Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 septembre 2016
Antananarivo | 00h38
 

Economie

Finances publiques

Les autorités comptent beaucoup sur la réunion de Lima pour renflouer la caisse

jeudi 1er octobre 2015 | Léa Ratsiazo

La réunion des bailleurs de fonds, partenaires de Madagascar aura lieu à Lima au Pérou, entre le 07 et 10 octobre prochain. Dates et lieu qui coïncident avec les assemblées annuelles du Groupe de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Selon le communiqué du Conseil de gouvernement du 28 septembre dernier, « l’objectif principal de cette réunion est de confirmer l’engagement des partenaires à mobiliser les mécanismes de déblocage rapide et des instruments financiers disponibles, pour aider Madagascar à couvrir ses besoins financiers à court terme (appuis budgétaires et appuis projets). Ce sera une occasion de renforcer les liens avec les partenaires techniques et financiers susceptibles d’apporter leurs soutiens au programme du Gouvernement.

Pour le moment l’urgence consiste à renflouer la caisse de l’Etat. La Banque centrale a déjà fait savoir que le stock de devises actuel équivaut à la valeur de deux mois et demi d’importation. Or, la période de soudure pointe son nez sans oublier les carburants qu’il faut toujours importer.

Donc les grands projets, les grands investissements et autres PND (Plan national de développement) censés être mise en œuvre cette année, ne rentrent encore dans aucune ligne de financement de quiconque. Rappelons le coup de semonce de la BAD (Banque africaine de développement) premier bailleur de fonds de ce régime après la crise, qui reproche à l’Etat malgache de ne pas honorer ses engagements (financiers) dans le cadre des quelques projets qu’elle finance à Madagascar.

80 commentaires

Vos commentaires

  • 1er octobre 2015 à 09:12 | Saint-Jo (#8511)

    Et qui remboursera ces éventuelles dettes ?

    Rajao et le DJ peut-être ?

    • 1er octobre 2015 à 10:24 | Tsisdinika (#3548) répond à Saint-Jo

      Comment ça rembourser ? N’avez-vous pas bien lu l’article ? C’est le Pérou !! Il n’y a qu’à se baisser pour ramasser l’argent.

    • 1er octobre 2015 à 10:40 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Saint-Jo

      Isandra, Betoko, Hyrrs, Iarivo, Bekamisy sy ny forongom-pozaorana rehetra e !

      Samia velon’aina !

    • 1er octobre 2015 à 10:56 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Eh...!

      Ra8 tsy nisy nataony raha tsy nampitombo ny trosantsika,...

      Rajoelina indray tsy nampitombo ny trosa, fa nandoa kosa no nataony, ireo trosa nalain-dRa8 sy forongony, ary ireo olona rehetra teo alohany,...

      Ianareo no misafidy,...

    • 1er octobre 2015 à 11:11 | Gérard (#7761) répond à Tsisdinika

      Bien sur, notre président et madame ne peuvent pas rater un voyage au pays de l’Eldorado avec quelques amis !

      l’année prochaine, le grand raout des gripsous aura t il lieu à Byzance !

    • 1er octobre 2015 à 11:27 | Isandra (#7070) répond à Saint-Jo

      C’est ce qu’ils ont fait pendant la transition,...remboursement sans aucun nouveau crédit,...

    • 1er octobre 2015 à 12:46 | Saint-Jo (#8511) répond à Isandra

      L’ennui avec les foza c’est qu’ils pensent que tout le monde a la même mentalité qu’eux.

      Les foza croient toute affirmation gratuite allant dans le sens de leurs intérêts.

      Mais pour moi, personnellement, toute affirmation gratuite n’a aucune valeur.

      Et ceci est une affirmation gratuite :

      « 1er octobre 11:27, par Isandra »C’est ce qu’ils ont fait pendant la transition,...remboursement sans aucun nouveau crédit"

    • 1er octobre 2015 à 13:09 | Isandra (#7070) répond à Saint-Jo

      L’ennui avec de gens comme St-Jo,...il perd son temps à se lancer dans insultes, méprises de sen interlocuteur,...au lieu de tâcher de vérifier la véracité de ce que celui-ci a écrit,...car il prétend avoir le monopole de la connaissance,...

      Je réitère encore que je ne suis pas étonné quand il a raconté ici que ses subalternes ne l’avait pas respecté, avait ignoré ses ordres ...et son ancien collègue lui avait carrément piqué sa place,...car il ne le mérite pas,...

    • 1er octobre 2015 à 13:10 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      ne l’avaient pas respecté,...

    • 1er octobre 2015 à 13:41 | Saint-Jo (#8511) répond à Isandra

      Quand on avance une affirmation, c’est à soi-même de fournir des preuves irréfutables de ce que soi-même dit.
      Mais pas aux autres !

      Ah ! autre chose ! Je n’ai aucun subalterne.
      C’est à cause de tout cela aussi peut-être que suis loin d’être foza.

    • 1er octobre 2015 à 17:39 | Babakoto_Enragé (#8754) répond à Saint-Jo

      Il suffit de se rendre sur la page pays de Madagascar sur le site du FMI pour constater que les propos d’Isandra sont factuels : Madagascar a remboursé le FMI rubis sur l’ongle sur toute la période de Transition. D’une certaine manière, on pourrait même le regretter, faire défaut aurait probablement été plus bénéfique pour la population.

  • 1er octobre 2015 à 09:30 | I MATORIANDRO (#6033)

    Soso-kevitra avy hatrany no omena ny tariky ry hery vay manta indrindra fa ny lohany :

    - Soloy iray manontolo ny gvnmanta ary aza averina ao indrindra ireo mpitarika ny malagasy tsisy saina sy ireo rehetra niray petsapetsa t@ fanonganam-panjakana 2009 !

    - Mila mifanaraka tsara @ Andriamatoa Filoha Hajaina Marc RAVALOMANANA nareo ao @ hery vay manta mba handresen’nty farany lahatra ny mpamatsy vola !!!!!!!!!!

    - Manao ezaka mafy @ fanenjehana ireo mafia mpangalatra ny harem-pirenena na avy ato anatiny fa indrindra indrindra ireo avy any ivelany !

    - Manaja ny zo fototra @ maha-olombelona (fanehoan-kevitra an-dalam-be, ny famelana ireo onjam-peo maro tsy avela hanao ny asany, ...)

    - Manazava ara-teknika mitombina tsara ireo fandaniam-bola natao nandritra reny teteza-mita reny !

    Tena sahirana tokoa nareo satria mba te-hitondra nefa tsy misy vola hoy i DADA zay.

    Tsy voatery handady @ mpamatsy vola nefa vao omeny ny volany fa mila manana ny maha-izy azy ianareo, hatramin’zao mantsy de tsy fantatry ny vahoaka entina akory hoe inona moa no ao anatin’zany pnd, pnd konokononinareo zany (na ianareo mianakavy ao anatiny aza angamba mety misy tsy mahala akory).

    Tsy hadalan’ny Filoha Hajaina Marc RAVALOMANANA mihintsy ny nanota printy marobe ny MAP na dia tsy tonga lafatra aza mba ho fantatry ny maro ny tiany atao !

    Samia velon’aina !

    • 1er octobre 2015 à 09:44 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Man’inona raha tonga dia tsorina ny resaka hoe : Afindrao any amin’ny Filoha kajaha Ravalomanana ny fahefana,...mba hahafahany misioka ny mpamatsy vola,...!

      Manonofy atoandro marina,...sao tokony handeha hatory amin’izay fa efa matory ampitoerana,...

      Raha nahay Ra8, nahoana no tsy vitany namerina ny fanampiana sy famantsiam-bola tamin’ny 2008, talohan’ny nametrany fialan...?

      Tsotra fotsiny no ilainy mpamatsy vola :

      - Fanajana lalana misy,
      - Fitoniana ara-polotika,
      - Tetik’asa maty paika,...

      Raha tsy misy ireo dia veloma mandinidika, masina fatipatenana,...na hisioka mafibe maha latsa-ta,...y ohatr’inona aza Ra8, dia tsisy io,...

    • 1er octobre 2015 à 10:21 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Isandra

      Ndryyyyyyyy !!!

      Ho aiza nefa ianao rafialonana o ???!!!!!!!!

      Ho anay ny vola misy fa ny hampiasana azy ndray aza no manhirana !!!!1

      Ary tsy izahay mihintsy no voa na mahazo vola na tsy mahazo vola ty fanjakana mitanjaka natsanganareo ty ; raha mba i JLR zao no lany teo de mba voavaha aloha ny atsasaky ny olana mampinainaina anareo zao !

      Efa miarina tsikelikely zao ny Filoha Hajaina Marc RAVALOMANANA !

      Ny lahatra tsy azo sakanana !

      Samia velon’aina !

    • 1er octobre 2015 à 11:03 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Aza nahita anie aho, hoe JLR no teo,...angamba dia asa fotsiny,..

      Mitraka ahoana Ra8,...? Tsy misy zavatra niova hatramin’izao,...Antananarivo azony, satria nomena azy,...

      Ny zava-misy dia tsy mahaliana ny gasy intsony ny aminy,...amin’ny ankapobeny dia olona tsy te hahita azy eo amin’ny fitondrana intsony no maro anisa eto Madagasikara,...Ny fifidianana indroa misesy teto manamarina izany,...

      Ny azony atao dia

    • 1er octobre 2015 à 11:15 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Ny azony atao dia mipiripirina manangana miadana ny orin’asany,...avelao hoan’ny tanora amin’izay politika,...

    • 1er octobre 2015 à 11:18 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Isandra

      Ndryyyyyyyyyyyy !!!!!!!!!!!!!

      Zany o ???!!!!!!!

      Nomena azy ?

      Nomen’iza ?

      Enga anie !!!

      Samia velon’aina !

