Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 21 novembre 2017
Antananarivo | 10h37
 

Tourisme

Tourisme

Roland Ratsiraka accable les îles voisines

vendredi 3 novembre | Yvan Andriamanga

Le ministre du tourisme Roland Ratsiraka a parlé trop vite quand il a décrété que l’épidémie de la peste n’aura aucun impact sur le secteur tourisme à Madagascar, et cela au lendemain même de l’annonce officielle de l’état d’urgence d’épidémie de peste dans le pays. Depuis, l’épidémie est passée au niveau 2, la fréquentation n’a cessé de chuter, certaines pays comme les îles voisines Seychelles et l’île Maurice déconseillent à leurs ressortissants de se rendre à Madagascar. Les seychellois dont le coach de basket a péri de la peste pulmonaire ont même suspendu la desserte d’Air Seychelles vers la Grande Ile. Les annulations directes se situent au minimum à 10% selon les agences de voyages.

Face à ces catastrophes en série qui s’abattent sur le secteur tourisme, le ministre de tutelle Roland Ratsiraka s’en prend aux îles voisines notamment Maurice et Seychelles. Il dénonce leur attitude inamicale entre voisins. Il trouve que ces voisins en faisaient trop quand ils déconseillent la destination Madagascar. Et peut être même que les voisins en profitent pour nous décrédibiliser et attirer les potentiels touristes de la Grande Ile vers eux.

91 commentaires

Vos commentaires

  • 3 novembre à 09:08 | tiryco (#9153)

    qui ne vas pas réfléchir a 2 fois, avant de prendre la déstination madagascar , les vols pour la réunion sont bien moins chéres , pourtant la distance est plus éloignée , expliquez moi ce hic

    • 3 novembre à 09:36 | vatomena (#8391) répond à tiryco

      Au Sud ,les Dahalo , au Centre la Peste ,au Nord les Foroches !! Le pays a tout pour plaire .
      Le malgache " réel ’’ se révèle. Oubliées sont les années d’espoirs et de concorde .

    • 3 novembre à 10:46 | Tsisdinika (#3548) répond à tiryco

      tiryco,

      Il n’y a pas de hic. La destination Réunion est moins chère car elle est bien desservie par des compagnies défiscalisées ou low-cost qui se livrent une concurrence féroce. Et même Air France doit s’aligner au nom de la continuité territoriale j’imagine. Elle se ratrappe ensuite sur la ligne Antananarivo.

      vatomena,

      « le Malgache réel se révèle »...parce que nous sommes donc tous des dahalo, des perstiférés, des foroches à vos yeux ? Quelle bassesse d’esprit. La France fait face à toute sorte d’insécurité liée à l’islamisme, au banditisme petit et grand, aux gangs, aux trafics... est-ce que vous diriez que ça c’est la France réelle qui se révèle ?

    • 3 novembre à 13:11 | tanguy37 (#7699) répond à tiryco

      Toujours aussi C..ce povre ratsi !!

    • 3 novembre à 13:32 | tout va bien (#10059) répond à tiryco

      Je propose qu’on fasse circuler une pétition pour exiger que le prix Nobel de q.on.rie indélébile soit décerné pour les 7 années à venir (le cas échéant, reconductibles) à sa majesté le roi des q.ons roland rasty-raka !

      faites couler le rhum ... c’est lafety !

  • 3 novembre à 09:57 | I MATORIANDRO (#6033)

    Reto ol ray tarika @ antoko herdegan reto de samy tsy misy afitsoka daholo ary miala andraikitra @zay asa tokony ataony daholo !

    Ty mpanompo tonga saina ty moa zany d’efa tsy mahomby @zay rehetra ataony ary otran’ny sanatria voahozona zany izay zavatra raisiny !

    Ny mety ary tsara ho an’ty ol ty mba hampifitsaka azy mandritra ny fifidianana dia afindra departemanta hafa ndray izy aloha tahaka ny natao t@ rivo !

    Samia velon’aina !

    • 3 novembre à 11:39 | vatomena (#8391) répond à I MATORIANDRO

      Tyrico @— L’expression ’’réel ’ malgache est emprunté au forumeur Dirk Cab. Selon moi ,les malgaches d’aujourd« hui et surtout ceux qui nous dirigent ne sont pas dignes des ancetres - de ces ancetres qui se sont tenus droit durant toute l’occupation coloniale et qui ont su s’élever. Tandis que pour Dir Cab ,le »réel " malgache ,c’est celui qu’on voit agir aujourd’hui.Je n’en dirai pas plus à ce sujet .Vous etes témoin comme moi .
      L’image du malgache que je retiens c’est celle de l’homme d’église Botovasoa qui connut le martyre à Vohipeno et que les fahavalos décapitèrent et dont le corps découpé à la machette fut jeté au fleuve ..Il eut la force d’ame du martyr.

    • 3 novembre à 12:25 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Vatomena,

      « L’image du malgache », alors que moi, je ne retiens que le Smotig, les wagons de Moramanga, largage par avion, les fosses communes, les exécutions de Rainandriamampandry, Rakotondraibe, Lt Randriamaromanana, etc, la condamnation à mort et enfermement de nos élites pour les empêcher de prendre le pouvoir, après l’indépendance, comme l’image des colons,...Ca fait bcp,...

    • 3 novembre à 12:45 | vatomena (#8391) répond à I MATORIANDRO

      Vous avez donc oublié, Isandra ,les siècles d’esclavages et les corvées meurtrières imposées à tous par le régime monarchique , ce régime qui n’a pas trouvé de défenseurs en 1895 .
      Qu’est ce donc que le Smotig comparé à l’esclavage ? .Le Smotig ,c’était temporaire et rémunéré . Sans Smotig : pas de ponts ,pas de routes , pas de rails , pas d’irrigation ....comme aujourd’hui

      Le smotig correspondait au manque de main d’oeuve et à la période de guerre de la France contre l’Allemagne . Il a existé pour les grands travaux ,l’équipement du pays. Il a été utile au pays . Que se fait il aujourd’hui d’utile pour le pays ? la propreté des villes , ? la protection contre les inondations ? la relève des ponts écroulés ?

    • 3 novembre à 12:57 | vatomena (#8391) répond à I MATORIANDRO

      Isandra @_ Je vous laisse le loisir de faire le compte de tous les hommes et femmes de la cour que Ranavalo la première a fait exécuter pour s’emparer du pouvoir qui était dévolu à l’héritier de Radama.
      Combien de Gouverneurs Merina les mena lamba ont ils exécuté ?

    • 3 novembre à 13:09 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Vatomena,

      Pourtant, la différence, J. Ferry avait promis que les colons étaient en mission salvatrice pour civiliser les colonies, mais non pas, pour perpétuer leur sauvagerie,...

    • 3 novembre à 13:23 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Vatomena,

      Le lieutenant Boucabeille a décrit comme ceci la situation des esclavages, au moment où Galliéni a débarqué à Madagascar :

      « (…)l’esclave, aujourd’hui, n’était plus en somme qu’un domestique, il e restait plus guère des lois antiques que ce qu’elles avaient de charitable et de consolant ; le maître gardait à sa charge, nourrissait, entretenait la veuve, l’infirme, le vieillard et l’orphelin… le décret de libération délivre, du même coup, les maîtres des obligations qu’ils avaient envers tous ces malheureux (…) »

      En voici quelques uns. Le premier est extrait d’une thèse de doctorat en droit publiée à Paris, 1903, à propose des fanompoana (Smotig) :

      « L’esclavage à aucune époque n’avait atteint ce caractère de cruauté et les fonctionnaires exploitent les corvéables jusqu’à l’extrême limite de leurs forces. On a établi que le fanompoana [=la corvée] causait la mort de 20% des travailleurs employés […]. Malgré les services rendus par le fanompoana à Madagascar, il aurait mieux valu ne jamais l’appliquer que de soumettre tout un peuple à la condamnation aux travaux publics. »

    • 3 novembre à 14:58 | vatomena (#8391) répond à I MATORIANDRO

      Allez vous prétendre ,Isandra , qu’en 1940, 1950 ,1960 ,1970 ,les malgaches n’étaient toujours pas civilisés. Qu’ils vivaient encore comme au temps de la reine sanglante ,du tanguin,,des chrétiens ébouillantés, des menalamba fétichistes.?
      Le malgache civilisé ,ça commence avec qui ? Avec Tsiranana ou Ratsiraka ....?

    • 3 novembre à 15:12 | vatomena (#8391) répond à I MATORIANDRO

      Isandra — Si l’esclave malgache était heureux aupres de son maitre ,s’il était satisfait de ne pas avoir droit à une tombe familialle ,s’il était satisfait qu’on lui refuse d’avoir des ancetres comme les hommes libres (tsy razana ) ! j’aurais compris sa révolte contre le prétendu libérateur Gallèni . Or ,il ne s’est pas révolté .Il a accepté sa nouvelle condition . Comme exemple : le père de Ratsiraka ,Ralaimongo...

    • 3 novembre à 16:17 | vatomena (#8391) répond à I MATORIANDRO

      Isandra ___Fihavanana autrefois mais peut etre pas pour tous...
      @Isandra

      Vous revenez sans cesse au temps des colons et du Smotig . je vous invite à remonter dans le temps beaucoup plus loin ,au temps de la bonne reine ,Ranavalona 1 ère
      Témoignage de l’époque : «  »Apres la récolte du riz,le gouvernement met les hommes en réquisition pour tous les services imaginables ,selon le bon plaisir de la reine ou des fonctionnaires institués par elle .
      les plus malheureux sont ceux qui habitent le long des routes conduisant des ports de mer à la capitale . Ces pauvres gens ont tant de corvées à faire comme porteurs qu’il ne leur reste presque plus de temps pour l’agriculture .Beaucoup ont quitté leur cabane et leur champ pour se réfugier à l’intérieur des terres pour échapper à ces pénibles corvées .Les villages commencent à se dépeupler. La reine pour remédier au mal contre tout fugitif a prononcé LA PEINE DE MORT .Quelques petits villages ont été aussi peuplées d’esclaves de la reine qui n’ont d’autres obligations que de porter les fardeaux.Si les gens n’avaient qu’à transporter les denrées et les marchandises de la Reine,leur service n’aurait rien de trop pénible mais tout noble ,tout officier se procure des autorisations pour des services semblables ou force les gens à les lui rendre sans y etre autorisés .Ils n’osent se plaindre car comment un paysan pourrait il espérer justice contre un noble ou un officier ; Ils passent donc la plus grande partie de l’année sur la route .
      dans les endroits où ils n’ont point à porter des denrées ou des marchandises on les emploie à d’autres travaux .Du temps du roi Radama ,le pays était ,à ce qu’on dit ,infiniment plus peuplé . Sous le régime de la reine Ranavalo 1ère on n’a pas vu seulement plusieurs grands villages réduit à quelques cabanes mais beaucoup ont entièrement disparu ..

