Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 1er octobre 2016
Antananarivo | 13h11
 

Communiqué

SeFaFi

La crise de l’énergie, frein au développement

mercredi 12 novembre 2014

Le délestage est une réalité que la population vit au quotidien, pas seulement à Antananarivo, mais dans la plupart des localités desservies par la Jirama, soit dans près de 90 localités. Baisse de productivité, dégâts matériels et colère grandissante des usagers en sont quelques conséquences. Des décennies de manque de vision de l’État, de mauvaise gestion, de gabegie, et un contexte économique perpétuellement dégradé ont mis à terre la compagnie nationale d’eau et d’électricité. Mais la source de nos maux actuels vient surtout d’un manque de volonté politique, celle de donner à l’énergie, secteur stratégique s’il en est, la place qu’elle mérite. C’est pourquoi le SeFaFi tient à attirer l’attention des dirigeants et de tous les acteurs concernés par l’énergie à Madagascar sur cette évidence : inutile de spéculer sur d’hypothétiques stratégies de croissance tant que ce problème ne sera pas résolu !

Situation du secteur énergétique et de la Jirama

D’après le diagnostic du secteur Énergie réalisé en 2012 [1], les dépenses énergétiques représentent 45% des charges fixes des industries et 25% des dépenses des ménages malgaches. Seul 1% de l’ensemble de l’énergie utilisée dans le pays provient de sources renouvelables. 99% des ménages ont recours au bois pour la cuisson et 4% seulement de cette frange de la population ont recours aux foyers économes. Car le bois est une énergie renouvelable s’il est exploité d’une manière durable, en effectuant des campagnes sérieuses de reboisement, et non pas des reboisements récréatifs à la manière des ministères et institutions, ou de certaines entreprises privées. Ces pratiques ne font qu’accélérer la déforestation, vue la croissance démographique actuelle. Pour l’éclairage domestique, 81% des ménages utilisent encore le pétrole lampant – reconnu néfaste pour la santé – et seuls 12% ont accès à l’électricité (39% en milieu urbain et 4,8% en milieu rural) ; ces chiffres suggèrent que 7% des ménages malgaches vivent encore, au XXIe siècle, à la lueur de la bougie. Or Madagascar importe près de 470.000 m3 de produits pétrolier par an, pour la bagatelle de 400 millions de dollars américains. Dans ce contexte plus qu’alarmant, le développement durable n’est qu’une utopie, un épouvantail agité par des politiciens dénués de bon sens qui veulent juste se conformer aux standards internationaux pour engranger les financements...

A l’heure actuelle, le taux d’électrification au niveau national est estimé à 15%, contre 57% au Sénégal et 80% en Afrique du Sud, ce qui représente l’un des taux les plus faibles en Afrique subsaharienne. Cette situation est dissuasive pour l’implantation de grands projets industriels consommateurs d’énergie, tels que l’exploitation minière, pétrolière et gazière. Elle ne permet ni aux entreprises existantes d’être compétitives, ni aux ménages d’améliorer leurs conditions de vie. Malgré ce contexte qui perdure depuis des décennies, la Jirama, le plus grand opérateur du secteur électricité, ne fait que survivre.

Quant à la nomination des nouveaux membres du conseil d’administration de la Jirama, elle contredît l’article 18 de la loi n° 2014-014 sur les sociétés commerciales à participation publique, qui veut qu’aucune nomination au conseil d’administration ne puisse se faire par voie réglementaire sous peine de nullité. Car le statut de la Jirama est défini par l’ordonnance n° 75-024 du 17 octobre 1975, raison pour laquelle le ministère de l’Energie veut changer ce statut pour que la Jirama ne soit plus hors-la-loi et se conforme à la loi sur les sociétés commerciales. La nomination des nouveaux membres du conseil d’administration va-t-elle à l’encontre de la loi sur les sociétés commerciales à participation publique ? L’indifférence entretenue de l’État pour régler les problèmes structurels de la Jirama depuis des décennies pose problème et crée des imbroglios juridiques.

