Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 septembre 2016
Antananarivo | 22h02
 

Lu ailleurs

Exploration pétrolière

Madagascar parmi les 10 meilleures destinations pour les firmes pétrolières

mardi 12 avril

(Agence Ecofin) - L’organisation Africa Oil and Power qui réunit de hauts responsables gouvernementaux du continent africain et des experts du secteur énergétique vient de publier une étude qui dresse la liste des dix meilleures destinations pour les compagnies engagées dans l’exploration pétro-gazière en Afrique. Le classement a été élaboré en fonction des conditions fiscales qu’offre chaque pays, les incitations à l’investissement, le potentiel en ressources, les facteurs politiques comme la sécurité ou encore la stabilité gouvernementale ou le cadre législatif et judiciaire.

Selon le rapport, la Mauritanie occupe la première place du classement car réunissant tous les critères clés pour les investissements dans le secteur. Bien que n’étant pas le pays le plus connu dans les activités pétro-gazières, le pays a tranquillement émergé comme un hotspot d’exploration.

Arrive ensuite Madagascar qui offre selon l’étude une « règlementation simple et attrayante » susceptible d’attirer de nombreux investissements, étant donné que le pays possède de vastes réserves de pétrole en offshore, surtout dans le canal du Mozambique, mais aussi en onshore.

Le troisième dans le classement est l’Afrique du Sud qui offre des politiques claires, simples et favorables aux entreprises pétrolières. Le pays dispose de structures administratives assez transparentes. Son taux d’imposition des sociétés est fixé à 28%, parmi les plus bas en Afrique. Le Ghana septième du classement possède tout comme l’Afrique du Sud des conditions fiscales intéressantes avec un taux d’imposition de 35% et des paiements de redevances progressives établies entre 3% et 12,5%.

Le Maroc, qui se distingue par une grande stabilité politique, une efficacité et une simplicité de son administration et un code des hydrocarbures séduisant pour les investissements, occupe la quatrième place du classement.

Le Sénégal qui occupe la sixième place du classement doit son entrée dans le classement aux mêmes critères. Selon le rapport, le pays est « sécurisé et politiquement stable ». En plus de cela, les conditions fiscales sont parmi les meilleures, on parle d’une redevance de 2 à 10% pour la production de pétrole et de 2 à 6% pour le gaz, et d’un impôt sur les sociétés de 30%.

Cinquième du classement, le gouvernement sud-soudanais a mis au point un régime fiscal attractif pour les investisseurs, l’impôt sur le revenu des sociétés est de 10% à 20% avec des exonérations de la TVA et d’autres taxes. Alors que l’instabilité politique maintient encore les investisseurs loins du secteur de l’exploration, le Soudan du Sud pourrait représenter une opportunité intéressante pour les sociétés exploratoires car détenant 3,5 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole et de considérables réserves de gaz sous-explorées. Les autorités travaillent d’arrache-pied pour instaurer une stabilité politique durable, gage d’un foisonnement des investissements.

Classée numéro un en Afrique pour les investissements selon l’indice des perceptions politiques, dans une enquête de Global Petroleum en 2015, la Namibie présente un environnement « facile et favorable aux entreprises ». Avec des redevances établies à 5% et un certain nombre d’incitations à l’investissement mises en place, y compris une exemption de la TVA et autres avantages fiscaux pour les compagnies pétrolières et gazières. C’est le huitième dans ce classement.

Le neuvième est le Kenya qui a capitalisé sur sa solide réputation dans le domaine du développement des affaires pour attirer l’attention des investisseurs désireux d’explorer l’huile et le gaz. Le Kenya est d’ailleurs considéré comme l’un des terrains de recherches en hydrocarbures les plus prometteurs en Afrique orientale. Le code fiscal du Kenya fixe un taux d’imposition sur le revenu de 37,5% pour les entreprises étrangères, mais nuance avec une réduction de 20% pour les nouvelles sociétés engagées sur le marché.

Grâce à son potentiel en ressources, le Mozambique décroche la dixième place dans ce classement avec de très grandes découvertes en mer qui feront de lui un futur acteur mondial dans le gaz. À la fin de la décennie, il va devenir un exportateur majeur de GNL, capable d’influencer les marchés du gaz. On estime les réserves du pays à plus de 5,6 trillions de mètres cubes, les plus importantes d’Afrique subsaharienne et le gaz est perçu comme le secteur porteur de l’économie du pays. D’après le FMI, les investissements que captera le secteur s’élèvent à au moins 100 milliards de dollars.

