Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 07h16
 

Infrastructure

Travaux de la Francophonie

Opacité des contrats et financement

samedi 5 novembre | Yvan Andriamanga

Quelles sont les contreparties des travaux et infrastructures réalisées par les Chinois dans le cadre de l’accueil du Sommet de la Francophonie à Madagascar ? Soamahamanina et les autres exploitations minières qui défrayent, trop souvent, la chronique sont-ils la contrepartie des financements chinois ? Comment ont été attribués les autres marchés et prestations dans le cadre de la francophonie ? Autant de questions sans réponse mais qui alimentent les rumeurs et suspicions de népotisme, de corruption, de copinage et autres gros intérêts personnels des organisateurs et tenants du pouvoir dans le cadre de la francophonie. L’organisation internationale de la francophonie est soupçonnée aussi d’au moins de faire semblant de ne pas voir toutes ces opacités autour du 16ème Sommet. Une chose est sûre, bon nombre de prestations ont été attribuées par « cooptation », de gré à gré.

Actuellement, la finition des infrastructures pour accueillir le prochain Sommet de la francophonie avance à marche forcée. Les travailleurs sur les différents chantiers, encore en cours, c’est-à-dire presque tous, triment nuit et jour pour livrer à temps les chantiers. « Ce sont des infrastructures respectant les normes, avec des garanties décennales » assurent les ingénieurs sur terrain. A première vue, la nouvelle route reliant Soavimasoandro et Ivato est presque finie mais pas encore inaugurée. Le village de la francophonie est encore en plein chantier qu’on se demande s’il serait prêt à temps. Côté privé, les grands travaux de l’hôtel A&C sont en cours aussi. Les grands travaux d’extension de l’aéroport annoncés à grande pompe ainsi que le village Voara d’Andohatapenaka sont abandonnés.

73 commentaires

Vos commentaires

  • 5 novembre à 10:13 | Einstein (#3390)

    Les observateurs internationaux ont fait un constat irréfutable après l’analyse de plusieurs cas dans les pays africains : l’organisation des sommets ou rencontres internationaux sont l’occasion de grands détournements et de corruption à grande échelle où les responsables au sommet des États réalisent des affaires financio-maffieuses remplissant leurs poches sur le dos du peuple.

    • 5 novembre à 10:16 | Einstein (#3390) répond à Einstein

    • 5 novembre à 13:25 | Bena (#494) répond à Einstein

      la dame jeanne est sans état d’âme. du moment que les travaux avancent à son goût, il n’y a pas de problème même si les conditions plongent le peuple malgache encore plus dans sa misère. car c’est pas le gouvernement qui porte ce fardeau mais bel et bien le peuple malgache, contribuable et corvéable à merveille. c’est ça l’esprit francofole ? une histoire de fous.

    • 5 novembre à 20:08 | Sorobila (#9239) répond à Einstein

      Ainsi Rajao et sa clique vont constituer la nomenklatura « dagoise » et vont s’installer à Lutèce, à Lugdanum ou encore à Massilia une fois son mandat terminé car ils auront amassé assez de magot pour ce faire. De son coté, le Mathieu aurait déjà fait fructifié son bizinesy parallèle et volerait de ses propres ailes avec 4x4 V8 et « premier, deuxième voire troisième bureau » comme papa.!!!
      Bonjour l’image de Dago.!!!

  • 5 novembre à 11:38 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !
    J’ai remarqué l’arrivée de deux nouveaux pseudonymes aux écrits plutôt objectifs sur ce lieu virtuel .
    Bienvenu donc à Einstein et à lysnorine .

    J’ai constaté que , concernant l’Histoire , lysnorine est précis et bien documenté .
    De plus lysnorine manie fort bien la langue maternelle .

    Alors , lysnorine , il y a deux idées que je soutiens sur ce forum :
    1) le vocable « malagasy » était ignoré par les ancêtres merina avant l’ouverture chez nous de la toute première école par des Anglais ; en parcourant les récits écrits de l’Histoire , lysnorine , avez-vous trouvé une seule fois ce mot « malagasy » utilisé par les souverains ou par qui que ce soit pour désigner les habitants de l’Imerina en ces époques antérieures à l’arrivée des Anglais ? les ancêtres merina disaient Ambaniandro ou Ambanilanitra ou Merina ; lorsque des enfants et des jeunes habitants de l’Imerina fréquentaient les écoles fondées par les Anglais ( Antananarivo , Ambatoaranana , Antsahadinta ) , leurs enseignants Anglais avaient décidé de les appeler « Malagasy » ; et comme partout dans le monde ils étaient normalement imités par leurs ouailles ; alors de fait , pour ces premiers jeunes scolarisés , se qualifier et s’appeler « Malagasy » était devenu un signe reconnaissance entre eux et qui les distinguaient ( presque par une sorte de snobisme ) des autres jeunes non scolarisés ( donc perçus comme ignares par eux ) .
    2) dans vos lectures de l’Histoire , lysnorine , aviez-vous perçu l’existence réelle d’une nation merina ou ambaniandro ( je n’ai pas dit une nation « malagasy » ) dotée surtout d’une solidarité collective ( ce que nous appelons de nos jours « solidarité nationale » ) qui , je pense , est la caractéristique de base de ce qu’est une nation ?
    [ Au passage , lysnorine , je vous fais remarquer que , de nos jours , cette solidarité collective n’existe pas encore entre les populations de cette Grande Île . Pour s’en convaincre , il suffit d’observer l’indifférence des dirigeants politiques et des populations de certaines régions , à l’égard des populations du Sud qui souffrent cruellement de la famine depuis de nombreuses décennies . Par contre , vous devez bien voir lu la solidarité collective ( on peut dire nationale ) très efficace des Ambaniandro pour vaincre la famine en Imerina , la première fois sous la conduite d’Andriamasinavalona , et la seconde fois sous la conduite d’Andrianampoinimerina . Ce qui n’est visiblement pas le cas en ce qui concerne le Madagascar et les Malagasy de nos jours . Et c’est là une des causes de mes profonds doutes sur l’éventualité de l’existence réelle d’une vraie nation malagasy ! ]

    • 5 novembre à 16:41 | RAMBO (#7290) répond à Saint-Jo

      ...Et c’est là une des causes de mes profonds doutes sur l’éventualité de l’existence réelle d’une vraie nation malagasy ! ] dixit l’expert.

      Réponse :
      A l’poque de l’internet, on consulte la définition du terme « Nation » et on compare à ce qui existe à Madagascar et basta./ Pas de débat.

      Définition de nation
      Etymologie : du latin natio, naissance, extraction, dérivant de natus, né.

      Une nation est une communauté humaine ayant conscience d’être unie par une identité historique, culturelle, linguistique ou religieuse. En tant qu’entité politique, la nation, qui est un concept né de la construction des grands Etats européens, est une communauté caractérisée par un territoire propre, organisée en Etat. Elle est la personne juridique constituée des personnes régies par une même constitution.

      Les critères évoqués ci-dessus ou une partie d’entre eux (identité historique, culturelle, linguistique, religieuse, géographique) ne peuvent à eux seuls caractériser une nation. Il y a aussi un système de valeurs, souvent résumé en une devise et qui repose sur un contrat social implicite entre les membres de la nation. Pour certains sociologues le seul critère déterminant est subjectif : il faut que les membres d’une communauté soient convaincus qu’ils relèvent d’une même appartenance nationale.

      En France, depuis la Révolution, la nation est un ensemble de citoyens détenant la puissance politique (souveraineté). Il y a superposition entre la nation, le peuple et l’Etat auquel la nation délègue sa souveraineté.
      « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation » (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen).

      Toutes les nations ne sont pas constituées en Etat. Exemple : la nation kurde qui géographiquement est répartie entre la Turquie, l’Irak, la Syrie et l’Iran.

      Certaines communautés ou sous-ensembles d’une communauté revendiquent l’appartenance à une nation alors qu’elles dépendent d’un Etat géographiquement plus étendu (Ex : les Basques, les Québécois, les Ecossais, les Catalans, Les Flamands, les Corses...). Elles peuvent trouver une relative autonomie au sein d’institutions fédéralisées.
      Sans aucun doute Madagascar est une Nation en bonne et due forme...
      Ambaniandro est différent d’Ambanilanitra (des multitudes de personnes qui se rassemblent à un même lieu on les appelle aussi vahoaka....Les premiers scolarisés d’Antananarivo furent les princes et les princesses ( Zanakadriana sy Zazamarolahy)... A cette époque personne ne pouvait imaginer que tous les Ambaniandro aura la possibilité d’accéder à la scolarité..C’était réservée aux Andriana et même pas tous les Andriana.. Ce ne sont pas du tout les Anglais qui ont donné le nom de Malagasy aux habitants d’Antananarivo comme vous dites...Il serait intéressant que des linguistes-historiens fassent des recherches dans les langues malayo-polynésiennes dont le mot « malagasy » ou « malagaschi » pourrait être originaire. Aurait-on des traces dans les écrits historiques malaisiens de l’existence d’une grande île près des côtes de l’Afrique ? Quel nom aurait-elle ? Peut être ainsi seulement, nous pourrions retrouver le véritable nom de notre île, qui a donné son nom à notre pays : Madagascar.

    • 5 novembre à 17:32 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Personne ne s’étonnerait que , en ce qui concerne cette Grande Île ,
      ce couillon de RAMBO trouve une solidarité nationale chez les Gasy ,
      une solidarité nationale comparable à celles existantes et réellement vécues par les peuples dans d’autres pays .

      Et même une solidarité nationale gasy
      comparable à la solidarité nationale merina
      du temps des souverains Navalona d’abord
      et de Nampoina ensuite !

      Chez certains naïfs Gasy ,
      il suffit de dire une théorie orale
      ou de lire une théorie livresque ,
      et la théorie se mue instantanément en réalité !

    • 5 novembre à 19:13 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Ma requête s’adresse à lysnorine , dont l’objectivité me semble très solide .
      Il me semble aussi que , en ce qui concerne l’Histoire de ce pays , ce Monsieur est bien documenté en sus de son aisance dans la langue maternelle .
      Choses qui sont toutes loin d’être des points forts du couillon de RAMBO .
      De plus , qui n’a pas encore remarqué que ce con de RAMBO ne comprend même pas ce qu’il lit ?
      L’autre fois Boris Bekamisy a publié un texte plus raciste anti-merina que tous les textes racistes anti-merina réunis . Mais tout de suite après , ce con de RAMBO a fait de la lèche à l’endroit de Boris Bekamisy . C’est comme si l’autoproclamé andriana merina avait été complimenté , félicité et célébré par ce déjà épidermique raciste antimerina qu’est Boris Bekamisy !

      Pour un sujet qui nécessite documentation , analyses et réflexions , on ne demande pas son point de vue à un individu dont l’abrutissement est déjà constaté par tout le monde , voyons !
      Alors RAMBO , allez jouer ailleurs ! Etudiez bien , par exemple , ce que Wikipedia raconte à propos de l’Histoire de l’Imerina !

    • 7 novembre à 14:13 | lysnorine (#9752) répond à Saint-Jo

      Misaotra anao indrindra amin’ny fiarahabanao tonga soa ! Miala tsiny raha izao vao afaka mamaly anao, fa izao angamba aloha no azoko hambara mikasika ny hevitra tompoinao.

