Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 23 avril 2018
Antananarivo | 06h11
 

Politique

Election

La CENI doit faire face à l’opposition

vendredi 9 février | Ny Aina Rahaga

Des personnalités politiques se sont regroupées pour faire une déclaration commune pour réclamer l’établissement du calendrier électoral. L’ancien premier ministre, Jean Omer Beriziky, Hajo Andrianainarivelo, Eliana Bezaza, Saraha Rabeharisoa, Ny Aina Andriamanjato et Ratsimbazafy Francine signataires de cette déclaration interpellent l’Etat quant à ses devoirs.

Certains partis politiques tendent également à remettre en cause l’indépendance de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) chargée de la préparation des élections.

Pour la CENI, ces partis politiques doivent apporter la preuve pour justifier de telles déclarations. La CENI a également fait appel à ces derniers à faire des observations sur les comportements qui pourraient induire cette conclusion afin que la commission corrige ses actes. Il faut admettre que l’indépendance de la CENI a toujours été mis en doute et ce depuis sa création. Et que la Commission elle-même avait formulé une requête envers l’Exécutif afin que ce dernier fasse un acte concret en octroyant l’indépendance financière à la Commission. Ce qui n’est toujours pas le cas actuellement étant donné que les ressources de la CENI proviennent en partie de l’Etat central. La CENI a également demandé à pouvoir fixer les dates des élections et à établir le calendrier électoral, une autre question qui reste en suspens jusqu’à ce jour. Faits qui donnent raisons aux partis politiques de douter de l’indépendance de la Commission.

Accord politique

Selon la CENI, les partis politiques devront également procéder à la signature d’un accord politique afin d’assurer la stabilité post-électoral et dans le souci d’éviter une nouvelle crise après la victoire d’un parti ou la défaite d’un autre. Cet accord politique aurait été élaboré depuis longtemps par la Commission mais n’a obtenu aucune signature jusqu’ici. Les partis politiques d’opposition qui ont effectué la déclaration commune sur l’indépendance de la CENI n’ont toutefois pas l’intention de signer cet accord. La signature d’un accord pourrait ramener la notion d’inclusivité et les problèmes de distribution de siège entre les signataires de l’accord, ce qui nuirait encore plus à la stabilité de l’Etat après les élections. D’autant qu’il n’existe jusqu’ici aucune garantie de la tenue ou non des élections. Se fondant sur la déclaration du président de la République, la CENI assure pourtant que les élections auront bien lieu cette année. Une session extraordinaire du parlement devrait être convoqué dans les prochains jours afin de procéder au vote du nouveau code électoral. Aucun accord politique ne sera donc envisagé pour les opposants au régime actuel. Et encore moins sous l’impulsion de la CENI.

10 commentaires

Vos commentaires

  • 9 février à 10:45 | RABENJAMINA Ruddy (#10142)

    somme nous vraiment obligé de signé cet accord politique ? ça nous mènent à quoi ?

    • 9 février à 13:33 | Bena (#494) répond à RABENJAMINA Ruddy

      La stabilité avant les élections n’est pas importante ?
      C’est qui Ny Aina, M. Flamco ? Et l’autre, Francine ?

  • 9 février à 11:01 | Isandra (#7070)

    La seule solution face à ce régime qui est prêt à faire tout pour se maintenir au pouvoir, c’est de former un bloc autour d’un seul projet, un seul cap, « l’émergence de Madagascar »,...« Izay mitambatra vato, tsy laitran’ny varatra ».

    Oubliez votre orgueil, votre ambition, pensez à l’avenir de nos enfants et la future génération, surtout, aux intérêts supérieurs de notre nation,...

    • 9 février à 11:18 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Isandra

      Isandra,
      il y a Emergence et Emergence actuellement dans cette Cacaphonie politique gasigasy creée de toute piece par HVM !
      il faut préciser qu’il s’agit de faire bloc autour de « l’IEM » l’INITIATIVE POUR l’EMERGENCE DE MADAGASCAR et on va comprendre de quelle Emergence vous parlez , faut pas oublier « l’Initiative », sinon on va le confondre avec le FISANDRATANA BIDON du Misôtisôty !
      Bonne journée Isandra.
      BB

    • 9 février à 11:32 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      BB,...

      Tout à fait,...Merci pour cette précision,...!

      Dans ma tête, il n’y a qu’une seule, je n’ai pas pensé au piratage,...!!!

      De toutes façons, ce plagiat creux ne tiendra pas débout, au premier débat, il fera pschitt,...

  • 9 février à 11:10 | Boris BEKAMISY (#4810)

    ça sert en quoi les LOIS et les ACCORDS à Madagascar , quand on sait que les Politicards Gasigasy adorent VIOLER les Accords Politiques et la Constitution de la République !

    Le problème du CENI actuel est le manque de CHARISME de leur actuel Chef ( contrairement à Beatrice ATTALAH qui elle en avait de.... cojones) , L’Autre HERY d’Alarobia n’a aucun AURA tant au niveau de la communauté internationale qu’au milieu des cohortes des politicards gasigasy !

    IL sont là ( les membres de CENI) pour protéger leur SOUPE et point barre ! Entre HERY on se comprend à demi_mot.
    BB

  • 9 février à 11:28 | arsonist (#10169)

    « Il est interdit d’interdire ! »

    Oui !
    Mais compte tenu des résultats obtenus par les Chrétiens, aidés par les Musulmans, dans tous les postes de l’État gasy depuis plus de 40 ans,
    plongeant les populations gasy dans la misère la plus sombre et « en même temps » « durable » (pour ne pas dire « qui risque de devenir éternelle »)
    alors pourquoi ne pas interdire à tous les Chrétiens gasy et à tous les Musulmans gasy l’accès à tout poste dans tous les services de l’État gasy !

    Au diable (si j’ose dire) la formule « il est interdit d’interdire » !
    Ne paniquez pas !

  • 9 février à 11:35 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Il est temps de supprimer cette commission energivore, dispendieuse et totalement inutile, comme beaucoup d’ autres, exclusivement pour alimenter des parasites, juges & partis qui ne servent à rien !
    Qui plus est au service des rapetous en place !

  • 9 février à 17:37 | Solo (#10212)

    Bonjour,
    Deux questions me taraudent :
    1/ Pourquoi les partis politiques devraient « procéder à la signature d’un accord politique afin d’assurer la stabilité post-électoral et dans le souci d’éviter une nouvelle crise après la victoire d’un parti ou la défaite d’un autre » ?
    C’est vraiment ridicule. On craint DEJA que certains (sinon AUCUN) ne fassent le « NOUS N’ACCEPTERONS PAS LES RESULTATS » - si on n’est pas élu, s’entend.

    2/ Comment se fait-il que l’on doive, à chaque élection, élaborer une nouvelle loi electorale, depuis le temps qu’il y a des élections à Madagascar ?

    • 9 février à 18:25 | Jipo (#4988) répond à Solo

      Vous avez entièrement raison , tout cela est de la mascarade, ils nous prennent pour ce qu’ ils sont !
      en 3 lettres ...

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 169