Olivier de Souza

Voici le classement

1- Mauritanie

2- Madagascar

3- Afrique du Sud

4- Maroc

5- Soudan du Sud

6- Sénégal

7- Ghana

8- Namibie

9- Kenya

10- Mozambique

13 commentaires

Vos commentaires

  • 12 avril à 10:36 | Dadabe (#9116)

    Hé bien voilà de quoi rassurer Betoko et tous les nationalistes bornés qui sévissent sur ce forum : il y a du pétrole malgache en offshore !!!! Y’a qu’à pomper ! Plus besoin de prétendre que c’est la France qui vole les biens de Madagascar en demeurant maître des Iles Eparses. Attendons donc de voir la manne pétrolière malgache répandre ses bienfaits sur la population... malgache !

    • 12 avril à 19:18 | Cylab (#9448) répond à Dadabe

      Avant de sauter de joie sur ce tas d’or noir, il faudrait avoir les moyens financiers, la technologie, les compétences humaines pour extraire, raffiner ou commercialiser ce pétrole
      Comme d’habitude ce seront les grands groupes pétroliers qui sortiront gagnants, distribueront quelques miettes de taxes à L’Etat qui se transformeront en poudre de perlimpinpin pour la population.
      Et quand on pense que pendant quelques jours, l’année dernière (je crois), le baril vide coûtait plus cher que son contenant, je vois mal les investisseurs étrangers accourir.

    • 12 avril à 20:47 | SNUTILE (#1543) répond à Dadabe

      Madagascar déjà géographiquement est très loin de tous les pays riches acheteurs. Et même je ne comprends pas d’aller jusqu’en Chine au lieu de la porte à côté, comme avant. Comment il va transporter le produit en Tanker (elle n’en a pas), en Oléoduc sous-marine (elle n’est pas sorti de l’auberge), car il faut trouver DE PLUS le plus court chemin sur les continents, assurer la sécurité, l’entretien, etc. coût d’investissement (c’est vendre la Pays), après si l’oléoduc traverse un pays il faut louer ses terres etc.

      - Les 10 meilleures pour les firmes pétrolières dans la classe des pays africains ’abandonnés par l’économie mondiale’ ?
      De qui se moque t-on ?
      Une meilleure classe sera honnête comme le secteur production marine, agricole comme dans las années 60. Il ne faut pas se laisser guider au bord de la faillite d’intelligence.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Madagascar_Oil, Madagascar Oil est la plus importante compagnie ... ressources pétrolières ou de superficie. (il a oublié de préciser que dans la grande île uniquement, mais pas en dehors).

      Il faut supprimer cet article car c’est TROP FLATTEUR et personne est NAÏF.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_p%C3%A9troli%C3%A8re_nationale

      Car bientôt il va écrire que Madagascar peut concurrencer l’OPEP.

    • 13 avril à 09:18 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Bonnes nouvelles .On craignait « un pic pétrolier ’ et il apparait maintenant qu’il y a du pétrole et du gaz partout en Afrique .Le »on shore « malgache ne semble pas trop interesser les Bekoto du plateau . Eux , c’est le »’off shore "’malgache qui les enivre .Il est grand ,il est beau de choisir toujours les plus grandes difficultés .Les ambitions malgaches ont toujours eté tres hautes .C’est la marque du pays .
      Il y a plus de 20 ans déjà ,le visionnaire Roland Ratsiraka annonçait dans son discours du nouvel an : du pétrole ,nous en avons .Dans cinq ans nous serons riches .La prédiction a pris du retard mais on arrive enfin au terme ; Joyeux Noel !

    • 14 avril à 13:52 | Rakoto (#9043) répond à Dadabe

      Comme vous dites "Dadabe,
      Depuis le temps qu’on sait qu’il y a du pétrole, on en parle depuis les années 70.
      Y en a beaucoup qui attendent le cul sur une chaise que l’argent arrive, pendant que les autres bossent.
      Ils viendront pas se plaindre quand les VRAIS travailleurs (car il y en a) auront une vie économique qui leur donnera le pouvoir de faire quelque chose ... Pendant que les autres, invoqueront les méchants qui nous volent les îles Eparses, les méchants qui n’exploitent pas le pétrole pour nous alors qu’on est si riche, les méchants chinois qui font de l’exportation-importation, les méchants karana qui font du commerce et caetera ...
      Allez donc me parler de pouvoir politique quand ceux qui se disent de « grandes familles » vivent dans des pavillons de banlieux médiocre. Réveillez-vous, et essayez d’avoir le courage de vous confronter à la réalité, ou alors ne venez pas vous plaindre après.
      Et par pitié arrêtez de raconter des mythes à dormir debout, vous êtes ridicules.
      (Les propos négatifs ne vous sont pas adressés Dadabe).

