Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 29 septembre 2016
Antananarivo | 21h36
 

Communiqué

SEFAFI

Emploi et Développement

vendredi 10 juin

EMPLOI ET DÉVELOPPEMENT

En octobre 2015, le gouvernement a lancé la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, élaborée avec le concours du BIT [1]et de l’UNESCO [2]. Censée réaliser l’ambition de l’État d’assurer le bien-être de chaque citoyen, cette politique doit mener à ce que « la quasi-totalité des Malgaches soient des citoyens instruits, et disposant de capacités et de compétences pour créer et trouver des emplois décents, dans le strict respect de l’égalité des chances de l’accès aux opportunités économiques, avec l’élimination effective des facteurs d’exclusion sociale et de discrimination, notamment de genre et envers les groupes vulnérables comme les handicapés ». Ses deux composantes principales, conditions nécessaires pour arriver à une « transformation socio-économique du pays », sont le développement des compétences pour l’amélioration de l’employabilité des ressources humaines, et la promotion des conditions/mesures favorables à la création et la protection de l’emploi.
Le 7 mai 2015, l’État malgache représenté par le Premier ministre, les partenaires sociaux représentés par la CTM [3] et le GEM [4], et le BIT signaient le protocole d’accord du Programme Pays 2015-2019 de Madagascar pour le Travail Décent. Deux priorités sont identifiées : « (i) Favoriser l’accès des groupes vulnérables à l’emploi par le renforcement de leur employabilité et par la dynamisation des secteurs générateurs d’emploi, et (ii) Améliorer la productivité du travail par la promotion du dialogue social, les principes et droits fondamentaux au travail et la protection sociale ».
Parallèlement, la célébration du centenaire de l’Organisation International du Travail, qui se tiendra en 2019, a été lancée il y a quelques jours par une consultation nationale dans le cadre de l’initiative « l’avenir du travail ». Cette initiative comporte quatre axes de réflexion : travail et société, des emplois décents pour tous, l’organisation du travail et de la production, la gouvernance du travail.

Entre belles paroles et vraie action gouvernementale

La population se lasse des belles paroles et des effets d’annonce, tout comme des politiques grandioses et ambitieuses aux plans d’action vagues, sinon irréalistes. Elle attend des actions concrètes de mise en œuvre, aussi modestes soient-elles. Mais dirigeants et gouvernants ne savent pas gouverner, car gouverner veut dire, du point de vue des actions concrètes, aussi bien élaborer des textes réglementaires et les mettre en œuvre, qu’élaborer des projets à présenter aux bailleurs ou au Parlement pour les financer et réaliser. À lire ce qui précède, les politiques ou protocoles d’accord n’existeraient pas sans l’impulsion du BIT. Qu’en sera-t-il de la suite ?
Le décret n° 2016-265 du 15 avril 2016, portant nomination des membres du Gouvernement Mahafaly, ne mentionne pas les départements du travail et des lois sociales. Simple oubli, négligence, incompétence, ou signe de mépris ? Quoi qu’il en soit, ce faux-pas est inadmissible. On a cherché par la suite à le réparer maladroitement et tardivement par des notes [5], mais l’écart flagrant entre les belles paroles et l’action gouvernementale ne pouvait trouver meilleure illustration. Seule une cohérence institutionnelle avec l’organisation des ministères, selon les lignes directrices et prioritaires de l’action gouvernementale, serait significative d’un vrai « gouvernement de combat ».
Par ailleurs, le dimanche 1er mai, journée internationale du travail, le ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales, invité de l’émission Savaravina de la Radio Nationale, a affirmé sans sourciller, en réponse aux questions posées, que le dialogue social « va bien » à Madagascar et que le CNT, Conseil National du Travail, est en place et fonctionne depuis janvier 2016. Monsieur le Ministre pourrait-il citer l’arrêté portant nomination des membres du CNT ? Renseignements pris, les principaux responsables des partenaires sociaux sont catégoriques : « le CNT n’est pas fonctionnel et il y a usurpation par l’État des rôles et fonctions du CNT ».
A titre d’illustration, le décret n° 2016-058 fixant la liste des jours fériés, chômés et payés au titre de l’année 2016 [6] adopté le 26 janvier 2016, affirme dans ses considérants qu’il a été adopté « après consultation des partenaires sociaux ». Il y a eu effectivement consultation des partenaires sociaux, mais pas du CNT. Si le gouvernement lui-même n’applique pas les lois et les textes en vigueur, notamment l’article 81 du Code du travail, peut-on dire que le gouvernement gouverne ? Mettre en place le CNT serait un signe concret de l’action gouvernementale. Cet exemple d’une action facile, parmi beaucoup d’autres, ferait avancer les choses, alors qu’elles traînent faute de dynamisme et de compétence de la part de nos gouvernants.
On ne peut ne pas rappeler ici, également, qu’un nouveau Code de Prévoyance Sociale a été élaboré dans une démarche participative, après avoir fait l’objet de consultations et de concertations larges il y a quelques années de cela. Que ce texte important pour le monde du travail ne soit toujours pas présenté par le gouvernement pour adoption par le Parlement est totalement incompréhensible.
Enfin, rappelons que la majorité de ces textes d’application de notre Code du travail, qui a fait l’objet de plusieurs refontes depuis l’indépendance, sont hérités de la Réglementation Générale du Travail élaborée par l’Inspection Générale du Travail et des Lois Sociales du Haut-Commissariat de la République Française à Madagascar et Dépendances, avec les commissions paritaires consultatives du travail, dans les années 1950. Nation indépendante et souveraine, Madagascar devrait s’atteler d’urgence à bâtir sa propre réglementation du travail, et pas seulement pour promouvoir l’emploi que les politiques suscitées visent à créer et à améliorer.

