Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 15h16
 

Politique

Gouvernance

Le PND intérimaire 2015-2016 nécessite encore 1 217 milliards d’ariary

mercredi 24 décembre 2014

A beaucoup d’égards, le Plan National de Développement (PND) a été fragmenté en Programme d’Urgence Présidentiel (PUP) puis en Plan National de Développement intérimaire (PND-I). Cela fait des mois que les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et le Groupe International de Soutien à Madagascar (GIS-M) ex-GIC-M, et une catégorie de l’opinion publique attendent la présentation technique et financière du PND. La Banque Africaine de Développement (BAD) a pendant ce temps ficelé son programme intérimaire pour Madagascar. Finalement c’est le PND-Intérimaire 2015-2016 qui est bouclé et qui sera présenté pour validation lors d’un prochain tour de table avec les bailleurs de fonds et les PTF. La mise en œuvre de ce PND–Intérimaire nécessite une enveloppe de quelque 10 212 milliards d’ariary dont 1 217 milliards d’ariary sont encore à rechercher pour boucler ces besoins.

L’Etat malgache prévoit pour 2015-2016, des recettes de près de 8 995 milliards d’ariary soit 3927 millions de dollars, dont une majeure partie de recettes fiscales et douanières et une partie d’aides et financement étrangers. En tout cas, l’Etat compte sur le tour de table avec la communauté internationale et le Partenariat Public Privé pour espérer combler le déficit de quelque 504 millions de dollars et valider le PND Intérimaire.

Les priorités du PND Intérimaire sont la bonne gouvernance, la relance économique dont la maîtrise de l’inflation.

Recueilli par Bill

10 commentaires

Vos commentaires

  • 24 décembre 2014 à 11:20 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Un PND à court terme (2015-2016:2ans) et l’année 2017 ??? Car 2018 sera une année électorale.
    Pour établir un PND, il y a d’abord des échéances à respecter, des priorités à définir, des états des lieux à faire, des moyens à inventorier et des objectifs à court, moyen et long terme à structurer. Les budgets pluriannuels doivent être en concordance avec ce PND pour avoir plus d’efficacité et d’efficience.
    Généralement un PND ne doit pas être à court terme (moins de 2ans) car dans ce sens ce sera un Budget Programme qu’un PND, donc au minimum 3ans dans notre cas mais certains pays comme l’Angola (2014-2017), d’autres sur 10ans/15ans.

    • 24 décembre 2014 à 13:33 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Sans perdre de vue les contextes financiers internationaux, les opportunités de financement à court et moyen terme de la part de nos bailleurs de fonds traditionnels semblent limiter :
      -L’Europe avec le problème de la Grèce, de l’Italie et de la France doit se contenter des programmes sociaux pour notre pays.
      -Les Etats-Unis avec l’amélioration de ses relations avec CUBA ne donneront jamais la priorité à notre pays.
      -Les bailleurs multilatéraux n’en sont que le prolongement de la politique économique de ces 2 continents donc rien de concret à espérer.
      -Les puissances régionales comme les pays du BRICS vont disséquer à la loupe votre PND à la va vite avant de s’y engouffrer.

      Rien de sérieux à l’horizon aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur pour le moment.
      Il serait plus responsable de compter sur nos propres forces dans l’élaboration de ce PND.

    • 24 décembre 2014 à 13:39 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Les pays du Golfe avec la baisse des recettes pétrolières ne sont plus des investisseurs potentiels sauf dans le domaine de l’eau, de l’agriculture et de l’élevage (ovins et bovins mais pas le porc, religion oblige) donc nos techniciens doivent en tenir compte dans la finalisation de ce PND.

    • 24 décembre 2014 à 13:46 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Donc dès maintenant, il faut enlever de ce PND la recherche d’un financement de 2milliards de USD pour faire une autoroute ANTANANARIVO-TOAMASINA. En ce qui concerne la liaison TANA-TOAMASINA, il vaut mieux développer la voie ferrée.

    • 25 décembre 2014 à 07:34 | Gérard (#5118) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Ce n’est pas un plan quelconque qui va sauver Madagascar qui n’est qu’un confetti sur la carte géopolitique du monde Lisez plutôt deux fois qu’une ce qui va suivre pour comprendre que nous ne sommes que des fourmis sur l’échiquier mondial :

