Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 octobre 2017
Antananarivo | 12h32
 

Gouvernance

SEFAFI

Les secrets enterrent le régime Rajaonarimampianina

mercredi 11 octobre | Ny Aina Rahaga

« Épidémie de peste, révision de la constitution, accueil de réfugiés syriens… Autant d’actualités polémiques qui ont soulevé un tollé, suscité l’incompréhension et l’indignation, semé le désarroi voire même la panique au sein de l’opinion et qui, dans certains cas, ont fini par indisposer le pouvoir ! À l’évidence, elles n’auraient pas pris une telle ampleur si l’État avait joué la carte de la transparence et si le droit à l’information des citoyens avait été respecté. ». L’introduction du dernier communiqué du SEFAFI (Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena) n’y va pas avec le dos de la cuillère. Accablant encore plus le régime actuel en ce qui concerne sa culture du secret et les cas flagrants de rétention d’informations qu’elle pratique.

Selon l’Observatoire de la Vie Publique (SEFAFI), cette volonté de retenir les informations de la part des tenants du pouvoir ne fait qu’aggraver la situation et met l’opinion publique dans l’impasse. Notamment face aux évènements de ces dernières semaines et de ces derniers mois. Il s’agit entre autres du projet de révision constitutionnelle et surtout de l’épidémie de peste qui ne cesse de se répandre à travers la Grande ile. « La confirmation officielle de l’existence de la maladie dans la région Atsinanana ne s’est faite que le 12 septembre, alors que le premier décès remonte au 28 août. Le 15 septembre, le ministère de la Santé Publique fait savoir que la situation est maitrisée ; mais une dizaine de jours plus tard, la ville de Tamatave est classée zone rouge » rappelle le SEFAFI concernant la peste. Actuellement, la maladie ne cesse de se répandre alors que l’Exécutif ne réagit qu’à travers des réunions, l’octroi de chiffres et des déclarations stériles. Actuellement, l’on sait que la ville d’Antsirabe vient elle aussi d’être touchée. Comme seul acte concret, on assiste à la traque par la police des lanceurs d’alertes et des internautes qui jonglent entre fausses nouvelles et réalités.

Droit fondamental bafoué

« Ces derniers mois, le culte du secret et la loi du silence ont mis le pouvoir à mal. Il est temps que le pays s’oriente vers une gouvernance ouverte. L’article 10 de la Constitution souligne que « tout individu a droit à l’information ». Cela signifie que les citoyens ont le droit d’être informés sur tout ce qui se passe dans le pays, sur tous les aspects de la vie politique, économique et sociale. Pour qu’ils puissent se faire une opinion. Pour qu’ils puissent comprendre et débattre des grands enjeux de l’heure et de demain. Pour qu’ils puissent contrôler l’action de l’exécutif et du législatif. Pour qu’ils puissent évaluer les mandats des élus. Pour qu’ils puissent être des citoyens à part entière et non… entièrement à part. ». Les Malgaches semblent complètement mis à l’écart de la vie publique actuellement. D’autant que la moindre information relève du « secret des dieux » comme dit l’expression. Outre cela, le droit à l’information fait partie des droits fondamentaux de l’être humain, du citoyen. Et par conséquent agit également sur la réalisation de son devoir. Il y a quelques semaines encore, le président de la République avait voulu rencontrer les journalistes et les gens de la presse. Il s’avère maintenant qu’il s’agissait surtout d’une opération de charme plus qu’un premier pas vers l’ouverture.

23 commentaires

Vos commentaires

  • 11 octobre à 09:12 | Ibalitakely (#9342)

    Averina eto matetika fa ny fitondrana foza mbola TSY MAINTSY MANONTANY/MIERA any @ mpibaiko azy izay vao hafaka miasa [raha misy koa izany] kanefa matetika ilay baiko ela vao tonga.