  • 12 avril à 10:52 | FINENGO (#7901)

    En voilà une nouvelle, qui va aiguiser les dents de ceux qui détiennent le Pouvoir et se terminerait en Mort d’homme vu leur soif d’argent, de bien être sans scrupule. Il aura certainement des Nationalistes fada, qui vont se dire, ils verront bien comment on va s’en sortir avec toutes ces richesses, mais ils ne le savent pas que rien ne leur sera acquit et que très peu de personnes y trouverons profit et seront toujours les mêmes. Qui vivra vera..!!!

  • 12 avril à 16:59 | Behantra (#9165)

    Madagasikara en deuxième position ... info qui ne date pas de maintenant

    En1969 Shell , Esso , Caltex , Elf .. ont tous misé sur Madagasikara qui sera , selon leur dire , un pays grand producteur de pétrole

    Et avec le recul l’on se demande si les Manandafy et consort qui ont détruit ces ’chaines’ pour instaurer
    leur fameuse nationalisation , n’ont pas été mandatés pour que Madagasikara ne puisse jamais devenir
    une puissance économique dans l’océan indien

    Mème IBM France-Madagasikara a été nationalisé !!!!

    Et le plus grave , des grosse tètes sortant des grandes écoles françaises (X , CENTRALE , PONTS , MINES etc ..)se sont évertués à appliquer la ’k.onnerie’ suivante : le marxisme qui est un instrument
    d’analyse est devenu un instrument de développement

    Et jusqu’à maintenant personne ayant succédé à Ratsiraka n’a jamais pu inverser ces ’tsy maintsy maharesy ny tolona ’ ’fajankan’i madinika’

    Vingt ans d’abrutissement et d’apprauvissement ne s’éffacent pas en un seul quinquénat

    Seulement pour qu’il y ait reconduction , encore faudrait que le chemin à emprunter soit visible et compréhensible par tous

    Et c’est loin d’ètre le cas : Hery s’isole de plus en plus dans sa tour , ce troisième PM reflète une faiblesse flagrante quant à ses capacités d’élaborer un plan , un programme pour le devenir de Madagasikara

    En souhaitant qu’il ne va pas s’entéter à aller jusqu’au bout de ses ’rèves’ , qui risquent d’enclencher
    des réactions extra violentes , endeuillant gravement Madagasikara

  • 12 avril à 17:41 | dominique (#9242)

    le jour ou les Malgaches produirons HEUX MEME du pétrole avec des installations fabriqués par eux même sans aides extérieures !!!! il tombera de la neige a Antananarivo et les poules auront toutes des dents !!!!!!

    • 12 avril à 17:50 | olivier (#7062) répond à dominique

      REHEFA TERAKA AMBATOBEVOHOKA !!!!!!!! FA MBOLA HO AVY NY ANJARANAO AMIN ’NY PILLE YARICCO !!!!! minoa fotsiny iany !!!!!!!!!!!!!! ALELUiA !!!!!!!!!!!!!!!!

    • 12 avril à 17:51 | olivier (#7062) répond à dominique

      REHEFA TERAKA AMBATOBEVOHOKA !!!!!!!! FA MBOLA HO AVY NY ANJARANAO AMIN ’NY PILLE YARICCO !!!!! minoa fotsiny iany !!!!!!!!!!!!!! ALELUiA !!!!!!!!!!!!!!!!

    • 12 avril à 18:55 | Stomato (#3476) répond à dominique

      Allons y d’un commentaire dans cette autre langue officielle de Madagasikara :
      Madagascar is one of the world’s least explored areas when it comes to oil and gas. People have known of the island’s extensive heavy and ultra-heavy oil reserves for over a century, but interest is only now picking up among oil companies. Junior and major operators are in the country, including French oil giant Total, exploring oil reserves onshore, while Chinese and Nigerian companies seek gas deep offshore in the Mozambique Channel. With corporate taxes as low as 21 percent, relatively low royalty rates and simple and attractive regulation, Madagascar might just be haven for frontier oil and gas exploration.

  • 13 avril à 06:29 | sanois (#8546)

    .Ce que n a pas dit l article c est :: :: : que le petrole est deja rafinné et stocké sur les isles Ep....

    • 13 avril à 08:39 | Stomato (#3476) répond à sanois

      Plus d’encre à base de pétrole pour finir le commentaire ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 155