Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 3 décembre 2016
Antananarivo | 17h49
 

Société

Vaccin anti-polio

Les responsables sanitaires ont du mal à convaincre

mardi 15 mars | Mirana Rabakoniaina

La 7ème campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite a débuté hier 14 mars 2016 à Sakaraha jusqu’à vendredi prochain. Les responsables sanitaires envisagent de faire vacciner 4 300 000 enfants de 0 à 59 mois d’ici la fin de cette semaine. Reste à savoir s’ils vont pouvoir atteindre cet objectif vu la réticence des parents.

Car malgré les explications des responsables sanitaires dont le ministre de la Santé entouré des représentants de l’OMS à Madagascar, certains parents ne sont pas convaincus de l’utilité de ce vaccin. Pas son utilité en soi mais le fait que la plupart de ces enfants, notamment ceux plus de 9 mois ont déjà été vacciné contre la DTCOQ POLIO. Ils ne comprennent pas pourquoi il faut refaire le vaccin anti-polio et pourquoi pas les autres et surtout si la surdose de vaccination ne va pas engendrer d’autre maladie.

Pourtant les campagnes de vaccination nationales menées depuis de nombreuses années ont porté leurs fruits. Les parents sont conscients de la nécessité des vaccinations. Mais cette fois-ci la re-vaccination anti-polio a du mal à passer

La réticence des nombreux parents est telle que les écoles catholiques refuseront de faire vacciner leurs élèves. Les responsables de ces écoles notent que la vaccination est la responsabilité des parents et non celle des écoles. Cette décision est surtout prise pour éviter d’endosser la responsabilité en cas d’accident durant cette campagne. D’ailleurs, toutes les écoles demandent l’aval des parents avant de faire vacciner ou non les élèves.

22 commentaires

Vos commentaires

  • 15 mars à 09:00 | Noue (#2427)

    « . Ils ne comprennent pas pourquoi il faut refaire le vaccin anti-polio et pourquoi pas les autres et surtout si la surdose de vaccination ne va pas engendrer d’autre maladie. »

    Ils n’ont pas de carnet de vaccination ?

    Loza koa anié fa na ny RAD na ny mpanao vakisiny dia tsy mba voasoratra any ho ay ve hoe efa vita vakisiny i ranona sy ranona e ?? Tsy azoko

    • 15 mars à 12:18 | Stomato (#3476) répond à Noue

      Je pense que la question n’est pas « Ils n’ont pas de carnet de vaccination ? »

      Elle est plutôt : Ont ils un état-civil ces enfants à vacciner ?
      Sans état-civil un carnet de vaccination est sans intérêt... si ce n’est d’éviter une piqure à un cousin !

    • 15 mars à 15:12 | SNUTILE (#1543) répond à Noue

      Carnet de vaccination, fiche d’état civil, paperasserie de toutes sortes etc. même aujourd’hui le monde moderne ne maitrise pas leur utilisation et l’organisation que ça exige. Madagascar de même c’est moins.

      C’est là que les intellectuels malagasy sont sollicités, par leur savoir scientifique mais aussi leurs actions sociales humanitaires, gage de leur salaire et utilité.
      - Le médecin détient le calendrier.
      - Le peuple rural apprend, est sensé être au rendez-vous fixé prévenu à l’avance :1ère, 2ème, 3ème etc. vaccination. Tout en s’accommodant à l’utilisation de la paperasserie qui est difficile à conserver avec les intempéries et pauvretés matérielles, et d’organisation.

      De même il suffit de leur présenter des cas effectifs de personnes atteintes de la maladie pour les convaincre enfin. Les prêcheurs des églises savent bien convaincre les récalcitrants mais pour les flouer.

