Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 18h22
 

Politico-juridique

Retour « an-tsokosoko » de Marc Ravalomanana

Jean Marc Koumba et consorts peuvent être déplacés partout selon les besoins de l’enquête

jeudi 30 octobre 2014 | Valis

L’affaire du retour « an-tsokosoko » ou de manière clandestine de l’ancien président, Marc Ravalomanana, est montée en épingle par les tenants du pouvoir. La Gendarmerie nationale d’Antsirabe soupçonne une complicité de Jean Marc Koumba et des employés de l’aérodrome d’Antsirabe. Elle s’est vu confier, suite à une plainte de l’Aviation civile de Madagascar (ACM) déposée auprès du tribunal, la mission d’enquêtes sur l’ancien garde du corps de Marc Ravalomanana mais aussi concernant quatre employés de l’Aviation civile de Madagascar. Les enquêtes se poursuivent et on laisse entendre du côté de la Gendarmerie nationale qu’elles sont étendues jusqu’à Antsiranana et peut-être ailleurs sur tout le territoire national. C’est dans le cadre de ces enquêtes que la confusion s’installe sur le lieu où se trouvent aujourd’hui Jean Marc Koumba et les quatre employés de l’ACM : sont-ils à Antsiranana ou à Antananarivo car les déclarations du commandant de la Gendarmerie de la province d’Antananarivo sont ambivalentes. Jusqu’à maintenant, ces individus ne sont qu’en garde à vue mais ne sont pas présumés coupables. Aucun chef d’accusation n’a jusqu’ici été retenu contre eux. D’après cet officier supérieur de la Gendarmerie nationale, les enquêtes peuvent les conduire partout dans le pays car le tribunal a autorisé l’extension des compétences territoriales aux enquêteurs ; autrement dit, selon les besoins de l’enquête, ces individus peuvent être déplacés n’importe où, à Antananarivo ou à Antsiranana ou ailleurs dans le pays.

La ministre de la Justice affirme que Marc Ravalomanana n’est pas en détention ; il fait plutôt objet de mesures de protection de la part de l’État et il est bien traité et il n’est pas inculpé de quoi que ce soit car les enquêtes se poursuivent et rien n’est encore fixé sur la durée de cette mesure. La ministre Noëline Ramanantenasoa n’a pu s’empêcher de faire la comparaison de la situation de Marc Ravalomanana avec celle vécue en son temps par l’ancien Premier ministre, Tantely Andrianarivo qui avait été jeté en prison à Antanimora par le gouvernement Ravalomanana. La ministre est l’épouse de l’ancien gouverneur de la province de Fianarantsoa sous le gouvernement de l’ancien Premier ministre Tantely Andrianarivo.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 30 octobre 2014 à 10:46 | aost (#2921)

    On recommence à fournir des faux dossiers lorsqu’on veut tuer la bête noir. Rien de nouveau depuis le 17 Mars 2009.

    • 30 octobre 2014 à 10:47 | Eloim (#8244) répond à aost

      Je suis d’accord avec vous ! Nous y sommes maintenant.

    • 31 octobre 2014 à 03:47 | revysaditra (#8500) répond à Eloim

      Ra8 + clandestin = impossible

      “Toutes les déclarations et les arrestations sous prétexte d’un retour inopportun et par surprise ne sont qu’une mascarade visant à infantiliser les observateur” selon l’ancien ministre des Transports Olivier Rakotovazaha.
      — -
      “Tout activité sur l’espace aérien malgache est détectée par l’Asecna, et tout décollage et atterissage doit faire l’objet d’une autorisation.” aussi selon Olivier Rakotovazaha
      — -
      “Par ailleur, le bureau du Directeur général de l’Aviation civile de Madagascar et celui du ministre des Transports sont équipés de fax sur lequels toutes les demandes d’autorisation de décollage et d’atterissage sont envoyées en copie.” aussi selon l’ancien ministre des Transports
      — -
      ianao ve manameloka...
      ...dia manao fampihavanana ??? QUELLE RÉCONCILIATION ???
      1) Ra8 dia gasy... gasy ray, gasy reny
      2) Manameloka ≠ Fampihavanana
      3) Ratsiraka nanao sesin-tany tany la Frantsa... efa NIVERINA
      —  -
      NY FIVERENANAO
      —  -
      http://youtu.be/Wy5LtHkK6LY
      (Refrain) :
      Noho ny fiverenanao
      Zay efa nandradraiko hatry ny ela
      Toa adino_izao
      Ilay diam-penina nambarako fa sisa tavela
      Mbola tiako ianao
      Na mafy sy mangidy aza nilaozanao
      nefa_izao tafaray izaho sy ianao

