Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 septembre 2016
Antananarivo | 06h23
 

Société

Le naufrage d’un boutre à Morondava a fait dans les 28 victimes

lundi 8 juin 2015 | Léa Ratsiazo

Un boutre a fait naufrage au large de Morondava dans l’après midi du 05 juin. Alors qu’il transportait une trentaine de passagers, seules deux personnes ont survécu. Donc au moins 28 personnes ont péri dans l’accident. Une délégation gouvernementale conduite par le ministre de l’Intérieur est descendue sur place. Ce genre d’accident est malheureusement fréquent dans cette zone. L’absence ou le mauvais état des routes oblige la population à emprunter les botry plus ou moins en bon état. Pour rejoindre Toliary par exemple ou les nombreuses localités le long du canal de Mozambique, le botry est le seul moyen de transport utilisé.

12 commentaires

Vos commentaires

  • 8 juin 2015 à 09:16 | valoha (#7124)

    Ka tsy botry anie no nitaingenan’ireo olona ireo, izay avy any Belo/Mer, fa vedety ! Vedety izay tsy nitandrina noho ny ahamafin’ny rano eo @ ny fidirana mankany @ ny Port Morondava, eo Betania io !! Mazana mafy ny rivo-drano eo, satria miaro ny ranomasiny sy ny ranomamy eo ! Ny vedety koa dia tsy mora ny nivoahan’ny mpiantsambo, satria voasarona. Nivadika noho ny rivo-drano ny vedety ka sarotra ny nivoahan’ny olo avy anaty vedety tao satria tsy mora ny famoahana noho izy ireo voasarona ! Io no nitarika ny loza rehetra !
    Mila mpanamory matianina isika alohan’ny iandraiketana adidy toa izao. Tsy maika sy mailo satria ain ;olo no raharaha eto !

    • 8 juin 2015 à 10:06 | Isambilo (#4541) répond à valoha

      Merci pour la précision qui change tout. Un bateau à voile du genre botry nécessite la connaissance du courant et du vent. Nous savons depuis les Portugais (Diego Dias en connaissait quelque chose puisqu’il s’est retrouvé dans la Mer Rouge sans savoir comment)que le Canal de Mozambique est très dangereux et seuls les marins expérimentés s’en sortent.
      Un Vezo ne s’y ferait pas prendre.

    • 8 juin 2015 à 10:47 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Isambilo

      Mboaka ahia ia ??

    • 8 juin 2015 à 10:51 | tsiresy (#8980) répond à Isambilo

      AZA ADINO NY OHABOLANA NY NTAOLY E
      Ny tampoka tsy maha vehivavy !!!
      Na experimenté aza aza mifehy Botry tokana !!!!!

  • 8 juin 2015 à 11:14 | takaka (#8449)

    Izao moa nama ny mpanao gazety gasy !
    Karazana chaloupe misy motera sinoa ilay izy. Olona 40 teo no tao. Nisy tsiokatimo ny andro nampivadika an’io chaloupe misy motera io. Dikany be ny riaka.
    Avy nandevina avy any Belo sur mer, atsimon’i Morndava ny 27 amin’izy ireo. Ny ambiny mpandeha tsotra. Ny vavarano fidirana eo Morondava dia tena ratsy sady marivo be. Rehefa be ny riaka dia aleo miandry ho ampo ny rano vao miditra satria kely ny lohariaka izay mamoy amin’iny (vague déferlante ho an’izay tsy mahay teny gasy).
    Tsy niandry an’io ilay mpamily an’io chaloupe misy moteur io.
    Ny botry nofaiko tsisy motera mitondra entana dia nivoaka ny andron’io koa hoany avaraatr’i Morondava, tsisy rendrika izany.
    Ary aza manala baraka botry ry Lea fa sarotra rendrika ireny.
    Les boutres suivent bien les normes techniques de navigation depuis belle lurette même si on utilise des connaissances empiriques.
    Comprende.

  • 8 juin 2015 à 11:50 | tiagasy (#6521)

    Tout M/car, depuis Samedi ... savait que les victimes sont proches de l’ancien Premier Ministre, Mr KOLO ROGER.
    Notre Journaliste, Mme Léa RATSIAZO est « radine » sur le contenu de sa « rédaction » au sujet de ce drame.
    Madagascar Tribune ne possède pas des correspondant à Morondava ?

