Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 3 décembre 2016
Antananarivo | 07h09
 

Société

Santé publique

Recrudescence inquiétante du paludisme

mercredi 20 mai 2015 | Léa Ratsiazo

L’épidémie de paludisme est en augmentation inquiétante interpellent plusieurs députés dont celui du sud Nicolas Randrianasolo, élu Mapar à Betroka. Ce dernier fait état d’au moins une cinquantaine d’enfants morts de paludisme en quelques mois dans sa circonscription. Même dans les hautes terres, depuis le début du mois de mars, 20 cas de paludisme autochtone ont été recensés dans la zone Antananarivo Atsimondrano selon l’institut Pasteur de Madagascar. Ce sont des malades qui n’ont pas voyagé dans les zones à risques mais qui ont contracté le paludisme quand même.

Le ministère de la Santé en collaboration avec des Ong internationales est descendu sur terrain dans le sud de Madagascar pour enquêter sur la raison de la recrudescence du paludisme dans cette zone. Le médecin responsable de la région le docteur Lahimasy Emihangy, ne voulant pas trop dramatiser la situation affirme que les malades qui rejoignent à temps les centres de santé sont sauvés. Ce sont surtout ceux qui restent chez eux, qui se fient aux charlatans en tout genre, qui sont les plus touchés et chez qui on enregistre le plus de décès. Au niveau de la population, certains responsables d’Ong notent qu’il y a certes cet aspect de charlatanisme qui empêche les malades d’aller voir le médecin mais il y a surtout la misère extrême de la majorité. La plupart de la population dans le sud n’a même pas les moyens de se déplacer dans les centres de santé selon les Ong. De même, la disette et l’insuffisance alimentaire les rendent plus vulnérables face aux maladies, surtout les enfants.

De même, la dégradation de l’hygiène publique en général - il n’y a qu’à constater les ordures qu’aucune autorité n’arrive à enlever, a des conséquences sur la santé publique. Mais les tenants du pouvoir ont d’autres chats à fouetter pour le moment, la santé ou la sécurité publique ne sont apparemment pas encore considérées comme priorité.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 20 mai 2015 à 11:27 | Jipo (#4988)

    Bonjour et merci pour ce vaccin, dont les zotorités pourraient, pour ne pas dire devraient prendre note, faute d’ exemple ...
    Entre les crickets, les cyclones, et les urgences polymorphes, qui dérangent, les irresponsables semblent vouloir s’ obstiner à mettre un point d’ honneur à les fuir, pour conserver ce qualificatif d’ irresponsables qui leur va si bien et dont tout le monde semble s’ accommoder + / résignation qu’ approbation .
    Comparé à la peste ou le choléra, un détail de l’ histoire, dont s’ accommodent manifestement brillamment tous ces arrivistes tous aussi irresponsables que criminels !

    • 20 mai 2015 à 12:42 | Inglewood (#6780) répond à Jipo

      Bonjour,

      La capitale croule sous une puanteur inqualifiable. J’ai côtoyé de près ces maladies que vous citez. C’est le dernier des soucis des dirigeants. Rien n’est entrepris à ce niveau là.

      Ce que je puis vous dire le prochain maire élu aura un défi colossal à surmonter. Entre la communication sur le civisme, la propreté, le code de la circulation et la réglementation du commerce de détail, la sécurité, la sécurité sanitaire, les investissements publics...Et, j’en oublie . le boulot sera énorme.

      Quant à la sauterelle, je peux vous dire que l’insecte est énorme.

    • 20 mai 2015 à 13:08 | Jipo (#4988) répond à Inglewood

      Bonjour également.
      Reporter la responsabilité / le maire est à mon avis facile, il est d’ abord de la responsabilité du chef du gouvernement, et d’ attribuer le budget necessaire à ces défis , sans budget vous pouvez mettre n’ importe quel etre humain,, il ne ôurra rien faire, la priorité et un programme et le budget pour y parvenir, le reste n’ est que blabla .
      Quand j’ étais gosse, les sauterelles on courrait à près pour les faire griller.
      Une friandise protéinée, dont sont de plus en plus friands les asiatiques.

  • 21 mai 2015 à 08:56 | Turping (#1235)

    - Le paludisme à Madagascar comme dans le continent africain ,les pays sous développés ravagent beaucoup d’individus (hommes ,femmes ,enfants ,vieillards) surtout les plus vulnérables .

    - Face à ce fléau ,sans mesure préventive ni d’action gouvernementale ,beaucoup de victimes se chiffrant par millions de morts tous les ans dans le monde sont à déplorer malheureusement.
    - La lutte contre la pauvreté ,la précarisation devrait inclure la politique de l’assainissement des villes .Par ailleurs ,la santé publique devrait faire l’objet d’une priorité inquiétante afin que tout le monde puisse se soigner avec quelques poignées d’ariary face à cette maladie .
    - Hélas ! on n’en est pas encore arrivé là ,il y a encore du chemin à parcourir.Face à l’instabilité politique et le laxisme existant depuis longtemps ,s’occuper du volet socio-économique reste encore un parcours des combattants sans compter réellement des actions gouvernementales.

  • 24 mai 2015 à 10:36 | takaka (#8449)

    Les Plasmodiums se développent à M/car parce que ses vecteurs, les Anophèles font partie intégrante de nos écosystèmes naturels. Autrement dit il faut s’adapter avec.
    C’est la loi de la Nature.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 138