Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 septembre 2016
Antananarivo | 23h40
 

Socio-économique

La difficulté socio-économique risque d’être accentuée en 2015

lundi 10 novembre 2014 | Léa Ratsiazo

Ceux qui avaient escompté sur la fin de la crise après les élections ont bien vite déchanté. Que ce soit au niveau politique, social ou économique, on dirait que cela va de mal en pis. Une question revient partout : « mais qu’est ce qu’ils font les dirigeants ? », surtout au niveau socio-économique.

La Loi des Finances 2015 qui est en train d’être étudiée à l’Assemblée nationale prévoit une inflation de 7,1% en 2015 contre 7% cette année et 6% en 2013. Le régime compte surtout sur l’arrivée des aides internationales pour combler les gouffres du Trésor public. Néanmoins, les économistes craignent une inflation plus accentuée que celle prévue par la Loi des Finances pour 2015, compte tenu de plusieurs paramètres. À partir de l’année prochaine, les produits pétroliers ne bénéficieront plus d’exemption de droits de douanes et de TVA. Donc, il y aura un surplus d’au moins 20% à payer pour les compagnies pétrolières qu’elles vont sûrement répercuter sur le prix à la pompe. « La vérité des prix sur les produits pétroliers sera appliquée en 2015 », annonce le directeur général des douanes Hajarizaka Raminomana. Or, quasiment toutes les activités socio-économique sont liées aux carburants ne serait-ce que par le transport. Logiquement donc, le risque d’inflation généralisée est présent de par cette hausse des prix des carburants.

Il est sûr que la facture de la Jirama va se ressentir de cette hausse du prix des carburants dans la mesure où l’énergie thermique domine pour faire fonctionner cette société d’État. Or, d’un autre côté, le délestage ne semble pas sur le point d’être réglé. Les consommateurs sont donc doublement victimes d’une facture qui explose pour un service non satisfaisant.

Rappelons que le régime de la transition avait décidé d’exempter de droits de douanes les produits pétroliers afin de contraindre les compagnies pétrolières à ne pas augmenter les prix à la pompe.

La Loi des Finances prévoit également d’augmenter de 10% les droits des douanes des produits de première nécessité, contre 5% auparavant. Comme Madagascar importe une bonne partie des produits manufacturés de première nécessité comme l’huile, le sucre ou la farine, cela va avoir des impacts directs aussi sur le pouvoir d’achat, déjà au ras du sol pour la majorité de la population.

Augmenter la production nationale pourrait être une solution pour parer à la hausse du prix des produits de première nécessité, sauf que rien n’est prévu pour inciter l’industrie nationale à produire. Les doléances du secteur privé ont été une fois de plus négligées. Le ministère des Finances avait promis de tenir une réunion avec le secteur privé le 15 octobre dernier pour discuter du contenu des rubriques le concernant dans le cadre de la confection de la Loi des Finances 2015. Aucune rencontre n’a eu lieu, la Loi des Finances est actuellement entre les mains des députés sans que le secteur privé ne soit informé ou sollicité pour donner ses avis sur les points le concernant. Le ministère des Finances indique tout simplement qu’il n’y a pas beaucoup de changement par rapport à la loi des finances précédente en ce qui concerne le secteur privé. Donc, aucune incitation particulière pour l’essor du secteur privé.

Le commun des mortels n’arrive pas à suivre la logique des dirigeants successifs, dont la plupart sont quand même issus du secteur privé. Pour développer l’économie, il faut soutenir le secteur privé, c’est une vérité de La Palice. C’est le secteur privé qui crée des emplois, qui remplit les caisses de l’État. Mais pour le moment, l’État escompte surtout sur les aides extérieurs et néglige le secteur privé qu’il presse tout simplement comme un citron. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus de jus et qu’il meure à petit feu peut-être. Et l’on se demande pourquoi Madagascar est toujours dans le peloton de queue des pays pauvres.