Construire sur le dialogue et non sur le mensonge

« Priorité au vrai dialogue » [7] : le communiqué du SeFaFi du 17 décembre 2014 reste malheureusement d’actualité. Le dialogue, renforcé par la culture malgache du teny ieràna, constitue une priorité si l’on veut consolider l’État, rétablir la confiance et construire une vraie stabilité. Car l’autorité de l’État ne se bâtit pas sur le mensonge. Nous n’aurons cesse de le redire, le monde du travail dans toutes ses composantes se trouve au cœur de la relance économique et de la justice sociale. Mais qu’en est-il exactement ? Y-a-t-il vraiment appropriation par les parties malgaches de toutes les impulsions venant de l’OIT ? Sommes-nous décidés, en suivant la voie d’un vrai dialogue, à ancrer ces diverses initiatives dans nos réalités ?
L’OIT a lancé une vaste réflexion sur l’avenir du travail. Elle durera jusqu’en 2019, année du centenaire de cette organisation. Madagascar a fait sa consultation nationale dans le cadre de cette initiative de l’OIT, laquelle ne profitera à Madagascar et aux Malgaches que si nous nous l’approprions et occupons le premier rôle dans sa mise en œuvre. Le tripartisme préconisé par la Convention n°144 de l’OIT, qui peut être élargi à la société civile, offre un cadre idéal pour le faire, à condition qu’il y ait une réelle volonté politique. À très court terme, cela implique la redynamisation du CNT [8] pour le travail et du CNSPERP (Comité National de Suivi de la Promotion de l’Emploi et de la Réduction de la Pauvreté) [9] pour l’emploi et la formation professionnelle. À moyen terme, il faudra voir s’il convient d’avancer ou non dans la mise en place du CESC (Conseil Économique, Social et Culturel) [10] et de réfléchir à son articulation avec les différents conseils consultatifs sectoriels. Dans l’affirmative, il reviendra à la société civile et aux milieux économiques de prendre la main pour cette mise en place, l’État devant se limiter à apporter son soutien technique.

