Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 9 décembre 2016
Antananarivo | 16h29
 

Coopération

Coopération Maroc-Madagascar

Projet « Caravane de la fertilité » vers début 2017

mercredi 23 novembre | Bill

Au lendemain de la signature des 22 accords de coopération entre le Maroc et Madagascar (voir ci-dessous), le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, s’est entretenu ce 22 novembre 2016 avec le ministre marocain en charge de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch sur un projet spécifique dénommé « Caravane de la Fertilité », qui sera lancé vers le début de l’année 2017. Il consiste en l’octroi d’un laboratoire moderne d’analyse de la fertilité du sol à Madagascar, afin de cerner les conditions nécessaires pour l’augmentation de la productivité agricole. 100.000 ha de terres seront consacrés à un premier projet d’analyse, et suivi d’une expérimentation d’engrais favorables au sol malagasy. Le Maroc dispose d’une solide expérience en termes de sciences agricoles et de production d’engrais. De la réussite de cette étape d’expérimentation dépend la promotion et la vulgarisation de l’usage d’engrais dans l’agriculture paysanne. « On peut déjà prévoir une augmentation en double du taux de la productivité rizicole actuelle à Madagascar à travers cette expérimentation », selon le ministre de l’agriculture, Rivo Rakotovao qui accompagnait la délégation marocaine. De ce fait, il y aura une nette diminution de l’importation de riz par Madagascar, mais aussi de nouveaux emplois seront créés par la poursuite du projet.

Sécuriser la production et le paysan

Par ailleurs, le Maroc s’est aussi engagé à appuyer Madagascar pour le renforcement des centres de formations agricoles, en partenariat avec le ministère et le Centre National de la Recherche Appliquée au Développement Rural, FOFIFA. Et, suite à la signature de la Convention Cadre de Coopération pour la mise en place de l’assurance agricole, le Maroc va appuyer également le secteur des assurances. Il s’agit d’une approche tout à fait nouvelle qui aidera les paysans à se prémunir par rapport aux risques liés à l’agriculture intensive et orientée vers le marché. Le dernier point discuté ce jour à Iavoloha portait sur l’orientation de la production agricole vers le marché international ainsi que le respect des normes en vigueur, notamment les normes SPS. Par ailleurs, dans le domaine de l’élevage bovin et caprin, il a été souligné lors de la rencontre que des techniciens malagasy suivent des formations spécifiques au Maroc depuis le mois d’octobre.

En tout cas, le problème demeure jusqu’à présent l’insécurité physique du paysan et de ses biens. Un volet aussi important que la santé et l’éducation.


Les accords du 21 novembre 2016

- Mémorandum d’entente sur le Projet de valorisation et de sauvegarde du Canal des Pangalanes
- Accord de coopération dans le domaine agricole
- Accord sur la coopération dans les domaines de l’exploitation minière et l’enrichissement des minerais
- Protocole d’établissement de consultations politiques
- Projet d’accord dans le domaine de l’eau et de la météorologie
- Protocole de coopération dans le domaine de l’environnement
- Mémorandum d’Entente en matière de Fonction Publique et de modernisation de l’administration
- Accord sur la coopération dans les domaines de la jeunesse et des sports
- Convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu
- Projet d’Accord de coopération dans le domaine des énergies renouvelables
- Projet de Protocole de coopération en matière de Pêches maritimes
- Projet d’accord dans le domaine de la Formation professionnelle
- Convention de partenariat entre la Banque Centrale Populaire (BCP) et l’Etat malagasy pour la création d’une institution de microfinance
- Projet de Mémorandum d’entente entre le Ministère malagasy du tourisme et l’Office national marocain du tourisme
- Projet d’Accord de coopération entre l’Agence portuaire, maritime et fluviale (APMF) et l’Agence spécial TANGER MED (TSA)
- Projet d’Accord de coopération entre CFCA et Economic Development Board of Madagascar
- Projet d’Accord entre la CGEM et son homologue malagasy GEM (Groupement des entreprises de Madagascar)
- Mémorandum d’Entente entre l’Union interrégionale des Caisses d’Epargne et de Crédit Agricole Mutuels (UNICECAM) et le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM)
- Convention Cadre de coopération pour la mise en place et le développement de l’Assurance agricole à Madagascar
- Projet de Convention de Partenariat entre BOA Group et le Groupe SIPROMAD de Madagascar
- Convention de Partenariat entre BCP et le Groupe SIPROMAD
- Mémorandum d’Entente Attijariwafa Bank Group et la Banque Nationale de l’Industrie

12 commentaires

Vos commentaires

  • 23 novembre à 08:54 | Eloim (#8244)

