Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 23 juin 2017
Antananarivo | 21h03
 

Société

Malnutrition chronique

Près d’un enfant sur deux en souffre

vendredi 12 mai | Bill, Ra Bens (Photos)

L’Enquête Nationale sur le Suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement (ENSOMD), réalisée en 2012-2013, a montré qu’un peu moins d’un enfant de moins de 5 ans sur deux ou 47,3% des enfants souffrent de malnutrition chronique, soit environ deux millions d’enfants. Par ailleurs, la même enquête révèle que 8,6% des enfants souffrent de malnutrition aiguë avec le risque élevé de mortalité associé. Pour y remédier, il est pertinent et urgent d’investir dans des actions pour réduire l’incidence de toute forme de malnutrition, remarquent les responsables de l’Enquête.

En marge de la cérémonie de lancement du Plan d’action contre cette malnutrition, le chef de l’Etat a répondu aux questions des journalistes à propos de la Haute Cour de Justice (HCJ) qui n’est pas encore sur pied. Hery Rajaonarimampianina se défend et déclare qu’il n’est pas ici question de manque de volonté politique mais toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour que la HCJ soit installée et fonctionne ; et puis, il y a aussi d’autres priorités laisse-t-il entendre. En tout cas, le président de la République estime que la lutte contre la malnutrition est trop importante car d’une part c’est un sujet et une problématique d’intérêt général et d’autre part, la malnutrition compromet autant le développement de l’enfant et de l’homme, que sa productivité et l’économie en général. C’était ce 11 mai lors de la cérémonie de lancement du Plan National d’Action pour la Nutrition (PNAN III 2017-2021) et du Plan d’Investissement pour la Nutrition au CCI Ivato.

D’après les études et consultations effectuées par l’Office National de Nutrition (ONN) et ses partenaires la malnutrition à Madagascar n’est plus seulement un problème de santé publique, elle est devenue un véritable un problème de développement qui touche une grande partie de la population, particulièrement les enfants en bas âge et les femmes enceintes et allaitantes. Le retard de croissance a des conséquences irréversibles sur le développement physique et cognitif de l’enfant, affectant ainsi la capacité d’apprentissage, la productivité à l’âge adulte et donc l’économie même des pays.

Trois axes stratégiques sont ainsi identifiés et développés dans ce Plan : la nutrition spécifique, la nutrition sensitive et la gouvernance. L’objectif est de réduit la taux de malnutrition chronique chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans de 47% à l’heure actuelles à 38% à l’horizon 2021.

Portfolio

15 commentaires

Vos commentaires

  • 12 mai à 09:44 | Eloim (#8244)

    J’espère qu’avec ce plan d’action nationale, le taux de malnutri sera réduit à un ratio dont il faudra sortir de ce soi-disant « ATELIER » ou je ne sais pas quoi dire.
    Un petit tic de la présente photo des honorables invités : d’une atmosphère LUGUBRE !

  • 12 mai à 10:05 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !

    Il fut un temps où la spiruline (cette algue microscopique) était considérée comme un possible complément nutritionnel pour compenser l’insuffisance de protéine dans l’alimentation des enfants gasy .

    L’Université de Toliary avait fait naître des espoirs en la matière par la qualité de son travail , et je salue ici la dame qui en était la responsable .

    Ensuite Morondava s’y est mis aussi , mais en introduisant une variété différente de celle développée à Toliary .

    Même si je suis pour les concurrences positives , je m’étais quand même un peu inquiété de l’apparition de ce deuxième centre d’études et j’espérais aussi de développement de la spiruline au pays .
    Il est évident que , contrairement à ce que certains fanatiques croyaient à l’époque , la spiruline ne peut pas être la seule source de protéine pour nos enfants .

    Et je vous rappelle que de l’endroit et du premier temps de sa semence pour sa culture ,
    jusqu’au moment où elle se trouve dans la cuiller du consommateur ,
    la spiruline ne coûte presque rien .
    D’ailleurs on la surnomme la protéine du pauvre .

    Dans les régions où la viande ou les produits laitiers , par exemple , manquent terriblement ,
    la spiruline peut compléter de façon efficace l’apport très insuffisant de protéine à la nutrition de nos enfants et de nos jeunes .

    Mais le coup d’état de 2009 est passé par là .
    Et les foza ne connaissent rien de la spiruline .
    Ils ne savent même pas que cela existe .
    Normal , puisque la spiruline ne rapporte pas autant que les vols de bœufs ou le bois de rose ou l’or et les pierres fines et précieuses ou les détournements de fonds .