      Le One People’s Public Trust ou OPPT * est constitué d’un groupe d’avocats très compétents qui, dans le cadre du système judiciaire, a décidé quelques années en arrière, de se dresser contre le système afin de corriger les injustices, dont ils étaient témoins. Pour commencer leur investigation, ils décidèrent, de dénoncer les malversations faites par les banques avec l’argent public.
      Cet argent est employé par les banques à des fins privées et s’avère souvent en relations directes avec la majorité de tous les crimes : Crime contre l’humanité, contre la souveraineté du citoyen, crimes judiciaires et commerciaux, etc. et qui inclue sans limites, la violation de la paix, les outrages, la servitude involontaire, l’escroquerie, la coercition, l’utilisation de la force, le vol, le découragement, les actes et pratiques trompeuses, etc.
      Ces courageux avocats ont décidé de renverser le système avec ses propres règles. Ils ont mené une série d’investigations très complexes où ils ont repris le Public Trust, crée dans le cadre de la constitution des Etats Unis. Ils ont inscrit tous les habitants de la planète et ont suivi une procédure judiciaire où les défenseurs sont tous les débiteurs et l’accusation, non seulement le système bancaire mais aussi toutes les multinationales abusant de ces mêmes citoyens...Une fois les dossiers constitués, ils leurs ont demandé de contester l’accusation, ce qu’ils n’ont pas fait, bien sûr.Un groupe d’avocats contre le Système, décident de corriger les injustices.
      La défense a donc entamé des poursuites allant jusqu’à la saisie complète et la clôture d’ entités légales du système dans leur totalité.
      Parallèlement à cela, fut créée une structure de base d’un autre type de gouvernance appelé le CVAC (Centre de Valeur des Actifs du Créateur). Le CVAC est une structure légale très bien constituée.
      Qu’est-ce donc que l’OPPT ? C’est une organisation légale constituée par nous tous, chaque individu de la planète. Y sont inclus les capitaux de la planète, c’est à dire tout ce qui a une valeur, aujourd’hui, principalement l’or et l’argent, et qui a été consigné en propriété par le Trust. Il est important de préciser que dans l’OPPT, c’est tout les individus de la planète qui sont concernés, personne n’est mis à l’écart, il n’y a pas de frontières, pas de gouvernements et pas de multinationales. L’OPPT est donc une organisation derrière laquelle tous les individus de la Planète se positionnent pour dénoncer les injustices commises à leur insu et dont le but principal est de récupérer les richesses volées afin qu’elles soient redistribuées de manière égale .
      Note : CVAC= Creator’s Value Assests Centre
      * Comprendre « Groupement Public du peuple Uni »
      One People’s Public Trust (OPPT) saisit légalement les avoirs des grandes entreprises, des Banques et des Gouvernements, pour abus d’esclavage et usage de systèmes monétaires privés.
      Beaucoup d’entre vous en ont entendu parler… beaucoup d’autres pas du tout. Annoncé publiquement le 25 décembre 2012, le système de « Multinationale Gouvernementale » a été saisi. Saisi en toute légalité… via l’un de ses propres mécanismes. Les « pouvoirs en place » sont maintenant les « pouvoirs du passé ». Toute dette a été effacée et les entreprises incluant, sans limite, les Multinationales Gouvernementales, et les Banques – ont été saisies.
      Bien entendu, ils pourront continuer leur jeu en espérant que nous continuerons à jouer avec eux. Mais grâce à une série d’investigations menées par One People’s Public Trust (connu sous le nom de OPPT) dans le cadre du C.C.U. (Code de Commerce Uniforme), le choix est désormais de notre côté. Un nouveau cadre légal pour une gouvernance sociale est maintenant en vigueur, un fait qui a été ratifié légalement par le cadre juridique contrôlé par son prédécesseur.Automatiquement et pour ainsi dire… NOUS SOMMES LIBRES !!!(Mettez-vous à l’aise - c’est un article long, mais c’en est un que vous ne pouvez rater !!!) One People’s Public TrustLe jugement des poursuites judiciaires menées par OPPT à la cour a entraîné beaucoup d’agitation. Et à juste titre ! Le potentiel pour le changement positif qu’il a généré est d’une IMPORTANCE CAPITALE ! Mais avant d’en arriver aux conséquences, j’aimerais vous présenter « les faits » et « comment cela s’est passé ». La multinationale Gouvernementale sous contrôle et les principaux médias sous contrôle, refusent d’annoncer leur propre disparition – pour une raison évidente. Ainsi, en tant que citoyens planétaires informés, je crois que notre rôle est de comprendre ce qui est arrivé, de comprendre comment, afin d’informer les autres … et finalement pour initier le mécanisme de changement mondial que nous attendons tous.Mais tout d’abord, un tour d’horizon de la réalité.Avant de poursuivre, permettez-moi de formuler quelques faits marquants.1) Les Gouvernements étaient des multinationales. Le phénomène de la multinationale Gouvernementale n’est pas seulement démontré par le fait que les « Gouvernements » se comportent comme des Bénéficiaires (non comme des Administrateurs) du Gouvernement supposé en place, mais de nombreux documents, apportant la preuve, le démontrent aussi ! Les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, Le Royaume Uni, la France, l’Italie, le Japon, l’Afrique du Sud… et la liste est longue… sont tous des multinationales basées aux Etats-Unis, et enregistrées en tant que telles auprès de la Commission des Opérations de Bourse des Etats-Unis… (S.E.C) et agissent de la sorte à nos dépens. « Ce Système » est oligarchique par nature, dans la mesure où il est destiné seulement à offrir le profit « à quelques-uns », alors que nous autres travaillons pour l’alimenter. 2) Les individus étaient des entreprises privées : A la naissance, un acte de naissance est signé par vos parents, qui est utilisé ensuite par la Multinationale Gouvernementale pour alimenter un Trust en votre nom. Ce Trust permet de cautionner votre fond de garantie, et « un compte en fond de garantie » est créé et financé sous votre propre nom. Vous êtes le bénéficiaire de ce Trust… mais personne ne vous signifie qu’il existe. Si vous ne faites pas un acte testamentaire à l’âge de 7 ans, la Multinationale Gouvernementale vous considère comme décédé – selon la loi maritime – et vous êtes officiellement considéré « comme disparu en mer » par le système. Sérieusement. C’est alors que la Multinationale Gouvernementale assure ensuite le contrôle financier de vos avoirs, en toute connaissance de cause. Elle sait que la plupart d’entre nous vivons de fait au-delà de l’âge de 7 ans, et continue à nous considérer comme des esclaves vivants. Les fonds de garanties générés par la monétisation de votre vie – vous utilisant comme cautionnement – vous sont prêtés lorsque vous avez recours aux prêts bancaires, prêts immobiliers, etc. Vous êtes alors forcé de travailler pour rembourser ces prêts en plus des intérêts – au système sur votre fond de garantie. Légalement, vous n’avez aucun droit sur ce fond, parce que vous êtes considéré comme « décédé » à l’âge de 7 ans. Vous perdez. 3) Les grands médias sont l’instrument dont se servent les Multinationales Gouvernementales pour mener la propagande directement chez vous. Ils sont utilisés pour manipuler les perceptions du public sur les actions et inactions de la Multinationale Gouvernementale, dans le but de renforcer les normes sociales, de les délimiter, de dicter des comportements sociaux et vous vendre des futilités en créant un « besoin » et un produit qui le satisfait. Ceci n’est pas limité aux seuls grands médias. La psychologie du « vieux » paradigme est également renforcée par les institutions telles que l’éducation nationale et la religion.Les multinationales, les gouvernements et les grands groupes médiatiques racontent tous les mêmes mensonges. Ils font tous partie de la même bête. 4) En conséquence, la structure du monde économique était un mécanisme d’esclavage de masse. L’esclavage est un système dans lequel les gens sont traités comme une propriété, et forcés de travailler. Les esclaves sont détenus contre leur gré, depuis le temps de leur capture, l’achat ou la naissance, et privés de leur droit de partir, ou de refuser de travailler. Est-ce que cela vous rappelle quelque chose ? Vous êtes né dans « le système » sans que l’on vous dise comment il fonctionne. Vous avez été élevé et l’on vous a appris à contribuer au système. Vous devez travailler des heures exhaustives dans le système, et vous devez payer des taxes au système privé. Vous devez adhérer aux règles du système – qui relèvent pour la plupart de la propriété et de la possession – sinon vous serez puni par le système. L’architecture du système délivre délibérément l’abondance à une minorité « triée sur le volet », et de nombreux autres auront faim. Mais si vous n’aimez pas ça, vous ne pouvez pas quitter le système. Le système « possède » tout, tout le monde et partout. Jusqu’à maintenant, vous n’aviez qu’une option : coopérer. C’est comme vivre dans un casino sans porte de sortie, et la maison mère gagne toujours.