  • 15 mars à 10:33 | betoko (#413)

    Il suffit de dire aux parents qu’il y a de ce qu’on appelle ’ RAPPEL " Que se soit des vaccins contre la tétanos , BCG , rage , etc , il est nécessaire de faire des rappels
    Si j’étais médecin , je dirai à ces parents qui sont contre qu’ils prennent leur responsabilité , si leurs enfants ont attrapé une maladie quelconque et qu’ils ne veulent pas qu’on les vaccine , qu’ils ne viennent pas se plaindre . Parait que Madagascar est un des rares pays où sévisse encore la poliomyélite .
    Je me souviens que dans les années 60 un laboratoire Belge avait fait des essai de vaccins avec la population Zaïroise , ce fut un scandale mondial , mais cela n’a rien à voir avec la polyo

    • 15 mars à 12:27 | Stomato (#3476) répond à betoko

      Il n’existe pas de vaccin humain contre la rage grâce au vaccin vétérinaire. Mais heureusement pour l’homme, un sérum est très efficace.
      Il existe en ce moment une cabale contre le principe de la vaccination.
      Des gens (biens informés) affirment qu’elle est inutile et bien souvent dangereuse.
      Sans vouloir entre dans la polémique il fait remarquer que certaines maladies ont quasiment disparue.
      Exemple : La tuberculose (grâce au BCG) dans les pays ayant une infrastructure médicale bien établie...
      La variole aussi dans le même type de pays.
      Les vaccins ont permis de maîtriser à des degrés divers sept graves maladies humaines — la variole, la diphtérie, le tétanos, la fièvre jaune, la coqueluche, la poliomyélite et la rougeole.

      Plus de détails sur : http://www.unicef.org/french/pon96/hevaccin.htm

    • 15 mars à 12:59 | DIPLOMAT (#846) répond à betoko

      Un vaccin de rappel contre la rage...« qu’il suffit de dire aux parents » ....

      Vous en faites UN BON vous candidat pour un « rappel »de vaccin contre la RAGE . A moins que vous soyez un chat , un chien...ou une chauve souris !

      Betoko, avant d’écrire n’importe quoi, et de passer un fois de PLUS pour un arriéré inculte, apprenez que justement Pasteur avait adopté le terme de vaccination pour son procédé de traitement
      après exposition contre la pathologie (la rage).
      En effet, le traitement antirabique aprèsexposition met à profit la durée de l’incubation de la maladie, généralement longue, pour immuniser le patient contre le virus qui lui a été inoculé. Le
      traitement antirabique après exposition correspond à une « course de vitesse »
      entre le virus et le système immunitaire du patient contaminé. C’est dans cette
      optique que la sérothérapie est associée au traitement vaccinal dans les contaminations
      sévères.

      Pour ces raisons, il n’existe donc pas pour l’humain , de vaccin préventif contre la rage....et encore moins de rappel !

    • 15 mars à 14:44 | betoko (#413) répond à DIPLOMAT

      Dans ma fille un petit garçon de 6 ans s’est fait mordre par un chien c’était dans les années 60 , il s’avère que ce chien etait enragé , d’après toi qu’est ce qu’on a fait en l’amenant à l’institut pasteur et y revenir deux fois en six mois d’intervalle , lui donner le biberon peut être
      Si les parents trouvent que c’est dangereux de se faire vacciner , c’est aussi dangereux pour les femmes de mettre des enfants au monde car elles risquent de mourir le jour où elles accouchent surtout à Madagascar d’après les statistiques du ministère de la santé. Madagascar est un des rares pays au monde où le nombre des mères qui accouchent meurent juste après l’accouchement et on trouve aussi des bébés qui meurent juste après leur naissance

    • 15 mars à 14:46 | betoko (#413) répond à DIPLOMAT

      Dans ma famille , un petit garçon de 6 ans s’est fait mordre par un chien c’était dans les années 60 , il s’avère que ce chien etait enragé , d’après toi qu’est ce qu’on a fait en l’amenant à l’institut pasteur et y revenir deux fois en six mois d’intervalle , lui donner le biberon peut être
      Si les parents trouvent que c’est dangereux de se faire vacciner , c’est aussi dangereux pour les femmes de mettre des enfants au monde car elles risquent de mourir le jour où elles accouchent surtout à Madagascar d’après les statistiques du ministère de la santé. Madagascar est un des rares pays au monde où le nombre des mères qui accouchent meurent juste après l’accouchement et on trouve aussi des bébés qui meurent juste après leur naissance

    • 15 mars à 15:15 | DIPLOMAT (#846) répond à betoko

      le voici qui s’entête.
      Tu portes bien ton surnom de Betohika toi !

