::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 21h21  :  20°C  :  Orage
vendredi 21 novembre 2014
 

 > Editorial

Labyrinthe vers la sortie de crise

lundi 9 août 2010, par Ndimby A.
JPEG - 30.8 ko

La recherche de la sortie de crise a été trop longtemps confiée à un Professeur Tournesol du Droit constitutionnel.

Après avoir menacé de ses foudres ceux qui concoctent une transition-bis, Andry Rajoelina s’est ensuite ravisé pour inviter l’espace de concertation des partis à un échange de points de vue au Palais d’Iavoloha. Pour l’anecdote, la séance d’Iavoloha s’est déroulée comme un procès, avec un « Président de tribunal » se montrant au-dessus de la mêlée, ce qui est le comble du comble dans une réunion censée résoudre la crise issue du coup d’État qu’il a pourtant déclenchée.

Pour en revenir au changement d’avis à 48 heures d’intervalle, on ne va pas s’étonner outre-mesure de cette nouvelle versatilité du Grand Hâtif, dont la marque quasi-déposée est la constance dans les fluctuations. Bizarre pour un homme qui se veut d’État, mais cette fois-ci on ne va pas faire trop de chichis, pour une fois que cela va dans le bon sens. Le plus jeune putschiste du monde a sans doute compris tout l’intérêt qu’il avait à gagner de ce processus malgacho-malgache, car à force de vouloir trop gagner, il risquait de tout perdre. Le processus engagé par les partis politiques et la société civile était donc plus une chance qu’une menace pour l’assise de son fondement sur un fauteuil d’État. Car ce qui lui est proposé en définitive, c’est de rester jusqu’à la fin de la Transition, même s’il est loin de le mériter : il n’a ni la légitimité acquise par les urnes, ni celle tirée d’un bilan socio-économique flatteur après bientôt 18 mois à la tête de l’État, et encore moins celle obtenue après un parcours académique ou professionnel d’envergure nationale, voire internationale. Et malgré les efforts du pouvoir hâtif pour camoufler la débâcle économique, il y a des signes qui ne trompent pas : des difficultés de plus en plus flagrantes à payer des salaires, ce qui entraine grogne et grèves de ci de là ; des réductions drastiques de budget dans les ministères ; une machine économique qui tourne au ralenti en pleine haute saison touristique etc.

Au vu de ce bilan, Andry Rajoelina ne peut donc continuer de s’accrocher avec arrogance et de manière unilatérale à ce pouvoir mal acquis, obtenu et maintenu ni par le mérite, ni par le talent mais par la force. On comprend donc que l’évocation dans les couloirs du Professeur Raymond Ranjeva, considéré par de plus en plus de personnes comme un recours, donne des urticaires à la HAT : ce brillant universitaire et diplomate représente tout ce que Andry Rajoelina n’est pas, et ne sera jamais. C’est sans doute cette menace qui a convaincu ce dernier qu’il était préférable de composer avec l’espace de concertation des partis politiques, avant que cet espace n’aille voir ailleurs.

« Il y a une chose bien plus grave que de ne pas avoir réussi ; c’est de ne pas avoir essayé ». C’est à cette citation de Franklin Roosevelt que je pense en voyant les différents efforts actuellement fournis par les partis politiques et la société civile pour provoquer une sortie de crise. Il est vrai que la pratique politique à Madagascar fait habituellement de l’opposition plutôt une machine de destruction que de construction. Mais il serait temps qu’après 50 ans de retour à l’Indépendance, les faucons de tout poil et de toute plume apprennent ces sages paroles de Robert Sabatier : « S’opposer n’est autre que proposer. Une opposition sans proposition n’est qu’un mouvement d’humeur ».

Tel que nous l’avions subodoré il y a près d’un mois dans ces colonnes (Les faucons et les vrais, 12 juillet), le faisceau de dynamiques nationales et internationales en vue de rapprocher les modérés est en train de rendre possible une sortie de crise possible, au grand dam des extrémistes. Si les faucons hâtifs rêvent de continuer dans leur unilatéralisme imbécile et inefficace pour que le Fanjakan’i Baroa continue avec ses abus divers, les va-t-en guerre anti-TGV souhaitent que l’opposition continue de faire acte d’obstruction stérile, en espérant qu’un jour le régime de la Haute autorité de la Transition (HAT) pourrisse comme un fruit mur et tombe de lui-même. Pourquoi pas. Mais à quel prix la population et l’économie doivent-ils alors payer un enlisement de la crise ? Dès Octobre 2009, votre serviteur avertissait sur le risque de voir Madagascar devenir un Failed State (état défaillant) en cas de pourrissement de la situation. En Novembre 2009, mon compère Patrick A. renchérissait sur le risque de voir apparaitre le spectre du Rogue state (état voyou).