    • 1er octobre 2015 à 11:42 | Tsisdinika (#3548) répond à Isandra

      Ka ny Mapar an’i Prezeda fondatera aza ry Isandra mbola resin’ny TIM tamin’ny isan’ny kaominina lasany ka tsy efa naloan’ny Gasy koa ve izany ingahy Prezeda fondatera ? Tsy aleo izy hafarana hoe aleo mipirina amin’izay fa lany vola fotsiny miezaka mianatra politika sy fitantanana mafy any Parisy ?

    • 1er octobre 2015 à 11:49 | Isandra (#7070) répond à Tsisdinika

      Antananrivo ekena, kanefa tsy Antananarivo akory Madagasikara, ohatran’ny iheveran’ny ZD sy Dadany azy,...

      Manerana any Madagasikara dia maherin’ny 300 ny an’i Mapar, ary 3 amin’izany tanan-dehibe, tokony ho 4 fa nangalin-drizalahy ny iray,...200 mahery kely kosa ny TIM,...

      Ny amin’Antananarivo indray anie, efa hita ny hanaovana azy aminy manaraka,...

    • 1er octobre 2015 à 12:02 | toky (#8231) répond à I MATORIANDRO

      Qu’il rembourse déjà les milliards qu’il doit à l’état malagasy et surtout qu’il purge sa peine de prison. N’est ce pas ? Après les malagasy verront s’il le mérite de evenir au pouvoir !

    • 1er octobre 2015 à 12:42 | Isandra (#7070) répond à toky

      Tout à fait d’accord avec vous,...qu’il régularise sa situation avant d’ouvrir sa g.ue.le,...

    • 1er octobre 2015 à 12:44 | Tsisdinika (#3548) répond à Isandra

      « Ny amin’Antananarivo indray anie, efa hita ny hanaovana azy aminy manaraka »...26 janoary fanindroany indray ve ? Ndraso eo paoly !

    • 1er octobre 2015 à 14:49 | I MATORIANDRO (#6033) répond à toky

      otran’ny adinonareo fa Andriamatoa Filoha Hajaina Marc RAVALOMANANA nge no nanafoanana ny 5 miliara $ nalain-dratsiraka sy ny forongony t@ fotoan’androny izay tsy hita izay nahasoa azy e !

      Tsapao ary aloha ny herinareo @zany hanagadra azy zany e !

      Ry hery vay manta aza latsa-tay raha vao miteny izy koh !

      Mikasika ny trosa ndray de aloavy aloha ny takalon’ny nandoroanareo ny fananany de averina aminareo ny volanareo e !

      Samia velon’aina !

    • 1er octobre 2015 à 16:30 | bema (#828) répond à I MATORIANDRO

      Mba ahoana indray ity "FILOHA HAJAINA ITY ? Any Corée du nord no toa mbola misy izany.

  • 1er octobre 2015 à 09:42 | Turping (#1235)

    Chercher ,rechercher des moyens financiers ,des partenaires à mobiliser les mécanismes de déblocage rapide (...) sans avoir une politique gouvernementale sérieuse et efficace .
    - Certes ,c’est compréhensible cette démarche d’addiction car les caisses de l’état sont vides .Payer les fonctionnaires fantômes au nombre de 50 000 moyennant un coût mensuel de 20 milliards d’ariary n’est pas une chose facile .
    - Une démarche irresponsable sans prendre les mesures nécéssaires de nettoyer d’abord les écuries d’Augias avant de s’élancer aux voyages multiples encore aux frais des contribuables .
    - Comme la logique du laxisme sans pouvoir appliquer une politique gouvernementale de rigueur et d’austérité pour appliquer le fameux PGE/PND nous démontre que l’équilibre budgétaire d’un état en faillite qui ne survit qu’avec les aides .A côté le système le système corrompu et les détournements sévissent sans état d’âme ,...personne n’est vraiment responsable .
    - Les investissements ,bien sûr que ce pays en ont besoin mais de quels investissements ? pour extraire encore le reste des richesses minières pour ne toucher que la redevance minière ?
    - Les investissements étrangers dans les secteurs miniers demandent une révision et de reforme du code minier .Ce qui sous entend ,une politique gouvernementale intelligente à travailler sur le terme du( gagnant -gagnant).
    Le témoignage de notre éminent juriste malgache ,juge chercheur au Canada depuis quelques années est sans équivoque du faît que l’état malgache ne touche que 10% des recettes issues des extractions et exploitations des ressources minières ,pétrole ,etc....Les 10% ne représentent qu’une redevance alors que l’exploitant bénéficie les 90% .
    Même s’il y a des coûts d’exploitation y afférents avec les charges ,l’état malgache n’est jamais sorti gagnant dans cette histoire comme les pays riches :Arabie Saoudite ,le Qatar avec leur pétrole ,.... faire la manche quémander sans regarder plus loin est toujours d’actualité .Alors que paradoxalement ,une politique ambitieuse à mettre en marche une reforme de droit économique pourrait changer les donnes .
    Mettez d’abord de l’ordre et balayer partout afin de s’aventurer

    • 1er octobre 2015 à 11:27 | Tsisdinika (#3548) répond à Turping

      Permettez-moi de reprendre mon post dans l’article de Ndimby pour donner la réplique à votre tirade sur le secteur minier à Madagascar. Je réaffirme qu’en ce qui concernant le volet mines, vous n’y connaissez visiblement que dalle. Remarquez, si vos références sont Gangstabab, Samoela, Dama ou le mikea de service, il y a des chances que vous vous retrouverez complètement à côté de la plaque tectonique.

      Tout d’abord, il n’y a pas de « deal » qui soit dans le secteur minier. Il y a une loi qui régit le secteur et si les règles et les conditions qu’elle contient conviennent aux investisseurs, ils s’engagent dans l’activité, ou pas. Il n’y a rien à négocier, sachez-le une bonne fois pour toute. Madagascar a bel et bien mis en place tout ce qu’il fallait mais comme Saint-Jo l’a dit, Madagascar n’est pas aussi gâtée par la nature que l’on pensait en termes de ressources minérales.

      Vous dites que « l’état ne touche que la redevance de ces extractions ». Les industries extractives paient les mêmes impôts que les entreprises du droit commun, sauf dispositions plus favorables comme dans le cadre du LGIM dont seul Ambatovy pour le moment en est bénéficiaire. Quoi qu’il en soit, pour rester sur le cas d’Ambatovy, cette société verse une trentaine de taxes différentes au niveau national, régional et local et elle espère toujours le remboursement de millions de dollars de TVA par l’état. À mon avis, elle peut toujours attendre. Le nickel d’Ambatovy représente également 35% à peu près du total de nos exportations, ce qui fait du nickel notre premier produit d’exportation en volume mais également en valeur. C’est le rapatriement des devises de cette société qui a soutenu l’Ariary avant que le cours international du produit ne s’effondre. Passons également sur la création de milliers d’emplois directs et induits sans oublier la mise à niveau d’infrastructures antédiluviennes et autres oeuvres sociales plus ou moins obligatoires, autant de charges fiscales déguisées parce que c’est à l’état dans le cadre de son « pouvoir régalien » que devrait incomber ces taches... Bref pas gagnant-gagnant du tout, surtout si la partie malgache ne pense qu’à empocher de l’argent dans une logique rentière et fainéante au lieu de considérer ces multinationales comme des pôles et moteurs de développement, des « powerhouses » qui dynamisent l’économie autour d’elles.

      Le fait que vous prenez pour exemple des pays pétroliers du golfe conforte mon avis sur votre vision rentière de la chose. La géologie du pétrole et celle des minéraux sont deux choses différentes, de même que les risques et la rentabilité. Les pays véritablement miniers qui s’en sont sortis grâce aux mines comme l’Australie, le Canada ou l’Afrique du Sud, disposent de centaines de mines industrielles, ce qui augmente de façon arithmétique les revenus. Madagascar ne possède que trois mines industrielles dont une ne fonctionne plus qu’à 25% de sa capacité, une qui a procédé à un chomâge technique partiel, et une qui a déjà vendu toute sa production jusqu’en 2018. Ce nombre ridicule est la conséquence encore une fois de la relative pauvreté géologique et minière de cette île qui la place loin derrière la RDC, le Ghana, la Tanzanie, le Mozambique, ou plus récemment la Côté d’Ivoire et le Sénégal mais également les nouveaux territoires comme le Myanmar ou le Laos, voire certains pays d’Europe de l’Est. La plupart de ces pays représentent également des juridictions moins risqués et moins volatiles politiquement que Madagascar. Bref, Madagascar a déjà laissé passé sa chance et il est déjà trop tard pour remonter la pente, mais le comble ce que l’on continue de vivre dans le mythe de l’Eldorado confisqué par des mains étrangères.

    • 1er octobre 2015 à 11:48 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Tsisdinika

      Voilà des infos interessantes

      Dites moi Tsisdinika , à propos de cette mauvaise volonté de l’état malagasy à payer ces TVA : de quoi s’agit t’il exactement ??

    • 1er octobre 2015 à 12:05 | Tsisdinika (#3548) répond à Rakotoasitera Fidy

      Eh bien, comme Ambatovy est assimilable aux sociétés en zone franche, lesquelles sont tenues de réserver leurs productions à l’exportation, Ambatovy peut demander le remboursement de la TVA qu’ils ont payés localement, étant entendu que dans le cadre de la LGIM, ils peuvent déjà être éxonérés de la TVA pour l’importation de matériels, biens et équipements nécessaires pour la construction de leur mine et de leur usine et que leur production exportée est imposée avec une TVA à taux zéro.

      La LGIM dit en son Article 64 sur le « Remboursement de la TVA Payée » :

      Sous réserve des dispositions de l’article 66 suivant, les dispositions de l’article 06-01-24 du Code Général des Impôts traitant du remboursement périodique du crédit de taxe, s’appliquent au Titulaire, à l’Entité de Transformation et aux Soustraitants.

