Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 septembre 2016
Antananarivo | 11h18
 

Médias

Célébration de la journée de la liberté de la presse

Le Code de la communication attendu au Parlement

mardi 3 mai | Bill

Le député Jean Adrien Vanovason souhaite que le projet de Code de la communication figure dans l’agenda de la première session ordinaire du Parlement ; souhaite car à sa connaissance, en tant que membre du bureau permanent, ce projet n’y est pas encore alors que la session débute ce 3 mai, premier mardi du mois de mai. Le président de la République avait récemment encore annoncé que ce Code doit être examiné et adopté. Ce Code a été l’objet de multiples ateliers et séminaires depuis 1997, mais pour diverses raisons il a été remanié et révisé et est demeuré au stade de projet. D’après le président de l’ordre des journalistes, Gérard Rakotonirina, ce projet de Code de la communication constitue une avancée car il dépénalise les délits de presse. Il réglemente en outre la presse online mais surtout il donne une place importante aux véritables acteurs des médias et réduit l’emprise de l’Etat sur la gérance du métier.

En attendant, cette journée de la Presse sera l’occasion de nombreuses manifestations à commencer par une cérémonie qui se tiendra à l’Hôtel de ville de la capitale et l’inauguration de la stèle. Le thème de cette journée internationale est l’accès aux sources de l’information. Il faut dire que les journalistes de Madagascar sont trop souvent confrontés à cet écueil en particulier à de la rétention d’information sinon au refus catégorique. En tout cas, dans l’Administration, les responsables, entre autres les directeurs et directeurs généraux déclarent ne pas être en mesure de fournir des informations, mais il faut s’adresser au ministre.

Ceci dit, d’après le député Vanovason, au programme de l’Assemblée nationale pour l’instant se résume en l’examen et à l’adoption du projet de Code de la route et au « vary mangatsiaka », ou des projets qui n’ont pas été examiné précédemment mais qui ont déjà figuré à l’agenda de la Chambre basse.

31 commentaires

Vos commentaires

  • 3 mai à 09:00 | Rabemisaina (#7643)

    Hé Noue ! Vous êtes en retard ?

    • 3 mai à 16:26 | Bena (#494) répond à Rabemisaina

      à mon avis, ce code sera un « chiffon » de plus. chez nous, les codes, constitution et autres textes réglementaires sont faits pour amuser la galerie et épater les bailleurs de fonds. la pratique des tenants du pouvoir est radicalement différente. j’incite les journalistes à ne pas être trop optimistes. à la moindre occasion vous irez toujours en prison, ce n’est pas les motifs qui manquent. « touche pas à rivo be voninahitra ».

  • 3 mai à 10:07 | Isandra (#7070)

    Pr Narci

    Liberté de presse...?

    - Vous n’êtes pas sérieux,...
    - Si

    - Partirez vous en Australie chez les aborigènes avec ce comportement hystérique,...? Dites moi vous n’êtes pas sérieux...
    - Non, je plaisante...!

  • 3 mai à 10:08 | rakoto-neutre (#8588)

    Létat pourrait ensuite censurer même les forumistes ennuyeux.

    • 3 mai à 10:55 | tgv_ihany (#9410) répond à rakoto-neutre

      Code de la communication pour enfocer le clou d’hvm. Commencer d’abord a enlever tous les censures sur tvm et rnm qui sont a la merci du regime.

    • 3 mai à 13:00 | takaka (#8449) répond à tgv_ihany

      Vous avez oublié la censure du temps de ANR TGV et la désinformation à outrance.

    • 3 mai à 15:50 | rakoto-neutre (#8588) répond à tgv_ihany

      Le savez-vous, le ministre Andrianjato Vonison est un farouche défenseur de ce régime, au contraire il va filtrer la rnm et la tvm autant plus en faveur du régime.

    • 3 mai à 16:31 | Bena (#494) répond à rakoto-neutre

      les journalistes sont des champions de volte-face. les exemples les plus criants viennent de ce andrianjato, onitiana, rolly mercia et bientôt lalatiana. le tralala à la radio et à la télé servent seulement à avoir une certaine aura pour obtenir une bonne place et on se la boucle. les exemples contraires n’existent pas pour le moment.