De 2006 à 2008, l’État a octroyé à la Jirama un total de subventions de 154 milliards Ar [2]. Et entre 2011 et 2013, il lui a alloué 152 milliards Ar par an [3] et 190 milliards Ar de janvier à août 2014 [4]. Rares sont les ministères qui disposent de tels crédits [5]. Malgré tout, ces subventions destinées à assurer la fourniture d’électricité pour 15% de la population ne donnent pas de résultats probants : les délestages sont toujours d’actualité depuis le milieu des années 2000, alors que la Jirama n’a pas la capacité de relever sa production. Pire, la production issue des centrales thermiques, consommatrices de carburant et donc sources d’importantes dépenses en devises et de pollution, augmente : de 60% de la production totale en 2008, elle est maintenant à 70% [6]. Les énergies renouvelables n’assurent que 30% de la production, malgré un potentiel hydroélectrique qui serait de 7.800 MW. Depuis avril 2014, le ministère de l’Energie entend changer la donne en misant sur ces énergies. Reste à savoir si le brusque changement intervenu le 22 octobre dernier (limogeage du ministre Richard Fienena et nomination du Général Herilanto Raveloharison comme ministre par intérim – pour combien de temps ?) respectera ou non la continuité de l’État. Il en va de même pour la décision d’auditer la gestion et l’organisation de la Jirama, ainsi que tous les contrats que cette société a passé avec ses fournisseurs et prestataires divers : cet audit, censé démarrer avant la fin de cette année avec le soutien de la Banque mondiale, est attendu avec impatience par les citoyens.

Bref, la situation est plus que critique et il est difficile de croire que les dirigeants pourront continuer à faire la sourde oreille devant la détresse de la population et des opérateurs industriels, asphyxiés par le coût exorbitant de l’électricité et de son transport. Pourtant, le fait est là : la politique énergétique malgache date de 2005 et, même si elle est aujourd’hui en cours d’actualisation avec l’aide de l’Union Européenne, il est inconcevable qu’un pays aux multiples ressources naturelles comme Madagascar figure parmi les pays les plus arriérés en matière de développement énergétique. Notons que la nouvelle politique énergétique en cours d’élaboration entend miser sur la transition énergétique, ou le basculement vers les énergies renouvelables.

Avoir une vision précise, planifier, mais aussi faire face à l’urgence

De son côté, la société civile ne baisse pas les bras pour dresser un état des lieux et avancer des propositions pour une énergie durable, accessible au plus grand nombre et à coût abordable. Le 23 septembre dernier donc, le Groupe de réflexion Énergie, composé de plusieurs experts nationaux et internationaux, a présenté devant la presse des recommandations visant à améliorer la situation du secteur énergétique à Madagascar d’ici 2030 [7]. Parmi les recommandations portant sur la demande en énergie, figurent la mise en cohérence du secteur Énergie avec les autres secteurs et la promotion d’une consommation responsable (en particulier dans les universités, les administrations et les municipalités). Pour améliorer l’offre en énergie, le Groupe conseille de réduire les menaces à l’approvisionnement énergétique en favorisant le reboisement à vocation énergétique et la production d’agro-carburants [8], et de promouvoir l’exploitation durable des sources d’énergie locales – plus particulièrement en ce qui concerne la production d’électricité.

Bref, il faut que nos dirigeants aient une vision claire, sachent planifier en utilisant des indicateurs réalistes, tout en manœuvrant adroitement pour épargner à la population d’autres souffrances inutiles et la soulager des problèmes immédiats d’accès à l’électricité. Car l’investissement dans le secteur énergie a d’importants impacts transversaux puisqu’il aide à développer plusieurs secteurs dont les différentes activités économiques et les secteurs sociaux (éducation, santé, etc.). S’il est vrai que dans les pays de l’Afrique subsaharienne, 1 dollar investi dans ce secteur fait gagner 15 dollars à l’économie nationale9, la question ne devrait pas se poser. En attendant ce miracle, ne broyons pas du noir !

Antananarivo, 7 novembre 2014


SEHATRA FANARAHA-MASO NY FIAINAM-PIRENENA
SeFaFi
Observatoire de la Vie Publique
Lot TR 41 Ampahimanga, Ambohimanambola 103
Tél. 032 59 761 62 Email : sefafi gmail.com Site Web : www.sefafi.mg

Notes

[1Diagnostic du secteur Énergie, AIDES/WWF, en partenariat avec le Ministère de l’Energie, septembre 2012, disponible sur www.ore.mg/Publication/Rapports/RapportDiagnosticDuSecteurEnergie.pdf

[2Lois de finances 2006, 2007, 2008

[3Banque mondiale, Madagascar – Evolution économique récente, octobre 2014.

[4Idem

[5Projet de loi de Finances pour 2015 – ministère de l’Énergie : 27 milliards Ar, ministère de l’Environnement : 30 milliards Ar, ministère de la Défense : 180 milliards, Secrétariat d’État à la gendarmerie : 168 milliards Ar, ministère de la Sécurité publique : 107 mil- liards Ar, ministère de l’Enseignement supérieur : 144 milliards Ar, ministère de l’Education nationale : 714 milliards Ar, ministère des Travaux publics : 231 milliards Ar.

[6Données du ministère de l’Énergie

[7Recommandations du Groupe de Réflexion Énergie, septembre 2014, disponible auprès de WWF.

