Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 27 septembre 2016
Antananarivo | 13h09
 

Société

Fourniture d’énergie électrique

La Jirama fait encore des siennes

vendredi 27 mars 2015 | Valis

Un défi de la Jirama peut être réalisé plus rapidement que tout autre dans les prochains mois : la hausse des tarifs. Quant à la fin des coupures intempestives elle ne sera pas pour demain.

Depuis quelques jours, les ménages et petites entreprises de nombreux quartiers de la capitale revivent à nouveau les coupures de fourniture d’électricité de la Jirama. Si la Jirama reste muette sur le sujet, on laisse entendre cependant que les coupures sont d’origine technique et non l’expression d’une politique de délestage ; le ministère de l’Energie pour sa part fait comprendre que les mesures de redressements au sein de cette compagnie nationale sont en cours. Des responsables inter-gouvernementaux sont en train de dénicher les failles dans le système de production tout en développant de nouvelles stratégies pour faire en sorte que les pertes de la Jirama soient réduites. Les 1000 plus gros consommateurs d’énergie de la Jirama sont en cours de contrôle. Dans le concret, et pour les clients de la Jirama, le ministère a signifié que les prix pratiqués actuellement par la Jirama sont impossible à maintenir et que l’on ne peut éviter des aménagements à la hausse des tarifs de l’eau et de l’électricité. Comme pour atténuer la mauvaise nouvelle, le ministre ajoute que cette hausse s’effectuera de manière progressive.

Et on annonce que des (8) employés de la Jirama, présumés coupables sont déjà en détention préventive à la prison d’Ambatavoahangy Toamasina. Apparemment ils ont détourné des cargaisons de gasoil de la compagnie Galana destinées à la Jirama. Pour diverses autres raisons, comme la non maîtrise du nombre exact de ses abonnés, la Jirama accuse une perte de 600 millions d’ariary actuellement.

On martèle en outre que la Jirama vend à perte : la production d’un kwt/h nécessite 664 ariary de gasoil alors que le tarif appliqué par la Jirama au consommateur est seulement de 372 ariary par kwt/h. La vérité des prix est incontournable ou du moins pour faire avaler la pilule, on ne peut éviter des ajustements tarifaires.

Les clients de la Jirama de Brickaville en avaient marre ; les nouvelles installations de la Jirama à Brickaville leur ont joué des mauvais tours car ils ont de nouveau vécu 15 jours durant dans l’obscurité, sans éclairage. Des installations offertes par le gouvernement sont tombées en panne remettant alors les délestages à longueur de journée. Pour manifester leurs mécontentements devant la lenteur des dépannages, les habitants ont monté la semaine dernière, des barrages sur le pont de Brickaville, bloquant ainsi la circulation sur la route nationale 2 qui joint Antananarivo à Toamasina, surprenant les usagers de cet axe structurant du pays et freinant toutes les activités économiques liées au transport routier. Quand on sait que la totalité des importations et exportations de Madagascar s’effectuent à travers le transport routier sur la RN2, on mesure les dégâts provoqués par les délestages dans l’économie du pays.

A l’université d’Antsiranana, c’est la même galère de coupures ; ce qui avait provoqué la grève des étudiants pendant une semaine.

12 commentaires

Vos commentaires

  • 27 mars 2015 à 10:48 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Jirama fait de la charité.
    Il vent « SON » électricité à perte :
    - prix de production environ 600 ariary le kwh
    - prix de de vente,environ,300 ariary le kwh.
    IL FAUT REVOIR CE SYSTEME,même s’il s’agit d’une société d’Etat.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 27 mars 2015 à 13:01 | Gérard (#7761) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Dites cher Bazile , que connaissez vous des facéties de la Jirama, vous qui disposez, si le ne me trompe , d’ un compteur EDF ?
      mais la « générosité » de Jirama est réelle , tarification à perte, distribution de gaz oil à bas prix etc.....

  • 27 mars 2015 à 12:05 | rayyol (#110)

    Des chiffres ont peut leur faire dire ce que l on veut Et surtout si ce sont des Malgaches qui calculent J aimerais voir les vrais chiffres sous forme de rapport public cautionner par des spécialistes etrangers meme en occident une augmentation de tarifs est examiner par des bureaux indépendants avant d etre acceptee c est comme donnee la poche qui contient le tresor aux bandits et leur dire de veiller dessus Le public a le droit de voir les etudes et les normes normales de calcul a l appreciation .Comme d habitude a Mada tout est cache le pouvoir ne veut pas informer Donc on peut penser qu il veut emmancher le peuple une fois de plus Au royaume des bandits les bandits sont roi

  • 27 mars 2015 à 12:19 | varatraza (#6860)

    Vous ne parlez que des prix dans la capitale, mais à Diego, on paye presque le double... En harmonisant les prix sur tout le territoire de façon intelligente, la Jiramaty pourrait augmenter ses rentrées sans explosion sociale...

  • 27 mars 2015 à 12:21 | betoko (#413)

    Que Jirama augmente son tarif , il va y avoir une révolte très grave

  • 27 mars 2015 à 14:01 | olivier (#7062)

    augmenter les tarifs pour compenser les vols ...

