Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 7 décembre 2016
Antananarivo | 23h05
 

Diplomatie

Sud-ouest de l’océan indien

L’Ile Maurice consolide sa position de leader

lundi 27 juillet 2015 | Ben
JPEG - 70.2 ko

Le Premier ministre, Jean Ravelonarivo, a accueilli ce 24 juillet au palais à Mahazoarivo, Soodesh Satkam Callichrun, ministre mauricien du Travail, des Relations industrielles, de l’Emploi et de la Formation qui était accompagné par Benjamina Ramanantsoa, ministre malgache de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Les propos ont porté sur le partenariat pour la promotion de l’emploi mais aussi sur l’économie bleue.

Le communiqué de la Primature issu de cette rencontre relate brièvement les performances de l’Ile Maurice et son projet de mise en place d’une Zone économique spéciale, à Toamasina croit-on savoir, avec la partie malgache. Cette dernière ajoute qu’elle est en train d’étudier les textes pour la mise en place de la Politique de l’Emploi et d’une Office nationale de l’Emploi.

En tout cas, le sort des cargaisons de bois de rose saisies à Maurice n’a pas été évoqué ; et ce malgré les promesses mauriciennes rapportées par le Premier ministre Jean Ravelonarivo voici quelques semaines alors qu’il rentrait d’un séjour à Port-Louis.

Quant au projet mauricien d’extension du port de Port Louis et de mise au point de programmes de formations de marins, on ne peut que s’interroger sur la compétition régionale et inter-îles et dans laquelle Madagascar semble à la traîne.

En effet, il fonctionne depuis des années à Mahajanga une école nationale de formation de marins et le port d’Antsiranana abrite depuis toujours un grand chantier de réparation et de construction de navires. Mais depuis une certaine période « démocratique et socialiste » la Secren a perdu de son attrait et de son dynamisme. Il en est de même du port de Toamasina qui, à l’époque, était le port d’éclatement de cette partie orientale de l’Afrique avec Mombasa.

Aujourd’hui, Antsiranana héberge le Centre de fusion d’informations relatif à la lutte contre le terrorisme et la piraterie, mais la Secren d’Antsiranana et l’école de marins de Mahajanga vont devoir collaborer avec les initiatives mauriciennes. Le projet d’extension du port de Toamasina a été suspendu en raison de la crise au même titre que celui de l’extension de l’aéroport d’Ivato. Entre temps, Maurice a réalisé son projet d’extension et de modernisation de son aéroport international et elle a engagé l’extension du port de Port Louis.

24 commentaires

Vos commentaires

  • 27 juillet 2015 à 12:08 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107)

    Maurice cherche des ouvriers bien formés mais à payer au lance-pierre.
    IL FAUT SE MEFIER,quand même,DES MAURICIENS".

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 27 juillet 2015 à 12:29 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Évidemment pour un troufion inculte et pour un socialiste invétéré, Maurice c’est pas le rêve !

  • 27 juillet 2015 à 12:27 | QUOUSQUE TANDEM (#543)

    PIB par habitant Madagascar 462,97 USD (2013) contre 9 202,52 USD (2013) pour Maurice. Régime militaro-socialiste à Madagascar contre régime libéral à Maurice. Armée omniprésente sur le terrain politique à Madagascar, pas d’armée à Maurice. Les forces de l’ordre portent des armes à Madagascar, les forces de l’ordre n’en portent pas à Maurice. Population analphabète à Madagascar, population éduquée et au moins bilingue à Maurice. Coups d’état régulièrement à Madagascar, régime stable et alternance démocratique à Maurice.

    • 27 juillet 2015 à 13:41 | Razaka (#7817) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Hello

      Très bien résumé QUOUSQUE TANDEM (#543).

      Même si le Développement Inclusif n’est pas encore de mise en Ile Maurice, car il y a toujours de la pauvreté, ce Pays est totalement bilingue et leurs Institutions sont structurées par rapport à celles de Madagascar qui sont quasi inexistantes.
      La Gouvernance à la malgache est encore très loin de ce qui existe en Ile Maurice.
      Quelques Preuves :
      ** l’Ile Maurice a un Réseau de Conventions Fiscales Internationales établis avec plusieurs Pays.
      ** Il a aussi ce que l’on appelle ‘’APPI’’ qui réside sur un Accord bilatéral visant à Protéger et à Promouvoir les investissements étrangers par des OBLIGATIONS JURIDIQUES mieux ficelés que Madagascar.

