Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 02h34
 

Environnement

Nos réfugiés climatiques auront-ils droit à des compensations ?

mardi 1er décembre 2015 | Léa Ratsiazo

Le coup d’envoi de la grande réunion sur le changement climatique, la COP 21 a été donné hier. Tous les grands de ce monde se sont donnés rendez-vous à Paris pour des diverses et longues explications sur la nécessité de réduire l’émission des gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique dont l’augmentation des températures. Les experts de tous les pays du monde s’accordent à dire que le changement climatique est à l’origine des sécheresses, des ouragans de haute intensité dont les pays du Sud sont les premières victimes. Les conséquences économiques et humaines sont importantes selon les experts dont le déplacement en masse des personnes victimes de sécheresse. Aussi est-il question de compensation financière pour les victimes.

Si on suit ces diverses explications, les habitants de la zone sud du pays, en proie à la sécheresse qui provoque le kere et le déplacement de population entrent dans cette catégorie de réfugiés climatiques. Les Antandroy qui migrent un peu partout dans Madagascar à cause de la sécheresse dans le Sud sont légions. Nos réfugiés climatiques auront-ils droit à des compensations ? Difficile dans l’état actuel des choses ; et même si ce sera le cas, bénéficieront-ils vraiment de leurs droits ? Rappelons les divers projets pour l’alimentation en eau dans le Sud avec des pipe lines qui n’ont jamais été menés jusqu’au bout. Les régimes successifs n’ont jamais mis en place ni réussi de vrai programme pour cette zone victime de sécheresse depuis de nombreuses années. Peut être que la COP 21 réussira-t-elle là où les dirigeants n’ont pas réussi.

20 commentaires

Vos commentaires

  • 1er décembre 2015 à 09:22 | rakoto-neutre (#8588)

    Bonjour

    C’est une des conséquences de la crise que nous avons traversée. Ce qui est au pouvoir ne refléchit guère à tout cela, il ne connaît que de remplir sa poche.

  • 1er décembre 2015 à 09:28 | Dadabe (#9116)

    La notion de « réfugié climatique » s’appliquera-t-elle à des Malgaches quittant leur région pour s’installer dans une autre, à Madagascar ? Peut-on être « réfugié » dans son propre pays ?

  • 1er décembre 2015 à 09:30 | mandrozeza (#5123)

    Quelle mentalité déplorable ?
    Et les millions d’hectares de forêts détruits à Madagascar, ce sont les vazimba qui les ont détruit ? les vazaha ? les malagasy, oui.
    Inutile de pousser plus loin ce débat qui ne ferait qu’opposer les Antandroy aux autres de Mada.

    • 1er décembre 2015 à 10:06 | Dadabe (#9116) répond à mandrozeza

      Certes, certes... Mais cela n’interdit pas une certaine solidarité nationale, non ? Il y a un pouvoir central, si je ne m’abuse. Il a des devoirs, inscrits dans la Constitution. Il serait scandaleux que certains, ici, en profitent pour réveiller les haines ethniques qui ont déjà fait tant de mal à Madagascar. Laissez ces méthodes immondes aux politiciens en mal d’arguments et qui flattent ainsi les pires sentiments de leur électorat.

  • 1er décembre 2015 à 09:39 | Isambilo (#4541)

    N’importe quoi. Et les victimes de cyclones depuis des siècles doivent-ils être considérés comme des « réfugiés climatiques » potentiels ?
    Les Antandroy sont bien chez eux sinon ils auraient migré depuis des années. Ce n’est pas la place ni l’eau qui manquent dans le Sud.

  • 1er décembre 2015 à 10:46 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Si le statut de réfugiés climatiques pouvait éventuellement donner droit à des compensations de la COP21, il va sans dire que nous aurions en nombre dans les plus brefs délais : La manière de gagner de l’argent facilement relève de la culture de l’excellence chez nous.

  • 1er décembre 2015 à 11:08 | Isambilo (#4541)

    Bon niveau de discours sans allusion à d’hypothétiques gisements d’énergie fossile dans le Canal de Mozambique.
    Je voudrais bien connaître son nouveau modèle de développement en privilégiant les privatisations au lieu d’assainir l’organisation de la société.
    On sait parler, reste à agir sans fric.

  • 1er décembre 2015 à 11:09 | Menalahy (#9072)

    Cette course contre la montre pour retarder les changements qui s’opèrent sous nos yeux n’est-elle pas l’illustration de l’égoïsme des Hommes ?