      .« Le Smotig du colonial a été utilisé sur de courtes périodes , à cause de la pénurie de main d’oeuvre ,à cause de la guerre en Europe , à cause de la nécessité de donner des infrastructures au pays . Il était un héritage des rois et des reines de Madagascar . Il était limité de 30 à 90 jours par an . Et aux requis ,on donnait à manger . »" Mai 1857

    • 3 novembre à 16:25 | vatomena (#8391) répond à I MATORIANDRO

      Isandra---On prétend que ,pendant la construction du Palais,’ 15 000 hommes ont succombé à la peine et aux privations mais cela a peu inquiété la Reine .La moitié de la population pouvait mourir pourvu que ses ordres supremes s’accomplissent.

    • 3 novembre à 16:45 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Vatomena,

      « Isandra — Si l’esclave malgache était heureux aupres de son maitre ,s’il était satisfait de ne pas avoir droit à une tombe familialle ,s’il était satisfait qu’on lui refuse d’avoir des ancetres comme les hommes libres (tsy razana ) ! »

      On n’a jamais dit que les esclaves étaient heureux quand ils étaient encore esclaves,..bien que certains n’aient pas voulu quitter leur maîtres,...mais, ce que je voulais vous dire ces pauvres, ils ont trouvé deux fois le noir,...parce qu’après leur libération, les fanompoana coloniales les attendaient plus dure que les corvées du maître quand ils étaient esclaves,...

  • 3 novembre à 10:07 | cool Raoul (#10042)

    c’est la fôte à tous les źétrangers
    de ne pas Madagascar visiter
    la belle et grande kermesse
    c’est encore la fôte à ’OMS

    Alors mon beau RORO
    le bon Don Quichotte
    enfourchera sa moto
    pour voir ses potes
    pour défendre ses idées
    ensemble tous seront arrives
    pour boucher sur les routes
    les trous et vaincre la peste
    et qui n’existe pas
    foi de ratsiraka
    croix de fer, croix de fer
    si je mens, je vais en enfer...

    PS : RORO, n’oublie pas ta casquette et maillot de bain car il fait chaud en enfer...

    • 3 novembre à 11:48 | tout va bien (#10059) répond à cool Raoul

      pas mal votre petite satire en vers ! il ne vous reste plus qu’à trouver un éditeur !

  • 3 novembre à 10:58 | tout va bien (#10059)

    Plus q.on et plus vicieux que roland le grotesque, alias « gasy le magnifique », tu meurs debout !
    Si HR ne veut pas que son régime de guignols banania sombre encore plus bas dans le ridicule, il devrait envoyer ce dangereux nuisible au PK18 pour lui faire subir moult séances d’électrochocs .... ou au choix, l’envoyer en mission aux îles éparses pour y développer la filière tourisme ...!

    Décidément, y a pas bon en république banania

    • 3 novembre à 15:03 | che taranaka (#99) répond à tout va bien

      AKORY LAHALY,

      avec l’ELECTION PRESIDENTIELE en vue ....je suis au regret de vous dire que votre idée de licencier un INCOMPETENT Betsimisaraka est tout simplement mauvaise.....QUOTAS ETHNIQUE oblige....

      en 2018 le combat sera entre Merino-merina ...pour cause de DEMOGRAPHIE ...dans le contexte actuel ce sera un Merina qui sera élu.....à moins que ZAFY et RATSIRAKA se réconcilient.... pour le reste il n’y a que les karanas qui trouvent que la DESTINATION Madagascar est une bonne idée....avec la coopération karano-françafrique......leur profit est à 400%.....l’attitude égoïste des pôvres gasy et la CORRUPTION....voici ils sont milliardaires en $......

  • 3 novembre à 11:48 | reviv (#9830)

    hormis le prix exorbitant du billet d’avion, ligne intérieure en particulier.....
    vos prestations et tarifs locaux sont excessifs (c’ carrément du vol) comparés à ce que l’on peut trouver ailleurs,
    revoyer votre copie mesdames, messieurs.
    ajouté à cela l’insécurité omniprésente, le désordre local, le décor de la saleté, etc.etc
    au final, quel bilan ? quels résultats ? nada...
    le tourisme est avant tout la recherche du plaisir et la liberté de découvrir un pays sans se faire arnaquer et détrousser,
    le tourisme se fait dans la quiétude et la tranquillité pour visiter et rencontrer des gens et leur culture,
    pratiquer la détente de pouvoir découvrir des endroits sympa et pouvoir aller au restaurant la nuit en toute quiétude et sans appréhension et non le contraire,

    se morfondre n’est pas une solution......

    • 3 novembre à 12:23 | vatomena (#8391) répond à reviv

      Avec French Blue - Aller simple Saint Denis / Paris : 220 euros --- 11 heures de vol
      Air Madagascar - aller simple Saint Denis - Ivato . autour de 300 euros __ 1 heure trente de vol

  • 3 novembre à 12:01 | Isandra (#7070)

    Bon ! Quel type de solidarité Roland R voulait réclamer à ces voisines ? Tous au lit de la mort ou Tous malade ?

    Je ne m’attendais pas que R Ratsiraka est aussi en retard, en matière d’hygiène et prévention,...Peût être, chez lui, même si quelqu’un est enrhumé, avec le nez qui coule, (pour ne pas prendre une autre maladie contagieuse,...) ils continuent de se faire la bise,...l’accolade, pour que cela se transmette et tout le monde soit malade par solidarité pour celui qui est malade,...etc

    Le ridicule ne tue vraiment pas,...

    Pour les vazahas qui ont l’habitude de généraliser le cas isolé, ce n’est pas comme ça le vrai fihavanana,...

    • 3 novembre à 13:23 | tout va bien (#10059) répond à Isandra

      @isandra

      « .. ce n’est pas comme ça le vrai fihavanana,... » (SIC)

      Vas-y, donne-nous un seul exemple de « vrai » fihavanana !

      je te mets sur la piste des exemples de vrai fihavanana au royaume des gasy champions du déni de réalité :

      *le beau dialogue fructueux etnonmoins consensuel malgacho-malgache
      *le grand élan d’amour qui unit les merina aux côtiers
      *la solidarité et la compassion exemplaire des nantis etnonmoins gros porcs gasy envers leurs concitoyens qui crèvent la dalle et meurent faute de pouvoir se payer un antibiotique !
      *l’éducation pour tous
      *la santé pour tous
      *une nourriture riche et abondante pour tous
      *zéro criminalité
      *zéro perversion, genre cette belle tradition ancestrale qu’est l’inceste

      ....je continue ? ... ou t’as pigé ?

      Je crois qu’au lieu de claironner ta q.on.rie sur tous les toits au vu et au su de tous , tu ferais mieux de la boucler isandra !

      y a pas bon en république banania !

    • 3 novembre à 13:35 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Tout va bien,

      En effet, c’est comme ça , le vrai fihavanana déformé par les colons,...l’obéissance et soumission totale,...tout sauf le fihavanana quoi...!

      L’inceste ou la consanguinité n’avait jamais existé en France, fouillons les archives...!!!

    • 3 novembre à 14:15 | tout va bien (#10059) répond à Isandra

      @isandra

      Pôv’ fille ! c’est tout ce que t’as trouvé à répondre « ....l’inceste et la consanguinité n’ont jamais existé en France, peut-être !?... »

      Bien sûr, ma grosse, que ça a existé et que ça existe encore !

      sauf que ... En France et dans notre culture, ces pratiques sont considérées à juste titre comme des perversions et des crimes graves !

      Contrairement à la culture gasy qui encourage et cautionne, en vertu de la tradition ancestrale, ce genre de pratiques fiahavananesques etnonmoins révoltantes !

      « Toi y en arrive pas à faire la distinction entre les deux, isandra ?! »

      Donc, à part ce désaccord « mineur » sur le caractère criminel de l’inceste, j’en déduis que pour tous les autres points que j’avais mentionnés, tu acceptes ces fléaux comme faisant partie intégrante de ton fihavanana .... comme naguère zanadralambeaux qui défendait bec et ongles la pratique répugnante du famadihana !
      Z’êtes vraiment mal barrés mes pôv’ indigènes !

      Y a pas bon ! ... y a pas bon du tout !

    • 3 novembre à 14:29 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Tout va bien,

      J’avais bien raison de mettre en garde les vazahas qui ont l’habitude de généraliser, le cas isolé,...

      Parce que d’après vous, le fomba seulement pratiquée par certaines ethnies est une coutume des tous les Malagasy,...?

      La diversité, ça vous ne connaissez pas,...par exemple, le famandihana, seules certaines régions qui le pratiquent encore, les autres non,...

      Quant à l’inceste, notez bien, « 4 millions de victimes de l’inceste en France », on dirait une nouvelle coutume en France.

      http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1460388-4-millions-de-victimes-de-l-inceste-en-france-moi-qui-pensais-etre-seule-a-l-avoir-subi.html

    • 3 novembre à 14:37 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Tout va bien,

      « sauf que ... En France et dans notre culture, ces pratiques sont considérées à juste titre comme des perversions et des crimes graves ! »

      Cependant, cet article met le doute, intitulé « La loi qui interdit et légitime l’inceste en même temps »

      http://www.slate.fr/story/129248/loi-inceste

    • 3 novembre à 14:40 | tout va bien (#10059) répond à Isandra

      @isandra

      T’as raison isandra .... enfonce bien ta p’tite (ou grosse) tête dans le sable, continue à faire l’autruche ... et tu as raison : Tout irait si bien si les vazaha n’étaient pas passés par là !

      T’as raison .... y a bon patauger dans la fange culturelle gasy !

    • 3 novembre à 15:37 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Tout va bien,...

      C’est simple, avant de vous amuser à rabaisser et mépriser les autres, balayer d’abord devant chez vous,...parce que là bas, non plus, tout n’est pas clean,...

    • 4 novembre à 10:20 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      à Isandra,laquelle prétend que c’est Galliéni qui a divisé les malgaches pour mieux régner .
      Alors que les divisions ,les antagonismes entre malgaches ont toujours existé
      Aujourd’hui ,120 ans apres, ::Sors de là ,tu n’es pas de ma tribu. : !

      «  »Affrontement entre civils et militaires, à Antambohobe Ambatofinandrahana. Le bilan fait état de six morts. Deux soldats du Détachement Autonome de Sécurité (DAS) sont, pour leur part, blessés.
      Ce heurt sanglant est le summum de plus d’une décennie de cohabitation houleuse entre des villageois, appartenant à deux TRIBUS différentes. Alors qu’une tension couvait, des problèmes de troupeaux qui empiètent dans les pré-carrés des deux collectivités respectives
      n’ont fait qu’envenimer la situation.
      Les villageois, en conflit, étaient sur les nerfs dans cette guéguerre, figée dans un cercle vicieux. "

  • 3 novembre à 12:19 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    On ne peut que déplorer les dérives, dérapages incontrôlés de cette famille d’ incompétents .
    Honte de rien et arrogants comme tout incapable qui se respecte, accuser les autres de sa médiocrité crasse fait toujours recette, et semble encore convaincre cette minorité qui prétend représenter la majorité .
    Quid de la sécurisation & désinfection des golfs ?
    Comme bouffon salama ...