Tout ce qui précède concerne principalement le monde du travail formel, alors que l’emploi concerne aussi le secteur informel et le monde rural. Il dépend en premier lieu d’une économie qui prospère et qui embauche, ainsi que de ressources humaines bien éduquées et adaptées au monde du travail moderne. Il concerne les centaines de millier de jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année. Il n’est pas l’affaire d’un unique ministère, il doit être au centre de l’action de chaque ministère, car il est l’affaire de tout le gouvernement.L’emploi est l’affaire de tous.
L’exemple de l’emploi est symptomatique, tant il illustre l’inertie gouvernementale. Les paroles et les promesses ne correspondent pas aux actions et aux résultats, lesquels alimentent en retour le mécontentement général des gouvernés.

Antananarivo, 4 juin 2016

Notes

[1Bureau International du Travail.

[2Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

[3Conférence des Travailleurs de Madagascar.

[4Groupement des Entreprises de Madagascar.

[5Note de conseil n° 031/2016-PM/SGG/SC du 20 avril 2016 ; note circulaire n° 108 MFPRATLS/SG/2016 du 25 avril 2016 qui renomme le ministère en « Ministère de la Fonction Publique, de la réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales ».

[6Le SeFaFi avait déjà signalé que ce décret comporte une disposition non conforme à la Constitution. Il s’agit des journées fériées, chômées et payées, uniquement pour les musulmans. Cette disposition est discriminatoire, ce qui n’est pas le cas des journées fériées d’origine chrétienne, dont les musulmans bénéficient aussi. Les dispositions actuelles pourraient évoluer en s’inspirant des pratiques mauriciennes. Mais que l’État transgresse la Constitution et la loi est inadmissible.

[7SeFaFi, Les débuts chaotiques de la IVe République, 2015, pp. 72-76.

[8Ce sera aussi l’occasion de rentabiliser l’étude réalisée en 2013 et financée par le BIT, sur la restructuration du CNT et de ses démembrements régionaux.

[9Institué par le décret n° 2005-057 du 25 janvier 2005.

[10Article 105 de la Constitution.

23 commentaires

Vos commentaires

  • 10 juin à 09:44 | Noue (#2427)

    « Elle attend des actions concrètes de mise en œuvre, aussi modestes soient-elles. »

    Elle attend,
    Il attend,

    Elles attendent,
    Ils attendent,

    Tout le monde attend , on en parle beaucoup mais personne ne bouge

    • 12 juin à 01:13 | Zafimaro (#3479) répond à Noue

      SEFAFI hypocrite, l’organisation qui a aide la France a placer Rajoelina a la tete de l’ etat. En faisant, SEFAFI a aide a detruire, bruler, et fermer les entreprises Malagasy pourvoyeurs d’emploi. Ce n’es t pas seulement les entreprises de Ravalomanana, que les SEFAFI de la France haient, mais aussi d’autres entreprises Malagasy en concurrence avec les colons Franco-Indiens. Si SEFAFI veut contribuer a la creation d’emploi, SEFAFI doit accuser la fermeture arbitraire et les pursuites non-fondes de fuite fiscale dont les entreprises Malagasy soufrent sous Rajoelina et son ministre des finances.

  • 10 juin à 09:59 | I MATORIANDRO (#6033)

    Efa tsy misy mmihaino intsony koa reto sefafi reto ary le raikalahy io afovoany sary io aza moa d’efa mihamahia andro aman’alina nohon’ny fanaovana anjolofo nanosehana an’i domelina hanongam-panjakana (asa kaikerin’ny nenina angamba) !

    Tsy mahagaga raha tsy mihaino reto ny flou n’ny hery vay manta satria efa fantany ny kitoatoa sy ny famotehana nataon-dry zareo nandritra zay 7 taona niarahany niosanosana tao zay !

    Marihina hatrany moa fa ty fitondrana natsangan’i doma ty izay tohanan’ny demony lava Rambo fatratra dia sady jamba no marenina no moana ihany koa fa ny hery vay manta ihany no fantany @izy efa sembana tanteraka io !

