Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 août 2016
Antananarivo | 16h56
 

Société

Les volailles n’ont plus leur place

jeudi 27 décembre 2012 | Andrianjohary Noroelisoa

De 90 000 ariary à 60 000 ariary. Les prix de la volaille, plus précisément, ceux de la dinde et ceux des oies ont baissé lors des festivités de la Nativité et de la nouvelle année qui s’annonce. 90 000 ariary étaient les prix de l’année dernière selon les vendeurs qui sillonnent les rues. Ils affirment vendre la dinde à 60 000 ariary actuellement, puisqu’il y a très peu d’acheteurs cette année, par rapport à l’année dernière.

Les avis divergent concernant les raisons qui pourraient être à l’origine de cette baisse des achats. Mais vient toujours comme principal motif, la crise qui sévit dans le pays actuellement. Que ce soit les acheteurs ou les vendeurs, ils affirment que le pouvoir d’achat de la population n’a cessé de se dégrader depuis l’enclenchement de la crise en 2009. D’autres répondent à cette affirmation en disant que le mot « crise » est mentionné afin de s’en servir comme excuse. La population, en effet, se dit être pauvre depuis le début de cette crise et en profite dans ses activités, surtout à l’occasion des fêtes. Ceci se manifeste surtout par la flambée des prix sur le marché. Ce qui fait que les Malagasy pensent s’enrichir en appauvrissant leurs compatriotes par cette hausse des prix qui ne convient pas au pouvoir d’achat de la majorité.

D’autres consommateurs rencontrés sur les places du marché parlent de la théorie « Des riches qui s’enrichissent et des pauvres qui s’appauvrissent ». Selon eux, ce cas n’est pas encore prêt de disparaître dans la Grande Île. Seulement, les plus riches qui s’enrichissent ne s’offrent pas le moyen de s’acheter une volaille, sachant que l’année 2013 est celle des élections. Ils auront besoin de dépenser leur richesse dans la préparation de la propagande pour les élections.

Le prix des volailles restera le même jusqu’à la fin des festivités, affirment les vendeurs. Ils espèrent que la vente sera un peu plus florissante lors de la célébration de l’année nouvelle. Cela, en raison de la coutume malagasy visant à offrir le « Solom-bodiakoho » aux « Ray aman-dReny ».

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 178