Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 10 décembre 2016
Antananarivo | 15h40
 

Communiqué

Message des évêques catholiques de Madagascar

mercredi 17 août

Message on ne peut plus claires des évêques de Madagascar paru dans Lakroa n’i Madagasikara du 12 août dernier : « Donnez-nous des bergers dignes de confiance » (ou digne de ce nom ?) ; tel est l’intitulé de ce message des évêques. Comme si les dirigeants de ce pays ne sont pas dignes ou ne satisfont pas à l’image et aux comportements des bergers dans l’esprit des évêques catholiques qui se réfèrent à l’Evangile. Un constat sans détour mais également des recommandations ou des leçons à prendre ou à laisser et au risque et péril de ceux qui ne l’ont pas compris en quelque sorte.

Message des Evêques à la Nation

« Donne-nous des bergers dignes de confiance »

Les Evêques de l’Eglise Catholique à Madagasikara, les Raiamandreny, réunis en session extraordinaire, ont examiné la situation de Madgasikara. Voici leur message à l’issue de cette réunion.

«  Il fut pris de pitié pour eux parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger » (Mc 6,34).

« …la brebis perdue, je la chercherai, celle qui se sera écartée, je la ferai revenir ; celle qui aura une patte cassée, je lui ferai bandage ; la malade, je la fortifierai…Je ferai paître mon troupeau selon le droit ».

Que la paix soit avec vous !

Ces paroles de l’Ecriture nous ont incité nous les Evêques, vos Raiamandreny, réunis en session extraordinaire, à examiner la situation de notre pays. Comme le prophète Ezéchiel, nous sommes « pris de pitié pour le peuple », lequel ressemble à « des brebis sans berger », à cause de la succession jusqu’à aujourd’hui des régimes qui n’ont pas su tirer les leçons des dérives commises dans le passé et qui a été à l’origine de nos malheurs.

Nous attirons donc l’attention pour que nous n’oubliions pas l’histoire : nous sommes encore en pleine célébration du 56è anniversaire de l’obtention de notre indépendance et nous redisons encore une fois que « le patriotisme, la liberté et le progrès » sont les devises de la vie que nous avons adoptées depuis l’origine.

Lueur d’espoir

L’espoir n’est pas totalement perdu, car durant ces trois années où nous avons enduré les séquelles de la crise précédente, nous avons su revivre la sagesse malgache : la tolérance, la solidarité et le fihavanana. Oui, l’espoir n’est pas perdu même s’il y a eu des pressions venant de l’extérieur. Le pays a retrouvé progressivement la confiance de la communauté internationale…La preuve c’est qu’on a pu obtenir une partie des crédits sollicités pour faire fonctionner la vie sociale. Il en est de même de la possibilité d’envisager l’accueil du Sommet des pays francophones, quoique le doute persiste concernant l’achèvement des travaux dans les délais requis. Il y a aussi le projet d’accueillir le groupe des pays africains membres du Comesa.

Actuellement, nous nous préparons à célébrer le 50è anniversaire des relations diplomatiques entre la République malgache et le Saint Siège. Cet accord a permis à l’Eglise de travailler en toute sérénité pour la promotion de la dignité humaine.

Mais hélas, des ténèbres envahissent notre ciel

Madagascar est malade ; certains osent même dire qu’il est en train d’agoniser. La vie de la Nation s’enfonce peu à peu dans la boue ; les dirigeants restent les bras croisés devant cela. Un régime inefficace, des promesses fallacieuses, mêlées de mensonges et laissant la porte ouverte à la violence !

1. Les valeurs malgaches sont détruites :

• La vie et la dignité humaine ne sont plus respectées ;

• Les pauvres ne sont pas protégés ; on laisse les jeunes mener une vie anarchique car la discipline n’est pas suivie dans la vie sociale, sachant qu’il n’existe pas de structures appropriées pour la préparation de leur avenir. Pis encore : il n’y a pas d’orientations claires pour l’amélioration de l’éducation.