    Ny tsara ho an’reto sefafi reto dia ny mangina aloha mandritra ny herintaona fa manjary hita be hoe manadio tena otran’ny ataon’le cenatera barbo mpanenjika omby iny koa ry zareo !

    Izao le vazaha mopera sandoka iny koa de mody tsy hita eo @ sary nefa iny no tena fositra sy mpanelanelana @reo te-hamotika an’i Madagsikara ao amin-dry zareo !

    Samia velon’aina !

    • 10 juin à 10:27 | tgv_ihany (#9410) répond à I MATORIANDRO

      raha hangina ny sefafi dia mitsinjaka ny eo @ fitondrana satria tsy misy mpitsikera ka manao zay danin’ny kibony.

    • 10 juin à 10:32 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Hay izay izany nampangina kely an’i Dadanareo, tsy nohenoina dia nipetraka,...na dia anaovan’ny olona amboletra izao aza ilay fanokafana ny orin’asany, kanefa ny 10.000 efa vonona hiasa...

      Nandraman’i Rivo tamin’ilay taniny teny Andohatapenaka aloha, avy eo io notain-drizalahy amin’ny Magros io indray,...Tena efa anaovan’i Hery toetra tsy zaka mbola mifikitra aminy ihany, ary miray tsikombakomba aminy. Tsy efa mazava ve hoe tsy mila anareo izy eh ! Izahay moa rehefa tonga ny fifidianana dia io no amelezanay an-dRa8 hoe niaraka nitondra tao ihany ianareo, ka tsy afa miala.

      Tsy te ho voaendrikendrika ho mpiray tsikombakomba amin’io fitondrana io ny SEFAFI, na misy mpihaino izy na tsy misy, dia efa vita ny anjarany. Tsy manao tahak’ireo avarapi mangina sy mitazam-potsiny ny zava-misy.

    • 10 juin à 10:40 | I MATORIANDRO (#6033) répond à tgv_ihany

      otran’ny danin’ny kibo nataonareo nandritra ny 5 taona naha-teo an’i doma ihany no ataony sy tohizany io kah izay natosiky ny hevitry ny sefafi ihany !( zao ny sasany zao nahazo taratasy fampisamborana noho ny fiverenan’ny fanodinana)

      Rehefa miresaka hoah dia aza asitrika ny loha fa takona daholo ny fahitana rehetra !

      Samia velon’aina !

    • 10 juin à 10:44 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Isandra

      Hay mangina ny Filoha Hajaina Marc RAVALOMANANA ???!!!

      talanjona koa aho @zany lazainao zany an !

      Fa na efa lazainao fa mangina io aza izy de mbola mangorohoro ihany nareo hoe inona ndray no kotrehiny sy apoakany avy ao ! Hi ! Hi !Hi !

      Samia velon’aina !

    • 10 juin à 11:01 | tgv_ihany (#9410) répond à I MATORIANDRO

      f’anga moa ry matoriandro ny ekipanareo tsy tao anatiny tetezamita koa ? mamy rakotoarivelo sy ny namany. niady mafy mihintsy ary t@ reny mba hahazo toerana

    • 10 juin à 11:05 | tgv_ihany (#9410) répond à tgv_ihany

      tsy nomen’i hery afa-tsy ministera iray nga dia tezitra ? zao matsiaro an’prezda Rajoelina satria t@ zany nahazo hatramin’ny president AN.

    • 10 juin à 11:18 | I MATORIANDRO (#6033) répond à tgv_ihany

      Tena nifindran’ny fahadondrenan’inandra lohambalala tokoa le zalah ty !!!!!

      Tsy takatrao na izay rehetra mitovy hevitra aminao fa matoa izahay niditra na miditra @ reny sehatra maro ireny dia ny mba hampisehoan-kery @nareo mpanongam-panjakana sy mpangala-bato reo fa isak’zay sehatra raisinay na tantananay dia mahomby foana izahay ary itokisan’ny mpamatsy vola (oh : ny voromanga RAVATOMANGA izay izy ihany no nahazo famatsiam-bola tany ivelany nandritra ny teteza-mita sy t@zao fanjakana fotaka natsanganareo zao ary lasa nodongian’ny rakoaga bekonetaka ho tantaniny indray ilay vola)

      Samia velon’aina !