      1°- Tena tsy fantatro mihitsy hoe ireto misiônary avy any amin’ny tanin’ny Angilisy, avy amin’ny LMS, ka navelan-dRadama 1 nitory ny Filazantsara kristianina tao Imerina, niantomboka tamin’ny taona 1820, sy nanokatra sekoly tetsy sy teroa, no nanapa-kevitra ny hampiasa ny teny hoe « Malagasy » hanondroana ny mponina rehetra tao Imerina, izay vetivety dia nanaraka ambokony, naka tahaka izany. Koa ny hevitra azo tsoahana avy amin’izany izany, dia toa ireo misiônera ireo mihitsy no namorona na nanefy ny teny hoe « Malagasy ». Nisy tokoa moa ny mpanoratra momba an’i Madagasikara efa namoaka matetika izany feo izany, ka na dia ny anarana « Madagasikara » aza, dia mbola ny Vazaha ihany, hono, no nanefy azy.

      Raha heverina anefa ny fanononan’ny tompon-tany ireo teny ireo : « Malagasy », « Gasy », « Madagasikara », « Gasikara » , dia angamba tsy mandratra ny sofi-na « Malagasy » ny mahare ny feony. Koa azo eritreretina fa efa nampiasain’ny tompon-tany teto ihany ireo teny rehetra ireo fa ny sofim-bazaha samy hafa nandray azy, tamin’ny fotoana samihafa, no nanoratra azy ireo araka izay fomba fitenin’ny tsirairay avy. Mety noho izany ary no niavian’ny hoe « madécasse » fanondron’ny Vazaha ny tompon-tany ankapobe teto amin’ny Nosy tany am-boalohany. Tsahivina eto fa isan’ ny tena tsy tantin’ny Frantsay indrindra tamin-dRadama 1, dia ny fitondrany ny anaram-boninahitra hoe : « Mpanjakan’i Madagasikara » izay neken’ny Angilisy. Tsy nisy nihataka tamin’izany koa ny mpandimby azy na dia tsy nitsahatra nanabantibanty azy ireo foana aza ny mpitondra fanjakana sy ny mpanao pôlitika frantsay hoe mpanjaka amin’ny fanjakana « Hova » fa tsy izany mpanjakan’i Madagasikara izany. Ary mbola fahita matetika amin’ny mpanoratra momba ny tantaran’i Madagasikara izany ankehitriny.

      2° - Ny amin’ny tsy nahitana ny mpanjaka tao Imerina nampiasa ny teny hoe « Malagasy » hanondroany ny vahoaka nentiny eran’ « Imerina efa-toko » ( Avaradrano, Sisaony, Marovatana, Ambodirano) dia enin-toko avy eo rehefa niampy an’ i Vonizongo sy Vakinankaratra nony voavorin’Andrianampoinimerina ho eo ambany fanapahany samy irery ireo faritany ireo :
      Angamba ny kabary ao anatin’ny « Tantara ny Andriana eto Madagascar » nangonin’ny père Callet , ny « Malagasy Kabary » nangonin’ny Rev.W.E. Cousins, no eritreretinao eto.

      Fa ny « ambanilanitra », hoy ny « Rakibolana Malagasy » (Rajemisa) , dia « teny na anarana nilazana fahizay ny mponina rehetra tsy an-kanavaka eran’ny fanjakana », izany hoe ny olon-drehetra fehezin’ny mpanjaka na toa inona na toa inona firazanany. Ary ny Hova firazanana no nantsoina hoe « Ambaniandro » tao Imerina. Ny fanambarana ireo olom-pehezin’ny mpanjaka ireo angamba izany ilay « nation Merina na Ambaniandro » ao an-tsainao. Araka ny « Tantara ny Andriana » kosa, dia i Ralambo no namoaka izao fanazavana izao rehefa naharesy ny fahavalony rehetra : « Ataoko Merina ambaniandro ity [fanjakako ity]. Ary ny hanaovako azy hoe i Merina : efa azoko ny tendrombohitra rehetra, tsy misy tsy azoko amin’izao ambany andro izao » ( Tantara ny Andriana, Tome 1, p. 146).
      Ny amin’ny fisian’ny fifanampiana/fifanakonana amin’ireo ambanilanitra ireo (« solidarité collective »), dia didin’Andrianamponimerina no nipoirany fa tsy nandeha ho azy tsy akory : zahao « 5° DIDY nataon’Andrianampoinimerina itambaran’ny fihavananan’ny Merina 6 toko, nandidiany ny fikambanana ny fanaovan-trano, sy didy fanaovana ny fasana, ary didy amin’ny fandevenana ny maty » (Tantara ny Andriana, Tome 2, pp. 795-801).
      Tsy mbola nisy loatra izany hoe mosarena izany fahizay, teo amin’ny tantaran’Imerina, ary noho ny fahendren’ny pôlitika nasain’ny mpanjaka notontosain’ny ambanilanitra fa tsy noho ny fifanampiany loatra : « Tsy manan-drafy aho, fa ny mosary no rafiko », hoy Andriamasinavalona, izay nampitombo be ny vary teny Betsimitatra. « Tsy mba olombelona no fahavaloko fa ny mosary no fahavaloko » hoy ny fitenin’ Andrianampoinimerina. Ny tsy fananan’ny mpitondra nisesy teto Madagasikara fahendrena sy fahamatorana toy izany, nandritra ny 41 taona lasa, no mahatonga ny fahorian’ny mponina mosareny any Atsimo fa tsy ny tsi-fisian’ny fifanampiana na fifanakonana. Tsy hain’ireo mpitondra ireo no manaraka ny fampianaran’ny Ntaolo hoe : « Aza atao be ny raharaha ka ny voly vary indray no tsy efa », fa variana foana « mitomany ny randrana manendrika ny sasany » hany ka atao varoboba lalandava ny harem-pirenena.
      Mety koa ny mampahatsiahy kely eto ny tantara nisehoana fifanampian’ny tompon-tany manerana ny Nosy, dia tamin’ny tondran-drano nahabe traboina tamin’ny 1959. Ary tamin’ny 1960-1961, raha nihevitra ny hanokatra ambasady tany Angletera sy Etazonia ny governemanta Malagasy, ho mariky ny fiverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara, kanefa tsy ampy vola, dia nangataka latsak’emboka tamin’ny vahoaka tamin’ny lalana hoe « Fitia tsy mba hetra », ary dia tsy nisalasala nandrotsaka vola fandraisana anjara tamin’izany ny vahoaka eran’ny lafy valon’ny Nosy.
      (misy tohiny)

    • 7 novembre à 14:16 | lysnorine (#9752) répond à Saint-Jo

      [Tohiny]

      3°- Momba ny tsi-fisian’izahy hoe « nation » Malagasy mifanindran-dalana amin’ilay hoe tsi-fisian’izany « Malagasy » izany :

      Araka ny novelarinay teto vao haingana, dia tsy hitanay loatra izay teny gasy mifanandrify amin’io teny frantsay io raha toa ka tsy raisina amin’ ny heviny ara-bakiteny hoe : « nation, ca 1175 nascion ensemble d’êtres humains caractérisé par une communauté d’origine, de langue, de culture, etc. », http://www.cnrtl.fr/etymologie/nation. Ohatra ny sarotra ihany amina saina malagasy, na tsy mazava loatra aminy, ny fampiasan’ny Frantsay azy amin’ny fahaizana amam-pahalalana momba ny Pôlitika sy ny Lalàna (sciences politiques et juridiques). Tahaka ny namaritany ho « nationalistes » izay tompon-tany manohitra ny fanjakazakany tamin’ny faha-fanjanahan-tany. Tia tanindrazana na fitiavan-tanindrazana izay fahita amin’ny tany rehetra , ny antsoin’ny Frantsay hoe « patriotes » sy « patriotisme », izany ihany no misy amin’ny teny Malagasy katena takatry ny Malagasy.

      « Firenena » no hevitry ny teny vazaha « nation » ara-bakiteny. Toy izao no namaritan’ny mpanoratra malagasy iray izany :

      « Hiaraha-manaiky fa ireto zavatra efa-doha ireto indrindra no tena manaporofo ny maha-firenena ny firenena anankiray :
      FARITANY ANANKIRAY hiaraha-mizaka ;
      FOMBA AMAM-PANAO hiraisana ;
      FINOANA sy fomban-drazana iray lasitra ;
      ARY FITENY TOKANA hiombonan’ny mponina ao aminy...
      (avy amin’ilay mpanoratra ny boky ny sora-baventy)
      « Noho izany na dia teny anankiray ihany aza no tenenina any Angletera sy any Amerika dia tsy azo atao hoe firenena anankiray izy satria faritany roa samy hafa no misy azy ireo.
      « Tanteraka sy feno eto amin’ny tantaran’i MADAGASIKARA kosa anefa ny fisian’ireo zavatra efatra ireo koa dia hiarahan’ny ambanilanitra sy ny firenena rehetra eran’izao tontolo izao manaiky fa tena firenena iray tsy mivaky marina i MADAGASIKARA. Tsy misy afaka manda izany intsony. »
      [Ny teny malagasy talohan’ny taona 1500 na ny volan’onjatsy, SORABE, nosoratan-dRAKOTONIRAINY Joseph, Fitarihan-teny, p.3, (Printy Iarivo, 1966)].

      Farany : Raha nifampiraharaha ny tompon-tany eran’ny lafy valon’ny Nosy talohan’ny fanjanahan-tany dia tsy nila mpandika teny na voatery nampiasa teny vahiny angamba, fa teny...Malagasy ihany no nifampiresahany. Ohatra tamin’ ny nahatongavan’ny mpanjaka Sakalava (Boaina), Ravahiny, tao Antananarivo nanaiky an’Andrianampoinimerina na ny solontena telon’ny vahoakan’ny mpanjaka Sakalava Ramitraho, Ralambotsimanahy, Ralaimanisa ary Rakeliombe. Na tamin’ny nifampiraharahan’Andriamanalina (Betsileo) sy Andrianampoinimerina izay nikatsaka ny haha-fanjakana tokana an’i Madagasikara eo ambany fanapahany.

      Koa azo heverina ho mari-pototra ny fiheverana fa nisy ary misy tokoa izany hoe « Firenena malagasy » izany.

  • 5 novembre à 11:40 | betoko (#413)

    J’ai rencontré ce matin des reporters français en ville , ils me disaient qu’ils sont au courant des magouilles et de l’amateurisme de l’état malgache . Attendons leur reportage ,

    • 5 novembre à 12:04 | RAMBO (#7290) répond à betoko

      C’est certains que ’ils lisent MT.com ils reçoivent de telles infos...C’est bien qu’ils viennent sur place pour constater la réalité...Sachez que des journalistes francophones et des agents secrets des 80 Etats membres commencent à débarquer.
      C’est à Betoko de leur dire que Betoko est un opposant à ce régime et que Betoko est français et que rien ne va pas à Madagascar.

