Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 07h16
 

Société

Education

Cours de jeux d’échecs dans les écoles primaires publiques

lundi 7 novembre | Randria Maeva

Le ministère de l’Education Nationale envisage d’intégrer les jeux d’échecs dans le programme scolaire dans les écoles primaires publiques, notamment à travers l’initiation des élèves de 5 à 9 ans. L’initiative entre dans le cadre du projet Minichess Madagascar, programmé depuis l’année 2015 à Madagascar. La convention a été signée entre le ministère de l’Education Nationale, la Fédération de jeux d’échecs et Minichess Madagascar le 26 octobre 2016. C’est un projet pilote qui implique six (6) écoles publiques et neuf (9) écoles privées ; 900 enfants de 5 à 9 ans feront l’objet d’un test.
Les jeux d’échecs figurent déjà parmi les activités parascolaires dispensées dans certaines écoles privées qui ont initié petit à petit leurs élèves à ce jeu pour éveiller leur curiosité et pour les apports éducatifs et pédagogiques que l’on pourrait en attendre.
Les activités parascolaires dans les écoles publiques sont officiellement le jardinage, la couture et le sport mais ces activités sont rarement pratiquées au niveau des établissements. L’introduction du jeu d’échecs en milieu scolaire permettrait aux élèves de faire des exercices ludiques et intellectuels, et d’apprendre à anticiper une action en prenant des initiatives et en se confrontant à des problèmes.
L’un des jeunes prodiges de l’échec à Madagascar est Fy Antenaina Rakotomaharo âgé de 17 ans. Il se passionnait déjà des jeux d’échecs à 6 ans, devenu Champion de Madagascar à 10 ans, il enchaine les victoires et les titres sur le plan international : champion du tournoi des maîtres à Prague, vice-champion d’Afrique de moins de 12 ans à Gaborone, champion de l’Open international de La Réunion, vainqueur de l’open du championnat de Paris 2014, et championnat de France 2016.

16 commentaires

Vos commentaires

  • 7 novembre à 10:55 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !

    Les jeux d’échecs sont excellents pour plusieurs raisons .
    Et l’idée de les enseigner dans les écoles gasy est une bonne chose .

    Mais , je reste persuadé que cette décision est nettement moins importante ,
    comparée au caractère vital pour les populations de ce pays
    de donner libre accès gratuit à une école de bonne qualité
    à tout enfant et à tout jeune d’âge scolaire .

    Au passage , je signale que le jeune Fy Antenaina Rakotomaharo est résident en France à l’heure actuelle où il prépare l’examen du baccalauréat pour juin prochain , tout en étant coaché , question jeux d’échecs , par un grand maître de nationalité russe .
    On n’exige pas que tous les enfants gasy aient les mêmes avantages que ce jeune prodige .
    On exige simplement que tout enfant gasy ait la chance d’aller à une école de bonne qualité . C’est tout !

    • 7 novembre à 11:56 | RAMBO (#7290) répond à Saint-Jo

      Echec et mat !
      Les Malgaches sonr réputés excellents sur plusieurs domaines : les maths, l’informatique, le jeux d’échec et la musique...
      Contrairement aux anciens d’Andafy ...les jeunes générations sont plus à l’aise en Europe.et outre Atlantique..je connais des directeurs de banque Malgache en France, des directeurs Gasy chez Mac Do aux USA, des chef de projet Gasy en informatique chez Thalès et Air Bus... Mais le soucis c’est que certains n’ont jamais mis les pieds à Madagascar, leur pays d’origine.

    • 7 novembre à 19:02 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      RAMBO l’autoproclamé ancien étudiant de l’institut d’enseignement supérieur en sciences politiques et économiques à Aix-en-Provence peut-il prouver rigoureusement ici qu’il connaît réellement ces Gasy qu’il prétend connaitre ?
      Ou c’est encore un mensonge de plus !

    • 7 novembre à 20:28 | Behantra (#9165) répond à Saint-Jo

      D’accord St Jo , mais ne boudons pas la réussite de Fy

      Personnellement je souhaite à Fy d’être champion du monde d’echecs , comme ce boxeur malagasy qui est , pour la septième fois , champion du monde de boxe chinoise

      Mais concernant Rambonaitra je suis d’accord à 100% avec vous

      C’est vraiment un k.on ce mec

      Mais qu’il ne se réjouisse pas trop , viendra le jour : son nom et prénom avec toute sa famille orneront
      les pages de MT.com

  • 7 novembre à 11:13 | LastNews (#7556)