      J’essaye de décrypter ton post :
      « dans ta fille un garçon .... » ???

      Ensuite , n’essaye pas de noyer le poisson. Tu parles de « Rappel » de vaccins en mettant dans le même panier des vaccins obligatoire tel que le BCG, le Tetanos et ....la Rage . Stomato et moi te corrigeons , en disant qu’il n’existe pas de rappel de vaccin pour la Rage .

      Tu l’as bien dit toi même , ce vaccin a été préconisé qu’ après une morsure , et jamais en deuxième application 6 mois plus tard .... :
      le schema de traitement est le suivant : 5 injections à J0, J3, J7, J14, J28.

    • 15 mars à 17:18 | Stomato (#3476) répond à DIPLOMAT

      Le schéma dont vous parlez est la version moderne... Et ce n’est pas un vaccin, c’est un sérum !

      J’ai eu le plaisir de connaitre l’ancienne version : 1 injection par jour pendant 25 ( vingt cinq ) jours.
      Toutes autour de l’ombilic ! Les 4 premières ça va, mais a partir de la 5ieme on pique dans la zone douloureuse des précédentes.
      Mais déjà interdiction d’un second traitement avant 6 mois après la fin d’un traitement.

      C’était à Madagascar en fin des années 60... Un autre bon souvenir !

    • 15 mars à 18:58 | DIPLOMAT (#846) répond à Stomato

      En effet, dur dur ! En effet,ça ne s’oublie pas !

      Cela dit cela ne change rien sur le fonds et le cas BETOKO et son vaccin pour enfant contre la rage au même titre que le BCG et DTPOLIO...