[8Ce qui ne devrait pas concurrencer la production agricole si l’on n’y consacre que les terres non affectées à la production agricole, et si l’on constitue d’ores et déjà des réserves de terres pour la production agricole des générations futures.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 12 novembre 2014 à 09:08 | betoko (#413)

    Vu et entendu sur les radios et télés privées , c’est la ville de Tamatave qui subit le plus terrible des délestages. La Jirama ne fournit que 2 heures d’électricité par jour au maximum . Deux questions se posent
    1° Pourquoi avoir limogé le ministre de l’énergie pourtant son limogeage n’a rien changé
    2° Qu’est ce qu’on attend pour limoger le directeur général de JIRAMA ?

    • 12 novembre 2014 à 09:58 | meloky (#637) répond à betoko

      Salut Bekoto !

      La reponse, C’est facile : Il y a encore le coutume et le « despotisme » ou simplement le soit-disant « Kian-trano an-trano » vivant dans nos civilisation de « Fihavanana ».

    • 12 novembre 2014 à 10:10 | betoko (#413) répond à meloky

      despotisme ou népotisme ? Avez vous remarqué que chez nous chaque jour son lot de scandale ?
      Les derniers scandales
      1° Concernant les dahalo
      2° Gabegies , corruptions et scandales dans nos deux ambassades aux USA
      3° Jirama
      4° Concernant l’élection du conseil de l’ordre des journalistes
      Et demain quel serait le nouveau scandale ? Est ce que cela concerne le déplacement de Hery Rajao en Australie ?

    • 12 novembre 2014 à 15:58 | Gérard (#5118) répond à betoko

      Beaucoup de blablas remplacent toujours des efforts volontaristes à Madagascar car dans la brousse malgache, on ne vit pas au XIX siècle mais bien à la préhistoire où on mange des feuilles cueillies afin de faire du bouillon. On capture des hérissons, des lémuriens et d’autres oiseaux pour les manger et comme la majorité de la population non citadine habite en bord de mer ou de cours d’eau, la pêche est la principale occupation des hommes qui vivent véritablement comme il y a deux millénaires sans espoir d’évolution car on les contraint volontairement à l’obscurantisme. Ainsi la majorité des malgaches vivent au jour le jour et la plupart sont contraints de mourir par faute d’éloignement des centres de soins ou tout simplement parce qu’ils ne peuvent même pas se payer le moindre désinfectant ou médicament. Mais que vaut une vie à Madagascar ? Bien moins que les bénéfices que peuvent tirer certains de la vache à lait qui se nomme Jirama.

    • 13 novembre 2014 à 13:55 | Tsiapitika (#8514) répond à betoko

      Despotisme ou népotisme !!!!! frein au development ou pas, meme la Société Civile voulait placer ses pions (Jean Eric R, Horace G, etc...).
      Il faut d’abord que LA SEFAFI define c’est q’une Société Civile car à mon humble avis elle n’est pas un parti politique. A bon entendeurs....

  • 12 novembre 2014 à 10:17 | Isambilo (#4541)

    L’agro-carburant est une fausse solution. Il n’a fait ses preuves nulle part, en tout cas ni au Brésil ni en Argentine. Il consomme trop d’eau et appauvrit la terre. C’est pour cela que les investisseurs veulent l’implanter ailleurs que chez eux.
    Implanter l’agro-carburant à Madagascar c’est condamner définitivement le paysannat malgache parce qu’il ne pourrait pas affronter à armes égales les investisseurs transnationaux Ces derniers s’approprieraient des meilleures terres, les plus faciles à aménager.
    Il n’y a pas que le secteur énergétique qui est en cause. C’est toute la politique économique qu’il faut prendre en compte. Pour avoir un programme économique à moyen ou à long terme il faut déjà savoir gérer un dokany au jour le jour.

    • 12 novembre 2014 à 14:53 | Rakotomenatra (#6912) répond à Isambilo

      Isambilo, c’est très vrai ce que vous écrivez !

      En Indonésie, en Malaysie, en Amérique du Sud on a détruit des centaines de milliers d’hectares de forêt vierge pour planter l’huile de palme.

      Le résultat : des espèces menacés qui ont perdu leur habitat et une nature complètement dévastée.

      Il y a pourtant des pays qui ont su exploiter les ER, mais dans ce domaine aussi Madagascar est à la fin peu glorieuse de la queue.

      Mais avec ce bordel de politicards et « élus » du peuple cupides on n’a plus rien à attendre...

  • 12 novembre 2014 à 12:18 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    Quant nos dirigeants successifs ne gèrent pas l’argent public avec parcimonie/dilapident l’argent public, il ne faut pas s’étonner de la situation où se trouve notre pays : un MGF/MGA (Ariary) intarissable et sans compte-rendu dans son utilisation depuis belle lurette.

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 363