Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 21 novembre 2017
Antananarivo | 10h37
 

Société

Epidémie de peste

Le dispositif de riposte renforcé

jeudi 19 octobre | Bill

La communauté internationale continue de réagir à l’appel du gouvernement malgache à propos de l’épidémie de peste urbaine. Un service « Samu Peste » vient en appui au dispositif de cliniques mobiles déployées par le ministère malgache de la Santé. Le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères vient de dépêcher ce 18 octobre une autre équipe pour rendre la riposte à l’épidémie la plus efficace possible.

L’ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini a recommandé le 7 octobre dernier les ressortissants français résidant à Madagascar ou de passage à une vigilance renforcée. Depuis lors, les mesures et stratégies de ripostes se multiplient. « Une équipe d’experts internationaux et de médecins ont été dépêchés à Madagascar pour venir en appui au dispositif national et une cellule de crise, à laquelle nos services participent activement, a été mise sur pied. Tous les moyens sont ainsi déployés pour combattre et endiguer cette épidémie qui ne se développe pas uniformément, qui pourrait croitre encore dans certaines zones, et nécessite des réponses graduées et actualisées  », avait déclaré l’ambassadeur de France à Madagascar. Cela n’empêche que la députée 2ème circonscription de La Réunion, à la fois conseillère régionale Huguette Bello le 12 octobre sur Franceinfo 1ère, d’insister sur la sonnette d’alarme.

Le nombre croissant des décès avérés de peste pulmonaire et son expansion dans plusieurs districts y sont sans doute pour quelque chose. Mais il faut dire aussi que la riposte mise en œuvre est conséquente. Le ministre de la Communication, Laurent Rahajason l’a fait comprendre ce 18 octobre en rendant visite aux quatre journalistes qui sont traités au Centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra.

Outre les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ceux de l’Institut Pasteur, le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères vient donc de dépêcher ce 18 octobre une autre équipe pour rendre la riposte à l’épidémie la plus efficace possible. Il s’agit donc de renforcer les structures de riposte en mettant en place un dispositif de type SAMU. Ce « Samu Peste » viendra en appui à la mise en service d’un nouveau numéro centralisé «  Urgence peste 910  » et la coordination à Antananarivo par le ministère malgache de la santé d’un dispositif de 6 cliniques mobiles (ambulances) pour prendre en compte les cas suspects ». L’équipe "Samu Peste » qui est composée de deux médecins urgentistes et d’une infirmière en anesthésie-réanimation, sera placée sous la gestion directe du ministère malgache de la Santé.

En tout cas, la Conseillère régionale de l’île de La Réunion a demandé à son ministre des Affaires Étrangères de « bien vouloir lui indiquer quelles mesures la France compte prendre –et/ou pourrait renforcer- pour lutter contre une maladie aussi contagieuse« . La députée de La Réunion veut aussi »savoir si des recommandations d’ordre sanitaire seront prises quant aux déplacements entre Madagascar et la France et singulièrement entre Madagascar et La Réunion voisine ».

Le classement de l’OMS qui gradue Madagascar dans la catégorie 2 ne semble pas convaincre la députée de La Réunion.

14 commentaires

Vos commentaires

  • 19 octobre à 13:15 | Gérard (#7761)

    ou sont les chiffres ?

    nombre de cas déclarés ?
    nombre de malades actuels ? (prévalence)
    nombre de nouveaux cas ? (incidence)

    le bngrc, tout comme le ministère de la santé ne diffusent plus rien
    le 910 est un numéro fantôme qui ne répond pas
    il semblerait qu’il y ai pénurie de test, sans détection, il n’y a pas de malades, méthode largement éprouvée à l’égard du sida et qui permet à Madagascar de se croire épargnée par le HIV

    bien sur l’institut pasteur, ne peut politiquement, avoir une position différente des « autorités » locales...
    La vérité ne peut donc venir que de l’OMS ? et des pays voisins, Réunion, Maurice, Seychelles, qui savent à quoi s’en tenir concernant l’honnêteté intellectuelle des informations en provenance d’une île qui fût heureuse.....

    • 19 octobre à 13:46 | NTMO (#10005) répond à Gérard

      On trouve quelques chiffres sur orange.mg. ils sont d’ailleurs repris par RFI ce matin. 80 morts et 878 cas hier mercredi.
      Les rapports de l’institut Pasteur sont très complets mais toujours avec un temps de retard (2 ou 3 jours).
      Des indices laissent supposer que la situation est TRÈS GRAVE :
      - Peste PULMONAIRE à 75% alors que c’était plutôt la bubonique qui frappait auparavant (moins contagieuse - uniquement pas les puces)
      - Épidémie URBAINE dans les 2 plus grandes villes, alors que c’était plutôt les campagnes qui étaient touchées auparavant.
      - déblocage très rapide de plusieurs millions d’euros pour la lutte en envoi massif d’antibiotiques (organismes internationaux)
      - afflux de spécialistes internationaux
      - début des orages à Antananarivo
      Je pense que personne ne sait comment la situation va réellement évoluer mais je pense aussi que tous les épidémiologues ont froid dans le dos.