    • 11 octobre à 15:58 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      -  Raha ny toeram-pitantanana ambony rehetra toy ny ministera rehetra, ny anterimiera roa & izay voasoratra rehetra ho andrim-panjakana araka ny làlam-panorena dia manao toy ny ankamaroan’ny trano fiangonana eto Madagasikara, ohatra ny ao @ FJKM Ambomanoa Alasora Betesda izay misy tabilao mazava mamitina ny toe-bolan’ny fiangonana, izay azo vakin’ny tsirairay isaky ny alahady ohatra [fanamarihana isan-kerinandro]. Hita ao avokoa ny : totalim-bola farany ; ny vola nivoaka farany rehetra ; ny vola voahangona na t@ rakitra na izay vola niditra rehetra [raki-pisaorana sns]. Dia mazava ho azy fa misoratra eo koa ny toe-bola @ io andro nandroatana ilay tabilao. Rehefa misy ny mangarahara & hitan’ ny olona ny vola nivoaka-niditra-vokatra vaovao dia mazoto ny olona →→→→ tsy dia nihisatra ny HEZAKA FANITARANA ohatra na fanatsara ny pilopitra & dabilio sns.
      -  Ka mba rahoviana no hisy ministra sahy haka fanapahan-kevitra hanatanteraka ny toy izany hono ??

    • 11 octobre à 16:05 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      Raha ny marina mantsy tsy tokony hisy mangataka izany rehetra izany fa ny andrim-panjakana rehetra & ministera rehetra dia tsara manana ny karazan’io tabilao [manarak’andro na mis à jour] io izay azon’ny rehetra jerena rehefa misokatra ny trano fiasany, toy ireny peta-drindrina momba ny filazana fanadinana ho fandraisana mpiasam-panjakana ireny sns.

  • 11 octobre à 09:55 | rakoto-neutre (#8588)

    Ka aleo aloha afenina ny tranga toy ireny fa manaratsy ny fitondrana, dia efa mihanaka eran’ny tanana vao ambara fa maloto sy voretra ny gasy fa izy mpitondra madio ivelany.

  • 11 octobre à 10:09 | Isandra (#7070)

    Comme le Président a bafoué l’article 10 sans parler les autres articles, les conditions sont réunies pour que SEFAFI demande le dépôt de la motion d’empêchement à l’assemblée nationale,...

    Il suffit promettre une Hummer pour chaque députés, deux canons d’avertissement pour HCC,...tout passera comme lettre à la poste,...

    • 11 octobre à 10:34 | atavisme premium (#9437) répond à Isandra

      Isandra,
      « une Hummer pour chaque députés, »
      La c’est l’artillerie lourde c’est comme « deux canons d’avertissement » c’est quoi ?
      Vous etes encore plus radical que moi !
      Et cette histoire de trafics d’êtres humains dont les américains ont accusé Christine R ,qu’en pensez vous ?

    • 11 octobre à 10:44 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Atavisme,...

      « Et cette histoire de trafics d’êtres humains dont les américains ont accusé Christine R ,qu’en pensez vous ? »

      Etes vous sûr que ce rapport est neutre, il n’y avait pas de dessous politique...? Vous savez l’adage quand on veut tuer le chien ont dit qu’il a la rage ou la peste...

      - Qui était le poulain des Américains...?
      - Qui ont décidé de sanctionner la transition...?

    • 11 octobre à 10:47 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Selon vous, les Américains ont dit toute la vérité à propos de l’Irak...?

    • 11 octobre à 12:05 | AzaMbaDonJona (#9745) répond à Isandra

      Ka nataon’ny fatikarana sy fatikiringa mannequin’ny French Coup dia nanambana basy Masoivoho Amerikana. Izany rehefa lozana mampandihy vody t@ ora tokony nianarana (ary olona afaka nianatra !)

    • 11 octobre à 12:34 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Ory Donjona,...

      « Izany rehefa lozana mampandihy vody t@ ora tokony nianarana (ary olona afaka nianatra !) »

      Marihina fa i Andry dia, mpampandihy(DJ) nikoizana, fa tsy mampandihy, ary an’isany tena nalaza teto amin’ny firenena, angamba raha nanohy io asa io izy, dia mety ho fantan-daza tahakan-dry Guetta sy Sinclar(tsy misy asa ratsy io,..), saingy naleo moa niova asa, nanangana orin’asa, mba ahafany manome asa bebekokoa ny mpiarambelona aminy, ary tena nahomby izany. Nahazo loka maro izy noho izany, efa voafidy olon’ny taona mihitsy aza(l’homme de l’année,...quel exploit !).

      Fianarana mihoatra nohon’ny any an-dakilasy izany satria tonga dia fampiharana, na olona manana diplaoma ambony amin’ny fitantanana azy mety tsy hahomby hoatr’azy,...tsy ny olona rehetra akory(ry Lezefa, Lembola, Lekoto, sns) afaka hitantana orin’asa fanaovana printy sy doka-barotra izany,...mila fahaizana manokana izany,...Eo amin’ny fiainana rahateo misy ny atao hoe fianarana samirery, autodidacte,...mety mahay nohon’ny ingénieur ianao amin’izany, maro ny olona malaza nahavita zavatra ngeza noho io,...