    Alors la spiruline gasy est tombée dans l’oubli !
    Dommage !

    • 12 mai à 12:20 | Gérard (#7761) répond à Saint-Jo

      il a encore raison saint joseph le juste !

      et pourrait citer aussi les autres partenaires :

      Rija Rakotoarisoa, le Pr Nardo Vicente etc.....

      http://www.institut-paul-ricard.org/?Spiruline
      https://www.doc-developpement-durable.org/file/Culture-spiruline/adaptation%20spiruline%20de%20Madagascar%20a%20culture%20en%20eau%20de%20mer.pdf

    • 12 mai à 13:02 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      @ Gérard

      Merci pour les liens !
      Leurs contenus sont très instructifs .
      Malheureusement , dans ce pays , il semble que le service Recherche et Développement de cette branche semble être laissé en désuétude depuis le coup d’état de 2009 .
      Bon ! Il est de notoriété publique que les foza ne savaient pas , et ne savent toujours pas , que la recherche et l’implication des sponsors dedans nécessitent calme et tranquillité .
      Et que les désordres et destructions , comme celles que ce pays a vécues lors du coup d’état de 2009 , font fuir non seulement les sponsors (investisseurs) mais aussi les cerveaux , lesquels emportent aussi leurs idées avec eux .

    • 13 mai à 03:34 | Gérard (#7761) répond à Saint-Jo

      @saint joseph le juste....

      comme ça, il resterait des « cerveaux » dans notre île heureuse ?
      je cherche autour de moi et ne voit que des portefeuilles ....

      sinon, un ami qui œuvre dans le baobab, m’a expliqué un jour que la pulpe du fruit de cet arbre sacré pouvait également être utilisée dans les cas de de-nutrition

      mais aussi , pour rire un peu , ma propre épouse , mérina de petit gabarit certes !, hospitalisée pour des examens de routine en France, ne rentrait pas dans les normes taille/poids pas de là-bas et s’est vue appliquer un traitement ré-nutritionel hyper protéiné, qui n’a bien évidemment rien pu faire contre la génétique !!

    • 16 mai à 14:06 | Pericles (#8460) répond à Saint-Jo

      Voilà une remarque en effet très judicieuse. L’article ne traite pas du tout du fond de ce énième programme et ne montre que quelques photos, aucun lien vers un quelconque document, synthèse ou texte intégral du plan. Je n’ai trouvé sur internet (merci Google) qu’une petite page totalement creuse sur le site de la présidence : on y voit des expressions aussi vides que « tenir compte des problématiques dans les stratégies sectorielles » ou « pour une mise en oeuvre efficace et efficiente ». Avec ça tout est dit ! J’aurai bien aimé un titre du genre « définir n’importe comment et au hasard les actions que l’on choisit » ou « faire une mise en oeuvre totalement ratée, coûteuse et qui ne marche pas »...
      Concernant la spiruline, je me suis donc rapporté aux seuls documents que j’ai pu trouver : le précédent plan 2012-2015, en 92 pages le mot spiruline n’est même pas utilisé une seule fois. De même sur la période un autre document issu lui de la « primature » et de l’ONN intitulé « plan de suivi et évaluation de la lutte contre la malnutrition » en 53 pages ne fait pas une seule fois apparaitre la spiruline.
      Et pourtant ! Il y a bien des initiatives (voir par exemple à Morondave, à Tuléar, ou encore plus récemment à Antsirabe) avec le soutien le plus souvent d’associations efficaces.
      La possibilité est à portée de mains, il ne manquerait qu’un peu de volonté politique, une coordination entre initiatives associatives, soutien de bailleurs de fonds, relais des pouvoirs publics (pour exempter de taxes douanière les matériels nécessaires qui doivent être importés pour ces réalisations) et acteurs locaux responsables et de confiance (comme plusieurs congrégations déjà investies dans le sujet).
      Mais voilà... qui portera un tel dossier ?

  • 12 mai à 10:34 | vatomena (#8391)

    Quel sera le destin de ces enfants déjà dénutris aux premiers jours de leur enfance ? Quelle sera leur force pour les durs travaux du paysan ? Quelle sera leur intelligence pour appréhender le monde technologique qui s’installe ? Nos gouvernements préparent ils un pays de sous hommes ?- 3ème génération de l’Indépendance !

