Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 23 novembre 2017
Antananarivo | 01h43
 

Commerce

Vanille

Les prix ont atteint des sommets sans précédent

mercredi 23 août | Bill

D’après Quentin Soubranne, auteur d’un article paru dans le journal Le Point.fr du 21 août 2017, il y a une flambée du prix de la vanille de Madagascar sur le marché international que même des experts ne s’expliquent pas de manière très claire. À 600 euros le kilo cette année, cet arôme est 25 fois plus cher qu’il y a 10 ans et pourtant les gousses sont de qualité médiocre. Toujours selon Le Point.fr, la situation est telle que Georges Geraerts qui préside le Groupement des Exportateurs de vanille de Madagascar (GEVM) s’aligne sur les appréciations du rapport Cyclope, une société d’études spécialisée dans l’analyse des marchés mondiaux des matières premières qui parle de « bulle spéculative dangereuse ».

Au pays, la vanille a aussi fait parler d’elle dès les mois de mai-juin avec la recrudescence des vols de vanille verte avec violence, lynchages, voire meurtre. La frénésie de la vanille avec l’argent qu’elle représente engendre tout son lot d’insécurité. Le Premier ministre Olivier Mahafaly, exaspéré sans doute devant cette insécurité grandissante dans la filière vanille, a dévoilé des noms de sociétés qui auraient acheté ces produits et qui donc d’après lui, encourageaint les vols de vanille sur pied. Ces sociétés sont installées à Vohémar, à Ampanefena, à Mananara Nord, à Sambava et à Toamasina. Cette année, le prix de la vanille verte a commencé à 150 000 Ariary dans la région de SAVA. Dans la région d’Ambanja, ils ont atteint jusqu’à 230 000 Ariary, mais la récolte moyenne a été vendue à environ 150 -160 000 Ariary. L’ancien député de Mananara Nord, Zakahely Boniface avait recensé 32 voleurs de vanille verte victimes de la justice populaire en six (6) mois.
Le Premier ministre a aussi laissé entendre des suspicions de blanchiment d’argent dans la filière vanille. L’utilisation de la vanille pour blanchir l’argent du trafic de bois de rose, qui pousse dans la même région ne serait pas à écarter. Rappelons que la vanille représente un tiers du PIB à Madagascar.
En terme de quantité, avant le passage du cyclone Enawo en Mars 2017, la récolte Malgache était estimée supérieure à plus de 30% par rapport à 2016. Suite au passage du cyclone, une baisse de 15% sur les estimations a été observée.
Cependant, Madagascar reste encore l’acteur majeur avec environ 80 à 85% de la récolte mondiale.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 23 août à 11:09 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Ah la sécurité et la professionnalisation de la filière vanille restent des défis à relever pour le régime.

    • 23 août à 11:38 | Jipo (#4988) répond à plus qu'hier et moins que demain

      La volonté de ouak/ assurément ?
      C ’est talonne qui se frotte les mains et multiplie par 10 à minima ses marges , quoi de + noôrrmaâle quand on est proche de ce complice prézidia ...

  • 23 août à 11:44 | Jipo (#4988)

    rambo stalone & non talone .

  • 23 août à 15:01 | filaver31 (#8373)

    La Chine, l’Inde et d’autres pays asiatiques s’activent dans la plantation de vanille.
    Dans quelques années ce problème de hausse de prix ne sera plus qu’un « mauvais » souvenir.
    D’ici là de solides fortunes se seront constituées, mais pas dans le camp des producteurs bien sûr.

    • 23 août à 15:08 | takaka (#8449) répond à filaver31

      Non. Cultiver la vanille et obtenir les qualités de Dago, c’est une autre paire de manche. C’est bien cette hausse. Profitez en Mesdames et Messieurs.

    • 24 août à 08:26 | dafily (#9983) répond à filaver31

      Cette filière est un atout comme bien d’autres que nous avons au pays, mais transformer un essai est la finalité, comme en rugby. Nous avons tout il paraît, mais nous n’en faisons rien...

      Et comme à l’époque du « boum » du BDR, les prix de la moindre ppn flambent ! on passe du simple au triple, voir quintuple pour certains produits ! les malagasys en deviennent fou, la manne reçue du commerce de la vanille a transformé certains en nouveaux riches, ils se prennent pour des nababs, éphémères, mais nababs quand même.

      J’ai le souvenir ahurissant d’une tablée dans un épi-bar typique, où le client enrichit subitement par un bizna occulte (bdr, vanille, girofle...) s’est pris pour JR Ewing et non content de commander une tournée générale, a carrément jeté une liasse épaisse comme un bottin sur la table ! la curée qui s’en est suivie a failli tourner à l’émeute... Abracadabrantesque et grotesque situation que l’on « doit » vivre pour le croire, et il ne faut pas oublier les dommages que cela cause dans la mentalité du peuple. Et je n’avais pas l’impression que l’olibrius en question s’y connaissait plus que ça en culture de la vanille, lui et sa bande avait plutôt l’air d’un gang des tropiques boosté à la testostérone que procure le fric facile, on sait que ça peut rendre maboule...

      Voilà aussi un aspect des méfaits d’un pays à la dérive, chacun pousse le refrain du « samy mandeha, samy mitady !! » en fait traduit en français, ce serait plutôt : « pousse-toi de là que je m’y mette ! »

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 136