    Nous avons déjà vécu cette expérience durant le règne de Ra8 avec sa fameuse vitrine de Madagascar, avec à ses côtés l’actuel Président de l’Université d’Antananarivo comme Ministre de l’Agriculture, anciennement Directeur de l’Agro à Ankatso et non moins Directeur du CNRA du FOFIFA-DRZV. Evidemment, l’actuel Ministre d’Etat en a fait partie de cette équipe sans se rendre compte de cracher dans la soupe déjà préparée à une certaine époque où il était Directeur au sein d’un tel Ministère. J’espère que travailler avec les Marocains nous convient plus qu’avec les Norvégiens et/ou les coréens du Sud plus encore avec les Américains. 100000ha est presque négligeable par rapport aux projets d’octroi d’un million d’ha pour la culture de maïs avec les sud-coréens Daewoo. Toutefois, toutes les opportunités seront les bienvenues chez Dago pour se débarrasser de cette misère profonde qui l’a mis à genoux.

    • 23 novembre à 16:36 | momoa (#8952) répond à Eloim

      Je pense que ce projet va apporter beaucoup de bien au peuple malgache. Nous sommes encore en phase de test pour l’instant justement pour éviter que ça foire après. Avec une bonne base, le projet va marcher comme sur des roulettes.

  • 23 novembre à 09:13 | franc (#9485)

    je parie que ça va rendre les malagasy encore plus pauvre, les subventions, les aides etc... n’arrivent jamais dans leur poches et dés que l’investisseur ou le bailleur viennent consater le resultat, il suffit de faire en sorte que les gens se barricade chez eux pour faire cacher leur misère

  • 23 novembre à 09:31 | Isambilo (#4541)

    Bandes de rigolos ! Le Maroc a la plus grande réserve de phosphate au monde.
    Et les Sahraouis, ça va ? Il en reste encore ? Question « caravane verte », la famille du « commandeur des croyants » en connait un rayon.

  • 23 novembre à 12:55 | Stomato (#3476)

    L’article fait mention de mots « porteurs d’espoirs » :
    3 fois Accord
    4 fois d’Accord
    2 fois Agricole
    5 fois Convention
    2 fois Crédit
    5 fois Mémorandum
    10 fois Projet
    3 fois Protocole
    9 fois coopération
    3 fois d’Entente
    Tant de mots promettant des lendemains joyeux sont vraiment étonnants.
    Ce sont surtout les projets qui sont sécurisants. Il n’y en a jamais eu autant de projets.

  • 23 novembre à 14:28 | Jipo (#4988)

    Bonjour
    Encore et toujours des projets , dézacords, des protocoles, des réunions, des memorendums, toujours des kabary : koi ...
    A présent la karavane, d’ aziz le fertile, (le normal arrive plus tard) ça change de mohamed ...
    Je subodore qu’ elle va arriver à dos de chameaux , voir de dromadaires ?
    Départ 2017 : arrivée quand hery et sa paire de ciseaux se seront barrés !
    De toutes façons on s’ en fout, on est pas pressés et d’ ici là hery & sa clique seront bien loin !
    Mais ce que je KIF / dessus tout c ’est le : « laboratoire moderne » pour analyser la pauvreté de la terre,( à l’ image de ses occupants ) à la différence que l’ on peut doper la terre faute de doper les paysans, pour qu’ ils accroissent leur productivité sans le moindre effort supplémentaire, comment n’ y a -t-on pas songé plus tôt ???
    En effet le temps que ce laboratoire soit opérationnel, non seulement les poules auront des kékèttes, mais faire quelques prélèvement d’ échantillons de terre, bien ciblés auraient été incompatibles avec la rapidité d’ une caravane : Tant sur la mise en oeuvre que sur le cout ...
    De conclure que : l’ on kontinue, les ronds de jambes, les pantalonnades, le carnaval de komba, vita gasy, le babakotisme hissé à sa plus ridicule exemplarité , entretenu par des organisateurs tous aussi complices que criminels, quelle honte d’ utiliser le terme francophobie, pour ridiculiser un peu plus un Pays en faillite, sur un déclin tel qu’ il est obligé de vivre à crédit depuis que ses représentants vendus, l’ ont livré aux mains de la finance après 75 !
    Cautionner cela va de toute évidence à l’ encontre de son objectif initial, rehausser la France parmi les grandes puissances internationales , pour ne pas dire la ridiculiser encore un peu plus, comme si elle avait besoin de ça ...
    Vivement Fillon !

