Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 21 novembre 2017
Antananarivo | 10h37
 

Editorial

Services publics

mercredi 15 novembre | Sahondra Rabenarivo

En cette période d’adoption de la loi de finances pour 2018, quelques fondamentaux méritent d’être rappelés. La loi de finances est divisée en deux : la partie prélèvements et la partie dépenses. Car l’argent utilisé par l’État pour financer ses opérations ne tombe pas du ciel. Il est soit prélevé auprès des contribuables, emprunté auprès du FMI ou d’autres créanciers comme la Banque Mondiale, ou donné par d’autres partenaires techniques et financiers. Une fois prélevées, les recettes notamment fiscales et douanières doivent être réparties entre les institutions et ministères de l’État.

Dans les deux cas, ce qui sous-tend la démocratie, c’est le consentement des gouvernés. Après tout, ce qui a fait tomber les rois d’antan était le fait que le peuple (et notamment la bourgeoisie) n’avait rien à dire sur les taxes prélevées (surtout en période de disette ou autre difficulté) ni sur les dépenses (guerres ou châteaux somptueux). Ainsi, la loi de finances demande l’accord des contribuables quant aux taxes qu’ils paieront et sur la priorisation des programmes et dépenses de l’État.

Sur la partie prélèvement des recettes fiscales intérieures, il est utile de rappeler que le secteur privé joue un rôle central dans le prélèvement des impôts car les entreprises sont obligées de retenir à la source et verser les impôts sur les revenus de ses salariés. Les salariés ne savent peut-être pas combien ils contribuent aux caisses de l’État, n’ayant pas l’obligation (comme aux USA par exemple) de faire une déclaration annuelle individuelle de leurs impôts. Les entreprises collectent et versent également la TVA payée par le consommateur ultime de biens (voiture, frigo ou shampoing dans une grande surface) ou de services. Essentiellement, en fait, le secteur privé formel (et en théorie, l’État et les organismes publiques qui collectent l’IRSA des fonctionnaires, des élus et des employés des sociétés publiques) est le principal acteur dans la collecte des ressources de l’État. Le citoyen lambda, surtout s’il est dans le milieu informel ou rural, n’est pas vraiment concerné.

En contrepartie de ce prélèvement, les citoyens attendent des services et investissements publics. Si l’on prend l’exemple de la Catalogne, qui se plaint que sur chaque euro qu’elle verse en impôts, elle ne reçoit que 63 centimes en services et investissements publics, imaginez si on faisait le parallèle pour le secteur privé ou pour les zones à forte contribution fiscale malgaches, comme, il va sans dire, le Grand Tana. Pour chaque Ariary en impôt, combien revient en biens et services publics ? Chaque année, nous devrions examiner de près le budget de l’État et analyser les soldes (salaires des fonctionnaires), les dépenses de fonctionnement et les projets d’investissements de nos institutions… Est-ce que la priorisation de ces allocations nous convient et que dégage-t-elle comme résultats ?

Enfin, une des grandes questions sans réponse claire dans la loi de finances concerne les différents prélèvements non-fiscaux, comme les redevances, les droits divers (payés pour une licence, un permis, une autorisation quelconque), les frais d’inscription et taxes de régulation diverses. Certains des ministères à budget modeste dans la loi de finances (comme la pêche, poste et télécom) se rattrapent ailleurs… Mais où est la transparence sur la collecte et l’utilisation des recettes ? Y a-t-il consentement des gouvernés ?

Sous pression du CCOC, le MFB a mis en ligne le projet de loi de finances 2018. Voir les liens ci-après :

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF201/PROJET_CORPS_DE_LOI_LFI_2018.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_1.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_2.pdf

http://www.mefb.gov.mg/textes_lois/PLF2018/TOME_3.pdf

PDF - 648.1 ko
PLF 2018 Budget de l’Etat

10 commentaires

Vos commentaires

  • 15 novembre à 14:31 | Ibalitakely (#9342)