20 commentaires

Vos commentaires

  • 10 novembre 2014 à 09:25 | Comment_man (#8638)

    Vous dites que :
    « Le commun des mortels n’arrive pas à suivre la logique des dirigeants successifs, dont la plupart sont quand même issus du secteur privé. »

    Je trouve cela normale que les dirigeants issus du secteur privé ne connaissent pas les conséquemce de la politique budgetaire et monétaire sur leurs propres secteurs. Tout simplement parce qu’ils n’ont pas étudié cela et qu’ils n’ont pas d’éxpérience la dessus. Ils ont appris comment gérer une entreprise, les ressources humaines, le comportement des consommateurs. Mais ils n’ont jamais appris le comportement d’une ensemble population - entreprises - nation. La vision d’un dirigeant d’entreprise est différent de la vision d’un employé. La vision d’un chef d’état est différent de la vision d’un dirigeant d’entreprise

    • 10 novembre 2014 à 09:42 | Eloim (#8244) répond à Comment_man

      Il ne faut pas généraliser de cette manière le cas sur la gouvernance d’un Etat à comparer avec celle des entreprises. Vous avez tort en disant que certains d’entre eux ne savent pas diriger une entreprise. Voyez par exemple, le Groupe TIKO de Marc Ravalomanana ; le Groupe Injet de Andry Rajoelina. Mais ce que vous devrez dire c’est que la fait de diriger une entreprise n’a rien à voir à gouverner un Etat. Peut être des cas isolés, qui sait ?

    • 12 novembre 2014 à 16:03 | Utilisateur (#4011) répond à Eloim

      Malheureusement, tout le monde a vu la qualité et les résultats de la gouvernance sous TGV...

  • 10 novembre 2014 à 10:37 | Rakotomenatra (#6912)

    Pour moi ce n’est pas une question de capacité, connaissances ou expériences, mais plutôt de mentalité :

    Je suis dégoûté de voir des députés - les « élus » du peuple - se bagarrer depuis belle lurette pour leurs avantages, vola, vola, vola, 4x4, seza...

    Ils se foutent carrément de ceux qui les ont mis en place !

    Le plus grand problème est que la politique infiltre et empoisonne toute la vie - les universités où le bordel règne avec le soutien financier de « l’opposition », tout ce qu’on touche est politique, on chasse un ministre qui a une vision (il semble qu’il est le seul à en avoir - on peut donc assumer que c’est encore de la pure jalousie...), on blablate à longueur de jour sur l’importance du secteur privé, on promet une « relance économique » - mais tracasse et harcèle le secteur privé qui a survécu une année plus ou moins blanche et une crise de ans tant pis que mal et qui est - selon les gouvernants - « si important » avec des contrôles fiscaux, et je m’en passe.

    Et en-dessous de tout cela une population qui ne bouge pas, qui est passive comme un troupeau de mouton, qui se laisse faire et regarde tout cela avec une patience et un immobilisme sans pareil.

    Donc deux maux qui se complètent parfaitement...

  • 10 novembre 2014 à 10:41 | iarivo (#5822)

    Madagasikara ne connaîtra véritablement un développement économique (c-a-d où la richesse nationale sera équitablement répartie) que lorsqu’elle sera doté d’un Etat de droit et d’Institutions fortes et respectées par tous.

    A défaut de cet état de droit, ce sera le premier gourou-charlatan qui parviendra au pouvoir qui s’accapparera de la richesse nationale pour son seul profit et celui de son clan.

    Pensez-vous vraiment que l’ensemble de la société civile, y compris les opérateurs économiques, vont ainsi se laisser floué passivement par quelques opportunistes sans foi ni loi arrivés au pouvoir par divers subterfuges ?

    Cela fait près de 25 ans qu’une poignée de citoyens patriotes malagasy cherchent à mettre en place et faire fonctionner efficacement cet Etat de droit et ses Institutions fortes et respectées par tous !

    • 10 novembre 2014 à 12:01 | FANTOMAS (#7269) répond à iarivo

      Vous avez raison, mais j’ai envie de vous répondre comment faire ? vous avez constaté qu’on a mis en place le BIANCO sans grand changement sur les habitudes des malgaches.
      A titre d’information je connais un malgache qui travaille à la poste d’une ville de province, il commence et termine à l’heure qu’il veut, elle st belle la vie !

    • 10 novembre 2014 à 12:08 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à FANTOMAS

      Le BIANCO est mis en place pour faire plaisir à l’INTERNATIONALE.Point barre !

  • 10 novembre 2014 à 10:55 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    C’est un régime de façade seulement qui ne distingue même pas les causes et les effets dans un budget : C’est écœurant et désolant pour la population malgache.

