Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 23h12
 

Economie

Artisanat Malagasy

Richesse de Madagascar

vendredi 12 juin 2015 | Randria M.
JPEG - 91.4 ko
Une trentaine de participants pour « Hasintanana ».

Dans le cadre de la journée mondiale de l’Artisanat, la deuxième édition de l’évènement « Hasintanana » orne le jardin d’Andohalo depuis mercredi 10 juin jusqu’au samedi 13 juin 2015. C’est un évènement de vente-exposition où les artisans malgaches, venant de chaque région, peuvent valoriser leurs œuvres et leur savoir-faire.

« L’art fait vivre et transmet la culture », c’est le thème choisi pour cette année, par l’association Tsarafidy. L’évènement se déroule sous le parrainage du ministère de la Culture et de l’Artisanat et de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Divers organismes soutiennent les journées comme l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’ONG « Homme et environnement », MadaCraft, Midex, etc. Mais c’est PROSPERER qui constitue l’appui essentiel pour ses artisans, à travers les programmes et les projets qui les rassemblent dans les associations.

JPEG - 59 ko
Formation et insertion professionnelle des jeunes ruraux déscolarisés.

Les artistes locaux ont animé l’évènement. Les visiteurs ont également profité de l’occasion en revêtant les habits traditionnels typiques Malagasy. La laine sera valorisée particulièrement cette année. Dans ce cadre, les artisans de Kelifaritra Ambohitrabiby feront une démonstration sur l’exploitation de la laine dans leur culture. En effet, l’art Malagasy reflète la véritable culture de Madagascar, de par l’identité des artisans, de par leur savoir-faire mais également des savoirs locaux. Les artisans s’efforcent de promouvoir leurs activités en les adaptant aux besoins des chaque personne et en innovant les œuvres. Il n’y a pas que des sacs et des chapeaux comme d’habitude mais bien plus encore, qui peuvent nous servir dans notre vie quotidienne car l’artisanat se trouve être un vaste domaine englobant différents produits.

Débouchés, matières premières et représentations

JPEG - 110.3 ko
Chaussure à la mode et articles divers.

Cependant, ils font face aux problèmes de débouchés, « ce ne sont que les vacanciers qui s’intéressent à nos produits, en dehors de cela, nous avons un problème de débouchés, surtout à l’extérieur » affirme un des participants. Les artisans, eux-mêmes, sont conscients que les clients locaux ne sont guère intéressés. « A part cela, nous faisons face dès fois à une pénurie de matière première. Heureusement qu’il y a les clusters ou les réseaux d’artisans qui nous aident à nous approvisionner. » confie un artisan.

« Je m’étonne beaucoup que des évènements de ce genre n’intéresse pas les gens. Je crois que les Malgaches ont ce stéréotype du « vita gasy » : « bas de gamme », « insignifiant ».... Je sais que certains des produits dérivés des arts Malagasy sont plus ou moins chers, mais les produits importés le sont également. Malgré que ces derniers envahissent Madagascar et qu’ils sont dès fois plus attrayants, l’art Malagasy possède sa spécificité de par sa beauté et il est bien plus solide. Je suis Malagasy et cela me permet de communier avec mon identité, pourquoi vais-je attendre les autres qui le négligent ? Cela commence par chaque personne » dixit une des visiteurs.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 12 juin 2015 à 10:34 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    En effet : tristes constats que 30 participants qui se battent en duel, sous la parrainage du ministère de l’ artisanat ...
    Je serais bien curieux de savoir combien gagne ce ministre, et le montant de son budget, pour un tel travail !
    C ’est bien connu que si vous voulez crever la dalle , vous faite soit de l’ artisanat, soit de l’ agriculture .
    Quand il ne reste que l’ artisanat pour développer le Pays, c ’est que le secteur de l’ industrie, ne doit pas avoir de devoir de résultat dans son cahier des charges, contrairement au budget qui lui est alloué ...
    Chapeau bas aux artisans Malgaches, qui n’ ont rien d’ autre pour essayer de survivre que de rester dignes !

