Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 12h55
 

Economie

Industrie agroalimentaire : Chocolaterie Robert

Quatre médailles et finaliste au Salon de Londres

jeudi 30 octobre 2014 | Bill
JPEG - 106.1 ko

La Chocolaterie Robert a accueilli ce mercredi 29 octobre 2014 le ministre de l’Industrialisation, Jules Etienne. Il a visité l’usine de production à Soanierana et n’a pas tari d’éloges à l’endroit du cacao de Madagascar et en particulier à l’endroit de la Chocolaterie Robert qui a participé en septembre dernier à l’ « International Chocolate Awards Americas 2014 » où elle a décroché quatre médailles : une médaille d’or, deux médailles d’argent et une de bronze pour ses produits. Le PDG de l’entreprise, Marcel Ramanandraibe, explique que la société qu’il dirige vient d’obtenir deux certifications aux normes internationales après de rudes et très rigoureuses épreuves en termes de matériels-outillages et équipements, mais surtout en termes de qualité et exercice du travail par les ouvriers et techniciens (équipements et effets vestimentaires). Il ne s’est pas empêché, en raison des efforts déployés qui sont gratifiés par ces certifications et ces prix, d’exprimer sa fierté que la Chocolaterie Robert accède aux côtés de grands noms du chocolat mondial, à la finale du Salon mondial du Chocolat qui se tiendra très prochainement à Londres.

Pas moins d’une cinquantaine de caméras de surveillance sont installées dans cette unité de transformation du cacao que dirige Marcel Ramanandraibe, pour veiller à cette qualité de production. L’amélioration et la réhabilitation de l’entreprise et de l’environnement de travail des employés ont coûté quelque 1,3 milliard d’ariary, avoue Marcel Ramanandraibe. Le ministre Jules Etienne veut promouvoir les industries de transformation de ce genre pour encourager et accroître dans le cas présent, la production de chocolat à la conquête du marché mondial.

12 commentaires

Vos commentaires

  • 30 octobre 2014 à 10:31 | meloky (#637)

    On ne laisse pas passer cette periode qui marque le temps !

    Felicitation et bon courage pour ces fameux medailles !

    On ne se reste seulement pour les medailles mais aussi pour la meilleure production qui peut attirer bcp de benefices financiaires !!! puis des travaux de developments locaux pour repandre aux paysans et pour tous les citoyens les fruits de ces medailles !!!

  • 30 octobre 2014 à 12:51 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    A la conquète du marché mondial

    Que les autres entrepreneurs malagasy en fassent autant

    En tout cas félicitations Marcel

    Fidy Rakotoasitera

  • 30 octobre 2014 à 13:08 | Ra-Jao (#282)

    Bon courage pour la bonne réputation du savoir faire malgache.
    Il faut poursuivre l’effot de transformation de nos matières premières. A quand le café moulu, la vanille packagé, tous les épices pour défier Ducros...
    Bravo l’entreprise Chocolaterie Robert !

    • 30 octobre 2014 à 15:55 | Stomato (#3476) répond à Ra-Jao

      A quand tous ces produits que vous citez ?

      C’est demain ! Enfin quand des malgaches se seront décidés à faire ce qu’il faut pour satisfaire les standards et les normes internationales, respect dans la lettre et dans l’esprit de ces normes trop souvent absentes à Madagascar.
      La chocolaterie Robert l’a fait, bravo. Maintenant il ne reste qu’à faire comme eux.

    • 30 octobre 2014 à 15:57 | Stomato (#3476) répond à Stomato

      Et n’allez pas dire : « On ne peut pas le faire car on n’a pas les moyens ».
      Quand on veut on peut. Et trop souvent à Madagascar ce ne sont pas les moyens financiers qui manquent, c’est le courage de prendre une décision et de s’y tenir.
      Et dites vous bien que le respect des normes ce n’est pas pour faire plaisir aux étrangers, c’est pour que des Malgaches puissent vivre de leur travail !

    • 30 octobre 2014 à 16:28 | Ra-Jao (#282) répond à Stomato

      Stomato, ceux qui ont les moyens financiers - faisons semblant d’ignorer leurs sources d’enrichissement - n’ont aucunement l’esprit d’entreprendre. Ils se contentent d’en mettre plein les yeux à notre peuple miséreux avce grosses voitures 4X4 etc, maison de rêve, ballades à l’étranger..
      Ces corrompus de chez nous sont vraiment des poids inutiles pour notre pays : non seulement, les importations de leurs produits de luxe tarissent le peu de devise utiles pour les vrais entrepreneurs pour achat de pièces de rechange et de machine de production .
      Sur place, ils achètent tous les produits importés au lieu de consommer malagcahe pour booster nos productions. Et croyez-vous qu’ils payent les impôts, alors qu’ils sont les premiers à utilisser nos infrstructures routières...
      Avant de quitter M/car, j’ai été petit fonctionnaire. Et je me rappelle que sur mes 45 000 Fmg de salaire mensuel, on préleve par retenue à la source mes impôts.
      Alors que ces fortunés malhonnêtes sont vraiment des parasites pour notre pays.