    Pourquoi ne pas faire des recherches et de la vulgarisation sur notre fanorona traditionnel ? Oui, notre jeu traditionnel est un jeu mathématique classé dans les jeux de stratégie combinatoire abstraite.
    wikipédia le définit comme suit :selon la définition donnée par la théorie des jeux combinatoires, un jeu, généralement un jeu de société :
    - opposant généralement deux joueurs ou deux équipes (ou bien un joueur humain seul contre un ordinateur « intelligent ») ;
    - dans lequel les joueurs ou équipes jouent à tour de rôle ;
    - dont tous les éléments sont connus (jeu à information complète) ;
    - où le hasard n’intervient pas pendant le déroulement du jeu.
    De plus, le fanorona est plus simple qu’un jeu d’échec ( les pions ont tous la même valeur) et plus excitant que le jeu de dames car il n’y a pas la notion de prise obligatoire après la première prise.
    « Sodokan’ny kolontsaina vahiny isika ka lasa valalan’amboa ny an’ny tena »

    • 7 novembre à 12:36 | RAMBO (#7290) répond à LastNews

      Ratsiraka a mis en oeuvre cette politique nationaliste à la con pendant la 2 ème République Socialiste...Fermeture de la frontière et les importations minimums, contrôle pour ne pas dire interdiction des arts et culture occidentaux ...Encourager les utilisations des produits locaux comme le savony gasy et le dilohilo coco... Vous suggerer de developper le Fanorona au lieu des jeux d’échec...c’est une bonne idée mais développer l’un au détriment de l’autre nous renferme davantage alors que le Fanorona ne dépasse même pas Betsimitatatra...

    • 8 novembre à 12:45 | Saint-Jo (#8511) répond à LastNews

      RAMBO le soi-disant Merina andriana ne connaît rien du fanorona ! J’en suis persuadé !
      Ce gus s’est promis plusieurs fois déjà de ne plus répondre à mes posts , mais il n’a jamais réussi à honorer cette promesse .
      La dernière fois ce couillon s’est aussi promis de ne plus répondre à mes questions-tests pour savoir l’étendue de sa culture merina , s’il en a bien entendu . Car , de culture merina , celle de ce couillon n’est pas des plus brillantes , hein !
      En-dehors des très populaires vocables « vela » , « ady » , « laka » , « paika » , « tetika » et « dimy noho telo » , cet abruti ne sait certainement rien de rien des idioms du fanorona . Et même je suis sûr que cet abruti de RAMBO ignore l’importance du tournant historique pris par l’Histoire de l’Imerina à cause justement du « dimy noho telo » . Sans ce dernier , l’Histoire de l’Imerina aurait pris certainement un cours totalement différent de celui que nous avons vécu .
      Tiens , voici pêle-mêle pour embrouiller cet mytho de RAMBO , quelques idioms :
      kobaka , vaky laka , foana , lava , mielatra , fohy , tsindrona , tànana , kitro , avia , vaky roa sosona , domina , vaky loha , vary .
      Ce couillon peut toujours demander à « l’un de ses chauffeurs » ( c’est lui qui l’a dit ) de lui apprendre tout ce que ces idioms veulent dire .
      Ah ! Une dernière chose ! Il n’y a pas lieu d’avoir honte de demander au chauffeur le sens de ces idioms , car nous autres , les Merina authentiques , disons « ny fanorona tsy olona irery » [ Ce qui , dans la pratique de ce jeu signifie qu’une partie populaire de fanorona se joue collectivement entre deux équipes face-à-face , et tous les membres d’une équipe ont droit à la parole : ce qui favorise largement la convivialité entre les groupes , surtout les citoyens d’un même village ] . Il est domage que dans les compèt’ officielles dans la pratique ce jeu n’oppose qu’un seul individu à un autre seul individu . Ce qui est contraire à l’esprit convivial du fanorona .

  • 7 novembre à 13:05 | Ibalitakely (#9342)

    Ce que l’on constate c’est que les tany lavitra Andriana le seront de + en + car au lieu de se soucier sur les manques d’enseignants ; d’écoles sans toits & sans bancs ; des niveaux d’éducat° à plusieurs étages [grandes villes & brouisses] ; voilà qu’on pense aux jeux de société, Madagasikara dit-on à 70 ou 80% rural ???

  • 7 novembre à 13:36 | Jipo (#4988)

    Ce ministère va faire de l’ ombre à notre Najat Vallaud-Belkacem, quelle imagination, quelle créativité, ils n’ ont rien d’ autre à foutre !!!
    Quant on voit le résultat !!!
    l’ honoris causa en ekonaumy devrait leur allouer 40% de budget en + pour y ajouter la pétanque, & le kung fu ...
    Virez-moi tous ces handicapés de la veuve poignée !!!