  • 3 novembre à 12:59 | FINENGO (#7901)

    @ vatomena (#8391)

    Bonjour Grand Homme..
    Toujours ayant à faire avec des ignorants ce que je vois. Mdr.
    Ca ne veut pas faire la différence entre le Smotig et l’ esclavage.
    Ahahahahaha ; Malheur..!!
    Aller je reviendrais tout à l’heure, je suis en pleine peinture des volets, avant que le temps se dégrade l’hiver est derrière la porte..LOL
    A+

  • 3 novembre à 13:37 | dominique (#9242)

    bonjour
    évidemment la peste n’attire pas les touristes c’est une certitude
    mais il n’y a pas que cela !!!
    allez voir a l’arrivée des vols internationaux et vous aurez tout compris aux douanes c’est a celui qui va essayer d’arnaquer les touristes car pour débarquer au passage des douanes avec eux TOUT est interdit même un paquet de chocolats pour les gosses !! ou 5/6 paires de chaussures ou autres choses tout est pareil Mais si tu envoie un bon billet tout est autorisé !!! ALORS ça les touristes a leurs retour en parlent partout et voila pourquoi de moins en moins également de touristes veulent ce faire en merder a Mada ; vous allez partout ailleurs sur les iles comme Maurice ou autre et on vous fout la paix PARTOUT ....a Mada c’est être en merdé de corruptions partout !!!!!! et ça les touriste en ont le raz le bol !!!!! cordialement

    • 3 novembre à 14:17 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à dominique

      Faire du tourisme à Madagascar est devenu complètement ubuesque
      A part les paysages magnifiques et la mer ,qui ne sont pas le fait des autochtones, que faire en ce pays ?
      Bien sur il y a encore et toujours le tourisme sexuel ,heureusement oserais-je dire pour les finances de beaucoup de familles et la corruption des forces du désordres ?
      L’insécurité ambiante la saleté des plages , le comportement des fonctionnaires des forces de sécurité (corruption) et maintenant la peste c’est la totale .
      Donne les vola vazaha !!!!!!!!!!!!

  • 3 novembre à 13:52 | FINENGO (#7901)

    @ Tsisdinika (#3548)

    Vos comparaisons avec le Banditisme en France , voir même si vous le voulez la criminalité aux USA, n’ a rien à voir avec ce qui se passe à Madagascar. Au lieu de vous défendre maladroitement, comme beaucoup ici le font, à l’exemple d’Isandra pour n’en cité que ça.

    Sous vos yeux vous avez les plus Gros Assassins du Monde, car cette cellule Gouvernementale Malgache tient tout de même par les CO.UIL.LES 25 Millions d’êtres Humains, me semble t-il, et là je vais vous dire même l’attentat du 11 septembre aux USA est P.ipi de chat en comparaison de la Gravité de la chose. Mais ça vous avez du mal à l’assimiler.
    Ayez au moins un minimum de réflexion avant de dire n’importe quoi. Pour vous dire, avec une pensée pour Vatomena, la France est d’une générosité hors du commun, qu’elle entretient financièrement des familles qui se battent CONTRE ELLE à coup de bombes. Le Jour où Madagascar arrivera à cette état d’esprit là, il serait bien sortit de la M.erde, mai ce n’est pas pour demain.

    • 3 novembre à 14:43 | vatomena (#8391) répond à FINENGO

      Comme exemple de générosité mais aussi de betise française prenons exemple sur le cas de ces djihadistes français qui perçoivent encore le RSA alors qu’ils combattent avec Daesh. L’argent arrive à la maison et la famille fait suivre jusqu’au fier combattant . Les beaux esprits préparent déjà le retour au foyer français des femmes et des enfants de ces furieux . Prière de s’apitoyer sur leur triste sort .

  • 3 novembre à 14:47 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090)

    Isandra,
    Excellent article que vous nous avez trouvez la .
    Nous y apprenons que le coupables sont jugés en France ,est ce le cas à Madagascar ?
    Ensuite ces 4 millions de cas est sur 1 an 10 ans ,rien ne le dis .
    Alors c’est sur ,comme il n’y a aucune statistique sur ce sujet à Madagascar nous pouvons dire n’importe quoi !
    Moi j’affirme qu’a Mada c’est 4 millions de cas par mois .
    Pouvez vous me prouver le contraire ?

    • 3 novembre à 14:54 | tout va bien (#10059) répond à ALIBABA SANS LES 40

      @Alibaba sans les 40

      je voudrais pas vous décourager, mais comme elle est constamment à court de vrais arguments, pour toute réponse mémère isandra risque de vous dire :
      « ...parle à mon q., ma tête est malade ! »

      C’est pas beau la communication à bâtons rompus sur MT ? MDR !

  • 3 novembre à 14:56 | FINENGO (#7901)

    Désolé, ça ne va pas plaire à cool raoul , mais je vais être très Grossier encore une fois de plus.
    Monsieur Roland Ratsiraka accable les iles voisines.
    Non Messieurs, Non Mesdames. C’est le contraire de ce qui mentionner .
    LES ILES VOISINES ACCABLENT Roland Ratsiraka.
    De toute façon le Roland à tout hérité de son Assassin de Père, le Nommé Didier Ratsiraka.
    Menteur, Tricheur, Assassin, Voleur et pour englober tout ça PROFITEUR.
    Quand un Pays ne possède que des Politichiens improvivés, il ne faut pas s’y attendre à un résultat positif minime soit-il. A Madagascar qui veut, peut faire de la Politique, qui veut peut être Ministre à condition à être du bon bord. Dans ce Pays tout n’est que fumisterie, et ça plus d’un ici ne l’accepte pas, je ne citerais personne ce coup ci ils se reconnaitront, avec leurs comparaisons en posture de défense qui ne riment à rien que pour le seul fait de les rendre un peu plus ridicule qu’ils étaient.

    On Parle des Lois à Madagascar, mais de quoi parle t-on. Les Magistrats qui sont les garants des lois sont les Premiers à être corrompu. Alors on pourrait se poser la question de savoir si ces gens là ont été en école des Droits, ou en formation de Banditisme au sein de la Mafia Sicilienne.

    Sur ce Pays dit Madagascar, on pourra se poser toutes les questions que l’on voudra.
    La Réponse est unique. C’est : Le Pays sans avenir, où rien ne va. Du moins jusqu’à ce jour.

    • 3 novembre à 15:27 | tout va bien (#10059) répond à FINENGO

      @finengo

      19/20 !

      J’vous ai enlevé un p’tit point pour avoir écrit que didier le sanguinaire, amiral de chiottes de son état, était son père ! En fait c’est son oncle ! ... quoique je suis d’accord que ça change pas grand chose.... une famille de gros q.ons
      nobélisables !

      cdt

    • 3 novembre à 15:46 | KARIBO (#7602) répond à FINENGO

      Bonjour .
      Vous n’ y allez pas avec le dos de la cuillère , « rien ne va » ?

      La corruption ne s’ est jamais aussi bien portée
      le banditisme, rivalise avec la corruption
      L’ analphabétisme n’ a rien à leur envier
      Quant à la santé, les virus sont là pour prouver le contraire, et contredire au passage notre émérite ministre du tourisme .
      J’ éluderai les détournements et kidnappings, qui ne sont pas en restes .
      Finalement , tout ne va pas aussi mal qu’ on voudrait bien nous le faire croire ⚠︎ .

    • 3 novembre à 17:22 | tout va bien (#10059) répond à FINENGO

      @karibo

      au temps pour moi ! j’avais oubliéles jkidnappings sangla !

      J’vous ai enlevé un p’tit point pour avoir écrit que didier le sanguinaire, amiral de chiottes de son état, était son père ! En fait c’est son oncle ! ... quoique je suis d’accord que ça change pas grand chose.... une famille de gros q.ons
      nobélisables !

      cdt

    • 3 novembre à 17:22 | tout va bien (#10059) répond à FINENGO

      @karibo

      Au temps pour moi ! j’avais oublié les kidnappings sanglants dans la liste que j’avais dressée pour « dame » isandra !

      Merci d’avoir rectifié ce malencontreux oubli !

      cdt

  • 3 novembre à 16:19 | Albatros (#234)

    @ Isandra
    Je vous conseille de remontez au temps des pharaons et de la construction des pyramides pour assouvir votre besoin de remettre aux temps anciens (colonisation incluse !), la responsabilité des problèmes que rencontre aujourd’hui (nous sommes le 03 novembre 2017 !!!!), Madagascar.

    @ Vatomena (#8391) post : 13 novembre 12:23
    Vous devriez aussi faire le calcul en tenant compte des taxes aéroportuaires comprises !. Ce qui relativise parfois les « bénéfices » que font les compagnies aériennes sur les billets d’avion.

    @ Tout va bien (#10059) post : 13 novembre 13:23
    Je ne l’aurais pas dit comme ça, mais je suis assez d’accord avec vous.

    @ Dominique (#9242) post : 13 novembre 13:37
    Il y a, malheureusement un fond de vérité, vécu pour ma part !, dans vos dires ( Isandra trouvera certainement que c’est la même chose à l’arrivée à Paris ! ;-) ), mais je dois reconnaitre que ces pratiques disparaissent un peu à chacun de mes voyages.

    • 3 novembre à 16:40 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Bonjour Albatros —
      Vous avez raison de rappeler les excès des taxes aéroportuaires .Au passage ,je vous rappelle que Sur chaque billet vendu en France il est prélevé une petite somme pour soigner du Sida en Afrique du Sud . C’est une taxe ’inventé " par Jacques Chirac lui meme . La taxe Chirac sur les billets d’avion en France est toujours en vigueur
      .
      En Egypte ,au temps des pharaons ,les esclaves construisaient les Pyramides . Pour Madagascar ,on peut se demander quelle oeuvre monumentale ,impérissable a été construite par les esclaves malgaches. Il n’y a rien .

    • 4 novembre à 00:04 | Albatros (#234) répond à Albatros

      @ Vatomena
      Bonsoir !.
      En ce qui concerne la « Taxe Chirac », je vous donne un lien pour savoir ce que j’en pense !.
      Si cela vous intéresse bien sûr !.
      Cordialement.

      http://albatros1948.canalblog.com/archives/2014/01/16/28964514.html

    • 4 novembre à 00:18 | Albatros (#234) répond à Albatros

    • 4 novembre à 08:08 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Merci Albatros pour la précision des documents qu’on peut lire sur le blog « Albatros » . Est ce bien vous qui tenez ce site ?

    • 4 novembre à 10:35 | Albatros (#234) répond à Albatros

      @ Vatomena

      Oui !. Quand mes autres « occupations » m’en laissent le temps !.