    • 30 octobre 2014 à 19:22 | Stomato (#3476) répond à Ra-Jao

      C’est un air entendu depuis l’indépendance que vous chantez là...
      Vous parlez de Ducros, savez vous l’origine de son slogan publicitaire ?
      « A quoi ça sert que Ducros se décarcasse » ? C’est parce que cette société a été crée à partie d’une idée, idée transformée en projet mené par une personne qui a su s’entourer de gens aimant son idée.

      Pourquoi n’est-ce pas possible à Madagascar ?
      Il y a beaucoup de raisons, mais aucune bonne raison.
      Il n’est pas facile, en France, de monter une entreprise, surtout avec ce que pratiquent les socialos... Mais il y a des gens qui y arrivent et qui le font tous les jours.

    • 30 octobre 2014 à 20:19 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Stomato

      Mais Stomato à Madagasikara il y a aussi des idées qui se transforment en projets ... malheureusement ces projets , en grande majorité n’ont jamais pu voir le jour

      Du temps de Rabetsitonta pour accelerer les démarches , il a été mis en place ce qu’ils appellent : guichet unique

      Hélas au bout de six mois il a allu abandonner , faute de participants

      Peut ètre faute d’une communication bien structurée

      Et puis ne comparez pas la France à Madagasikara

    • 31 octobre 2014 à 13:27 | Ra-Jao (#282) répond à Stomato

      e ne comprends pas ce que vous voulez dire. La teneur de mon propos c’est de nous poser la question : pourquoi nous ne parvenons pas à transformer à Madagascar nos matières premieres. Le slogan de Ducros, je n’ai rien à cirer !

    • 1er novembre 2014 à 13:52 | Stomato (#3476) répond à Ra-Jao

      Hummm, j’hésite à interpréter votre réaction.
      D’abord comme étant la réaction du sourd qui ne veut pas entendre...
      Ensuite une probable ignorance du sujet dont je souhaite vous entretenir.

      Pour arriver à transformer les produits de Madagascar, quels qu’ils soient, il fait se poser un certain nombre de questions, et y apporter des réponses.
      La liste de questions est connue sous la suite QQOQCP soit les mots :
      Quoi, faire comme produit(s)
      Qui, va élaborer le projet
      Où, va-t-on faire le travail
      Quand, allons nous lancer, construire et mettre en oeuvre le projet
      Comment, Avec quels moyens allons nous réaliser ce projet
      Pourquoi allons nous fabriquer des produits...

      Il y a nombre d’écoles de commerce à Madagascar qui enseignent cela !

      C’est bien vous qui avez cité la marque Ducros. Si vous n’avez rien à cirer du slogan de cette marque c’est que vous ne pouvez pas le comprendre, et donc il n’est pas pour vous.
      Et dire qu’il n’est pas pour vous c’est affirmer que vous n’avez pas la volonté ou les connaissances nécessaires pour entreprendre de répondre à votre question « Pourquoi nous ne parvenons pas à transformer nos matière premières ».

      Vous allez être choqué par mon dernier propos. C’est normal car il est toujours difficile de s’entendre dire ses défauts. Surtout quand on est persuadé de n’avoir que des qualités.
      Et en outre vous n’en aurez rien à cirer de mes propos.
      Comme vos compatriotes qui pleurent sans cesse car ce sont toujours des étrangers qui font ce que vous ne faites pas.

  • 30 octobre 2014 à 20:22 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    En fait la bonne question serait

    Pourquoi ceux qui peuvent ne veulent t’ils pas innvestir à Madagasikara ??

  • 1er novembre 2014 à 13:09 | zanadralambo (#7305)

    Bravo à la chocolaterie Robert…Un exemple isolé malheureusement dans le paysage économique de notre pays. A qui la faute ? A l’insécurité, avant tout. Pour que des investisseurs se lancent, il faut un cadre juridique qui leur assure un minimum de stabilité. Au moindre rotaka, on assiste à des scènes de pillage. A force, la meilleure volonté du monde baisse les bras. Cette insécurité elle-même est la conséquence de la pauvreté extrême que nous avons héritée des 25 ans de la politique aventuriste qu’un bouffon nous a imposée en 1975. Corruption, déliquescence de la mentalité et de la civilisation qui faisaient pourtant la fierté de notre peuple, voilà les mamelles d’un fameux livre rouge (un plagiat de l’œuvre de Mao), en fait un tissu d’âneries…

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 375