    • 5 novembre à 12:36 | Stomato (#3476) répond à betoko

      Mon expérience m’a montré qu’il faut se méfier des reporters et journalistes français qui viennent à Madagascar à l’occasion d’évènements quels qu’ils soient.
      Ces personnes vont faire un article ou reportage disant ce que leurs patrons, ceux qui les paient, veulent qu’ils voient et disent.

      Donc prudence.
      Et pour ceux qui sont en France expliquez cela à vos amis qui vous parlent de ce qu’ils ont lu.

    • 5 novembre à 12:37 | Albatros (#234) répond à betoko

      @ Rambo !!.
      Vous avez raison, Rambo, tout va bien à Madagascar !!!.
      La RN12 et ses bacs sont en parfait état ! (demandez à l’équipe de TV Plus présente sur les lieux en septembre dernier !), l’Etat a une maitrise totale du trafic de Bois de Rose !, le Kere a pratiquement disparu dans le Sud !, les pavillons résidentiels, pour les gens de la Haute !, poussent comme des champignons !, la corruption n’est qu’un lointain souvenir !, les délestages de la Jirama ont totalement disparus !......etc... etc...
      Je vous laisse compléter !.

    • 7 novembre à 06:33 | lanja (#4980) répond à betoko

      vous êtes seul à attendre ce reportage, et c’est pas de votre faute , il faut bien être Betoko pour accorder une importance à ce genre de vulgarité

  • 5 novembre à 12:13 | kartell (#8302)

    Il faudrait pour éviter toutes ces dérisions « corruptionnelles » prendre pour « exemple » le comité olympique international qui ne donne les jeux qu’aux pays qui supportent entièrement les dépenses d’organisation et les déficits éventuels…
    On comprend pourquoi, les états africains et malagasy se « battent » pour obtenir l’organisation de ces sommets « tirelire » mais il semble que cette « francacophonie » poursuive une tradition qui séduit beaucoup !…
    Qui se souvient du sommet de Kinshasa en 1992 où la France avait fait venir par bateau, 2OO voitures officielles pour le temps des festivités et qui ensuite, qui ont disparu et n’ont jamais fait le chemin du retour ?….
    Et cette fois-ci, l’ambassade de France a pris la sage précaution de louer ces voitures indispensables pour que la fête commence !….
    Mais, rien de plus normal puisque nous sommes en plein prolongement d’une francafrique vieillissante qui surfe sur ses « bonnes habitudes du passé » avec une certaine forme de complicité des nations non coloniales Suisse, Canada ect…..
    La planète retient son souffle et Antananarivo devient le centre du monde après la visite récente de Mugabe, quel progrès !…..

    • 5 novembre à 12:55 | Albatros (#234) répond à kartell

      Bonjour Kartell.
      Vous avez oublié de dire que ce « sommet » de la francophonie sera occulté par la prise de Mossoul et ses suites, par l’élection Présidentielle au USA et ses suites, par la primaire de la droite en France et ses suites, la préparation de la primaire de la gauche et ses suites, par les avancées de la Chine dans la mer du même nom et en mer du Japon !, etc.... etc...
      Le sommet de la francophonie à Madagascar ne sera, fin novembre, qu’un épi phénomène rapidement oublié !. Sauf dans les caisses enregistreuses de certains dirigeants et d’industriels .
      Le petit Peuple aura éventuellement, dans quelques mois, une distribution de Tee-shirts gratuits aux couleurs de la Francophonie en gage de « participation » !.

    • 5 novembre à 15:29 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ Albatros,

      Vous avez raison d’avant plus que ce clapotis francophone se fera après une traversée diplomatique du désert de plusieurs années car on ne peut pas dire que la dernière réunion, dans une cabine téléphonie, de la Comesa eut un quelconque écho extérieur….
      Croire qu’on devient le centre du monde appelle à certaines déconvenues, car c’est une euphorie très éphémère et lorsqu’il faut à nouveau, se replonger les mains dans le cambouis malagasy, c est un retour à la réalité, proche de la gueule de bois même pour ce « bon » président !….
      Mais c’est comme en amour, c’est la préparation et la montée de l’escalier qui restent le meilleur moment mais avec le petit plaisir supplémentaire de pouvoir conserver en toute quiétude, certaines largesses de cette brave bête francophone !….

  • 5 novembre à 12:45 | Turping (#1235)

    Sans surprise sur prise, les contre parties sont les pillages au detriment de l’interet collectif.
    - L’independance sous dependance n’ a cree que des associations de malfaiteurs avec des complicites depuis Rasanjy.
    - Qui veut faire un pari ? Si ce sommet va deboucher sur l’ endettement sempiternel plutot que des deals pouvant ameliorer les infratructures, reduire la pauvrete ?
    NB/ Desole quant a l’ absence des accents, avec un portable anglophone. A proscrire la xenophobie !

    • 5 novembre à 13:17 | Belakana (#7721) répond à Turping

      Bonjour Turping,

      Vous êtes sur QWERTY ? Vous avez toujours la possibilité d’utiliser les accents, cherchez bien.
      Turping, une question : que veut dire exactement « indépendance sous dépendance » ? Il me semble que vous habitez en France et vous profitez bien de cette indépendance d’y vivre et de circuler autant que vous voulez et ce, en toute sécurité. Faudrait-il croire que vos passages à Mada s’effectuent sous dépendance car vous vous sentez « museler » ?

      Passez un bon WE

    • 5 novembre à 13:45 | Belakana (#7721) répond à Turping

      « muselé » et non « museler »

    • 5 novembre à 15:42 | RAMBO (#7290) répond à Turping

      Quand c’est Rambo qui utilisait un PC américain...Jacques n’a pas manqué de s’ offusquer...Je ne comprends pas cette mentalité.
      J’aimerais que Turping raconte un peu plus ses remarques et ses impressions par rapport à son retour à Mada. Une question simple : « Est-ce d’près vous le pouvoir actuel ne fait rien ». Sinon quel est le changement positif que vous voyez. Votre témoignage nous intéresse Turping.

    • 5 novembre à 16:06 | zanadralambo (#7305) répond à Turping

      Bonjour, Turping. « A proscrire la xénophobie », je vous cite...J’espère que ce n’est pas juste un vœu pieux. Vous nous avez fait avaler quelques couleuvres, entre nous.

    • 5 novembre à 16:35 | gang’s (#4016) répond à Turping

      Bonjour,

      Voici un lien qui pourrait vous aider pour les accents absents :

      https://chrome.google.com/webstore/detail/special-characters-click/fkjbliednplpohojfpgnbpcppgdnhklb

  • 5 novembre à 13:57 | Turping (#1235)

    Belakana,
    Independance sous dependance financiere. Vu, que les caisses de l ’ etat sont vides, et les emplois fictifs pullulent,... Surement ce sommet ne profite que les interets restrictifs, mafieux.
    J’ en profite encore de 3 semaines de vacances en surveillant mon projet de construction en meme temps. Donc, j’agis en tant qu’ homme libre. J’emets ces remarques meme en circulant librement entre la France et Madagaskar.
    Bon WE

    • 5 novembre à 22:18 | Turping (#1235) répond à Turping

      Rambo,
      - Avant tout, j’aime. Madagascar, le tanindrazana, en le decomposant ( tanin’ ny razana)., signifie la terre des ancetres,....
      - Sans vous decevoir, depuis mon retour tous les ans a Mscar depuis 2010,il reste encore beaucoup a faire sur tous les plans.
      - Il y a 30ans, la population etait deux fois moins nombreuse avec les memes infrastructures dont la plupart date de l’epoque coloniale.
      Alors, que depuis avec l’ explosion demographique, la surpopulation, l’exode rurale, les pollutions, la ville des milles comme dans les provinces sont dans un etat delabrement.
      - La premiere impression qu’on a c’est l’absence de structures, pouvant gerer les affaires dans chaque commune, pour ramasser les ordures qui s’amoncellent, surtout les entretiens des routes. Ces apparences donnent une image negative du reste, alors que paradoxalement on s’attendait a une politique beaucoup ambitieuse d’une nouvelle urbanisation qui soit adaptable au monde du 21eme siecle.
      Je juge les dirigeants sur l’avancement reel, les capacites a relever les vrais defis. En gros, dans la majorite beaucoup de malgaches sont pauvres. La lutte contre la pauvrete est prinordiale selon les criteres de. Maslow.
      - La problematique se pose comment resoudre les miseres collectives malgre les fausses apparences ?
      Conclusion : Desole de vous donner pour l’instant de points vraiment de points positifs quant a l’action gouvernementale successive comparee a la periode des annees 70.On constate plutot des degradations.
      Gang’s :..
      .Merci pour le conseil :en fait c’est un tel portable que j’utilise.

  • 5 novembre à 14:58 | takaka (#8449)

    Je ne vois pas le problème. Tout administrateur digne de cette appellation sait bien qu’ on ne fait pas de feu sans oxydation.
    Alors critiquer les investissements 3P ou des dons alambics, je veux voir comment ils vont faire ces esprits de critiques.
    Et que les gouffres laissés par le tetezana de ANR pourront être comblés comment ??

    • 5 novembre à 18:09 | Isandra (#7070) répond à takaka

      Quelles gouffres ?

      Ne dites pas n’importe quoi, arrêtez vos affabulations, on sait votre haine contre Andry, un peu de retenue quand même,...

      Il a laissé un pays prêt à demarrer à l’américaine,...mais ce régime des apprentis orgueilleux qui n’a pas su l’exploiter,...

  • 5 novembre à 16:50 | diego (#531)

    Bonjour,

    Je ne veux absolument pas critiquer les journalistes, mais je pose la question :

    - dans un pays où l’État et les Institutions sont pris en otage par des voyous politiciens depuis 2002, comment prévenir la corruption et les collisions entre le pouvoir et la justice ?

    L’opacité à Madagascar ne doit pas surprendre les journalistes, n’est-ce pas ? Tout ce qui se passe à Air Mad et à la Jirama depuis 15 ans, pour ne prendre que ces deux exemples, a été régulièrement occulté, au mieux, à peine ne met-on pas encore sur le dos Ratsiraka l’incompétence, l’ignorance et la dangerosité de ces hommes qui se croyaient champions de la démocratie, compétents et modernes.

    Des hommes qui faisaient croire et aujourd’hui font toujours encore croire ou pays qu’ils sont capables de faire reculer la pauvreté :

    - dans quel état Madagascar était dans les années 2000 ? On parle aujourd’hui que près de 80%, voir plus, vit dans la pauvreté ! Autrement dit, le pays est proche du décrochage sociale, c’est cela que ça veut dire.

    Dans les années 2000, l’État et les Institutions étaient bien visibles, autrement dit, éxistaient :

    - dans quel état est l’État malgache aujourd’hui ? Et combien de % des Malgaches fait encore confiance aux grandes Institutions du pays, comme l’Armée, la Justice, la Police ?

    La dernière élection juste et organisée par les Institutions Malgaches était l’élection présidentielle de 2001-2002. Preuve, s’il faut en avoir, que le pays était souverain. Et cette souveraineté n’appartenait pas à un groupe, aux gouvernants et leurs familles uniquement, mais à tout le monde, au pays entier et au peuple Malgache.