    • 4 novembre à 10:48 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Puis je ,Albatros , vous adresser une page -souvenir - témoignage sur ce blog ?

    • 4 novembre à 12:02 | Albatros (#234) répond à Albatros

      Pas de problème, Vatomena !.
      Les commentaires sont bienvenus !.

    • 4 novembre à 12:07 | vatomena (#8391) répond à Albatros

      Puis je ,Albatros , vous adresser une page -souvenir - témoignage sur ce blog ?

      Comment vous adresser ce document personnel ,Albatros ?

    • 4 novembre à 13:41 | Albatros (#234) répond à Albatros

      Vatomena,
      Il y a sur le Blog (en bas du « cartouche » à droite de l’écran !), une rubrique pour « contacter l’auteur », juste au dessus de celle permettant de s’inscrire à la Newsletter.
      Cela vous permettra de me communiquer (en toute discrétion !) une adresse mail et d’avoir la mienne en retour.

  • 3 novembre à 16:41 | FINENGO (#7901)

    vatomena (#8391)
    Oui Vatomena, on entretient même ses propres ennemis .
    Il fallait le faire celle-là.
    D’autant plus que c’est un exemple permis tant d’autres.
    Des aberrations il y en et plus que ce pourrait imaginer.
    Tous les jours il en sort un fait divers à ce sujet..Mdr
    Vaut mieux en rire que d’en pleurer..!!!

  • 3 novembre à 16:55 | FINENGO (#7901)

    3 novembre à 16:45 | Isandra (#7070)

    Vatomena,

    « Isandra — Si l’esclave malgache était heureux aupres de son maitre ,s’il était satisfait de ne pas avoir droit à une tombe familialle ,s’il était satisfait qu’on lui refuse d’avoir des ancetres comme les hommes libres (tsy razana ) ! »

    On n’a jamais dit que les esclaves étaient heureux quand ils étaient encore esclaves,..bien que certains n’aient pas voulu quitter leur maîtres,...mais, ce que je voulais vous dire ces pauvres, ils ont trouvé deux fois le noir,...parce qu’après leur libération, les fanompoana coloniales les attendaient plus dure que les corvées du maître quand ils étaient esclaves,...
    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Isandra vous aviez connu un membre de votre Famille ou une connaissance quelconque qui aurait été Esclave, et qu’une fois libéré de l’esclavage il aurait travaillé pour les Colons et qu’il vous auriez raconté qu’était plus dur de l’esclavage.

    Mais vous êtes entrain d’inventer une histoire de chiotte, tout en vous pissant dessus Non ???

    • 3 novembre à 16:57 | FINENGO (#7901) répond à FINENGO

      Erratum
      Vous auriez raconté que c’ était plus dur que l’esclavage..............

    • 3 novembre à 17:08 | Isandra (#7070) répond à FINENGO

      FINENGO,

      Parce que le Sénile attendez que la peste frappe votre famille, avant d’accepter qu’elle existe vraiment...?

  • 3 novembre à 16:57 | Isandra (#7070)

    Vatomena,

    C’est vrai, le gouvernement Malagasy de cet époque n’était pas en reste, là-dessus,

    Cependant, il est plus écoeurant de savoir que les gens qui étaient censés apporter la civilisation, partiquaient aussi la sauvagerie, la barbarie,...

    Pour vous permettre de savoir son ampleur, voici encore des passages d’une pétition de 51 colons français au Gouverneur Général Gallieni, le 13 janvier 1900 :

    « M. le Gouverneur,

    Comme nous tous vous êtes au courant de la mortalité effrayante qui frappe les prestataires employés à la construction de la route de Tananarive-Tamatave : elle a atteint dans ces derniers mois une proportion si grande qu’on peut prévoir qu’à brève échéance, la population même la plus valide des hauts plateaux sera tellement réduite que les colons ne pourront bientôt plus rien entreprendre, tant au point de vue du commerce que de l’agriculture et de l’industrie, dans ces régions où ils ont cependant le plus de chance de réussir.

    La question commence à se poser sérieusement de savoir s’il n’est pas préférable de ne pas avoir de routes, mais de conserver une population valide susceptible de mettre Madagascar en valeur, plutôt que de créer de belles pistes carrossables au prix de tant d’existences humaines sacrifiées, dans un pays où la population, si peu dense au moment de la conquête, s’éclaircit tous les jours davantage. Les indigènes sont d’ailleurs tellement las et exténués par des corvées et des travaux incessants, qu’ils déclarent aujourd’hui hautement préférer la mort à toute occupation autre que celle de la culture de leurs champs. (…)

    C’est donc avec une fréquence vraiment inquiétante que se multiplient ces actes d’arbitraire dont chaque jour, colons et Malgaches ont à se plaindre. L’indigène est arrêté, emprisonné pendant des mois sans jugement, sans interrogatoire ; et cela avec d’autant moins de ménagements que le détenu est toujours utilisé comme main d’œuvre économique. »

    • 3 novembre à 17:16 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Isandra --- la légende anti coloniale ne date pas d’hier et celle de 1947 non plus .Rappelez vous des 100 000 et meme 200 000 morts imputés à la rebellion . Les historiens modernes ont fait justice .

      Les colons ,traiteurs ,voyageurs ,soldats avaient une mortalité supérieure à celle des indigènes au début de la colonisation . Tamatave ’’cimetière des Blancs ’__ L ’Afrique " mangeuse d’hommes ’’.
      et puis ,il y eut L’institut Pasteur ,les médecins de la Coloniale ,les vaccins ,les thérapies .. et la Vie s’est épanouie !

    • 3 novembre à 17:24 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vatomena,

      « Les colons ,traiteurs ,voyageurs ,soldats avaient une mortalité supérieure à celle des indigènes au début de la colonisation . Tamatave ’’cimetière des Blancs ’__ L ’Afrique » mangeuse d’hommes ’’."

      C’était la nature, en tout cas, c’était bien fait pour eux, personne ne les avait demandé d’y débarquer,...

      J’avoue tout de même que les colons avaient apporté et y laissé des belles choses , mais cela ne justifie pas leur acte,...leur atrocité, leur crime contre l’humanité dirait l’autre jeune charismatique Macron,...

    • 3 novembre à 17:25 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ,...personne ne leur avait demandé,...

  • 3 novembre à 17:19 | vatomena (#8391)

    Je vous rappelle Isandra que la révolte de 1947 eut lieu un an apres l’interdiction du Smotig — pas Avant .

    • 3 novembre à 20:55 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Isandra __ De meme les Vazimba n’avaient pas demandé aux Hova de monter sur les plateaux pour les exterminer . De meme les Masikoro n’avaient pas demandé à etre raflés par les Sakalaves . Il est vrai que les malgaches n’avaient pas demandé qu’on leur apporte la lampe à pétrole ,l’électricité ,la fontaine publique ,le pont ,la route , la roue ,le vaccin .le manioc. De hardis navigateurs ,puis des traitants leur ont ouvert un monde nouveau . Le malgache avait sa pirogue mais il ignorait la marine à voile .Il subsistait enfermé dans son ile . Ce sont les navigateurs qui lui ont ouvert la porte du monde . Le Monde appartient à ceux qui bougent . Un con qui marche va plus loin que deux philosophes assis . Et le Malgache se tenait dans sa case sans bouger .

  • 3 novembre à 18:39 | FINENGO (#7901)

    @ Isandra

    3 novembre à 17:08 | Isandra (#7070) répond à FINENGO ^

    FINENGO,

    Parce que le Sénile attendez que la peste frappe votre famille, avant d’accepter qu’elle existe vraiment...?
    ++++++++++++++++++++++++++++++

    Isandra je vais être dégueulasse vis à vis de toi, puisque tu l’es aussi à mon égard.
    Ta Propre Famille crèvera de la Peste avant que celle-ci atteigne la Mienne. Mais, je dirais mais car on ne sait jamais avec les Gasy, ils sont tellement truffés de pouvoirs surtout maléfiques qu’il faudra s’en méfier tout de même.

    La Peste à Madagascar ce n’est pas une importation faite par les Colons, mais pas du tout. C’est seulement le fruit de votre Malpropreté, vos insalubrités dans lesquelles vous aviez pris goût à vivre. Mais restez-y encore pour longtemps, si ça vous plait, à priori même vos Hommes au Pouvoir s’en accommodent.

  • 3 novembre à 18:49 | FINENGO (#7901)

    @ Isandra

    La réponse que tu as ci-dessus, tu l’as cherché.
    Car aujourd’hui je ne t’ai pas parlé, même une fois de la Peste.
    Je te parlais de l’histoire de ton esclave qui plus heureux en étant esclave que de travailler chez un Colon.
    Continue comme ça et tu en prendras plein la Tronche comme d’hab. Tu me diras tu en as l’habitude et à croire tu le cherches pour tes fantasmes.

  • 3 novembre à 21:09 | FINENGO (#7901)

    @ Isandra..

    Oui tu pourras fantasmer comme d’habitude.
    Je cite :
    « Le jeune charismatique Macron,... »
    Oui mais celui là tu ne l’auras pas dans ton lit.
    Le Charismatique Macron, n’aime pas du tout l’insalubrité et ce qui en dérive.

  • 4 novembre à 08:14 | lysnorine (#9752)

    @Isandra-3 novembre à 16:45 répond à I MATORIANDRO

    « .parce qu’après leur libération, les FANOMPOANA COLONIALES les attendaient PLUS DURE que les CORVÉES du maître QUAND ILS ÉTAIENT ESCLAVES »

    Misy karazany maro ny « fanompoana » sy ny « asa an-terivozona » - na mivantana na an-kolaka, miendrika FANANDEVOZANA ankitsirano izao, faha-fanjanahan-tany, araka izao lahatsoratra navoakan’ny gazety boky « La Révolution prolétarienne » izao ( 6e année, n°102, 15 avril 1930, pp. 3.115 - 6.118)

    « AUTOUR DU COMPLOT DE MADAGASCAR – Panorama Malgache »
    ( Suite et fin)
    par J. PÉRA

    LE TRAVAIL FORCÉ

    [...] [c’est] toute une SÉRIE d’ATTENTATS à la LIBERTÉ lindividuelle dénommés RÉQUISITIONS, CORVÉES, PRESTATIONS, DEUXIÈME CONTINGENT, RAMASSAGE, VAGABONDAGE, ENGAGEMENTS (OBLIGATOIREMENT) VOLONTAIRES , toutes choses qui se rapprochent de l’ESCLAVAGE et du SERVAGE tout en n’étant ni l’un ni l’autre, étant seulement caractéristiques de la période d’exploitation impérialiste préprolétarienne [...]

    nous allons passer une revue rapide de ces diverses formes de travail forcé. Puisqu’il faut un ordre, nous irons de la moindre à la plus terrible.