  • 8 juin 2015 à 12:20 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Une pensée aux victimes avant tout.
    Qu ’elles soient de la famille de kolo ou ratartampion, on s’ en tape , la vie d’ un etre humain ne vaut pas plus qu’ une autre.
    Au regard des fins limiers locaux , aucun doute que lumière ne sera jamais faite sur ce naufrage.
    Tout ce que je peux dire, c ’est que les propriétaires de boutres : savent s’ en servir et connaissent bien leurs lieux de navigation .
    Tant les courants que les vents , dire le contraire reviendrait à dire que tous les tireurs de pousse pousse sont tous des cul-de-jatte ...
    Seule la vétusté peut en etre la cause, quant à celui qui a dit que seul les Vezo pourraient s’ en sortir ???
    Il me semble que les Vezo on des voiles carrées et ne remontent pas au vent contrairement aux boutres qui ont des voiles arabes et triangulaires pour justement remonter au vent.
    Sans oublier que les arabes ont été les plus grands navigateurs de tous les temps, les premiers à partiquer la traite des esclaves et ce des le 9ème siècle.
    Les recits d’ henri de Monfreid en sont une parfaite illustration.

    • 8 juin 2015 à 12:54 | tiagasy (#6521) répond à Jipo

      Je suis entièrement d’accord avec vous.
      Y-a t-il un « genre » de certificat de navigation (équivalent d’un contrôle technique des véhicules) à M/car ?
      Ou tout simplement, faut-il encore donner des « MIMIS » pour en procurer ?
      Je suppose que les propriétaires des Botry n’ont pas consulté les prévisions météorologiques ou les demandé à la Capitainerie du Port (Si elle existe) ou autres éléments négligés par nos navigateurs au détriment des produits financier au péril des vie humaines (dont les leurs).

    • 8 juin 2015 à 13:45 | Jipo (#4988) répond à tiagasy

      Ils avaient tous des parachutes, ayant déjà vendu : les fusées de détresses, et bouées de sauvetazes ☺.
      Pour avoir navigué à maintes reprises avec eux, je peux garantir qu’ ils connaissent leur jardin comme leur poche, que ce soient les criques pour s’ abriter, et les villages pour se ravitailler, tout le reste n’ est que futilité et démonstration d’ incompétence, comme d’ hab et par toujours les memes .
      Je vous met mon billet que les inspecteurs, ne savent même pas nager et viennent des hauts plateaux ...

    • 8 juin 2015 à 17:20 | tiagasy (#6521) répond à Jipo

      Je n’en doute pas leur connaissance de leur univers. Mais une amélioration de leur condition de travail (et vie) doit être mise en exergue par l’état. Ces navigateurs paient des taxes maritimes et récoltent bien la TVA pour l’état. Ils ne voient pas leurs familles pendant plus d’un mois de navigation.
      Leurs « parts » doivent être servi pour améliorer leurs outils et conditions de travail mais pas atterrir dans les JOUGS ETATIQUES.

    • 8 juin 2015 à 18:47 | Jipo (#4988) répond à tiagasy

      Bonsoir .
      Ce serait l’ idéal, mais avec les sans foi ni loi qui sont au gouvernement, ils vont pouvoir « ramer » encore longtemps ...

  • 9 juin 2015 à 08:06 | LINK (#9001)

    Quelques précisions paraissent nécessaires, à l’heure pourtant des communications faciles par téléphone portable :
    - il ne s’agit pas d’un boutre, encore moins d’un bateau à voile, mais d’un gros bateau, type navette, pourvu de deux gros moteurs hors bord.
    - le bateau était enregistré pour 22 personnes. Il était arrivé à Belo avec 17 passagers (venus pour accompagner la dépouille d’un membre de la famille Kolo), il en est reparti avec 32 (ou 34). Ceux qui ont permis cela, en l’absence du responsable du bateau, ne sont peut-être plus là pour expliquer leur attitude. Les passagers supplémentaires, dont l’infirmière du CSB de Belo, avaient payé leur place. Et y ont laissé leur vie...
    - le bateau est parti de Belo vers 10 h, heure très tardive pour la marée. Il est arrivé devant Morondava à la pire heure, soit presque à marée basse, alors que la mer était extrêmement forte.
    - fausse manoeuvre ? le bateau, qui aurait dû s’ancrer au large en attendant des conditions plus favorables pour entrer dans la passe s’y est pourtant risqué, a pris une forte vague de travers et a chaviré.
    Certes, la passe de Morondava n’est pas facile. Et il est certain que si la piste était entretenue par l’Etat, nombreux seraient ceux qui privilégieraient ce mode de transport.
    Mais la principale raison de ce terrible accident est la légèreté des personnes responsables de la conduite des bateaux qui, pour un gain supplémentaire, n’hésitent pas à la jouer taxi-brousse, avec une surcharge de passagers.
    Avec la mer, on ne plaisante pas.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 106