      Le remboursement doit intervenir dans un délai qui n’excède pas dix (10) jours ouvrables comptés à partir de la date de réception du dossier de demande.

    • 1er octobre 2015 à 13:24 | Turping (#1235) répond à Tsisdinika

      Tsidinika ,
      Mes références ne sont pas Gangsstabab ni les autres ,....sachez déjà commenter et faire la discussion l’ami avant tout !
      - L’histoire qui relève d’un débat intéressant se focalise au niveau de ce que je venais de dire ..N’essayez pas de contourner mes dires car la solution qu’on doit apporter provient déjà du lien que je vous ai envoyé sur le post de Ndmiby .
      - Répondez tout simplement à mes questions : pourquoi on se laisse dicter par les règles d’une loi qui régit le secteur et si les règles et les conditions qu’elle contient aux investisseurs ,ils s’engagent(....)ou pas ? !
      - Déjà ,la politique des extractions minières ne ressortent que des initiatives de l’exécutif,il n’y apas de règle claire là-dessus ,c’est à géometrie variable selon la décision personnelle des dirigeants issus de l’exécutif .Cela mérite déjà de correctidf ,de reforme .Un problème qui mérite une discussion plénière à l’assemblée nationale ,.Or,ce qui n’est pas le cas et encore le pire c’est que cette histoire d’exploitation minière n’est que la chasse gardée des voyous ,...
      - Justement ,cette soumission provenant de la politique des investisseurs qui régit ses conditions qu’il faudrait réviser car si les géologues ,les ingénieurs des mines sont mandatés pour faire leur boulot dans l’évaluation des richesses et aussi la capacité du pouvoir en place à soumettre une loi concernant le code minier ,il y aura une autre issue à ce que l’état les malgaches tirent davantage de profit .
      Tsisdinika ,on connait cette contion sine qua none imosée par les investisseurs et c’est la raison pour laquelle ,je vous ai parlé de la politique de droit économique en matière d’extraction minière ,....Une reforme et des solutions doivent être apportées là -dessus ,une révision sans accepter les conditions imposées ,surtout pendant la période de transition ,où tout a étét bradé .Et c’est la raison pour laquelle ,je vous ai envoyé le lien pour que les choses changent .Le témoigange de Ramarolahilhaingoanirainy Anthony ,spécialiste en la matière vous éclaircira davantage cette problématique existentielle .
      ’-Quoi que vous disiez à moins d’un illuminé dise le contraire ,les exploitants tirent les bénéfices ,beaucoup de marge bénéficiaire sinon ,à quoi sevira t-il les investissements si les étrangers sont fous pour s’élancer , faire des mésaventures ?Soyez cohérent .Beaucoup de témoignages de la part des politiciens gasy disent que l’extraction du fer à AMbatovy n’a pas apporté de marge bénéficiaire .L’exploitant ne va pas vous qu’ils ont fait une bonne affaire .

      - Essayez de discuter avec discernement car là -dessus on dirait que c’est votre sentiment personnel qui dicte les règles .
      Conclusion :C’est pour vous dire que dans les autres pays ,les conditions d’extractions minières ,le pétrole ,etc,.... les règles ne sont pas les mêmes .
      - Les autres pays ont les moyens d’imposer leur politique en droit économique ,leur façon de faire le « deal » .Or,ce qui n’est pas le cas à Madagascar ,y compris le deal d’Ambatovy avec la société Sherrit (les canadiens ,....) ;
      Le but de mon message se focalise sur ce témoignage de Ramarolahihaingonirainy ,ce qui explique la paupérisation de la population malgache dans un pays qui baigne dans les richesses .

    • 1er octobre 2015 à 13:46 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire ;les conditions sine qua none imposées par les investisseurs ,....d’autres pays qui ont les moyes pécuniaires ,avec une politique stable n’ont pas besoin de se faire piétiner .
      - Si les investisseurs viennent taper à votre porte ,c’est qu’ils sont intéressés pour faire un deal mais non pas pour un acte caritatif . Si vous vendez de l’or ,vous êtes au moins capable de connaître un peu le cours ,sa valeur n’est -ce pas que de se laisser dicter non ? !
      - La politique d’extraction minière ne relève que du pouvoir exécutif .par exemple ,quand le DJ était au pouvoir ,les investisseurs se bousculaient au portail alors que s’il y a une règle assez stricte érigeant un texte relatif au code minier imposé par un pays souverain qui protège ses patrimoines ,on ne brade pas ses richesses .
      - La problématique à soulever malgré les solutions apportées se situe au niveau de la gérance des richesses malgaches car ce sont les dirigeants,ceux qui detiennent successivement le pouvoir qui se l’accaparent en touchant des commisisons sans se soucier de l’intérêt à dégager .Si vous allez acheter une voiture ou une maison ,ce n’est pas vous qui fixez le prix ni avoir la décision finale mais c’est plutôt le vendeur .Une discussion ,de marchandage peut être fait pour trouver un compromis d’accord sans que vous imposiez le vendeur .le cas d’extraction minère à Madagascar démontre le contraire . C’est cette politique de soumission qu’il fallait éviter comme celle imposée par le FMI même si le pays est pauvre car tout le monde doit se battre pour cela .

    • 1er octobre 2015 à 14:18 | Turping (#1235) répond à Tsisdinika

      Tsidinika ,
      Votre affirmation : La géologie du pétrole et celle des minéraux sont deux choses différentes, de même que les risques et la rentabilité.

      - Qui vous a appris que la géologie du pétrole et celle des minéraux sont deux choses différentes ?
      - Vous êtes plutôt un rigolo en affirmant de telle ineptie !
      - Je vous affirme le contraire que ces deux extractions peuvent ressortir de la même discipline ! pourquoi ?
      Le contre exemple : l’exploration des gaz de schiste aux USA ,du pétrole aux USA comme ailleurs ne diffèrent pas à celle des minéraux car les deux font partie de l’exploitation terrestre même si les méthodes ne sont pas intégralement les mêmes contrairement aux gisements marines . Le pétrole de Bemolanga ne se situe pas dans la mer profonde comme dans les pays du Golfe .
      Pour mémoire : La géologie (du grec ancien gê, la Terre, et logos, le discours) est la science dont le principal objet d’étude est la Terre, et plus particulièrement de la lithosphère. Discipline majeure des sciences de la Terre, elle se base en premier lieu sur l’observation, puis elle établit des hypothèses permettant d’expliquer l’agencement des roches et des structures les affectant afin d’en reconstituer l’histoire. La géologie est également l’ensemble des caractéristiques géologiques d’une région et s’étend à l’étude des astres..

      La géologie de la lithosphère a vécu un tournant théorique fondamental avec le développement dans les années soixante du modèle dynamique global de la tectonique des plaques.

      La géologie est une science comprenant de nombreuses spécialités, elle fait appel aux connaissances de domaines scientifiques variés, tels que la biologie, la physique, la chimie, la science des matériaux, la cosmologie, la climatologie, l’hydrologie. La géologie appliquée est un ensemble de techniques mises en place dans de nombreux domaines économiques et industriels, comme l’exploitation de matières premières, le génie civil, la gestion des ressources en eau, la gestion de l’environnement ou la prévention des risques naturels.

      Donc ,où est la discordance entre les extractions minières et le gisement des pétroles terrestres ?
      - Vous me faîtes penser à l’histoire du « carbone » qu’on ne trouve pas dans l’ossement humain ?
      Bon ,il faut s’amuser de temps en temps aussi ,n’est-ce pas ?

    • 1er octobre 2015 à 15:01 | caro (#7940) répond à Tsisdinika

      Bonjour Tsisdinika,

      Je suis vos interventions sur ce site et merci de la qualité de vos écrits que j’apprécie personnellement, aussi bien pour le fond que pour la forme.

      Il ressort de vos messages que vous avez une connaissance poussée du secteur extractif de notre pays. Vous affirmez aujourd’hui et auparavant aussi d’ailleurs, que « Madagascar n’est pas aussi gâtée par la nature que l’on pensait en termes de ressources minérales.

      N’ayant pas de compétence dans la matière, j’aimerai bien que vous nous indiquiez en quoi sont fondés alors les avis qui sont contraires au vôtres dont ces informations qui sont publiées par Le Monde :
      http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/25/madagascar-la-reprise-economique-se-fait-toujours-attendre_4771456_3212.html

      Par ailleurs, si l’on vous demandait sous quels angles la politique nationale en la matière serait-elle défaillante, qu’auriez-vous à répondre ?

      Merci de nous éclairer la lanterne.

      Cordialement

    • 1er octobre 2015 à 15:38 | Turping (#1235) répond à caro

      Caro ,

      - Il ne faut pas chercher des explications approfondies de ce côté là !
      - Sûrement , cela se voit que vous n’avez pas la compétence en la matière de ce côté là malgré votre intervention pertinente de temps en temps .
      - Là contradiction avec Tsisdinika ne se focalise pas uniquement à la réalité relevant de la vérité mais plutôt au manquement d’une vraie politique alternative gouvernementale en matière d’extraction minière .
      - Selon l’explication de l’expert Ramarolahihaingonirainy , il s’est avéré que l’absence d’une politique gouvernementale en droit commercial à Madagascar reste un grand handicap pour surmonter les difficultés existants . Pour ce faire ,ce sont les investisseurs qui imposent leur règle mais non pas le pays qui ouvre le droit d’exploitation avec ses conditions et les intérêts qu’on doit tirer muruellement dans le terme du gagnant-gagnant .
      - Seul le pouvoir exécutif qui travaille de ce côté là sans concertation avec les autres pouvoirs ,les autorités locales pour dégager l’intérêt collectif .