    L’opacité des contrats et des financements sont les signes de la gravité de la corruption. Mais, que les Malgaches le sachent, à qui cela va faire peur, s’il y aurait justement des collisions, plus exactement, conovence, entre le pouvoir et la justice. Il faut bien retenir ce que cela veut dire :

    - il n’y a plus personne qui sonnerait l’alerte dans les pouvoirs publics, les Institutions seraient donc corrompues.

    Qui en sont les premiers victimes de ces opacités ? Vous l’auriez deviné ?

    - un, la caisse de l’État. Deux, le peuple, tenez, les enfants d’Androy.

    S’il y a des Malgaches qui se demandent pourquoi ? Si la caisse de l’État se retressit, les dotations de l’État diminuent et à terme n’existeraient plus. Tout le monde sait par exemple que l’État malgache n’arrive pas à payer les salaires de ses fonctionnaires ! Pourquoi ? Une des réponses, assez simple, ce qu’il n’y a pas assez de monde qui paie des impôts.

    Comment fait-on pour créer des contribuables ? C’est assez simple, il faut créer des emplois. Pour cela il faut faire appel aux entreprises, aux entrepreneurs , aux PME, TPE, bref, aux forces productrices du pays, à la Société Civile !

    En résumé, il faut bien institué le pays pour pouvoir le bien gouverner. Pour cela, il faut cesser de délirer et de faire croire aux gens qui maîtrisent difficilement qu’une élection présidentielle à Madagascar se gagne au 1er tour. Et rester dans une logique qui anime normalement un pays indépendant, entre autre, pour diriger le pays, il faut avoir été sanctionné par des élections et pour préserver la souveraineté du pays, on ne demande pas à la CI ou des organes ou Institutions n’appartenant pas au pays, fussent-elles internationales, d’organiser des élections dans le pays.

    Mr R. Hery a été bien élu, mais par les Institutions étrangères. Autrement dit, en bafouant parfaitement et avec gourmandise la Constitution Malgache. Ce qui vient d’ajouter à une autre opacité institutionnelle durant la transition ignoble, la légitimité du référendum organisé en plein crise institutionnelle par des Institutions transitionnelles illégales, de facto, illégitimes pour organiser la moindre élection et référendum engageants l’avenir du pays pour des années !

    Pour la fin, dans quel genre de pays vit-on pour entendre la HCC appeler un non élu président et où les élites acceptent implicitement de vivre dans l’illégalité institutionnelle depuis 15 ans maintenant et cela, personne n’a des explications rationnelles à donner pour justifier une telle misere intellectuelle qu’elles s’infligent ?

    • 5 novembre à 17:20 | zanadralambo (#7305) répond à diego

      Ah, Diégo…Diégo…vous n’en avez pas marre de raconter tous les jours la même fable ? Vous-même n’y croyez pas et vous voyez bien qu’il n’y en a pas un seul ici qui épouse votre thèse. Qui, en gros, n’est ni plus ou moins que du déni. Tout est de la faute de 2002, na ! C’est tout ce que vous savez dire, ça en devient ridicule. Je n’arrive même plus à me fâcher avec les bêtises que vous sortez régulièrement. Dès qu’on voit votre pseudo, on vous voit venir…2002, 2002…Et 1975, c’est quoi ? On dirait que c’est une date qui vous fait peur. Ce n’est pas en essayant de taire obstinément un évènement qui vous fait honte que vous allez l’effacer de votre mémoire ; une vraie thérapie exige, au contraire, que vous vous y replongiez. Vos cours de pilote ne vous l’ont pas appris ? Mince…, ils vous auraient grugé ? Pas sérieux, ces Canadiens…

    • 5 novembre à 23:05 | Babah (#9347) répond à diego

      Hahaha ! Bien dit Zanadralambo : Diégo est resté « le démeuré de 2002 » et l’amoureux transi de Dédé ratsy iraka, oyé oyé ? oyéééé !

      A part ça, l’article ne me dit rien, no comment.

    • 6 novembre à 01:26 | FINENGO (#7901) répond à diego

      Diego,
      Au même titre de ce que Zanadralambo vous a dit plus haut, en quelque sorte votre réveil s’est mis à sonner qu’ en 2002. A vous lire la débâcle n’a vu le jour à Madagascar qu’à partir de 2002. Je vais être très simpliste dans mes raisonnements. Depuis le coup d’ Etat de 1972, tout allait pour le mieux à Madagascar d’après vos dires.
      Primo :
      Soit vous êtes atteint d’une amnésie sévère, voir très sévère ou vous prenez un malin plaisir de prendre les autres pour des arriérés, des moins que rien, ou encore, l’Amiral rouge vous a offert des opportunités et que vous auriez un dû envers sa Personne, ce qui est me semble t-il votre cas.

      Secundo :
      Vous n’êtes pas une génération des années 1980, qui n’aurait pas, ni vu, ni vécu l’avant 1980 et que vous ne pourriez jugé que ce que vous aviez vu et vécu, non pas du tout. Vous faites parti d’une génération d’avant 1975. En conclusion, vous n’êtes guère meilleur que celui de 2002, vous êtes bien son semblable, en ayant les mêmes agissements, les mêmes procédés, en se supposant plus propre que ceux d’avant et ceux d’après. Votre Cher Amiral a été le Premier à vendre le Pays, a le détruire, à le saccager pour des privilèges à Titre Personnel, et tout ceci avec une arrogance hors du commun, jusqu’à vouloir diviser le Pays.

      Enfin, personne ne pourra vous interdire, d’étaler votre soutien en vers L’ Amiral sur le Forum...Mais le mieux c’est que vous entreteniez des relations à titre personnel, avec lui et ceci est votre droit le plus strique, pour tous les bienfaits qu’il vous auriez procuré, car des avantages, j’en suis persuadé que le Satan d’Amiral vous en a offerts. Car certainement, l’Amiral aurait déshabillé certains, pour mieux vous habiller à vous.

  • 5 novembre à 17:23 | vatomena (#7547)

    La grande vérité est que Madagascar ne produit pas assez de richesses pour entretenir convenablement 22 millions d’habitants.Et quand une mafia s’empare d’une grosse part du maigre PNB ,nous avons le spectacle de cette misère infra humaine.

    • 5 novembre à 18:40 | Jipo (#4988) répond à vatomena

      Bonjour .
      Madagascar a toujours produit ce que la nature peut donner, à savoir l’ exemple à suivre : par la nature humaine, qui est loin d’ etre aussi généreuse .
      Entre la surface, et la qualité de la terre, sans oublier sa position géographique, sous l’ équateur, la nature y est particulièrement luxuriante & abondante .
      Il y a de quoi nourrir largement 3 fois les 22 millions d’ habitants, mais hélas, certains représentants de cette nature : ne les méritent tout simplement pas, tant pour le qualificatif, que pour sa générosité .
      Ne connaissez-vous pas cette anecdote du nouveau qui arrive au ciel et qui veut visiter l’ enfer, puis le paradis ?
      La fin de l’ histoire se passe autour d’ un festin ou chacun souriant et bien portant, tous munis d’ une longue cuillère nourrissent les convives qu’ ils ont en, face d’ eux .
      La moralité de l’ histoire c ’est tant que les hommes n’ apprendront pas ou refuseront de : partager, accepter que nous sommes tous inter dépendants, ce sera l’ enfer, ou tous les convives faméliques sont incapables d’ atteindre le festin qui est / la table : devant eux ...
      Madagascar n’ en n’ a pas le monopole, mais illustre parfaitement cette petite histoire .
      Quant au sommet, il ne profitera qu’ à toujours les memes, on ne peut que regretter que les décideurs de ces organisations soient complices de ces affameurs sans scrupules, qui finalement sont de la même veine , pour ne pas dire cuvée ou millésime 💰...

    • 5 novembre à 23:27 | kartell (#8302) répond à vatomena

      @ Jipo,

      Votre enthousiasme est remarquable mais il n’est pas suivi de concrétisation dans un quotidien où 2 millions de malagasy sont jugés dans une situation alimentaire alarmante sans parler de ceux, bien plus nombreux, qui sont à la lisière…
      D’où tenez-vous cette affirmation que la terre pourrait nourrir une population égale à celle de la France ?….
      Entre le potentiel estimé voir fantasmé et la réalité bien moins souriante, je crois qu’il faut se garder d’afficher des hypothèses aussi dilettantes…..
      Car entretenir des idées aussi peu réalistes, comme celle d’une richesse endormie qui n’attendrait que les bons investisseurs samaritains, c’est inciter la société à subir jusqu’au bout de la nuit, dans l’espoir fou du sauveur, dont on ne fait, qui il sera et d’où il viendra !…
      Libre à vous de croire mais les faits ne vous donnent pas raison et confirment qu’une société attentiste court à sa perte à trop attendre !….

    • 6 novembre à 11:07 | vatomena (#7547) répond à vatomena

      Jipo---OUI ,la nature avait donné de belles forets au pays malgache,une richesse . Que reste -t-il de ce patrimoine naturel ?.Le citadin d’aujourd’hui peine déjà pour payer son bois d’allumage.Qu’en sera-t-il pour les 40 millions de malgaches annoncés ?
      Chaque jour le paysan voit sa rizière qui s’envase et le rendement à l’hectare qui baisse .La foret ne retient plus les eaux qui dévalent .Lavaka et Lavaka....

    • 6 novembre à 18:25 | rayyol (#110) répond à vatomena

      vous connaissez sans doute un echeveau Quand l on ne trouve plus le bout de laine conducteur Il vaut mieux recommencer au complet .
      Le probleme c est que l on veut guerir la jambe cassee en mettant des patches Personne n a le courage de recommencer a zero .
      Il faut reconstruire ce pays cela se fait d autres l on fait .Il faut commencer par se defaire de la mafia Malgache .
      Les solutions existent mais personne n aime son pays assez pour le faire Les dirigeant sont mus par l orgeuil seulement ils veulent bien paraitre etre vu comme des vedettes aucun n est prret a se sacrifier Ils veulent tout les avantages et plus de la job
      La responsabilitee ils s en fout .1er l education il faut tout faire pour eduquer ce peuple c est faisable mais il n y a pas de volonte Ils ont peur de perdre leurs avantages
      Rien de plus facile a controller qu un people ignorant Pas demain la revolution a Madagascar avec ce peuple asservi Apres il existe d autres etapes elles sont tres faciles a mettre en place Mais l education est la 1ere( Mon ordinateur principal est en panne celuici est anglais )

  • 5 novembre à 18:24 | Ibalitakely (#9342)

    Maradona,
    « La dernière élection juste et organisée par les Institutions Malgaches était l’élection présidentielle de 2001-2002. Preuve, s’il faut en avoir, que le pays était souverain. Et cette souveraineté n’appartenait pas à un groupe, aux gouvernants et leurs familles uniquement, mais à tout le monde, au pays entier et au peuple Malgache. »
    Tena marina tokoa ny voalazanao momba ny fiandrianam-pirenena lazainao t@ 2002 : izay mantsy no nitomanin-tsika & tsy afaka am-bavan-tsika izany Dakara II izany noho io choux ve rain’ity nasionaly io ihany !!! Fa raha vao resaka kaofrôtasiô dépévé kosa ohatra t@ 2002 ihany dia modin-tsika fanina kely fotsiny, bien lery !

