::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 22h30  :  17°C  :  Clair de lune et nuages épars
samedi 19 avril 2014
 

 > Education

Éducation Pour Tous

L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme

lundi 11 juillet 2011

« Madagascar risque de ne pas atteindre l’Objectif du Millénaire pour le Développement numéro 2 visant à « assurer à chaque enfant le droit d’achever complètement le cycle primaire », face à l’érosion progressive actuelle du secteur ». C’est le dernier message de l’UNICEF à Madagascar.

Selon l’UNICEF, « le rapport de la revue conjointe alternative du Ministère de l’Éducation nationale et des partenaires techniques et financiers dans le secteur de l’éducation a mis en exergue l’érosion progressive du système éducatif à Madagascar et de son poids sur les familles, principalement dans l’éducation primaire ». D’après les données de cette revue, même si le taux de réussite au CEPE (Certificat d’études primaires) avait augmenté de 9% depuis 2008, le taux d’achèvement du cycle primaire a accusé une baisse de l’ordre de 5,3%.

L’UNICEF Madagascar a souligné qu’entre les années scolaires 2008/2009 et 2009/2010, une estimation de 138 000 enfants non scolarisés de 6 à 10 ans additionnels a été recensée (passant de 260 500 en 2008/9 à 399 362 en 2009/10). À la lecture effectuée par l’UNICEF sur le cadrage budgétaire établi en août 2010, le budget d’investissement pour l’éducation à Madagascar est passé de 164,8 milliards d’ariary en 2008 à 28,9 milliards d’ariary en 2010.

2010

En 2010, l’UNICEF a soulevé que toutes les écoles primaires publiques n’ont pas bénéficié des « caisses écoles », destinées pourtant à alléger les charges parentales pour l’éducation de leurs enfants. « Et pour cette année 2011, cette « caisse école » a été revue à la baisse, passant de 3000 ariary à 800 ariary par enfant » affirme l’UNICEF tout en continuant que « le nombre d’enseignants FRAM (non fonctionnaires) a quasiment doublé entre 2007 et 2011, passant de 36 000 en 2007/8 à 52 000 en 2010/11, alors que la stratégie de formation continue des enseignants et de développement des voies de carrières a été mise en veilleuse depuis le début de la crise en 2009 ».

En matière de scolarisation, Madagascar compte parmi les pays ayant réalisé des avancées significatives dans le secteur de l’éducation au cours des dernières années, au même titre que le Burundi, le Rwanda, Samoa, Sao Tome et Principe et la Tanzanie. « L’érosion actuelle du secteur met cependant à risque ces acquis » dit l’UNICEF.

Transfert de fonds

Les partenaires de l’éducation à Madagascar se sont mobilisés pour que le fonds Fast track initiative (FTI) soit à titre exceptionnel transféré à l’UNICEF afin d’assurer la mise en œuvre du plan Éducation pour tous (EPT), y compris le paiement des subventions des enseignants FRAM. En confiant la gestion de ces fonds à l’UNICEF, les partenaires de l’éducation ont surtout montré leur souci de préserver les élèves du primaire des conséquences négatives de la crise et d’assurer la sécurisation des fonds à travers le financement direct aux bénéficiaires.

L’UNICEF a lancé au mois de mars les fonds catalytiques locaux (FCL), destinés à plus de 17 700 écoles. Il s’agit de réduire les charges des familles et des parents. En concertation avec les partenaires de l’éducation, l’UNICEF s’active et est en train de négocier en ce moment pour qu’une partie du FTI lui soit de nouveau transférée directement. L’UNICEF procèdera prochainement à la distribution de kits scolaires à destination des élèves, mais aussi des kits pour les enseignants et les écoles.

Recueillis par Rakotoarilala Ninaivo

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 13 réactions Lire les commentaires
  • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
    11 juillet 2011 08:17, par niry (#210)

    Ho lazain’i zalahy fa mbola faute-ny hafa indray izao io...

  • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
    11 juillet 2011 08:48, par Jipo (#4988)

    Bonjour , à la lecture de cet article ...un mot : tristesse .
    cette responsabilité ne relèverait - elle pas du ministère de l ’ enseignement ;
    Que fait -il d’autre de si important ? si les autres ministères sont à cette image, leurs successeur ne pourront que les remercier pour l’exemple à ne pas suivre ...merci à l’unicef .

    • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
      11 juillet 2011 09:10, Boris BEKAMISY (#4822) répond à Jipo (#4988)

      J’ai cru savoir d’un Scoop de Dada que l’ONU et son agence UNICEF ont plié Bagage et ne reviendra plus à Madagascar que le jour où l’Exilé de Sandton retrouve son etalage d’Yaourt à Andranomanelatra et son fauteuil de Ramose à Iavoloha/Ambohitsorohitra.....

      • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
        11 juillet 2011 09:58, Bemakely (#2060) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

        Bonjour à tous

        Et pour changer si l’on parle du fonds de cet article au lieu de faire toujours diversion et de tout lier au « méchant » et « médiocre » Ravalomanana ?