    • 1er octobre 2015 à 16:12 | caro (#7940) répond à Turping

      « Selon l’explication de l’expert Ramarolahihaingonirainy , il s’est avéré que l’absence d’une politique gouvernementale en droit commercial à Madagascar reste un grand handicap … » :

      Soit, vous avez interprété de façon très personnelle l’explication de l’expert en question, soit il l’aurait exprimé tel quel, mais seulement si ce dernier cas s’avère la bonne version, il n’a aucun sens :
      une politique en droit commercial ne veut rien dire, c’est du charabia ! Une politique c’est une politique, et un droit c’est un droit, les deux ne se mélangent pas.

      Si l’on veut parler de politique commerciale, c’est autre chose, mais pas suffisante pour englober l’ensemble du contour de cette activité car elle intègre des domaines et des compétences pluridisciplinaires.

    • 1er octobre 2015 à 16:13 | Turping (#1235) répond à caro

      Votre lien :Madagascar ,la reprise économique se fait toujours attendre ,....
      - C’est normal car le vrai changement n’est pas encore au rendez-vous dans l’accomplissement du (PGE/PND).
      .-Pour compléter mon post ci-dessus : il faut réviser le contrat minier actuel afin de travailler sur les analyses économiques du droit (une reforme et politique d’avancement ) .Une proposition faîte par Ramarolahihaingonirainy ,comme proposition intelligenteafin de trouver une nouvelle perspective vu que les extractions minières ne font qu’appauvrir encore ce pays .Après Lima ,où est la prochaine destination ?
      - La corruption ,le détournement,....tout le monde en parle même le pasteur Mailhol avec ses visions apocalyptiques !

    • 1er octobre 2015 à 17:19 | Turping (#1235) répond à caro

      Caro ,
      Le jeu de mot vous fascine ?

      Relisez bien mon post ,car il y a une différence entre ce que j’ai écrit :une politique gouvernementale en droit commercial et « politique en droit commercial ».
      Etes-vous au moins capable de faire la différence ?
      Un exemple : Les traités internationaux jouent un rôle important en droit commercial à 3 points de vue en fonction de leur objet.

      - Les traités internationaux comme la politique gouvernementale sont les acteurs majeurs dans cette histoire ? cherchez la nuance !et où est l’erreur ?!
      Pour simplifier :la politique gouvernementale doit travailler et jouer un rôle dissuasif sur les Analyses économiques du droit .

      Votre réponse ne serait-ce que pour déblaterer n’a pas de valeur correcte car l’expression que j’ai employée n’est pas du charabia .
      Bien sûr ,le droit commercial ,la politique commerciale ,ce sont des termes qu’on emploie souvent.
      L’interprétation de l’expert relève plutôt d’une solution apportée au problème existant .On ne peut pas forcément le partager !
      - 

    • 1er octobre 2015 à 17:27 | Tsisdinika (#3548) répond à Turping

      C’est vrai que pour votre défense, vos références ne sont pas Gangstabab (j’ai peut-être été un tantinet agressif là-dessus, mais rien de personnel) mais plutôt ce juriste malgacho-canadien sur lequel vous insistez beaucoup. Comme il n’est certainement pas un spécialiste en économie minière, vous ne m’en voudrez pas si j’ai quelques réserves sur ses analyses ? Bref.

      Vous insistez également beaucoup sur le fait que la politique minière se décide au niveau uniquement de l’Exécutif. Pour votre information, c’est son droit le plus absolu, lequel est cristallisé par un document qui s’appelle lettre de politique minière. C’est ensuite la loi minière qui en découle qui est discutée avec le parlement, lequel décide à son tour s’il doit l’entériner ou non. Sachez également que la loi actuellement en gestation est élaborée de façon inclusive et en concertation avec les opérateurs, grands et petits, la société civile, et le ministère, avec l’appui d’organismes divers. Il est également prévue une sorte de consultation publique régionale. Mais comment pourriez-vous le savoir ? Pas étonnant que vous gobiez l’avis des faiseurs d’opinion patentés qui vous bassinent que l’État se fait dicter sa propre loi sectorielle. Votre conception du processus d’élaboration des politiques et lois sectorielles n’est pas vraiment à jour, pour ne pas vous froissez davantage.

      Vous semblez également confondre loi et politique minières avec l’interprétation ou usage abérrant qu’on pourrait en faire. Vous citez comme exemple le pouvoir de transition de Dj. Ni la politique minière ni la loi n’ont été changées lorsque les putschistes se sont emparés du pouvoir. Cette loi qui a permis d’attirer 10 milliards de dollars d’investissements a tout simplement été suspendue par Dj. Sa façon personnelle et corrompue de gérer ensuite le secteur, que vous qualifiez de « politique minière » de la transition, n’est que la conséquence d’une logique de prédation et de racket, raison d’être des putschistes.

    • 1er octobre 2015 à 17:45 | Tsisdinika (#3548) répond à Turping

      Déjà, je suis heureux de voir que ce que vous pensez être mon incompétence en géologie vous amuse. Vous me qualifiez même de « rigolo » qui affirme des « inepties ». Eh bien, pour la politesse, on repassera.

      La géologie du pétrole à mon humble avis consiste en des formations susceptibles de constituer des pièges à hydrocarbones. Là je parle de pétrole conventionnel dont le mode de déposition est distinct des roches environnantes ou encaissantes, et non de sables bitumineux type Alberta, ou de pétrole de schiste, lesquels sont piégés dans la roche-hôte elle-même et dont l’extraction se fait par injection de vapeur ou par fracturation hydraulique. Si le premier n’a rien à voir avec les divers modes de minéralisation qui ont été recensées, les autres « pétroles » il est vrai possèdent des similitudes physiques aux gisements miniers. Mais la comparaison s’arrête là car l’extraction de minéraux est tout autre matière, mais je ne vous apprends rien, n’est-ce pas ?

    • 1er octobre 2015 à 18:00 | caro (#7940) répond à Turping

      • « Sûrement , cela se voit que vous n’avez pas la compétence en la matière de ce côté là malgré votre intervention pertinente de temps en temps . » ;
      • « Etes-vous au moins capable de faire la différence ? » ;
      • « Votre réponse ne serait-ce que pour déblaterer n’a pas de valeur correcte car l’expression que j’ai employée n’est pas du charabia . » ;

      Dont acte !

      En tous cas, il me semblait avoir posé mes questions à Tsisdinika !

    • 1er octobre 2015 à 18:15 | Turping (#1235) répond à Tsisdinika

      Sans rancune ! Bonne continuation ,j’essaie ausi de débattre avec fair -play.

    • 1er octobre 2015 à 18:31 | Turping (#1235) répond à Tsisdinika

      Tsisdinika,
      Ok !Je me focalisais sur d’éventuelle politique alternative à la politique politichienne à laquelle la situation devait évoluer avec les solutions qu’on pouvait y apporter sur le terme du« gagnant-gagnant » .Vous avez expliqué la problématique de base qui n’a pas évolué guerre depuis !
      - Il n’est pas spécialiste en économie minière ni en géologie des roches métamorphiques ,sédimentaires ,etc....non plus mais plutôt un spécialiste de droit ,et les politiques économiques car il avait fait de recherches sur « les analyses du droit économiques à Madagascar ».
      Merci !

    • 1er octobre 2015 à 18:35 | Turping (#1235) répond à caro

      Ok ! le faît qu’il ne vous a pas répondu ,j’ai pris acte ,veuillez -m’excuser !

    • 1er octobre 2015 à 19:34 | Tsisdinika (#3548) répond à caro

      Bonsoir caro.

      J’étais en train de répondre à vos questions très pertinentes lorsque le délestage s’est invité à la fête. Je vous promets de vous apporter des réponses aussi précises que possible demain. Pour le moment, j’utilise mon téléphone et c’est vraiment pas facile d’écrire avec.

      Cordialement.

    • 1er octobre 2015 à 19:54 | caro (#7940) répond à Tsisdinika

      Merci de cette réponse d’attente : « ny soa mampiadana ».

      Cet interminable délestage qui frappe à la manière du voleur, il vient quand on s’y attend le moins !

      Bon courage.

    • 1er octobre 2015 à 20:36 | caro (#7940) répond à caro

    • 2 octobre 2015 à 10:05 | Tsisdinika (#3548) répond à caro

      Chère caro,

      Les avis du président et du ministre rapportés dans cet article du Monde n’engagent qu’eux-mêmes. Entre les « avoir autant de ressources » et les « le sous-sol malgache est riche », je ne peux que rester dubitatif. En fait, ces avis ne sont que ce qu’ils sont : des avis. Ayant travaillé des années dans le secteur, je peux vous affirmer, en tant que fait et non un avis, que ce pays est marginal en terme de potentiel minier. Je peux vous citer une vingtaine d’expérience similaires, toutes vécues par des entreprises aux solides références et qui ont déjà plié bagage pour la plupart pour aller voir ailleurs.

      Pour vous donner une idée précise de ce que les investisseurs et autres affairistes internationaux pensent de nos « richesses », je vais vous rapporter le cas de la société CIF ou China Investment Fund, société basée à Hong Kong et affiliée au groupe China Sonangol. Cette société a pour spécialité d’acquérir des permis miniers et pétroliers dans les pays traversant une période d’instabilité politique comme la Guinée post-coup d’état par exemple, pays dirigés par des autorités de fait autoproclamées autorités de transition. Pour l’acquisition de ces propriétés, CIF ne négocie pas avec les propriétaires légitimes mais s’adressent directement aux pouvoirs de transition et leurs promettent la construction de diverses infrastructures d’utilité publique susceptibles de rendre ces autorités illégales populaires auprès d’une population séduite par ces « zava-bita » lorsque des élections surviennent. Il se trouve qu’en 2010, Andry Rajoelina et sa clique avaient parfaitement ce profil. CIF a donc débarqué a Madagascar et a été présentée à Dj par l’entremise d’un ministre guinéen. Le show politique de 2010 au Palais des Sports où Rajoelina a présenté les maquettes des « grands projets présidentiels » tel « la plus grande cimenterie de l’Océan Indien » ou le « tramway qui va révolutionner les transports urbains de la Capitale » ont été dévoilées devant 7000 « jeunes » (Cf Revue de l’Océan Indien n°321- Janvier 2011). CIF s’engageait à financer ces infrastructures en échange des permis miniers et pétroliers en pré-production dont les titulaires légaux seront tout bonnement éjectés sous divers prétextes. Ils ont même sponsorisé le Salon International des Mines et des Hydrocarbures de Mamy Ratovomalala, histoire sans doute de bien cerner les cibles. Toutefois, après avoir passé en revue les « richesses minières et pétrolières » de Madagascar (à l’exclusion de Rio Tinto QMM et Ambatovy, trop gros à avaler), CIF en est arrivé à la conclusion que ce qu’ils avaient sous les yeux était trop marginal (perimètres aurifères ou cuprifères), trop cher à exploiter donc risqué (Madagascar Oil) ou très peu avancé donc pas intéressant. Ils ont mis les voiles à leur tour, d’où l’absence de tramway à ce jour (?) Si des gens aussi peu scrupuleux n’en veulent pas de nos fameuses richesses, d’où vient alors notre optimisme béat sur nos « harena an-kibon’ny tany » ?