  • 12 mai à 11:10 | dirk_cab (#6503)

    Bonjour,

    Je suis complètement atterré de voir cette méthode inefficace , employée depuis longtemps . L’équation est pourtant très simple à poser :

    - D’un côté , vous avez tous ces gros repus , qui sont là (sur la photo , Hery compris) juste pour faire de la figuration et pour quémander des sous ; pour cela on affecte un nom pompeux , le Plan National d’Action pour la Nutrition, cela fait plus sérieux,. Pourtant sur les photos , on voit bien que c’est le cadet de leurs soucis, et puis il faut bien le reconnaître , que peuvent bien savoir ces gros parvenus de la SOUFFRANCE du peuple gasy ?

    - De l’autre, vous avez les enfants du peuple gasy, mal nourris, le ventre « gonflé » par la malnutrition, ces pauvres gamins qui errent dans les rues, cherchant péniblement à trouver de quoi pouvoir se rassasier quotidiennement .

    Solution possible : combien de Dollars détournés par Claudine, Bekasy, les sénateurs en fuite (?) , pourquoi quémander aux Organisations Internationales (Europe ?) si on peut trouver les mêmes à la maison ?

    Les gouvernements successifs n’ont pas arrêté de solliciter de l’aide depuis plusieurs années, pour quel résultat ?

    Résultat = 0.

    Je pense qu’il faudrait peut-être essayer pour ce gouvernement d’incapables de voir des solutions plus responsables et plus respectueux des règes de gestions.

    Juste un coup de gueule, mais je sais très bien que cela n’empêchera pas les « discussions de salon feutré ».

  • 12 mai à 11:12 | dirk_cab (#6503)

    Suite :

    Le chiffre de 1 enfant sur 2 me semble bien en deçà de la réalité ?

  • 12 mai à 11:17 | Mihaino (#1437)

    L’enquête a été réalisée en 2012-2013 et comme nous sommes en 2017 , je suis intimement persuadé que le nombre des enfants souffrant de la malnutrition a encore connu une hausse vertigineuse !
    Je partage les bonnes questions de Vatomena ci-dessus et je souhaite de tout mon coeur que soit résolu une bonne fois pour toute ce problème de malnutrition .
    « Izay voky no maharaka ny namana ; ny kibo tsy mba lamosina » 2 proverbes malgaches à méditer .

  • 12 mai à 11:37 | Saint-Jo (#8511)

    Depuis le début de la campagne du riz de 2010 , à la demande de la famille de mon frère ,
    je me suis intéressé à nouveau à la riziculture (entre autres choses , bien sûr).
    Car ils voulaient atténuer les terribles conséquences du coup d’état de 2009 sur leurs conditions de vie .

    Il faut dire que la riziculture était mon dada (au sens français du terme) du temps de l’adolescence .
    Car j’avais une très grande admiration pour mon oncle , lequel était un génie en la matière .

    Sur ce forum , je parlais souvent de mes rizières (plutôt celles de la famille de mon frère , mais j’en suis un très actif consultant) ,
    mais il n’y a que Dadabe qui y portait un réel intérêt .

    Il faut reconnaître aussi que Dadabe a à la fois un très vaste et très haut degré de culture , qui ne peut être acquis que par un esprit ouvert et curieux de tout .

    Ce qui , par exemple , n’est certainement pas le cas des foza , en tête desquels je cite le couillon RAMBO et la vache folle isandra .
    Car les foza , non seulement ne sont pas instruits , mais ils ne sont friands que de l’argent que pourraient leur fournir leurs méfaits (d’ailleurs ils semblent ne même pas se rendre comte que ce sont des méfaits) .

    Et la riziculture ?
    Les foza se croient malins de manifester leur mépris quand ils font allusion à mes occupations dans mes rizières .

    Alors ,
    engager sur ce site des échanges avec des « mangeurs de riz qui méprisent les rizières » sur les spirulines (comment les produire , leurs apports dans la nutrition , etc )
    ressemblerait à
    engager des échanges d’idées avec des requins blancs sur la façon de trouver de la nourriture dans la jungle amazonienne !

    Et sans rires !