Les efforts conjugués de la société civile et de l’espace de concertation des partis politiques, et ce en parallèle avec l’initiative des raiamandreny mijoro téléguidée par Norbert Lala Ratsirahonana et le parti AVI, tendent donc à aboutir à un consensus sur le fait qu’il faut mettre un terme à cette crise. Le seul point d’interrogation concerne Andry Rajoelina, qui souffle le chaud et le froid sur la suite à donner à ces tentatives. Fluctuant au gré de son humeur et des avis de son premier cercle [1], on ne s’avancera pas à dire qu’il est un exemple de fiabilité. Aux dernières nouvelles, le Président de la HAT serait prêt à discuter la proposition de l’espace de concertation des partis politiques, mais exige comme préalable la définition d’une feuille de route électorale. Il est très amusant de voir ce monsieur montrer autant d’attachement aux élections, alors qu’il n’a eu aucun scrupule pour fouler aux pieds les règles les plus élémentaires de la démocratie, renverser un Président élu, suspendre le Parlement. Et d’ailleurs, pourquoi n’a-t-il pas attendu ces fameuses élections pour se faire appeler Président ?

La question qui se pose maintenant concerne le point de vue de l’armée. Ayant démontré depuis le 17 mars 2009 qu’on pouvait compter sur elle pour contribuer à l’instabilité au lieu de la combattre ; ridiculisée jour après jour par toutes ces affaires de banditisme auxquelles des militaires ou des gendarmes sont associés ; ses chefs ont cessé d’être le phare dans la tempête comme ils avaient pu l’être en 1972 (Ramanantsoa, Andriamahazo...) ou 1991 (Ramakavelo, Rabenja...), voire dans une certaine mesure, en 2002 (Ranjeva, Mounibou et Rajaonson). Effectivement, comme l’a très justement souligné l’oncle Georges dans son éditorial de samedi dernier, il est plus facile et moins dangereux de procéder à l’arrestation de Manandafy au Carlton que de s’occuper de choses sérieuses. Phagocytée depuis 2009 par les gros bras et les grandes gueules, la Grande Muette saura-t-elle se rattraper pour aider à la refondation de l’esprit républicain ?

Enfin, une des raisons officielles pour lesquelles le pouvoir hâtif a fait capoter les Accords de Maputo a été la question de l’impunité. Le sujet sera-t-il contourné pour éviter de se retrouver à nouveau devant la mauvaise foi du régime de transition ? On peut comprendre qu’effectivement la culture de l’impunité doit cesser sur les abus des précédents régimes. Mais si on veut à tout prix tenir compte de ce principe, alors il faut aussi se poser les bonnes questions sur les abus et dérapages connus depuis 2009. À moins qu’aucune loi existante ne punisse les coups d’État, les mutineries, la formation de milices armées sous la conduite de civils, le trafic de bois de rose, l’incitation aux troubles par voie de presse, le sabotage économique, les séquestrations de leaders religieux, les fausses accusations et l’instrumentalisation de la justice etc. Souvent chez les dirigeants africains, la loi est toujours faite pour les autres. Alors, au nom du changement, amnistie et impunité pour tous, ou uniquement pour ceux au pouvoir ?

Notes

[1] Composé en particulier d’un juriste défroqué qui aime jouer au Professeur Tournesol avec les textes constitutionnels, ainsi que d’un communicateur qui a cru bon de faire l’intéressant en traitant les Africains de « coupeurs de tête avec des coupe-coupe » lors d’une interview avec Reporters sans Frontières. Et ça, ça se prétend homme du changement à Madagascar…

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 25 réactions Lire les commentaires
  • Labyrinthe vers la sortie de crise
    9 août 2010 12:52, par Rainivoanjo (#1030)

    Professeur Raymond Ranjeva, considéré par de plus en plus de personnes comme un recours, donne des urticaires à la HAT : ce brillant universitaire et diplomate représente tout ce que Andry Rajoelina n’est pas, et ne sera jamais." : plusieurs personnes associent aussi son nom, vous vous rappelez, à l’un des ministres d’avant 2002 qui a été dans l’équipe ra8 -il y a même des rumeurs sur les conditions du ralliement, ou encore à l’affaire de la banque centrale de Manakara. Autre chose : connaissez-vous une seule parole publique du brillant universitaire où il s’en ait pris à l’interventionnisme des puissances étrangères -et il n’y a pas que la Françafrique- dans des pays comme Madagascar ? A moins qu’avoir fait de brillantes études ne soit une condition suffisante pour mener Madagascar vers la voie du développement. Mais ce n’est pas aussi l’opinion de beaucoup de Malgaches.