    On retrouve le même principe avec l augmentation des contrôles fiscaux UBUESQUES...

    SOLUTIONS TROPICALES

    Les Génies se succèdent a la tête du pays...

    PATHETIQUE

  • 27 mars 2015 à 14:39 | Mar15ky (#8887)

    Est-ce bien une priorité pour restructurer la JIRAMATY ? NON NON NON, pas du tout, la priorité est ailleurs.
    Les chiffres avancés ne sont pas clair puisque l’on ignore si ce « Ar 600 » est l’équivalent de la production pour un Foyer ou bien pour un secteur tout entier.
    Si augmentation il y a, la fourniture du service doit également suivre en matière de qualité : plus de coupure.
    Sinon, ce sera un nouveau Mananjary dans tout le Pays.

  • 27 mars 2015 à 16:11 | Rakotomenatra (#6912)

    Vu que Madagascar est un pays dit « pauvre », on doit vraiment s’étonner du gaspillage incroyable !

    Les Ministères, Universités et autres administrations sont p.ex. les sources de ce gaspillage : Selon une étude détaillée faite à l’Université de Mahajanga, les seuls blocs des filles consomment plus de 220 MW/h par mois uniquement pour la cuisson des repas avec des résistances !

    Une résistance consomme 800-1.000W/h. Dans le monde entier, des étudiants vivant dans les habitations des universités font la cuisine ensemble - cad plusieurs étudiants font cuire UNE marmite de riz ou autres repas pour plusieurs personnes.

    Comme les Malagasy sont des individualistes, ici chaque étudiant fait cuire SON riz sur SA résistance... ce qui résulte en une consommation faramineuse, donc 1h de cuisson pour 6 personnes dans une chambre =
    5-6 kW/h en une seule journée uniquement pour un seul repas !

    Ces 220 MW/h par mois suffiraient à alimenter 1.500 ménages moyens pendant 1 mois en électricité !

    Et il s’agit ici seulement de UNE ville, de UNE université et SEULEMENT des blocs des filles...

    A ne pas parler des branchements illicites, des robinets et tuyauteries en panne, la fuite de milliers de litres d’eau qui sortent des installations défectueuses, des ampoules de 100W qui sont allumées pendant une journée ensoleillée, parce que il n’y a jamais qn qui se sent responsable - car : « sepamoa qui paie, je m’en fiche... »

    D’autant plus que les bâtiments publics paient un prix forfaitaire - cad c’est égal, combien ils consomment, le prix ne change pas. Cela invite au gaspillage. Il conviendrait vraiment de revoir leurs tarifs pour inciter à économiser l’énergie.

    Et ce qui est vraiment grave :
    Pendant des dizaines d’années des autorités nous racontent que Madagascar est idéale pour les Energies Renouvelables - avec tout ce soleil et vent, l’eau en abondance...

    Mais quand il y a enfin un Ministre de l’Energie qui a une vision à moyen et long terme et veut promouvoir les Energies Renouvelables, on le vire le premier, car il dérange les cercles des mafieux du pétrole et des groupes électrogènes...

    Oui oui - je sais : Il ne me convient pas de critiquer, car Madagascar est un Etat souverain... Mais dans ce cas : Arrêtez de pleurnicher que vous êtes pauvres et de demander de l’argent à longueur de journée ! Il est difficile de trouver un autre pays avec un tel gaspillage de ses ressources, avec une telle corruption, avec une telle débandade de détournements, de « TDMP » comme Madagascar !

    En 2014 Costa Rica a généré - pour la 1ère fois - TOUTE SON ENERGIE à partir d’ER.
    En 2014 le Nicaragua a produit plus de 50% de son électricité avec des ER, pour 2015 il vise 80% - et la vente de son énergie à ses voisins.

    A Madagascar les ER ne sont utilisées que pour produire 1 % de l’électricité.
    1/3 des dépenses pour les produits importés sont consacrées au pétrole.
    Les dépenses pour la production de l’électricité seraient 2x le prix de vente aux usagers, comme on a juste pu lire.

    Vraiment - ce pays marche sur la tête !

    A ne pas parler de l’économie qui est complètement à plat :
    Depuis 2002 on ne cesse de détruire les compagnies et les places de travail qu’ils offrent - p.ex. aussi à Mahajanga :
    * SOTEMA : 4.000 places de travail
    * PGM : 900
    * MAGRO, TIKO : ??? des milliers ?
    * Weldom fermé
    * Bonnet & Fils : fermé
    * Savonnerie fitiavana : fermée
    * Une autre Savonnerie avec 100 places de travail serait en train de
    déménager à la capitale suite aux harcèlements fiscaux
    * Boulangerie Zapandis : fermée

    Il faut vraiment être très talentueux pour réaliser une telle destruction de l’économie d’un pays. On dirait qu’ils font exprès...

    Mais la question que je me pose est : POURQUOI ?