      Bien à vous :)=

    • 15 mars à 19:54 | Behantra (#9165) répond à DIPLOMAT

      DIPLOMAT

      C’est un béotien , laissez le pourrir dans sa médiocrité

    • 18 mars à 14:28 | jeanmariesolidaire (#6367) répond à DIPLOMAT

      publié le : 02/07/2015
      par Jean Marc Dupuis
      (Revue Santé Nature et Innovation)
      ........
      extraits ( par email, sur demande je mets à votre disposition toute l’étude, gratuitement)
      ........
      L’opinion publique leur prête en effet le mérite de nous protéger de nombreuses maladies infectieuses et d’avoir éradiqué toutes les épidémies qui décimaient autrefois nos pays : typhus, diphtérie, coqueluche, scarlatine, tuberculose, méningite, tétanos et, bien entendu, les maladies infantiles, rougeole, oreillons, rubéole, etc.
      Et pourtant, en dehors du cas particulier de la poliomyélite (qui mériterait un article à elle seule), la vérité scientifique ........ qu’il s’agit là d’une pure mythologie.
      .............
      Le cas emblématique de la diphtérie
      Je me contenterai d’exemples symboliques..........excellent dossier « Survey on Vaccinations in Europe » dont sont tirés les chiffres suivants. (6)
      En Espagne, il y avait chaque année 5 000 morts de diphtérie en 1900, mais seulement 81 en 1964, l’année où la vaccination systématique fut introduite.
      En France, la vaccination obligatoire contre la diphtérie fut imposée en 1938. L’année suivante, il y eut 15000 cas de diphtérie puis trois fois plus pendant la guerre !
      En Allemagne, il y avait 100 000 cas de diphtérie par an pendant la Première Guerre mondiale. Les nazis imposèrent le vaccin obligatoire contre la diphtérie en 1939. En 1940, il y avait à nouveau 100 000 cas, et 250 000 en 1945. Après la guerre, la vaccination obligatoire fut abandonnée et le nombre de malades de la diphtérie baissa régulièrement......... en 1972 (une baisse de 99,2 %).
      .........
      et de multiples autres exemples suivent :
      .........
      Mais le cas le plus emblématique reste celui de la tuberculose. Censée être prévenue par le vaccin « BCG », cette maladie a en réalité plus vite régressé dans des pays comme la Belgique et les Pays-Bas qui ne vaccinaient pas leur population, qu’en France où tous les écoliers se faisaient vacciner.
      Aujourd’hui, alors que le BCG n’est plus obligatoire ni en Allemagne, ni en Angleterre, ni en Belgique, ni au Luxembourg, ni aux Pays-Bas, ni en Espagne.......... la France continue à vacciner religieusement des millions d’écoliers chaque année.
      Les études de l’INSERM sont pourtant sans appel : le nombre de décès par tuberculose avait déjà chuté de 80 % quand fut introduit le BCG obligatoire le 5 janvier 1950, malgré les très difficiles conditions de vie des années d’après-guerre. Les campagnes de vaccination n’ont ensuite eu aucun effet notable sur les courbes de la maladie.............. abandonnée dans les années 70 et 80 (sauf en France, où l’obligation a été supprimée en 2007).
      ............
      Ce n’est donc nullement la vaccination qui a permis à nos sociétés de sortir des grandes épidémies mais la prospérité économique. Celle-ci a permis une amélioration de l’hygiène, de l’alimentation et de l’habitat. Si ces conditions devaient se dégrader de façon significative, il est évident que, malgré tous nos vaccins, on assisterait à un retour en force de ces maladies, exactement comme cela fut le cas pendant la Seconde Guerre mondiale.
      La vérité soigneusement dissimulée
      Actuellement, malheureusement, une industrie gigantesque s’est développée pour assurer la vaccination de masse des populations du monde entier........ les entreprises qui se partagent le marché sont protégées à la fois par des brevets (dont le respect est assuré par les pouvoirs publics) et par une réglementation touffue que seuls quelques grands groupes armés de bataillons de juristes peuvent comprendre et respecter.
      Pour le seul vaccin contre la grippe A, le gouvernement français avait payé 1,5 milliard d’euros pour 94 millions de doses, ce qui fait quasiment deux doses par citoyen.
      ...........
      Ce gaspillage révoltant a été dénoncé par le Professeur Bernard Debré et le député et médecin Jean-Marie Le Guen. Mais la presse a traité l’affaire comme un scandale isolé, sans lien avec la surconsommation systématique des autres vaccins, en France et à travers le monde.
      ............
      De même, personne ne se soucie actuellement des risques réels que vous faites courir à vos enfants en les vaccinant. Et s’ils tombent malades juste après la vaccination, vous pouvez être certain qu’on vous expliquera qu’il s’agit d’une pure coïncidence, y compris s’il y a décès.
      .........................
      Que faire ??
      Cela veut-il dire qu’il faille à arrêter de vacciner tous les enfants ?
      Non. Car même si on a exagéré les bienfaits des vaccins sur la santé publique, et même si les dangers de la vaccination sont minorés, il existe probablement de nombreux cas où il est raisonnable de vacciner.
      Le problème est que l’absence d’études sérieuses sur les risques et bénéfices réels des vaccins obscurcit considérablement le débat. Ni les citoyens, ni les professionnels de santé de bonne volonté, ne disposent aujourd’hui d’éléments fiables pour prendre des décisions éclairées.
      Nous sommes donc obligés de jouer à la roulette russe avec les vaccins.
      .............
      Pour toutes les maladies, il y a des personnes « à risque », et d’autres qui le sont moins. Vacciner aveuglément tous les enfants avec tous les vaccins du calendrier vaccinal est, dans la plupart des cas, nocif.
      .........................
      Il est donc indispensable et urgent que les pouvoirs publics prennent des mesures visant à améliorer la connaissance des vaccins et l’information des médecins comme du grand public à ce sujet.
      .............
      Mais même si c’est aux médecins de s’assurer qu’ils ne font pas courir de risque inutile à leurs patients (serment d’Hippocrate), rappelons-nous que nous ne vivons pas dans l’utopie et que ce sera toujours à nous, ultimement, d’être responsable de notre santé.