    • Solution simple : out le joel.
      9 août 2010 13:26, poiuyt (#584) répond à Rainivoanjo (#1030)

      Rainivoanjo, tout ce qui n’est pas joel est à prendre au point où on en est. Même Monja a acquis du bon sens depuis.

      Hier dimanche 09 aout 2010, la télé française montrait une émission fraiche sur Madagascar ; on y parle seulement de misère (kéré du Sud, basses terres de Tana, …) ; le PRM a été montré, mais du joel : que dale ! c’est vrai : que de la faim ? Quand on repense à ce qu’il a subi : la mise à la touche de sa personne par rapport aux élections présidentielles, on est en droit de penser que son patron le juge non présentable, sans qualité (redixit Noue). Le commentateur avançait que les politiciens malagaches sont des politicards égoïstes : non reconnaissance de la part de la CI : absence des 80 % de budgets : beaucoup de miséreux. Le dirigeant d’une université de Tana y disait même qu’il a peur désormais que les gens descendent demain massivement pour une manif de la faim, dénuée de pensée politique, la grande marche.

      Le PRM a été invité à la réunion de l’UA, tandis que joel reçoit, malgré lui ( ! ), Mr Chissano. Daigner recevoir les affreux-cains, avec leur Maputo et autre Addis, de la part du joel c’est un aveu de faiblesse. Il est donc vrai que les caisses sont vides ? Ou est-il possible que les putschistes aient aussi du palpitant ? Ce serait plus du vil respect exclusivement diplomatique : le lendemain joel imposait sa route aux politicards de sa réunion. Rien ne change. Toujours cette absence volontaire de vision nationale patriotique, toujours sa présidence passant par la traditionnelle francophOlie pour laquelle il a été soldé.

      Pendant la réunion africaine, on n’a pas parlé de la solution présentée par joel, mais :

      On entend aujourd’hui que, suite à une lettre ouverte demandant l’action de l’armée SADEC pour désarmer la milice politique du joel, grâce aux brutalités assassines de laquelle, joel fait son hexa-roitelet, et impose le statut de protectorat à la nation. Ce serait trop bien de pouvoir rappeler aux soi-disant tafika malagasy, « miaramila-potaka » (dixit Zafy, soldats de plomb) qu’ils ont un devoir noble. Se le faire rappeler par des mozambicains, ou autres sud-africains, des gens « supposés noirs », exit les anciens sonégaux mécréants, ce serait la punition méritée ; Ce sera notre débarquement, et encore une fois ils seront anglophones. Après coup on discutera d’égal à égal dans la francophonie.

      Soyons assurés que le peuple affamé sera présent ! Le hat serait donc forcé de prouver sa popularité, il lui faut organiser aujourd’hui des manifs de masse pour prouver qu’une intervention de la SADC est déplacée, vu l’adhérence supposée du peuple aux maux du joel. Chose que le hat n’a jamais pu prouver sans enrôlements ponctuels d’ intéressés affamés sans choix. Mais les politicards feront vainement la voix du peuple pour aider joel : le monde connaît la chanson. Iront-ils jusqu’à faire des boucliers humains forcés un kalach chacun sur la tempe ?

      Doivent-ils commencer par interdire leurs espaces aux avions malagaches ?

      Quand des gens omniprésents sur ce site, jouissants apparemment d’un fan-club, se disent ne pas être africains, c’est ahurissant, c’est un affront, une insulte envers certains malgaches de la côte. Le continent « madagascar » existe peut-être ; ou la génération spontanée existe comme dans les chemises de certains camps nazis ?

      Alors on se demande : mais qu’est joel ? on est tenté de répondre : RIEN ! (en majuscules cette fois). Et je ne pense pas me tromper de beaucoup. Sinon un mal mais terrible, un fléau, qui continue à semer ses métastases. S’il pouvait lui arriver de disparaître, d’une façon quelconque, oui celle-là ! Hé ben, il ne sera pas son premier. Et ce serait le début de la sortie , la fin de ce potentat téléguidé.

    • Labyrinthe vers la sortie de crise
      9 août 2010 13:39, Ramarolanoana J (#1663) répond à Rainivoanjo (#1030)

      Faire de brillantes études n’est pas une condition suffisante pour être un bon dirigeant mais une « condition nécessaire ». Par conséquent, ne pas avoir de diplôme universitaire et être ignare (sans culture et sans compétence professionnelle) sont disqualifiants. Diriger un pays ne s’improvise pas. C’est le pb de R8 et surtout de TGV.