    • 5 novembre à 18:34 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      Dia mbola tsy ampy : ataon-tsika tsianjery ihany koa fa basy/bala t@ raharaha 2002 ihany koa no nampiasan’ny dahalo nahery vaika nanomboka 2010 ka hatramin’izao, izany hoe efa ho folo taona izany aloha no nanafenana ireo fitaovana ireo vao navoaka amin’izay dia hoe t@ 2002 daholo ireo ka. Fantatrao tsara nefa fa izany basy izany dia tena saro-pady tanteraka raha resaka emmagasinage/stockage/nettoyage no resaina, & ny bala (cartouches mal stockées & périmées ?), fa dia 2002 foana e !

  • 5 novembre à 21:14 | Albatros (#234)

    Fin novembre, j’invite le Peuple Malagsy à se rendre au Village de la Cacophonie !!!.

    • 6 novembre à 12:26 | Jipo (#4988) répond à Albatros

      @ Kartell & vatomena.
      Vous ne m’ avez pas compris, je ne contredis pas ce que vous dites, qui est la palisse incarnée.
      Je réitère cependant que la nature est généreuse et la terre en fait partie .
      Etant pratiquant sans avoir le statut d’ agriculteur pour autant, la terre a toujours donné de quoi nourrir celui qui l’ ensemence et plutôt plus que moins.
      J’ en parle en connaissance de cause , c ’est cela que je tiens à souligner et mettre en évidence.
      Si les rizières et ceux qui les utilisent n’ étaient pas rentables, cela fait longtemps qu’ il n’ y aurait plus de riz, idem pour toute autre agriculture.
      ça a commencé avec la rat tsyraka qui s’ est accaparé toute la production nationale, pour l" exporter et affamer ses compatriotes , et vous le savez tout comme moi , les barrages à chaque district pour contrôler sa revente ne vous dit sans doute rien ? dans les années 70, oui je sais cela ne nous rajeuni pas .
      l’ importation pour ne pas dire dons gracieux de riz dans des sacs ou était inscrit for pigs, ne vous dit rien non plus ?, c ’est pourtant ce qui à l’ époque se pratiquait par la lumière formée en France , qui leur a botté le Q une fois arrivé au pouvoir avec l’ heureuse initiative de tout nationaliser et instaurer un droit de douane de 300% , cela ne vous dit toujours rien ?
      Pour en revenir au sujet, je persiste et signe que Dago, avec sa superficie a largement de quoi nourrir ses enfants, mais tant que la production sera accaparée, et gaspillée par cette minorité, cette désinvolture, pour ne pas dire irresponsabilité, la majorité crèvera de faim .
      Pourquoi du temps des colonies Dago était exportateur et en auto suffisance, et depuis que ces babakoto ont pris la relève, c ’est le bowdel, ?
      Vous n’ allez pas m’ expliquer que c’est la faute à la nature tout de même !
      Tel était l’ objectif de mon propos et ne peux que vous inviter à faire l’ effort de ne pas comprendre de travers mes dires, aussi idéalistes soient-ils / avance , merci, particulièrement venant de vous .

    • 6 novembre à 13:27 | kartell (#8302) répond à Albatros

      @ Jipo

      Vous exaltez la généreuse et « fertile » nature, c’est un bel hommage mais reconnaissez qu’elle subit depuis un certain temps les coups de boutoirs d’une société qui ne cesse de la rendre stérile en la défigurant par des brûlis incessants et des exploitations minières sans limite, pourtant encouragées et souhaitées !…
      Vous pointez du doigt ces années 7O comme la charnière de la situation dégradée d’aujourd’hui, mais ne croyez-vous pas plus salutaire d’enfin tourner cette sombre page en empoignant une réalité, aux abonnés absents ?…
      Et vous posez des questions sans y répondre alors que leurs réponses sont la clé du marasme agricole, d’aujourd’hui !…
      Ressasser le problème dans tous les sens n’apportera rien au débat parce qu’il ne trouvera aucune concrétisation sinon celle de tourner en rond pour passer le temps en évitant à « nos responsables » d’envisager les vraies solutions que notre société n’est pas prête à adopter…..
      La discussion devient stérile parce qu’elle débouche sur rien et c’est le gros handicap de notre société qui a toujours préféré, le kabary à l’angady !…..

    • 6 novembre à 13:33 | vatomena (#7547) répond à Albatros

      Je vous accorde volontiers ,JiPo ,qu’au temps de la Colonie , Madagascar était exportatrice de riz et meme de riz de luxe .Longtemps la Réunion et Maurice ont dépendu de Madagascar pour le riz et la viande de zébu .Il fut meme une époque où Madagascar comptait plus de zébus au paturage que d’habitants ! c’était Avant !

    • 6 novembre à 15:56 | Isandra (#7070) répond à Albatros

      Vatomena,

      Madagascar avait toujours exporté de riz et des autres produits locaux, avant même la colonisation,....

    • 6 novembre à 16:28 | vatomena (#7547) répond à Albatros

      Isandra -Avant la Colonisation ,on exportait plus d’esclaves que de peaux de zébus ou de riz !Il ne faut pas l’oublier
      Et pas de vanille !ou autres cultures dites de rente

  • 6 novembre à 00:07 | diego (#531)

    Bonjour,

    Et une petite devinette :

    - quelle est la grande réforme, pas deux, une seule, que la classe politique qui a pris le pouvoir en 2002-2009 et ce pouvoir que la CI a mis en place en 2013 ?

    Cette une question que l’histoire pose et posera à la classe politique, aux politiciens et aux élites malgaches.

    Il est non-sens de s’attarder à la petite personne des politiciens et des leaders politiques, ou encore des ex-présidents. Pour des gens qui possèdent encore leurs facultés de pensés et de jugement et aient une petite connaissance en droit :

    - une HCC, une des Institutions la plus prestigieuse d’une Nation, reconnaît et de surcroît, appellerait un non élu Président, qu’est-ce que cela signifie ?

    Restons dans la même logique, que signifie 80% ou plus de la population vit dans la pauvreté, aujourd’hui, à cet instant. Pas il y a 10 ou 20 ans, mais à cet instant ?

    Il faut penser vite et si possible, bien et juste. Les Malgaches ne vivent pas dans un pays serein ! N’importe qui peut interpréter la Constitution Malgache. N’importe qui peut questionner les processus électoraux du pays. N’importe qui peut dire IALAHY à Mr R. Hery, et oserait ne pas respecter la Fonction qu’occupe ce Monsieur aujourd’hui, le sait-on seulement pourquoi ? Cela n’a rien avoir avec la crise économique, l’orientation politique, ou la pauvreté :

    - mains un, de la solidité des Institutions et de l’État, et deux, de l’éducation, de facto, de la profondeur de la connaissance et du respect des femmes et des hommes qui auraient l’ambition et le courage de s’occuper des affaires du pays, des lois en vigueur.

    Personne n’a peur de quelque chose dont elle ignore l’existence, imaginaire, c’estt exactement le cas à Madagascar, en tout cas, à partir de 2002, on a fait croire au pays que n’importe qui peut venir contester la Constitution et défaire un gouvernement et les mandats des élus....

    On ne peut pas vouloir exercer le pouvoir et s’amuser à affaiblir l’État et les Institutions :

    - c’est idiot, et pourtant, ce que certains ont fait depuis 2002 et jusqu’aujourd’hui !

    C’est un exercice philosophique qui demande tout simplement une logique envers soi-même et de ce qu’on veut, ce qu’on souhaite pour le pays. Et avec 80% des pauvres dans un pays, on dépasse ici la résponsabilité individuelle des gens, il s’agit plutot des résponsabilités des élus, Ny Olomboafidy et des élites.

    Ce qui veut dire que la conversation à Madagascar n’est plus une conversation de couloir, bitsibitsika, entre soi, entre ethnique,ou entre communauté etc....mais il s’agit aujourd’hui, et cela doit l’être, une conversation nationale :

    - entre les peuple et les élus, entre les élus eux-mêmes, entre les partis politiques et leurs leaders respectifs, et entre le peuple dans lequel le pouvoir s’exerce et les gouvernants qui exercent le pouvoir.

    On voit arriver dans le pays des entreprises privées, se baladant et s’installant où elles veulent sans aucune explication, venant des autorités du pays. On ne vit pas dans jungle tout même, et même dans la jungle, il y a de l’ordre, la vie y est bien hiérarchisée.

    Il y avait une solution pour sortir de l’impasse et le piège de transition morbide, on a vu venir un gouvernement d’union national et deux vices présidents, à mon souvenir, c’était l’équipe de transition qui avait tout fait pour le faire echouer. Avoir des élections piège à C.....et sa 80% des pauvres c’est une catastrophe. En tout cas :

    - dans quel pays pourrait-on appeler une réussite économique et une stabilité institutionnelles quand 80% de la population est pauvre, pire, quand ledit pays est indépendant mais n’est même plus capable d’organiser la moindre élection tout seul.

    Qu’est-ce qui peut bien expliquer et excuser les dirigeants dans le passé du pays qui expliquerait aujourd’hui que l’État et les Institutions du pays ne sont plus que des ombres, inexistants ?

    Le totalitarisme ou le communisme ont été adopté par des pays, justement pour renforcer l’État et les Institutions. Si le totalitarsme et le communisme ont enchoué, abandonné par plusieurs pays, c’est parce que l’État n’est pas un bon gestionnaire, il a enchoué, il ne peut pas tout géré, et certainement pas l’économie du pays...le privée, la Sociéte Civile gère parfaitement bien l’économie. En tout cas, elle est mobile, plus maniable, et s’adapte bien à l’économie de marché. On a vu en Europe l’arrivée au pouvoir des sociaux démocrates, la Droite ou la Gauche, arrivée au pouvoir gouvernait plutôt au centre.......les acquis sociaux sont nombreux aujourd’hui et les travailleurs veulent les préserver en Europe et en Occidentaux etc....

    Il faut faire revenir le pays aux fondamentaux, Constitution, État et Institutions inviolables, le reste c’est de la lutterature......

    • 6 novembre à 11:35 | Babah (#9347) répond à diego

      Diego : revenir aux fondamentaux signifie ne pas mélanger les termes et notions glanés sur internet. Ne pas avoir l’esprit embrouillé par des à-peu près historiques ratsirakistes et avoir le bon sens de savoir ce que l’on dit ! Commencez par vous, revenez aux fondamentaux et reconnaissez que dédé-aux-cheveux-lissés a été le 1er prédateur-fossoyeur de Madagascar !