    • 10 novembre 2014 à 14:09 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Ah bon !

      Et ange , hier , qui se mettait à genoux devant le dirigeant de ce régime de façade pour sa prouesse à sauver les ’meubles’ ariary

      Ecoeurant et désolant ... certainement pas pour un hypocrite ’angélique’

    • 10 novembre 2014 à 14:25 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Rakotoasitera Fidy

      Bon retour sur le forum.

  • 10 novembre 2014 à 11:47 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    C’est un sujet que nos « fameux Députés de Madagascar » doivent le maîtriser avant de se pencher sur le "Projet de loi de Finances 2015 (-PLF-2015-)

    Ressources de l’Etat Malgache
    1-Impôts,
    2-Taxes,
    3-Financements internes et externes

    Qu’est-ce qu’un impôt ?
    Qui décide de l’impôt ?
    Qui paie des impôts à Madagascar ?
    Quels sont les différents impôts perçus par l’Etat ?
    Quelle est la différence entre « impôts directs » et « impôts indirects » ?
    Qu’est-ce que le prélèvement à la source ?
    Quelles sont les ressources non-fiscales de l’Etat ?
    Que sont les prélèvements obligatoires ?
    Qu’est-ce que le principe d’égalité fiscale ?
    Qu’entend-on par proportionnalité et progressivité de l’impôt ?

    Dans une loi de Finances,les recettes fiscales nettes,c’est-à-dire,après les dégrèvements et remboursements d’impôts,du BUDGET de l’ETAT s’élèvent à 95 % des recettes nettes de l’Etat.
    Elles se répartissent comme suit :
    - 50 % des recettes fiscales nettes proviennent de la TVA (-taxe sur la valeur ajoutée-) ;
    25 % de l’impôt sur le revenu ;
    15% de l’impôt sur les sociétés ;
    - 5 % de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques :
    - 5 % autres.

    La taxe sur la valeur ajoutée (-TVA-),c’est un impôt indirect proportionnel,calculé sur les prix de vente ==hors taxe==sur tous les biens et services.
    Les exportations sont exonérées de TVA.
    La Banque,les autorités médicales,==le secteur associatif (- ??-)==sont exonérés de TVA,mais soumis à une taxe spécifique sur les « SALAIRES ».
    Le taux normal de la TVA devrait être de 20 %.
    La TVA est un impôt indirect supporté par les consommateurs mais versé par les entreprises à l’Etat,déduction faite de la TVA qu’elles ont==antérieurement==payée,lors de l’achat du produit ou des matières premières nécessaires à leur production.

    LA TVA EST SOUVENT CONSIDEREE COMME UN IMPÔT INJUSTE,car supporté de la même manière par tous les consommateurs,quel que soit leur revenu (-or,la part de revenu consommé est plus important pour les ménages les plus modestes-)

  • 10 novembre 2014 à 14:11 | Razaka (#7817)

    Hello ;

    # # Vers un Changement Radical à concevoir absolument, sinon RIEN.
    == Car Ni Opposition tranchée en tant que telle, ni Ralliement et Soutien réel, Marchandages et Changements de Vestes au cours du temps rendront Chaotique toutes vos Actions avenir, si rien ne change de façon radicale.
    == En plus les Institutions restent inexistantes et elles sont presque même un Frein au redressement du Pays dans ses états actuels.
    == Les caisses sont vides, mais sans Programme et sans Soutien réel, car aucune majorité naturelle de l’Exécutif à l’AN, le Président nous emmène dans l’Impasse.
    ** En conclusion, aucune vraie Réconciliation Nationale Objective n’est donc possible dans l’actuel état politico-économique du Pays.

