Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 janvier 2017
Antananarivo | 23h24
 

Société

Etat de droit

La Gendarmerie Nationale s’explique sur les cas de « justice populaire »

vendredi 6 janvier | Bill

La Gendarmerie nationale nie être la cible des actes de « justice populaire ». La foule qui s’en prend aux campements de la Gendarmerie nationale est apparemment manipulée dans sa colère ; colère non pas contre la Gendarmerie nationale mais contre le présumé coupable qui est protégé par la loi que la Gendarmerie veut faire observer et veut respecter. Ce sont les explications des services de communication de la Gendarmerie nationale ou du moins c’est la compréhension commune des explications des cas de « justice populaire » dont la Gendarmerie nationale a été victime aussi bien à Mampikony qu’à Namorona Mananjary.

Un officier supérieur de la Gendarmerie nationale a en effet pris les deux cas en exemple et déclaré que c’est la colère de la foule contre le fait que le présumé coupable ne leur a pas été livré qui a provoqué les attaques contre le gendarme chef de poste à Namorona Mananjary ; et il en était de même à Mampikony. Autrement dit, c’est parce que le suspect qui leur a été confié a été transféré selon la loi et la procédure auprès du tribunal que la foule en colère a été poussé à prendre d’assaut les gendarmes et les locaux de la Gendarmerie nationale. Ce n’est donc pas que la population n’a pas confiance en la Gendarmerie nationale mais c’est parce la Gendarmerie nationale respecte l’état de droit et la loi qu’elle s’est fait attaquer. Et l’officier supérieur de conclure si l’on a bien compris, que c’est la foule ou les individus qui seraient derrière tout cela qui ne veulent pas que la loi soit respectée. A certains égards, la Gendarmerie soupçonne et fait comprendre que ces actes de « justice populaire » s’apparente à de la déstabilisation mais surtout à des manœuvres de désintégration de l’état de droit sinon de l’Etat tout court.

En tout cas, selon cet officier supérieur, la Gendarmerie exécute sa mission dans le respect de la loi et c’est ainsi que dans l’affaire de Namorona Mananjary, quinze (15) suspects sont aujourd’hui déférés tribunal de Fianarantsoa dont un responsable au sein de la commune de Namorona. L’affaire est entre les mains de la Justice.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 6 janvier à 11:42 | atavisme premium (#9437)

    Ah la grande et belle défausse gasy !
    J’ai rien fait m’sieu ,c’est pas moi m’sieu !
    Personne ne sait que sans l’armée et donc la gendarmerie ,la politique inique et néocoloniale ne pourrait se faire !
    L’armée gasy depuis ’indépendance à été transformée en acteur politique et elle devra en répondre un jour devant la nation
    Une armée nationale est faite pour défendre le peuple et non l’opprimer !

    • 6 janvier à 12:01 | Isandra (#7070) répond à atavisme premium

      « Une armée nationale est faite pour défendre le peuple et non l’opprimer ! »,

      Cela est toujours ainsi, depuis, l’ère coloniale, sauf en métropole,...

  • 6 janvier à 11:59 | Isandra (#7070)

    La gendarmerie voulait dire encore que ce sont Lyllison ou Auguste derrière tout ça,...?

    Si les populations ont confiance leur gendarmes,...elles auraient dû laisser tranquille ce présumé coupable une fois entre leur mains comme on peut constater au pays d’Etat de droit,...mais, c’est le contraire qui s’est passé, parce que ces populations n’ont plus confiance non seulement les gendarmes , mais, aussi leur gouvernants et leur institutions en général,...

    Là, il nous faudrait quelqu’un de charismatique pour la réinstaurer,...

    • 6 janvier à 13:43 | takaka (#8449) répond à Isandra

      Oui c’est ça. Au temps des jiolahy tetezana, aucune information ou une grande désinformation aurait circulé. Il ne faut pas dire les informations qui dérangent la sublime transition avec comme commandant des tueurs de femmes et enfants LYtisontainalika. C’était ton époque Ikalanandra.

  • 6 janvier à 12:11 | dirk_cab (#6503)

    Bonjour,
    « La Gendarmerie nationale nie être la cible des actes de « justice populaire ». La foule qui s’en prend aux campements de la Gendarmerie nationale est apparemment manipulée dans sa colère ; colère non pas contre la Gendarmerie nationale mais contre le présumé coupable qui est protégé par la loi que la Gendarmerie veut faire observer et veut respecter. »

    Certes, je veux bien y croire, à ce déni de la réalité.

    Mais hélas, la gendarmerie devrait plutôt approfondir leur réflexion : n’y aurait-il pas une perte de confiance, le prestige de l’uniforme existe t’il toujours ? La peur du gendarme n’aurait-elle pas disparu à Madagascar ?

    Il y a de quoi !

    A force de nommer des généraux à tout va , ce gouvernement « démocratique » n’a fait que galvauder le respect de l’uniforme . Rien qu’à voir , 1 général pour 90 trouffions, c’est presque un record (à vérifier).

    De plus , les gugusses en uniforme ont aussi contribué à aggraver cet irrespect et cette non-crainte de l’uniforme : tous les malgaches ont vu la participation de ces gugusses à tous les évènements sanglants, cette partie de l’institution malgache qui n’hésite pas à tirer sur son propre peuple ,qu’elle est pourtant censée protéger.

    Voir aussi les connivences de certains militaires avec quelques « dahalo » qu’ils sont censés pourchasser, je ne vais vous expliquer le processus...

    Les abus journaliers de ces fameux militaires , à longueur de journée ; ce jour , un militaire a agressé un jeune à Andohatapenaka (Express ).

    Vous êtes victime d’un cambriolage ou d’une agression, surtout évitez de les appeler, vous subissez un contrôle routier, sortez tout de suite les biffetons...

    Bref, voilà le tableau idyllique que ce gouvernement « tendance démocratique » nous présente .

    Pourvu que ça dure, et aux dernières nouvelles, il semble que cela risque de durer encore un moment, vu le matraquage médiatique (hein , les ampanjaka !) auquel le peuple malgache « heureux de vivre » est soumis...

    Bon, je ne critique pas , je constate juste...

  • 7 janvier à 14:30 | TSIKOZA (#7624)

    Et voilà les coco rasés de nul !
    Nul des nuls !
    Ca ne m’étonne pas parce que bon nombre d’eux font partie des « jeneraly valopy ».
    A mon avis, vaut mieux mettre les dahalo à la place de la gendarmerie pour protéger notre pays.
    Les dahalo ne sont pas corrompus et ne font pas de la politique mais ils luttent pour leur intérêts dérivés de conviction réfléchies.
    La justice n’est plus crédible et les forces publique ne sont jamais fiables alors le peuple passe au système « D ». L’effectif des éléments abattus lors des opérations multiples dans le sud n’est pas encore suffisant, il faut les descendre encore plus pour qu’ils soient conscients que le peuple souffre à cause de leur laxisme et de leur manigance.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 218