      Tsy nijanona hatreo fa nahita ny tsy rariny mihantra amin’ny fiaraha-monina, dia mbola nirotsaka indray hamaha izany, ka niditra nanao politika, tsy ny olona rehetra koa no afaka handresy lahatran’Antananarivo izay manana olona mahay be indrindra raha eto Madagasikara, kanefa dia nahazo vato mihoatran’ny 60% izy teto ka lany benin-tanana. Na olona nanao science-po aza mety tsy hahavita izany, kanefa dia vitan’ity lazainareo tsy nianatra ity,...

      Mbola maro ny manaporofo, fa na dia tsy be dilpoma hoatran’ny sasany aza i Andry, dia ampy fahalalana ahafahana manao zavatra hatramin’ny mitondra firenena, fa aleo hajanona eo ny anio, satria mbola hanana fotoana isika hanaovana izany mandrampaha 2018.

    • 11 octobre à 12:47 | AzaMbaDonJona (#9745) répond à Isandra

      Mahay mannequin marina an ! Misy traces manaraka eny foana ny tsy nianarana na i Makiavalo na i DonJona. Ny an’i Valo tsy fidiny fa ny an’i DonJona hafa mihitsy

    • 11 octobre à 13:14 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Ory Donjona,...

      Mba avoay izay mahay tapi-pahaizana nareo avy any, raha sahy mirotsaka mba hiarahana mijery,...

      Aleo kely diploma sahy mandray andraikitra, toy izay be diploma mipiripirina any an-trano any fotsiny,...

    • 11 octobre à 15:24 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Ory Donjona,...

      Malaza tsy inanana hoatran’ny be diplaoma gasy,...

      Aiza daholo nareo hanavotra an’ity firenena ity, ampiasao ny fahaizana sy ny faharanitan-tsainareo hanosehana ireto tsy nianatra mibodo toerana ireto,...

      Rehefa tsy hihetsika, dia milevena velona any fa aza mimenomenona ny zavatra mitranga intsony,...ataovy tsara karakara ny confort-nareo,...

    • 11 octobre à 16:19 | AzaMbaDonJona (#9745) répond à Isandra

      Tsisy mibodo toerana izany na i Ra8 na i DonJona : samy manana olona hifidy azy ireo fa mazava ho azy fa ilay background tsy nianatra hita eny foana. Hafa mihitsy ireo raha nianatra kely fotsiny fa misy tsy vitan’ny mokondoha sy blabla na hanao fanatisme eo aza nareo maimbo foza ireo. Ny HVM no hibodo toerana zao. Mazava sa haverina indray

  • 11 octobre à 11:35 | kartell (#8302)

    Le régime serait-il en train de boire le calice jusqu’à la lie de ses contradictions et autres contre-vérités, assainies par un président visiblement de plus en plus hors-sol ?…..
    Il faut dire que cette épidémie de peste a pris au dépourvu le pouvoir qui comptait tout miser sur sa réforme constitutionnelle, sa lutte « renforcée » contre l’insurrection des dalaho, plus, un ou deux autres saupoudrages (affaire Air Mad, « amitiés-business » chinoise renforcée) pour aller, fier comme coq gaulois, au prochain combat électoral dont l’issue pour sa majesté, ne fait aucun doute !….
    Mais, le bébé se présente mal avec cet imprévu pesteux qui comme un grain de sable dans un château de sable, le fait s’écrouler progressivement en dévoilant, le terrible bilan publique, mais pire encore, celui des coulisses d’un pouvoir, dégoulinant de cambouis !….
    Pris à partie par une vindicte médiatique virulente, notre « saigneur » aura bien du mal à se donner une dernière légitimité sans avoir recours à un durcissement sévère de la censure et à des méthodes qui n’ont rien de démocratiques !…
    Le pire est visiblement pour demain parce sa crédibilité perdue de chef de l’état lui imposera ce choix unique à l’image d’un potentat africain qui n’acceptera pas l’échec, ni la défaite face à un électorat lassé de s’apercevoir, un peu tard, que seule, la poudre de perlimpimpin présidentielle était son unique programme de gouvernance !….