    • 7 novembre à 13:43 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      Exemple à suivre 📚 :

      « LES MOTS QUI DISPARAISSENT »

      Il y a des mots, des expressions, qu’on n’entend plus ou qu’on emploie moins.
      Ils arrivent exténués, à la fin du deuxième millénaire.
      Le siècle, qui a commencé depuis 15 ans maintenant, risque de leur être fatal.
      Conservez-les, un jour viendra peut-être où on ne les trouvera plus dans aucun dictionnaire, si ce n’est du vieux français...

      Quelques exemples :

      INCULPATION
      A été expurgé du Code Pénal au profit de « mise en examen ». Cela afin d’éviter une infamante présomption de culpabilité.
      Être « en examen » ne présage pas du résultat de l’examen.
      Aujourd’hui quand quelqu’un est MIS EN EXAMEN, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité ? Comme du temps où il aurait été « inculpé ».

      INSTITUTEUR
      Longtemps remplacé par « MAÎTRE D’ÉCOLE ». Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l’enseignement, au bénéfice de « PROFESSEUR des ÉCOLES »

      MAÎTRESSE
      Ne pas assimiler à la version féminine d’instituteur !
      Ce serait une « professeure des écoles ». Les maris n’ont plus de maîtresse mais une « amie ».
      Les épouses conservent parfois l’amant, mais seulement à cause de la connotation romantique : les moins romantiques n’ont qu’un ami aussi.

      MORALE
      À force d’être inemployée a disparu. Ne demeure que « ordre moral », mais attention : connoté de « fascisme »
      Toutefois personne ne se réclame du « désordre moral ». La morale n’est plus enseignée, elle est remplacée par « éducation à la citoyenneté »

      MOURANT
      Il n’y a plus de mourant mais des malades en « phase terminale ».
      Afin d’éviter une regrettable confusion ne dites pas à votre fils qu’il est en terminale mais qu’il va passer son bac !
      Pour désigner un mort doit-on parler d’un individu « en phase terminée » ?

      PATRIOTE
      Totalement absent du vocabulaire politique et civique.
      Désigne aussi un bon citoyen américain et un missile américain.

      PATRON
      Nous n’en avons plus, ni même des chefs d’entreprise, mais des DIRIGEANTS D’ENTREPRISE.
      Le CNPF (C N du patronat français) en a pris acte en devenant le MEDEF.
      Seuls quelques cégétistes utilisent encore le terme de « patron » ce qui prouve bien qu’il est désormais péjoratif...

      PAUVRE
      N’existe plus. C’est un « défavorisé », un « plus défavorisé », un « exclu », un « S.D.F. » à la rigueur un « laissé pour compte ».
      Dans les années 80, il subsistait uniquement dans l’appellation « nouveau pauvre » ; ce fut le chant du cygne.

      PROVINCE
      Dire « en RÉGION ». On ne dit plus du « provincial » mais du « RÉGIONAL ».

      RACE
      A été abolie au profit « d’appartenance ethnique ». Sinon, vous êtes raciste, fasciste, nauséabond, …
      On peut néanmoins dire « black » en anglais et en banlieue.

      SERVANTE, BONNE
      Aujourd’hui c’est une « employée de maison ». Quand elle s’occupe de vieux - pardon de « personnes âgées » elle devient « auxiliaire de vie ».

      SÉQUESTRÉ
      Aucun cadre, aucun chef d’entreprise n’est séquestré, il est « retenu contre son gré ».

      VANDALE
      A laissé place à « jeunes en colère » au « paysans en colère ».
      L’ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.

      VANDALISME
      Impolitesse, injures, agressions, bris de matériel, racket sont regroupés sous le terme « incivilités ».
      On ne dira plus que ce sont des « sales gosses » mais qu’ils « manquent de civilité ».
      À noter la louable tentative de Jean-Pierre Chevènement d’introduire la bénigne expression« SAUVAGEON ». Il dû battre en retraite devant « l’Insurrection des consciences ».

      VOL
      Terme réserve aux gagne-petit et aux obscurs.
      Pour les politiques on parlera « d’enrichissement personnel ». Ce qui est condamné unanimement par les collègues contrairement à l’enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu’au parti, mérite la compréhension, ce que les juges n’ont pas encore compris.

      VOYOU
      En voie d’extinction. On ne connait que des individus « connus des services de polices », des « récidivistes », des multi-délinquants".