    • 27 mars 2015 à 17:50 | rayyol (#110) répond à Rakotomenatra

      ne chercher pas pourquoi Tout simplement irresponsable et inconscient Comme vous dites il ne paient pas donc s en foutre .Je le sait j ai le meme probleme a la maison lutte contineuelle .Vous leur dites ils le font le lendemain c est a recommencer ILs sont eleves irresponsable

  • 27 mars 2015 à 19:27 | silencieux (#5718)

    Je pense qu’il y a une petite erreur dans l’article. Les pertes de la JIRAMA se chiffrent à 600 MILLIARDS d’Ariary et NON 600 Millions.
    Si c’était 600 millions, cela ne serait même pas un problème...

    Le fait est que la JIRAMA est dans de beaux draps et qu’il n’y a pas de solution miracle.
    La première étape sera bien sûr la rectification du prix de vente mais cela signifie doubler voire tripler les prix actuels pour qu’elle rentre dans ses frais. Je ne vois pas comment cela pourrait se faire sans risque d’explosion sociale et instabilité.
    A moyen terme, il faudra terminer rapidement les investissements hydro qui ont été planifiés.

    • 27 mars 2015 à 20:00 | Gérard (#5118) répond à silencieux

      J’ai beau calculer et recalculer, je paye déjà actuellement entre 600 et 700 Ar brut le kw avec des coupures de plus de dix heures par jour...
      Si les agents de la Jirama arrêtaient un peu de faire des branchements illicites moyennant koli koli, la situation pourrais s’améliorer un peu sans pour autant redevenir à la normale car ceci est impossible dans un pays corrompu comme Madagascar. D’autant qu’on n’installe que de vieille gamelles incapables de résister bien longtemps à l’usure. Il n’y a plus qu’une solution, c’est que les particuliers se mettent ensembles pour acheter des groupes et redevenir indépendants en faisant enlever leur compteur de la Jirama qui ne servent à rien qu’à créer des problèmes d’autant qu’on paye un abonnement qui la plupart du temps ne respecte pas les règles d’un abonnement normal.

  • 28 mars 2015 à 00:20 | SNUTILE (#1543)

    L’énergie électrique est un luxe. Mais aussi de l’argent pour vivre mieux. Moi même quand je pars en vacances hors de la ville, je suis obligé de m’éclairer à la lampe comme tous mes semblables sans électricité. Car il est important de définir le besoin avant le choix d’acheter « UTILE ».

    Voici ce que conseille EDF France au niveau national ici et qui est aussi valable pour Madagascar car nous avons la conscience.

    http://www.mamaisonbleucieledf.fr/guides-pratique/facture-d-energie-et-eco-gestes/l-eclairage

    http://www.mamaisonbleucieledf.fr/sujets-principaux/quels-gestes-au-quotidien-pour-faire-des-economies#section-guides

    Éclairez-vous économe ?

    Totalisant 12,8 %** des dépenses d’énergie, l’éclairage pèse dans le budget. Bons et mauvais usages, ampoules basse consommation, voici quelques conseils pour éclairer économe.

    Ampoule à incandescence : this is the end***

    Longtemps principale source de lumière, l’ampoule à incandescence, ou ampoule à filament, est aujourd’hui en passe de disparaître. En effet, elle consomme beaucoup d’énergie, a une faible durée de vie et un rendement plus que moyen.
    Ce qui n’empêche pas 8 Européens sur 10** de continuer à l’utiliser. La raison ? Son petit prix. L’année 2012 marque en tout cas le retrait définitif de ces ampoules très énergivores sur le marché européen.
    Ampoule fluocompacte : la relève

    L’ampoule fluocompacte, ou à économie d’énergie, est une vraie alternative à l’éclairage classique. Consommant peu d’énergie, d’une durée de vie de 6 ans environ, elle offre un éclairage de qualité : une ampoule fluocompacte de 11 W** libère le même éclairage qu’une lampe à incandescence de 40 à 60 W**.
    Mais, ces ampoules basse consommation n’ont pas le même succès à la vente. La faute à leur prix, 4 fois plus cher au moins. Pourtant, elles sont vite rentables.

    Les LED : plus que conseillées

    Autre éclairage permettant de réduire vos dépenses liées à l’éclairage, les LED. Ces systèmes à diodes électroluminescentes ont de sacrées qualités : très faible consommation d’énergie, une durée de vie allant de 30 000 à 50 000 heures** et un éclairage immédiat. Mais là encore, malgré un prix onéreux, le jeu en vaut la chandelle car ces ampoules sont vite rentables. Elles restent en tout cas, à ce jour, les sources de lumière les plus performantes.
    Les astuces en lumière !

    Eclairez stratégique : les ampoules basse consommation dans les pièces à fort passage, les LED pour l’éclairage d’appoint et les lampes à incandescence dans les pièces peu utilisées. Eclairez intelligent grâce aux minuteurs, détecteurs et autres trésors de la domotique ! Encore d’autres astuces ? Evitez les abat-jour, éteignez la lumière en quittant une pièce, profitez de la lumière naturelle du soleil et concevez vos pièces selon leur orientation.

    *Source R&D EDF - de la consommation des appareils spécifiques (autres que chauffage, cuisson, ECS)
    **Source ADEME
    *** « c’est finit ! »

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 405