Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 15h16
 

Société

Période de pluies

La galère des riverains de la RN4 et la RN6 n’est pas une surprise

lundi 25 janvier | Bill
JPEG - 58.6 ko
Photo ADN

« Quatre fois obligés de changer de voiture ou quatre transbordements, quatre fois obligés de monter dans une charrette et deux fois contraints de prendre une pirogue et de longues marches à pieds dans l’eau », c’est le calvaire ou les épreuves endurées par un responsable régional de la Croix Rouge malagasy. Parti lundi 18 janvier d’Antsiranana, il n’a rejoint Antananarivo que le 21 janvier. Pratiquement, les pluies ont isolé beaucoup de localité, voire deux régions pendant au moins une semaine. Et ce n’est pas le propre de ces régions. La partie nord de la région Analanjirofo également vit cette situation toute l’année. Maroantsetra n’est accessible en cette période que par bateau ; les habitants souhaitent vivement que la localité soit de nouveau desservi par Air Madagascar.

« Suite aux grosses pluies de ces derniers temps, la rivière Bemarivo est sortie de son lit au niveau d’Antanetilava entraînant des dégâts importants. A savoir, des milliers de familles sinistrées, un mort, 3000 ha de rizières inondées et quelques coupures sur la route nationale, notamment au niveau des radiers. Des infrastructures sont abimées nécessitant des réparations. Face à ces pertes, nous sommes venus réconforter la population tout en apportant du riz, des grains secs et des tentes. Ce qui est réconfortant, c’était de voir une population qui s’entraide, très courageuse, prête à reconstruire et à suivre les consignes face aux catastrophes naturelles ». Ce sont les propos du chef de l’Etat à Mampikony le 23 janvier rapportés dans le communiqué officiel qui a trait aux inondations qui ont occasionné la paralysie de toute l’économie sur les routes nationales 4 et 6, respectivement vers Mahajanga et vers Antsiranana.

En tout cas, les appels de détresse lancés quelques jours plus tôt par un chef de parti bloqué par les eaux en furie dans sa tournée vers la région Sofia et la région Diana, et appuyés par ceux de deux responsables régionaux de la Croix Rouge malagasy n’ont pas été vains.

JPEG - 72.6 ko
Photo Facebook (Nary Ratiana)

D’après les habitants de Mampikony et les usagers de cette route nationale, les crues qui empêchent la circulation sur ces radiers de Mampikony peuvent durer facilement d’une heure à trois ou quatre jours en fonction de l’intensité des pluies qui tombent en amont. Et c’est le lot « quotidien » des populations et des usagers de cette route nationale pour dire que c’est toujours ainsi en période de pluies. Les eaux peuvent atteindre plus d’un mètre de hauteur en un rien de temps.

Le BNGRC (Bureau National des risques et catastrophes) national venu en appui aux bureaux locaux du BNGRC qui étaient déjà aux côtés des sinistrés a dénombré un mort, 3925 sans abri, plus de 15000 ha de rizières inondées dans le Boeny et dans la Sofia.

11 commentaires

Vos commentaires

  • 25 janvier à 08:54 | francais (#9362)

    Au responsable de la Croix Rouge, c’est son chemin de croix.

    Et pendant ce temps, dans le Sud, il n’y a pas d’eau.

    http://madagascar-tulear.com/?p=978

    • 25 janvier à 09:32 | Noue (#2427) répond à francais

      pourquoi au responsable de la croix rouge ? qu’est-ce que ça à voir avec la croix rouge ?

    • 25 janvier à 09:48 | francais (#9362) répond à Noue

      Lisez l’article !!! ligne 7 et 8

  • 25 janvier à 10:40 | Dadabe (#9116)

    Merci, Bill, d’apporter une information venant loin de Tana (les 3/4 des Malgaches vivent loin de la capitale et ne s’y rendent que très rarement, ou jamais). Une triste information, certes, mais qui rappelle que Tana, précisément, n’est pas le centre du monde. Dans tout pays civilisé, une région sinistrée comme celle de Maroantsetra aurait déjà fait l’objet d’une opération de secours d’envergure. Madagascar a quelques milliers de militaires inutiles qui pourraient au moins tenter d’améliorer le quotidien des populations et les centaines de millions d’ariary d’un Sommet tout aussi inutile de la francophonie pourraient être utilisées à sauver les êtres humains de la famine (dans l’eau au nord, dans la sécheresse au sud). Serait-ce que les « politiques » se contrefoutent de ces êtres humains ? On peut le craindre...

    • 25 janvier à 11:42 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      le naufrage de Madagascar est parfaitement illustré par l’état des routes . Faut il revenir au temps du "filanzana ’ ,au temps d’avant Gallieni ? Honte pour tout un pays !