      Madagascar qui reste toujours à la traine jusqu’ici, risque donc de se faire avoir par rapport à des Partenariats possibles avec l’Ile Maurice.
      Or la Démographie malgache, par rapport à celle de l’Ile Maurice, pourrait être un des Facteurs qui concourent à l’émergence économique de Madagascar (11 Millions de malgaches ont moins de 20ans en 2014), à condition par EXEMPLE d’une meilleure Redistribution :
      - - - démocratique du Savoir (Education Enseignement)
      - - - des Richesses comme Facteur de Croissance économique pérenne dans le temps.

      En tout cas la vraie Puissance d’un Pays se mesure sur les 3 principaux Facteurs suivants :
      ** Sa Capacité à se défendre pour la préservation de sa Souveraineté
      ** Sa Capacité d’Intelligence économique à bien négocier sur ses Partenariats avec les Autres
      ** Et aussi son Rayonnement Culturel locale et international
      === (qui est aussi gage d’indépendance de la Personnalité du Chacun) ===

      # # La Notion de Peuple Malagasy Une et Indivisible doit ête de mise pour réussir.
      . . . . . . mais cela est encore un autre débat . . . . . .

    • 27 juillet 2015 à 14:51 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107) répond à Razaka

      Madagascar n’a rien à envier aux Mauriciens mais les « MALGACHES » doivent assurer,d’abord ::
      - « Réconciliation Nationale-Grand Pardon-Amnistie Générale »-
      Nous avons beaucoup de choses à nous dire ouvertement.Tout ne sera pas parfait mais il faut commencer. :
      - « Réconciliation Nationale »,
      - Grand Pardon,
      - Amnistie Générale.
      =« MADAGASCAR AUX MALGACHES,UNE et INDIVISIBLE »=

    • 27 juillet 2015 à 15:00 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107) répond à Razaka

      Mon expression :
      - « MADAGASCAR EST LA CLE DE LA PAIX DU MONDE » rend perplexe bcp de Personnes mais c’est la réalité
      TOUTES LES GRANDES PUISSANCES ESSAIENT D’ACCAPARER MADAGASCAR.
      Qui serait la « PREMIERE » !

    • 27 juillet 2015 à 15:42 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Razaka

      Pas tout-à-fait d’accord avec vous sur deux points :

      - redistribution des richesses produites, soit 1,27 dollar américain par personne et par jour. Or le développement passe tout d’abord par l’investissement du capital dans des outils de production. Comment pourrait-il être possible d’investir avec un revenu journalier de 1,27 US$ ? Sur le plan moral, il est réconfortant de répartir les richesses produites mais sur le plan économique c’est une aberration. Aucun investissement possible dans ces conditions donc aucun développement économique. Il faut au contraire laisser le capital se concentrer dans quelques mains pour assurer investissement, puis emploi.

      - démographie, avantage ou inconvénient ? Une démographie galopante est un inconvénient pour un pays sous-développé car il réduit la capacité d’épargne, donc de constitution de capital, donc d’investissement, donc de développement.

      La Chine a émergé en maîtrisant sa natalité et en favorisant la concentration du capital. Il y a beaucoup de milliardaires (en US$ pas en FMG) en Chine et la Chine bénéficie d’un fort taux de croissance.

    • 27 juillet 2015 à 15:44 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Il est fatigant ce troufion inculte et son PADESM.
      Troufion = improductif.

    • 27 juillet 2015 à 15:47 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Il prend ses rêves pour la réalité, ce pauvre mec !
      Pas un humain sur 50 saurait situer Madagascar sur un globe terrestre.

    • 27 juillet 2015 à 16:59 | Razaka (#7817) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Hello QUOUSQUE TANDEM,

      Votre raison dépend d’une certaine chronologie des actions sur la priorisation logique des Jalons d’un Programme politique à mettre en œuvre.
      Je suis donc loin de dénigrer ce que vous avancez, le problème c’est qu’aujourd’hui (contrairement à mes précédents rares passages ici) je n’ai pas suffisamment développé mon analyse faute de temps bien sûr.

