Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 22 novembre 2017
Antananarivo | 23h52
 

Société

Travail des jeunes

Tout un système à remettre en question

lundi 24 juillet | Régis Kabary

Au-delà du simple fait de subvenir aux besoins de tout un chacun, le travail est également une condition importante dans le bien-être de l’individu, surtout des jeunes. Outre le fait que le développement économique en dépend également. Malheureusement, le travail est devenu de plus en plus problématique à Madagascar, surtout pour les jeunes.

Selon les chiffres officiels du Bureau international du travail (BIT), Madagascar n’enregistrerait que 5% de taux de chômage. Pourtant, les espagnols seraient à 22% des chômeurs à la même date de réalisation de cette étude. La situation des jeunes en termes d’emplois devient de plus en plus préoccupante. 500.000 jeunes arrivent chaque année sur le marché et viennent grossir les rangs des chômeurs, dont 70% sont désormais des jeunes. La première raison reste, selon le ministère en charge de l’emploi l’insuffisance des offres d’emploi par rapport aux demandes. Les jeunes malgaches ne sont pas non plus enclins à créer eux-mêmes des emplois et entreprendre. La deuxième raison et sans doute la plus déplorable est le fait que l’acquisition des pré-requis essentiels permettant de travailler se fait difficilement. Selon les statistiques, 14% des jeunes malgaches ne sont pas scolarisés et 70% de ceux qui le sont ne dépassent même pas le niveau du cycle primaire. Questionnés, plusieurs responsables d’entreprises privées ont souligné que l’inadéquation entre formation et emploi est trop grande à Madagascar. Raison pour laquelle les entreprises hésitent à embaucher des jeunes diplômés.

Des responsables et des irresponsables

D’après l’Office national de l’emploi et de la formation (Onef) en 2015, malgré la hausse du nombre des diplômés, 62% des jeunes travailleurs n’ont pas la qualification requise pour les postes qu’ils occupent. Il faut concéder que vu la multiplication des universités et autres instituts supérieurs qui pullulent à chaque coin de rue, le nombre de diplômés ne peut qu’augmenter. Toutefois, plus que des lieux de formations, ces derniers sont des machines à sous et des rentrées d’argent facile pour leurs propriétaires. Profitant d’une jeunesse en détresse qui n’a plus aucun repère. Finalement, l’Administration est aussi à blâmer. Tout d’abord en laissant nos jeunes à la merci d’un système éducatif et de formation ne répondant même pas aux besoins d’un marché déjà restreint. Mais aussi elle est incapable d’apporter la moindre solution pour ces derniers. L’emploi des jeunes à Madagascar est entravé par des responsables et des irresponsables. Il n’est donc pas étonnant si le pays se trouve encore au fond du gouffre, si l’on prend en compte en plus de cela les querelles politiques qui ne révèlent que la nécessité de la remise en question de tout notre système.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 24 juillet à 11:20 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Sans oublier évidemment les jeunes femmes de ménages qui s’expatrient dans les pays du golfe victime du « VALALAN’AMBOA KA NY TOMPONY AZY TSY TIA » et qui sont confrontées à tous les coups (administratifs et tout le reste) pour pouvoir s’y rendre alors que l’état malgache ne fait rien pour leurs bien-être.
    Là-bas ces femmes de ménages peuvent envoyer à leurs parents au pays la somme de 1 000 000Mga nette par mois ou l’équivalent 340USD par mois et par femme de ménage.
    Pour 1000 femmes de ménages, le pays fait rentrer 340 000USD/mois soit 4 080 000USD/An (et avec un contrat de 4ans généralement : 16 320 000USD)
    Beaucoup de pays comme les Philippines, le Bengladesh, Indes, Indonésie, etc.. , profitent de cette manne contrairement à notre pays qui préfère tuer à petit feu sa jeunesse à cause de la jalousie maladive de certains responsables (ORY HAVA-MANANA).

    • 24 juillet à 11:52 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Si les pays développés crient à l’esclavage pour ces femmes de ménages. La raison est simple car ils veulent tous vendre dans ces pays du golfe leurs robots ménagers derniers cris (machine à laver, etc..) et l’existence des femmes de ménages mettent en puéril leurs business d’où leurs interventions à travers les organismes des Nations-Unies pour forcer beaucoup de pays à ne plus envoyer leurs travailleurs là-bas.
      Toutes les pseudo-élites de notre pays acquiescent sans aucune réflexion sur les vrais raisons.

    • 24 juillet à 14:17 | Gérard (#7761) répond à plus qu'hier et moins que demain

      alors là je dis bravo au« plus que moins » qui a écrit ci dessus que ceux qui s’indignent de l’esclavage domestique des « petites bonnes » dans les pays arabes ne pensent qu’a défendre leur part de marché en électro ménager ....

      bravo pour votre imagination ! mais vous devriez aussi pouvoir imaginer que pour bien des peuples frustrés par leur mentalité d’un autre temps, ces jeunes filles ou femmes sont à même de satisfaire à bien d’autres « nécessités »...

      réduire vos malheureuses compatriotes à un robot moulinex, il fallait y penser, avez vous réalisé un test comparatif ?