      • Labyrinthe vers la sortie de crise
        9 août 2010 15:01, Rainivoanjo (#1030) répond à Ramarolanoana J (#1663)

        Condition nécessaire ? Encore un malade de diplômite. Allez dire à Jacob Zuma en RSA qu’il ne fait pas l’affaire -il y a un pléthore ! Avoir un bon diplôme -cela dépend en quoi aussi- peut aider mais n’est ni nécessaire ni suffisant pour bien diriger un pays.

        • Labyrinthe vers la sortie de crise
          9 août 2010 19:15, Ramarolanoana J (#1663) répond à Rainivoanjo (#1030)

          Rainivoanjo,
          Que dites vs de la comparaison : Bill Clinton et GW Bush ? Le pb c’est que les gens (y compris vs même ???) élisent les candidats pr leur belle gueule ou pr leur richesse ou parcequ’ils distribuent + que les ô mais pas pr leur compétence.

      • Labyrinthe vers la sortie de crise
        9 août 2010 17:42, diego (#531) répond à Ramarolanoana J (#1663)

        Bonjour Ramarolanoana J ,

        Et oui Chère ou Cher COMPATRIOTE :

        - DIRIGER UN PAYS NE S’IMPROVISE PAS

        C’est un problème chez nous, la preuve :

        - quelques hommes politiques pensent bonnement qu’UN DJJJ de haut de ses expériences en boites de nuits, sera capable de diriger un pays :

        - A L’AGONIE économiquement,

        - et VETAVETA sy DONDRONA POLITIQUEMENT,

        Notre pays n’a jamais eu une CONSTITUTION et des INSTITUTIONS inviolables. Nos INSTITUTIONS étaient et sont et seront toujours les victimes du 1er venu et fort à la tête des bandes de voyous si les politiciens se comportent toujours comme des puschistes endormis qui ne demandent que l’occasion se présente pour exécuter leurs folies : 1992, 2002, 2009.

        Je me dis souvent que nos politiciens ne sont pas si mûrs que cela, ne sont pas si intelligents que cela, ne sont pas si responsables que cela. Comment expliquer les débandade de bon nombres de nos élites qui sont peut-être des gens bien individuellement mais irresponsables collectivement.

        Quand bon nombres des élites d’un pays se demandent encore 50 ans après notre indépendance comment respecter LA CONSTITUTION de leur propre pays et applaudissent quand LE PRESIDENT de notre pays est victime d’un coup d’Etat, ON PEUT MESURER LA les chemins qui nous reste à parcourir vers une :

        - INDEPENDANCE respecté et respectable,

        - UN PAYS en paix et qui pourra produire et de nourrir ainsi sa population et surtout les plus faibles d’entre nous,

        - UN PAYS qui tournera enfin vers l’avenir,

        Il est urgent de pacifier le pays : relation merina côtier, l’Armée, et régler enfin et une fois pour toute la présence des étrangers sur notre territoire. Parce que ces étrangers sont nuisibles pour le pays si on ne définit bien la place qu’ils doivent occuper dans notre société.

        Mais vous me diriez, on n’est même pas d’accord sur rien alors comment vouloir régler des choses qui ne sont même pas à notre porté…..vous auriez raison, MAIS JE SUIS UN REVEUR né….J’AI LA TETE DANS LE NUAGES…..

        VIVE MADAGASCAR TSY HANDIHOLIKA…..cela me rappelle mon adolescence…..

    • Labyrinthe vers la sortie de crise
      9 août 2010 15:21, Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Rainivoanjo (#1030)

      Rainivoanjo

      « X,ce brillant universitaire et diplomate représente tout ce qu’Andry RAJOELINA n’est pas et ne sera jamais ».

      Je m’attendais à une telle « bassesse » d’esprit de la part de certains de mes compatriotes pseudo-intello-universitaires.

      Le jeune Andry RAJOELINA ira jusqu’au bout de la transition ,RAINIVOANJO.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa gmail.com

      • Labyrinthe vers la sortie de crise
        9 août 2010 16:36, Rasoa (#1122) répond à Basile RAMAHEFARISOA (#417)

        Bassesse d’esprit ? Voila ce que trouvez de mieux à dire quand la vérité vous est lancée à la figure ! Et moi, je réitère : BACC MOINS CINQ : jusqu’à preuve du contraire, jusqu’ici - Il n’a fait rien INTELLIGEMMENT sinon d’INTELLIGENT ! Sinon, la CI aurait reconnu la HAT !

        Jusqu’au bout ? Et c’est QUOI le « bout » ? et c’est pour QUAND ce bout ?

