::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 04h00  :  13°C  :  Clair de lune très nuageux
mercredi 3 septembre 2014
 

 > Société

Niveau scolaire en baisse

Le collégien tiraillé

mardi 19 février 2013, par Andrianjohary Noroelisoa

« L’enseignement scolaire ne fait plus le poids, face à l’entrée en vogue d’innombrables distractions qui submergent les élèves » se plaint un enseignant d’histoire et de géographie de collège. L’essor de la technologie est la première raison qui met la distraction en tête des priorités des élèves actuels. En l’occurrence, il s’agit principalement des médias, puis des appareils audiovisuels comme les MP3, iPod et MP4.

« Les parents ne sont pas assez disponibles et assez sévères dans la surveillance de leurs enfants », affirme notre enseignant. « La plupart d’entre eux ne savent même pas que leurs enfants apportent des appareils audiovisuels en classe », ajoute-t-il. Les enseignants, de leur côté, n’arrivent pas à observer le comportement de leurs élèves. Ces dernier arrivent, sans être vus, à écouter de la musique pendant les heures de cours. Il leur suffit de dissimuler leur appareil dans leurs vêtements. Ils feignent ainsi la concentration, sans l’être, ce qui fait l’affaiblissement de leur niveau d’attention.

La concentration se réclame

« Adapter les méthodes d’enseignement devient indispensable, actuellement, pour attirer l’attention des élèves », déclare un autre enseignant de matière littéraire. Il ajoute que les élèves ne sont pas concentrés après plus de 15 à 20 minutes. Et même durant ces instants, le professeur doit parfois faire usage de la colère pour que les élèves soient attentifs.

« Le plus grand enjeu, dans cet état de fait, c’est que le programme des matières littéraires est assez long, surtout à partir de la classe de quatrième », témoigne le professeur d’histoire et de géographie. L’établissement ainsi que les parents d’élèves ne tolèrent en aucun cas que le programme scolaire soit inachevé. Dans une séance de deux heures, pourtant, les élèves ne peuvent se concentrer que durant 15 à 20 minutes. Les matières en question risquent d’être bâclées.

Influence de la nouvelle technologie

Les médias prennent une place considérable dans le quotidien des élèves et des étudiants. L’évolution d’Internet et les diverses informations divulguées dans la presse, à la radio et à la télévision permettent l’insertion rapide des élèves et étudiants dans la réalité quotidienne. Cette opinion vient d’un observateur social qui considère la nouvelle technologie comme un outil efficace pour le développement rapide et durable de l’enseignement.

Cette efficacité a des limites, selon les enseignants. Ils déclarent que les médias, tous comme les autres véhicules audiovisuels, contiennent plus de distraction que d’information qui puisse promouvoir l’éducation. La majorité des élèves, étant des jeunes encore à la recherche de leur personnalité, sont plus attirés par ce qui est superficiel. Ces élèves ainsi ne s’intéressent pas du tout aux éditions d’informations et encore moins aux documentaires. Dans le cas d’Internet, les recherches liées aux études n’y sont pas prioritaires aux yeux des élèves. Leur intérêt réside plus dans les téléchargements de chansons et de films ou dans les jeux. Les parents certifient les points de vue des enseignants. Ils affirment, de leur côté, que faute de temps, ils n’arrivent pas à accompagner totalement leurs enfants dans leurs études.

Les matières scientifiques : bêtes noires en permanence

« La continuité de l’arithmétique vers la mathématique est introuvable au sein de l’enseignement », déclare un enseignant des mathématiques. Les enfants s’intègrent difficilement dans un nouveau monde qui ne leur permet pas d’assimiler immédiatement les matières scientifiques, après le CEPE. « Les chiffres et les formules telles PR= PA+Frais et autres, sont les principaux constituants de l’arithmétique », souligne un instituteur du cycle primaire. Il ajoute qu’après le CEPE, le raisonnement est de rigueur pour les mathématiques, et c’est là que se situe la difficulté des élèves. Cet instituteur explique alors que les mathématiques n’utilisent pas seulement les chiffres, mais également les lettres, comme « a, b, c … » ou « x, y » et d’autres signes. Ce changement ou ce saut voire ce revirement de situation fait perdre la perspicacité des élèves. Ils ne retrouvent pas la cohérence qui lie l’arithmétique et les mathématiques.

L’enseignant des mathématiques appuie ce point de vue et ajoute que les élèves ont, également, eu l’habitude de faire du « par cœur ». Une habitude qui freine le raisonnement, la pièce maîtresse indispensable en mathématiques.

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 5 réactions Lire les commentaires
  • Le collégien tiraillé
    19 février 2013 10:21, par Stomato (#3476)

    Terrible constat d’une réalité de très mauvais augure.

    Mais une fois de plus on se trompe de coupable.
    La technologie est comme la langue d’Ésope, la meilleure ou la pire des choses.

    Est-ce vraiment la technologie qui est responsable de la distraction des élèves ? Sont-ce vraiment les parents les responsables ? Les parents peuvent-ils surveiller leurs enfants quand ils sont en classe et distraits par leurs MPchoses ?

