Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2016
Antananarivo | 16h51
 

Médias

Enquêtes Baromètre des médias africains

Madagascar en recul

vendredi 9 septembre | Bill, Yvan Andriamanga

Selon les résultats des enquêtes 2016 menées par Baromètre médias en Afrique ou AfroBaromètre, présentés ce 8 septembre 2016 au Colbert Antaninarenina, Madagascar est en recul dans ce domaine depuis la dernière enquête effectuée en 2012. Ces enquêtes d’AfroBaromètre portent sur quatre points principaux dont la place du journaliste dans l’exercice de ses fonctions. Si dans les débats certains ont insisté sur la ligne dictée par le patron de presse, la modératrice, Mialisoa Randriamampianina a noté que c’est surtout les droits du journaliste à accéder aux sources d’informations qui pêchent ou qui ne sont pas reconnus comme il se doit. Le recul s’explique aussi selon elle, par des défaillances ou un manque de formations du journaliste. Enfin et non des moindres la situation du journaliste qui est préoccupante dans presque tous les domaines : salaire, droit, couverture sociale. Sans oublier la liberté de presse réduite comme peau de chagrin surtout depuis l’avènement de ce régime voire depuis la Transition. Le nouveau Code de la communication qui a été adopté en est la preuve.

Le journalisme est devenu un travail temporaire et abandonné vite en fonction des opportunités selon les enquêteurs. Or, les médias libres sont un critère indispensable au bon fonctionnement de la démocratie rappelle la Fondation Friedrich Ebert.

En tout cas, beaucoup de journalistes du secteur privé que du public sont trop souvent tentés de biaiser les informations qu’ils recueillent et qu’ils diffusent selon Sarah Georget Rabearisoa sur une station privée. La raison est simple dira-t-on, soit cela répond au « felaka », soit que c’est la directive reçue. Une presse libre ; c’est très rare en ces temps difficiles quotidiennement pour le journaliste que pour l’ensemble de la population ; tout est fonction de finances. A noter que si un groupe de presse a cessé de fonctionner, un autre groupe de presse vient d’étoffer ses titres ; c’est la liberté, bon vent à FREE NEWS.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 9 septembre à 09:55 | Dadabe (#9116)

    Voici quelques semaines j’avais dit tout cela (en étant même un plus dur, je pense). Un certaine idolâtre n’avait alors pas apprécié. D’autres non plus, dont un menteur-escroc septuagénaire qui se reconnaîtra. Qu’ils continuent donc à se tromper. Le journalisme malgache (écrit, parlé et télédiffusé) est archi-nul à 95%. C’est une évidence regrettable, mais indéniable. Et le problème n’est absolument pas le code de la communication. C’est celui de la formation des journalistes et de la compréhension par tous de concepts aussi simples que ’’information libre’’’, ’’démocratie’’, ’’indépendance’’, ’’vérification des sources’’ etc, etc... Si les uns ne songent qu’à la propagande et que les autres (99% de la population) s’en foutent, alors, surtout, ne changez rien.

    • 9 septembre à 19:42 | papangue (#9623) répond à Dadabe

      Bonsoir Dadabe,

      Vous avez hélas une fois raison ,encore !
      Les journalistes malgaches sont mauvais, car leur formation est médiocre, et qu’ils viennent de l’Université ou des Fac privés, c’est leur niveau à la base qui est très faible , hélas encore.

      Avec un niveau très bas de connaissance de la langue de Molière et pire de la langue de Dox ils ne peuvent pas appréhender des concepts aussi abscons que « démocratie »,« déontologie » , « vérification des sources ».

      Tout au plus leurs parents ont eu les moyens de les envoyer dans ces écoles.
      Très triste !

  • 9 septembre à 17:23 | Isambilo (#4541)

    Tous les medias (quel que soit le support) sont confrontés au même problème de l’indépendance financière. En France (celle que je connais le mieux avec l’Espagne) les périodiques indépendants se comptent en une douzaine tout au plus. Mediapart arrive enfin à l’équilibre. Le Canard, le Diplo, Politis et Marianne s’en sortent tant bien que mal.
    A Dago, c’est comme dans tous les pays pauvres : les medias appartiennent soit à l’état (et ne font que rapporter ce qui leur est dicté) soit à des financiers pour défendre leurs propres intérêts.

  • 9 septembre à 18:40 | Gérard (#7761)

    blague à part !

    quelqu’un a t il un exemple de quelque chose qui ne soit pas en recul depuis dix ans dans notre île qu’un certain Robert Boudry qualifiait, il y a bien longtemps d’île heureuse.......

    • 9 septembre à 19:14 | papangue (#9623) répond à Gérard

      Hello Gérard,

      ce qui n’a pas reculé en 10 ans :
      - notre age, ;-)

      - les 4x4
      - le risoriso
      - le sorisory !
      - les gabegies
      - les tsolotra
      - les mafy ady
      - les utra-pauvres
      Depuis 2009, certains sont devenus ultra-riches, donc le nombre des ultra-riches a augmenté
      - l’insécurité
      etc...

    • 9 septembre à 21:31 | Gérard (#7761) répond à Gérard

      merci papangue, j’avais oublié tout cela !

      ce qui doit être chouette, c’est quand Alzheimer peut permettre d’oublier son age, aussi !

      je constate que de l’albatros au papango le lectorat de cette tribune n’est pas sans hauteur de vue

      bonne soirée

  • 12 septembre à 14:22 | kartell (#8302)

    Confirmation de la situation avec un avenir préoccupant sauf pour le pouvoir, très serein, lui !…. ….

    http://fr.africanews.com/2016/09/12/la-situation-inquietante-de-la-presse-a-madagascar-rapport/

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 337