    # # Le Président doit adopter une Démarche pour aboutir vers un Etat de Droit avec de nouvelles Règles du Jeux respectés par TOUS
    ** M. le Président, vous devrez rassembler surtout le Peuple et les Acteurs économiques avec pour vous Soutenir afin de désigner un nouveau Gouvernement de Techniciens.
    == Un Discours de Chef d’Etat de votre part dans tous les Médias, pour annoncer le Besoin d’Actions Objectives et Pragmatiques pour redresser rapidement le Pays.
    == Pour se faire, désignation d’un Gouvernement totalement nouveau pour transiter vers la normalisation de toutes les Institutions, donc Dissolution de l’AN.
    == Un nouvel Exécutif qui va s’aspirer directement des Problèmes Majeurs du Peuple en créant une vraie Education et un Enseignement adéquate à la Situation des Jeunes et à celle de l’Economie.
    == Chaque Fokotany va remonter rapidement leurs Problèmes vers chaque Expert concerné afin de les synthétiser efficacement vers des Décisions.
    == Un nouvel Exécutif de Techniciens avérés qui sachent Travailler Ensemble pour se Converger vers les Intérêt du Peuple, en totale Coordination avec les Acteurs Economiques.
    == Il portera une Réflexion qui tend à modifier la Constitution afin de la rendre convenable à la Situation réelle du Pays et afin d’Organiser les prochaines Elections indispensables pour la Démocratie.
    == On pourra alors envisager par la suite une Réconciliation de tous ceux qui en ont besoin d’être réconciliés.
    == Dans cette optique, on se passera logiquement de Députés en attendant les nouvelles élections.

    # # Le Président doit donc rassembler l’Opinion Publique afin de le soutenir dans cette Situation difficile.
    Que les Techniciens Capables puissent travailler avec les Acteurs économiques.
    Pourquoi ne pas créer une Banque de Développement à Capital majoritairement Malgache afin de stimuler l’Entreprenariat, l’Innovation et la Création par des Malgaches ?
    Cela ferait aussi encore plus de Capitaines de l’Industrie Malgaches qui créeront de vrais Emplois dans toutes les couches de la Société.

    Best Regards

  • 10 novembre 2014 à 14:41 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Tous ces bla bla bla , voir ce qui est écrit plus haut , qui n’ont aucune SIGNIFICATION pour la grande majorité des malagasy

    Je ne sais pas si vous ’sentez ’ l’horreur qui se dégage quand on lit que :

    L’huile , le sucre et la farine sont IMPORTES , alors arretez de nous bassiner
    la tète avec vos k.o......ies

    Le vrai problème qui se pose pour Madagasikara , vu que plus de 90°/° de la population survivent dans l’informel , sinon le VRAI FORMEL , ne serait’il pas
    de PROTEGER ces malagasy qui transforment des os de zébus laissés par des chiens errants , en médicaments et en savon

    LE SYSTEME èconomique IMPORTE est un ECHEC : alors pourquoi ne pas developper le ADY GASY ????

    • 10 novembre 2014 à 14:52 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Rakotoasitera Fidy

      Vous commencez à pondre des bonnes idées qui nécessitent des éclaircissements/des études en profondeur pour qu’elles puissent devenir des alternatives crédibles.

  • 10 novembre 2014 à 17:04 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    L’auteur a mis l’accent sur un sujet d’ordre public et d’actualité dont l’avis des forumistes serait le bienvenu pour éclairer la population à connaître ses futurs proches et les députés à voter en connaissant les tenants et aboutissants du présent projet de loi de finance 2015.
    Voici le lien indispensable pour avoir plus d’information : http://www.mefb.gov.mg/ sur l’article en date du 03/11/2014 – Projet de loi n°032/2014 du 22/10/2014 portant loi de finances pour 2015.
    Vu l’importance de cette loi pour le rôle, le devoir et la responsabilité de l’état en 2015 concernant la finance publique, il appartient aux faiseurs d’opinion de la disséquer.
    Bon courage à tous.

  • 10 novembre 2014 à 17:18 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Et voici un extrait en matière de dispositions fiscales :

    "A. LES RECETTES

    1. IMPOTS
    Le projet de Loi de Finances 2015 est élaboré dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat. Il est principalement axé sur des mesures innovantes tendant à l’appui et à la relance de l’économie, ainsi que sur des dispositions en vue d’améliorer et d’assurer la sécurité des recettes fiscales.
    Ainsi, les dispositions fiscales de la Loi de Finances 2015 s’articulent autour des points suivants :
    - Instauration d’un régime fiscal des sociétés mères-filiales ;
    - Généralisation de l’Impôt sur les revenus intermittent ;
    - Exonération d’Impôt sur les Revenus (IR) et du minimum de perception pour certaines entreprises nouvellement créées pour les deux premiers exercices ;