      # # # Réponse à votre 1er Point :
      Dans le cas de Madagascar, la notion de CAPITAL-TRAVAIL-CONFIANCE doit être instaurée dans l’économie de Redressement de Madagascar.
      ** Aucun développement économique n’est possible sans le CAPITAL au service de l’Investissement.
      ** Aucun Investissement n’est rentable de façon endogène sans le TRAVAIL que représentent les Meilleurs Facteurs de Productions telles les Ressources Humaines Malgaches & Machine à Outils (Formation Education Université).
      ** La CONFIANCE s’installe mutuellement entre les détenteurs du CAPITAL et le TRAVAIL, quand la Redistribution des SALAIRES ou des Richesses est démocratique et est équitable vers l’amélioration de l’IDH (indicateur de Développement Humain).
      Pour moi cela résume brièvement (à développer aussi) la Notion de DEVELOPPEMENT INCLUSIF, car ici toutes les couches sociales (une fois bien formées au besoin réel de l’économie malgache) participent aux Processus économiques du Pays.

      # # # Votre 2ème Point :
      La notion de démographie, dans notre ANALYSE, une population nombreuse offre des avantages, mais il faut savoir bien la gérer et l’organiser. En effet, de nombreux pays très peuplés sont aujourd’hui peu influents. Il faut aussi nuancer puisque nous constatons qu’une faible population n’empêche pas certains pays de s’affirmer comme importants dans le monde.
      ** Il faut donc mettre en avant l’IMPORTANCE de l’EDUCATION, qui permet de former plusieurs Citoyens Responsables enclins à poursuivre la Dynamique de leur Pays.
      Cela sous-entend la MODERNISATION des Facteurs de Production, donc la capacité professionnelle des Hommes et des Femmes malgaches à s’introduire dans les processus économiques, au lieu de faire appel à des mains d’œuvres qualifiées étrangères.
      ** L’économie est aussi une Sciences des Echanges. Donc si vous avez localement des Pouvoirs d’Achats à fort potentiel du moins quantitativement (dû à une meilleure redistribution des Salaires ou ‘’des richesses’’), cela concours aussi à la Croissance économique du Pays (à développer aussi – Voir exemple de la South-Korea).
      ** Tout cela repose sur une bonne Gouvernance du Pays ne serait-ce que la Capacité du pouvoir en place, à faire une très bonne Etude Sectoriel du Budget, selon la priorité dans un Programme déjà établis.
      Or pour le moment, nous sommes malheureusement très loin de pouvoir mettre en œuvre tout ceci dans un Futur proche

      *** Reportez-vous si vous aviez le Temps, sur mon intervention ‘Madagascar Tribune’ suivant
      = = = Expansion et modernisation », les nouveaux défis du SIM (Syndicat Industry Malagasy)
      Mon sujet d’analyse sur ; ‘’Technopole pour l’Opérationnalisation des Universités de Développement’’
      25 avril 12:31, par Razaka (#7817) = = =

      Au plaisir QUOUSQUE TANDEM (#543)
      Have a Great Day

    • 27 juillet 2015 à 17:22 | Razaka (#7817) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile

      Si j’ai bien compris, vous vouliez introduire une notion de Géopolitique dans ce nouveau contexte du monde ??

      Si c’est le cas, bien évidemment, Madagascar intéresse les Grandes Puissances, dans un contexte purement géopolitique.
      Mais pour le moment et au niveau de la Diplomatie, la position Malgache est floue.
      Elle va de droite à gauche au grès des Affaires ... éphémères et opportunistes.
      Elle n’a vraiment pas de ligne directrice significative dans ce sens, à moins que vous m’apportiez des éléments probants y afférents !!

      La Position géographique de Madagascar est AUSSI très intéressante au niveau des enjeux géopolitiques, car elle peut influencer une frontière géopolitique par rapport à l’actuelle Multipolarité du Monde dont une Grande Puissance est en train de la combattre par tous les moyens.

      Quand Madagascar pourra décider de ne plus coopérer avec l’IMF ou avec la World-Bank et que s’il a la volonté et la capacité compatible à travailler dans le monde des BRICS, on verra dans ce cas-là, des voix et des actions s’élèveront un peu partout, surtout dans le monde des Atlantistes …

    • 27 juillet 2015 à 18:48 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Razaka

      « la Redistribution des SALAIRES ou des Richesses est démocratique et est équitable. »
      Je ne vois pas comment une entreprise peut fonctionner démocratiquement. Les salaires devraient-ils être décidés par un vote des salariés ?
      Qu’est-ce qu’un salaire équitable ? Comment le déterminer ? Est-ce une fraction de la valeur ajoutée de l’entreprise ?

