::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 19h37  :  18°C  :  Orage
jeudi 30 octobre 2014
 

 > Société

29 mars dans la capitale

L’opposition était de la partie

vendredi 30 mars 2012, par Bill

Le Pr. Zafy et son épouse et Mamy Rakotoarivelo ont été assister au culte œcuménique célébré au temple FJKM Analakely en mémoire des martyrs de 1947. L’Archevêque Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona a marqué sa présence en partageant à l’assemblée un message de disponibilité des chefs d’Église à se pencher sur la voie de sortie de crise. Le recueil des propositions et doléances effectué par le SEFIP est désormais entre les mains des 4 chefs d’Église, a-t-il déclaré. Le Pr. Zafy a réagi favorablement à cette déclaration en affirmant son souhait de voir le FFKM reprendre la médiation malgacho-malgache.

Le Premier ministre a conduit les cérémonies

Accompagné de quelques membres du Gouvernement, le Premier ministre de consensus Jean Omer Beriziky a célébré ce jeudi 29 mars 2012, la 65ème commémoration de la lutte populaire de 1947. La cérémonie a débuté par un culte œcuménique à la FJKM d’Analakely, suivi par les traditionnels dépôts de gerbes au pied de la stèle du 29 mars 1947 à Ambohijatovo et au Mausolée National d’Avaratr’Ambohitasina ainsi que la remise officielle de décorations de la libération nationale de 1947 – 1948. La célébration a été clôturée par un déjeuner offert aux Anciens combattants au CEMES Soanierana.

Le Premier ministre a souligné que le Gouvernement prend en compte les doléances des Anciens combattant notamment la possibilité de revoir à la hausse leurs indemnités de retraite. Il a également réitéré la reconnaissance de la Transition envers les Anciens combattants qui ont lutté héroïquement durant les évènements de 1947. Concernant les archives relatives à la révolte de 1947, l’État malagasy sollicitera l’État français pour l’ouverture de celles-ci qui datent maintenant de plus de 50 ans.

L’occasion de dépôt de gerbes a été saisie par l’opposition, Otrikafo, mouvance Ravalomanana et MONIMA de faire la démonstration de force. Otrikafo a même déployé une sonorisation mobile pour marquer en quelque sorte sa présence tandis que la mouvance Ravalomanana a effectué une marche pacifique depuis Ambohijatovo jusque chez Magro Behoririka.

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 5 réactions Lire les commentaires
  • L’opposition était de la partie
    30 mars 2012 13:33, par plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Vouloir afficher sa tendance politique un 29mars c’est de trop tout de même.

  • Devinette !!
    30 mars 2012 15:12, par internaute (#5979)

    Qui a dit en 2005 :
    « Le 29 mars 1947, cela ne me concerne pas, je n’étais pas né à l’époque ».

    • Devinette !!
      31 mars 2012 12:02, RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à internaute (#5979)

      Internaute,j’avais ,à peine 4 ans mais j’ai subi certaines conséquences de cet événement de 1947.,dans les années 52/53/54.
      Pas d’autres commentaires.
      « Pour la réponse de Monsieur le Président Marc RAVALOMANANA au Président Jacques CHIRAC,il a montré une certaine »FRANCHISE",pour un sujet qui devait être discuté en profondeur et diplomatiquement.

      Basile RAMAHEFARISOA
      b.ramahefarisoa gmail.com

  • L’opposition était de la partie
    30 mars 2012 20:46, par dirk_cab (#6503)

    Le 29 Mars 1947 concerne TOUS les malgaches patriotes de tout Madagascar, pensez à vos ainés qui ont donné leur vie pour défendre votre Tanindrazana.

  • L’opposition était de la partie
    1er avril 2012 17:11, par RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    OUI,le 29 mars 1947 est terrible pour le Malgaches.
    L’année 1947 a été dominée par la radicalisation de la situation internationale et le début de la « GUERRE FROIDE ».
    Qu’est-ce qui se préparait ?
    En fait,l’Union soviétique et ses dirigeants se sont sans doute crus d’un « messianisme » qui les poussait à croire qu’ils répandre le communisme dans le Monde entier,mettant en application les enseignements de Lénine.
    Ce n’était plus pour eux qu’une question d’années,à condition d’y mettre le prix,« SANS REGARDER NULLEMENT AUX CONSEQUENCES HUMAINES D’UNE TELLE ENTREPRISE ».
    Pour la France,1947,l’année terrible et l’année de tous les dangers.
    Les premiers problèmes découlaient de l’état économique et social du Pays.
    L’hiver très dur de 1946-1947 nécessite d’une part de grandes quantités de charbon,et,d’autre part détruisit par le gel une partie importante des récoltes.
    On ne trouvait plus de céréales,en France.
    Le Pays ne vivait plus qu’en achetant des céréales et du charbon aux Etats-Unis,utilisant pour cela ses dernières réserves monétaires.
    Le stock d’or était presque épuisé :
    - 1600 tonnes en 1944,
    - 400 tonnes en décembre 1947.
    La France,l’Angleterre,l’Italie sont au bord de l’effondrement.
    Le 16 janvier 1947,le socialiste Vincent Auriol a été élu Président de la République.
    LE SYSTEME POLITIQUE reposait,au début de 1947,sur le partage du POUVOIR entre trois (03) partis :
    - la SFIO,socialiste (le PADESM àMadagascar)
    - le MRP,chrétien
    - et le Parti communiste,qui participait au Gouvernement (le MDRM à Madagascar)
    Les Hommes politiques devaient tenter de résoudre les difficultés externes (en Algérie,en Indochine,à Madagascar,au Maroc)
    Devant la nouvelle politique russe,le parti communiste (français) amorça un virage décisif.
    Les parlementaires communistes venaient de voter les crédits militaires.
    Or,le 18 mars 1947,le propre Ministre de la Défense Nationale,le communiste François Billoux,refusa de rendre hommage aux combattants de l’Indochine et resta à son ban,c de Ministre.
    Il s’ensuivit à la Chambre les remous que l’on devine.
    Le même jour (18 mars 1947),Jacques Duclos annonçait que le Parti Communiste Français (PCF) rejetait la politique indochinoise de Paul RAMADIER.
    Aussitôt,les grèvent commencèrent.
    Les grèves de 1947 ont été terribles.C’était une lutte armée.
    Les « SOCIALISTES » étaient au Ministère.C’était une vraie guerre entre les Socialistes et les Communistes.
    Un sorte de guerre civile à l’intérieur de la classe ouvrière.
    En 1947,la fracture Malgache:MDRM (merina)/PADESM (côtiers)
    En 2009/2012,il y a encore des traces.

    basile RAMAHEFARISOA
    b.ramahefarisoa gmail.com

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 334  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360