    L’INDIGÉNAT

    On appelle ainsi les PUNITIONS DISCIPLINAIRES infligés par des agents de l’administration à des INDIGÈNES qui ne sont coupables d’AUCUN DÉLIT mais ont commis une « FAUTE » ou ont DÉPLU À L’ADMINISTRATEUR en quelque manière. Ces condamnations ne peuvent pas, théoriquement, dépasser cinq jours de prison c’est-à-dire de TRAVAIL GRATUIT .

    Malgré qu’elles soient INDÉFINIMENT RENOUVELABLES, elles sont peu de choses pour la production...Mais elles permettent à l’administrateur de rendre service à ses amis :

    « A Sambirano tous les habitants, hommes et femmes, font par an quelques jours d’indigénat. MOTIFS DES PLUS FUTILES ou, le plus souvent, parce que ces indigènes veulent s’occuper de leurs cultures vivrières ou de leur vanillerie au lieu de travailler pour certains colons favoris de l’administration...Ces colons promettent un salaire mensuel de 45 francs aux femmes et enfants travaillant à la fécondation de la vanille, mais ne leur paieraient une fois le travail fait que 25 francs... » [...]

    LE RAMASSAGE

    Quand on n’a pas de gens à « condamner » il faut se débrouiller quand même. On les déclare « makabao » (vagabonds) et on les « ramasse ». Les malheureux n’ont souvent même pas le temps d’avertir leur famille. Il leur faut partir tout de suite, porter à plusieurs journées de marche la « filandzane » (chaise de M. l’Administrateur ou des ballots très lourds.

    Le samedi 10 novembre 1928 « un bourjane ramassé de cette façon a refusé de suivre le RECRUTEUR. Mal lui en prit. Quatre recruteurs le traînèrent de force au bureau des transports. En résistant et en s’accrochant sur le sol, le bourjane fut blessé, en s’écorchant les pieds et les mains, tandis qu’il se cramponnait aux cailloux de la route sur laquelle il était traîné, tel une charrette. Arrivé au bureau des transports, il a refusé catégoriquement de partir comme porteur, en dépit des NOMBREUX COUPS DE PIEDS qui lui furent généreusement distribués. Il tint bon et à force de recevoir des coups, son salaka tomba. Finalement, voyant que l’on ne pouvait avoir raison de son entêtement qui stupéfiait les spectateurs, on le laissa s’en aller non sans l’avoir encore gratifié de quelques horions bien appliqués. » [...]

    Avez-vous une idée des salaires de ces porteurs forcés ? Eh bien ceux qui furent réquisitionnés à Sadjoavoto le même 10 novembre pour porter la poste à Vohémar reçurent la somme fantastique de quatre francs pour neuf jours de travail (quarante quatre centimes par jour). Quelquefois les « vagabonds sont mis tout simplement au service de particuliers. [...]

    Quant au terme de « vagabond », il est de COMPRÉHENSION TRÈS LARGE . A ANTALAHA, il s’applique même à de petits propriétaires payant régulièrement leurs impôts. Là, TOUT MALGACHE QUI N’EST PAS AU SERVICE D’UN COLON tout Malgache qui n’est pas au service d’un colon est déclaré « makabao » et astreint à 30 jours de « CORVÉES SUPPLÉMENTAIRES » [...]
    (Hotohizana)]

    • 4 novembre à 08:25 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @Isandra-3 novembre à 16:45
      « les FANOMPOANA COLONIALES...PLUS DURE que les corvées du maître quand ils étaient esclaves »
      (tohiny 1)

      LES PRESTATIONS

      Ceci c’est plus sérieux. C’est une arme qui permet à l’administration d’obtenir réellement du travail : DIX MILLIONS DE JOURNÉES PAR AN en principe, en fait beaucoup plus.

      Qu’est-ce que la prestation ? On pourrait la considérer comme une partie de l’impôt fournie en nature. Or, nous avons vu que les INDIGÈNES PAYENT LES MÊMES IMPÔTS QUE LES BLANCS, qu’ils en payent MÊME UN PEU PLUS et pendant plus longtemps. La prestation est donc autre chose. C’est l’OBLIGATION (en principe rachetable) qui pèse sur TOUS LES INDIGÈNES MÂLES (et NON SUR LES BLANCS ET LES ASIATIQUES) fournir à l’administration DIX JOURNÉES ANNUELLES DE TRAVAIL GRATUIT pour des fins d’utilité publique.

      Mais presque TOUS LES TERMES de cette définition sont SUJETS À ÊTRE VIOLÉS par le bon plaisir de l’administrateur.

      Ainsi, la prestation est rachetable ; mais pas si vous êtes un « ami de Ralaimongo » et si vous habitez Tamatave. Il y a là un administrateur qui est un « vrai Français », un « grand et bel esprit », « un poète ». Son rêve est d’envoyer tous les « anti-Français », surtout quand ils sont de « faux civilisés », manier la pioche, revêtus d’un costume de coolie sur les chantiers de travaux publics. [...]

      la prestation peut parfois n’être qu’un INSTRUMENT DE VENGEANCE au lieu d’une mesure d’ « utilité publique ». Mais il y a une autre manière de VIOLER cette clause, c’est de TRANSFORMER L’UTILITÉ PUBLIQUE EN PROFIT PARTICULIER. Ainsi le chef de canton de Sadjoavoto envoie les prestataires sur les terres d’un colon européen ou plus simplement encore les occupe à décortiquer son propre riz ou à entretenir son jardin.

      Mais LA PLUS GRAVE ENTORSE au principe de la prestation est celle qui porte sur sa DURÉE. Les dix jours réglementaires arrivent à être DIX DÉCADES ! Ceci s’obtient principalement par le procédé de la PRESTATION À LA TÂCHE. Au lieu de dire aux indigènes : « Vous allez travailler dix jours », on leur dit : « Vous allez effectuer tel travail ». Ainsi à VOHÉMAR chaque prestataire dut, en juin 1929, fournir à l’administration soit un pieu de 1 mètre de circonférence sur 8 mètres de long, soit des madriers carrés de même longueur et pesant 70 kilogs. Chacun de ces objets représentait environ 42 journées de travail. Et ce travail tombait en pleine récolte de riz (utilité publique !) La même année, l’administrateur de PORT-BERGÉ avait envie de faire bâtir un mur de clôture autour de sa « résidence ». Il commanda à seize prestataires de lui fournir CHACUN1.800 BRIQUES, représentant la bagatelle d’une CENTAINE DE JOURNÉES DE TRAVAIL. A Anivorano-Nord, des indigènes durent fournir des madriers et des planches représentant UN MOIS DE TRAVAIL. D’ailleurs ce n’est rien, car dans ce village dix jours arrivent à durer QUATRE MOIS : « 48 hommes ont commencé leur prestation de 10 jours le 5 mai 1929 et n’ont quitté les chantiers publics que le 31 août 1929 ».

      Une autre manière d’ALLONGER la prestation, sans en avoir l’air, est de mobiliser les hommes avec...- leurs instruments de travail. Ainsi à Morombé il s’agit de créer une NOUVELLE VILLE. Alors les habitants terrestres font jusqu’à 90 jours de prestation, et les marins propriétaires de goélettes se voient forcés d’aller au loin chercher des pierres avec leurs bateaux. Dix voyages pour dix jours de prestations. [...]

      LES CORVÉES .
      Le nom indique à peu près ce que c’est : ce sont des TRAVAUX OBLIGATOIRES SUPPLÉMENTAIRES et très ennuyeux (donc très longs). Ils NE SONT PRÉVUS PAR AUCUN TEXTE mais sont appliqués partout. Ainsi, les indigènes de Vohémar, après leur prestation de dix jours qui en dura 42, furent RÉQUISITIONNÉS POUR FAIRE DES ROUTES ET DES PONTS. Sur les Hauts-Plateaux, ces travaux forcés supplémentaires s’appellent « rara trampokonolona » (travaux de collectivité) [raharaham-pokonolona], « fanampoana » (corvées) [fanompoana], « findramana » (donner la main). Ils durent 30, 40, 60 jours ET MÊME DAVANTAGE .

      Ces travaux sont-ils payés ? Parfois TRÈS PEU, parfois PAS DU TOUT . Ainsi le n° 51 de l’Opinion publie un document révélateur : des indigènes sont envoyés à MANAKARA et y fournissent 30 jours de TRAVAIL GRATUIT sur les chantiers de la Compagnie. [...]

      à Tamatave, chef-lieu de la province de l’esprit charmant dont nous parlions tout à l’heure, les indigènes font :
      30 journées de travail d’intérêt provincial,
      90 journées de travail d’intérêt régional,
      10 journées de prestation,
      Plusieurs jours de RÉQUISITION ACCIDENTELLE pour le transport des fonctionnaires,
      PLUSIEURS NUITS de réquisition pour « garde des bureaux publics ».

      « Ainsi donc, écrit le docteur Ravoahangy, un indigène de la région de Tamatave ne reste généralement PAS PLUS DE DIX JOURS CHEZ LUI PAR MOIS , CE QUI NE LUI SUFFIT PAS POUR LUI PERMETTRE DE S’OCCUPER DE SES CULTURES VIVRIÈRES souvent abandonnées au hasard. J’ai vu moi-même plus d’une cinquantaine de travailleurs Betsimisaraka, recrutés récemment à Fénérive pour 90 jours de TRAVAIL FORCÉ à Tamatave, logés à Tanamboa (1) entourés de fil de barbelé. Leur réquisition coïncide juste avec la période de cultures vivrières ».
      (1) village indigène
      Ceci, ça commence vraiment à être du TRAVAIL FORCÉ , n’est-ce pas ? Aussi ne croyait pas que ce soit particulier à Madagascar. [...]
      (hotohizana)

    • 4 novembre à 08:35 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @Isandra-3 novembre à 16:45
      « les FANOMPOANA COLONIALES...PLUS DURE que les CORVÉES ...quand ils étaient ESCLAVES »
      (tohiny 2)

      LE SMOTIG.

      La corvée, cette forme la moins légale du travail forcé, se retrouve donc dans toutes les colonies lointaines. Quant au Smotig, s’il n’y avait pas le Sénégal, il serait particulier à Madagascar. Mais n’est ce pas à Madagascar qu’il est appliqué sur la plus large échelle et détesté le plus vigoureusement ?

      D’abord qu’est-ce que c’est que ces syllabes baroques ? Eh bien ces lettres, que l’on traduit parfois par « deuxième contingent » veulent dire Service de la Main-d’Œuvre des Travaux d’Intérêt Général. Par un décret du 3 juin 1926, le gouverneur Olivier a condamné à TROIS ANNÉES DE TRAVAUX FORCÉS les jeunes e gens « dispensés » du service militaire, c’est-à- ceux qui ont tiré du service militaire un bon numéro, la « deuxième partie du contingent ». Ce qui est tout à fait exorbitant au point de vue du droit bourgeois, c’est que ces jeunes gens ne sont pas des militaires : on comprendrait que certains corps militaires (que l’on pourrait appeler, génie supplémentaire, par exemple) fussent employés à des travaux d’intérêt public.