        Je crois que cet article donne plusieurs indicateurs très précis permettant de juger avec toute objectivité qu’avant 2008 l’Etat Malagasy est plus préoccupé de l’atteinte de cet objectif n°2 de l’OMD qu’il ne l’est actuellement. Le fait de faire baisser le budget destiné à l’éducation nationale de 164,8 milliards d’ariary à 28,9 milliards d’ariary entre 2008 et 2011 est un très clair de cette tendance (celui de 2011 ne représente plus que 17,5% de celui de 2008).

        Ces chiffres appellent deux réflexions :

        1) Sans les financements et autres aides budgétaires d’origine internationale, l’Etat Malagasy est dans l’obligation de couper partout et il n’a pas pu épargner d’éducation nationale. Ce fait doit nous rappeler à l’ordre pour trouver le moyen de mettre fin dans le meilleur délai possible à ce régime transitoire, pour ne pas sacrifier une fois encore toute une génération pour des causes politiques. D’un autre coté, cela devrait mettre en veilleuse notre envie de nous précipiter dans la tentation de rompre brutalement avec la communauté internationale et de penser, sûrement à tort, que nous pouvons vivre par nos propres moyens. Nous ne sommes même pas capables d’assurer l’éducation de nos propres enfants, alors le reste c’est de l’utopie.

        2) A l’image des projets de construction de terrains de sports et autres salles de spectacles que le pouvoir actuel semblent privilégier, on peut penser légitimement que le pouvoir actuel juge plus opportun d’investir dans les activités divertissantes (sports et loisirs) que dans l’éducation. Cela mérite un débat, mais une chose est sûre, les sports et loisirs ne figurent pas dans l’OMD, alors sur ce point Madagascar semble réellement se démarquer du reste du monde, en ayant sa propre vision du développement.

        Il ne faut pas non plus tomber dans la fatalité, surtout durant cette période où toutes les évaluations réalisées par les institutions internationales sont mauvaises pour Madagascar. Cet article a bien précisé que Madagascar avait réalisé des avancées significatives dans le secteur de l’éducation au cours des dernières années, au même titre que le Burundi, le Rwanda, Samoa, Sao Tome et Principe et la Tanzanie. Cela nous indique tout simplement que faire des avancées significatives dans l’un ou l’autre domaine est bien possible, même pour un pays comme Madagascar.

        Alors bon courage et bonne chance à tous.

        • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
          11 juillet 2011 10:46, Boris BEKAMISY (#4822) répond à Bemakely (#2060)

          Si on revient sur le fond Bemakely....

          (en faisant abstraction au scoop de Ramose)

          Le mise au point de l’Unicef concernant le secteur de l’Education n’est pas un Scoop non plus

          IL est evident que ce n’est pas dans le cadre d’une Transition politique qu’on arrivera à faire du miracle pour faire evoluer positivement les 36 Indicateurs des 8 OMD (Objectifs du Millénaire pour le Developpement)

          Et ce constat negatif ne concerne pas seulement le secteur de 1l’Education , tous les Programmes sectoriels souffrent actuellement de manque de financement , on peut parler de la meme chose de la 2 Santé infatile et de la 3 Santé Maternelle , 4du Genre, 5de la Securité Alimentaire, 6du VIH/Sida, de 7l’Environnment durable et de la 8 promotion de partenariat mondial pour le Developpement.....

          Tant que nous ne sommes pas encore dans le cadre d’un MANDAT ELECTIF les differents indicateurs sectoriels continueront à stagner voir virer au rouge...et il n’y a rien de surprenant la dessus...

          Ce RAPPORT TECHNIQUE de l’Unicef n’a rien avoir avec la politique politicienne malagache comme le Jipo ou autres forumistes veulent NAIVEMENT l’insinuer....

          • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
            11 juillet 2011 17:08, da fily (#2745) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

            le rfond on le touche quand on a un comment hâtif du genre de Boris : « il est EVIDENT que ce n’est pas dans le cadre d’une TRANSITION politique qu’on...! »

            voilà en quoi se résume les justifications vaseuses des hâtifs du moment, si ce n’est la rengaine archi-éculée du malfaisant Ravalomanana, qui même à distance arrive à détruire les AVANCEES de cette hat !

            Vous avez dit avancées, progrès, changements ? Peine perdue, nous sommes en transition donc allez au diable ! voilà le genre de conclusion bekamiesque.

            Mais tous les chiffres et indicateurs d’avant 2009 et surtout pré-HAT sont a oublié Boris Bekamisioka ?

            • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
              11 juillet 2011 18:31, Boris BEKAMISY (#4822) répond à da fily (#2745)

              Mais non Da fily...

              je n’oublie pas , j’etais meme un des acteurs de l’evolution positive des indicateurs du MAP en 2009....

              Mais l’egoisme de Ramose a tout gaché .....la croissance de l’economie nationale avosinait le 6 % et ce pas mal du tout

              Mais cette croissance economique nationale etait devenue une INJUSTICE quand Ramose multipliait par 1000 la croissance de Tiko...et que Ramose se gonflait dans tout le SENS en HUMILIANT les malgaches et les acterus politiques ...une ATTITUDE que le malagches ne pardoneront jamais...et que Da fily semble oublier ...

    • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
      11 juillet 2011 11:03, Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Jipo (#4988)

      jipo,

      dégagez !!

      Après Emmaus,allez trouver autre chose pour vous y réfugier !!

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa gmail.com

  • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
    11 juillet 2011 09:18, par repoblikanimadagasikara (#4788)

    Le bois de rose ça rapporte plus !
    Pourquoi le gouvernement actuel se préoccuperait des gamins des autres.
    Les fontaines à jet d’eau ça fait plaisir à plus de monde !

    Et il n’y a pas besoin d’aller à l’école :
    Pour couper les arbres
    pour braconner
    pour faire du charbon
    pour brûler des hectares
    pour détruire les parc nationaux

    Je ne comprend pas ou est le problème ??

  • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
    11 juillet 2011 11:01, par Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Faisons les bilans de toutes ces organisations internationales et de toutes ces organisations non gouvernementales !!

    « Elles » ont permis à une fraction de la population Malgache de vivre au-dessus de son moyen (4*4) et train de vie « bling-bling » et à des représentants-résidents de passer un beau moment à Madagascar (des contrats renouvelables sous plusieurs formes).

    Il faut une politique générale pour le Peuple Malgache.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa gmail.com

  • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
    11 juillet 2011 11:20, par msymandinika (#1079)

    A voir le raisonnement de boris bekamisy, la transition politique n’est pas faite pour des avancées au point de vue développement , j’extrapole don en disant que son objectif n’est pas pour la population mais pour les politiques et il faut se serrer la ceinture.
    Il est donc évident que nous vivons en période de crise et nous n’en sortirons pas sans décision concertée et l’unilatéralité actuelle nous enfoncera encore dans la pauvreté.
    L’existence de ministres qui ne s’occupent que de propagande au lieu du travail destiné à leurs Ministères est donc inutile et un politburo nous serait plus utile en vue de l’objectif des putschistes.
    Enfin, la population ne devrait pas demander à la hat à entreprendre des actions pour son devenir car ce n’est pas leur raison d’être.
    Ary ny anton’i boris bekamisy eto dia hiaro ny hat n’inon’inona hataony satria izay no anton’asany. Mitsimoka indray ny voninkazo ao an-tokotaninay ka misy ny tsy tiako, sao fotoana izao hiotazana ireny voninkazo dia ireny ?
    La Hat est un ramassis de révolutionnaires conservateurs qui se vautrent dans ce qu’ils ont acquis : le pouvoir pour le pouvoir et non le pouvoir pour un changement et si changement, désastre en désastre.

    • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
      11 juillet 2011 12:00, Boris BEKAMISY (#4822) répond à msymandinika (#1079)

      Misymandinika

      La sortie de crise est une responsabilité commune de l’Equipe au pouvoir et de l’Opposition ( ou 3 mouvances si vous voulez )

      L’Unilateralisme = jusqu’auboutisme n’est pas seulement un monopole de Rajoelina, c’est aussi l’equivalent de l’huile de table pour Ravalomanana....

      L’evolution positif des secteurs objets du debat necessitent l’engagement du Pays sur un long terme , une option qui est INTERDITE au Gouvernement de Transition.....

      A part ça c’est du blabla enfantin ou la polilitique politicienne à laquelle les malgaches mandinikaloatra exellent à merveille.......

  • L’UNICEF-Madagascar sonne l’alarme
    11 juillet 2011 23:20, par msymandinika (#1079)

    Pour avoir quelque chose en commun, il faut accepter la chose commune et l’intérêt de chacun ne milite pas en faveur de la communauté. Madagascar n’est pas la chose commune car la grande ile n’est que la proie et n’a pas son mot à dire sur la sauce qui l’assaisonnera.

    Pour dialoguer il faut être deux et la Hat, en tant que tenant du pouvoir n’est pas intéressée à une partage de chaises car, il ne faut pas faire la politique de l’autruche, se cacher la tête pour ne pas voir la vérité.

    Et d’après ce que j’ai lu même si je suis habitué à lire en diagonale, l’UNICEF ne parle pas d’évolution positive à Madagascar mais d’une régression généralisée .

    En conséquence, le fast track initiative (FTI) sera exceptionnellement affecté à Madagascar pour un fonds de catalytiques locaux pour réduire les charges des parents et payer les enseignants FRAM et cela, à cause d’une faillite de l’Etat (et ceci je l’ajoute : qui est occupé à mettre en place des pierres d’achoppement pour les salles de spectacle et stades omnisports)

    Et en parlant d’interdictions, la HAT ne prend pas de gants pour faire des contrats de longue durée avec des opérateurs pétroliers et des loueurs de tanindrazana (mauriciens et indiens) et enfin est-ce que nous transitons encore ou sommes dans la quatrième république (si l’on tient compte des rocambolesques élections du 17 novembre 2010) ?

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

mars 2014   avril 2014
L Ma Me J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
 
Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 259  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360