  • 3 mai à 10:41 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    La presse dans son ensemble bénéficie largement du financement de campagne électorale avec de l’argent d’origine douteux à chaque campagne présidentielle, et particulièrement pendant cette période, les journalistes, presque la plupart, ne se donnent pas du soucis à exiger à avoir accès à des informations sur les sources du fonds utilisé, alors à quoi peut servir cette journée internationale ?

  • 3 mai à 11:42 | Ibalitakely (#9342)

    TSSS .... PFFF, CODE DE LA COMMUNICAT° ; LIBERTÉ D’EXPRESSION ; LIBERTÉ DE PRESSE & ON EN PASSE. COMMENT PEUT-ON AVOIR CONFIANCE A DES JOURNALISTES (QUOTIDIENS ; HEBDOMADAIRES ; MENSUELS ; AUDIO VISUELS) MALAGASY QUI NE SONT QUE DES SIMPLES EMPLOYÉS TRAVAILLEURS, DE VRAIS VOIX DE LEURS MAÎTRES. EN EFFET PAR EXEMPLE COMMENT UN JOURNALISTE DE CHEZ L’EXPRESS DE MADAGASCAR OU DE RTA OSERAIT-IL CRACHER EN PLEINE FIGURE A EDGAR QUE DURANT LES PLUS DE 5 ANS DE TRANSIT°, CINQ ANNÉES C’EST TROP LONG POUR UNE TRANSIT°, IL ÉTAIT NON SEULEMENT pds D’ANTANANARIVO MAIS AUSSI PRÉSIDENT DU tgv ? ET QU’UNE FOIS EN 2013 LES tgévistes ONT PRÉFÉRÉ RAJAO LETROISIÈME QUE VOUS AVEZ A LA HÂTE CRÉÉ SUR VOTRE RTA L’EMISSION tontakely, (& LUI DONC UN TONTABE ???). QUEL JOURNALISTE DE viva AURAIT LA PROUESSE DE DEMANDER A Andrytgv "POURQUOI PRÉFÈRES-TU BÂTIR A DUBAÏ OU A MAURICE QUE DE CONSTRUIRE ICI DANS LE PAYS COMME LE FONT TES AMIS KARANA, EST-CE APRES AVOIR PILLER-SACCAGER-BRÛLER EN JANVIER 2009 CEUX D’AUTRUI QUE TU AS PEUR DES RETOURS DE FLAMME ? MPANAO GAZETY AHO MPANAO GAZETY !!!

    • 3 mai à 12:52 | Saint-Jo (#8511) répond à Ibalitakely

      Ibalitakely !
      Vous semblez ne pas manquer d’aplomb. Je ne peux que vous en féliciter. Et même de vous encourager à continuer à progresser dans ce sens. Et vous souhaiter pleine réussite.
      Mais il y a quand même une chose que je vous recommande, si je puis me le permettre :
      - Ne criez pas ! Ne criez pas ! Vous avez une belle fougue. Les choses que vous dîtes sont honorables et intéressantes. Donc tout le monde est intéressé pour les entendre.
      Mais si vous criez pour les dire, alors les autres élèveront aussi la voix pour couvrir la vôtre et se faire entendre à votre place.
      Essayez ceci la prochaine fois quand vous prenez la parole devant n’importe quelle auditoire.
      Commencez par parler sans élever la voix et en articulant bien. Et continuez ainsi sans vous laisser démonter par les bruits de fond. Maintenez le cap. Alors vous allez constater par vous-même que l’auditoire se calmera progressivement, avant de se taire pour de bon. Vous allez même entendre monter des rangs de votre auditoire les classiques « qu’est-ce qu’il a dit ? » et les « Chut ! Chut ! » et même les « Parlez plus fort ! » ou « On n’entend rien ! » . Mais surtout, même à ce stade là, il faut garder la hauteur de votre voix tout en articulant bien et maintenir le cap.
      Et vous allez alors constater par vous-même que vous serez une personne bien écoutée par votre auditoire.

