Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 00h42
 

Développement

Le PIC II, pour le désenclavement et davantage vers l’environnement

mercredi 10 décembre 2014 | Bill

Le Conseil de gouvernement de ce mardi 9 décembre 2014 a adopté le projet de décret portant création, organisation et fonctionnement des organes du Projet « Corridors et Pôles intégrés de Croissance II ou PIC II ». Ce projet, d’après le communiqué du conseil de gouvernement, vise à susciter une croissance économique à base élargie à travers des appuis aux secteurs porteurs. Il aborde une démarche intégrée qui allie la mise en place d’un cadre favorable au développement du secteur privé, la réhabilitation d’infrastructures clés dans les pôles de croissance, et le renforcement de capacité des collectivités territoriales décentralisées, tout en veillant aux dimensions sociales et environnementales. Trois zones ont été sélectionnées à savoir la région Atsimo-Andrefana, notamment le long du corridor RN9, la Région Diana, notamment le long du corridor RN6 et la Région Anosy.

Les critères de sélection de ces zones n’ont pas été fournis mais le choix de ces trois zones traduit à beaucoup d’égards une tendance vers le développement axé sur la protection de l’environnement et de la biodiversité. Sans doute que Sydney et les fonds en perspective y sont pour beaucoup dans ces critères.

Par rapport au précédent projet PIC, le PIC II a abandonné l’axe Antananarivo-Antsirabe au profit de la région Atsimo Andrefana. Le projet PIC II Atsimo Andrefana impliquerait vraisemblablement les aires marines et terrestres protégées dont la forêt Mikea mais surtout il considère les projets d’exploitations des ressources minérales terrestres dans la région.

Pour le PIC II de la zone Nord et le corridor RN6 qui conduit vers Antsiranana, la continuité avec la précédente est peu évidente même si Nosy-Be est partie intégrante de la région Diana. Le récent forum économique sur Antsiranana a-t-il pesé dans le choix ? Le projet PIC II Nord devrait faire face au dilemme de préservation de l’environnement (aires marines et terrestres) et des industries extractives dans les environs de Nosy-Be, Ankify, Ambanja et Ampasindava. En tout cas, le communiqué du gouvernement gagnerait à être plus informatif, plus explicite dans ce genre de sujet qui a trait au développement de projet structurant.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 10 décembre 2014 à 10:20 | caro (#7940)

    « ... le communiqué du gouvernement gagnerait à être plus informatif, plus explicite dans ce genre de sujet qui a trait au développement de projet structurant. »

    Pas seulement dans ce genre de sujet que ce gouvernement doit developper le sens de la communication mais dans l’ensemble de ses actes.

    Ce gouvernement est trop enferme dans sa cuisine pour faire sa tambouille. Travailler en permanence dans la « clandestinite », le non-dit et l’affreuse culture de la dissimulation, tel le decret pris en conseil de ministre restreint a trois personnes pour « Fixer a residence » l’autre « clandestin », sans autre forme de communication.

    Devant tel comportement, et pour faire bouger les lignes, il appartient a vous journalistes de les mettre a l’epreuve en les poussant jusqu’a leur retranchement par votre professionnalisme.

    Le temps du muselage et de la cachotterie est d’une autre epoque.

  • 10 décembre 2014 à 11:18 | Isambilo (#4541)

    le point commun pour ces 3 zones c’est leur marginalisation depuis la nuit des temps.
    L’impasse est faite sur les anciens grands royaumes qui ont fait l’histoire du pays : Anosy avec les Zafiraminia, Menabe et Boina des Sakalava, le Sud-Est des Antemoro et des Zafirambo, et l’Imerina.
    L’intention est louable si cela permettait de rattraper le retard par rapport à ces autres région. Sinon, ce n’est que du calcul d’épiciers lié à d’hypothétiques richesses du sous-sol.

  • 10 décembre 2014 à 13:05 | tiagasy (#6521)

    EN LISANT L’ARTICLE C’EST ABERRANT.
    « Le projet PIC II Nord devrait faire face au dilemme de préservation de l’environnement (aires marines et terrestres) et des industries extractives dans les environs de Nosy-Be, Ankify, Ambanja et Ampasindava. En tout cas, le communiqué du gouvernement gagnerait à être plus informatif, plus explicite dans ce genre de sujet qui a trait au développement de projet structurant »

    La préservation de l’environnement et des industries extractives, polluantes et destructives des faunes et flores (marines et terrestres) ne peuvent se cohabiter. L’installation de ses industries vont déchiffrer les terres déjà rasées par les promoteurs hôteliers et les déchets des industries vont détruire l’éco-système de ce paradis. Le micro-climat de la région AMBANJA-(NOSY-BE)-(NOSY-FALY) est unique à M/car. Elle épouse la mixité du climat humide du pays de Betsimisaraka, des pluies de relief des premières chaines montagneuses de Tsaratanana et UNE PLAINE IMMENSE EN AVAL (vers le Nord).
    Il y a sûrement un POTEAU ROSE derrière ce projet malintentionné.

    NE PRENEZ PAS DES GENS POUR DES IMBÉCILES.

    • 10 décembre 2014 à 15:34 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à tiagasy

      Les bailleurs de fonds ont trouvé le BON PRETEXE pour pousser les Autorités malgaches à decentraliser : le CRITERE FORESTIERE OU BIODIVERSITE un critère rhedibitoire sur lequel TANA et SON BETSIMITATATRA est eliminé d’office .

      ON sait que ce ne sont pas du tout p HERY er RABARYNJAKA ni RIVO avec leur reflexe CENTRALISATEUR qui definissent ce CRITERE mais ce sont les bailleurs qui maitrisent de plus en plus les CAUSES PROFONDES DE L’IMMOBILISME GASIGASY

      Du temps de RAVALO le PIC I est hyper-centralisé à Tana et Antsirabe avec des miettes pour NOSY BE et FORT DAUPHIN

      Là les Bailleurs de fonds a tout compris

      Felicitation à MAHAZOASY qui obtenu gain de cause pour la CAUSE NORDIQUE , nous comptons sur vous Mr le Deputé !

    • 10 décembre 2014 à 15:58 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à tiagasy

      TIAGASY VANDIVANDY

      IL faudrait bien que tu changes de Pseudo, vous etes plutot TSITIAGASY

      Pour vous le littoral Malagasy n’a pas vocation à faire objet d’investissement,il fallait le maintenir dans un etat de BABAKOTOLAND pour maintenir la population cotiere dans un etat de pauvreté plus criante encore que maintenant !

      C’est parce que les DIRIGEANTS MAL-gaches sont depuis 50 ans de votre logique que ce Pays se trouve dans son TROU actuel

      Les bailleurs de fonds ont compris ces raisonnements centralisateurs de tananariviens et ne se laissent plus faire !

      Ou bien tu acceptes LEUR ARGENT ou bien ils investissement ailleurs !

      TANA n’est pas l’avenir de Madagascar sur le LONG TERME

  • 10 décembre 2014 à 13:34 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    10 Décembre
    - « JOURNEE MONDIALE DE LA PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME »-

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 112