  • 11 octobre à 13:00 | FINENGO (#7901)

    Isandra...
    Surtout ne compare pas ton DJ de TGV à GUETTA ni à SINCLAR qui Gagnent leur vie honnêtement, qui ne sont ni réfugié Politique comme ton DJ.
    GUETTA et SINCLAR n’ont Jamais volé l’ Etat. Par contre ils renflouent la caisse de l’ Etat en Payant leurs Impôts.
    Ne compares pas l’incomparable.
    Patriote de mon Q.

  • 11 octobre à 15:16 | negusti (#1339)

    C’est le meilleur choix du DJ Radomelina pour le pays, plus rien ne s’étonne si tout va mal.

    Avec un homme qui n’a pas obtenu son Bac et qui est convaincu d’être Einstein et être le général de Gaulle, tout comme toute son équipe d’experts en communication sur MT,des savants illuminés :) .

    Toute sa clique payée par les trafics de bois de rose,détournements, magouilles etc... sur le dos des peuples parmi les plus pauvres du monde.

    Certains vont se reconnaître dans ce commentaire, tellement impulsifs à répondre mais rien dans la tête :) tout comme leur gourou écervelé qui a entraîné le pays dans une misère profonde et durable.

  • 12 octobre à 08:16 | lysnorine (#9752)

    Nahoana no mihanaka ankehitriny ny pesta (Faritra Atsinanana-Antananarivo-Antsirabe) ?

    « Épidémie de peste » .. “l’épidémie de peste NE CESSE DE SE RÉPANDRE à travers la Grande ile”...
    « La confirmation officielle de l’existence de la maladie dans la région ATSINANANA ne s’est faite que le 12 septembre, alors que le premier décès remonte au 28 août..la ville de TAMATAVE est classée zone rouge » rappelle le SEFAFI concernant la peste.. “la ville d’ANTSIRABE vient elle aussi d’être touchée ” .

    Misy lahatsoratra iray niseho tao amin’ny « L’ Aurore Malgache » tamin’ny... 1933 ahitana TANTARAN’ ny fiadiana tamin’ ny pesta teto Madagasikara sy ny nampihanaka azy, ka mety afaka hanampy ihany amin’ny fikaroahana valiny amin’ny fanontaniana etsy amin’ny lohateny.

    AUTOUR DE LA PESTE MALGACHE

    Il y a quelque temps de cela, j’ai lu, dans la « Revue coloniale de médecine et de chirurgie », un intéressant article d’actualité intitulé : « Considérations cliniques et épidémiologiques sur la peste des Hauts-Plateaux de Madagascar ».

    L’auteur de cet article scientifique n’est autre que M. le Dr Girard, le distingué directeur de l’Institut Pasteur de Tananarive.

    Notons que parmi les hautes personnalités médicales chargées de la direction et du contrôle de la lutte contre la peste à Madagascar, M. le Dr Girard est le seul qui a eu la chance d’être maintenu à son poste actuel depuis douze ans, c’est-à-dire depuis le début de la peste en 1921, sur les Hauts-Plateaux.

    On peut donc en conclure qu’en ce qui concerne l’épidémiologie de la peste à Madagascar, ses travaux doivent faire autorité.

    C’est pourquoi, je me suis permis de citer ici son opinion sur la cause de la permanence de l’ENDÉMIE pesteuse en IMERINA . Voici ce qu’il a écrit :

    « C’est également aux CARACTÉRISTIQUES DU CLIMAT de l’Émyrne que nous attribuons la PERMANENCE DE L’ENDÉMIE. Il est de notion classique qu’au-dessus de 30°, LA PESTE S’ARRÊTE SOUVENT D’ELLE-MÊME. À Majunga, Diégo, à Tamatave, c’est une constatation faite au cours des diverses épidémies qui se sont éteintes au début de la saison chaude. Or, sur les Hauts-Plateaux, le thermomètre n’atteint pas 30° (Revue coloniale de médecine et de chirurgie du 15 octobre 1932, page 300).

    Il faut tout de suite remarquer que le Directeur de l’Institut Pasteur de Tananarive ne fait en cela que confirmer la thèse que je n’ai cessé de soutenir dans le « Réveil Malgache » et « L’ Aurore Malgache », à savoir que si la peste sévit depuis douze ans sur les Hauts-Plateaux, c’est que les mesures sanitaires prises jusqu’à ce jour ont été mal comprises ou insuffisantes.

    Je m’explique :

    La Direction du service de santé a pris exactement les mêmes mesures sanitaires pour combattre la peste sur les Hauts-Plateaux et à Tamatave.