      « Il faut donc mettre en avant l’IMPORTANCE de l’EDUCATION, »
      Personne ne peut nier votre affirmation. Ceci étant il semble difficile d’assurer une instruction (mot que je préfère au mot éducation) à une population de jeunes aussi importante que celle de Madagascar qui n’a à offrir que des maîtres FRAM. Peut-être faut-il commencer par former des formateurs.

      L’économie est effectivement l’étude des échanges. Elle a pour but (ou devrait avoir pour but) la satisfaction des besoins humains, tout d’abord matériels (se nourrir, se vêtir, s’abriter) puis spirituels (s’éduquer, se cultiver, se divertir, s’informer, ...)

    • 27 juillet 2015 à 20:10 | Paulo Il leone (#6618) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Exact !!

      Si les Mauriciens avaient eu la chance d’avoir un territoire aussi vaste que Madagascar, Maurice serait devenu, non pas une puissance économique régionale, mais une puissance mondiale !

      ... Tandis que les Malgaches transforment systématiquement en tas de .....** tout ce qu’ils touchent !

      Cherchez l’erreur !!

      ** mot de cinq lettres commençant pas « m. » et finissant par « .rde »

    • 27 juillet 2015 à 20:24 | Razaka (#7817) répond à QUOUSQUE TANDEM

      . . . . . . . . .

      Ce que j’essaye de vous expliquer ici c’est que pour que le system réussisse :
      ** il y a logiquement une interdépendance mutuelle entre l’Enseignement et l’Education des Jeunes par rapport aux besoins réels de l’économie malgache d’une part.
      ** d’autre part la progression de l’économie est aussi fonction des Entreprises et des Industries créatrices de richesses et surtout des emplois pour être en coordination avec la formation des Jeunes dès le Lycée jusqu’aux études supérieures.
      ** avec une moyenne de 1£ / jour, une meilleure redistribution des salaires n’est pas encore le cas aujourd’hui, dans presque toute la zone subsaharienne d’Afrique y compris Madagascar.
      Quoiqu’on peut le faire, dans une concertation entre tous les Acteurs économiques, mais je ne vais pas rentrer dans les détails d’un calcul de salaire minimum, mais ceci est tout à fait faisable.

      Je vous pose juste une petite question :
      ** pourquoi même pendant l’époque de M. Marc Ravalomanana où la croissance économique avoisinait les 7% ou 8%, cela n’a pas éradiqué de façon significative, la pauvreté ??
      Et pourtant c’était à mon sens, une des meilleurs périodes de croissance économique qu’avait connu Madagascar post-1972. Selon les données économiques publiées par les Institutions reconnues dont je ne faisais que les lire puisque j’étais né plus d’une décennie plus tard.
      ** pourquoi le Tourisme actuellement à Madagascar, ne profite pas encore à tout le monde ??

      **
      == > ma réponse c’est qu’il n’y avait pas encore eu, une meilleure redistribution des revenus.
      == > toutes les catégories sociales ne peuvent pas participer au processus économique, notamment faute de mauvaise gouvernance. Le Pays n’est même pas gouverné à mon sens…
      == > soit les salariés sont payés au lance pierre – soit les gros bénéfices des Entrepreneurs n’ont pas été réinvestis pour accroitre localement les performances de l’économie – soit les DEUX.
      == > d’ailleurs une des raisons de la dégringolade de la monnaie malgache venait en partie du system en place, à savoir d’une quasi absence de retour sur devise, et j’en passe …

      ** Vous me parlez des Enseignants, alors que beaucoup de diplômés malgaches ne trouvent pas du travail.
      ’’Bad Organisation’’
      ’’The Right Man is not in the Right Place’’.

      ** il n’y a pas encore le Couple Objectif Commun qui s’orgnanise entre Acteurs Economiques qui redressent le Pays et l’Enseignement et la Formation des Jeunes qui devont participer directement au développement qu’attend tout un Peuple.

      ** je suis conscient d’avoir peut-être preché dans le desert, mais n’empêche, ce sont des organisations qui me semblent à mettre en place ... Bref ...
      . . . . . . .