    • 10 juin à 11:25 | tgv_ihany (#9410) répond à I MATORIANDRO

      efa tsy clé intsony zany r8 zany ry matoriandro a. mitovy @ ty hery ty ihany. Izahay aty @ faritra zao efa vonona handatsabato ho an’ny prezda Rajoelina. Sady olombaovao io an.

    • 10 juin à 11:32 | tgv_ihany (#9410) répond à I MATORIANDRO

      Ary toa tsy masà mamaly ilay fanontaniako teo ry matoriandro e ? Mitady hanodina resaka indray. Averiko indray : masa milaza ve enao hoe tsy tao anaty tetezamita nareo ?

    • 10 juin à 12:41 | I MATORIANDRO (#6033) répond à tgv_ihany

      Ndryyyy !!!

      Efa miala any hoah ny notam sy ny taratasy fisamborana isankarazany ho an’le boay kely iny sy ny forongony !

      Samia velon’aina !

    • 10 juin à 13:07 | tgv_ihany (#9410) répond à I MATORIANDRO

      aleo ho avy kou. tsy maninona avy zany. manao ny fikan’i r8 kou aveo e. Valio aloha lay fanontaniana eo ambony f’aza manodina resaka eo. Tratra @ marina ndray nga zato izy.

    • 10 juin à 16:30 | I MATORIANDRO (#6033) répond à tgv_ihany

      « tsy nomen’i hery afa-tsy ministera iray nga dia tezitra ? »

      Nareo nge hoah tsy misaina mihintsy e ! Mety tsy ampy angamba ny menaka anendasanao besisika an ???!!!

      Inona moa no tokony ahatezitra anay @zany ???!!!

      Tsy izahay no mitady toerana fa ny toerana no miantso anay !!!!!

      Samia velon’aina !

    • 11 juin à 07:28 | tgv_ihany (#9410) répond à I MATORIANDRO

      tsy mihinana trondro hatr@zay ah. tsy hoe fady fa tsy tia. Ary t@ tetezamita zany dia masà miteny ve enao hoe tsy niady toerana nareo ?

  • 10 juin à 10:02 | Saint-Jo (#8511)

    La démagogie à Madagascar n’est pas nouvelle !
    L’amiral rouge est le premier à l’avoir appliquée dans ce pays !
    Mais personne n’avait osé le dénoncer !
    La majorité des gens étaient devenus sourds à cause des « hiaka » révolutionnaires, et aveugles à cause des « mitabe ».
    A un poil près on serait devenu une autre Corée du Nord, avec tous ses problèmes, mais sans sa bombe atomique ni ses missiles.
    Après l’amiral rouge la démagogie a continué à régner dans ce pays.

    Il faut reconnaître aussi que nous sommes un peuple très crédule !
    Pour s’en convaincre il suffit de constater les succès ahurissants des sectes dans ce pays
    (je compte toutes les églises chrétiennes et l’islam comme des sectes ! Même si cela choque certains !)
    La crédulité de nos populations est arrivée à un niveau tel que je me demande : si un escroc nous promet de nous emmener tous sur la lune, nous lui répondrons par un oui massif !

    Alors, comment voulez-vous que les politiciens gasy ne soient pas tentés de nous promettre gratuitement ... la lune, puisqu’ils sont convaincus que nous croirons aveuglément sans hésitation et avec enthousiasme leurs paroles .

    RAMBO E=mC2 est un bel exemple de l’escroc verbal gasy très expérimenté qui sévit au sein d’une communauté gasy !
    Mais lui est désigné par Rajao-la-terreur d’exercer son funeste talent sur ce forum.

