Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 9 décembre 2016
Antananarivo | 16h22
 

Economie

FMI - Madagascar

Rien ne va plus !

samedi 12 janvier 2013

Il ne manquait plus que cela ! Le Fonds monétaire international (FMI) se retire car il ne peut pas travailler à Madagascar. La décision de retrait a été prise le jeudi 10 janvier 2013 à l’encontre de deux de ses membres à savoir, l’Érythrée et Madagascar. La raison pour Madagascar est que la procédure de consultation a accusé un retard de 43 mois. Cette procédure dite de consultation doit permettre un examen de la situation économique qui est prévu en général tous les ans ou tous les deux ans selon les pays. Ce sont là les informations lues dans Agence Angola Press ce vendredi 11 janvier 2013 qui rapporte un communiqué du FMI de la veille.

Une autre source, LINFO.re, informe le même jour du vendredi 11 janvier 2013 : « Madagascar accuse un retard de 43 mois dans l’examen de son économie, raison pour laquelle le Fonds monétaire international a décidé jeudi de suspendre sa coopération avec la Grande île. L’institution financière a expliqué dans un communiqué qu’aucune procédure de consultation n’a pu être réalisée dans ce pays ces derniers temps à cause de la crise politique et socio-économique. »

En d’autres termes, le gendarme des finances mondiales se désintéresse largement de l’économie et des finances du pays dans ses échanges avec l’extérieur. LINFO.re parle de divorce en vue entre Madagascar et les bailleurs de fonds, dont l’Union européenne ; et les autres corps présents dans l’île pourraient eux aussi suspendre leur aide pour la préparation des élections.

Il faut reconnaître que le discours du président de la transition de ce mercredi 9 janvier 2013 n’a pas été pour arranger la situation avec les bailleurs de fonds traditionnels. Même s’il faut noter que le FMI avait déjà fermé sa Représentation dans le pays, ne laissant qu’un bureau de liaison, on peut supposer que les attaques virulentes et les propos arrogants de ce mercredi là à Iavoloha pourraient être la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Dès lors, les investisseurs qui pour la plupart se réfèrent constamment au FMI vont réfléchir par deux ou trois fois pour ne pas dire qu’ils seront réticents à faire fructifier leur argent dans le pays.

À noter que le FMI avait reconnu une certaine bonne gouvernance financière sous le ministre Benja Razafimahaleo, mais depuis, il n’a plus émis aucun avis du genre. À noter également que le FMI avait suspendu ses programmes au mois de décembre 2008 suite au flou qui avait entouré l’achat de l’avion présidentiel Force One two. Par la suite, en raison de la prise inconstitutionnelle de pouvoir, Madagascar a été placé par les institutions de Bretton Woods dans une situation délicate. Toutes nouvelles opérations de financements et tout nouveau déblocage d’argent ont été interdits, sauf à titre exceptionnel dans les domaines de l’humanitaire et de l’environnement.

Aujourd’hui, ce retrait du FMI risque, en dépit des déclarations du ministre des Finances Hery Rajaonarimampianina, de peser sur la bonne tenue de la monnaie nationale par rapport aux devises étrangères, et de provoquer la panique dans les opérations de change. Et bonjour l’inflation.

Recueilli par Valis

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 312