      Bien à vous,
      Jean-Marc Dupuis

  • 15 mars à 10:52 | Gérard (#7761)

    «  »Car malgré les explications des responsables sanitaires dont le ministre de la Santé«  »

    Pffff ! y a t il encore quelqu’un qui écoute ce que dit un ministre ici ?

    • 15 mars à 14:54 | Cylab (#9448) répond à Gérard

      Les bailleurs de fonds écoutent et observent ce que font les ministres.
      Dans notre cas le pourcentage de vaccination devrait être un des critères qui permettrait le déblocage d’aide au renforcement des systèmes de santé.
      Quand un ministre bouge, c’est qu’il y a des enjeux financiers derrières.

  • 15 mars à 15:35 | atavisme premium (#9437)

    Existe t-il un vaccin contre l’imbécillité humaine ?
    Je crois qu’il serait particulièrement utile en ce pays ci !

    • 15 mars à 17:25 | Dadabe (#9116) répond à atavisme premium

      Je crains que non... Le pire c’est qu’il existe des groupes de pression en Europe (pays riches, médecine gratuite ou presque, vaccinations à portée de main, hôpitaux à volonté etc, etc...) qui militent contre les vaccinations systématiques des jeunes enfants. Comme si les parents en savaient plus que les médecins sur la santé de leurs petits.
      A Madagascar, il y a beaucoup de réticences, en particulier dans les zones enclavées où manquent les dispensaires (depuis 2009, la situation a empiré, désolé de devoir le constater...). Cela dit des progrès sont sensibles dans la prise de conscience des parents. Certains pays africains, notamment de confession musulmane sont moins développés à cet égard.
      Pour étayer ce commentaire, je vous cite un passage d’un rapport de l’Unicef consacré à la petite enfance : « Les enfants de moins de 5 ans sont les plus vulnérables, avec un taux de mortalité de 62 pour mille, ce qui reste un chiffre important. La prévalence élevée du paludisme constitue la première cause de mortalité chez les enfants. Il y a très peu d’infrastructures médicales dans les régions rurales de Madagascar, la plupart des habitants n’ont donc pas accès aux soins de base. Le budget national pour la santé a été considérablement réduit, depuis 2009, avec la crise politique, certains centres de santé de base ont été fermés et très peu de médicaments sont disponibles, sans compter le manque de personnel soignant compétent ».
      PS - Il semblerait qu’un certain « visionnaire », plus habitué aux boîtes de nuit qu’aux salles d’attente dans les dispensaires, ait manqué de clairvoyance durant une longue, longue, très longue « transition »... Je ne doute pas que Betoko, Isandra et quelques autres vont me justifier clairement cette criminelle « absence » puis me traiter de tous les noms d’oiseaux. Hé bien, qu’ils le fassent !

    • 15 mars à 17:31 | dominique (#9242) répond à atavisme premium

      je suis a Sambava et un vaccin dans cette ville contre les tarés c’est impératif c’est du jamais vu c’est ici comme dans un zoo ou un asile d’aliénés mentaux ..

    • 15 mars à 17:45 | Gérard (#7761) répond à atavisme premium

      Un vaccin existe, qui n’empêche pas hélas de manifester soi même , de temps à autres, quelque symptôme de l’imbécilité , mais protège pas trop mal de celle des autres , d’aucuns le nomment « humour »

    • 15 mars à 18:00 | Dadabe (#9116) répond à Gérard

      Excellent ! Je prends deux rappels tout de suite.

  • 15 mars à 18:55 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    il y a 1 jour ... Elle s’appelait Monique Koumaté, elle avait 31 ans. Elle était enceinte de jumelles, à terme.
    il y a 1 jour ... Monique Koumaté, 31 ans, énième victime d’un système médical camerounais déshumanisé, est morte abandonnée aux portes de l’hôpital faute d’argent.
    Un drame innommable et inqualifiable : Notre système de santé est-il à l’abri du drame Koumaté Monique ?

    • 15 mars à 19:50 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      La mort d’une personne est un drame.
      La mort de milliers de personnes est une statistique.

      C’est grâce a des statistiques que le monde est mené aujourd’hui.
      Et les stats sont puissamment aidées par des idéologies.

      Mais ceci est un autre débat !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 238