        Pensez plutôt au « bout » où il va mener le pays Basile - le début, on le connaît tous par coeur : PUTSCH - le milieu c’est la crise, la pauvreté, la mort dans l’âme - le "bout donc, c’est LA MER DE.

        • Labyrinthe vers la sortie de crise
          9 août 2010 22:31, Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Rasoa (#1122)

          Reconnaissance internationale,c’est quoi ???Rasoa.

          Merci de votre explication !!!!

          Basile RAMAHEFARISOA

          b.ramahefarisoa gmail.com

      • Labyrinthe vers la sortie de crise
        9 août 2010 17:29, Rakitoza (#689) répond à Basile RAMAHEFARISOA (#417)

        Basile

        C’est un constat, ce n’est pas une bassesse, ce n’est pas une insulte. Qu’est-ce qui vous énerve ?

        Marina tokoa : à 35 ans Ranjeva n’était pas capable d’être à la tête de l’Etat. Mais Rajoelina a-t-il du mérite avec sa méthode ?

  • Labyrinthe vers la sortie de crise
    9 août 2010 13:29, par Rasoa (#1122)

    Ny tena mampametra-panontaniana ahy dia ity :

    1 - Inona loatra no fiheveran-dRadomelina ny tenany na ny fieritreretany ny seza itombenany ?

    2 - Ireto nanoina ny antsony - indrindra ireo nidradradradra ny « tsy fankasitrahanany fanonganampanjakana »,moa va nandairan’ny « magie noire » sanatria na voan’ny fandraikirekena dia nalemy ny ati-doha ?

    Ny ahy dia tsotra :

    FANDREBIREBENA ireny mba hanadinoina ny fototry ny antom-pisiany : « mpanongam-panjakana » tsy eken’izao tontolo izao !!!

    Miharihary fa mitady ny « reconnaissance internationale » amin’ny fomba rehetra fa efa fanjakana banky rompitra « sans qualité » - Koa noho izany dia aza misy manaiky - ny « crise efa hiainana isan’andro » aleo hiaretana hatramin’ny farany fa TSY MISY MANAIKY AN-DRADOMELINA EO !

    • Labyrinthe vers la sortie de crise
      9 août 2010 14:09, racynt (#1557) répond à Rasoa (#1122)

      O ry Rasoa a !

      Ianao io ve aloha mba hiantraikan’ity krizy ity mivantana sa dia tsy misy fiantraikany na dia kely amin’ny fiainanao ilay izy fa mba faly fotsiny ianao mangataka ny olona hiaritra nefa ianao hijery fotsiny fa tsy mba miaritra miaraka amin’ny olona akory ?

      Ary manarak’izay, inona ary ny toro-hevitra atolotrao hanasorana an’i Rajoelina eo amin’ny toerana misy azy araky ny nolazainao ? tsy vitany ny miteny fotsiny hoe esory teo Rajoelina fa tokony mba harahina vaha-olana sy toro-hevitra amin’izay hitanao fa fomba mampety hanalana azy .

      • Labyrinthe vers la sortie de crise
        9 août 2010 16:13, Rasoa (#1122) répond à racynt (#1557)

        racynt,

        Tsotra hoy aho !

        1 - « IZA » moa i Radomelina no hampiantso fivoriana toy ireny ? IZAO TONTOLO IZAO aza tsy mi-reconnaître azy puisqu’il est toujours considéré comme un « sans qualité » ? Dia lasa indray ny « fandrebirebena » toy ny efa mahazatra : dinika e - hoy e ! fa tsy misy dikany amin-dradomelina ny hitsipaka izay nosoniaviny : talentany izany ary tsy voalohany akory -

        2 - Ny « VAHAOLANA » indray, dia efa betsaka ny natolotra ary efa nisy ny vita sonia ka ataoko angamba fa raha nisy finiavana na dia kely aza tao amin-dradomelina dia efa nisy hirika ny faravodilanitra manga !

        3 - Ny « CRISE » dia miantraika amin’ny Malagasy rehetra ary anisan’izany aho - saingy TSY IZANY VELIVELY no hanekeko ny hanitsahana ny tongotro - Je ne laisserai personne marcher sur mes pieds - Izaho tsy toy ny « mpiasan’ny zone franche » ka rehefa very asa sady ataon-dradomelina ohatra ny « TSY MISY » (des moins que rien que Radomelina ignore) dia mangina dia manampy isa ny mpangaropaosy na ny mpivarotra hani-masaka etsetra !!!! Dia manadino ny anton’izany rehetra izany rehefa avy eo rehefa tsy diso vary iray vilia ny kiboko (??)