      En fait, les opinions exprimées par le president et son ministre s’expliquent à la fois par le clientélisme politique (normal vous me direz) et par le perception populaire et populiste qu’ils épousent malgré leur statut. Dans une certaine mesure, la terminologie malgache elle-même est en cause. En effet, nous ne faisons guère la distinction entre indices, ressources et reserves. Tout se résume pour nous à « harena ». Il suffit que quelques indices de présence de substances minérales soient identifiés dans un endroit pour que tout le monde croit et crie au pactole. Des indices, il y en a des tonnes à Madagascar. Des ressources, c’est-à-dire la présence de minerais en concentration économique mais non prouvées extractables encore, beaucoup moins. Quant aux réserves, c’est-à-dire des gisements prouvés et quantifiés, il n’y en a que trois, représentées par les trois grandes mines en opération. Trois tondus à qui il manque encore deux pelés pour constituer un minima !!

      Pour parler des points de défaillance de la politique nationale, la « nouvelle » politique nationale pour être exact, cette règle encore non écrite, c’est le manque de vision, de connaissance, et de courage qui saute aux yeux. Trop de marchandages pour un bien incertain (varotra omby anaty ambiaty comme on dit). Trop de nationalisme minier alors que les ambitions sont grandes (12% du PIB en 2019). Trop de portes ouvertes à la corruption, laquelle gangrène déjà le secteur depuis la chute de Ravalomanana. Les décideurs politiques sont soit mal conseillés soit totalement autistes, soit les deux en même temps. En tout cas, aux yeux des investisseurs, cela ne fait pas sérieux du tout, d’où le flop du dernier Salon des Mines et du Pétrole qui a vainement attendu la ruée d’investisseurs tant annoncée.

      Pour conclure, j’ai peur qu’il est déjà trop tard pour Madagascar pour prendre le train d’une croissance dopée par les revenus miniers vu que le contexte mondial du marché des matières premières est déjà des plus morose, surtout que ce cycle pourrait s’éterniser. En se fourvoyant dans le chemin du marchandage populiste de la transition que continue d’emprunter le présent régime, nous sommes devenus doublement repoussants pour les flux d’investissements internationaux, et pas que dans les mines. Toutefois, il est encore temps de rectifier le tir pour préparer l’avenir mais certainement pas l’avenir immédiat. Il reste toujours l’espoir qu’un potentiel marginal comme le nôtre, a condition d’être bien identifié et bien défini, puisse revenir en grâce lorsque les gisements plus rentables qui existent ailleurs seront épuisés. Mais ce ne sera pas encore pour demain.

      Cordialement.

    • 2 octobre 2015 à 14:05 | vatomena (#7547) répond à Tsisdinika

      Je vous crois avec raison.Tsisdinika .Le grand père disait déjà : il y a de tout ici .Mais tres éparpillé .Les gisements sont fracturés. On ne peut envisager de grandes exploitations . Les filons s’égarent dans le sou-sol . Madagascar ne ressemble en rien à un miracle minier. L’Eldorado promis est un leurre .Le pauvre a besoin d’un reve ; Revons avec notre si bon gouvernement .

    • 2 octobre 2015 à 16:16 | Tsisdinika (#3548) répond à vatomena

      Le grand-père avait malheureusement raison. Madagascar a été, est, et peut-être restera un pays d’échantillons, même dans les mines. Les mines d’or découvertes ici pendant la colonisation par exemple n’ont guère prospérées. J’espère pourtant que de nouvelles technologies d’exploration puissent voir le jour pour pouvoir faire des découvertes à moindre frais car je crois qu’il est toujours possible de trouver quelque part des concentrations de minéraux qui pourrait être rentable.

    • 2 octobre 2015 à 17:27 | liliquilit (#7755) répond à Tsisdinika

      Un grand merci à Tsisdinika pour son éclairage sur la problématique des ressources minières à Madagascar. Si vous ne l’avez déjà fait, votre connaissance et analyse sur cette question mériteraient d’être largement diffusées dans les media et réseaux sociaux. La rengaine « Madagascar est riche mais les Malgaches sont pauvres », « Madagascar est pillé par les étrangers » etc.. me laisse sceptique. Je n’ai pas de grande connaissance du secteur minier, par contre je connais la RDC dont les richesses sont incomparables avec celles de Madagascar. Un Etat défaillant, une corruption généralisée et les conflits périphériques ont débouché sur un véritable pillage des ressources du Kivu et près de 5 millions de morts principalement chez les populations civiles. La Guinée-Equatoriale s’est enrichie considérablement suite à l’exploitation de ses gisements pétroliers mais ces milliards de $ sont restés dans les poches de la famille présidentielle et n’ont pas permis un développement du pays, non seulement les guinéens sont tout aussi pauvres qu’avant mais en plus ils subissent une dictature féroce... Bref, je ne souhaite pas cela pour Madagascar. Les richesses minières peuvent contribuer au développement d’un pays mais aussi à son chaos, tout dépend du niveau d’intégrité et de compétence de ses dirigeants, de la solidité de ses institutions et du niveau de contrôle de la corruption. Par contre, la qualité des ressources humaines est indispensable au développement d’un pays. C’est un des grands atouts de Madagascar qui dispose d’une population jeune, qualifiée, francophone qui est aussi une main d’oeuvre la moins chère au monde. Dans un contexte de mondialisation où la délocalisation est devenue le maître mot, Madagascar présente des atouts certains. Les Américains ne s’y sont pas trompés en rétablissant l’AGOA. Cela concerne aussi une main d’oeuvre plus qualifiée dans les secteurs des centrales d’appel, de l’informatique et l’expertise comptable. Madagascar intéresse ... intéresse beaucoup. On en parle dans la presse économique, beaucoup dans la presse maghrébine car Madagascar est un concurrent sérieux qui fait peur... Par contre la presse malgache ne s’en fait pas écho et ce sujet n’est pas abordé par l’intelligentsia malgache. Les ressources minières c’est un peu le « miroir aux alouettes », ça fait rêver... Mais les Malgaches feraient bien de revenir sur terre, de prendre conscience de leurs atouts et de les mettre en avant afin de préparer l’avenir.

    • 2 octobre 2015 à 21:32 | caro (#7940) répond à Tsisdinika

      Bonsoir Tsisdinika,

      Je vous remercie infiniment de cette réponse de qualité pour laquelle je me suis dis que l’attente a bien valu la peine sans pour autant donner raison au délestage, un mal honteux qui nous pèse trop.

      Vous avez parfaitement répondu aux questions que j’ai posées et vous avez mis la barre tellement haut que d’autres participants - pour n’en citer qu’une, liliquilit, une « connaisseuse et amoureuse » aussi me semble-t-il, de notre pays – s’accordent à constater son importance et que je la rejoins pour une large diffusion de votre exposé. J’en ai appris beaucoup de choses. Encore merci.

      Je suis du même avis que vous lorsqu’on se précipite à faire des déclarations intempestives en faisant un bouillon avec « … indices, ressources et reserves. ».

      Pour aller plus loin en extrapolant cette manière de voir, je crois que c’est un peu une de nos tares qui consistent à exagérer, un tant soi peu, afin de donner une importance ou se donner de l’importance quant à la réalité d’un contexte : une psychologie dont le changement requiert des capacités d’examen de soi. Non seulement on se leurre, mais on le fait aussi à ses compatriotes, et comme les investisseurs ne sont pas nés de la dernière pluie, nous nous trouvons par la suite nus comme un ver. A preuve, comme vous le signalez « … aux yeux des investisseurs, cela ne fait pas sérieux du tout,… ».

      Pour le deuxième volet de votre réponse, je relève donc, si j’ai bien compris qu’à ce jour notre politique nationale en la matière reste à définir alors qu’on y mise déjà « à outrance » pour les années à venir pour faire du : « valala any an-danitra ka asian-tsira ! » ; à laquelle s’ajoute la permanence de la corruption.
      Je pense que votre façon de voir à laquelle je joins la mienne, constitue un outils précieux sur lequel nos gouvernants doivent prendre appui, ou à tous le moins s’en inspirer car la connaissance d’un secteur donné ne se résume pas à des prétentions, des intentions ou des déclarations politiques, justes bonnes pour le clientelisme.

      Il n’est pas inutile de rappeler que dans une étude sérieuse d’un dossier, et c’est valable dans la quasi exclusivité de tous les domaines, il faut réunir toutes les compétences – en général pluridisciplinaires -, les connaissances, les études effectuées antérieurement ainsi que l’expertise des professionnels du métier concerné afin de dégager et de prévoir tous les tenants et les aboutissants de la question. En dehors de cette méthode, on risque de ne pas trouver les bons partenaires ou de s’égarer en cours de route, si ce n’est déjà le cas dès l’engagement de l’affaire.