• Le vrai fihavanana malgache est perdu, les habitants d’un même quartier se méfient entre eux et même les membres d’une famille se déchirent.

2. Confusion sur le plan spirituel :

• On ne respecte pas les valeurs spirituelles, mais au contraire on les détruit et on incite les croyants à s’entredéchirer, et en même temps on profite des cérémonies religieuses pour faire du discours politique, ce qui fait perdre la valeur de la prière.

• On regarde avec indifférence le vol des cloches qui se répand ça et là, suivi d’intimidations pouvant aller jusqu’à l’assassinat de ceux qui protègent les biens de l’Eglise. Qui se trouve derrière tout cela ?

• Il est difficile de résister au vandalisme des statues saintes se trouvant au bord des chemins et qui manifeste une persécution indirecte de l’Eglise catholique. On sait également qu’il y a des opérations de ramassage des Bibles entre les mains des croyants et on les achète cher afin d’éradiquer la foi chrétienne.

• On complique l’obtention et on alourdit le coût des permis de séjour des missionnaires résidants à Madagascar. A cela s’ajoute la requête du permis de construire des lieux de culte qui se sont implantés depuis longtemps dans le but de perturber la foi chrétienne.

• La stratégie des extrémistes qui se cachent derrière une religion censée apporter le salut commence à gagner du terrain.

3. Désordre dans la vie politique et économique :

• Les instances de contrôle qui devraient prévenir le détournement et les dérives n’exécutent pas leurs tâches ou subissent des intimidations, au point que l’anarchie règne totalement.

• La pauvreté s’enracine davantage tous les jours, alors qu’il n’existe pas d’orientations et de stratégies claires pour développer le pays. L’exploitation des richesses nationales qui sont censées apporter le bien-être au peuple et sauvegarder le bien commun n’est plus maîtrisée car l’anarchie règne totalement.

• Tout le monde, y compris les dirigeants et le peuple, regarde avec indifférence les feux de brousse et la destruction de l’environnement.

4. La vie sociale et culturelle suit une pente vertigineuse

• Le pays vit dans l’insécurité : celle-ci revêt plusieurs formes, tels les assassinats, les cambriolages, les attaques de villages, les kidnapping…

• Le bakchich et la corruption touchent totalement tous les secteurs de la vie sociale alors que certains des hauts responsables et leur entourage bénéficient d’une impunité.

• Le pouvoir et les autorités chargées d’appliquer la loi sont achetés pour faire subir des injustices aux gens et s’approprier illégalement des terrains d’autrui.

• Les droits et la dignité des pauvres ne sont pas protégés. Nous voyons tous que l’état des routes est déplorable dans tout le pays.

• Les gens vivent les pires souffrances car autrefois les malades étaient considérés comme des princes, aujourd’hui ils sont abandonnés.

Si on réfléchit sur toutes ces réalités, on s’aperçoit que c’est le bien commun de la nation qui est bafoué à l’heure actuelle. L’amour effréné de l’argent en est la cause, si bien que la vie sociale est devenue une véritable anarchie. Le peuple est excédé.

« JE FERAI PAITRE MON TROUPEAU SELON LE DROIT »

Nous affirmons ici que l’Eglise ne s’immisce ni ne propose un modèle pour l’organisation de la vie politique et la gestion du pays. Sa mission est d’enseigner, de sensibiliser et de conscientiser les personnes pour qu’elles se soucient toujours du bien commun et considèrent les responsabilités exercées comme un service à la nation et jamais comme un instrument d’enrichissement personnel.