    • 6 novembre à 16:42 | Jipo (#4988) répond à diego

      @ Kartell & Vatomena.
      Vous avez tous les deux raison, je dirai meme tous les 3, je ne sais que trop ce qu’ est devenue la luxuriante foret Malgache, la défiguration par la culture traditionnelle / brulis, rien n’ a été fait depuis l’ indépendance, et ce ne sont pourtant pas les cris d’ alarmes de toutes parts, que ce soit des organismes comme le CNRS, l’ Orstom, et ses chercheurs agronomes particulièrement.
      Cette éducation ou refus de , cette surdité obsessionnelle , n’ en sont que le résultat.
      Je réitère que le retour à la terre est capital, pourquoi à votre avis les étrangers désirent tous acheter des terres, et bien j’ vais me la jouer sarko : « j’ vais vou’l dire » : c ’est pour la rentabiliser , regardez le tollé quand Ravalomanana a voulu louer les terres à Daewoo .
      Si le Malgache n’ exploite pas sa terre, sous prétexte que son travail est : dur, d’ autres le feront à leur place, c ’est aussi simple que ça, si tu ne t’ occupes pas de ta femme, un autre s’ en occupera, tout pourras ruer dans les brancards, mendier, ou faire des sittings de manifestation, c ’est une loi de la nature, et comme vous le savez elle est autant généreuse, qu’ impitoyable, voir cruelle ...
      C ’est tout simplement ce que je voulais dire.
      A présent que nous soyons à l’heure d’ @ soit, mais s’ il n’ y a plus d’ agriculteurs, de maraichers, de fermier, qu’ allez-vous bouffer ???
      Vous me parlez de solutions ...
      Un régime à la Mao, avec cours accélérés de recyclage dans les champs, les universitaires : les premiers, pendant à minima 1 an, voir sur 2 ans et je peux vous garantir que le kere et la famine seront réglés, mais si personne ne veut se retrousser les manches, on vous souhaitera de crever en paix ...

    • 6 novembre à 17:25 | vatomena (#7547) répond à diego

      @Jipo---
      N’oublions pas ,Mao a eu lui aussi son moment de folie.Sa politique du « grand bond en avant ’’ a entrainé la plus grande famine que la chine ait connu . On a compté de 13 à 30 millions de morts de faim. Résolution du drame préconisé par certains membres du parti : » Lorsqu’il n’y a pas assez à manger, les gens meurent de faim. Mieux vaut laisser mourir la moitié des gens, de façon à ce que l’autre moitié puisse manger à sa faim ». C’est ainsi que la Chine a connu sa période cannibale !
      Cependant Mao a appris aux chinois l’ordre ,la discipline ,la mobilisation des masses pour le travail en commun ce qui manque aujourd’hui aux malgaches .
      C’est sur ces nouvelles qualités que ,par la suite ,Deng Xiao Ping a pu par la suite batir l’empire chinois du Commerce et de l’Industrie .

    • 7 novembre à 00:11 | kartell (#8302) répond à diego

      @ Jipo,

      Avoir raison ou pas, ce n’est pas le plus important, c’est la réalité du terrain qui dicte sa loi sans demander son reste !….
      Le retour à la terre nourricière semble impossible depuis que ces milliers de malheureux tentent de coloniser les banlieues misérables de Tana pour espérer vivre une vie moins galérienne…..
      La terre ne nourrit plus son homme lorsqu’il exploite sa parcelle artisanalement, sa famille trop nombreuse doit se séparer, faute à leurs enfants de trouver par leur travail, leur pitance quotidienne, beaucoup, aujourd’hui sont devenus tireurs de pousse, lorsque c’est possible ou plongent dans un informel plus au moins toléré !..
      Aujourd’hui, la terre n’est plus rentable que si elle est exploitée sur de grandes surfaces, avec des engrais, des produits phytosanitaires pour préserver les récoltes des maladies et insectes ravageurs.
      Au pire, parce que la récolte aura été volée juste avant d’être moissonnée par son malheureux propriétaire !…
      L’agriculture est passée au stade « industrielle », je le déplore mais c’est un fait irréversible de nos sociétés, de la mondialisation effrénée….
      A cela s’ajoute l’insécurité des campagnes, des terres gagnées au profit des miniers et le tableau d’une agriculture en difficulté est posée…
      La réforme est brutale, sévère, traumatisante pour cette population des campagnes mais elle suit avec beaucoup de retard le même phénomène qui celui qui s’était produit, jadis en Europe….
      Faute de pouvoir s’organisent en grandes exploitations agricoles, d’autres lorgnent sur ces terres en jachères pour en faire leur grenier personnel, d’où l’intérêt croissant de la Corée du sud, de la Chine et aujourd’hui de l’Inde sur des terres en partie en jachère…
      Nous sommes à un tel stade de dégradation du monde paysan, méprisé par un pouvoir plus intéressé à céder des concessions minières qu’à tenter d’aider ses paysans que nous arrivons à un stade critique où la désertification prendra de plus en plus d’ampleur sans beaucoup émouvoir !….
      Le problème agricole est un sujet majeur qui n’est pas considéré à sa juste valeur par un pouvoir issu de l’urbain et d’une réalité….« hors-sol » et dont le souci majeur est ailleurs, loin d’une province empêtrée dans ses difficultés, mais jusqu’à quand ?…..

  • 6 novembre à 10:15 | AzaMbaDonJona (#9745)

    Rajao et Domelina : même combat. Ils ont commencé par tout vendre en se servant au passage comme la vente de la BNI. Les chinois de maintenant, c’est l’héritage de Mainland et de Wisco. Rien n’a changé, tout est fait sur le dos des malagasy au profit d’une minorité corrompue avec beaucoup d’effets d’annonces masquant la grande braderie pour les karanas et les chinois. Les Claudines d’aujourd’hui remplacent les Augustins et Ndrianarijaona d’hier.

  • 6 novembre à 12:06 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !

    Les personnes qui étaient absentes de Madagascar de 1975 jusqu’à la fin du premier millénaire ,
    ainsi que celles qui sont nées après ,
    n’ont pas vécu le brutal et continu effondrement de ce pays sur tous les plans depuis 1975 .

    Ces personnes n’ont pas vécu dans leur chair l’enfer subi par toutes les populations de ce pays .
    Enfer que leur a aveuglément infligé un Amiral Rouge singeant le Nord-Coréen Kim Il Sung .

    J’ignore si cet Amiral est un dangereux inconscient ou une personne dotée d’une cruauté hors du commun .

    • 6 novembre à 12:28 | Vohitra (#7654) répond à Saint-Jo

      Bonjour Sain-Jo,

      Faut être amnésique au point d’oublier la cruauté et nombreuses arrestations arbitraires menées par la DGID dirigé à l’époque par le sinistre Général Raveloson Mahasampo ? il suffisait que tu portes un tennis de marque importé dans la rue, et hop, enlèvement en pleine rue et embarquement vers Ambohibao…

    • 6 novembre à 13:31 | FINENGO (#7901) répond à Saint-Jo

      Bonjour Sain-Jo,
      Je crois que beaucoup sur ce Forum, ne sont que les acolytes de ses Fossoyeurs, qui se sont succédés au Pouvoir, et qui les soutiennent tous, avec ténacité de manière à les remercier des profits qu’ils ont pu avoir, et dans l’espoir qu’ils reviennent au Pouvoir pour perdurer les Profits.
      Quand je lis les commentaires de Diego, cette chose est flagrante, et bien sure il n’est pas le seul, le RAMBO et l’Isandra et le Betoko en font partie pour ne citer que le plus virulents.
      Bon Week-end !!!

  • 6 novembre à 13:38 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko,

    Adihevitra teny anivon’ny fiarahamonina no mba tiako hifampizarana amin’ny mpiray dinika sy tafa eto amin’ity tranonkala ity, misy fifandraisana ihany amin’ny fanjoriankevitra navoitr’ireo namana hafa etsy ambony.

    Andro vitsy lasa izay, mba nametraka fanontaniana tamin’ny mpiaramonina aho, hoy aho tamin’izay : « inona moa ny antsointsika hoe Firenena ? ».

    Ny valinteny heno sy tsapa ombieny dia ny hoe : misy hirampirenena, misy sainampirenena, misy làlampirenena, misy olompirenena sy tenimpirenena, midika izany hoy ny sasany fa misy ny Firenena.

    Ny zavatra tsapa sy misongadina ary dia ny hoe : tsy manana famaritana mazava ny atao hoe Firenena ny maro ao anaty fiarahamonina, mifangaro sy manjavozavo ny fahafantarana mikasika izany.

    Raha niroso indray ny tafa ka nipetraka ny fanontaniana hoe : « misy kolontsaina, sy riba ary zavakanto iombonana ve ny Firenena Malagasy ? », ny valinteny nisongadina heno dia ny hoe « samy manana ny hanitra ho azy ny isamparitra, miankina betsaka amin’ny lova sy ny nentindrazana io, ary tsy afaka misaraka amin’ny fombam-piarahamonina »

    Raha tonga tany amin’ny hoe « inona moa no hamaritana ny antsoina hoe Fanjakana » ny dinika, dia tsotra tokoa ny valinteny voaray : “ny Fanjakana dia ny mpitondra, ary misy ny didimpanjakana, ny olompanjakana, ny fananampanjakana, ary ny fahefampanjakana, ary lehibe sy mampatahotra izany Fanjakana izany ».

    Tsapa tokoa taorian’ny dinika sy tafa fa dia mbola tsy tanteraka ary tsy feno izany fanorenana Firenena izany, mifangaro amin’ny singam-pamantarana no entin’ny olona hamaritana ny Firenena, tsy vondron’olona manan-draharaha iombonana amin’ny Fanjakana no misy eny anivon’ny fiarahamonina, ny fomba nentindrazana manandanja isamparitra no heverin’ny maro fa tokony hanorenana zotram-piarahamonina mitondra any amin’ny fandrosoana hifampizarana isampianakaviana, mbola tebiteby sy ahiahy no misongadina raha vao Fanjakana no atao resaka, ary ny farany dia ity : tsy vitsy fa mbola maro no mino ny fisian’ny « tsiny sy tody » eo amin’ny fiainampiarahamonina.

    Mankasitraka Tompoko

    • 6 novembre à 15:13 | Marika (#9389) répond à Vohitra

      Miarahaba antsika rehetra.

      Raha ny famakafakàna ny fiaraha-monina no jerena,dia toy izao ny fahitan’ny mpandinika azy.
      Misy elanelana be ny fandrosoana eo amin’ny faritra ivon-tany sy ny moron-tsiraka na koa ireo faritra anatiny kanefa miàla lavidavitra ny tanan-dehibe.
      Io elanelam-pandrosoana io no tena miteraka olana satria mihevitra ny olona ivelan’ny tanan-dehibe fa atao tohatra fiakarana ka raiki-tapisaka ao anatiny ny hoe : Raha vao mahazo fahefàna eo koa izahay dia mba anjaranay kosa ny mihinana sy manangona fa efa ela notsindriana.Misy izany ny tsy fifampahatokisana,misy rahateo koa ny lainga sy ny fitaka.
      Ny hoe : FANJAKANA izany dia toy ny dobom-bola ka samy mahazo matsàka daholo,mameno sinibe.
      Raha bangoina dia izao:misy fifaninanana anatiny ny fiainan’ny malagasy ary tsy misy fetrany fa samy miezaka mandrapaka izay azony atao satria sady TSY HANDOVA FANJAKANA no TSY MISY TSINDRIN-DRANONA SY ANONA IZANY EO.
      Faritra maro eto amin’ny nosy no nahatsapàna izany fanadihadiana izany.