  • 12 mai à 12:30 | Jipo (#4988)

    Bonjour
    @ Bill « Qu’un peu moins d’un enfant de moins de 5 ans sur deux » ne trouvez-vous pas votre phrase un peu lourde ?
    La moitié des enfants de moins de 5 ans : aurait pu faire l’ affaire mais bon ...
    On sait depuis longtemps que les parasites parvenus qui se bousculent pour approcher du ratelier , se foutent éperdument du sort de leur compatriotes, et de l’ avenir du Pays, cela se saurait ...
    Et si Bill faisait une investigation sur combien a couté cette enquête , subventionnée par qui et dans quel but ? autre que demander encore du vola .
    Il devrait tout simplement être interdit de sortir la moindre des richesses de Madagascar, supprimer les passeports diplomatiques pour à minima une génération, que ces méthodes dignes de voyous, sortent définitivement de l’ esprit Malagasy, idem pour les karanes & cinoix , tous sans exception instaurer des lois facilitant les investissements sur place ( dans le style réduction drastique d’ impôts, voir exonération temporelle ou ponctuelle, selon certains critères à élaborer) .
    De se demander pourquoi cette hypocrisie quand des prétendus présidents ayant sous leurs yeux les rapports et plus directement la misère des générations à venir , ont l’ insolence de demander "ou y a-t-il
    de la misère" ?
    Avec une telle cécité et mauvaise foi, et de s’ adresser à la CI pour demander du fric, des aides, et pire que cela marche !
    C ’est à se demander si les Malgaches, n’ ont pas l’ intention de faire de l’ ombre aux baobabs ?
    A savoir non seulement plantés à l’ envers, mais mieux, marcher sur la tete, je devrai plutôt dire : le coco ...
    Priorité nationale, certain vont m’ accuser de fasciste, de protectionniste, en attendant je ne vois vraiment pas comment mettre fin à cette hémorragie, qui fait sombrer le Pays et le force à se maintenir sous ( perf / dépendance) pour encore des générations, j’ appelle cela criminel, mais oui je sais c ’est pas humanistement correcte et digne de propos conspirationnistes , bonne continuation pour ne pas dire obstination .

  • 12 mai à 13:23 | takaka (#8449)

    Et alors ?
    Dans la philosophie gasy petaka, les enfants doivent souffrir. Relisez tous les proverbes, fanoharana et fitenenana de tous les districts confondus, et vous comprendrez.
    Si l’adulte porte des sandales, l’enfant non.
    SI l’adulte mange du henankisoa sy ravitoto, l’enfant du romazava patsa.
    Si l’adulte porte une veste, l’enfant seulement une culotte aussi sale que la pensée de TGV !

  • 12 mai à 19:32 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Et l’éducation de ces enfants car ils ne les resteront pas éternellement : cette génération, sans suivi et prise en compte, deviendra de nouveau non plus les conséquences mais la cause de la malnutrition même si le premier responsable, le fameux ministre Paul Rabary ne figure pas sur la photo. Celui qui est prompte à fermer des écoles coranqiues et qui ne pipe point mot sur les organisateurs des évenements comme le copier-coller qui perturbe l’éducation en cette période de dernier trimestre. A tuléar, il y avait même 03 morts et des dizaines de bléssées.

  • 16 mai à 14:16 | Pericles (#8460)

    La lutte contre la malnutrition est un sujet trop important pour laisser passer un tel article sans réagir.
    Le contenu de cet article est totalement vide ! Où est l’information ???? On le sait que Mada a complètement raté le premier objectif du millénaire pour le développement avec son échec majeur dans la lutte contre la malnutrition. Et à quoi ça rime ces ridicules pourcentages avec une décimale ? 47,3% 8,6% comme si ces stats étaient fiables ? Formidable contenu totalement dépourvu d’information que ces multiples photos jointes. Dans un véritable article de presse qui nous aide à « grandir », à comprendre et analyser le sujet non pas en s’envoyant à la figure via le forum des invectives mais en échangeant des arguments vides pour la plupart. J’aurai espéré :
    - un bilan synthétique mais précis du précédent plan, ses résultats, ce qui n’avait pas marché et pourquoi, ce qui avait marché et pourquoi
    - la présentation des grandes lignes du nouveau plan, avec les objectifs fixés quantifiés, les cibles intermédiaires année par année, et les actions principales avec qui sont les acteurs et quels sont les moyens mobilisés,, en quoi ce nouveau plan tire les leçons du précédent.
    - et à qui et comment il sera rendu compte de ce nouveau plan.

    C’est dramatiquement désespérant. Le peu que j’ai pu lire sur le site de la présidence semble montrer que l’on en reste à du verbiage et du discours. J’ai pourtant la conviction que même dans l’administration malgache et à l’ONN il y a quelques vraies bonne volontés qui veulent faire avancer cette cause nationale majeure, car c’est la clé d’entrée vers le développement : l’enfant qui ne mange pas à sa faim ne sera pas scolarisé ou très mal, alors sans éducation comment espérer parler de développement un jour ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 155