Nous cherchons tous des solutions. Nombreux sont ceux qui ont pris conscience qu’il faut changer la manière de gérer les affaires nationales. Des groupements de partis, de syndicats et des composantes de la société civile réunis autour de plateformes s’autoproclamant « opposition » voient le jour ici et là. Les solutions qu’ils proposent consistent à instaurer une nouvelle Transition pour remplacer les structures qu’on vient de mettre en place. Est-ce vraiment la bonne solution ? Il y en a parmi eux qui instrumentalisent le message de l’Eglise et de Justice et Paix pour renforcer leurs idées et s’auto-justifier. De grâce, nous vous supplions de ne pas faire de la récupération.

Il est vrai que certains parmi eux sont animés du souci de l’intérêt général, mais quand on examine de près les réalités et l’histoire, il semble que leur but soit de conquérir le pouvoir en vue de partager des postes pour en tirer profit. Souvent ce sont ceux-là mêmes qui réclamaient autrefois le changement à cor et à cri qui reviennent au pouvoir et une fois qu’ils ont le pouvoir, ils deviennent silencieux et ne font rien du tout pour le pays. Pour nous, cela ne convient pas.

La démagogie et le discours bien argumenté ne suffisent pas pour redresser la nation. Cela requiert un changement de mentalités, et une nouvelle culture animée d’un patriotisme et d’un sens aigu des responsabilités. Nous devons par conséquent envisager des solutions durables, parmi lesquelles nous retenons quelques-unes susceptibles de contribuer au redressement national :

• Il faut se rappeler que le pouvoir est un service à la nation et au peuple pour ceux qui y aspirent et ceux qui l’ont reçu.

• Une collaboration sérieuse entre l’Etat et les Eglises pour faire régner la justice est recommandée.

• On aura soin d’aider et d’éduquer les citoyens pour qu’ils vivent les valeurs fondamentales, tels l’honnêteté, le dévouement, la charité, la dignité humaine et le souci de l’intérêt général. La commission épiscopale Justice et Paix peut apporter sa contribution à cette formation.

• On privilégiera les jeunes dans la préparation de leur avenir et on leur confiera progressivement des responsabilités dans la nation et dans l’Eglise.

• L’époque que nous vivons exige la prise de responsabilités par des personnes de bonne volonté et par des hommes nouveaux, prêts à travailler pour la nation ainsi qu’à animer les institutions et les vivifier, afin de motiver tout le monde, particulièrement les paysans.

• On veillera à respecter la loi et à mettre solidement en place les organes de contrôle tout en exhortant tout le monde à prendre part aux affaires nationales à travers l’exercice des responsabilités qui incombent à chacun, pour faire fonctionner la vie de la nation et éviter l’autodestruction et s’acheminer ainsi progressivement vers une alternance démocratique sans heurts.

• La foi en Dieu et le fait de prier en toute liberté sont des droits fondamentaux parmi les droits humains. Nous demandons dès lors à l’Etat de défendre les droits des croyants et les biens qu’ils utilisent pour le culte, par exemple en réprimant ceux qui volent les cloches.

• Nous encourageons tout le peuple pour qu’il ne baisse pas les bras, mais qu’au contraire il reste solidaire et qu’il n’accepte pas d’être manipulé pour provoquer des troubles et conquérir le pouvoir.

« Comme des brebis sans berger »

« Aide Seigneur cette patrie ». Nous sommes faibles et fragiles et nous avons besoin de ta miséricorde. Donne-nous des bergers dignes de confiance pour nous conduire sur le chemin du « patriotisme, de la liberté et du progrès ». Eteins dans nos cœurs l’égoïsme effréné. Vivifie l’espérance de chacun, avec la prière de Marie, pour que « notre Madagascar devienne un pays heureux ».
Nous vous bénissons, nous Evêques, vos Ray aman-dreny.