    N’y a-t-il pas un peu (ou beaucoup) de responsabilité des enseignants qui n’ont pas eu la formation leur permettant d’être intéressants pour leurs élèves ?

    Les causes sont multiples mais le résultat est là, parfaitement représentatif de la décrépitude du pays.
    Il y a une amorce de solution... une pratique bien ancrée dans les mœurs des enseignants mécontents et autres : faire une grève !
    Cela servira de leçon à ces pauvres enfants qui n’ont pas assez à manger, mais qui peuvent avoir dans leurs poches les dernières merveilles technos.

  • Le collégien tiraillé
    19 février 2013 17:28, par Rediredy (#6537)

    C’est un phénomène de société, qui a déjà pris beaucoup d’ampleur dans les pays dits avancés sur le plan économique, et technologique. Désastreux !

    Toutes les composantes de société ont leur responsabilité, y compris les parents, les enseignants. Ce ne sont pas les seuls mais ils sont apparemment les plus démunis. Sans prise de conscience profonde, ceci risque d’entraîner les générations futures vers un asservissement sournois. Mais point de sinistrose, ces générations vont tôt ou tard surmonter cela comme cela s’est déjà dans le passé avec d’autres technologies, il faut rester optimiste !

    Néanmois, cela ne pourrait se résoudre en un claquement de doigt. Il y a un fond commun à ne pas perdre de vue, c’est l’effort que ces collégiens doivent fournir (valables pour les grands !!!) et qui devra être recompensé à sa juste valeur. C’est la notion d’effort qui devra primer. C’est vieux comme le monde.

    L’internet, et d’une manière générale, les medias peuvent être des outils formidables, mais si l’on ne véhicule qu’ un contenu « minable » (ce n’est pas toujours le cas heureusement), alors ce sera tout simplement et encore un « contenu minable » à l’autre bout de la chaîne. Bling ! Blang !

    Bref, il faudrait surtout savoir discerner la part de l’information, facilitée par les médias, à celle de la formation, qui elle est plus subtile (et porte sur le long terme de l’être humain, du collégien). En tout cas, seule une formation adéquate permettra de décrypter l’information à sa juste valeur ... et encore !

    Et le pays en bien besoin ces temps ...

    • Le collégien tiraillé
      19 février 2013 17:29, Rediredy (#6537) répond à Rediredy (#6537)

      Et le pays en a bien besoin ces temps ...

  • Le collégien tiraillé
    19 février 2013 23:51, par rabri (#2507)

    « « Adapter les méthodes d’enseignement devient indispensable, actuellement, pour attirer l’attention des élèves », déclare un autre enseignant de matière littéraire. Il ajoute que les élèves ne sont pas concentrés après plus de 15 à 20 minutes »

    Pour ceux qui exercent le métier, ce constat de problème de concentration après 20 minutes seulement est évident. La formation des enseignants sur la BASE PHYSIOLOGIQUE DE LA RECEPTIVITE DU CERVEAU HUMAIN n’a jamais existé. Or, on sait pertinemment qu’il faut plusieurs ENTREES SENSORIELLES ( toucher, goût, vue, ouie, émotions positives et négatives) pour bien nourrir le cerveau INTELLECTUELLEMENT et de façon durable ( = facilitation de l’EVOCATION). La démarche de « cours magistral » (= le prof parle, les élèves écoutent et prennent des notes, donc 1 seule entrée sensorielle sollicitée qui est l’ouie) n’entraîne que des inégalités au niveau du public « apprenant » : seuls ceux qui ont une réceptivité élevée s’en sortent bien.

    Je réitère ma proposition : Laissons les enseignants dans leur académie ( = leur région) respective faire leurs propres expériences pédagogiques à partir de support simple qui est leur environnement proche. Continuer avec le système éducatif actuel qui était IMPORTé de France ( =contenu et support éducatif à une année lumière de nos réalités)et devenu OBSOLETE et NON ADAPTé n’est PLUS VIVABLE

    • Le collégien tiraillé
      20 février 2013 12:14, Stomato (#3476) répond à rabri (#2507)

      >>Continuer avec le système éducatif actuel qui était IMPORTé de France ( =contenu et support éducatif à une année lumière de nos réalités)et devenu OBSOLETE et NON ADAPTé n’est PLUS VIVABLE<<

      Vous n’avez pas tort, je pourrais même aller jusqu’à dire que vous avez raison. Le système, non pas importé, mais imposé par la France n’est plus adapté aux réalités de Madagascar.

      D’où ma question ? En 50 ans d’indépendance tout et son contraire a été tenté à Madagascar. Les importations soviétiques puis nord coréennes ont elles donné de meilleurs résultats ?
      Et puis tous les dirigeants qui se sont suivis, dirigeants voulus et élus par les citoyens, ont tous été formés « à la française »...
      Si leur formation est maintenant obsolète, le sont-ils également ?

      Vous esquissez très bien une ébauche de programme pour améliorer l’enseignement, pourquoi ne le mettez vous pas en œuvre ?
      Ah je devine, il est plus facile de démolir que de créer...

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 72  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360