    • 28 juillet 2015 à 10:01 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Razaka

      Je ne vois toujours pas les bases de calcul d’un salaire « équitable et démocratique ». Il faut peut-être plutôt parler de salaires efficaces, c’est-à-dire permettant de motiver le salarié - et donc d’optimiser sa productivité - d’une part, et d’autre part d’optimiser le retour sur investissement de l’entrepreneur. Ce salaire est particulier pour chaque entreprise et chaque salarié. Un SMIG est donc tout-à-fait déplacé.
      Ceci étant le salaire n’est pas actuellement le problème numéro 1 de l’économie malgache vu la proportion infime de salariés à Madagascar.

      Quant à l’instruction vous posez la question de savoir pourquoi on n’envoie pas des diplômés malgaches au chômage enseigner la jeunesse. Le budget de l’état ne suffit déjà pas à prendre en charge le maigre salaire des maîtres FRAM puisqu’une contribution est encore demandée aux parents, alors salarier des diplômés semble hors de portée. Les parents n’arrivant déjà pas à satisfaire leurs besoins matériels (se nourir, se vêtir, se loger, se soigner) ne peuvent consacrer des ressources à l’instruction de leurs enfants.
      D’autre part diplômé ne signifie pas apte à l’enseignement. Il faut peut-être se poser la question du nombre et de la qualité des diplômés formés. L’enseignement professionnel devrait être privilégié.

      Vous n’avez pas constaté d"éradication de la pauvreté durant les périodes fastes de l’économie malgache. L’éradication de la pauvreté, si tant est qu’elle soit possible, est un processus très progressif et ne peut se constater que sur plusieurs décennies. Une augmentation de 30% du produit intérieur (augmentation très importante) ne le ferait passer que de 1,27 US$ à 1,65 US$. On ne pourrait toujours pas parler d’éradication. Enfin pour le réinvestissement des bénéfices des entreprises, il sera effectif si la rentabilité de ce réinvestissement est tangible.

      Quant à l’état il devrait se consacrer à ses missions régaliennes et cesser d’entretenir ses coûteuses danseuses telles que la Jirama, la Secren, Air Mad, ... et son armée.

    • 28 juillet 2015 à 14:11 | GADSDEN_FLAGIVANDRY (#8661) répond à Razaka

      Bof ,moi je suis plutôt d’accord avec QUOUSQUE TANDEM ,que l’état s’occupe uniquement du régalien (instaurer un climat sécuritaire solide qui met en confiance le investisseurs) et on laisse les mécanismes naturels d’ajustement d’offre et demande prendre soin de l’économie en supprimant toutes les barrières à la concurrence pure et parfaite .
      Aux chiottes l’IDH !!! faudrait déjà produire des richesses avant de penser à les redistribuer.

    • 28 juillet 2015 à 14:35 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à GADSDEN_FLAGIVANDRY

      No comment !

    • 28 juillet 2015 à 15:46 | Razaka (#7817) répond à QUOUSQUE TANDEM

      ... En tout cas je ne suis pas totalement contre avec ce que vous dites.
      Le salaire minimum, je ne le connaissais pas, qui plus est j’ai toujours vécu dans un Pays ultra libéral de l’Europe qui ne pratique pas ce système.
      Je voulais dire juste qu’il faille arrêter d’opter de payer au lance pierre.
      ... Donc je suis pour la bonne et meilleure concentration du Capital au vue de le rentabiliser comme il se doit.
      ... Naturellement et comme vous le dites, l’Etat ne doit s’occuper que ce qui lui revient d’indispensable pour sa souveraineté.
      ... L’Etat doit gouverner la JIRAMA, et il doit se donner les moyens de le faire, pourquoi, car c’est un service de 1ère nécessité à caractère public. Au même titre que la base architecturale des Systèmes d’Informations, donc la partie sensible des Télécom Réseaux.

      Au fait on parle de la même chose, mais vous n’aviez peut-être pas bien capté, l’Exigence des Priorités comme dans tout Projet ou Programme.
      Bien évidemment, chacun de ces jalons à son Meadows Reacquired (désolé pour ce terme que je ne sais l’equivalent français).

      Merci de m’avoir répondu, car toute discussion comme vous le faites est toujours enrichissant.

      ... Je suis conscient comme vous l’êtes que l’éradication de la pauvreté ne peut se faire que plusieurs années et encore, fallait-il que l’Etat ait opté une réforme structurelle adéquate.

    • 28 juillet 2015 à 18:23 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Razaka

      Je dois vous dire que j’apprécie hautement la teneur et le ton de nos échanges et je me permets de vous faire part en toute courtoisie de mon désaccord avec certains de vos propos.