    Est-ce la planète que l’on veut sauver réellement ou sont-ce les Hommes qui ne veulent pas accepter ces changements inéluctables ?

    J’avoue que j’en ai un peu marre de l’idéologie des nouveaux écologistes qui nous matraquent du :

    - manger local (les locavores),
    - manger des produits à faible production de CO2 (éviter la viande rouge sous toutes ses formes, par exemple),
    - éviter ceci ou cela (longue liste égrenée sur Arte toute la semaine dernière et ce n’est pas fini),

    On essaie de nous culpabiliser si nous ne nous soumettons pas à la doxa de ces nouveaux messies.

    Ah, et je n’oublie pas ceux qui veulent « rafraîchir » la planète en jouant aux apprentis sorciers... jusqu’à ce qu’on constatera que le remède sera pire que le mal... Ila appellent d’ailleurs leur expérimentation « climat Frankenstein », c’est vous dire que ça me fait froid dans le dos.

    • 1er décembre 2015 à 11:39 | Dadabe (#9116) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy,

      Alors, un petit coup de fatigue, vous aussi ? Je comprends, notez bien. Il y a beaucoup d’ayatollahs chez les écolos.
      Mais avouez qu’acheter une gousse d’ail venue d’Argentine, des oranges d’Afrique du Sud ou d’Israël, un ananas du Costa Rica ou des pommes de terre cultivées en Pologne, lavées en Allemagne, découpées et congelées en frites en Espagne, mises en boîtes en Italie et vendues en France, sont autant de comportements un peu aberrants (j’en sais quelque chose, mes exemples son vécus... par moi, à ma grande honte).
      Bref, bonne journée tout de même (et un sachet en papier recyclable vaut bien un sachet plastique...).

    • 1er décembre 2015 à 11:58 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Menalahy

      Je crains le pire surtout pour nous malgache expert en copie coller en tout genre et sans discernement jusqu’à faire pércliter notre propre économie.

    • 1er décembre 2015 à 14:03 | Menalahy (#9072) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe,

      Je ne suis pas contre les mesures que tout un chacun peut suivre sans trop de contraintes imposées comme le Nouvel Evangile par des Illuminés obsédés par leur idéologie de « sauver la planète » alors que c’est de la survie de l’Humanité dont il s’agit.

      Je fais mon tri, j’utilise des ampoules basses tensions qui coûtent les yeux, je fais du compost dans mon jardin, je n’utilise pas ma voiture pour le voisin d’à côté, j’utilise des produits labellisés écocertifiés, etc.

      Mais quand je fais mes courses, je suis obligé de me contenter de ce que je trouve sur le marché sinon je ferai cuire du rutabaga quand c’est la saison puisque les haricots verts que j’ai prévu pour mes enfants viennent d’Espagne.

      Nous avons essayé de nous approvisionner dans des structures de type AMAP (*) mais il y a des contraintes qui ne correspondent pas à nos besoins : horaire décalé pour récupérer nos provisions, approvisionnement selon les possibilités du paysan uniquement, etc.

      Nous sommes revenus à une consommation « responsable » à nos yeux ; pas de légumes et fruits hors saison, pas de viande de supermarché, pas ou peu de produits transformés par l’agroalimentaire, boycott de produits en provenance d’Israël (pour des raisons politiques évidentes),...

      Mais quand je vais en Allemagne, par exemple, je ne m’abstiens pas d’acheter des légumes allemands : c’est propre, le rapport qualité-prix me convient et en plus c’est moins cher qu’en France. Là, j’oublie le locavore.

      Interdire pour interdire ou parce que quelques uns se croient possesseurs de la Vérité écologique est improductif. Il faut aussi offrir des produits qui permettent de s’abstraire de ces contraintes imposées par une doxa. Sans compter qu’il faut que ça soit à portée de toutes les bourses.

      Mais nous en sommes loin car les prix sont excessifs et n’incitent pas les gens à consommer écolo et/ou bio. Les deux concepts ayant tendance à fusionner. Pourtant, certains produits estampillés bio vendus en supermarché ne correspondent pas au cahier de charges européen. Des produits bio transformés et vendus dans des mahgasins bio contiennent des colorants et des additifs (seitna, steak de soja, ...). Oùest la cohérence de cette idéologie ecobio ?

      (*) AMAP - Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne - sont destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique qui a du mal à subsister face à l’agro-industrie.

