Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 10 décembre 2016
Antananarivo | 15h40
 

Société

CEPE

Le premier diplôme scolaire

vendredi 5 juin 2015 | Vania Lock
JPEG - 91.4 ko

Le premier examen officiel du parcours scolaire après sept ans d’études permet de décrocher le Certificat d’Études Primaires et Élémentaires (CEPE). 27 147 candidats s’y préparent dans la ville d’Antananarivo. L’épreuve aura lieu le 21 juillet prochain.

Opération, problème, SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) et TFM (Tantara sy Fiaraha-Monina) dans la matinée et malagasy, français et géographie dans l’après midi, tel est le programme du jour du déroulement de l’examen en vue de l’obtention du CEPE. Une épreuve qui se déroule de 08h30mn à 16h avec une petite pause entre 11h30 à 14h. Pour Antananarivo, 38 centres d’écrits dont 646 salles sont prévus accueillir le déroulement de l’examen. Le nombre de jury tourne autour de 2.179. Après l’examen, 2.385 correcteurs seront répartis dans les 15 centres de correction.

Organisation des épreuves

Au niveau de l’organisation administrative, l’établissement d’origine prépare les dossiers de ses élèves et les remet à l’établissement demandé, le collège où les élèves voudraient poursuivre leurs études. Mais, ils ont le choix entre se présenter pour le CEPE ou passer le concours d’entrée en classe de 6ème, ou les deux en même temps. L’établissement demandé a la responsabilité de s’occuper des convocations des participants à l’examen. Il envoie également leurs dossiers à la Circonscription Scolaire (CISCO). Cette dernière effectue la saisie de la liste des inscrits et leur donne à chacun un numéro matricule. Elle renvoie la liste des candidats répartis par salle à l’établissement demandé.
D’un autre côté, l’élaboration des sujets d’examen constitue une organisation pédagogique. Elle se fait en trois étapes. D’abord, les écoles, privées et publiques, fournissent des propositions de sujets d’examen. Ensuite, 5 à 6 enseignants par Zone Administrative et Pédagogique (ZAP) se réunissent et analysent les sujets proposés. Ils s’engagent par écrit à tenir la confidentialité des sujets qu’ils traitent. Ils peuvent modifier leurs contenus en compilant et en retirant certaines parties. Par la suite sortira un autre sujet qui sera envoyé à la Direction Régionale de l’Éducation Nationale (DREN). Celle-ci organisera une réunion plus restreinte avec des enseignants venant de chaque CISCO. Les sujets qu’ils feront sortir seront envoyés au ministère de l’Éducation Nationale. À environ cinq jours avant la tenue de l’examen, deux sujets au minimum sont imprimés, toujours sous haute protection et dans le secret afin d’éviter une fuite. À noter que l’examen du CEPE reste provinciale puisque les réalités dans chaque province sont prises en compte telles que les catastrophes naturelles.

Préparations méticuleuses et intenses

Décrocher son tout premier diplôme constitue tout un mode de vie. Au début de l’année scolaire, les enseignants mettent en place une préparation psychologique et pédagogique pour leurs élèves. De même pour les parents qui font comprendre l’importance de l’examen à leurs enfants. Clarisse, une infirmière se souvient de l’époque où son fils allait passer l’examen du CEPE : « Comme les enfants sont encore jeunes, ils ne comprennent pas beaucoup l’importance d’avoir un diplôme. Alors, dès que mon fils est entré en classe de 7ème, nous lui rappelions toujours qu’il y aura un examen officiel à la fin de l’année scolaire ».

À part les intenses révisions, les changements alimentaires et comportementaux de l’entourage sont aussi constatés. Michel, un père de famille, évite de frustrer ses enfants en période d’examen. En d’autres termes, il évite de les gronder ou d’aborder avec eux, les sujets qui fâchent. Et, comme dans plusieurs ménages, le plaisir des papilles est un des moyens pour cela. Un bon plat savoureux, « un menu spécial examen », tels que les poissons sont préparés pour le petit écolier, sans oublier le chocolat, excellent pour la mémoire. Mais, à côté de tout cela, il y a ceux qui prennent des médicaments comme aide-mémoire en période d’examen.

En tout cas en cette période de l’année, le programme scolaire est presque terminé. Il ne reste qu’à renforcer la capacité des élèves en faisant beaucoup de révisions et en traitant des sujets types. Andriamisavola, enseignante en classe de 7ème, constate que ses élèves ont encore du mal à résoudre les problèmes. À part les conseils pratiques partagés aux élèves, l’examen blanc constitue aussi une grande étape dans la préparation à l’examen officiel. Par ailleurs, il appartient aussi à l’école de redonner le moral aux parents d’élèves qui n’ont pas obtenu la moyenne lors des examens effectués en classe. Un surveillant d’une école primaire leur conseille de suivre et de surveiller les études de leurs enfants à la maison. Parents comme enseignants, tout l’entourage se sent concerné. Preuve que le CEPE a encore toute son importance auprès des petits écoliers et leurs parents, contrairement à ce qu’on constate dans le domaine de l’emploi. Ce dernier qui exige un baccalauréat au minimum.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 5 juin 2015 à 10:41 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    27147 candidats pour la ville d’Antananarivo , souhaitons qu’ils réussissent
    tous à cet examen et qu’ils puissent aller jusqu’au baccalauréat et mème au delà

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 268