  • 3 mai à 12:08 | Saint-Jo (#8511)

    D’abord la liberté (tout court),
    ensuite la liberté d’expression,
    et ensuite encore la liberté de la presse !
    Voilà, il me semble, la sorte de poupée russe qui intéresse beaucoup, au moins, les sociétés d’intello ; et ce, depuis au moins le milieu du XVè siècle (invention de l’imprimerie).
    Et comme par hasard, un demi-siècle plus tard ce fut le début du foisonnement de différentes idées toutes plus innovantes et plus « accélérantes » dans la quête de connaissances et de bien-être pour l’homme. Mais comme, par hasard aussi, ce fut le début des terribles censures allant toujours plus sanglantes voire plus meurtrières.
    Car de tout temps, les abrutis, quand ils n’arrivent plus à dominer par le biais de leurs idées erronées et dépassées, essaient de dominer les autres par toutes les sortes de violence que leurs pouvoirs leur confèrent.
    Et une figure très banale cette violence est la censure !

    Au fait, depuis quand exactement nous battons-nous contre la censure dans notre île ?
    Je ne sais plus. Il me semble que cela a toujours été. Et ça l’est toujours .
    Même sur ce lieu virtuel, voici ce qu’une personne qui utilise le numérique et les réseaux sociaux est capable d’écrire :
    << 2 mai à 15:29 | lefona ihany (#6757)
    << Pour Saint-jo et dadabe.
    << Étant donné que l’administrateur de MT semble « occupé » et même si ce présent post va être hors sujet, je pense qu’il est important de rappeler ceci : le harcèlement n’est pas acceptable sur ce forum ! >>
    Traduction : La censure sur MT. com ne fait pas son travail.

    Ensuite, l’individu continue :
    << Ces deux-là, se vantent d’être libres de s’exprimer et par conséquent de se laisser aller bassement ! Faute ! Vous n’êtes jamais au grand jamais en manque d’inspirations et de paroles pour dénoncer le comportement des politiciens malgaches ... vous aboyez même >>

    Remarque : On se demande qui exactement « aboie » derrière la censure de MT.com et derrière la caravane formée par quelques uns, dont Dadabe et moi.

    Alors, la liberté d’expression dans toutes les têtes, même dans celle des aboyeurs : c’est pour quand ?

    • 3 mai à 13:08 | takaka (#8449) répond à Saint-Jo

      Joli post !
      Je suis épaté et justement, pourquoi il y a censure. Nous sommes déjà un peu en avance sur MT forum malgré quelques interdits. Je ne vois pas vraiment le sens du code de communication. Même en Allemagne, Merkel essaye d’abolir une vieille loi suite à un différend avec le PR de la Turquie.
      Et pour moi personnellement, les journalistes gasy sont des minables qui se prennent pour des intouchables. Ils se prennent pour des giants. Ils ne savent pas ce qu’on entend par liberté d’expression. Il faut savoir qu’il y a toujours des limites. Les journalistes ne sont pas des anges.

    • 3 mai à 13:34 | Saint-Jo (#8511) répond à takaka

      Bonjour, Takaka !
      Sur MT.com, même si ce n’est pas la perfection, il y a des intervenants (journalistes et forumistes) qui n’ont rien à envier à ceux des grands quotidiens etrangers, sur le plan des idées et de l’acuité intellectuelle, sur le plan des convictions et enfin sur le plan de l’honnêteté tout court comme intellectuelle. Mais il ne faut peut-être pas le leur dire, de peur qu’ ils ne prennent la grosse tête. (Non ! Je ne suis pas sérieux pour cette dernière phrase). Au moins, nous avons MT.com !

    • 3 mai à 13:39 | Ibalitakely (#9342) répond à Saint-Jo

      Saint Jo ... le protecteur des forumistes, merci d’avoir abaisser ... mon volume & je tenterai la prochaine fois, s’il y en aura, de ne plus crier à ce que vous le voyez, vous l’entendez plutôt. & enfin dîtes aussi aux autres ... aboyeurs de ne plus vous dire que « ... vous aboyez même ». Sans rancune.