        Fantatrao ny atao hoe « fourberie » ? Les personnes qui sont à considérer comme « fourbes » ? Je n’en fais pas pas partie - Hypocrites, dia mody hoe fitiavan-tanindrazana no nanosika ahy handeha ho any.... Raha TIA TANINDRAZANAmarina ianao dia TSY MI-RECONNAITRE NA OVIANA NA OVIANA an’io DJ io - Zarany aza efa nanaiky azy ho FATy ny « accords de Maputo » -

        Ny VAHAOLANA dia misy efa nosoniaviny ary raha misy tsy METIMETY AMINY AO (??) dia HIARAHA MIDINIKA fa - Se faire l’intéressant comme il lvient de le faire à Iavoloha, c’est « INSENSé ». Il n’est pas INTERESSANT !

        • Labyrinthe vers la sortie de crise
          9 août 2010 16:52, racynt (#1557) répond à Rasoa (#1122)

          Voalohany aloha, tsy vaha-olona amin’ny krizy no nanontaniako an-dRasoa fa vaha-olana amin’ny fomba hanesorana an-dRajoelina amin’ny toerana maha filohan’ny tetezamita azy .

          Faharoa manarak’izay, ny fifanekena tany maputo dia mametraka an-dRajoelina ho filohan’ny tetezamita fa tsy manala azy amin’io toeran’io akory.

          Ary farany, raha tena malala-tsaina sy te hamaha marina ny krizy ireo mpanohitra dia tokony hitady vaha-olana hafa ankoatry ny Maputo rehefa hita fa tsy nandaitra ny Maputo fa tsy miziriziry amina fifanekena efa nolavin’ny sasany akory.

  • Labyrinthe vers la sortie de crise
    9 août 2010 13:55, par razafi (#1661)

    Je vois que Mr Ndimby est anti-HATiste avéré ! Mais je penses qu’il se défendrait bien de se dire pro ....
    Votre position est intéressante à analyser car elle reflète bien ce que tous pense tout bas sans être vraiment un pro machin :)
    Les HAtistes doivent vraiment se poser la question du « Est ce que je suis pour mon pays ou pour mon compte ? ». J’ai toujours soutenu l’idée que ceux qui sont pour la HAT, sont seulement tout ceux qui ont été frustré à un moment donné sous Ra8. En somme la HAT n’existe que par sa haine de Ra8. La solution ne se trouve-t-il pas là en fin de compte ? La vraie confrontation qui permette de résoudre cette crise c’est un tête à tête avec Rav8 vs tous ces détracteurs...c’est utopique mais vu la situation actuelle, cela me semble la meilleur solution.

  • On en aura subi, des appellations à la mords-moi-le-nœud pendant cette crise !

    Mais voilà que depuis quelques jours, les médias ânonnent des « éléments de langage » surprenants, très certainement crées et injectés par le service « Com » d’une entité rompue aux subtilités de la langue française ET au marketing diplomatico-stratégique (suivez mon regard...).

    Voilà qu’on nous parle maintenant de « conclave de l’espace de concertation »...
    Boileau doit se retourner dans sa tombe, lui qui a dit : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ».

    Définition de « conclave » :

    1. (Religion) Lieu où sont enfermés les cardinaux rassemblés pour élire le pape.

    2. (Religion) (Par extension) Désigne l’assemblée elle-même.

    La dénomination « conclave de l’espace de concertation » est donc impropre et peut même être trompeuse pour désigner des réunions qui, d’une part, ne sont pas religieuses mais politiques et qui, d’autre part, n’ont pas pour objectif (en tous cas, annoncé, officiel) d’élire un leader, un représentant, mais de proposer (encore) un schéma dit « de sortie de crise », pondu par on ne sait qui, et signé par on ne sait qui représentant on ne sait qui...

    Faux-airs de sainteté, de solennité et de représentativité donc, pour parler de (ré)unions politiques probablement peu orthodoxes pour devoir se camoufler derrière de si savantes terminologies !
    Chercherait-on à « sacraliser » ce qui n’a pas à l’être et faire croire qu’il s’agit de l’étape finale avant la désignation d’un représentant, par une élection ou une décision collégiale (prise de façon collective par un conseil, un collège) ?...

    Ce machin hétéroclite et gazeux nommé « conclave de l’espace de concertation » est en fait un regroupement de petits partis et associations politiques dont on ne connaît pas précisément
    - l’identité
    - l’organisation interne
    - la crédibilité (composition, programme, fonctionnement, nombre de militants, d’adhérents, légitimité du leader officiel...)
    - Le « poids » politique, excepté leur score aux dernières présidentielles pour les partis qui ont présenté un candidat (soit 11% des suffrages pour le candidat en 2ème position, jusqu’à 0% pour celui du dernier rang, Monja Roindefo, ex-1er ministre choisi puis limogé par Rajoelina [1].