  • 6 novembre à 16:23 | RAMBO (#7290)

    Finengo !
    Vous avez raison, au temps de Ravalo, personne d’autre n’a pas pu profiter parce que seule sa famille proche et Tiko qui accaparait tout...
    Je suis étonné que vous n’avez pas mentionné les commentaires virulents des ZD comme Manga, l’autoproclamé saint, Matoriandro...qui insultent à la longueur de leur post.
    Finengo : vous êtes juge et partie !

    • 6 novembre à 17:36 | Jipo (#4988) répond à RAMBO

      C ’est vous qui êtes juge & partie.
      @ Diego, je sais que vous ne répondrez pas, mais aucune importance, juste pour vous rappeler certains échanges que nous avions eu, qui semblent revenir sur le tapis, que ce soient Babah, Zanadralambo, finengo, pour ne citer qu’ eux , qui vous interpellent sur le même sujet, toujours ce même sujet qu’ est votre allégeance à ce dictateur, dont vous souhaiter la copie, pour soit disant « revenir aux fondamentaux » et cerise / le cake, de les accuser de mauvais gestionnaires s’ ils n’ ont pas réussi à maintenir leurs dictatures : pardon un « état fort » !!!
      Vous souvenez-vous de la phrase qui a mis fin à nos échanges : « vous avez du en croquer » ah que l’ on aime pas que l’ on nous mette le nez dedans, particulièrement quand on est instructeur , habitué à donner les ordres, ayant perdu l’ intérêt de les recevoir, même suggérés, eh oui le progrès c’ est aussi cela, faisant partie de ce que vous ne cessez de rabâcher : revenir aux fondamentaux ...
      C ’est donc ça que vous souhaitez à votre Pays, une dictature, un petit erdogan pour redresser le Pays , quelle crédibilité espérez-vous dans ce cas ?

    • 6 novembre à 18:19 | zanadralambo (#7305) répond à RAMBO

      Bonjour, Finengo. Toujours beaucoup de plaisir à vous lire.
      Amitiés.

    • 6 novembre à 23:14 | manga (#6995) répond à RAMBO

      RAMBO,
      Sachant pertinement que je ne suis pas celui prône pour une élection anticipée, je me suis permis de vous poser des questions (et je ne suis pas le seul) auxquelles vous osez répondre à moitié, voire jusqu’à détourner l’attention de vos lecteurs sur des faits que je n’ai même pas demandé.
      Il vous arrive même de vous eclipser le jour où l’éditorialiste devient de plus en plus « insupportable » pour vous qu’à votre clan (bon débarras si c’est pour ne raconter des koneriz) ;
      Nous voulons tout simplement savoir comment vous réagissez suite aux remarques (que vous qualifiez certainement de désobligeantes) formulées soit par l’éditorialiste, soit par certains de vos pires ennemis que vous surnommez ZD.
      Parce que vous êtes le seul à pouvoir préjuger sans que l’intéressé ne se prononce.
      A maintes reprises, je vous ai réitéré que je ne faisais, n’a fait, ne fait et ne ferai jamais de la politique comme vous l’entendez, et ce, jusqu’à mon dernier souffle.
      Je ne suis adhérent ni sympathisant d’un parti politique, comme je ne soutiendrai jamais un président ; et je ne le caresserai jamais dans le sens du poil ; pour la simple raison qu’il quittera le pouvoir comme il est entré.
      Un président est élu pour se soumettre devant son peuple ; le contraire ne nous inciterait qu’à le haïr.
      Et ce qui est le cas depuis l’indépendance et jusqu’à cette seconde près.
      La francophonie descend les rideaux la fin de ce mois, mais les « promoteurs » attendront les dus.
      Préparez-vous RAMBO, et ne pensez surtout pas que SOAMAHAMANINA fermera sa « grandguèl » puisque pour vous : « l’état ne voudrait endosser des martyrs. »
      Le fait de les libérer démontre encore un énième échec dont le régime ne cesse de subir. Un échec ou une faiblesse, vous pouvez l’interpréter comme bon vous semble ; mais une chose est sûre : même ceux qui font l’objet de WANTED demeurent mystérieusement introuvables.
      Et cette dernière semaine, comme si c’est l’haïtienne qui dirige notre pays, du moins nommée spécialement porte-parole officielle du gouvernement en place.
      Donc voilà RAMBO ce qu’est un aperçu de se qui se passe réellement, (et à l’instant t=T0) dans mon pays. A vous d’apporter une suite au cas où vous avez d’autres arguments que nous pouvons bien évidemment partager.

  • 6 novembre à 16:59 | diego (#531)

    Bonjour Babah,

    Je vous fais remarquer que ce moi qui parle, ici, des fondamentaux, pas vous ! Et qu’est-ce qui vous a empêché d’en parler, avant moi, par exemple ? Comme beaucoup des Gasy, vous n’y avez pas pensé tout simplement ou pire, cela ne fait pas partie de l’éducation politique à Madagascar ?

    Je parle des fondamentaux, vous me parlez de Ratsiraka. Des tous les dirigeants Malgaches depuis l’indépendance, Ratsiraka est l’homme politique et le Chef d’État le plus facile à defendre, parce que c’est le seul et unique Chef d’État :

    - qui a un bilan politique et un bilan économique !

    C’est bien le seul président malgache qui a oser et a voulu réformer le pays. Il aurait des idiots qui me demanderaient quelles réformes ? Mais qui trouveraient sans mal des réponses si je leur demande le nom de la monnaie du pays, le mandat présidentiel, il y a-t-il une province à Madagascar qui n’a pas son Université, avec 100 partis politiques, n’est-ce pas du multipartisme etc....

    Dans un bilan, il n’y a pas que des bonnes nouvelles ! C’est en faisant le bilan politique d’un pays par exemple qu’on arrive à apprécier le bilan économique, l’avancée sociale et surtout prédire et l’évolution d’une société.

    Beaucoup des gens parlent de l’époque Ratsiraka, en invoquant leur malheur et souffrance, en insinuant au passage que tous les Malgaches en avaient soufferts, c’était la terreur dans le pays. En évitant soigneusement d’évoquer le bilan politique et économique de l’ancien président ! Et surtout, comme par magie, ces mêmes personnes sont devenues amnésiques :

    - ne trouvant même pas une seule réforme à défendre, mis en place par les successeurs de Ratsiraka depuis 2002 et aujourd’hui.

    Et par ailleurs, ces successeurs de Ratsiraka aujourd’hui, comment se sont-ils préparés à gouverner et diriger le pays ? Tout le monde aurait compris que les élus, les gouvernants, les dirigeants viennent majoritairement, exclusivement même de la Société Civile.

    Les désordres institutionnelle depuis 2002, 2009 et 2013 suffisent de faire comprendre aux gens intelligents, et qui ont fait des grandes études, ce n’est pas du luxe, que des Ravalomanana, en passant par Rajoelina et maintenant Mr R. Hery ne sont en fait que des marionnettes. Pourquoi n’ont-ils pas réussir à mettre en place la moindre réforme ? La question est répondue, ils ne sont que des marionnettes. Mba nikofokofoka Ravalomanana, comment a-t-il s’y pris pour affirmer son autorité ? En renvoyant l’Ambassadeur français, tenez bien, dont il aurait accepté la nomination. L’usage est que l’autorité d’un pays peut refuser une nomination. Il s’est laissé piegé....il a payé le prix.....

    Enfin, pour dire, avant 2002, Madagascar a été institutionnellement stable, mécaniquement, le pays a été économiquement réformable et surtout, surtout, les élus avaient des pouvoirs :

    - et cela, à mon sens, cela n’a pas de prix !

    Un pays dans lequel, les élus, les parlémentaires ont des pouvoirs, évoluera, car la souveraineté d’un pays dépend essentiellement l’étendu et la légitimité des pouvoirs des parlémentaires, et vis-à-vis des Institutions internationales, mais surtout face au peuple, aux gouvernés.

    Vous voyez, le pouvoir tsy terrain-jaza. Il faut penser vite et simultanément à beaucoup des choses et être capable de se projeter très loin. Les codes civiles en France datent de Napoleon par exemple.....les Institutions occidentales sont des centenaires....les processus électoraux datent au moins 20 ans et plus et pour y toucher, il faut faire voter les parlémentaires pour amender les lois existantes...etc...

    Madagascar avant 2002 était moderne, réformable, gouvernable que Madagascar d’aujourd’hui :

    - quand on fréquente des Babakoto, il ne faut pas espérer devenir intelligent et se moderniser.

    • 6 novembre à 17:26 | Babah (#9347) répond à diego

      Diégo et ses affabulations : les « institutions » de Ratsiraka n’étaient au mieux que de la poudre aux yeux (universités,lycée et ceg sans professeurs et sans bibliothèques, comparés aux établissements moins nombreux du temps de Tsiranana mais tout à fait aux normes) , et au pire, les « institutions » ratsirakistes étaient des vrais gouffres sur tous les plans : investissements « à outrance » (sic, le terme est de l’auteur lui-même !), coparema, kariném-pokontany, etc.

      Tout le monde sur le forum vous a déjà rappelé plusieurs fois ces monstuosités de l’arema, Diego, mais vous persistez à vous aveugler de l’ère « moderne, réformable, gouvernable » de ce pseudo-amiral leader djoutchéen qui avait même honte de ses propres cheveux ! Rien que ce trait de caractère complexé en dit long sur la psychologie de ce personnage mythomane et affabulateur comme vous, son fan, continuez de l’être. Comment peut-on se targuer d’être président d’un Etat africain membre de l’OUA, et se lisser en cachette ses cheveux « africains » ??!!

    • 6 novembre à 17:56 | Jipo (#4988) répond à diego

      Bilan de 20 ans de dictature ???
      Un Pays RUINé !!!
      qui ne s’ en est pas encore remis, cessez de parler d’ université dans toutes les villes, c ’est de l’ auto endoctrinement à la zozialiste !
      Ce sont les Français qui ont créé les Université et pas ce rat des pangalana .
      Il n’ a fait que s’ accaparer ce que les colons ont laissé, nationalisé tout ce qui marchait et a tout je dis bien TOUT : Ruiné ./ et ensuite , il s’ est tiré, barré la queue entre les jambes vivre grand train à Paris avec le pognon qu’ il a volé à vos compatriotes, quant aux successeurs ils n’ ont fait qu’ hériter le désastre tant économique que politique de ce fossoyeurs, SVP cessez de prendre cette ordure comme exemple à souhaiter pour Madagascar , tout le monde ne cesse de vous le répéter / ce forum il faut savoir ou commence la détermination et ou s’ arrête l’ obstination, manifestement cela est au dessus des compétences des instructeurs ...
      Ratsiraka a ruiné ce Pays, le nier relève tout simplement de mythomanie, voir une trisomie stade terminal, irréversible à l’ évidence .

  • 6 novembre à 18:04 | diego (#531)

    Bonjour Babah,

    Vous êtes comique !

    Qui vous a parlé des Institutions de Ratsiraka ?

    Je parle de l’État, de la Constitution et des Institutions quand j’évoque les fondamentaux. Et je dis, des tous les présidents Malgaches depuis l’indépendance, Ratsiraka est le plus facile à défendre, parce qu’il a le seul qui a des bilans. Qui vous a dit que dans son bilan politique et économique, il n’y a que des merveilles ? Et que tous étaient parfaits ? Existe-t-il seulement un bilan parfait ?