      Votre conclusion a l’air un peu alarmiste, ce qui est conforme au constat que vous avez dressé, sans pour autant noircir le tableau car vous entrevoyez tout de même une possibilité « … de rectifier le tir pour préparer l’avenir… ».

      A titre personnel, en dehors d’ un pessimisme ambiant au vu de ce qui prévaut actuellement au pays, je ne cesse de secouer nos gouvernants pour qu’ils aient des démarches plus incisives et délurées en mettant en œuvre toutes les forces octroyées par le droit qu’ils ont en leur possession en vertu de la légitimité de leur élection.
      Il est grand temps que ce pouvoir se défasse de ce manque de vision tant décrié et qui ne fait pas éclaircir nos horizons.

      Cordialement

    • 2 octobre 2015 à 21:49 | caro (#7940) répond à liliquilit

      Bonsoir Liliquilit,

      J’espère que vous ne m’en voudrez pas si je vous ai cité dans mon message à destination de Tsisdinika.

      Ce n’est pas la première fois que vous manifestez un intérêt pour ce pays avec vos regards certes à l’européenne mais pour lesquels une malgache telle que je suis ne peut ignorer. Je n’ai pas manqué non plus de noter que vous gardez une distance lorsque les questions touchent « personnellement » le malgaches.

      J’aimerais vous poser une question à laquelle je souhaiterais vivement une réponse, qu’elle soit négative ou positive, même si j’ai déjà une petite idée :

      Vue votre expertise et l’affection que vous portez pour ce pays et son peuple ( beaucoup d’étrangers ne connaissant pas le « Farehitra » entre autres), est-il possible de concevoir un jour vous voir participer à une action quelconque (caritative, administrative, politique, …) ou simplement en qualité d’ « observateur » dans le but de faire progresser ce pays ?
      Je note bien que je ne suis affiliée à aucun organe ou entité quelconque, la question est strictement personnelle découlant de vos contributions sur cette plateforme.

      Cordialement

    • 2 octobre 2015 à 22:00 | caro (#7940) répond à Tsisdinika

      « Les mines d’or découvertes ici pendant la colonisation par exemple n’ont guère prospérées. » :

      Parlant de cette période coloniale, j’ai un souvenir assez vague d’un ouvrage de géographie utilisé en classe primaire dans le temps qui faisait état des ressources minières de Madagascar, et même de l’uranium y figurait dans la partie nord du pays.
      Simple expectative ou réalité ? peut-être juste à l’état de trace comme vous le dites.

      Neanmoins, quand on parle de tonne d’or qui sort à l’année clandestinement de l’aéroport pour atterrir à Dubaï, on peut quand même dire que l’activité prospère !

    • 3 octobre 2015 à 00:42 | liliquilit (#7755) répond à caro

      Bonsoir Caro,

      J’avoue être touchée et étonnée (je ne pense pas avoir évoqué le farehitra sur MT, je crains d’être démasquée...) de votre post. Il est vrai que mes attaches à Madagascar sont fortes, j’y ai consacré mes travaux de recherches, j’y ai exercé des responsabilités et j’aime ce pays qui sera ma destination finale (comprenne qui voudra...) . Lorsque l’on aime un pays, on souffre quand ce pays va mal, on donne des conseils pour que le pays aille mieux, on s’engage pour améliorer les choses ... sans rien espérer en retour. Au risque d’en choquer certains, il y a beaucoup de nationalistes mais peu de patriotes à Madagascar. On aime se faire valoir pour se donner de l’importance, asseoir une position sociale, obtenir des privilèges ou un poste, mais les Malgaches qui vouent à un amour désintéressé à leur pays sont une denrée rare (mais ils existent quand même fort heureusement...).

      Quand on regarde Madagascar aujourd’hui, on se dit : quel gâchis ! Ce pays recèle tellement de richesses, a un tel potentiel, quel dommage que le présent et le devenir de ce peuple soient sacrifiés par quelques égoîstes et incompétents...

      Quand on lit Madagascar Tribune, on se dit comment se fait-il que les media ne traitent pas des vrais problèmes de ce pays, ou partiellemment, ou mal ? Les commentaires des internautes sont pathétiques, ils ne comprennent pas qu’à travers leurs échanges de bêtises et règlements de comptes personnels, ils donnent une image pitoyable de leur pays... Fort heureusement, certaines contributions sont très instructives et certains échanges très constructifs. Cela mérite d’être souligné, car la vraie richesse est humaine, et Madagascar peut compter sur de vraies compétences, des personnes intelligentes, engagées qui pourraient changer le cours des choses. Mais le système les brise et les voue à la marginalité, à la clandestinité. C’est triste mais c’est ainsi..
      .
      Aussi, pour répondre à votre question, Caro, oui bien sûr, je suis prête à contribuer au débat d’idées et à mettre en oeuvre des actions concrètes pour le développement de Madagascar, parce que c’est ce que je fais déjà. Mais en toute liberté et surtout en toute discrétion. Car mon positionnement est que les idées, les actions, les résultats doivent être mis en avant bien plus que les personnes. Je nage peut-être à contre-courant de la majorité bien-pensante, mais je suis ainsi et je ne changerai pas.

    • 3 octobre 2015 à 02:28 | caro (#7940) répond à liliquilit

      Bonjour Lilliquilit,

      Merci infiniment d’avoir donné suite à ma question, en espérant que l’étonnement né de la surprise ne soit pas trop désagréable. Vous n’avez certes pas évoqué la question dont s’agit sur MT, et pour le respect absolu de votre discrétion je cesse d’en parler. C’était juste un concours de circonstance.
      Je suis reconnaissante pour tout ce que vous faites, et les bénéficiaires, même s’ils l’ignorent, vous avez la satisfaction morale d’œuvrer pour un pays qui vous est cher.

      Je pense que si l’on est intellectuellement honnête, on ne pourrait pas vous reprocher la distinction que vous faites des nationalistes des patriotes. Vous ne pouvez pas ignorez que ces comportements de certains viennent globalement - pour ne pas heurter davantage des sensibilités à fleur de peau - de la misère ambiante qui fait que tout ce qui relève du paraître aurait une consonance « valorisante » et confèrerait une position sociale.

      Quant au traitement par les médias des vrais problèmes de ce pays, il faut reconnaitre qu’il y a encore beaucoup à faire, surtout pour sortir nos journalistes du carcan du « clientélisme » rameuteur. A Madagascar, il me semble que le standard, aussi bien pour les journalistes que pour les lecteurs, n’est pas encore à niveau. Pour le commun des mortels, tout se résume pratiquement à la quête de l’alimentaire, ce qui n’est point curieux au regard du classement mondial du pays. Mais comme vous le dites si bien, « quelques égoîstes et incompétents... » obscurcissent les horizons.
      Je ne sais pas encore comment mais il ne sera pas toujours ainsi.

      Encore merci de votre réponse, je me sens choyée et heureuse d’apprendre que vous êtes « prête à contribuer au débat d’idées et à mettre en oeuvre des actions concrètes pour le développement de Madagascar… » et qu’en plus, vous le faites déjà.
      Pour la liberté et la discrétion, je dirais que ce sont les gages de l’efficacité.

      Avec toutes mes considérations.

    • 3 octobre 2015 à 19:03 | zanadralambo (#7305) répond à liliquilit

      Bonjour, Liquillit. Vous avez raison, certains, pour ne pas dire beaucoup, sur ce site confondent patriotisme et nationalisme. En oubliant ou en feignant d’oublier ce que le second a apporté de malheurs à des peuples à qui des oiseaux de malheur ont fait miroiter un paradis artificiel construit sur leur prétendue supériorité. Hitler ou le Japon impérialiste sont un peu loin, mais les Balkans dans les années 1990, le Rwanda dans les années 2000, la crise ukrainienne actuellement devraient faire reflechir les faucons.
      Des gens comme vous qui aiment ce pays sans en être natif, ça réchauffe le coeur.

  • 1er octobre 2015 à 10:25 | tanguy37 (#7699)

    C’est bien joli de demander de l’argent aux autre,mais rembourser ses dettes ,c’est mieux !!!!

  • 1er octobre 2015 à 11:02 | ramaso (#7441)

    Les autorites comptent bpc sur cette reunion de LIMA...Ce regime du PRM HERY ne fait que rever de ces AIDES FINANCIERES EXTERIEURES ! LE FMI etait bien lä hier mais n´a rien promis,c´est pas au PEROU que tout va changer,MADAGASCAR est dans une impasse totale,LE TOURISME qu´on croyait faire bouger pour attirer 300000 touristes vient d´essuyer encore un revers:DES TOURISTES ONT ETE ATTAQUES DANS LES PARCS NATIONAUX DU NORD ET DEPOUILLES DE TOUS LEURS BIENS,comme tjs les FORCES DE L´ORDRE arrivent apres les faits,laissant ainsi les JIOLAHY prendre le large tranquillement,LE PRM HERY se trompe de combat avec LA CORRUPTION,le GRAND ENNEMI qu´il faut combattre c´est L´INSECURITE qui bloque toute la vie sociale et economique et fait perdre bpc d´avantages a MADAGASCAR,sinon la CORRUPTION est une tradition partout dans le monde,seulement c´est officielle a ciel ouvert au PAYS DU MORA MORA.

  • 1er octobre 2015 à 11:15 | Mihaino (#1437)

    L’émission Don-Dresaka de TVPlus dimanche dernier a été instructive et enrichissante . Les 4 économistes invités ont chacun exposé et défendu leurs visions , leurs convictions et le débat de plus d’une heure nous a montré et démontré la nécessité ou non de quémander sans cesse des financements extérieurs ( BM, FMI, BAD ....). A chacun d’apporter ses propres conclusions !