    « Dans les deux cas, ce qui sous-tend la démocratie, c’est le consentement des gouvernés. Après tout, ce qui a fait tomber les rois d’antan était le fait que le peuple (et notamment la bourgeoisie) n’avait rien à dire sur les taxes prélevées (surtout en période de disette ou autre difficulté) ni sur les dépenses (guerres ou châteaux somptueux). Ainsi, la loi de finances demande l’accord des contribuables quant aux taxes qu’ils paieront et sur la priorisation des programmes et dépenses de l’État. »
    - C’est justement pour tout cela qu’il faut élire des représentants du peuple alias députés [sénateurs : des élus-désignés !!] car 22 000 000 de têtes ne peuvent tous ensemble « voir-suivre-rouspéter-lever la main-demander 4x4 ... ». Donc ce qui revient à dire « élisez bien nos élus »./.
    - Un simple salarié, à part ce que son patron paie & à l’État & à la prévoyance sociale & à l’OSTIE etc, doit payer les 25% càd les 1/4 de son salaire en IRSA. En d’autres termes s’il touche Ar 100 les Ar 25 vont au trésor publique, ou encore sur 12 mois de labeur les 8 mois seulement lui reviennent tandis que les 4 restent dans la caisse de l’État tjrs. & en guise de reconnaissance on lui dit de payer des droits d’entrée de ses enfants à des écoles publiques, de sortir de sa poche les frais d’hôpitaux des membres de sa famille, de faire lui-même le asam-pokonolona le samedi sinon le dinam-pokonolona l’attend au tournant X, la nuit on lui dit de faire du andrimasom-pokonolona, ... & la liste n’est pas exhaustive. Sans parler des brigands récidivistes qui peuvent sortir des prisons comme si les pénitenciers ne reçoivent rien pour laisser les portes grandes ouvertes. Dans les pays où le peuple reçoit en retour le bon traitement d’un contribuable cela n’arrive pas.

    Répondre

    • 15 novembre à 14:32 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      ...élisons bien nos élus.

  • 15 novembre à 16:23 | Mihaino (#1437)

    « Un budget astronomique pour le cabinet » du CFM : Conseil du Fampihavanana Malagasy ou CRN Conseil pour la Réconciliation Nationale !! (Lu dans l’Express de Mcar ce jour).
    Nos députés sont-ils conscients que cette Institution , récemment mise en place, budgétivore , n’a plus sa raison d’exister !! Réconcilier qui avec qui ??!! Pour la stabilité politique de notre Pays , nos ex-dirigeants doivent s’entendre entre eux , entre hommes adultes et non comme des enfants dans une cour de récréation ! Les compatriotes n’ont jamais créé cette situation car les gens des Hauts-Plateaux investissent et construisent dans les Régions côtières et vice-versa , les Côtiers viennent dans la Capitale pour y construire et y vivre tranquillement !
    Le parti HVM part dans tous les sens en ce moment ! Précampagne oblige ! Inaugurations par ci par là, kits scolaires par ci par là ! Le Coliseum d’Antsomjonbé va être plein comme la dernière prestation du Pasteur Mailhol qui va soutenir Hery au 2è tour ! Que du cinéma ! Il faut BOUGER Mesdames et Messieurs les OPPOSANTS !

    Répondre

    • 15 novembre à 22:13 | Mihaino (#1437) répond à Mihaino

      Effectivement , je ne me suis pas trompé !!
      Le Coliseum était plein de collégiens (non encore électeurs et en blouse bleue bien sûr)accompagnés de leurs parents pour recevoir les kits scolaires et pour regarder gratos les stars gasy du moment ! Le HVM et Hery sont-ils conscients que tous ces spectateurs ne sont pas forcément ses électeurs !!!
      Tous les autres candidats potentiels pourraient aussi drainer toute une foule pour voir du spectacle gratuit avec des chanteurs(ses)célèbres, du moment que les stades et les lieux ne leur sont pas interdits dans toutes les grandes villes !!Que la campagne commence !!
      Wait and see....

    • 16 novembre à 11:11 | Vohitra (#7654) répond à Mihaino

      Bonjour à vous,

      A quoi pourrait servir cette institution ainsi que la réconciliation qu’elle ne cesse de prôner partout disiez-vous ?
      Dans la LFI, cette institution pourrait disposer d’un budget s’élevant à MGA 7.123.000.000 (35.615.000.000 FMG ) au titre de l’année 2018, au moins c’est déjà quelque chose, les membres auraient du boulot rien qu’avec cette somme faramineuse...elle sert à se servir d’abord...

      Vous savez, à chaque fête de commémoration du 29 mars ou de la fête nationale, les politiciens de tous bords ont l’habitude de se retrouver et se recueillir dans un temple ou une église, et là, ils se refusent à se réconcilier à l’intérieur de la maison de Dieu et corps de Christ, et ils veulent le faire uniquement en dehors et il faudra en plus que les contribuables les indemnisent au nom du fihavanana...
      Bref, à mon avis, cette institution ne servira tout au plus qu’à amnistier et réhabiliter les pilleurs de ce pays...

    • 17 novembre à 08:30 | rakotoson (#8023) répond à Mihaino

      Je ne comprends vraiment pas - et bon nombre de personnes seront de mon avis - pourquoi les dirigeants s’ évertuent à faire de cette réconciliation nationale .