    Comme il est le seul qui a des bilans à disséquer, il est forcément donc le meilleur. Pour être le dernier, ou le plus mauvais président, il aurait fallu avoir au moins deux prisidents avec des bilans !

    Ce qui nous ramène à conclure facilement que pour critiquer les bilans politiques et économiques de l’époque Ratsiraka, vous êtes obligé de le faire, les comparer avec les bilans de l’époques coloniales et royales !

    Quelles époques étaient celles qui ont été le plus.........pour Madagascar :

    - royale, coloniale ou le 24 années de Ratsiraka dans l’indépendance ?

    1960 à 1975, c’était une transition, et 2002 à aujourd’hui c’est une période de régression, de caprice Tananarivienne et des quelques élites malgaches qui ont entraîné le pays dans une aventure, destination inconnue.....

    Il faut sortir de l’enfantillage de 2002 et d’aujourd’hui. Institutionnellement, 2002, 2009 et 2013, élection piège à C.....sont indéfendables, point !

    Je pourrais bien être sévère et démolir le bilan enconomique de Ratsiraka, qui est, il faut le rappeler le seul bilan économique qui existe dans le pays, pas le bilan politique qui est irréprochable pour un pays si jeune à son époque.

    • 6 novembre à 18:45 | diego (#531) répond à diego

      Les fondamentaux pour l’école ce sont :

      - la lecture, écrire et compter, ce qui vont permettre de raisonner plus tard, de devenir rationnel...

      Ces les bases dans lesquelles les élèves vont s’appuyer pour approfondir leurs connaissances et pour attendre leurs objectifs dans la vie professionnelle, ......économique, politique et autre.....

      Il m’est arrivé plusieurs fois de tomber sur des élèves, fraîchement ingénieurs, diplômés, mais qui ignorent par exemple combien de planètes il y a-t-il dans le système solaires ? Ou encore qu’est-ce que le Périhélie, Aphelie, année tropicale ou année sidérale ?

      Oui, maîtriser les fondamentaux nous sont utiles aujourd’hui, demain, et dans l’avenir proche et lointain !!!

      Une raison de plus de bien éduquer nos progénitures afin de mieux choisir ceux qui vont s’occuper des affaires du pays dans l’avenir proche et lointain.

      Est-ce que les jeunes Malgaches savent pourquoi, leur pays est au première ligne des cyclones, par exemple ? Cela s’apprend et c’est le rôle de l’école de le faire. Quand ces jeunes découvrent les dangers que représentent les cyclones, ils vont mécaniquement se demander ce qu’il faut faire, ce qu’ils peuvent faire pour y faire face, et en amont, pour le prévenir. On aurait alors une génération qui serait bien consciente de danger de Dorontanety, comment faire pour sauvegarder les forêts de leurs pays, protéger le bois de rose, par exemple....etc... et pourquoi l’électrification du pays est plus que vital....en passant, il faut plus que six mois pour le faire, hein !!!!!!!

      Quand on dit fondamentaux, ce n’est pas imaginaire ! C’est du sérieux, c’est du réel !

    • 6 novembre à 19:34 | RAMBO (#7290) répond à diego

      Hey Diégo
      Donnons 6 mandats de 5 ans (= 30 ans) à Dadajao et nous reparlerons de bilan en 2040 !
      Comment il a fait pour rester au pouvoir 30 ans ce mec ?

    • 6 novembre à 22:33 | Babah (#9347) répond à diego

      Bonsoir Zanadralambo,
      Oui, vous avez mis le doigt sur l’abcès : ce genre de posture diégoesque resterait un insondable mystère pour la postérité ! Je ne me l’explique pas moi-même, est-il payé, est-il vraiment convaicu ou fait-il semblant d’être con, mystère...

      Comment peut-on, en 2016, en plein dans le 21è siècle, voir encore dans les monstruosités misérables de Dédé-le-stiff un modèle de gouvernance « réformable, moderne et bilan économique positif » ???
      Svp, Diégo, si vous avez des dettes envers lui, c’est votre problème, si vous êtes tellement passionné par ses crimes et assassinats politiques, soignez-vous... mais ne venez pas insulter notre bon sens en essayant de nous refourguer ( vendre ou faire du marketing, si vous voulez des termes « savants ») un tel produit périmé, hors d’usage dès sa sortie et nauséabond tellement Ratsiraka pue...

      Il ne s’agit pas, comme vous vous fatiguez de l’imiter, d’utiliser des termes appris par cœur tels que « institution, fondamentaux, souveraineté, etc », il ne s’agit pas de dénombrer les planètes du système solaire ou de prétendre être pilote ou amiral : il s’agit d’être honnète et user du bon sens commun.

      Ratsiraka est et était une catastrophe politique, point barre dirait Basile !

  • 6 novembre à 18:17 | zanadralambo (#7305)

    Bonjour Babah et Jipo...Rien à rajouter à vos commentaires. Je ne vais pas frapper un adversaire à terre. Des fois, je me dis que je ne vais pas répondre à ce qui ressemble à de la provocation. Mais quand vous lisez les contre-vérités qu’il n’arrête pas de balancer...Mince, devant tant de mauvaise foi (et le pire, c’est que le mec a l’air d’y croire), impossible de se taire. Le révisionnisme à ce niveau, j’ai rarement vu !!!!
    Bon week-end à tous les 2. Oyé oyé....

    • 6 novembre à 18:22 | zanadralambo (#7305) répond à zanadralambo

      Diégo, et Jipo et moi, on n’a pas droit à un petit mot gentil ?

  • 6 novembre à 21:21 | valoha (#7124)

    Ity lahatsoratra ity mihintsy no mila valiny @ ny Malagasy 22 Faritra hatramin’ny Repoblika voalohany no nankaty !
    Ary raha ny fijery tsy miangatra dia hisy korontan-dava sy fahantrana lavareny eto raha tsy mazava ny fototra sy loharanom-bolan’ny kitapo-bolam-panjakana ! Isika samy Malagasy no mamaha ny olana !
    Toa manova lalana, Lalampanorenana, rafitra, olona lava zay n /mitondra rehetra mba hanakonana ny maizina rehetra(andramena, solika, entona fandrehatra, volamena, vatosoa,sns...) !
    Ary tsy hisy ihany koa fitondrana mateza sy mendrika noho ireo antony etsy ambony ireo - halatra, riso, koly bevava hatrany miaro lainga sy fampanantenana poak’aty !
    Noho izany - tsara loatra angamba raha ity resaka ity no miara-sahanina malaky - Solombavambahoaka + Loholona + Mpahay Lalana misongadina isany + Olobe manerana Ny Nosy.
    Mila sy tokony mifarana ity resaka ity mba hanjary i Gasikara Tanindrazana iombonana !

  • 6 novembre à 23:13 | diego (#531)

    Bonjour RAMBO,

    Vous êtes économiste, me semble-t-il. Vous allez donc bien comprendre ce que je vais dire, je l’espère !

    Comment allez-vous vous y prendre pour faire rester 30 ans au pouvoir un pouvoir marionnette ?

    Sérieusement, vous êtes en train d’avancer qu’il est possible de rester au pouvoir aussi longtemps sans avoir fondé un parti politique solide ?

    Il y a 20, 30, 40 ans, il était possible de rester très longtemps au pouvoir, il y avait plusieurs raisons à cela, et pas seulement en Afrique et à Madagascar, mais c’était le cas en Amérique Latine aussi par exemple.

    La première raison, beaucoup des pays ont accédé à l’indépendance. Ce qui veut dire qu’il y avait très peu d’élite dans ces pays, il n’y avait que de parti unique. Fatalement, c’était prévisible, il y avait des abus, les élections étaient des mascarades. Je ne vais pas vous donner des noms, vous les connaissez tous, ils étaient nombreux en Afrique et en Asie et en Amérique du Sud. Et les pouvoirs des années 70-80-90, qui ont survécu jusqu’en 00 ont été balayés par le pretemps Arabe. Si l’Occident jouait un rôle central dans la longévité des dictatures à travers le monde, il serait aussi à l’origine de la chute de ces dictateurs, tout simplement parce que c’étaient les gouvernements Occidentaux qui étaient les clients et qui ont surtout subventionné les pays de ces dictateurs. Priver des subventions, leurs pays sont tombés dans la crise économique. Faim, les peuples se sont révoltés, ils voulaient les têtes des dirigeants.

    En 50 ans d’indépendance, et dans le type de gouvernement qu’ils avaient, les pays fraîchement indépendant n’ont pas eu assez de temps et des moyens politiques et financiers pour former des élites, et des cadres, des grands fonctionnaires, des ingénieurs et des médecins pour se développer.

    Comment rester 20 ans ou 30 ans au pouvoir, aujourd’hui ? C’est impossible. Et il n’est plus possible aujourd’hui de faire plus que deux mandats, sans tripoter la Constitution et les Institutions. D’ailleurs, c’est le standard en Occident aujourd’hui et en Chine par exemple, c’est intéressant, le président ne fait de deux mandants aussi. Et vous le savez peut-être déjà, mais les dirigeants Chinois sont composés des femmes et des hommes d’expériences, ce sont des ingénieurs, la majorité, et qui ont eu l’expérience de diriger une grande ville d’au moins 60, 80 millions voir plus de 100 millions d’habitants, avant d’accéder aux affaires nationales.

    Regardons ce qui se passe dans les pays où les dirigeants tripotent la Constitution ! Pas très enviable et pas souhaitable.

    L’économiste que vous êtes, devez connaître les facteurs producteurs. Aujourd’hui et dans l’avenir, politiquement et économiquement et financièrement surtout, la chose la plus importante, c’est la confiance ou plus exactement, la perception d’un pays de la confiance du peuple, envers les Institutions de son pays, surtout les institutions judiciaires, électorales et militaires.

    Est-ce que Madagascar est prêt à organiser l’élection présidentielle de 2018. À vous de me le dire, et m’apporter la ou les preuves de ce que avanceriez !

    Un mandat ne doit pas être donné, il doit être gagné légalement et en respectant la Constitution du pays. Ce n’est pas un acquis, ce n’est pas une promotion.

    Si Mr R. Hery ne sait pas expliquer au pays la présence des entreprises chinoises, comment ferait-il pour expliquer aux Malgaches six mandants !

  • 7 novembre à 18:24 | momoa (#8952)

    Nous avons besoin de plus de transparence, il y a tout un système qu’il faut changer du tout au tout, car la masse continue de subir la folie d’une minorité.

  • 7 novembre à 21:58 | SNUTILE (#1543)

    Encore du mystic. La francophonie construit sur la chinoiserie. Au lieu de voir des ouvriers de langue française, c’est de langue chinoise ? Il faut arrêter aussi de voir la facilité dans le confort qui tout savant c’est cher à construire. Construire un avion, piloter un avion, entretenir un avion, et s’asseoir sur un des ses sièges confortablement, il y a du chemin du dur à la facilité (si argent tu as aussi). Le chinois c’est pareil. Un humain intelligent comme tout le monde, devant un naïf qui veut rien entendre.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 237