    • 3 mai à 14:08 | Dadabe (#9116) répond à takaka

      Bonjour Takaka,
      Les journalistes ne sont certainement pas des anges, ils ne sont d’ailleurs pas journalistes pour ça. Pas des « béni-oui-oui » ni des « truqueurs », encore moins des « achetés » ou « vendus » (c’est selon...), mais des informateurs responsables de leurs écrits et qui vérifient leurs sources (je vous parle du journaliste idéal, bien sûr). En revanche, les lecteurs, eux, sont souvent des « mal-comprenant » (il paraît qu’il vaut mieux dire comme cela plutôt que kons, c’est plus poli, enfin c’est surtout plus faux-cul...). Sur le forum de MT, même si quelques nervis réclament à cor et à cri que le modérateur censure à tout va ceux qui ne pensent pas comme eux, il y a une liberté d’expression plus que correcte. A tout hasard, je rappelle que ce site est hébergé en France et donc difficilement « censurable » pas des politichiens malgaches (encore que le pire soit toujours possible...).

    • 3 mai à 14:11 | Saint-Jo (#8511) répond à Ibalitakely

      Oh ! Ibalitakely ! J’espère bien qu’il y aura toujours une prochaine fois en ce qui concerne vos interventions sur ce lieu virtuel !
      Les « autres aboyeurs » ne m’intéressent guère. S’ils continuent, tant pis ! S’ils s’arrêtent, tant mieux !
      Je suis comme tout le monde. Il y a des gens que j’apprécie, et il y en a d’autres qui m’indiffèrent.
      A+ !

    • 3 mai à 14:39 | caro (#7940) répond à takaka

      Bonjour Takaka,

      « … pourquoi il y a censure » : je pense que c’est ainsi car il y a des « choses » dont la connaissance par le public sont de nature à mettre au grand jour des malversations que l’on voudrait couvrir par l’efficace et non moins fourre-tout « ordre public ».
      C’est à la fois un moyen pour vous limiter l’accès à la connaissance en vous gardant dans l’obscurantisme, et un autre pour cacher une faiblesse ou une ignorance.

      « … les journalistes gasy sont des minables qui se prennent pour des intouchables » : ils ont encore beaucoup de chemin à parcourir dont l’une de la première tranche serait celui de leur indépendance.

    • 3 mai à 15:42 | Saint-Jo (#8511) répond à caro

      Bonjour, caro !
      Le fin esprit que vous êtes a bien remarqué [ je vous cite] « saint-jo, vous êtes pris en flagrant délit de lecture en diagonale. »
      En effet, il y a une petite part de vérité dans votre remarque, mais une petite part seulement.
      Comme vous êtes fine mouche vous avez « deviné » ce que vous appelez « lecture en diagonale ».

      D’abord, je peux vous assurer que, quand je lis un texte alors je le passe instinctivement à la loupe. La plupart du temps je le relis plusieurs fois, m’attardant sur les passages qui m’intriguent. Ce qui est loin d’être une lecture en diagonale.
      Si je lis un texte, c’est parce que j’ai choisi de le lire, lui, et pas un autre.
      Pourquoi ce texte-là, mais pas un autre ? Parce que, de par ma formation et de par mon métier, j’ai besoin du contenu de ce texte-là à cet instant-là précisément. Dans l’exercice de mon métier l’intérêt professionnel prime avant toute autre chose. Mais le temps aussi.
      Ah ! Le temps ! Sinon on risque d’être devancé par les concurrents. Et justement à cause du paramètre temps, je ne lis pas les textes qui sont hors du sujet qui m’intéresse à l’instant.
      Et l’esprit observateur que vous êtes, caro, avez sans doute remarqué que très souvent je réclame des références précises (pour vérifier et étudier leurs dires) à l’endroit des supposés habituels diffuseurs d’affirmations gratuites sur ce forum. L’un deux, excédé sans doute par mes demandes répétées, m’avait rétorqué « vous pouvez vous-même en trouver les références, non ? » . Quand j’ai lu cela, je me suis dit que l’auteur de cette phrase vit dans un monde totalement disjoint du mien. Je n’ai jamais plus lu ses posts depuis. Mais je ne me suis pas privé du luxe de lui mettre une ironie ou des sarcasmes juste à la suite des ses posts.

