos commentaires... J’y adhère, tout simplement. Et merci !
      PS- (un petit postscriptum pour Isandra qui n’a toujours pas compris à qui cela servait). J’ai en effet un certain entêtement à ne pas lâcher les imbéciles ménopausées de son genre qui osent (ci-dessus) prétendre que dans son monde idéal de bisounours oranges on pratique l’abstinence au nom de l’amour du prochain ! Ben voyons ! Si seulement ces triples idiots pouvaient réellement s’abstenir, sur ce forum comme ailleurs ! Pendant ce temps-là, chaque année, des milliers et des milliers d’adolescents s’aiment (physiquement) et prennent des risques mortels sans préservatifs. Tout le monde s’en fout parce que Dieu ou je ne sais quel prédicateur de malheur a dit que ce n’était pas bien ? Bravo... On tue la jeunesse et on s’en fout. Bravo !

    • 10 mars à 07:21 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      Re-PS - Remarquez que bien cuits et avec un peu de vinaigrette ou de mayonnaise, selon les goûts et les taux de cholestérol de chacun, des crabes oranges sont peut-être consommables... A titre personnel, je ne m’y risquerai pas. Je crains un arrière-goût d’égout.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 65