Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 3 décembre 2016
Antananarivo | 14h35
 

Divers

Patrimoine subaquatique

L’authenticité du lingot de 45kg d’argent, attendue cette semaine

lundi 20 juillet 2015 | Ben
JPEG - 468.8 ko
L’archéologue Barry Clifford avec le lingot de 45 kilos.

La ministre de la Culture et du Patrimoine, Brigitte Rasamoelina, est intervenue dans les médias la semaine dernière pour faire patienter l’opinion à propos du lingot d’argent ou non de 50kg, remonté par Barry Clifford des eaux de Sainte Marie et réceptionné par le président de la République de Madagascar en personne le mois de mai dernier en présence des ambassadeurs des Etats-Unis et du Royaume Uni en poste à Madagascar. « Avant de dire quoi que ce soit, attendons le rapport officiel des experts de l’Unesco sur le sujet. Je ne peux m’exprimer sur ce « trésor » qu’une fois le rapport officiel de l’Unesco me parvienne en main propre ; et cela s’effectue par voie diplomatique », déclare-t-elle. D’après ce que la ministre a précisé, ce les contenus de ce rapport officiel des experts de l’Unesco seront connus dans le courant de cette semaine.

La ministre Brigitte Rasamoelina n’a pas osé confirmer ou infirmer les bruits qui courent selon lesquels des experts d’un centre de recherche sis à Marseille ont vérifié le « trésor » et que finalement c’est à 95% du plomb et non de l’argent ; une conclusion qui n’est pas à la hauteur de la cérémonie de remise du « trésor » par l’équipe de Barry Clifford qui a réussi à déplacer toute une pléiade de très hautes personnalités au dépens de la cérémonie d’ouverture de la Foire Internationale de Madagascar prévue depuis des mois.

En tout cas, la ministre Brigitte Rasamoelina en charge du Patrimoine fait preuve de solidarité avec le chef de l’Etat et insiste non sur la réalité du lingot mais plutôt sur la conservation et la manipulation des vestiges subaquatiques dont regorgent les mers, non seulement des alentours de Sainte Marie mais des autres côtes qui ont été très fréquentées aux XVIè-XVIIè siècles. « Nous devons profiter des expertises et des moyens offerts par la Convention de 2001 de l’Unesco sur la Protection du patrimoine culturel subaquatique que nous avons ratifié le 4 août 2014 », explique-t-elle.

Rappelons que de nombreux scientifiques en particulier des archéologues subaquatiques malgaches ont été réticents à l’égard du projet de l’équipe qui voulait réaliser une série de film documentaire sur les vestiges dans les eaux de Sainte Marie parce que le leader de cette équipe n’est pas un archéologue mais un plongeur chercheur ou chasseur de trésors des mers qui ont été infestées de pirates. De plus ce personnage est de réputation douteuse dans beaucoup de pays ou du moins les trésors qu’il a récupérés des fonds marins sont sujets à de nombreuses critiques.

En attendant le rapport de l’Unesco qui sera vraisemblablement présenté par la ministre Brigitte Rasamoelina, nous lisons sur le site de l’Unesco ci-après en date du 14 juillet 2015, (http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/underwater-cultural-heritage/advisory-body/mission-to-madagascar/), que :


- la mission du Conseil consultatif scientifique et technique de l’UNESCO (STAB) à Madagascar a vérifié l’état des anciennes épaves à proximité de l’île de Sainte Marie. Elle a contrôlé une fouille ayant conduit à l’annonce de la découverte, en mars, d’un lingot d’argent, qui aurait été trouvé sur l’Adventure Galley, une épave liée au pirate William Kidd. Elle a ainsi découvert que ce qui avait été considéré comme l’Adventure Galley du pirate Kidd a été identifié par les experts du STAB comme des morceaux de structure du port de Sainte-Marie. Autrement dit, Barry Clifford et son équipe se seraient trompés, n’étant pas des archéologues. Les experts de la STAB n’ont reconnu aucune épave de navire sur le site considéré.

- pire, le lingot de métal, apparemment récupéré sur le site précité, n’est aucunement un « trésor en argent », puisqu’il est constitué pour 95% de plomb. Il ne contient pas d’argent et a été identifié comme un morceau de ballaste.

JPEG - 97.3 ko
Le PRM Hery Rajaonarimampianina, La ministre de la Culture et du Patrimoine, Brigitte Rasamoelina, le Général Dieudonné et les membres de la mission de STAB.

Mais d’ores et déjà, et à travers les dires de l’Unesco comme quoi la « réelle nouvelle n’est pas qu’il n’y a aucun trésor en argent », le rapport attendu cette semaine n’accordera pas trop d’intérêt au « lingot » remonté par l’équipe de Barry Clifford et remis au président Rajaonarimampianina. Il insistera davantage sur la manière de procéder à des fouilles qui exigent de l’expertise et compétences et qui doivent se faire de manière scientifique (récupération, inventaire, entreposage et conservation). La vraie nouvelle pour l’Unesco est que Madagascar soit assisté e que quelqu’un d’expert l’aide dans ses vérifications techniques et scientifiques, parce qu’il est signataire de la Convention de 2001 de l’Unesco.

Dans tous les cas, l’Unesco recommande : « Pour toute nouvelle recherche, le STAB recommande de respecter précisément les règles figurant à l’Annexe de la Convention UNESCO de 2001 sur la Protection du Patrimoine Subaquatique et de permettre uniquement l’intervention d’équipes compétentes, menées par un archéologue subaquatique qualifié.