      Pour faire court, caro, quand je consulte un document à plusieurs pages (et c’est le cas de MT.com), je ne lis que ce que je juge intéressant à l’instant, et pas autres choses. C’est une déformation professionnelle. Et c’est cela que vous croyez être une lecture en diagonale.
      A+ !

    • 3 mai à 16:26 | caro (#7940) répond à Saint-Jo

      Bonjour St-Jo,

      Oh, vous m’avez consacré un chapitre entier, que j’en suis flattée !
      J’espère que vous n’en teniez pas trop rigueur en ce que je ne l’ai lancé que par boutade. Loin de moi l’esprit de vous reprocher votre façon de faire.

      Je suis tout à fait convaincue que votre méthode n’a rien de non-sens, d’une part , en raison des contraintes liées à vos activités professionnelles, et d’autre part, en ce que la méthodologie dans les travaux universitaires dicte l’annotation impérieuse des références dans les écrits.

      Pour faire simple et aller dans votre sens, on va dire que la déformation professionnelle ne vous a laissé aucune chance de rester indemne des démarches scientifiques. En tout état de cause, dites-vous bien que contrairement au sort de beaucoup de nos compatriotes journalistes, contraints à s’aligner dans une position qui ne serait pas forcément agréable pour eux dans leur travail pour raison, essentiellement alimentaire, nous disposons encore largement ici d’une entière liberté pour faire comme bon nous semble.

      Cordialement

  • 3 mai à 14:31 | Tsisdinika (#3548)

    Quelle utilité pourrait-t-elle bien avoir ce Code de la communication ? La liberté d’expression est une réalité à Madagascar, à part bien sûr l’enclave de servilité que représente les médias publics (que plus grand-monde ne suit d’ailleurs). Tout le monde peut virtuellement dire et écrire n’importe quoi ici.

    Les dirigeants politiques ne sont pas les derniers à s’en féliciter, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Pourquoi ? Parce que c’est tout bénéf pour eux puisque même si leur image se font écorner, ils comptent là-dessus pour se faire passer pour des démocrates aux yeux de l’opinion publique tant nationale qu’internationale, mais surtout parce qu’ils savent que les risques MATERIELS pour eux sont minimes. En effet, mêmes si les prémisses d’une presse jouant le rôle d’un quatrième pouvoir contre les dérives autoritaires sont visibles depuis des lustres, cette même presse n’a jamais mûri au point d’accomplir pleinement sa destinée. Encore une fois pourquoi ?

    Mis à part les contraintes bassement alimentaires auxquelles la plupart des journalistes sont obligés de se plier, un quatrième pouvoir contre lequel se liguent sournoisement les 3 autres n’est au final qu’un pouvoir illusoire. Déjà que le « check and balance » entre les trois relève encore de la fiction chez nous. Combien de dénonciations de scandales n’a-t-on pas entendu par voie de presse interposée mais concrètement, elles ont débouché sur quoi ? Nada.

    Tant qu’il n’existe pas dans ce pays un système judiciaire capable de se saisir des affaires touchant à la conduite des affaires plubliques dont elle a connaissance par les médias, ou des parlementaires qui se préoccuperaient de mettre en place des commissions d’enquêtes suite à des informations publiées par la presse, ou un exécutif qui oserait suspendre les magistrats véreux et poursuivre les parlementaires corrompus en dehors de tout règlement de comptes politique... Bref, ce code de la comm, c’est que de la comm, et un vrai faux-problème.