      Mais, du moment qu’ils ont été favorisés au tirage au sort, les jeunes gens du Smotig sont des CIVILS et leur ENVOI DE FORCE SUR DES CHANTIERS où ils sont soumis à une DISCIPLINE MILITAIRE ne repose sur aucune base légale. Ces jeunes gens n’ont aucun des « avantages » juridiques et moraux que confère la qualité de militaire ; mais ils en ont tous les inconvénients » Ils sont des CIVILS MENÉS MILITAIREMENT, des travailleurs à qui la production de plus-value est imposée par des brimades, la salle de police, la prison. [...]

      Leur situation n’est pas brillante. Il faut les voir, vêtus d’une méchante blouse de paille, marque chez les Malgaches de l’esclavage ou du complet dénuement, travailler dans l’eau ou sous le soleil, sur les chantiers du port de Tamatave par exemple, et regagner le soir leur prison en rangs serrés, pieds nus, tristes, ENCADRÉS COMME DES FORÇATS par des agents de la garde indigène. Officiellement, l’entretien d’un travailleur au Smotig revient à 7 francs par jour ; en fait on ne dépense guère pour lui plus de 2 fr. 50 : 0 fr. 75 de salaire, cinq cents grammes de riz et un peu de viande de bœuf.

      En principe, ces travailleurs doivent être affectés à des travaux d’intérêt général. Ils devraient donc être rigoureusement distraits des chantiers où ils produiraient des bénéfices pour des capitalistes. Or, EN FAIT, ILS NE TRAVAILLENT QUE POUR DES CAPITALISTES. Ils travaillent au PORT de TAMATAVE, entreprise franco-allemande ; ils travaillent au PORT de MANAKARA ; ils travaillent au CHEMIN DE FER DU BETSILÉO ; ils travaillent même dans des USINES DE SUCRE. Et la NUIT, certains d’entre eux sont « commandés » de transports ou autres travaux SUPPLÉMENTAIRES et IRRÉGULIERS au bénéfice particulier de leurs gardiens (1).« Des cadres choisis, véritables défenseurs de la main-d’œuvre, veillent au bien-être matériel et moral veillent au bien-être matériel et moral (Quinzaine Coloniale, 10 novembre 1929)

      Quel est l’effectif total de ces chiourmes ? Malgré la réduction de la durée de la peine de trois à deux ans, il n’a pas cessé de croître depuis 1926. Il atteignait 10.000 en 29. « On peut en avoir le double bientôt » dit la Quinzaine Coloniale.

      Pour finir, un détail réellement bien vilain. Lisez cette circulaire :

      Monsieur le chef de canton de...
      Monsieur l’administrateur me charge de vous dire que, si parmi le deuxième contingent, il y en a qui n’ont pas encore payé leur TAXE PERSONNELLE et n’ont pas encore fait leurs PRESTATIONS, et qu’avant leur départ vous ne leur exigez pas le paiement de leurs impôts ou l’accomplissement de leurs prestations, il vous sera fait une retenue équivalente sur vos remises.
      Tananarive, le 26 mars 1929.
      Le chef du bureau indigène suburbain p.i
      (illisible)

      Ainsi l’impérialisme ne dispense même pas d’impôts et de prestations les malheureux qu’il condamne à DEUX ANS DE TRAVAIL FORCÉ. Et comme ces malheureux sont, avant leur « incorporation », CONSIGNÉS dans leurs villages pour éviter les évasions, il arrive qu’ils soient dans l’impossibilité d’aller travailler pour se procurer l’argent nécessaire et que leurs parents et leurs amis doivent se cotiser pour payer à leur place.
      (hofaranana)

    • 4 novembre à 08:45 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @Isandra-3 novembre à 16:45
      « les FANOMPOANA COLONIALES...PLUS DURE que les CORVÉES ...quand ils étaient ESCLAVES »
      (Tohiny 3 sady farany)

      QUATRIÈME CONTINGENT

      C’est l’expression ironique par laquelle Paul Dussac désigne les ENGAGEMENTS OBLIGATOIREMENT VOLONTAIRES AU SERVICE DES COLONS OU DE L’ADMINISTRATION .

      C’est en somme le travail par contrat, le GRAND MOYEN DE TRAVAIL FORCÉ [...]

      « Le métier de RECRUTEUR de main-d’œuvre, écrit l’Opinion du 18 octobre 1929, devient lucratif à Madagascar. Ils ont l’audace jusqu’à faire des annonces aux journaux. C’est pourquoi ils s’abattent comme des VAUTOURS trouvant une charogne dans le SUD et le SUD-EST de Madagascar. Actuellement, de temps à autre, passent à Tananarive, traversant la capitale, de tristes CONVOIS de ces malheureux, RECRUTÉ FORCÉS, couverts de haillons, affamés, encore OBLIGÉS DE FAIRE À PIED LE TRAJET DE FORT-DAUPHIN À MAJUNGA OU DIÉGO-SUAREZ, c’est-à-dire PLUS DE QUINZE CENTS KILOMÈTRES. C’est une véritable honte au gouvernement local et devant les yeux des étrangers qui habitent Tananarive. Devant les tableaux de ces TRISTES CONVOIS on dirait qu’on REVOIT à Madagascar LE TEMPS DU COMMERCE DES ESCLAVES ABOLI PAR RADAMA I IL Y A CENT ANS ».
      Ces engagements volontaires sont TOUJOURS OBLIGATOIRES . En voulez-vous une preuve ? Je la trouve sous la plume du gouverneur [Marcel] OLIVIER lui-même. Il écrit dans une CIRCULAIRE du 30 décembre 1925 : « La situation économique actuelle, qui vaut à Madagascar une prospérité autrefois inconnue, est venue accroître les difficultés dues aux causes profondes que je viens d’indiquer. Les produits du sol ont acquis une telle valeur qu’il s’en est suivi une évidente disproportion entre les salaires d’une part et les revenus personnels d’autre part. Le résultat est qu’un très grand nombre d’indigènes ont abandonné les chantiers ou entreprises sur lesquels ils étaient autrefois employés et se sont mis à TRAVAILLER POUR LEUR PROPRE COMPTE ». Ainsi PUISQUE LES TRAVAILLEURS QUITTENT LES CHANTIERS, IL FAUT LES CONTRAINDRE À Y REVENIR. Il n’y a qu’à les engager « librement ».
      « ...Nous avons vu, écrit Dussac, nombre de ces malheureux indigènes, DEVENUS VÉRITABLES ESCLAVES, pleurer en nous racontant les conditions honteuses dans lesquelles ils avaient été « librement » recrutés.

      « Les CHEFS DE CANTON auxquels très probablement l’administration promet une prime. procèdent au recrutement des engagés en employant .la brutalité et la menace de prison.
      « Ils arrachent ainsi les Malgaches à leurs cultures...

      Quelles sont les conditions matérielles de ces « engagements » ?
      Pas brillantes, vous vous en doutez. Voici un exemple de « livret de travail » !

      N° XXX. Livret de travail appartenant à I... T. P, Ifanadiana. Nature du travail : entretien de la route. Durée de l’engagement :TROIS ans. 10 octobre 1927. Montant de la prime : 50 francs. Taux du salaire ; deux francs vingt-cinq par jour ; 800 grammes de riz. Epoque de paiement : mensuellement. Signature (des parties : le fonctionnaire X... ; le travailleur obligatoirement volontaire malgache : une empreinte digitale.

      Ainsi, comme il est d’usage, l’administration française malgache VIOLE NON SEULEMENT LA LOI DE TOUS LES PAYS CIVILISÉS MAIS SES PROPRES RÈGLEMENTS . Un décret du 22 septembre 1925 ne dit-il pas en effet : « La durée du contrat ne peut être inférieure à un mois NI SUPÉRIEURE À DEUX ANS » ?
      Ce sont ces FAUX CONTRATS qui constituent LA PLUS IMPORTANTE RESSOURCE DU TRAVAIL FORCÉ .[...]

      Tahatahaka izany no hamafin’ny FANANDEVOZANA nianjady tamin’ny Malagasy indigène tamin’ny andron’ny fanjanahan’i Frantsa azy.

  • 4 novembre à 08:58 | vatomena (#8391)

    L’habit de coolie était ce le « salaka »,l’akanjobe« , le » sadiavahe ,’ l’habit traditionnel. ?

    Tous ces hommes requis ,par leur travail ,ont ils amélioré leur cadre de vie grace aux infrastructures réalisées. Ils ont eu des routes ,des pistes , des ponts ,des gués qui n’étaient pas à péage. Le péage ,les français d’aujourd’hui connaissent bien cela . Ils le subissent chaque jour !

    Le paysan chinois ,sous le régime de Mao, a subi les memes contraintes et meme pires mais il a accepté toutes les contraintes par patriotisme .Il voulait que son pays soit grand ,rattrape son retard .

    Le malgache a gardé un mauvais souvenir du Smotig si bien qu’apres chaque dévastation du cyclone il n’y a pas de mobilisation générale pour réparer les dégats . Les fondrières creusées resteront des fondrières.La circulation ne se fera pas ....

    • 4 novembre à 09:12 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Lysnorine - votre facilité d’acces aux documents de toutes sortes m’impressionne. Avez vous quelque chose sur « les chantiers de jeunesse » le STO (service du travail obligatoire ) au temps de l’occupation en France et du maréchal Pétain

  • 4 novembre à 09:25 | vatomena (#8391)

    Lysnorine — Wikipedia nous informe sur le STO :

    Service du travail obligatoire (France)
    Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir STO et Service du travail obligatoire.
    À Paris, l’armée d’occupation sélectionne les futurs travailleurs du STO.

    Le service du travail obligatoire (STO) fut, durant l’occupation de la France par l’Allemagne nazie, la réquisition et le transfert vers l’Allemagne de centaines de milliers de travailleurs français contre leur gré, afin de participer à l’effort de guerre allemand que les revers militaires contraignaient à être sans cesse grandissant (usines, agriculture, chemins de fer, etc.). Les personnes réquisitionnées dans le cadre du STO étaient hébergées dans des camps de travailleurs implantés sur le sol allemand.

    L’Allemagne nazie imposa au gouvernement de Vichy la mise en place du STO pour compenser le manque de main-d’œuvre dû à l’envoi des soldats allemands sur le front de l’Est, où la situation ne cessait de se dégrader. De fait, les travailleurs forcés français sont les seuls d’Europe à avoir été requis par les lois de leur propre État, et non pas par une ordonnance allemande. C’est une conséquence indirecte de la plus grande autonomie négociée par le gouvernement de Vichy comparativement aux autres pays occupés, qui ne disposaient plus de gouvernement propre.

    Un total de 600 000 à 650 000 travailleurs français fut acheminé vers l’Allemagne entre juin 1942 et juillet 1944. La France fut le troisième fournisseur de main-d’œuvre forcée du Reich après l’URSS et la Pologne, et le pays qui lui donna le plus d’ouvriers qualifiés.