Mgr TSARAHAZANA Désiré, Arsevekan’i Toamasina, Filohan’ny Fivondronamben’ny Eveka eto Madagasikara

Mgr RAHARILAMBONIAINA Marie Fabien, Evekan’i Morondava, Filoha lefitra

Mgr RANDRIANARISOA Jean Claude, Evekan’i Miarinarivo, Sekretera Jeneraly

Mgr RAMAROSON Marc Benjamin, Arsevekan’Antsiranana

Mgr RAZANAKOLONA Odon Marie Arsène, Arsevekan’Antananarivo

Mgr RABEONY Fulgence, Arsevekan’i Toliary

Mgr RABEMAHAFALY Fulgence, Arsevekan’i Fianarantsoa,

Mgr Georges VARKEY, Evekan’i Port-Bergé

Mgr ROSARIO Saro Vella, Evekan’Ambanja

Mgr RAKOTONDRAJAO Roger Victor, Evekan’i Mahajanga

Mgr RAOELISON Jean de Dieu, Evekan’Ambatondrazaka

Mgr DI PIERRO Gaetano, Evekan’i Moramanga

Mgr RANDRIAMAMONJY Marcellin, Evekan’i Fenoarivo Atsinanana

Mgr RANAIVOMANANA Philippe, Evekan’Antsirabe

Mgr BOMBIN ESPINO Gustave, Evekan’i Tsiroanomandidy

Mgr RAKOTONARIVO Fidelis, Evekan’Ambositra

Mgr CAIRES DE NOBREGA José Alfredo, Evekan’i Mananjary, Administrateur Apostoliquen’i Farafangana

Mgr RAZAKARIVONY Fulgence, Evekan’Ihosy

Mgr RAKOTOZAFY Vincent, Evekan’i Tolagnaro

Mgr ROBASZKIEWICZ Zygmunt, Evekan’i Morombe

Mgr MALO Michel, Evêque Emérite d’Antsiranana

Mgr RANDRIAMBOLOLONA Philibert, Archevêque Emérite de Fianarantsoa

Mgr RAZAKARIVONY Raymond, Evêque Emérite de Miarinarivo

Mgr SCOPELLITI Antoine, Evêque Emérite d’Ambatondrazaka

Mgr ZEVACO Pierre, Evêque Emérite de Tolagnaro

Mgr PELLETIER Donald, Evêque Emérite de Morondava

Mgr TOASY Armand, Evêque Emérite de Port-Berger

+ Jean Claude RANDRIANARISOA + Désiré TSARAHAZANA

Secrétaire Générale de la CEM Président de la CEM

Conférence des Evêques de Madagascar

13 commentaires

Vos commentaires

  • 17 août à 10:30 | betoko (#413)

    Chose curieuse , depuis quelques mois le FJKM reste silencieux en ce qui concerne la vie politique et sociale malgache et pourtant ce FJKM était en première ligne pour le soit disant réconciliation et pour la bonne gouvernance .

    • 17 août à 12:20 | Isandra (#7070) répond à betoko

      Leur précieux protégé est déjà blanchi,...ils ne cherchent plus autre chose,...quant aux misères du peuple aussi bien sur le plan matériel que sur le plan spirituel, ils s’en contrefichent,...

      Je me demande qui voulaient faire allusion ces évêques, en disant ceci :

      « On ne respecte pas les valeurs spirituelles, mais au contraire on les détruit et on incite les croyants à s’entredéchirer, et en même temps on profite des cérémonies religieuses pour faire du discours politique, ce qui fait perdre la valeur de la prière. »

    • 17 août à 23:50 | Zafimaro (#3479) répond à betoko

      Mifandimby miteny ny arseveka, fjkam, sefafi etc. aminy raha tsy mety ao Madagasikara ao. Fa ny tsimisy niteny ny varotra an’ i Madagasikara !! Jereo itony. Firy ny olona Madagasikara no mahey fa amidy toa io ??
      VANCOUVER, BC / ACCESSWIRE / August 15, 2016 / Diamond Fields International Ltd. (DFI.V) (« DFI » or the « Company ») is pleased to announce that it has signed a conditional Purchase Agreement with Pala Investments Limited (« Pala ») and Austral Resources Limited (« Austral ») for the purchase of the Beravina Zircon deposit (the « Deposit ») in Madagascar (the « Agreement »), subject to acceptance by the TSX Venture Exchange.