    On ne connaît RIEN de la légitimité de chacune de ces formations participant au « conclave », donc, A FORTIORI, (encore moins que) RIEN de la légitimité de leur addition, ou de leur regroupement.

    De fait, les mêmes causes produisant les mêmes effets, on continue à tourner en rond ou plutôt à se noyer dans la spirale (le labyrinthe selon Ndimby A.) des processus opaques, illégitimes, non démocratiques, présentés à l’opinion comme un « package » multipartite, représentatif, consensuel... politiquement correct, quoi !
    Or, encore une fois, on est confrontés à un problème de légitimité, de représentativité : cette « alliance », cet « espace de concertation », cette « plateforme » politique, quelque soit son nom, ne peut se prévaloir d’une quelconque représentativité.

    On navigue à vue, puisqu’on ne dispose même pas d’une liste OFFICIELLE des partis politiques à Madagascar.
    On estime qu’il en existe environ 200, qui vont de partis connus, assez structurés, rassemblant un nombre variable d’adhérents, jusqu’à des groupuscules très locaux inconnus, informels et instables dans le temps (souvent des regroupements d’opportunité autour de barons locaux, sur des causes ponctuelles).

    Le problème est identique pour la plupart des groupements/associations de Société civile : manque de visibilité, de formalisation, opportunisme, surabondance de petites entités... À cela s’ajoute la récupération trop fréquente des groupes de Société Civile par le politique. À ce jour, on ne peut donc guère les créditer d’indépendance vis-à-vis de la sphère politique et commerciale, ni voir en eux un contre-pouvoir efficace, crédible.

    Le Président Ravalomanana avait appelé à une structuration des partis politiques et des groupes de société civile pour une meilleure visibilité ; il avait notamment demandé un recensement et suggéré une fusion-intégration de ces innombrables petites unités/associations en grands partis organisés.

    IL FAUT ABSOLUMENT FAIRE CE RECENSEMENT ET ÉTABLIR UNE LISTE OFFICIELLE DES PARTIS POLITIQUES À MADAGASCAR AVANT TOUTE ÉLECTION. Si cette liste existe déjà, demandons-en la mise à jour et la diffusion.

    L’Assemblée Nationale et le Sénat ayant été dissous par Rajoelina, tout dialogue, toutes consultations, assises, assemblées dites populaires organisés par lui, ou par d’autres possédant moins de légitimité que le président de mon Fokontany (quartier), sont du « n’importe quoi » et chaque « n’importe quoi » fait reculer la sortie de crise, en ajoutant encore plus de confusion dans cette situation anarchique et explosive causée par le coup d’état qui, rappelons-le, a détruit tous les systèmes de représentation et de démocratie participative.

    Pour finir, un proverbe à méditer : « Qui entre pape au conclave, en sort cardinal », c’est-à-dire que le cardinal qui paraît d’abord le plus papable est rarement élu pape.

    Rajoelina est en fin de contrat qui ne sera pas prolongé, il le sait et a été payé pour cela. Mais les bras armés de Rajoelina et les joyeux touristes qui remplacent les députés et sénateurs pour 6000 euros mensuels hors indemnités (salaire minimum à Madagascar=22 euros) n’accepteront pas de quitter la place sans assurance d’impunité ou d’exil, avec contrepartie financière conséquente (ils risquent de très lourdes peines et ont pris goût à l’argent facile).

    Je suis curieux de savoir qui sortira pape de ce soi-disant « conclave »... Autrement dit, cette fois-ci, quel joker la France va-t-elle nous sortir de sa tiare papale ??? !!! ...

    [1] Élection présidentielle du 03 Décembre 2006 : rappel de résultats

    Ravalomanana 54,79% - Lahiniriko (ADM) 11,65% - Ratsiraka Roland (MTS) 10,14% - Razafimahaleo (Leader Fanilo) 06,92% - Ratsirahonana (AVI) 04,22% - Ny Hasina Andriamanjato (NMAM) 04,18% - Ravelomanantsoa (Madagasikarantsika) 02,56% - Rakotoniaina (Tambatra) 01,68% - Pasteur Randrianjoary (indépendant) 00,75% - Pasteur Rajakoba (Ny Fihavanantsika) 00,64% - Monja Roindefo (Monima) 00,00%.

    Andry Rajoelina était inconnu en politique jusqu’à ce qu’il présente sa candidature à la Mairie d’Antananarivo en 2007. Il vient de créer son parti TGV.