    • 1er octobre 2015 à 14:59 | Turping (#1235) répond à Mihaino

      Merci pour ce rappel Mihaino ! l’émission Don-dresaka c’est intéressant ,une de mes préférées . Bientôt notre départ pour Madagascar dans l’attente des vacances de Toussaint avec les préparatifs y afférents.Malgré ,les problèmes, le pays reste dans le coeur profond !On y découvrira encore les surprises après 2années d’absence !

  • 1er octobre 2015 à 11:25 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Déblocage rapide des instruments financiers disponibles ...

    Deux ans après Mahamasina , Hery patauge toujours dans la panade (très grosses difficultés financières)

    Ceux qui maitrisent ces fameux ’mécanismes’ savent qu’un éventuel déblocage
    (décaissement) n’est définitif qu’après un an d’âpres discussions , techniques , juridiques etc

    Or depuis son accession Hery et son premier cercle (voyez le sieur Rivo Rakotovao) sont impuissants , voire incapables de pondre le moindre document
    afférent à ce problème

    En fait ce ’voyage’ sert , encore , à Hery de s’échapper de Madagasikara , sa cote de popularité frisant le double zéro

  • 1er octobre 2015 à 14:17 | Saint-Jo (#8511)

    De bonnes âmes pensent au remboursement des dettes !
    Wow !

    Mais dîtes-moi : en privé, avez-vous déjà prêté quelque argent à un Gasy ?

    Ah ! Vous dîtes oui !
    D’accord !

    Et dîtes-moi honnêtement : l’argent que vous avez prêté vous a-t-il été rendu ?

    Je ne vous demande pas si c’est « rendu selon les modalités (en temps et en heure ou en totalité, par exemple) que vous vous êtes fixées ensemble au moment où avez prêté l’argent ».
    Non ! Je vous demande seulement : est-ce que l’argent que vous lui avez prêté vous été rendu ?

    Je vous pose la question parce que : prêter de l’argent à un Gasy équivaut à dire adieu à l’argent que vous risquez dans l’affaire.

    Vous voulez une preuve ? C’est très simple !

    A la première occasion favorable où vous pouvez éprouver ce que je viens de dire, plongez-vous dedans tête baissée.
    Prêtez lui vos sous.
    Et vous verrez par vous-même la suite.
    Un conseil quand même : ne lui prêtez pas une somme trop astronomique !

    Ensuite, attendez et vous verrez ! Et surtout soyez patient et tolérant.

    • 1er octobre 2015 à 14:31 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Saint-Jo

      Bonjour,

      Le problème ne concerne pas seulement les GASY mais les pauvres en général peu importe leurs nationalités d’où l’affirmation : « Les banques ne prêtent qu’au riche » ou bien « RAHA NOANA NY KIBO MIVEZIVEZY NY FANAHY ».

    • 1er octobre 2015 à 14:48 | Turping (#1235) répond à Saint-Jo

      Saint Jo ,
      Même si vos affirmations sont vagues ,tout dépend du contexte dans lequel vous ,vous êtes imprégné .
      - Le contre exemple de ce que vous veniez de dire ,c’est le prêt ,l’emprunt provenant de la famille proche .
      - Certes ,que la confiance vaut de l’or ,même si ce n’est pas toujours le cas .
      - Dans la famille ,l’argent que j’ai prêté ou qu’on m’a prêté a été toujours rendu en totalité ,au bon moment avec les modalités ,etc,....
      - Prêter de l’argent à un gasy ne signifie pas toujours ,de l’argent perdu quand vous connaisez votre interlocuteur .Seulement ,il ne faut pas faire avec n’importe qui !Cela dépend aussi avec quelle famille ,soeur ,frère vous avez à avoir une affaire .
      - Là problématique se repose sur la confiance car beaucoup de gens sérieux ne veulent pas trahir la confiance mutuelle même une seule fois .La parole vaut de l’or même dans tous les domaines .
      - En parlant des karanas et Sinoa , ils s’en sortent car ils se font confiance entre eux .Une confiance qui n’a jamais été trahie surtout au niveaux du travail .Ils s’entraident car l’argent prêté servira à ouvrir un magasin de commerce ,etc,.... puis l’argent sera rendu .même dès fois ,s’il y a un petit problème de remboursement ,de retard ,etc.... la promesse a été toujours tenue .
      C’est vrai ,en faisant allusions à vos dire ,ce n’est pas le cas à 90 % en général car celui qui prête est considéré comme un fou ou une folle car en général ,c’est de l’argent « adala Tompo » qui a été prêté . L’honnêteté joue un rôle majeur car ce dernier faisant partie d’une valeur inestimable ,valable pour la société malgache .C’est une des raisons qui expliquent le non avancement de ce pays en général ,car tout ce qui est ressort de la valeur morale ,de l’entraide ,de solidarité ,....le tout reste dans l’ensemble des valeurs qui été bafouées au nom du fihavanana au fil du temps ,une sorte d’hypocrisie où monter les uns contre les autres deviennent à la mode .Trouver une vraie confiance mutuelle dans la vie reste une valeur très recherchée même dans la société .
      - Voyez-vous ,même la banque à Madagascar en général entre les malgaches ne fait pas confiance .pourtant si les karanas tapent à la porte avec une certaine caution ,on fait confiance .Trouvez l’erreur Saint-Jo §

    • 1er octobre 2015 à 16:59 | Saint-Jo (#8511) répond à Turping

      " 1er octobre 14:48, Turping (#1235) répond à Saint-Jo (#8511)

      a) « Même si vos affirmations sont vagues ... »

      Hum ! peut-être pas vagues, mais on peut dire globales !

      b) « Certes ,que la confiance vaut de l’or ,même si ce n’est pas toujours le cas ».

      Nous sommes sur la même longueur d’onde sur ce point.

      c) « Dans la famille, l’argent que j’ai prêté ou qu’on m’a prêté a été toujours rendu en totalité, au bon moment avec les modalités ,etc,.... »

      Vous avez une chance inouïe alors.
      Peut-être êtes-vous un habituel pourvoyeur de fonds qu’il ne faut surtout pas décevoir, sinon le robinet risque de se fermer définitivement pour tout le monde.

      d) « Prêter de l’argent à un gasy ne signifie pas toujours, de l’argent perdu quand vous connaisez votre interlocuteur. Seulement ,il ne faut pas faire avec n’importe qui ! »

      En général, vous prêtez à quelqu’un en qui vous avez confiance.
      Vous ne prêtez jamais à quelqu’un en qui vous n’avez pas confiance, n’est-ce pas ?
      Mais voilà, si une personne a réussi à vous tromper c’est parce que vous aviez confiance en elle.
      Vous n’allez pas me dire que l’on peut être trompé par une personne en qui on n’a pas confiance.
      Ce serait aberrant.

      e) « C’est vrai ,en faisant allusions à vos dire ,ce n’est pas le cas à 90 % en général »

      Hum ! Je dirais, moi, un rapport plutôt inverse !

      f) « L’honnêteté joue un rôle majeur car ce dernier faisant partie d’une valeur inestimable ,valable pour la société malgache ... une vraie confiance mutuelle dans la vie reste une valeur très recherchée même dans la société » .

      Hum ! Je constate que vous avez le moral.
      Mais comme toute « valeur inestimable et recherchée » , « l’honnêteté et la confiance mutuelle » sont devenues très rares dans ce pays.

      g) Par contre, je n’ai pas parlé des prêts à la banque.

      h) La confiance des Sinoa entre eux est plutôt rigolote.
      Nous avions deux clients sinoa dans le Nord-Est de l’île.
      Leur magasin leur appartenait à tous le deux, non pas en association, mais à tour de rôle.
      Le dimanche après-midi, ils jouaient aux dominos.
      Alors le vainqueur de cet après-midi-là était le propriétaire officiel du magasin pour la semaine qui vient.
      Alors quand vous veniez chez eux pour une livraison ou pour une facture, vous ne saviez jamais à l’avance lequel des deux allait signer les papiers et régler la facture que vous allez présenter.

    • 1er octobre 2015 à 17:49 | Turping (#1235) répond à Saint-Jo

      Saint Jo,
      - Vous me dîtes si j’ai eu une chance inouie ! je ne peux pas vous le dire .
      - Mes frères et soeurs à Madagascar s’en sortent bien .Le moins loti c’est le médecin spécialiste ayant fait ses études de médecine en France .Il touche le salaire gasy mais ne paie pas de loyer .
      - Les autres ,avec de bonnes situations ,ayant déjà 2 ,3 maisons même en France .Y en a un qui est milliardaire dans les affaires ayant même une entreprise en France .
      - Bon l’histoire de se prêter de l’argent même si ce n’est pas tous les jours ,cela arrive ! faire un échange de dévises où si j’ai besoin de l’argent en Ariary pour une histoire de l’équivalence de 1000 euros ,ou 2000 euros pour les travaux de la maison ,ils donnent de l’argent à ma mère toujours vivante à qui je fais confiance à 100% sans aucuin problème puis je verse l’équivalent de l’argent sur son compte bancaire en France en envoyant le récépissé via internet ,...Une opération qui se renouvelle de temps en temps ! pas de problème ! La preuve ,je vois la construction qui progresse et sur place les travaux faits sans méfiance .Plutôt, je dois donner beaucoup de cadeaux et de reconnaissance !
      - Ma méfiance personnelle se repose sur la mentalité « tiatiakely » . Même quand j’étais sur place ,si vous commandez 10 000 briques ,des moelllons ,il faut les compter,....surtout les sacs de ciment car cet esprit malsain reste toujours unesprit endémique ,...pourtant ,on paie bien le salaire des ouvriers ,on leur achète quelques kilos de viande comme récompense quand ils avancent vite dans les travaux ...
      Merci quand même !je vous ai partagé un peu e secret personnel .Vous êtes ouvert ,comme moi .seulement ,il faut éviter de raconter sa vie personnelle sur le forum.Beaucoup le prennent comme une arrogance !

    • 1er octobre 2015 à 18:48 | Saint-Jo (#8511) répond à Turping

      Merci pour votre confiance, Turping !