      Sur le point concernant le salaire qui, au point de développement que connaît Madagascar aujourd’hui, reste selon moi assez secondaire, vous affirmez qu’il faut « arrêter d’opter de payer au lance pierre ». Je ne vois pas du tout comment mettre en pratique une telle mesure. Comment déterminer un salaire lance pierre ? Je pense que le salaire s’ajustera naturellement au point où le salarié et l’employeur trouveront leur mutuel avantage.

      « L’Etat doit gouverner la JIRAMA ... car c’est un service de 1ère nécessité à caractère public ... ». Je ne pense pas qu’il soit dans les attributions souhaitables de l’état de fournir de l’eau et de l’électricité. Je ne crois pas non plus que l’état soit en mesure de gérer correctement les nécessités. Je ne vois aucune raison de confier ces tâches à l’état, lui qui a déjà fait les preuves de son inefficacité dans ces domaines à Madagascar et même dans des pays moins corrompus que Madagascar.

      Enfin, last but not least, compter sur l’état pour assurer le développement d’un pays me semble très déplacé. Le développement repose sur le travail productif, très loin des priorités des fonctionnaires.

    • 28 juillet 2015 à 18:31 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Paulo Il leone

      Vous avez peut-être raison ... vous avez peut-être tort ...
      Les Mauriciens ont bénéficié des institutions britanniques, ce qui leur a peut-être permis de bénéficier d’avantages comparatifs ...

    • 28 juillet 2015 à 19:40 | Razaka (#7817) répond à QUOUSQUE TANDEM

      . . . . . Je vous réponds ici QUOUSQUE TANDEM

      En analysant la réalité malgache, finalement je pense que vous avez raison.
      Pourquoi, car je ne sais pas quand est-ce que Madagascar aura ses Institutions suffisamment fortes et stables au point de gouverner avec efficacité une Entité comme la JIRAMA. Dans mon raisonnement (quand je disais l’Etat doit Gouverner la JIRAMA), même si JIRAMA est privatisée, j’ai cru que l’Etat malgache puisse désigner un Administrateur qui officiera d’interface, pour faire respecter les engagements sur ses services envers les consommateurs. Or la cupidité et ses conséquences venant de certaines personnes laissent comprendre que ce n’est pas vraiment souhaitable.
      Je ne suis pas économiste, mais après avoir terminé une Ecole d’Ingénieur anglo-saxonne en 2010 (quand j’avais 23ans), j’ai été obligé de m’intéresser à l’économie pour compléter ma formation en South-Korea dans l’Organisation et la Gouvernance des Sociétés durant 3 ans. (Je travaille donc depuis seulement 20mois).
      A cette occasion j’avais donc lu quelques books de Joseph Stiglitz que j’adore surtout, domaine économie du développement.
      lES sOCIET2S Y appliqueNT d’ailleurs un Salaire assez bas (chez les Ouvriers) % aux potentiels de ses Firmes pour être compétitif (d’une exemplarité sans équivalent). Mais c’est l’Etat qui complète certains salaires SOUS CERTAINES CONDITIONS !
      Et cela fonctionne avec une très grande efficacité d’ailleurs.
      Bien évidemment, je ne permettrais pas de comparer Madagascar à ce Pays.

      C’est pour cela que j’ai tendance à militer un système qui favorise la demande au bénéfice de toutes les couches sociales, qui eux-mêmes auraient déjà eu du travail par le biais des Formations et l’Enseignement. Or Madagascar fait encore l’objet des exemples que j’avais déjà rencontrés dans certains Pays où le salaire minima est difficile à tenir et à concevoir et pourrait même être un facteur bloquant de l’économie (sans trop rentrer dans les détails).

      Merci encore , car ne vivant pas au Pays et sans expérience, j’ai encore beaucoup à apprendre, mais cela va venir.

      Many Thanks

    • 28 juillet 2015 à 20:19 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Razaka

      Juste un dernier point : http://institutdeslibertes.org/
      Have a good day !

    • 28 juillet 2015 à 21:03 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Razaka

      Ca aussi c’est pas mal : http://bastiat.org/

    • 28 juillet 2015 à 21:20 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à Razaka

      Ça aussi c’est pas mal : http://bastiat.org/

      Et pour l’économie des pays en voie de développement, l’incontournable Hernando de Soto Polar.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 221