    • 14 juin 2015 à 07:12 | rabri (#2507) répond à Jipo

      « Quand il ne reste que l’ artisanat pour développer le Pays, c ’est que le secteur de l’ industrie, ne doit pas avoir de devoir de résultat dans son cahier des charges, contrairement au budget qui lui est alloué ... »

      Fermez votre G., vieux blanc, vous ne connaissez rien du tout des réalités ici à Mada. C’est en multipliant ce genre de manifestations, artisanale ou industrielle, que le pays pourrait avancer avec ses effets d’émulation.
      Bien sûr que l’industrie malagasy est encore en convalescence à cause de la concurrence sauvage des produits importés. Vous partez d’Antanimena jusqu’à Ivandry - Androhibe : vous voyez toutes ces belles infrastuctures industrielles mais INFORMELLES ( qui ne paient ni de taxes ni d’impôts), inondées de produits importés.
      I faut un jour arriver à changer tout çà et LE PLUS URGENT EST L’ INSTAURATION DE LA DISCIPLINE PARTOUT !!!!!!!!

  • 12 juin 2015 à 11:15 | RChan (#9023)

    Je suis stupéfait par le niveau sonore de la SONO qui est TROP TROP FORT jusqu’à ne pouvoir s’entendre entre client et les exposants ! Est-il nécessaire de mettre la SONO SI FORT d’autant plus que le Lycée Andohalo se trouve à deux pas des lieux et qu’il se doit de respecter le voisinage par la moindre des politesses ! à tel point que le client et l’exposant ne s’entendent plus comme çà se passe souvent dans toutes les autres expositions et foires du pays, il y a bien de quoi se rendre SOURD avec autant de décibel pour les exposants qui sont présents des jours de suite, n’y aurait-il pas une loi qui pourrait mettre de l’ordre à ce problème de SONORISATION EXCESSIVE ?

    • 12 juin 2015 à 11:33 | Jipo (#4988) répond à RChan

      C ’est fait exprès, pour attirer le badaud et faire monter le taux de fréquentation, histoire que le ministère , soit encouragé pour le succès de l’ opération .
      Qu’ elle soit juteuse ou pas ils s’ en foutent royalement, alors que la population crève de faim ces branleurs n’ ont comme seule créativité que de faire de l’ événementiel, c ’est très INN, et ça donne l’ impression d’ etre dans une démocratie « développée » qui fait comme tout le monde, occultant les priorités qui clignotent au rouge depuis plus de 6 ans !

    • 12 juin 2015 à 11:48 | RChan (#9023) répond à Jipo

      C’est bien unique à Mada ! de toutes les expositions où je m’étais rendu au reste du monde ( USA, Europe et Asie ) Il n’y a qu’ici où la SONO est si insupportable que çà fait plutôt chasser les visiteurs qui ne supportent de tels décibels, je trouve cela exagéré et insupportable. Une drôle façon de voir les choses ...

    • 12 juin 2015 à 11:55 | Jipo (#4988) répond à RChan

      Une vision accoustik, pour malvoyants ...

    • 12 juin 2015 à 12:09 | olivier (#7062) répond à RChan

      « une drôle de façon de voir les choses »

      N’est ce pas ?!!!

       :)

  • 12 juin 2015 à 16:49 | Razaka (#7817)

    .....
    .....
    Dans l’actuel contexte du Pays, le peuple Malagasy a besoin de se réconcilier avec son Histoire.
    Cela ne consiste pas à un KABARY d’une journée ou d’une semaine, mais cela doit être un acte pérenne, aussi ancré dans le cadre d’un Développement Durable.

    Petite parenthèse :
    [Dans le monde des Firmes (parfois multinationales) comme TOYOTA ou APPLE par exemple, elles ont aussi ce qu’on appelle leur ‘’Code’’ ou leur ‘’Culture d’Entreprise’’ propre à elles.
    A partir desquels, ces Entreprises ont chacune, ses repères qui sont ressentis par les consommateurs presque de façon inconsciente.
    Ce qui est important dans cette Identité d’Entreprise, c’est que tous leurs concurrents potentiels devront innover parfois dans des difficultés techniques et financières pour essayer de les devancer dans tout le sens de ce terme.
    Avec une forte culture d’entreprise où chaque Salarié y est adhérent, la Société qui l’adopte ne peut pas être déstabilisée facilement. Car elle possède un bon Socle de cohésion sociale quasiment solide à toutes les épreuves surtout quand cette identité est bien ancrée dans le temps et depuis longtemps ]