    Or, la maladie N° 9 N’EST PAS ENDÉMIQUE À TAMATAVE, mais se contente d’y faire seulement une apparition, de temps à autre, à cause de la communication permanente entre cette ville et le foyer endémique de l’Imerina, grâce à la voie ferrée, le T.C.E. qui les relie.

    D’un autre côté, si la peste se manifeste ainsi à l’état sporadique, à la Côte-Est et semble devoir être rapidement et facilement enrayée, ce n’est pas par suite des mesures prises par l’autorité sanitaire, mais c’est parce que cette maladie DISPARAÎT D’ELLE-MÊME DU FAIT DE LA TEMPÉRATURE qui s’y maintient continuellement aux environs de 30°.

    Pour édifier davantage mes lecteurs, qu’il me soit permis de démontrer, ici, succinctement pourquoi les principales mesures sanitaires prises contre la peste à Madagascar ont été jusqu’à ce jour inopérantes.

    Parlons, tout d’abord, des VACCINATIONS ANTIPESTEUSES.

    On sait que, dès l’apparition de la peste sur les Hauts-Plateaux, on a pratiqué des vaccinations en masse des habitants des régions contaminées, mais que, jusqu’ici, AUCUN RÉSULTAT APPRÉCIABLE n’a été enregistré.

    AU CONTRAIRE , il semble que les grandes campagnes de vaccinations antipesteuses ont, presque toujours, été suivies d’une RECRUDESCENCE DE L’ÉPIDÉMIE.

    D’autre part, il est à remarquer que l’immunisation obtenue avec les vaccinations antipesteuses n’est pas toujours certaine.

    Bien mieux, les VACCINATIONS , pratiquées au cours des épidémies de peste sont même DANGEREUSES, car, si on vaccine, une personne déjà en période d’incubation de peste, on risque de la sensibiliser vis-à-vis de cette maladie, au lieu de l’en préserver. Ce fait n’a d’ailleurs pas échappé aux fins observateurs que sont les indigènes qui sont arrivés à croire qu’on leur inocule la peste au moyen des vaccinations. Au fond, n’y a-t il pas un fond de vérité dans ce qu’ils croient ?

    Pour qu’une vaccination, faite au cours d’une épidémie ou d’endémie pesteuse, puisse être inoffensive et avoir la chance de donner quelque résultat, il faudrait la faire précéder d’une injection de sérum antipesteux, parce que l’on sait que le vaccin antipesteux ne peut donner l’immunisation à l’individu inoculé qu’au bout de plusieurs, tandis que le sérum antipesteux confère l’immunité immédiate.

    Mais l’on doit reconnaître que, jusqu’à ce jour, les vaccinations antipesteuses ont été pratiquées à tort et à travers, avec l’unique souci du nombre et que les précautions élémentaires que je viens de signaler ont complètement perdues de vue.

    C’est ce qui explique, en partie, pourquoi les grandes campagnes de vaccinations n’ont pas donné le résultat qu’on attendait d’elles, et la raison pour laquelle la PESTE , au lieu de disparaître, EST DEVENUE ENDÉMIQUE SUR LES HAUTS-PLATEAUX de Madagascar.
    [Hotohizana]

    • 12 octobre à 08:36 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      « Autour de la peste malgache » Nahoana no nihanaka ny pesta ?

      (Tohiny 1)

      Une autre constatation.

      On sait qu’on laisse sortir d’une localité contaminée toutes les personnes vaccinées, alors même que leur vaccination ne date que d’un seul jour. Or, ainsi que je l’ai déjà expliqué, la VACCINATION ANTIPESTEUSE ne confère l’immunité que PLUSIEURS JOURS APRÈS L’ INOCULATION et, souvent même, il est nécessaire de pratiquer deux vaccinations successives pour obtenir l’effet désiré.

      On voit par là qu’une personne, nouvellement vaccinée, provenant d’une région contaminée, peut bien transmettre la peste ailleurs. Et vraiment, il est fort regrettable que le service de santé n’ait jamais songé à cette épouvantable éventualité dont les conséquences peuvent revêtir les caractères d’une catastrophe.

      Ainsi, supposons, par exemple, qu’un individu, qui vient de recevoir le vaccin contre la peste, demeure encore quelques jours dans la région contaminée. Pendant un certain temps, il peut très bien contracter la peste comme les non vaccinés et même plus facilement que ces derniers, car, croyant être immunisé, il est appelé à commettre des imprudences, en s’exposant à la contagion. Mais si cet individu contracte la peste, il peut facilement franchir le cordon sanitaire, puisqu’il est titulaire d’une carte de vaccination, seule formalité exigée pour obtenir un passeport sanitaire.