    • 26 novembre à 08:08 | mandrozeza (#5123) répond à Jipo

      Connaissant la flexibilité de la langue française chez certains, le passage suivant :
      « il consiste en l’octroi d’un laboratoire moderne d’analyse de la fertilité du sol à Madagascar, afin de cerner les conditions nécessaires pour l’augmentation de la productivité agricole. 100.000 ha de terres seront consacrés à un premier projet d’analyse, et suivi d’une expérimentation d’engrais favorables au sol malagasy. »
      ce passage ne veut-il pas dire, il faut donner 100.000 ha de terres à des sociétés marocaines pour qu’elles puissent en mesurer la fertilité.
      D’habitude, il suffit d’une dizaine de prélèvements pour avoir 800 g de sol pour faire des analyses !
      J’en déduis que pour payer le labo d’analyse, il faut lui donner le champ. Cela explique qu’il faille autant d’ha.
      J’ai envie de me mettre sur les rangs. Donnez-moi 200.000 ha et j’en ferai les analyses selon les techniques les plus modernes des sciences physiques, chimiques et microbiologiques. Je promets même de compter les vers de terre jusqu’à cent.

      « Le Maroc dispose d’une solide expérience en termes de sciences agricoles »

      en terme de production de diplômés au chômage, oui

      « De la réussite de cette étape d’expérimentation dépend la promotion et la vulgarisation de l’usage d’engrais dans l’agriculture paysanne. « On peut déjà prévoir une augmentation en double du taux de la productivité rizicole actuelle à Madagascar à travers cette expérimentation », selon le ministre de l’agriculture, Rivo Rakotovao qui accompagnait la délégation marocaine. »

      Pourquoi pas un SRI ’« système de riziculture intensive » marocain ?
      Car le SRI malagasy n’a guère tenu ses promesses

  • 24 novembre à 14:32 | Albatros (#234)

    Le Maroc (140ème Pays au classement par revenus moyens par habitant !) venant au secours de Madagascar (157ème pays sur 162 dans le même classement !), cela en dit long sur l’état de Dago en 2016 !.
    Ceci dit il ne faut pas oublier que le Maroc exporte des produits agricoles vers l’Europe.
    Que le Maroc posséde les 3/4 des réserves de phosphates recensées dans le monde.
    Que le Maroc a des usines de montage de voiture. En 2015 il a même produit plus de voiture qu’il n’en a importé.

    Alors !. Que Madagascar s’appuie sur le Maroc pour sortir la tête de la fange, cela peut être une bonne chose.
    Pour une fois certains forumistes de MT ne pourrons pas crier au scandale de l’ancien colonisateur qui vient « pomper » les richesses de Mada !.

    • 26 novembre à 07:56 | mandrozeza (#5123) répond à Albatros

      Comme si le problème de Madagascar était un problème de phosphates !
      On pourrait donner des phosphates à Madagascar, ils n’atteindraient jamais les champs car :
      1) il y a des coûts de transport maritime : ni Madagascar ni le Maroc n’ont les moyens de mettre gratuitement du pétrole à destination de bateaux minéraliers (surtout si ce pétrole remonte à 300000 ariary le baril
      2) il y a des procédures en douane ; A supposer que le gouvernement malagasy décide la gratuité, tout le monde sait qu’il faut payer ne serait-ce que pour bénéficier de la gratuité
      3) il faut transporter ce phosphate à l’intérieur de Madagascar : y-a-t’il encore des routes pour aller jusqu’aux régions les plus reculées ?

  • 24 novembre à 15:51 | momoa (#8952)

    « le Maroc s’est aussi engagé à appuyer Madagascar pour le renforcement des centres de formations agricoles » j’estime que c’est une bonne idée. Il faut revaloriser l’agriculture, puisque la plupart des Malgaches sont des agriculteurs. Le pays a besoin de ce genre de coopération, qui implique directement la population et aura un impact sur notre économie et améliorer le savoir-faire malagasy.

    • 26 novembre à 07:46 | mandrozeza (#5123) répond à momoa

      Quelle rigolade ! La moitié des diplômés de l’enseignement supérieur agronomique marocain sont au chômage. Autrement dit, ils n’ont jamais travaillé.
      Certains d’entre eux, liens de la famille royale obligent, faisaient partie de la délégation marocaine.
      A défaut de pouvoir travailler à Madagascar, ils ont envisagé des montages bidon par cabinets d’études à créer pour récupérer le maximum d’ariary.

  • 25 novembre à 20:02 | GADSDEN_FLAGIVANDRY (#8661)

    Je précise ce n’est pas de l’humour je le pense sincèrement.
    Et la caravane de l’infertilité c’est pour quand ? (faudra trouver un nom plus vendeur...),parce qu’il serait peut être temps de prendre le taureau par les cornes : étant donné que les solutions économiques et politiques pour limiter la pauvreté c’est au point mort, faudrait peut être penser à lancer un grande campagne d’accès à la contraception pour éviter de se retrouver avec des pauvres en plus d’ici les 20 ans à venir.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 343