    • « Conclave de l’espace de concertation » : un jargon néo-catho pour des réunions pas très orthodoxes !
      9 août 2010 16:08, poiuyt (#584) répond à Info ou intox ? INFO : (#2357)

      Un dijéi « patriote » fait de la politique. « On ne peut pas péter plus haut que son c. » , dit le vulgaire expérimenté. Il veut faire son intéressant d’ homme des tas, des tas de politicards opportunistes qui sont légions. Quand une télé française l’avait mis à l’écran, il disait entre autres âneries : « Je ne suis pas plus nul » (que Ra8, ndlr)". Effectivement, il a réduit en cendres en 1 mois ce que le PRM a mis des années à construire pour les malgaches quoi qu’on en dise, obtenant en cela des reconnaissances internationales, et encore aujourd’hui ; ce qui fait bigrement défaut au joel, et le font souffrir. Dans sa boule, c’est cela faire de la politique : être chef, et point barre, comme dirait l’autre. Le reste n’est que annexe ; tel son pays ... annexé.

      A se demander s’il ne se trompe pas de patrie, franchement. Est-ce qu’il le sait au moins ?

    • « Conclave de l’espace de concertation » : un jargon néo-catho pour des réunions pas très orthodoxes !
      9 août 2010 17:52, diego (#531) répond à Info ou intox ? INFO : (#2357)

      Bonjour,

      Voilà pourquoi je me permets de dire que nos politiciens n’ont pas de couilles entre les jambes. Et ce qui fait dire que RAJOELINA a été au bon endroit au bon moment et comme il avait rempli les critères voulus pour couper la tête de MADAGASCAR, c’est-à-dire :

      - MERINA, et accessoirement MAIRE DE LA CAPITALE,

      - ET PROS Français,

      Et les irréfléchis qui formeraient la HAT par la suite sont tombés dans la piége :

      - on s’en fout complètement combien de temps RAJOELINA va pouvoir s’accrocher à la tête de la HAT, l’objectif était de faire partir RAVALOMANANA et on verra….c’est comme cela qu’on a pensé, qu’on pense et on pensera de MADAGASCAR tant que nos politiciens ne se réveillent pas de leur sommeil maladif.

      POLITICIENS on vous humilient bien depuis plus d’un an :

      - ON VOUS FAIT COMMANDER PAR UN DJJJJJJ….même pas honte…..je comprends très bien aussi….vous êtes piégé dans votre propre piége….vous voulez casser la G à RATSIRAKA, ZAFY, et RAVALOMANANA et maintenant, ON VOUS A MIS DANS LA GGGG….UN DJJJJJ….bien fait non…..DANCE MAINTENANT…….

    • « Conclave de l’espace de concertation » : un jargon néo-catho pour des réunions pas très orthodoxes !
      9 août 2010 19:59, poiuyt (#584) répond à Info ou intox ? INFO : (#2357)

      Info,

      la seule vague de nature humaine à laquelle joel a osé engager son corps si précieux a une nature confessionnelle. Partout ailleurs, il a peur, et il a raison. Sans sa milice politique, cela peut lui arriver de recevoir sur la tête de la farine et plus. Pour info (!) à Info, Mialy fut accueillie avec de la farine à Roissy ; la photo prise par le GTT, en prise de guerre, est sur le net.

    • « Conclave de l’espace de concertation » : un jargon néo-catho pour des réunions pas très orthodoxes !
      10 août 2010 07:57, da fily (#2745) répond à Info ou intox ? INFO : (#2357)

      Mais oui, bon sang mais c’est bien sûr !

      Intox ou info : je ne me tue à le répéter, tous ces machins aussi nébuleux que pompeux ne sont que des trous noirs à efficience zéro, de misérables juxtapositions de coquilles vides tendant vers moins l’infini.

      Toutes ces simagrées ne sont, ouvrons les yeux, que des manoeuvres dilatoires pour perpétrer encore un peu plus ce fatras qui arrangent bien du monde EN PLACE !

      Raus !!! aleha mandeha any anaty maizina any daholo fa mandrebireby eto fotsiny : conclave aho hoe conclave ! tsy mahalala menatra intsony, marina...

  • Labyrinthe vers la sortie de crise
    9 août 2010 18:55, par Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Cher ami Ndimby A

    J’ai reçu très tôt votre message.

    Un détail m’a chiffonné un peu :

    « affaires de banditisme auxquelles des militaires ou des gendarmes sont associés ».

    Un jugement trop rapide pour salir les « FORCES DE L’ORDRE ».

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa gmail.com

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 222  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360