11 commentaires

Vos commentaires

  • 20 juillet 2015 à 11:13 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Encore de cette histoire à dormir debout !
    Il y a d’autres choses à réaliser au lieu de se focaliser sur des vieilleries (-oeuvre suranée qui n’a plus d’intérêt-).

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 20 juillet 2015 à 12:39 | poiuyt (#584)

    Je ne peux m’exprimer sur ce « trésor » qu’une fois le rapport officiel de l’Unesco me parvienne en main propre

    Je ne peux m’exprimer sur ce « trésor » qu’une fois le rapport officiel de l’Unesco parvenu (à moi) en main propre.

    Je ne peux m’exprimer sur ce « trésor » qu’une fois que le rapport officiel de l’Unesco me sera parvenu en main propre.

    Non, le poiuyt ne suis pas prof de français, ni littéraire. Il faut que vous Ben, et vous, et vous, fassiez plus attention. Au besoin revoyez les abc du bac, de peur que l’Ambassade, ou la francofolie, ne fasse une lettre au rédchef, voire mieux.

    Qu’ont ils fait durant 5 ans d’imposture ? de l’anglais militaire. Poufe !

    • 20 juillet 2015 à 13:06 | poiuyt (#584) répond à poiuyt

      Pouffer de rire.

      Sincèrement, franchement : c’est comme si plus rien ne va dans le pays, et qu’il ne reste plus qu’à apprendre les abc du migrant pour faire le concours, ou alors tuer tous les militaires, ou spolier les plus riches quelque peau qu’ils aient, soit pour leur prendre leurs postes, soit pour annuler les postes budgétaires de ces parasites.

      Tout cela avec une révolution culturelle sanglante : on ne fait pas de fumée sans feu, il faut ce qu’il faut.

    • 20 juillet 2015 à 15:00 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à poiuyt

      - "Rien à cirer,dès que vous compreniez ce qu’il veut dire !

    • 20 juillet 2015 à 19:21 | poiuyt (#584) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      la langue de Molière’est une cause, qui plus est objet d’un poste clé, qu’il ne faut pas laisser au premier venu. Face à un individu bégayant, par contre, vous avez tout à fait (la) raison : on devine avec 50 % de sécurité. On vient pour prendre à moudre, pas pour deviner, ni faire chacun sa propre correction aléatoire. Seul Ben, et vous, et vous, connaissez votre vérité propre. Sur quoi vous reposez vous, vous Basile, pour dire que vous avez compris à chaque fois que s’ouvre une coquille. La moule, il est vrai, fait perdre le nord

      Pouffe de rire

    • 20 juillet 2015 à 19:53 | poiuyt (#584) répond à poiuyt

      Si on s’arrête sur le mot « Ratsiazo », hé ben, Léa va rougir ; on souhaiterait repartir avec 100% de sécurité, comme on a cédé du crédit à MT

      Si le support d’idées est claudiquant, comment et où va-t-on suspendre le crédit

  • 20 juillet 2015 à 13:46 | Gérard (#7761)

    décidément ce président est bien mal entouré

    après les rédacteurs de discours tout juste bon à copier les phrases toutes faites d’un autre, voici ceux qui confondent un lingot d’argent avec un morceau de ballast en plomb !

    Le président a t il le courage de chasser le rédacteur plagiaire ? de renvoyer le conseiller qui confond plomb et argent, et plus généralement d’éliminer la multitude qui tente de l’amener à confondre lanternes et vessies ?

    cet homme d’origine modeste est talentueux, son parcours de prof, d"expert comptable et de ministre au Canada , en France et ici même le démontre, mais il lui faut maintenant commander, trier dans cette cohorte de guignols issue de la transition, et se faire enfin respecter

  • 20 juillet 2015 à 14:06 | Jipo (#4988)

    Ministre du kul-ture et + si affinité, n’ est pas capable de faire la différence entre un bout de plomb et d’ argent ???
    N’ importe quel apprenti karane, voir bizoutier avec une pierre de touche vous en donnera non seulement l’ appartenance, qui + est le carat, pardon. pourcentaze
    Habituellement l’ arzent vola fotsy pur, tire à 9.25, n’ importe quel fabriquant de vangovango sait cela, mais la " ministre : non ???
    Arretez de vous la jouer civilisé, des babacoutoux encravatés,, resteront toujours des cancres, même avec du cardin ou levis strauss ...
    Et je subodore que ça se fait appeler madame la ministre !
    Et dire que les zôtres : c ’est du même acabit !

    • 20 juillet 2015 à 19:04 | poiuyt (#584) répond à Jipo

      qui aurait deviné que le mot « Karana » était à approcher de l’autre « carat » ; la dernière syllabe ’na’ vient de cette manie des malamaloha d’ajouter des « na » à tous bouts de mots

  • 20 juillet 2015 à 16:24 | Isambilo (#4541)

    « Libération » de la semaine dernière avait déjà annoncé que c’était du plomb et que le pseudo-archéologue sous marin n’en est pas à ses premières découvertes bidon.
    Sainte Marie était un repaire de pirates de 2e catégorie et plus aucun bateaux venant des Indes n’empruntait la côte Est malgache depuis le 1e siècle.
    Il faut être totalement ignorant de l’histoire de l’océan indien pour espérer trouver des lingots d’argent par là.

    • 20 juillet 2015 à 17:13 | betoko (#413) répond à Isambilo

      J’ai eu l’occasion d’écouter sur RFI ce qu’avait écrit le journal Libération à ce sujet et cela m’a fait bien rigolé aussi . Pour votre information certains qui envoient des post ici détestent le journal Libération , car ils sont de droite et de plus ils disent que ce journal est subventionné , mdr

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 347