      Qui sait, si ce n’est pas de cette façon que la peste s’est propagée bien souvent sur les Hauts-Plateaux.

      L’ ISOLEMENT des personnes ayant été en contact avec les pestiférés ainsi que la DÉSINFECTION MÉTHODIQUE DES LIEUX CONTAMINÉS, voilà le second moyen employé pour combattre la peste.

      J’ai déjà signalé, à maintes reprises, l’inexistence ou la défectuosité des lazarets ; je n’y reviendrai pas.

      J’ajoute que, si des LAZARETS plus ou moins appropriés existent dans certaines localités, la désinfection n’y est pas toujours effectuée d’une façon rigoureuse.

      Il va sans dire que la DÉSINFECTION des autres lieux contaminés est fort DÉFECTUEUSE, voire même inexistante.

      Il est à signaler, en outre, qu’au début de l’épidémie de peste à Tananarive, on brûlait des maisons parfaitement désinfectables, tandis qu’aujourd’hui, pour ne pas payer de justes indemnités aux propriétaires, on se contente de désinfecter, tant bien que mal, plutôt mal que bien, des cases ou des TAUDIS CONTAMINÉS qui ne sont nullement susceptibles d’être désinfectés.

      Résultats désastreux dans l’un et l’autre cas.

      J’attire tout particulièrement l’attention de mes lecteurs sur une grave conséquence de l’insuffisance de la désinfection des lazarets.

      On sait qu’il est universellement admis que la durée de l’incubation de la peste ne dépasse pas 5 à 6 jours. Or, par suite de certaines constatations de cas de peste se produisant aux lazarets, après le délai régulier de 5 à 6 jours, certains médecins ont conclu à l’existence d’une forme de peste à évolution prolongée. A notre avis, il n’en est rien :

      En effet, jusqu’ici, ON N’A JAMAIS CONTRÔLÉ SCIENTIFIQUEMENT l’ÉTAT DE PERFECTION DE LA DÉSINFECTATION des locaux contaminés aux lazarets. D’ailleurs, ce ne sont généralement pas des médecins qui dirigent les opérations de désinfection des lazarets, mais des INSPECTEURS DE POLICE ou des agents de la garde indigène, c’est à dire LES MOINS ÉDUQUÉS et LES MOINS INSTRUITS de tous les fonctionnaires européens de l’Île.

      J’en conclue que tout cas de peste constaté aux lazarets après le délai réglementaire de 5 à 6 jours doit être considéré, jusqu’à preuve du contraire, comme une PESTE CONTRACTÉE dans les LAZARETS INSUFFISAMMENT DÉSINFECTÉS .

      Ce fait n’a pas non plus échappé aux indigènes qui sont convaincus qu’il existe dans les lazarets des locaux meurtriers où tous ceux qui y sont isolés sont condamnés à mort. C’est au point qu’ils se demandent si l’administration française n’a pas fait aménager exprès ces locaux meurtriers pour y EXTERMINER lentement mais sûrement la RACE MALGACHE PAR LA PESTE .

      Je dois dire ici qu’en ce qui concerne la question des lazarets et la désinfection des lieux contaminés, ce n’est pas à l’adresse du service de santé que doivent aller les récriminations justifiées, mais à l’adresse du gouvernement général de la colonie.

      En effet, quelle que soit la bonne volonté de la direction de l’A.M.I., elle se heurte à l’absence de CRÉDITS. Or, jusqu’ici, les crédits accordés pour combattre la peste ont toujours été d’une insuffisance notoire. En haut lieu, on aime bien mieux construire des pergolas, des tunnels, des jardins, des somptueux bâtiments administratifs, des chemins de fer inutiles à CINQ MILLIONS [majuscule dans l’article] de francs le kilomètre. Quant à la lutte contre la peste qui menace d’extinction la race malgache, elle semble être le cadet des soucis de nos gouvernants.