      Qu’ importe la crise que nous avons vécue depuis 2009 , une crise dite socio - politique provoquée de toutes pièces par des hommes politiques - Andry Rajoelina et leur clique pour ne pas les nommer - qui n’ ont pas su attendre l’ année d’ après , terme naturel et logique du mandat du Président en exercice d’ alors Marc Ravalomanana - pour prendre le pouvoir avec des artifices de toutes sortes ayant entrainé des morts et des blessés , la chute vertigineuse de la situation socio - économique que nous paysons auu prix cher en cette année ... 2017 malgré les belles paroles et autres promesses creuses des dirigeants actuels .

      On a les députés qu’ on mérite . Dans le cadre de ces votes de la loi des Finances 2017 ( et ceux d’ avant ! ) , on peut se demander si ces élus dits paradoxalement - « solombavambahoaka » - s’ ils comprennent à quelque chose à tous ces épais dossiers et autres documents qu’ ils ont à éplucher avant de les voter .

      Voilà , les députés que les contribuables malgaches paient à plus de 25 millions fmg / mois et qui osent encore réclamer chacun un véhicule 4X 4 .

      N’ en déplaise à TPKL feu Me Francisque Ravony - le promoteur de tels avantages exorbitants voilà un héritage que l’ on pourrait qualifier - sans ambages - de... « empoisonné » . Et , tous les dirigeants successifs qui ont pris ça pour des avantages acquis pour ne pas les supprimer à coup d’ amendement et non de référendum comme nos dirigeants ont l’ habitude de recourir au nom soit disant d’une pseudo - démocratie ! malgré les problèmes au quotidien de la population .

  • 16 novembre à 10:54 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Il me semble avoir entendu hier que les dirigeants espéreront obtenir 12,5 % de taux de croissance du PIB pour l’année prochaine, ah oui, en plus des prébendes capturées ces pieds nickelés se nourrissent aussi de beaucoup d’espoir...

    Répondre

    • 17 novembre à 08:46 | rakotoson (#8023) répond à Vohitra

      UNE RECONCILIATION NATIONALE POURQUOI FAIRE ?

      Madagascar n’est pas un pays en guerre civile ou une guerre territoriale avec des voisins comme il en existe à travers le monde .

      Non , ce qu’ il faudrait c’ est une réconciliation entre ces politicards qui nous gouvernent et / ou qui essaient de prendre la place de ces derniers pour nous gouverner .

      Nous devons être le seul pays au monde qui dépense l’ argent public pour organiser une réferendum et / ou une réconciliation nationale .

      Avec les milliards que l’ Etat dépense pour ces opérations inutiles de nombreuses personnes sans abris, malnutris , adeptes des poubelles ... pourraient connaitre une vie meilleure

      Mais aller faire comprendre ceci aux politiques ! Quand on pense que même la Communauté Internationale finance une telle démarche en octroyant des prêts pour son organisation .Des prêts que nos enfants auront , un jour , à s’ acquiter alors que de réconicialtion nationale , ils n’ en verront pas la couleur .

      Le Gal de gendarmerie Rabotoarison peut - il être fier ,aujourd’ hui, de la réussite de « Sa » réconciliation nationale pour laquelle il a été payé par millions de fmg ?! Et, son dandy de successeur Maka Alphonse quelle magie sortira de son noeud paps pour que réconcilation nationale ne soit pas un vain mot ?

    • 17 novembre à 12:35 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Bonjour Vohitra et Rakotoson ,
      Je partage entièrement vos commentaires ! Que de dépenses inutiles engagées par ce régime HVM !?Je parie que le poids de la dette actuelle sera insupportable pour les futures générations !
      Wait and see...

  • 17 novembre à 12:44 | kartell (#8302)

    L’ union nationale n’a jamais été actée, entérinée, effective, pourquoi, dés lors, exhorter une conciliation nationale qui n’a jamais existé, sauf dans les intentions galvaudées des hommes au pouvoir qui entretiennent cette illusion, comme tant d’autres ?….
    Le pays n’est qu’un patchwork, décousu, où chaque ethnie se tient par la barbichette dans un faux-semblant d’unité nationale qui n’est que virtuelle dans les discours officiels mais pas dans les têtes de chaque citoyen !..
    Là, encore, on se la joue, on entretient une idée grandiose mais qui n’a aucune base réelle, ni aucune volonté politique !….
    Nous ne sommes pas en guerre civile, fort heureusement, mais nous n’arrivons pas à partager ce pouvoir, devenu prédateur, qui mine ce fol espoir d’unité nationale parce que l’intérêt clanique passe avant celui de la nation !…
    La réconciliation est une partie inhérente d’un collectif fort, d’un communautaire structuré, alors que, depuis belle lurette, l’intérêt, très privé et personnel, règne en maître dans les plus hautes sphères d’un état de plus en plus, hors-sol !….

    « Ne m’appelez plus jamais » réconciliation«  »
    la réconciliation m’a laissé tomber
    ne m’appeler plus jamais reconciliation
    c’est ma dernière volonté ".

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 395