  • 19 octobre à 19:32 | punchline (#9673)

    si cette députée réunionnaise critique l’OMS, sir Punchline en a aussi le droit, en sachant bien évidemment que tout le monde peut être deputé (à cette époque de Macron), mas il est difficile d’être libre penseur et punchline

    je dis L’OMS n’a pas fait son travail, et nous les malgaches nous avons toujours payé notre cotosation

    • 19 octobre à 19:33 | punchline (#9673) répond à punchline

      cotisation

    • 19 octobre à 19:51 | PREMIUM ATAVISME (#10076) répond à punchline

      Madagascar payer des cotisations ?
      Prouve le

    • 20 octobre à 09:39 | rajoarison (#9522) répond à punchline

      Punchline, vous êtes vraiment un C..
      Une cotisation payée par Madagascar à l’OMS...
      Heureusement pour nous, pauvre Malgache avec ce gouvernement d’incapable qu’il y a l’OMS et la France pour venir encore une fois nous secourir !!!!
      Car, notre gouvernement attend toujours l’aide extérieure car incapable de se sortir de son C.C.
      Nous allons avoir une Pandémie....de peste pulmonaire car celle de la c.nnerie elle est endémique à Madagascar....

  • 19 octobre à 19:49 | dirk_cab (#6503)

    A tous,

    Pour vous rassurer, l’OMS fait son travail à Madagascar, et elle en fait beaucoup .

    La critiquer me semble très déplacé, voire nocif , vue la situation du pays.

    D’autre part d’autres organisations existent et se sont jointes . Dans ces organismes, des ressortissants malagasy , des centaines , voire des milliers d’anonymes participent aussi à cette bataille sanitaire.

    Il en faudrait d’autres , bien sûr, ce problème doit être l’affaire de tous, et il faut cesser les critiques vaines et inefficaces.

    Pour le problème de l’hygiène , des organismes ont parcouru le pays tout entier, depuis des années , pour l’apprentissage du « lavage des mains , de la propreté, de l’hygiène sanitaire », même si cela semble dérisoire.

    Dire que RIEN n’a été fait serait un peu nier le travail de ces organismes : je ne veux pas leur faire de la publicité, mais ils se reconnaitront....

    Maintenant , parler d’hygiène dans un pays où le manque d’eau est très difficile, de même demander à cette population d’acheter des produits alors même qu’elle a du mal à trouver de quoi se nourrir ?

    Si vous avez la solution ?

    Yaka ?

    • 19 octobre à 21:08 | PREMIUM ATAVISME (#10076) répond à dirk_cab

      Dirk cab de c
      La solution est simple
      Virer tous vos dirigeants et les remplacer par des étrangers compétents et intègres .
      Et ces gens peuvent etre payés par l’onu ,donc pas de corruption

    • 19 octobre à 21:48 | vatomena (#8391) répond à dirk_cab

      Le manque d’eau au pays arrosé régulièrement par les cyclones !! c’est le comble
      La fable malgache : il y a quelques années on projetait encore de se faire des devises en vendant l’eau du Faraony aux états arabes .
      Je peux assurer Madame Isandra que ce ne sont pas les colons qui ont pillé les eaux de Madagascar .
      Il reste à rever : quand allons nous profiter du pétrole sous marin de Juan de nova ?

    • 19 octobre à 21:52 | punchline (#9673) répond à dirk_cab

      hey gros dirkab, parce que tu le dis donc c’est vrai, c’est ça ?
      eh ben non, l’OMS est dirigé par des êtres humains comme toi et moi, il se pourrait qu’ils commettent des erreurs,
      - l’histoire de cholera en haiti , qu’ils n’ont pas pu gerer, sur laquelle ils ont toujours niés leur responsabilité en est la preuve

    • 19 octobre à 22:56 | Albatros (#234) répond à dirk_cab

      @Punchline
      Pour Haiti, il s’agissait des troupes de l’ONU pas des médecins de l’OMS !.

    • 20 octobre à 09:46 | tiryco (#9153) répond à dirk_cab

      madagascar un pays a mettre sous tutelle ni plus ni moins

  • 19 octobre à 21:15 | FINENGO (#7901)

    Ahahahahahahaha..!!!!
    Suite à mon Post à « tout va bien »
    Du coup ça me revient ce que les Gasy disaient par leur hypocrisie notoire.
    Aza lazaina izany rangahy an fa tsy fatao, mbola havana agne izy reo an.
    Manala baraka ilay zavatra nataony fa aza lazaina amin’olona fa maha menatra.

    Tout tient en un mot, hypocrisie

    • 20 octobre à 09:47 | rajoarison (#9522) répond à FINENGO

      C’est vrai qu’il n’y a pas plus hypocrite qu’un gasy, heureusement que les vahazas sont là, sinon nous mourions tous..les petites gens du peuple surtout.
      De passage en France, j’ai vu des membres de la Diaspora à en vomir de leur comportant envers les gasy de Mada.
      Même au RSA ou responsable d’une petite Sté de nettoyage sa roule des mécaniques. Pauvres gasy petite mentalité de faux riches.et surtout très hypocrite...

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 397