    • 3 mai à 14:49 | Saint-Jo (#8511) répond à Tsisdinika

      C’est bien ce que je dis :
      sur ce MT.com, il y a des intervenants qui ne le cèdent rien
      comparativement à l’acuité intellectuelle et la justesse de vue
      de ceux l’on voit dans les grands quotidiens étrangers !

    • 3 mai à 16:24 | Tsisdinika (#3548) répond à Saint-Jo

      Merci Saint-Jo mais je ne pense pas mériter autant de compliments, surtout après avoir laissé passer ces trois coquilles coupables que votre oeil averti et sévère aura sans nul doute déjà repéré !

    • 3 mai à 16:39 | caro (#7940) répond à Tsisdinika

      Bonjour Tsisdinika,

      Quitte à vous titiller dans votre estimable modestie, vous faites partie de ceux qui mettent de la consistance dans les échanges sur ce forum. Que vous en soyez remercié, car malgré l’éventuelle exiguïté de cette plateforme, je demeure convaincue qu’elle apporte un tant soit peu quelques vertus à ses lecteurs.

      Cordialement

    • 4 mai à 08:26 | Dadabe (#9116) répond à Tsisdinika

      Bonjour,
      J’interviens fort tardivement dans ce débat. Je souhaitais cependant apporter une petite précision : Madagascar a la presse que ce pays mérite ! Les journalistes malgaches ne sont pas des zombies ! Ils vivent, grandissent, se forment à Madagascar et, d’une certaine façon, sont le fruit de ce que ce pays peut fournir... Dans une véritable démocratie (je songe en particulier à l’Angleterre, en dépit de sa vieille et adorable reine de carnaval, et aux États-Unis) la presse est remarquable, d’indépendance, de pugnacité, d’audaces dans ses enquêtes approchant le coeur du pouvoir (économique et politique). Bien sûr que les fameux « tabloïds » anglais et leur tendance « people vulgaire » ont quelque peu terni cette image, de même que les grands titres américains sont en pleine crise (à cause des lecteurs américains qui sont de moins en moins exigeants et.... lecteurs). Mais, tout de même, voilà une presse, des hommes et des femmes de métier et de conviction qui sont l’honneur de la profession (et pas qu’eux, naturellement). Chaque année des dizaines de journalistes sont arrêtés, torturés, tués à travers le monde. Leur faute ? Le courage. Le désir d’informer et non de cirer les chaussures des puissants, A Madagascar où la plupart des journalistes confondent information et communication, que se passe-t-il ? Rien. Je le dis, ailleurs, aux Malgaches de balayer devant leurs portes.

  • 3 mai à 14:54 | rayyol (#110)

    Si la presse était un temps soit peu indépendante et de bonne foi cela ferait longtemps que Madagascar serait sorti de l ornière .
    Mais celle ci est en général aussi pourrie et corrompu que tout ce qui a un semblant d autorité a Madagascar.
    Et ceci a partir de la tète au pieds De l espoir comment pouvez vous susciter de l espoir quand c est la tète qui donne les ordres et que celle ci est totalement pourrie .
    Berner vous de titre ronflant tant que vous voulez mais cela ne changera rien au fait que tout ceux qui endorment sous de beau discours, font valoir de grande idée de reforme sont tous corrompus .
    Des mots toujours des mots rien que des mots
    N importe lequel peuple un peu normal dans ce monde aurait déjà prit les armes quitte a crever Seulement a Madagascar ou l on peut voir pareille soumission Est ce que parce que c est de cette façon qu’ ils aiment vivre Si oui cessez de vous plaindre et endurer ce que vous meritez

