Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 24 novembre 2017
Antananarivo | 12h27
 

Santé

Hépatite virale

Madagascar de plus en plus touché

samedi 29 juillet | Régis Kabary

L’hépatite fait partie de ces maladies que la majeure partie de la population néglige. Pourtant, si dans la plupart des cas elle ne s’avère pas dangereuse et ne présente aucun symptôme, l’hépatite peut entrainer un cancer du foie ou même la mort.

JPEG - 79.7 ko
Le Professeur Rado Ramanampamonjy

La journée mondiale contre l’hépatite a été célébrée hier 28 juillet 2017 à l’amphithéâtre du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). Pour marquer cette journée mondiale, une conférence scientifique a été organisée, accompagnée de la relance de la campagne de vaccination entamée depuis le mois d’avril dernier et qui se terminera à la fin du mois d’août 2017. En ce qui concerne Madagascar, les deux formes ou plutôt les deux virus les plus répandues sont le B et le C. Selon le ministère de la Santé, « à Madagascar, la prévalence de l’hépatite B est estimée en moyenne à 23% pour la population générale. » Un chiffre qui n’a cessé d’augmenter selon toujours les explications reçues de la part des responsables. Actuellement, ce taux ne dépasserait pas les 5% dans les grandes villes. Aussi, ce sont les campagnes qui sont les plus touchées. L’hépatite C par contre ne concerne encore que 1,8% de la population. Aussi, le ministère a décidé de relancer la campagne de vaccination contre l’hépatite virale. Faut-il souligner qu’un vaccin se fait en trois piqures et qu’une piqure coûte environ 40.000 Ariary. Toutefois, lors de cette campagne, le Professeur Rado Ramanampamonjy, hépatologue gastro-entérologue au sein du Centre Hospitalier Universitaire de Befelatanana, a fait savoir que les 3 doses seront vendues à un peu plus de 30.000 Ariary.

Prévenir que guérir

Il semblerait que dans 70% des cas, l’hépatite virale ne présente aucun symptôme puis ne laisse aucune trace ni séquelle au fur et à mesure du temps. Toutefois, surtout en ce qui concerne les hépatites B et C, celles-ci peuvent se transformer en hépatite chronique et entrainer une cirrhose ou encore un cancer du foie. Arrivé à ce stade, les traitements doivent se faire à vie ou peuvent coûter jusqu’à 48 millions d’Ariary sans assurance de guérison. La campagne de vaccination entre également dans l’objectif de réduction de la mortalité mère-enfant. En effet, l’hépatite se transmet de la mère à l’enfant par le sang. Mais également via les rapports sexuels avec des partenaires multiples ou entre toxicomanes par voie intraveineuse. D’où donc l’importance de la prévention et de la campagne.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 29 juillet à 17:49 | fdgg (#9942)

    c’est bien....mais il ne faut pas occulter...l’etat de délabrement des hopitaux..l’incompétence des pseudos médecins.. du personnel soignant qui laisse mourir un patient s’il n’a pas d’argent sans compter le manque de compassion à son égard...mais ils ont fait quel serment ces gens la ??quand ils ont acheté leur diplome ??

    • 29 juillet à 18:53 | Turping (#1235) répond à fdgg

      En dehors de tout cela, il faut se poser la question si tout le monde pourrait accéder aux soins, à la vaccination contre l’hépatite B et C ?
      - En dehors la dangerosité, beaucoup de gens sont susceptibles de contracter ces maladies sans qu’ils les sachent :ceux qui travaillent même dans les milieux hospitaliers, les toxicomanes, ceux qui pratiquent des relations sexuelles sans protection. Il est important que les organismes fassent aussi une campagne de sensibilisation éducative.
      Par exemple, comment l’hépatite B et C se transmettent -ils ?
      Avant de se transformer en cancer, la personne qui développe l’hépatite C présente une cirrhose de foie.. Sans qu’elle soit au courant.

    • 29 juillet à 19:06 | fdgg (#9942) répond à fdgg

      Turping,
      je suis d’accord avec vous...Tant à faire et vite...mais vu de ma fenetre cette campagne n’est juste qu’un effet de manche...et sera vite tomblée dans les oubliettes..Si les dirigeants mettaient autant d’ardeur dans les realisations qu’ils ont à faire des annonces.. la effectivement ça avancerait peut etre mieux..Trop de gens meurent pour des maladies presque benines..faute de diagnostics serieux et hasardeux..

  • 29 juillet à 18:44 | lysnorine (#9752)

    « une conférence scientifique a été organisée, accompagnée de la RELANCE DE LA CAMPAGNE DE VACCINATION entamée depuis le mois d’avril dernier et qui se terminera à la fin du mois d’août 2017 [...]
    « Selon le ministère de la Santé, à Madagascar, la prévalence de l’hépatite B est estimée en moyenne à 23% pour la population générale.[...] Actuellement, ce taux ne dépasserait pas les 5% dans les grandes villes. Aussi, ce sont les CAMPAGNES qui sont les plus touchées. L’hépatite C par contre ne concerne encore que 1,8% de la population. AUSSI (?!), le ministère a décidé de RELANCER LA CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE L’HÉPATITE virale [...]

    Mila ho malina ihany ny AMBANIVOHITRA amin’itony vaksiny mety hanerena azy itony !