    *** Dans l’analogie de ces grandes Entreprises qui prospèrent au niveau mondial, mais dans un cadre plus multidimensionnel au sens Politique et Social, Madagascar étant riche d’une diversité de ses 18 Ethnies, les ARTS et la CULTURE de chaque Région devraient donc SERVIR de Stratégies et Processus de Développement inclusif.
    Autrement dit, cette diversité culturelle très riche si on la considère à sa vraie valeur, pourrait être une ARME collective du Peuple contre toute agression d’ENTRAVE à la Personnalité de chacun.
    *** La dimension Culturelle y est donc IMPORTANATE, car elle présente à mon sens une des clés de l’auto détachement à toute forme de néocolonialisme, surtout dans notre façon économique et sociale d’AGIR et de PRODUIRE les richesses.
    Les créations et les innovations ‘’made in malagasy’’ valorisent les TALENTS et forgent surtout l’Esprit et la Mentalité dans le domaine de la VALEUR & UTILITE.
    D’ailleurs le terme ‘’Valeur Utilité’’ est d’autant plus valable en Economie.
    Je m’explique :

    # ## Cette diversité culturelle Malagasy, dans ses composantes essentielles comme les Savoir-Faire, les Patrimoines Culturels, mais aussi l’Education (à développer bien sûr), doit se projeter et s’analyser même depuis l’Extérieur.
    Cette diversité culturelle doit déterminer le potentiel, les possibilités, le style et le contenu du développement économique et social de Madagascar.
    La CULTURE est donc clairement des « Valeurs Ajoutées », en termes Ethiques et moraux, mais aussi en termes d’Efficience et d’Efficacités qui donnent de l’impact économique et Social.
    Dans un contexte pareil, les Chefs d’Entreprises malgaches ou les futures Capitaines malgaches de l’Indistries auront une autre considération aux yeux de leurs Salariés !!

    # ## Je pense que depuis quelques temps, Madagascar apparaît, de plus en plus clairement, que le non-développement, ou le mal-développement, ne dépend pas exclusivement de paramètres économiques ou politiques.
    Car les Pays à forte Identité culturelle visible avaient toujours mieux résisté à toute sorte d’Influence Externe. Des exemples de quelques Pays dans le monde ne manquent pas à l’appel de cette caractéristique de Richesse.
    Ce qui les a souvent protégés avec ce Rampart pour garder la notion même de Souveraineté Nationale car dans ce cas, on ne peut pas facilement entraver la personnalité de Chacun (du Peuple).

    # ## Les échecs de certaines politiques économiques et de certains modèles de développement, souvent imposés par les Pays dominateurs ne devront plus exister et n’obligeront plus Madagascar de reconsidérer ses approches d’émergence vers le Progrès dans les décennies à venir.
    Au fait, il faudra chercher et créer une EMULATION saine mais surtout SOLIDAIRE entre chaque Région de Madagascar, car non seulement, chacun pourra s’approprier la responsabilité de son propre développement, mais surtout cela donne la possibilité à ce que chaque Citoyen participera aux Processus économiques de façon INCLUSIVE.
    Ce que je dis là n’est pas du tout du Fédéralisme, mais cela peut-être une bonne étape à franchir au préalable avant d’y arriver si l’on voulait le devenir.

    # ## L’Etat Malgache devra donc se donner les moyens au sens juridico-financiers et institutionnels, pour qu’il y ait une véritable Autonomie de Développement de chaque Région (Décentralisation effective) en insistant aux respects des valeurs Culturelles de chacune.
    Etablir une EGALITE d’EDUCATION pour TOUS est obligatoire (coûte que coûte) jusqu’au petit village le plus reculé des Infrastructures.

    # ## Avec de nouveaux Hommes et de Femmes, Madagascar doit donc opter une notion d’ECONOMIE PROATIVE qui demande que la Dimension Culturelle soit prise en considération en économie, non seulement comme un instrument, mais comme la BASE même dans le Cadre général de tout développement Humain.
    Par CONSEQUENT, si un Nouveau Gouvernement (new Leadership) est suffisamment préparés (dans ce nouveau Contexte Mondial) pour mieux gérer ses Partenariats avec les autres Nations, la notion de Pays piloté par la C.I sous sa forme néocolonialiste NE devra PLUS exister.

    # ## Un Vrai Leadership de Situation doit absolument fédérer vers une notion d’Intelligence Collective, pour CHANGER les MENTALITES à tous les NIVEAUX, où tout le monde devient Responsable.
    C’est dans cette forme de prélude d’Indépendance et d’Epanouissement Culturel, que le Peuple pourra se réconcilier dignement avec Toute son Histoire.
    De façon à ce qu’il se relève avec force, pour redresser ensemble le Pays.

    Fallait-t-il qu’une nouvelle Politique, voire d’autres Dirigeants puissent émerger sans encombre pour redresser ce PAYS.
    Cela relève d’un autre DEFIS !!

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 257