    L’exploitation de la main-d’œuvre française par le IIIe Reich a concerné des travailleurs obligatoires (« les requis du STO »), mais on fit aussi partir en Allemagne des travailleurs volontaires attirés par la rémunération, ou voulant faire revenir un parent proche. Ces volontaires ne furent ni mieux ni moins bien traités que les requis, mais contribuèrent dans l’opinion, après la guerre, à un amalgame fréquent et injustifié entre requis du STO et volontaires. 250 000 prisonniers de guerre durent également travailler pour le Reich à partir de 1943 après avoir été « transformés » de gré ou de force en travailleurs civils. ..

    A souligner que le travailleur français pris par le STO vivait sous la menace constante des lachers de bombes sur l’ usine où il travaillait..De plus la pénurie alimentaire ,le rationnement le touchait plus que le civil allemand

    • 4 novembre à 10:26 | Stomato (#3476) répond à vatomena

      Vous ne vous êtes renseigné que sur le STO...
      Avez vous entendu parlé des « malgré nous » ?
      Ces français originaires d’Alsace et de Moselle qui ont été enrôlés de force dans l’armée allemande, pour aller, entre autres, sur le siège de Léningrad ?
      Bon nombre ne sont pas revenus... et ne sont pas considérés comme morts pour la France !

      Ceci joint aux millions de morts de la WWIII n’a pas empêché l’Allemagne et la France de décider de ne plus se faire la guerre. Moins de 15 ans avant l’armistice qui est toujours valide et empêche la signature de la fin de cette guerre de 39-45 !

      Quand dans quelque siècle une certaine sorte de malgaches devenus malagasy auront grandi, il sera peut-être possible, d’oublier l’épisode colonial de Madagascar, lui permettant de se lancer dans le modernisme.
      Et pour des esprits obtus je recommande de demander à Mr Google les différences entre oublier et pardonner.

  • 4 novembre à 10:18 | Stomato (#3476)

    Continuons le hors sujet institué par les historiennes maintenant célèbres : Isandra (#7070) et lysnorine (#9752).

    Il est a noter que la première avance des citations sans jamais mentionner de sources.
    Isandra (#7070) publie :
    >>C’était la nature, en tout cas, c’était bien fait pour eux, personne ne les avait demandé d’y débarquer,...
    J’avoue tout de même que les colons avaient apporté et y laissé des belles choses , mais cela ne justifie pas leur acte,...leur atrocité, leur crime contre l’humanité dirait l’autre jeune charismatique Macron,...<<

    Petite nuance, Macron disait cela à propos de l’Algérie et en Algérie.
    Il ne doit probablement pas savoir que Madagascar existe, je doute même qu’il aie entendu parler du dessins animé, vu qu’il n’a pas d’enfants...
    Les évènements de 47 ont finalement fait combien de victimes malgaches ? entre 30.000 et 300.000 ? Difficile à savoir vu l’absence de documents autres que français !

    lysnorine (#9752) quand à elle tente de publier des sources, mais se plante dans les citations !
    >>lysnorine (#9752) publie :
    « La Révolution prolétarienne » izao ( 6e année, n°102, 15 avril 1930, pp. 3.115 - 6.118)
    Voici le sommaire de cette revue...
    La Révolution Prolétarienne N°102 GIF - 1.1 ko
    La politique de nos moyens
    Camps de concentration en Algérie ! Témoignage d’un détenu libéré
    Notes d’Economie et de Politique
    Lettre de Djakarta : L’Indonésie au XXème siècle
    Force et faiblesse des syndicats allemands
    Lettre de Tunis
    Un bilan de la contre-révolution russe
    Le féminisme universitaire
    La condition ouvrière dans la Loire et chez les mineurs en particulier, jusqu’au début du XXème siècle
    A propos du Jacquet « Refus de parvenir » : constatations et remarques
    A propos d’un livre sur l’Algérie : Lettre ouverte à Francis et Colette Jeanson
    La vie des cercles : Conférence syndicaliste de Puteaux, Cercle Zimmerwald<<

    Entre les revues très anciennes de lysnorine (1930 à 1956) écrites par des français n’ayant certainement pas voyagé jusqu’à Madagascar, et les références à l’actualité française passée au filtre de la méconnaissance et de la haine d’Isandra, l’avenir qu’elles souhaitent pour Madagascar continue à être mal parti, pardon cet avenir n’a pas encore commencé.
    C’est très dommage au vu des malgaches de qualité qui existent !

    • 4 novembre à 10:44 | vatomena (#8391) répond à Stomato

      Les « métropolitains » ont toujours eu la vision la plus défaussée de la vie coloniale : pour le Colon et pour l’Indigène.
      Etaient nommés comme Gouverneurs ou Haut commissaires ,des personnalités qui ne connaissaient rien des réalités du pays . Jamais l’idée de nommer un zanatany ou un malgache à la tete du pays n’a traversé l’esprit des gnomes de la rue Oudinot .

      Ceux qui ont écrit sur Madagascar et ont eu la plus grande audience ,ce sont des ’’ passagers ’’, pas des gens qui ont vécu durant des années la vie du pays

    • 4 novembre à 12:23 | vatomena (#8391) répond à Stomato

      Stomato@__ Lysnorine prend comme référence le nommé Dussac . Je me demande si c’est le meme Dussac qui était communiste ,agent du komintern et qui avait pris en main Ralaimongo (ancien esclave libéré par Gallieni ,engagé volontaire en 1917 ,revenu de France pour fonder le parti communiste malgache de Diégo )

    • 5 novembre à 11:11 | vatomena (#8391) répond à Stomato

      « Prise de l’Algérie ’- crime contre l »humanité prétend le jeune et nouveau président Macron — C’est à considérer .
      tout d’abord ,l’Algérie n’existait pas comme nation unitaire et indépendante . Elle était depuis des siècles une possession de l’empire Ottoman . qui faisait payer tribut à toutes les tribus . Et les Ottomans avaient la main lourde . Les Ottomans étaient friands des esclaves que les caravanes remontaient depuis l’Afrique noire en traversant le désert du Sahara . Ils appréciaient davantage les prises de femmes ,d’enfants ,d’hommes blancs réussies par les pirates barbaresques dans les iles ,sur les cotes de la Méditerranée ou à l’abordage des navires de commerce.Et Alger était devenu le super marché de l’esclavage et elle tirait sa prospérité de ce commerce. Elle faisait payer rançon pour les esclaves de qualité comme Cervantes ,le grand écrivain espagnol . Plusieurs fois espagnols et meme américains ont bombardé la ville et les cotes pour assurer la liberté du commerce maritime que les pirates entravaient . Les français furent les derniers à intervenir en débarquant des troupes . Le commerce des esclaves et la piraterie d’état prit alors fin .
      Je ne suis pas certain que ce premier mouvement fut un crime contre l’humanité comme l’affirme le président Macron .
      De nos jours ,la poursuite des pirates somaliens en mer rouge apparait elle comme un crime contre l’humanité . Tout de meme ,des pirates meurent en mer ou sont noyés !!!!

  • 4 novembre à 12:38 | vatomena (#8391)

    Stomato
    Le malgache n’a aucune idée des souffrances subies par les français au cours de leur longue et aussi dramatique histoire . Que de malheurs , que de héros fauchés par la mort ,que de destructions !!! mais aussi que de courage à reconstruire !
    Oui, Stomato ,je n’ignore pas le sort malheureux des "malgré nous ’. Des jeunes alsaciens -lorrains mobilisés de force pour etre versés d’office sur le front de l’Est ,face aux russes ou dans la terrible SS.
    A Oradour sur Glane, dans la division SS Das Reich qui martyrisa le village ,il y avait quelques "malgré nous ’, Ils passèrent en jugement devant un tribunal français ,ils furent condamnés mais ils n’eurent pas à purger leur peine . Acte de Clémence .

  • 4 novembre à 14:35 | FINENGO (#7901)

    Bonjour.
    Encore un coup de gu.eule de plus qui ne sera pas le dernier non plus.
    C’est incroyable ce qui se passe sur ce forum.
    J’ai passé une bonne partie de la Matinée à lire pas Mal de Post, d’hier et d’aujourd’hui, d’un pourcentage de 4/1O intervenants, ils sont aveugles pour ce qui se trime au Pays (Madagascar) et partent dans des critiques insensées envers la France comme des Chiens pris de Rage.
    Entre la Colonisation qui soit disant, qui aurait abruti les Gasy, les Colons qui auraient traité les Gasy comme des esclaves, entre le Smotig et l’esclavage, où tout est dit avec des Copier/Coller de je ne sais d’où. Une haine non expliquée, une haine sans avoir connu l’époque Colonial, une haine sans avoir était employé en Smotig, une haine sans avoir été esclave et sans savoir que les Esclaves Malgaches ont été capturés et vendus Par ses frères Malgaches. Et le bouquet dans tout ça ces IM.BECILES se désintéressent de ce qui se passe sous leurs yeux, la Famine, la Peste, la corruption qui sont les origines de tous ses Maux, les ventes illicites des Bois de Rose, le Trafic humain avec les Pays Arabes, les fameuses femmes de ménage qui se font violer et même tué par leurs Maitres, au Liban et au Qatar.
    Mais Pu.tain, pourtant ils ont de quoi à s’indigner pour tout ce qui se passe à Madagascar. Mais non. Ces IM.BECILES, jouent aux géopoliticiens sans en avoir une once de compétence, et semble être heureux avec toutes les misères du monde qui envahissent le Pays du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. A un moment donné, je pense qu’il est bien légitime de se poser la questions si ces dits IM.BECILES ne sont pas ceux qui sont au Pouvoir ou bien leurs Lieutenants, à l’image d’un Certain RAMBO le faux, mais ce pseudo doit avoir un rapport à sa fonction au près du pouvoir. Il y a des choses qui ne trompent pas.
    Bon Week-end !!!!!

    • 5 novembre à 10:14 | Stomato (#3476) répond à FINENGO

      Einstein disait que l’on ne résout pas un problème en étant dans l’état d’esprit qui les a créés.
      Le problème de Madagascar vient des luttes « féodales » qui existaient déjà bien avant l’arrivée des étrangers donc bien avant Galliéni.
      Et le déni collectif, mais surtout politique, n’est pas à la veille de la résolution.
      Ce déni va de la non acceptation d’une diversité ethnique, jusqu’au déni de l’existence de diversité au niveau de la langue nationale !
      Ceci seuls de malgaches vivants de longue date à l’étranger, et des étrangers ayant vécu assez longtemps à Madagascar peuvent admettre.