  • 10 juin à 10:21 | jangobo (#8776)

    Il n’y a pas encore fête mais déjà, il y a farandole ;
    L’Etat à son habitude nous abreuve encore de belles paroles
    Comme si avec la communauté internationale, il suffit de signer des pactes
    Sans jamais passer à l’action, sans que cela soit suivi d’actes,

    Comme s’il suffisait de parader et se contenter de parodies,
    Miser sur le rouge et le noir mais sans jamais faire de paris,
    C’est comme le taré qui voulait gagner au loto
    Sans jamais faire de paris mais en faisant seulement le beau…

    Et bête comme elle est, la communauté internationale va tout gober
    Car il suffit de ne jamais dire non mais faire semblant d’accepter
    Et les dollars et les euros vont de nouveau couler à flots
    Dans la poche de vangy et compagnie et la patrie aura bon dos,

    Et jao sans cornes n’aura plus qu’à gesticuler dans l’étable
    Tourner autour des grasses vaches, toujours bêtes mais bien mangeables,
    Que ne ferait-on pas pour déesse argent
    Et tout cela sera écrit sur le livre du serment,
    Du serment des francs maçons
    Qui ne jurent qu’à leur façon :
    Etre et paraître mais que cela abonde
    Rien que l’argent et le pouvoir sur la faîte du monde…

    • 10 juin à 11:22 | I MATORIANDRO (#6033) répond à jangobo

      Mankasitraka sy mankatelina !

      fa na zany aza de tsy azon-dry demony lava Rambo ihany ireo lazainao reo satria efa lasa sampona tanteraka ry zareo e !

      Samia velon’aina !

  • 10 juin à 10:41 | Saint-Jo (#8511)

    Evidemment, le post ci-dessus n’a rien à faire ici !
    Ici on parle d’emplois et non de démagogie !
    Mais à la réflexion, concernant ce pays et son gouvernement actuel, les mots emploi et démagogie se marient très bien. Vous ne trouvez pas ?

    Mais comment un soi-disant expert-comptable ne serait-il pas capable de comprendre que la création d’emplois ne se décrète pas seulement par
    . des kabary plagiés sur les speeches des camarades vivant au-delà des mers ?
    . ou par des promesses verbales qui n’engagent que l’auditoire qui écoute bouche bée le politicien gasy orateur postillonnant à tout va ?
    . ou par de luxueuses grandes croisières suivies de très coûteux shoppings faits par le Président et son épouse co-Présidente élue (elle aussi) au suffrage universel ?

    Comment un expert-comptable, fût-il le moins doué d’entre eux, ne saurait pas que
    . l’Etat tout seul ne pourra jamais embaucher tous les demandeurs d’emploi de ce pays ?
    . les véritables créateurs d’emplois sont les entreprises privées (surtout pas publiques dans ce pays) de toutes les tailles (très petites, petites, moyennes, grandes ...) ?
    . les entreprises ne peuvent être créées sans investisseurs ?
    . les investisseurs n’investissent que lorsqu’ils ont confiance dans l’investissement qu’ils vont faire ?

    Je n’ose pas faire remarquer que ce ne sont là que l’abc du métier d’un véritable comptable, même dépourvu du ronflant préfixe expert .

    Mais dans ce pays on est habitué au titre qui ne va pas plus loin que son ronflement !
    Le foza RAMBO E=mC2,
    . vrai scientifique,
    . vrai économiste,
    . andriana descendant direct d’Andrianampoinimerina,
    . marié à une zazamarolahy,
    . originaire village natal de la reine Razafindrahety, dans le Marovatana,
    . conseillé très écouté de Rajao-la-terreur.

    Wow ! Quelle carte de visite !
    Qui dit mieux ?

  • 10 juin à 11:33 | Eloim (#8244)

    Incompréhension, svp !
    Pourquoi séparer cet article avec l’autre qui parle de la démagogie ?