    • 1er décembre 2015 à 14:14 | Menalahy (#9072) répond à plus qu'hier et moins que demain

      L’interdiction des sachets en plastique en est une illustration.

      Quand Pharaonnet 1er reviendra avec des promesses de fonds pour « l’écologie », il va s’en vanter avant que ce fonds disparaisse dans les fonds des poches.

      C’est comme ces ecolodges qui fleurissent un peu partout mais qui ne sont que des attrape-touristes en mal d’écologie et des tiroirs caisses pour leurs initiateurs : ils ne correspondent pas aux cahiers de charge des écolodges sur deux points, au moins :
      - respect de l’habitat traditionnel,
      - implication des habitants.

      Le reportage de M6 a provoqué un tollé quand Basile a parlé de 600 euros la nuit alors que le personnel est payé 40 euros le mois (dans le reportage, la femme de chambre travaillait avec ses propres vêtements et non avec un tablier réglementaire).

  • 1er décembre 2015 à 12:17 | QUOUSQUE TANDEM (#543)

    Je m’étonne que la pauvre Léa se fasse le porte-parole de ces théories foireuses !

    Aucune méthode scientifique ! Aucune déontologie ! Aucune vérification des informations !

    https://www.youtube.com/watch?v=3R4PYevGI3c

    • 1er décembre 2015 à 13:06 | Dadabe (#9116) répond à QUOUSQUE TANDEM

      SI c’est vous qui le dites... Cela m’évitera une nouvelle volée de bois vert (et, je me répète, si seulement c’était du bois de rose !)

  • 1er décembre 2015 à 12:31 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107)

    Pour nos réfugiés climatiques.
    Tout doit doit se passer ==d’abord==au Pays,à Madagascar :
    - « Réconciliation Nationale=Grand Pardon=Amnistie Générale »-
    ++« MADAGASCAR AUX MALGACHES,UNE et INDIVISIBLE »++
    Remettons notre pendule à l’heure Malagasy.
    Sans oublier nos 22 Régions :
    01-DIANA,
    02-SAVA,
    03-SOFIA,
    04-ANALANJIROFO,
    05-ATSINANANA,
    06-ALAOTRA MANGORO,
    07-BETSIBOKA,
    08-BOENY,
    09-MELAKY,
    10-BONGOLAVA,
    11-ANALAMANGA,
    12-ITASY,
    13-VAKONANKARATRA,
    14-MENABE,
    15-AMORO’I MANIA,
    16-HAUTE MATSIARA,
    17-VATOVAVY FITOVINANY,
    18-ATSIMO ATSINANANA,
    19-IHOROMBE,
    20-ATSIMO-ANDREFANA,
    21-ANOSY,
    22-ANDROY

    VIVE MADAGASCAR
    VIVE LA FRANCE,notre « AMIE-PARTENAIRE LOYALE » pour « TOUJOURS ».
    - « HR/FH » :même combat.
    Pour le maintien du « SOMMET DE L’OIF »,à MADAGASCAR,en 2016.
    Et la « COGESTION » des îles éparses.

    Le PADESM et ses héritiers.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 1er décembre 2015 à 12:36 | tanguy37 (#7699)

    C’est beau de rever !!!mais a mon avis n’attendez RIEN de ce « barnum »qui ne sert a rien !! qu’a certain de se faire voir, de « bouffer » au frais de la princesse !!!vive la france ,c’est nous qui payons !!!
    comme dit mon voisin : ferme ta guelle et vas bosser !!!!

    • 1er décembre 2015 à 13:51 | vatomena (#7547) répond à tanguy37

      Chaque jour la Chine nous démontre combien une forte industrialisation contribue au changement climatique .Notre interet à tous est que les pays non industrialisés restent sans industries ;
      il ne convient pas d’ajouter du CO2 au Co2 ;Il faudrait arreter toute aide au développement industriel ;Tout pour l’agriculture ,la foret ; La taxe carbone devrait suffire pour consolation

    • 1er décembre 2015 à 14:31 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Ha ha ha, on reparle de la taxe carbone. Ségolène doit rire sous cape et les Bérets rouges doivent préparer un second round.

    • 1er décembre 2015 à 16:46 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Tout va vers la complexification et la tonte de ceux qui produisent des richesses (je parle de la France ;droits ,accises ,taxes ,impots ,prélévements ,cotisations ect)

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 78