    « SCLÉROSE EN PLAQUES/VACCINATION HÉPATITE B : « Un faisceau d’indices graves, précis et concordants peut suffire à prouver le lien de causalité », selon la justice »

    https://fr.sott.net/article/30764-Sclerose-en-plaques-vaccination-Hepatite-B-Un-faisceau-d-indices-graves-precis-et-concordants-peut-suffire-a-prouver-le-lien-de-causalite-selon-la-justice
    France Info
    mer., 21 juin 2017 17:47 UTC

    « Comment : Au moment où la nouvelle ministre de la Maladie veut imposer 11 vaccins infantiles - dont l’ignoble vaccin contre l’hépatite B, de SINISTRE MÉMOIRE - pour faire plaisir à ses copains des labos, ce rapport tombe assez “mal” - OU ASSEZ BIEN , selon qu’on est du côté de l’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE , ou des citoyens éclairés qui en ont marre de se faire infantiliser, empoisonner et prendre pour des IMBÉCILES . [...] »
    [...]
    « La cour de justice de l’Union européenne (CJUE), saisie par la Cour de cassation française, a estimé, mercredi 21 juin, dans un arrêt qu’en l’absence de consensus scientifique, un « faisceau d’indices graves, précis et concordant pouvait suffire à prouver le LIEN DE CAUSALITÉ » entre UN VACCIN et le DÉCLENCHEMENT D’UNE MALADIE ".

    L’affaire qui a conduit la Cour de cassation à demander l’avis de la juridiction européenne concerne un homme DÉCÉDÉ en 2011, M. J. W., qui avait CONTRACTÉ LA SCLÉROSE EN PLAQUES, UN AN APRÈS S’ÊTRE VU ADMINISTRER UN VACCIN CONTRE L’HÉPATITE B. Dès 2006, avec sa famille, il avait introduit une action en justice contre la laboratoire SANOFI PASTEUR , qui produit ce vaccin.

    Pas de lien de causalité pour la Cour d’appel de Paris

    Dans un premier temps, la Cour d’appel de Paris avait considéré qu’il n’existait pas de consensus scientifique prouvant le lien de causalité entre la vaccination contre l’hépatite B et la survenance de la SCLÉROSE EN PLAQUES . Elle avait rejeté le recours de la famille, qui s’était alors pourvue en cassation.

    La Cour de cassation a décidé, quant à elle, d’interroger la Cour de justice de l’Union européenne, pour savoir si le juge pouvait se baser sur des INDICES GRAVES, PRÉCIS ET CONCORDANTS pour établir le DÉFAUT D’UN VACCIN et établir le lien de causalité avec la maladie, EN L’ABSENCE DE PREUVES SCIENTIFIQUES certaines et irréfutables.

    Dans le cas de M. J. W., ces indices graves, précis et concordants sont son EXCELLENT ÉTAT DE SANTÉ antérieur au vaccin, l’absence d’antécédents familiaux, et le fait que la SCLÉROSE EN PLAQUES SE SOIT DÉCLARÉE PEU DE TEMPS APRÈS LA VACCINATION .

    Des indices suffisants pour établir une telle preuve

    La Cour de justice européenne a estimé, dans son arrêt, que l’existence de « la PROXIMITÉ TEMPORELLE entre l’administration d’un vaccin et la survenance d’une maladie, l’ABSENCE D’ANTÉCÉDENTS MÉDICAUX PERSONNELS ET FAMILIAUX de la personne vaccinée ainsi que l’EXISTENCE D’UN NOMBRE SIGNIFICATIF DE CAS RÉPERTORIÉS de survenance de cette maladie à la suite de telles administrations », pouvaient constituer des indices suffisant pour établir une telle preuve.[...]

    • 29 juillet à 19:23 | fdgg (#9942) répond à lysnorine

      bonjour,
      sauf que nous sommes à Madagascar...et il y a bien d’autres urgences...à gerer.. pour le bien du peuple...

    • 29 juillet à 19:57 | Turping (#1235) répond à lysnorine

      Lysnorine,
      Oui, le scandale que vous avez évoqué nous démontre l’existence des lots de vaccination présentant des anomalies,de défaillances et de négligences sûrement,.... Sans pour autant mettre en cause à 100pour cent les effets préventifs, bénéfiques des vaccins depuis l’époque de Pasteur ayant sauvés des millions voire milliards d’individus.
      A mon avis, les laboratoires doivent faire des contrôles stricts car la santé est plus importante que les business lucratifs pour tuer encore beaucoup d’innocents.
      Paradoxalement, il présente beaucoup d’individus qui rejettent même les vaccinations selon leurs systèmes immunitaires comme si les vaccins leur rendent encore malade d’autant plus que les vaccins ne sont pas à la portée de tout le monde, c’est trop cher.
      Conclusion :quelque soit l’option optée, le mieux c’est de connaître les modes de transmission des maladies sus cités. L’adage nous dit :Vaut mieux prévenir que guérir.

    • 31 juillet à 11:54 | FAUVY Bertrand (#9518) répond à lysnorine

      En France, notre nouvelle Ministre de la Santé veux rendre obligatoire 11 vaccins, de quoi rigoler, j’ai 63 ans et je me suis mis à jour de mes vaccinations il y a moins de 3 mois, il y a pénurie de vaccins dans les pharmacies, j’ai dû attendre 2 mois pour obtenir DTPC, et 2 mois de plus pour l’hépatite A et B, et comme je pense venir à Madagascar à la fin septembre, et que c’est conseillé d’être vacciné contre la fièvre jaune et un traitement préventif contre le paludisme, il me faut attendre 2 mois de plus. Ces traitements ne sont disponibles que dans certains hôpitaux. En France, ce n’est plus ce que c’était, vaccins hépatites et fièvre jaune sont payant (pas le DTPC)

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 426