  • 1er octobre 2015 à 14:33 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Pauvres de nous, la manne ne vient plus du ciel mais de LIMA au Pérou.

    • 1er octobre 2015 à 15:57 | Mihaino (#1437) répond à plus qu'hier et moins que demain

      J’ai bien rigolé PQMD !
      Avec la manne de LIMA , nous pourrions chanter en chœur : Manne, manne manné marina mafy ê !

    • 1er octobre 2015 à 17:02 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Mihaino

      Sauf que pour faire descendre la manne du ciel, il faut des incantations de la part des initiés (prophète, « fils de Dieu », etc..).
      Quid de celle de Lima ?

  • 1er octobre 2015 à 14:44 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Dans tout projet d’investissement, les investisseurs avisés tiennent compte des avantages comparatifs, des risques pays, de la durée de vie de la matière voire de l’exploitation et de la conjoncture voire de son évolution dans le temps en faisant des projections pluriannuelles.

  • 1er octobre 2015 à 14:47 | ATAVISME PREMIUM (#8774)

    Comment est’il possible dans un pays ou la quasi totalité des adultes pensent exclusivement a leurs profits immédiats,que l’on puissent disserter ainsi des affaires communes comme si l’on était dans un pays respectueux des lois et des règlements .
    Vos responsables, qui sont tous irresponsables, ne pensent qu’a se remplir les poches ,ils n’y a pas d’autres lois en ce pays !
    Donc la mentalité doit changer fusses dans la violence !
    Disserter ,disserter cela ne sert a rien !!!
    Ce sont vos pères ,mères ,frères ,soeurs ,familles qu’ils faut convaincre d’arrêter ce cirque !
    Surtout tous ceux qui sont fonctionnaires et personnels politiques

    • 1er octobre 2015 à 16:09 | rayyol (#110) répond à ATAVISME PREMIUM

      Je crois que ceux qui dissertait le plus n ont plus grand chose a dire Quand la realitee finit par s imposer Tous ont mal a la tete de s epoumonner sans cesse pour rien Beaucoup ont carrément rendu les armes Il ne reste qu un espoir que les dahalo s emparent du pouvoir ah ah

    • 1er octobre 2015 à 16:11 | rayyol (#110) répond à rayyol

      comme dirait quelqu un vous n es pas tanne de mourir bande de cave

  • 1er octobre 2015 à 17:12 | diego (#531)

    Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour le retour Mihaino.

    En à peine dix phrases, Mme Léa Ratsiazo résume, si je peux me permettre, professionnellement, les difficultés que notre pays doit affronter, et le régime de Mr R. Hery doit faire face aujourd’hui, à court terme, et ses successeurs vont devoir affronter sur le long terme.

    Les caisses de l’État malgache sont vides. Tout le monde le sait. Nous avons besoin d’aide financier pour survivre. Nos besoins sont énormes, l’entrée fiscale est maigre, les impôts couvrent à peine la moitié les dépenses de nos parlementaires et les salaires de nos fonctionnaires. Et dans le même temps, l’ensemble des pouvoirs publics n’a jamais été aussi pauvre et peu efficace :

    - et l’État n’a pas de Budget !!!! Et qui en parle dans le pays ? Mr R. Hery n’y touche pas un seul mot !!!

    C’est une situation politique qui nous est familière depuis six ans et plus ! Beaucoup des Malgches ont du mal à l’admettre :

    - nous n’avons plus une seule institution fiable, en bon état à Madagascar. SAMY MAKA HOAZY IO....l’État est BANGA RIDANA, mais il a envie de manger de la viande....lol...

    Mr R. Hery et ses alliés ont, dès le lendemain de leur victoire, confondu victoire, légitimité, lutte contre la pauvreté et développement économique. Pour Mr R. Hery, la voie est libre, l’aide doit arriver immédiatement et massivement, parce que Madagascar a un président légitime :

    - une attitude qui met en plein jour l’inexpérience du président dans la conduite des affaires de l’État, et une souffrance vis-à-vis des institutions internationales.

    Obtenir des financements venant des institutions internationales exige une présence des institutions solides et fiables, fonctionnelles dans lesquelles les aides vont transiter, avant d’arriver à destination.

    Tout ceci nous ramène à ce que je ne cesse de répéter ici depuis des mois :

    - il nous fait impérativement gagner, à moyen et surtout à long terme, la stabilité politique.

    Il n’y a pas mille manières pour retrouver la stabilité politique, il faut que la classe politique malgache manifeste l’envie de gouverner son pays et le fait dans les mois à venir pour espérer recevoir de l’aide.

    Madagascar a besoin d’aide, ce pays ne cesse de s’appauvrir, mais les institutions internationales ne vont pas céder tant que les politiciens et les leaders politiques refusent de mettre en place des institutions fiables qui géreront ces aides.

    L’aide internationale est auditionnée par la solidité des institutions et la stabilité politique d’un pays que le talent de négociateur du président ou des ministres, comme de Mr R. Hery ait pu faire la démonstration avec l’acquisition d’Airbus ou des ATR.

    Pour justifier son PND, le président doit faire la démonstration qu’il est capable de monter une coalition solide et fiable dans le temps. C’est à dire, mettre en place une majorité et un gouvernement fiables et solides pour gouverner le pays :

    - cette action s’appelle, construire et installer une confiance dans le pays, enfin d’obtenir la confiance, et du peuple, de nos opérateurs économiques et surtout des bailleurs des fonds, nos investisseurs traditionnels.

    On ne nous demande pas si nous sommes capables, si nos politiciens sont talentueux :

    - les institutions internationales ne reconnaissent que nos institutions nationales, fin de la conversation !

    La conversation ne va pas être directement économique, trop facile. Nos gouvernants vont baratiner, tout le monde le sait. Mais la conversation qu’on va nous être imposée est politique :

    - on va nous demander, les yeux dans les yeux, si Madagascar est un pays stable ;

    - et la suite logique sera comment pourrait-on nous aider ?

    Sommes-nous capables d’y répondre ? Franchement, sans se mentir ?

    • 1er octobre 2015 à 18:36 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à diego

      Bonjour,

      Notre cas sera-t-il au centre ou à la marge de ce grand débat de 3 à 4jours ?
      Le résultat attendu dépend évidemment de la réponse à cette question.

    • 1er octobre 2015 à 19:09 | diego (#531) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Bonjour,

      Prendrait-on Mr R. Hery au sérieux ? Ou passe-t-il pour un président rigolo ?

      Les représentants des institutions internationales en ont bien une bonne idées !

      On ne parle pas de PND quand les caisses de son État sont vides ! Mr. R. Hery ne sera pas ridiculisé, mais nous n’obtiendront pas c’est dont nous avons besoin..

    • 2 octobre 2015 à 02:35 | rayyol (#110) répond à diego

      Et oui vous avez raison .Comme la plupart des gens ici.Mais le message ne se rend pas .Celui que vous voulez convaincre ne lit pas ce forum

  • 2 octobre 2015 à 07:26 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107)

    Toujours dans== les phases critiques== des « GOUVERNANTS »,pour les Malgaches.
    Madagascar aura sa part de gâteau de la part de :
    - la Banque Mondiale
    - et du FMI.
    Point barre !
    ce qui m’intéresse c’est la réalité :
    - « La FRANCE ,un Peuple de race...b.l.a.n.c.h.e » ;

    • 2 octobre 2015 à 07:38 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Camille Omar El-Mektoub est-il « MALAGASY » ???

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

  • 2 octobre 2015 à 17:30 | liliquilit (#7755)

    Un grand merci à Tsisdinika pour son éclairage sur la problématique des ressources minières à Madagascar. Si vous ne l’avez déjà fait, votre connaissance et analyse sur cette question mériteraient d’être largement diffusées dans les media et réseaux sociaux. La rengaine « Madagascar est riche mais les Malgaches sont pauvres », « Madagascar est pillé par les étrangers » etc.. me laisse sceptique. Je n’ai pas de grande connaissance du secteur minier, par contre je connais la RDC dont les richesses sont incomparables avec celles de Madagascar. Un Etat défaillant, une corruption généralisée et les conflits périphériques ont débouché sur un véritable pillage des ressources du Kivu et près de 5 millions de morts principalement chez les populations civiles. La Guinée-Equatoriale s’est enrichie considérablement suite à l’exploitation de ses gisements pétroliers mais ces milliards de $ sont restés dans les poches de la famille présidentielle et n’ont pas permis un développement du pays, non seulement les guinéens sont tout aussi pauvres qu’avant mais en plus ils subissent une dictature féroce... Bref, je ne souhaite pas cela pour Madagascar. Les richesses minières peuvent contribuer au développement d’un pays mais aussi à son chaos, tout dépend du niveau d’intégrité et de compétence de ses dirigeants, de la solidité de ses institutions et du niveau de contrôle de la corruption. Par contre, la qualité des ressources humaines est indispensable au développement d’un pays. C’est un des grands atouts de Madagascar qui dispose d’une population jeune, qualifiée, francophone qui est aussi une main d’oeuvre la moins chère au monde. Dans un contexte de mondialisation où la délocalisation est devenue le maître mot, Madagascar présente des atouts certains. Les Américains ne s’y sont pas trompés en rétablissant l’AGOA. Cela concerne aussi une main d’oeuvre plus qualifiée dans les secteurs des centrales d’appel, de l’informatique et l’expertise comptable. Madagascar intéresse ... intéresse beaucoup. On en parle dans la presse économique, beaucoup dans la presse maghrébine car Madagascar est un concurrent sérieux qui fait peur... Par contre la presse malgache ne s’en fait pas écho et ce sujet n’est pas abordé par l’intelligentsia malgache. Les ressources minières c’est un peu le « miroir aux alouettes », ça fait rêver... Mais les Malgaches feraient bien de revenir sur terre, de prendre conscience de leurs atouts et de les mettre en avant afin de préparer l’avenir.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 93