      II faut remarquer, d’ailleurs, que, si dans l’emprunt de 730 millions, une somme de trente millions a été réservée pour renforcer l’œuvre de l’A.M.I., CE N’EST PAS LE GOUVERNEMENT GÉNÉRAL de Madagascar qui l’a inséré dans le projet primitif de l’emprunt, MAIS LE PARLEMENT FRANÇAIS, lequel par ce geste, au cours du vote de la loi autorisant l’emprunt, a rappelé d’une cinglante façon sa CARENCE EN MATIÈRE D’HYGIÈNE PUBLIQUE à l’administration, de Madagascar, dont le premier devoir était la protection et la conservation de la race indigène, confiée à sa « tutelle ».
      (Hotohizana)

    • 12 octobre à 08:45 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      « Autour de la peste malgache »- Nahoana no tsy nahomby ny “cordon sanitaire” na ny fehi-areti-mifindra ka nihanaka ny pesta.
      (Tohiny 2)

      J’en arrive maintenant au CORDON SANITAIRE. Il faut remarquer tout de suite qu’il n’y en a jamais eu proprement dit, sauf peut-être au début de l’épidémie de 1921.

      Dans la brousse, ce sont les membres des « fokonolona » (collectivités indigènes) eux-mêmes qui sont chargés d’établir le cordon sanitaire autour d’un village contaminé !

      Et, comme la plupart des paysans indigènes ne croient pas à l’existence de la peste, on comprend très facilement qu’il y ait de nombreuses FUITES à travers le cordon sanitaire dont les paysans font la police. D’où formations de NOUVEAUX FOYERS DE PESTE ailleurs et, partant, extension de l’épidémie. Souvent aussi, les indigènes isolés dans leurs villages, meurent de faim et non de la peste, car l’administration ne s’occupe jamais de les ravitailler.

      N’est-ce pas là, de la part des pouvoirs publics, de l’incurie la plus intolérable, sinon la plus criminelle ?

      Lorsqu’une importante AGGLOMÉRATION URBAINE est déclarée CONTAMINÉE de peste, ON N’Y ÉTABLIT JAMAIS DE CORDON SANITAIRE afin de ne pas heurter les intérêts matériels des européens et des assimilés qui y demeurent. On se contente tout simplement d’interdire aux indigènes non naturalisés citoyens français d’en sortir en chemin de fer ou en auto, sans être muni de passeports sanitaires.

      Mais bien entendu, tout indigène non naturalisé, habitant une ville contaminée, pourra en sortir sans l’accomplissement d’aucune formalité, s’il emprunte toute autre voie que le chemin de fer et les routes carrossables.

      En somme, le cordon sanitaire, à Madagascar, est fait uniquement pour les indigènes non citoyens français. Tandis que les citoyens français, blancs, noirs ou jaunes sont sensés réfractaires à la peste...N’est-ce pas tout simplement inouï, pour ne pas dire criminel ?...

      Il est évident que l’auteur de cette mesure sanitaire absurde, au lieu d’appliquer les principes de la technique, s’est inspiré des « considérations d’ordre politique et social » , qui échappent aux médecins, a dit M. Léon Cayla, dans sa fameuse circulaire N° 3439 du 9 décembre 1932, adressée au Directeur du Service de santé et (de) l’A.M.I.

      Il est à peine besoin de souligner que cette immixtion de la politique dans une question purement technique est une des principales causes de l’échec enregistré dans la lutte contre la peste.
      (Hofaranana)

    • 12 octobre à 08:57 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      « Autour de la peste malgache »- Nahoana no tsy nahomby loatra ny dépistage ny pesta na ny ny fizahana na fikarohana ny aretina tamin’izany fotoana izany.
      (Tohiny 3 sady farany)

      En ce qui concerne le DÉPISTAGE de la peste, je dois dire qu’il est et reste le seul moyen efficace et pratique dans la lutte contre l’endémie pesteuse à Madagascar.

      J’ai déjà démontré, à maintes reprises, que le fait de conférer aux laboratoires ou aux bureaux d’hygiène le MONOPOLE de diagnostiquer la peste, présente de nombreux inconvénients et peut être la source de graves dangers.

      Je n’y reviendrai pas.

      J’ajouterai que si le dépistage de la peste n’a pas donné le résultat attendu, c’est que, jusqu’ici, ce dépistage n’a JAMAIS ÉTÉ PRATIQUÉ D’UNE FAÇON MÉTHODIQUE ET SÉRIEUSE, par suite du manque d’organisation dans la lutte contre la peste.

      En effet, le dépistage de la peste, pour avoir quelque résultat sérieux, doit être effectué IMMÉDIATEMENT APRÈS LA MORT DES MALADES SUSPECTS.

      Or, il n’en est absolument rien.