    • 25 janvier à 15:31 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      La chaise à porteurs, très peu pour moi. Déjà, à Antsirabe, dans la montée de l’hôtel des Thermes, je descend du pousse-pousse lorsque j’en prend un (assez rare !) et je marche auprès du tireur sous prétexte de bavarder et de détendre mes jambes. En réalité, j’ai honte de voir cet homme suer sang et eau pour tirer mes 75 kilos (oui, je sais, il me faudrait maigrir un peu...). Je lui donne quand même un bon pourboire même si, redevenu conducteur de ma voiture (celle de mon grand garçon en réalité), je ne cesse de maudire ces pousse-pousse qui encombrent la ville et ralentissent tout le monde. Nul n’est parfait, n’est-ce pas ?
      Bref, vous avez une fois encore raison : ceci est une honte et, n’en déplaise à Isandra et quelques abrutis de la même espèce, cinq années de transition ont suffi à détruire l’infrastructure routière existante remise en bon état par RA8. Alors, ne parlons même pas des travaux futurs ni des routes et des ponts à construire ! En son temps, Ratsiraka les faisait sauter, les ponts. Auparavant, il avait imaginé des passerelles payantes... L’enclavement des régions ne profite qu’aux profiteurs véreux, aux trafiquants en tous genres. Le peuple ? Pas grave, il n’a qu’à marcher à pied et apprendre à nager.

    • 25 janvier à 16:32 | takaka (#8449) répond à vatomena

      Parce que les catastrophes naturelles engendrent une honte maintenant ?
      Cessez de divaguer comme un joyeux luron des kermesses des Six fours les plages !

    • 25 janvier à 19:48 | rakotoson (#8023) répond à vatomena

      Pendant que le Nord est victime d’ inondation et le sud de sécheresse , nos dirigeants et leurs acolytes vivent comme des pachas avec des salaires mirobolants , des avantages qu’ on ne trouve même pas dans les pays développés avec ces véhicules 4X4 tout - terrains qui ne roulent qu’ en ... ville , ces belles villas , ces chariots pleins à ras-bord que leur garde du corps et / ou chauffeur ont du mal à tirer derrière leur bonne femme

      Quand je pense que Son Excellence le Président de la République de Madagascar ose dire à la face du monde - via les diplomates étrangers présents le 7 janvier à Iavoloha ! - que le Budget de l’ Etat ne peut octroyer , cette année , aux agents de la Fonction publique que 7 , 50 % d’ augmentation ! Oh pire ! Lorsque le même bonhomme s’ égosille et sautille , des gestes de la main à l’ appui n’ en parlons plus, que « 70 % du Budget vont dans des salaires des agents de la Fonction Publique » ?!!!

      Visiblement , ce PRM parle plus vite que ... sa parole . Pour les observateurs avertis , les Hauts Fonctionnaires sont les principaux budgétivores de ce pauvre pays qui est le nôtre . Et les centaines de Généraux de corps d’ armée , de division et de brigade - 40 autres viennent d’ être nommés - et de colonels des Forces Armées ,de la Gendarmerie de la Police combien touchent - ils par rapport aux sous - officiers et hommes de troupe ? L’ achat des véhicules de fonction de tous ces Hauts Fonctionnaires de l’ Etat - je ne me rappelle plus de la marque dernier cri et du prix des derniers bijoux blindés de Hery et Voahangy en matière de véhicule de Fonction du couple présidentiel !!! Et combien touchent ils les ministres , les députés, les sénateurs , des secrétaires généraux ...?

      Allons , Monsieur le Président , les Malgaches ne sont pas dupes encore moins des canards sauvages du Bon Dieu . .Avant de parler , retourner svp ! votre langue par 7 fois ! Je vois déjà ves promesses mirobolantes que vous allez encore faire aux populations sinistrées si toutefois vous en aurez l’ idée d’ un tel déplacement peu conforme à votre rang de président

    • 26 janvier à 14:27 | vatomena (#7547) répond à takaka

      le non entretien des routes n’est pas une catastrophe naturelle, c’est une faute malgache. ...A
      moins de considérer que d’etre malgache soit une catastrophe .
      Toutes les grandes civilisations se sont efforcées de maitriser leur environnement .Avec succès parfois

  • 25 janvier à 19:41 | Jacques (#434)

    « Parti lundi 18 janvier d’Antsiranana, il n’a rejoint Antananarivo que le 21 janvier. »

    Il ne faut pas oublier une chose : l’actuel PRM fut, il n’y a pas très longtemps, laquais du bac-3 (Dadabe, lui, l’affuble d’un bac-8) dont l’allergie quant aux routes est manifeste parce tout simplement Ra8 y avait mis trop d’importance. Que l’actuel homme fort se fout donc des voies de communications de son pays c’est on ne peut plus logique, il a reçu des bonnes leçons de son ex-mentor. Et si l’on rappelle aussi que le ministère des routes est dirigé par un Ratsiraka (neveu du fossoyeur qui avait dynamité les ponts en 2002) on attendra donc longtemps les réelles réhabilitations.
    Ps. RN6 Diego-Ambilobe 137 km : temps de parcours plus de 4 heures.

    • 25 janvier à 22:00 | takaka (#8449) répond à Jacques

      Aie ! Aie ! Aie !
      Vous faîtes mal.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 351