    • 26 décembre 2014 à 10:13 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Gérard

      Bonjour,

      KARL MARX avait non seulement dénoncé ce système mais également prédit sa disparition par ses propres contradictions dans son œuvre LE CAPITAL.
      Votre écrit s’apparente étrangement au documentaire « luminati ».

    • 26 décembre 2014 à 11:11 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      lire ...« illuminati ».

  • 24 décembre 2014 à 11:41 | harmelle (#5862)

    Programme d’Urgence Présidentiel (PUP) puis Plan National de Développement intérimaire ??? Il va quand même bien falloir faire un bilan de ces quasi 365 jours de règne absolu ! Sem HERY et sa cour hormis négocier les avantages des députés , couper deux trois rubans mineurs inauguratifs pour des ONG , comploter pour que le HVM devienne un semblant de partie n’ont rien fait : ni économiquement , ni socialement , ni dans le domaine de la santé ni dans celui de l’éducation ! Les milliards de la CI , les Blibli-blabla et les ronds de jambe n’y feront rien ! Il reste quatre ans il faut leur augmenter la pression sinon rien ne changera voir la régression et l’endettement s’accentueront .....

  • 26 décembre 2014 à 10:25 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Donc ce premier PND, pour être crédible et efficace, doit mettre l’accent sur les opportunités émanant de nos îles sœurs en adoptant comme leitmotiv la politique économique de proximité à moindre coût :
    - Madagascar grenier de l’Océan Indien (secteur primaire).
    - Profiter également de la NTIC (secteur tertiaire).
    - Sans oublier le développement de l’énergie renouvelable.
    - Pour la construction des routes et certaines grandes infrastructures, le PND doit se contenter du « 13ème FED » de l’UE sans pour autant oublier la réhabilitation de celles déjà existantes.

    • 26 décembre 2014 à 11:09 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      lire « 11ème FED » (2014-2020).

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 353