    • 24 juillet à 15:07 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Mr Gerard,

      Ici ou là-bas elles seront toujours la proie du plus vieux métier du monde mais là-bas avec des clients qui ne gagnent pas moins de 2USD/jour : Voyez-vous la différence ?
      Entre les femmes de ménage et les robots ménagers, les premières ont du coeur et des cerveaux tandis que les seconds ne peuvent pas prendre des initiatives : C’est la grande différence.

    • 24 juillet à 19:02 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Sans oublier évidemment pour la première des familles à nourrir voire des enfants à élever.

  • 24 juillet à 13:54 | Ibalitakely (#9342)

    Rehefa tongan y taona 2009 tsy vitan’ny nanimba tanteraka orinasa maro ry zalahy fa dia ny fanafarana [importat° sauvages] no nasetriny azy & mitohy izany hatramin’izao, ka asa inona no ho foronin’izao fitondrana raha tsy hoe « livreurs an’ireny grossistes & demi-grossistes » mandeha bajaj ireny angaha !!

  • 24 juillet à 18:16 | ETHAN (#9769)

    Hello,

    ## L’objectif est ‘’Comment Convertir sa Formation OU ses Etudes, en un emploi productif’’ ?

    ## La moitié de la population Malagasy a moins de 21 ans et qui devra être l’Avenir du Pays.

    ## C’est un Model Economic qui devrait piloter les formations, au lieu de former des Jeunes à ne rien faire !

    ## Les Filières universitaires et des Lycées professionnels doivent être en totale synergie avec les besoins économiques de Madagasikara. Les Acteurs de l’Economie qui sont proactifs sont les mieux placés pour définir leur vrai besoin en Ressource Humaines pour croitre
    = > Une des voies plus urgente à mon sens est l’industrialisation de Madagasikara au service de l’Agriculture et à celui des Matières premières pour ne pas les exporter à outrance et surtout à très bas prix.
    = > D’où l’importance ‘‘Pôle Universités Developpement’’ en Synergie avec tous les Acteurs de l’Economie’’, non seulement, afin d’instaurer une interopérabilité du ‘’Capital-Travail-Confiance’’, mais surtout afin que les JEUNES fassent partie intégrante des Processus économiques.
    = > Tout cela demande des investissements, non seulement au niveau des matériels comme outils de production, mais aussi une Banque de Développement pour Financer les crédibles Projets malagasy.
    = > Celui-ci ne peut être atteint qu’avec une meilleure vision de l’avenir, donc avec des réformes structurelles, pour un Model Economic à la hauteur des réalités ‘OUPS’ …la route est longue … …

    ## Or Madagasikara est en général un Pays au modèle économique patrimonial où il fallait être le Fils ou la Fille de … pour pouvoir gravir les échelons.
    = > Ce n’est pas étonnant que la majorité des Jeunes malagasy n’ont pas les moyens, les compétences, les connaissances ou les relations nécessaires pour convertir leurs études en un emploi productif. Car il n’existe pas non plus de voie structurée à suivre faute de Structurelles Réformes car aucune volonté politique depuis la nuit des temps !!

    • 24 juillet à 19:00 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à ETHAN

      Bonsoir,

      "## Les Filières universitaires et des Lycées professionnels doivent être en totale synergie avec les besoins économiques de Madagasikara. Les Acteurs de l’Economie qui sont proactifs sont les mieux placés pour définir leur vrai besoin en Ressource Humaines pour croitre
      = > Une des voies plus urgente à mon sens est l’industrialisation de Madagasikara au service de l’Agriculture et à celui des Matières premières pour ne pas les exporter à outrance et surtout à très bas prix."

      A mon humble avis, pour le premier point il faut tenir compte des réalités économiques des diverses régions de notre pays (vocation Agricole- Elevage-Artisanale et Minière) et l’installation des lycées professionnels suffit largement dans un premier temps pour éviter l’arnaque.
      Concernant le deuxième point il faut en premier lieu une mécanisation de l’agriculture pour augmenter la production (largement insuffisante) et idem pour les matières premières qui s’exploitent artisanalement à l’exception de celles aux mains des sociétés multinationales.

  • 24 juillet à 19:51 | atavisme premium (#9437)

    Le répéter ,encore et encore ,tous ces problèmes viennent du désintérêt total de la caste dirigeante pour tout cela .
    En bon reptiliens ,ils se préoccupent de la santé, de l’éducation ,de l’avenir de leurs enfants, mais pour les autres et surtout ceux du peuple ,ils s’en foutent complètement
    Ils laissent faire en terme d’éducation ce qui existe ,mais avec beaucoup de réticences, car ils pensent que c’est de l’argent perdu !
    Le problème est bien la philosophie et les idées politiques de ces gens ,qui sont plus proche des idées de leurs ancêtres esclavagiste, que d’humanistes modernes
    Ce n’est pas parce qu’ils sont Malagasy qu’ils sont meilleurs que l’ex colonisateur par exemple !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 160