    • 5 novembre à 12:26 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à FINENGO

      Finengo,
      Je pense que les gens dont vous parler sont dans l’esprit ,les memes qui ont menés l’empire Romain à sa chute.
      Que le monde soit plongé dans la récession et la régression, comme à Madagascar ,c’est ce qu’ils souhaitent .
      Ils savent, comme les terroristes islamiques, qu’ils faut déstabiliser l’occident avec ses valeurs humanistes pour que eux reprennent le pouvoir partout ou ils le pourront .
      Et oui l’idée radicale symbolisée par les fous islamistes fait des émules partout ou les minorités dirigeantes veulent reprendre leurs dominations ancestrales sur les peuples qu’ils contrôlent .
      Il ne faut pas s’y tromper c’est le combat ultime entre la sauvagerie passée et un avenir plus « démocratique »basé sur le progrès .
      C’est un combat mondial et ce n’est pas les blancs, les occidentaux contre les autres !
      C’est l’avenir de l’humanité sur les 1000 ans à venir qui se joue.
      Il faut changer de paradigme et surtout ne pas prendre ces obscurantistes à la légère, car ce sont pour la majorité des furieux sanguinaires .

  • 5 novembre à 10:07 | Stomato (#3476)

    Le 4 novembre à 12:23 | vatomena (#8391) répondait à Stomato

    >>Stomato@__ Lysnorine prend comme référence le nommé Dussac . Je me demande si c’est le meme Dussac qui était communiste ,agent du komintern et qui avait pris en main Ralaimongo (ancien esclave libéré par Gallieni ,engagé volontaire en 1917 ,revenu de France pour fonder le parti communiste malgache de Diégo )<<

    Ce ne peut être que lui !
    C’était l’époque de gloire de Staline et la clique.
    Des idées généreuses, mais surtout pour les dirigeants, pas pour le peuple endormi par les belles paroles.

  • 8 novembre à 08:30 | lysnorine (#9752)

    @ 4 novembre à 08:45 lysnorine

    DUSSAC sy ny FANANDEVOZAN’ny fanjanahantany Frantsay ny Malagasy.

    « QUATRIÈME CONTINGENT
    « C’est l’expression ironique par laquelle Paul DUSSAC désigne les ENGAGEMENTS OBLIGATOIREMENT VOLONTAIRES AU SERVICE DES COLONS OU DE L’ADMINISTRATION [...]
    « ...Nous avons vu, écrit DUSSAC, nombre de ces malheureux indigènes, DEVENUS VÉRITABLES ESCLAVES, pleurer en nous racontant les conditions honteuses dans lesquelles ils avaient été “librement” recrutés. »

    Noho izany hoy ihany i DUSSAC tamina lahatsoratra TELO taona aty aoriana (1933) : Ankehitriny Ramalagasy dia tsy misy afa-tsy ny fahaleovantena no haha-olona AFAKA anao sy ho fanavotana ny Tanindrazanao sy ny mpirai-razana aminao. Aza manaiky ho fitahina intsony, ary raisiko ho adidy no manambara izany aminao.

    « ET NUNC ! (Et maintenant ! )
    L’ Aurore Malgache, quatrième année, n° 135, vendredi 16 juin 1933
    [...]

    « Peuple Malgache, ne te laisse plus berner, c’est un devoir, pour moi, de te le dire. JAMAIS L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS NE FERA DE TOI UN PEUPLE LIBRE, en t’accordant les DROITS de citoyens français.

    « L’impérialisme français GARDE SES ESCLAVES .

    « Il a VOLÉ TON TERRITOIRE, toi, il t’a couvert des CHAÎNES DE L’ESCLAVAGE.

    « Ces chaînes, il en a besoin pour mieux t’exploiter, te voler, t’assassiner.

    « Libre, tu échapperas plus facilement à ses crimes.

    « Cela, il ne le veut pas.

    « TU N’AS PLUS QU’UNE CHANCE DE SALUT, C’EST TON INDÉPENDANCE .

    · « Cette indépendance, tu y as DROIT, réclame-là, ne cesse pas de la réclamer, le prolétariat français t’aidera à l’obtenir.

    « Repousse, désormais, du pied toute proposition de naturalisation individuelle de faveur, ou même de masse, que l’impérialisme français ne t’accordera, d’ailleurs jamais.

    « Pour le SALUT DE TON PAYS ET DE TA RACE, pour l’avenir de ta patrie, la patrie malgache, TRAVAILLE À SON INDÉPENDANCE .

    « Les partis révolutionnaires de France ont inscrit à leur programme l’indépendance des colonies en vertu du PRINCIPE du DROIT DES PEUPLES de DISPOSER D’EUX-MÊMES, principe pour lequel des dizaines de mille Malgaches sont morts. [...]

    « Peuple Malgache, ne te laisse pas endormir par les paroles hypocrites de l’impérialisme, NI PAR LES CONSEILS DES TRAÎTRES, que TU NOURRIS DANS TON SEIN, PARASITES QUI VIVENT DE TON SANG, et qui ont, DEPUIS LONGTEMPS, VENDU LE PAYS DE TES ANCÊTRES, POUR DES HONNEURS, DES FAVEURS OU QUELQUES BILLETS DE BANQUE. [izay « foko » mbola miroborobo aok’izany ankehitriny koa tsy mahagaga raha revo ao anatin’ny ny fahantrana sy fahoriana mandifotra ny valalabemandry, ary toa ho toe-piainany haharitra mandrakizay izany raha tsy mioko , mamongana an’ireo izy ]
    [...]
    « Vive la Patrie Malgache !
    « Vive l’indépendance de Madagascar ! »

    DUSSAC

    • 8 novembre à 09:35 | vatomena (#8391) répond à lysnorine

      Et le Dussac s’était bien trompé !!! C’est la France qui a proposé à ses colonies de vivre dans l’indépendance . Encore un propos prophétitque qui a fini dans la poubelle de l’histoire . Quand Dussac voyait l"esclavage à Madagascar il ne voyait pas tout le peuple que le parti communiste en URSS exécutait ou enfermait au goulag. Il y a toujours eu en France un courant anti france . Il n’y a pas d’équivalent chez nous .

  • 8 novembre à 09:39 | lysnorine (#9752)

    Rectificatif du FAUX sommaire du numéro 102 (6e année) de la Révolution Prolétarienne du 15 avril 1930 rapporté ci-dessus par Stomato (#3476)-4 novembre à 10:18 |

    « Voici le [FAUX] sommaire de cette revue...
    « La Révolution Prolétarienne N°102 GIF - 1.1 ko
    « La politique de nos moyens
    « Camps de concentration en Algérie ! Témoignage d’un détenu libéré
    « Notes d’Economie et de Politique
    « Lettre de Djakarta : L’Indonésie au XXème siècle
    « Force et faiblesse des syndicats allemands
    « Lettre de Tunis
    « Un bilan de la contre-révolution russe
    « Le féminisme universitaire
    « La condition ouvrière dans la Loire et chez les mineurs en particulier, jusqu’au début du XXème siècle
    « A propos du Jacquet « Refus de parvenir » : constatations et remarques
    « A propos d’un livre sur l’Algérie : Lettre ouverte à Francis et Colette Jeanson
    « La vie des cercles : Conférence syndicaliste de Puteaux, Cercle Zimmerwald
    .......................................................................................................................................
    Voici le VRAI sommaire en page de couverture du numéro de « La Révolution Prolétarienne » en question
    « 6e année-n°102, 15 avril 1930, Prix : 2 francs
    « La Révolution prolétarienne
    « Revue bi-mensuelle Syndicaliste Révolutionnaire

    « SOMMAIRE

    CARNET DU SAUVAGE : Le dernier pélerin de Zimmerwal - Souvenirs d’un révolté ou d’une pipelette ? (P. Monatte)

    Autour du complot de Madagascar
    Panorama Malgache
    (Suite et fin.)
    par J.PERA

    A TRAVERS LES LIVRES : Rabindranath Tagore : La Machine (8. Giaoffret). Paul de Rousiers : Les Grandes Industries modernes, Tome V (R. L).— Hubert Lagardelle Sud-Ouest. Une région française (A. Richard).

    LA RENAISSANCE DU SYNDICALISME : Le redressemennt de la C. G. T. est-il possible ? (H. Fulconis).— Sémat avait menti.

    FAITS ET DOCUMENTS : Les Faits de la Quinzaine.— La plaie opportuniste du Parti communiste. — Appel d’un socialiste tonkinois après Yen-Bay.

    Administration et Rédaction : 54, rue du Château-d’Eau - Paris 10

    • 8 novembre à 10:01 | vatomena (#8391) répond à lysnorine

      Pour en revenir au nommé Dussac __ Aveugle chez lui ,extralucide chez l’étranger . Connaissait il la condition ouvrière chez lui et à l’époque ? Les enfants de 10 ans ,les femmes qui poussaient les chariots dans le fond des mines de charbon . Les ouvriers d’usine harrassés de travail ? Avait il jamais entendu la révolte des Canuts ,la chanson des canuts ! : ’’ C’est nous les Canuts -qui dormons tout nus ! «  »’’

  • 8 novembre à 11:19 | vatomena (#8391)

    Dussac ,agent du Komintern , avait pour bras malgache Ralaimongo . Plus que d’autres Ralaimong0 pouvait faire la différence entre esclavage et smotig . A 8 ans ,Ralaimongo avait été vendu comme esclave à un éleveur de zébus et son grand père avait été sagayé sous ses yeux . Il avait du sa libération de l’état d’esclave au décret de Gallieni .

  • 8 novembre à 12:20 | kartell (#8302)

    Il est à l’image du pouvoir, un ministre de la propagande, même lorsqu’il faut ramer à contre-courant d’une l’opinion publique, prise comme cobaye !….
    Facile à convaincre, à rouler dans la farine gouvernementale, notre opinion publique n’est pas celle d’ailleurs, beaucoup plus critique, dés lors, où il faut payer pour venir voir !…..
    Le mal est fait, il ne va pas s’estomper au seul bon vouloir d’un ministre qui a toujours minimisé, dédramatisé, minoré des faits indéniables mais qui persiste sur cette voie, au risque, aujourd’hui, de ne plus être audible à l’extérieur voir « guignolisé » lorsqu’il défend, une fois de plus, une cause perdue !.
    10% de renoncement, certes, mais sur ceux qui avaient pris un engagement ferme mais combien parmi ceux qui ont renoncé alors qu’ils envisageaient, éventuellement, de venir ?….
    Aujourd’hui, ce ministre obséquieux tente de faire endosser la responsabilité collective du pouvoir sur celle des pays voisins alors qu’il n’avait jamais pipé mot d’avertissement du danger encouru avant que cette pandémie s’impose d’elle-même, à tous, et surtout à l’international !…
    Une fois encore, ce ministre, des causes perdues et enfonceur de portes ouvertes, aurait mieux faire de se taire mais il est la copie conforme d’un pouvoir qui n’assume, ni ses erreurs, ni ses propres responsabilités !….
    Une confirmation jusqu’au bout de la nuit, d’un pouvoir, résolument, hors-sol !….

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 364