      Pala and Austral collectively own 100% of the issued shares of Action Mining Limited (« Action »), a Mauritius company and the parent company of the Madagascar entity holding the license to the Deposit. Under the terms of the Agreement, DFI, through its wholly owned subsidiary Kimberley Overseas, will acquire 100% of the issued shares of Action. In consideration therefor, DFI has agreed (a) to pay Pala US$300,000 (Cdn$391,878) cash and issue 3,265,650 common shares at a deemed price of Cdn$0.02 per share ; and (b) pay Austral US$60,420 (Cdn$78,924) cash.

      Beravina is a pegmatite hosted hard rock zircon deposit located approximately 325 kilometers west-northwest of Antananarivo, the capital of Madagascar. The Deposit is characterized by a small surface footprint, with the mineralized pegmatite describing a steeply dipping cone-shaped structure. A historical independent JORC compliant geological resource estimate on the property undertaken by Badger Mining and Consulting (Pty) Ltd. in 2012 estimated an indicated resource of 1.8mt at 29.5% zircon, open at depth. While the estimate was a consideration in the decision to acquire the deposit, the Company cautions that it is historical in nature and the Company is not treating such resources as a current resource under NI 43-101. Investors are further cautioned that a qualified person has not yet completed sufficient work to be able to verify the historical resources, and therefore they should not be relied upon. Limited metallurgical work undertaken to date indicates that the zircon ore can be liberated and concentrated by crushing and gravity separation.

  • 17 août à 10:59 | tsapiky (#7047)

    La messe est dite.
    En un mot, un changement radical s’impose.
    Pour cela, On attend la personnalité providentielle.
    Mais Cette dernière n’apparaîtra....que lorsqu’on sera prêt.
    La boucle est bouclée

  • 17 août à 11:09 | Vohitra (#7654)

    Presque la plupart de ces politiciens et décideurs politiques ont toujours manifesté dans la vie publique une une foi et croyance dans la vie chrétienne ; et apparemment, ils sont bien intégrés et actifs au sein de leurs églises ; et au vu du contenu du message transmise par la conférence des évêques, ils, les politiciens, ont lamentablement échoué dans leur mission et responsabilités.

    Est-ce que ces Raiamandreny ampanahy ont eux aussi échoué dans leur appel à la repentance adressée à ces politiciens ?

  • 17 août à 15:06 | betoko (#413)

    Dernière nouvelle Hery Rajonarimamoianina est présent au SINODE de la FJKM depuis ce matin à Antsirabe et selon mes informateurs seules les journalistes de la présidence sont autorisés à y assister ,les autres ont été refoulés par la garde prétorienne postée devant la cathédrale protestante d’Antsirabe
    Dois je comprendre que la FJKM allait désigner Hery Rajonarimamoianina comme vice président de cette FJKM car Marchiavel est atteintde la limite d’âge ?
    Selon le journal Jeune Afrique Hery Rajonarimamoianina est franc maçon ,est ce compatible avec la religion chrétienne ?

  • 17 août à 15:13 | betoko (#413)

    Selon la constitution malgache il est interdit au president de la république d’être membre d’une confession quelle qu’elle soit et où est la laïcité dans tout cela Donc Hery Rajonarimamoianina s’est fait encore des ennemis sans parler de la FJKM la quelle n’osepas dénoncer les dérives de ce pouvoir contrairement à l’église catholique ce qui revientà dire que le FJKM est complice

  • 17 août à 15:16 | olivier (#7062)

    Bonjour compatriote betoko.

    je vous trouve peu intéressé par votre mère patrie la France...
    je suis déçu...

    Seriez vous comme ces « burkinistes » qui n’ont finalement aucun respect pour leur seconde nation..?

    Seriez vous de ceux qui « estiment que » ?..
    Sans jamais rendre de comptes...