  • 10 juin à 11:39 | Jipo (#4988)

    Bonjour.
    A toutes ces organisations devrait etre imposé le devoir de résultat .
    Et devant ce dernier , elles devraient toutes (faute d’ etre emprisonnée) : discréditées & foutues dehors ! .
    A croire que le mensonge, la corruption & le vol, soient devenus non seulement un art de vivre impératif à la « bonne » gouvernance qui plus est : condition sine qua non pour « dirizer » mais surtout piller en toute impunité avec l’ aval de ces dernières, autant : maçonnes que mafieuses : tais-toi & rames !

  • 10 juin à 16:19 | Razaka (#7817)

    hello,

    Emploi et Development s’opposent depuis longtemps contre Démagogie et Régime !

    Le SEFAFI est un genre de Think Tank qui propose pleins d’idées, c’est même très bien.
    Donc un mot pour les membres du SEFAFI. Si l’on vous donne la Clé pour gouverner Madagasikara, auriez-vous la capacité d’appliquer tous ceux dont vous aviez pondus jusqu’ici comme Analyse de Bon Sens et comme Réflexions qui méritent l’Attention ??
    J’espère bien pour le bien de tous, mais cela est encore un autre débat.

    = Les termes Emploi ou Development pour moi, doit être absolument INCLUSIF. =
    D’ailleurs j’en parle ici presque à chaque fois depuis 18 mois où je suis plus ou moins présent sur ce Forum, sur l’importance capitale d’un Development Mutuel entre d’un côté, la création de Ressources Humaines garantes de l’IDH (Indicateur de Development Humain) dans une nouvelle forme de facteur de production endogène et de l’autre côté, un Modèle économique propre au redressement du Pays.

    = L’un ne va pas sans l’autre, ce sont 2 démarches qui devront être interopérables, car elles évolueront structurellement dans le temps. =
    C’est-à-dire que c’est le Modèle économique cohérent aux besoins, qui doit gouverner le Choix des Ressources Humaines (y compris la formation des fonctionnaires de nouvelle génération).
    Ou bien encore (sur le terrain), une Incubation à grande Echelle pour le Development de l’Emploi, doit piloter une totale Synergie entre l’Education Nationale et le monde des Entreprises. Pour que chaque diplômé puisse trouver du travail. Dans ce cas se sont les Entreprises et même la Fonction Publique auront besoin de tous ces Jeunes, une fois formés, donc employables.

    ## Qui plus est, devant les changements opérés par le Modernisme sur la Tradition, comment négocier d’une manière judicieuse l’intégration à la mondialisation qui s’est installée presque partout ? ?
    La culture locale, en tant qu’élément éminemment social, ne devrait-elle pas définir son identité et de s’affirmer dans le dialogue des cultures actuel, où Madagasikara est tout à fait concerné avec ses 18 Ethnies ? ?

    = > Je comprends mieux maintenant, pourquoi Saint-Jo avance souvent l’idée du Fédéralisme ! Mais pour ce qui me concerne, je préfère tout de même essayer à ce que tous les Malagasy réussissent ENSEMBLE (si c’est encore possible).

    ## A Madagasikara, 11 Millions de personnes ont moins de 20 ans en 2015.
    Démographiquement, le nombre de Jeunes malagasy est donc considérable % à la population totale. Alors que dans les grands Pays industrialisés et avancés, la population vieillie considérablement.
    Allons-nous alors impacter notre Jeunesse économiquement comme une Dividende ou comme une Bombe à retardement ? ? ? ? ? ? ?
    Il ne faut pas oublier mais des Jeunes qui n’ont rien, peuvent facilement se convertir dans la Délinquance et même dans la Violence. Ici l’enjeu est double, surtout depuis le Development à outrance de tous ces Sectes.

    ## Celui qui maîtrise la Governance des Matières premières dominera le Monde.
    Commencer alors à ce que Madagasikara s’industrialise de façon structurelle pour ne pas exporter à outrance ses matières premières à très bas prix, mais de façon à assurer leur transformation locale.

    ## Que le Pays soit en premier lieu gouvernable, sinon personne n’y arrivera.

    “We become what we think about.”

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 265