    - Suppression du minimum de perception de 2000 Ariary en matière d’Impôt sur les Revenus Salariaux et Assimilés (IRSA) ;
    - Nouvelle détermination de la base de l’Impôt sur les Plus Values Immobilières (IPVI) par application d’un abattement forfaitaire de 75% ;
    - Uniformisation des taux de Droit d’Enregistrement à 5% en matière de meubles, d’immeubles, à l’exclusion des cessions d’actions, de parts sociales, d’obligations ainsi que des voitures utilitaires ;
    - Standardisation de la perception des impôts, droits et taxes à l’importation ;
    - Retenue à la source par le comptable public de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) sur marchés publics de biens et services effectués par les non assujettis à la TVA : TVA au taux pérequé de 8% libératoire de l’Impôt sur les Revenus (IR), et de la TVA correspondant à la moyenne d’imposition desdits marchés publics.
    En outre, dans le cadre de la poursuite de l’amnistie fiscale en matière de droit de succession, des précision et clarification relatives aux procédures de réclamation contentieuse et gracieuse sont apportées afin de compléter les dispositions actuelles."

  • 10 novembre 2014 à 17:50 | Razaka (#7817)

    ## Les vraies Ko…ies : c’est l’inexistence d’une révolution sur la Vision des choses qui est plus que nécessaire. C’est ce que l’on appelle aussi Changement de Mentalité à tous les Niveaux de la Société.
    Je suis conscient que c’est dur et difficile voire même impossible pour Certains.
    Le Changement qu’attendent les plus Démunis des Politiques ne pourra pas se faire avec une Phrase et encore moins avec l’Immobilisme actuel.

    = En résumé : Que le Vrai Changement doive venir d’en bas (des Fokotany) pour être au plus près du Peuple, donc plus Inclusif.
    Je vais dire aussi qu’il doit susciter également le développement de l’Innovation et de la Création venant du Peuple.
    Or cela ne pourra se faire qu’avec une autre Gouvernance, car même la création d’une Petite Entreprise de Transformation locale des ressources disponibles, nécessitent de nouvelles Règles du Jeux que tout le monde doit respecter. Ce qui protègera les PME et PMI devant exercer dans un monde économique plus FORMEL et encadré. C’est une démarche qui protégera aussi la Monnaie Malgache qui dégringole et accompagnée d’une Inflation chronique et croissante. Quelle galère !!

    = Des Règles Fiscales adaptées à la Situation économique de Madagascar favoriseront un Développement Inclusif et permettront un Equilibre du Financement public aux Bénéfices des plus Démunis.

    = La Constitution telle qu’elle a été faite, même votée pendant la HAT, ne correspond pas à mon sens, à une aspiration du vrai développement de Madagascar. D’ailleurs, elle n’est même pas respectée.
    Elle a été importée d’autres Pays où la Mentalité et la Culture Politique et économique malgache ne sont pas encore préparées pour de telle Constitution, car (par exemple) il y a encore absence de Vrai Grand Parti Politique fiable et fidèle à ses Programmes.

    Soyons Constructifs

    • 10 novembre 2014 à 20:49 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Razaka

      Merci Razaka et merci ange

      Ce clin d’oeil s’adressait à tous ceux qui aiment VRAIMENT Madagasikara

      Et je croyais que Iarivo qui pendant vingt cinq ans s’evertue à ’REFAIRE’ Madagasikara viendrait apporter ses ’idées’

      Comme d’autres aussi d’ailleurs , Jansi , Polo , Eloim ...

      Car , il faut l’admettre : le SYSTEME economico-politique que Madagasikara utilise depuis un demi siecle est UN ECHEC

    • 10 novembre 2014 à 21:35 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Rakotoasitera Fidy

      D’autant plus que tous les ’plans’ mis en oeuvre depuis notre independence etaient destinés aux 10°/° !!!!!!

    • 11 novembre 2014 à 17:13 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Rakotoasitera Fidy

      Dommage mais on serait toujours un médecin après la mort comme d’habitude vu notre incapacité à se projeter vers l’avenir.
      Bon courage à l’auteur de l’article qui annonce dès maintenant la couleur du paysage socio-économique du pays en 2015.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 117