      Un nouveau casse-tête pour dire les choses simplement.
      À méditer !!!!!!

      Pour les anciens, il y a du recyclage dans l’air……….
      Déjà cet été, j’ai adoré les campings qui ne veulent plus qu’on les appelle campings parce que ça suscite instantanément dans l’esprit des gens l’image de Franck Dubosc en moule-boules ou de Roger et Ginette à l’apéro avec casquette Ricard et claquettes Adidas.
      Donc les professionnels de la branche demandent que l’on dise désormais « hôtellerie en plein air ».
      Ha ha, ça change tout !!!

      J’ai aussi appris que je n’étais pas petite mais « de taille modeste » et qu’un nain était une « personne à verticalité contrariée ». Si, si !
      à suivre...

    • 7 novembre à 21:23 | Behantra (#9165) répond à Jipo

      Avis aux handicapés

      Jipo vous invite tous à venir ’chez’ elle

  • 7 novembre à 13:49 | Vohitra (#7654)

    La seule activité parascolaire à 20 kilomètres seulement de la capitale dans une école publique, c’est de se gratter la tête car la majorité des écoliers ont des chevelures infestées de poux, il y en a même qui ont des tiques.

    • 7 novembre à 13:54 | Jipo (#4988) répond à Vohitra

      Pour un délestaze de poux, razer toutes têtes qui dépassent et passer le reste au gazoil , avec l’ accord de la zirama cela va de soi ...

  • 7 novembre à 13:50 | Jipo (#4988)

    suite & fin 😜

    Mais rendons à César ce qui lui appartient, l’empereur du genre reste le milieu scolaire et ses pédagos à gogo. J’étais déjà tombée de ma chaise pendant une soirée de parents quand la maîtresse a écrit sur le tableau que nos enfants allaient apprendre à manier « l’outil scripteur » au lieu de tenir un crayon.

    Je me suis habituée au fait que les rédactions sont des « productions écrites », les sorties en groupe
    des « sorties de cohésion » et les élèves en difficulté ou handicapés des « élèves à besoins éducatifs spécifiques ».

    Mais cette année, sans discussion aucune, la palme est attribuée au Conseil supérieur des programmes en France et à sa réforme du collège.
    Z’êtes prêts ?... Allons-y.
    Donc, demain l’élève n’apprendra plus à écrire mais à « maitriser le geste graphomoteur et automatiser progressivement le tracé normé des lettres ».
    Il n’y aura plus de dictée mais une « vigilance orthographique ».
    Quand un élève aura un problème on tentera une « remédiation ».
    Mais curieusement le meilleur est pour la gym … Oups pardon !!! pour l’EPS (Éducation physique et sportive).
    Attention, on s’accroche : courir c’est « créer de la vitesse », nager en piscine c’est « se déplacer dans un milieu aquatique profond standardisé et traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête », et le badminton est une « activité duelle médiée par un volant ».
    Ah ! c’est du sportif, j’avais prévenu !...
    Les précieuses ridicules de Molière, à côté, c’est de l’urine de jeune félidé (je n’ose pas dire du pipi de chat).
    Alors, les amis, ne perdons pas ce merveilleux sens du burlesque et inventons une nouvelle catégorie : la « personne en cessation d’intelligence » autrement dit, le k-on.

    Signé Martine Meunier, mère d’une élève.
    Ah non, re-pardon… Martine Meunier « génitrice d’une apprenante ».
    Ben oui, un « outil scriptutaire » c’est un stylo, un « référentiel bondissant » c’est un ballon, et un « bloc mucilagineux à effet soustractif » c’est… une gomme.
    Je pense que les « zzzzzzzélites » qui ont inventé de telles konneries n’en resteront pas là… avant d’être tous en hôpital psychiatriques… pour « remédiation de cessation d’intelligence »…

    • 7 novembre à 20:50 | Albatros (#234) répond à Jipo

      Clap !, clap !, clap !. Belle démonstration !.

      Mon Père a été très réconforté, après un accident dont il n’était pas responsable, d’apprendre par les médecins, qu’il n’était pas devenu aveugle mais qu’il était ..... non voyant !!!!.

      Vous pouvez pas savoir le bien que cela lui a fait !.

  • 7 novembre à 18:21 | momoa (#8952)

    C’est surtout le système éducatif malgache qui a besoin de révision, il ne nous convient plus, et la scolarité gratuite aurait été une meilleure idée... Quoique des jeunes malgaches pros en jeu d’échecs, ce n’est pas mal... Mais il y a plus important, le SYSTEME !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 232