    • 3 mai à 16:48 | Eloim (#8244) répond à rayyol

      Nous vous admirons de nous avoir grand ouvert nos yeux pour voir la voie à emprunter compte tenus de la situation insupportable qui prévaut au pays actuellement.
      Néanmoins, les malgaches sont trop croyants et flegmatiques et ne s’engagent pas dans des mêlées sanguinolentes quoi qu’un tel prix dispendieux leur soit précieux à l’avenir.
      Qui ne sait que nos politiciens sont les plus médiocres, les plus véreux encore plus canailles qu’on ne les pense au monde ?
      Qui ne sait que le tenant du pouvoir exerce dans l’Etat Gendarme et ne joue qu’en une sorte d’extincteur ou pompier ?
      Qui ne sait que le régime actuel ne connaît pas une opposition formelle en contre poids, d’où cette dérive incessamment constaté, comme la violation répétée de la loi fondamentale et l’existence de la corruption déguisée au sommet de l’Etat ? Toute une liste exhaustive décourageante, dont la conséquence n’est autre que le désagrément manifeste de la confiance mutuelle entre Dirigeants et Dirigés.
      Est-ce que l’appel à la révolte est une bonne solution pour le pays après avoir vécue une crise innommable et sans pareille ? Chacun a ses réponses dans sa conscience !

    • 4 mai à 10:29 | rayyol (#110) répond à Eloim

      Je suis aussi contre toute violence .Solution a la Grandi peut être ou faudra t il inventer un nouveau modele .Rien ne se. Fait sans risque .

  • 3 mai à 15:22 | Eloim (#8244)

    On ne va pas divaguer trop sur la notion de liberté, plus encore cette liberté d’expression. Cette notion doit s’apparenter avec celle de la loi, donc on parle de limite.
    Nous n’allons pas trop philosopher sur ces deux notions, liberté et loi, mais surtout sur ce qu’on enseigne dans des écoles journalistiques, dans des espaces médiatiques, dans des ateliers et colloques où on enrichit si amplement la connaissance des « formés » pour devenir un professionnel en la matière, des spécialistes chevronnés dont il est question de bien savoir à quel endroit on pose le pied. Donc, on parle celui qui a le savoir faire et faire savoir tout ce dont on a accumulé durant tous ces moments d’apprentissage. A ce moment là, le ou les codes ne sont autre que pour nous rappeler à quoi bon nos souvenirs nous dirigent vers la bonne voie ou nous remettre quelque fois sur les rails.
    Combien de fois l’on entend parler de quelqu’un qui est assermenté (dans son obédience) mais qui commet des fautes graves abominables parfois même inqualifiables durant l’exercice de ses fonctions et son ORDRE compromettant d’envoyer une missive référentielle, sollicitant son acquittement pour de bon ? est ce du corporatisme en échange de la notion de « valeur humaine » sans parler de la vie humaine, un cas plus exécrable qu’insoutenable.

    • 3 mai à 15:48 | Eloim (#8244) répond à Eloim

      N’importe quel code comme n’importe quelle loi fondamentale, la Constitution, a des facettes montrant un beau paysage pittoresque et ne manquant pas dans un coin une figure prédominante dévisageant complètement la beauté de tout un tableau si valeureux qu’il soit. Mais seule la prise de conscience, par l’enrichissement de l’acquisition de la connaissance si approfondie qu’elle soit qui dissimule du moins fictivement ces pauvres points ennuyeux.
      Pourquoi, on parle de polémique sur ce code de la communication ? Car la raison est plus vaincue par rapport au sentiment. Sentiment auquel certains « professionnels » du métiers pensent qu’ils sont intouchables, incriminant la confusion de la loi et de la liberté, alors que la conscience lui rappelle à l’ordre de fouiller sur la panoplie de connaissance acquise le remettant bien à sa place sans commettre des inadvertances délictuelles odieuses passibles à la justice.
      Donc, être professionnel en la matière n’a aucun souci à se faire dans l’exercice de ses fonction car il ne fait que faire parler de lui et de son savoir faire.

  • 3 mai à 19:11 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Informer ne veut pas dire accepter toutes les aberrations du présent régime.
    On connait très bien la cause des derniers accidents :
    - L’alcool au volant c’est la mort au tournant selon une chanson celèbre.
    - L’excès de vitesse c’est l’accident et la tristesse.

    Donc les mesures à prendre c’est l’alcoo-test et les radars à mettre en place sur les voies rapides mais pas la pénalisation des coopératives et des usagers des taxi-be.

    Soyons toujours réalistes dans nos propositions de solution.

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 586