    LOL

    Faut vraiment que j’arrête de voir le mal partout moi...XPTDR

    • 17 août à 17:31 | betoko (#413) répond à olivier

      Où voulez vous en venir , ici nous parlons de la politique malgache . Concernant le burkini , avez vous lu le journal Libé et la réaction des journaux anglais ? Pour quoi faire tant d’histoire cette question de burkini ? je suis pas contre , le journal Libé et les journaux anglais aussi . Je ne vois pas où est le mal pour ces femmes musulmanes si elles veulent avoir une petite liberté mais pas frustrées avec leur religion et son précepte
      Attendons les élections en 2017 pour parler de la politique française ,

  • 17 août à 16:16 | Eloim (#8244)

    1 - Lorsque le FFKM a organisé à sa manière la soi-disant « réconciliation nationale », certains forumists fervents protecteurs de la révolution orange se sont montrés FURIEUX en avançant la séparation du pouvoir politique et les affaires religieuses comme alibi majeur et condamnant fermement cette obédience de se mêler de ce qu’elle ne regarde pas.
    2 - Tout le monde sait que le PRM Hery est d’obédience FJKM, donc il est susceptible d’être le cible N°1 de cette Conférence des Evêques en cas de FAUX-PAS quant à la conduite de l’Etat, chose qu’on a rarement mis à l’évidence durant le quinquennat de la transition de ANR.
    Quelle frustration de ces Prélats ? C’est comme si le monde Catholique de Dago est toujours derrière de tous ces foyers de tension par le biais d’un organe au sein de cette obédience telle « la justice et paix », voyons l’exemple de Soamahamanina, quelques affaires concernant des litiges fonciers, ... des cas de figure renaissant ce qui s’était passé avant le coup de 2009 si je puis noter ainsi ?
    Quoi qu’il en soit, tout le monde sait que rien ne marche à Dago malgré les tam-tams médiatiques avec brochage d’inauguration bidon partout effectuée par le tenant actuel du pouvoir.
    Ainsi, me pose-je la question : est ce que les malgaches doivent élire leur Président par voie électorale comme une expression démocratique acceptée par tous les citoyens ainsi que la communauté internationale ? Dans ce cas revoyons d’abord notre loi fondamentale et définissons ensemble quel genre de régime qui nous convient le mieux pour nous tous sans qu’on fasse de copie-collé de ce qu’on pratique ailleurs ?

  • 17 août à 18:58 | bema (#828)

    Je remercie vivement nos hommes de foi pour leur message et particulièrement la communauté katolika. Le FLM et la FJKM fleurtent souvent avec l’attitude politicienne, il est grand temps d’annoncer la couleur même symboliquement. Presque toutes les institutions sont contaminées par la corruption et le dernier rempart qu’est la HCC est devenue une simple entité qui sert à valider les âneries d’État. Misaotra tompoko.

    • 22 août à 12:58 | FAHJUNZI (#424) répond à bema

      « une simple entité qui sert à valider les âneries d’Etat » : dites-vous ? Mais, comment faire boire un âne qui n’a pas soif ? Si l’intellect galopant n’arrive pas à faire la différence de l’urine et de l’infusion, malheur à ce qui sont malchanceux - A tout le monde, on a appris « Aimez-vous les uns les autres » et que le monde entier a changé ce qui se réalise dans la vie en : « Aimez-vous les SUR les autres ? » Que peut-on s’attendre à cela ?

  • 22 août à 19:42 | bema (#828)

    « Mais, comment faire boire un âne qui n’a pas soif ? Si l’intellect galopant n’arrive pas à faire la différence de l’urine et de l’infusion, malheur à ce qui sont malchanceux »-
    FAHJUNZI, on prend un cheval, un bison.....Quelqu’un qui est incapable de distinguer « urine et infusion » n’est pas un intellect tout simplement. Nos institutions marchent sur la tête et ne nous étonnons plus des inversions de normes.Merci !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 266