      Tout d’abord, les médecins traitants ne sont même pas autorisés à prélever des frottis sur les cadavres des malades qu’ils ont soignés, car la direction de l’A.M.I. n’a pas confiance en eux.

      Ce sont les médecins de l’A.M.I. qui en sont chargés, mais on sait parfaitement que ces derniers ne viennent jamais prélever des frottis sur les cadavres que plusieurs heures, et même plusieurs jours après le décès des malades suspects.

      Ensuite, ces médecins dépisteurs, à leur tour, ne sont pas autorisés à examiner sur place les frottis qu’ils prélèvent. Ils doivent les envoyer pour examen aux laboratoires de l’Institut Pasteur ou des bureaux d’hygiène qui se trouvent parfois à plus de 50 kilomètres des lieux contaminés.

      Si le diagnostic de peste est établi, c’est à ce moment-là seulement que le bureau d’hygiène, s’il en existe un, s’occupe de la désinfection des lieux contaminés ainsi que de l’isolement des suspects.

      MAIS C’EST TROP TARD (majuscule dans le texte) !

      Car, on comprend très bien que pendant tout ce temps, le mal a déjà pu étendre ses ravages d’une façon irréparable.

      Au lieu d’éparpiller ainsi les moyens d’action dans le dépistage de la peste, il serait plus logique de les concentrer entre les mains d’un seul médecin, le médecin traitant, qui agira sur le champ, afin de ne pas perdre un temps précieux et laisser le mal se propager.

      Pour terminer, qu’il me soit permis de reproduire ici les quelques lignes suivantes que j’ai écrites, il y a quatre ans, dans « L’Opinion » No 45, du 27 mai 1929, et qui restent toujours d’actualité :

      « ...Lorsque le DÉPISTAGE de la peste CESSERA D’ÊTRE LE MONOPOLE DE L’INSTITUT PASTEUR ET DES BUREAUX D’HYGIÈNE ; lorsqu’il ne constituera plus un instrument de chantage ou d’escroquerie ; lorsque les lazarets ne seront plus des lieux de torture ou d’oppression pour les indigènes ; lorsque l’isolement des malades et la désinfection des lieux ou des cadavres contaminés seront exécutés humainement, dans le sincère désir de juguler le mal, lorsque les cordons ou autres mesures sanitaires vexatoires cesseront d’être une plaisanterie applicable seulement aux indigènes non citoyens français ; lorsque les règlements sanitaires locaux ne seront plus dictés par une politique indigénophobe, mais par les résolutions votées par les conférences sanitaires internationales ; lorsque la direction du service de santé aura une pleine confiance dans le corps médical indigène et qu’elle luttera effectivement contre la peste (et non pas contre les médecins indigènes qui sont les principaux artisans de l’œuvre de l’A.M.I., nous pourrons dire alors que la peste malgache ne sera pas loin d’être enrayée complètement.

      Mais d’ici là, que de chemin à parcourir ! »

      RAVOAHANGY [-Andrianavalona]
      ancien médecin de L’A.M.I.

      N.D.L.R.—Cette étude vigoureuse sur la peste, de notre camarade le docteur RAVOAHANGY, ancien médecin de l’A.M.I.,aujourd’hui médecin libre (!) enchaîné par la lettre de Cachet de Léon Cayla, devrait ouvrir les yeux aux pouvoirs publics français ; mais ils sont absolument incapables de faire œuvre humanitaire.

      Allons ! votre carence est complètement démontrée, passez donc la main aux patriotes malgaches, qui sauront à votre place sauver leur race dans un MADAGASCAR INDÉPENDANT ! (majuscule dans le texte)

      « L’Aurore Malgache », Quatrième Année, n°150-Vendredi 29 Septembre 1933

    • 12 octobre à 09:53 | vatomena (#8391) répond à lysnorine

      « La peste qui menace d’extinction la race malgache »— Pour 2017 ,une des premières victimes fut un Seychellois -Ce qui explique l’arret des vols air seychelles en direction de madagascar

  • 12 octobre à 09:37 | vatomena (#8391)

    Aujourd’hui ,La parole et l’action contre la peste endémique sont donc désormais dans la main des patriotes malgaches .Le voeu de Ravohangy est exaucé.Ne doutons plus .La peste d’aujourd’hui sera traitée humainement et efficacement .Il y avait du visionnaire chez ce médecin de l’AMI : Ravohangy Andrianavalona .

    Oublions Gérard et Robic,ces médecins de la Coloniale,qui avaient mis à jour une médication contre la peste malgache .

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 528