  • 30 octobre 2014 à 11:56 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Un seul mot : pitoyable !
    Quant à la complicité d’ hery dans les malversations & trafics polymorphes ...

  • 30 octobre 2014 à 15:45 | ravel (#4625)

    PRESIDENT NY REPOBLIKA IZAO NO MANDEFA FANASANA ANAO ,
    (T@26 JUIN) DIA REHEFA MANAO IZAY HATONGAVANAO IANAO DIA MBOLA ANTSOKOSOKO IZANY, ?

    SA ILAY PRESIDENT NO PRESIDENT SANDOKA .

  • 30 octobre 2014 à 15:59 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    « D’après cet officier supérieur de la Gendarmerie nationale, les enquêtes peuvent les conduire partout dans le pays car le tribunal a autorisé l’extension des compétences territoriales aux enquêteurs ; autrement dit, selon les besoins de l’enquête, ces individus peuvent être déplacés n’importe où, à Antananarivo ou à Antsiranana ou ailleurs dans le pays. »

    - Normalement, un officier supérieur de l’armée ne doit-il pas avoir un sens stratégique ?

    Hélas,apparemment, dans l’armée Malagasy, certains officiers ditent supérieurs, au lieu d’être un conseiller stratégique de haut rang pour le Chef suprême des armées, n’officie que comme un fonctionnaire exécutant corvéable à merci !

    - Aujourd’hui ou demain, l’armée Malagasy a -t-il les moyens de défendre le territoire national ? Quelqu’un s’occupe-t-il vraiment d’un plan stratégique de défense avec la capacité d’exiger les moyens qui va avec la mission.

    - En quoi le droit de promener quelqu’un, qui plus est au frais d’un état pauvre est il une solution stratégique ?

  • 30 octobre 2014 à 16:03 | ravel (#4625)

    La libération de M. Jean-Marc KOUMBA

    LA DIASPORA MALGACHE EN FRANCE REAGIE : Monsieur FABIUS, pensez au lendemain, pensez aux Français vivant à Madagascar

    Le parvis des droits de l’homme au Trocadéro de Paris a de nouveau accueilli ce jour les cris des Malgaches venus exiger la libération immédiate du président Ravalomanana, détenu à Antsirananana depuis le 13 octobre 2014, ainsi que celle des militants et des prisonniers politiques, détenus au même titre. Un rassemblement crucial pour dénoncer au grand jour les pratiques arbitraires du régime Rajaonarimampianina, pour alerter le monde entier et sonner le réveil aux français en particuliers, sur la gravité de l’enjeu politique et l’usage dictatorial du pouvoir par Hery Rajaonarimampianina à Madagascar. A l’heure actuelle, tous les ingrédients sont réunis, à front découvert, au vu et au su de tout le monde, dévoilant les dérives totalitaires des dirigeants actuels dont :

    Internement administratif du président Ravalomanana à Antsiranana : « pratique courante dans les régimes dictatoriaux » et « procédure extra judiciaire » pratiquée sous la colonisation. Privation de ses droits constitutionnels les plus élémentaires dont : poursuite sans communication du motif, écroué sans aucune condamnation, détention illimitée….

    Violation des droits humains et des libertés publiques dont : les libertés d’expression et de manifestation, élimination des luttes politiques autour des leviers du pouvoir avec interdiction des activités politiques, contrôle à outrance des moyens d’expression et fermeture des médias, monolithisme de l’appareil étatique devenu « une chasse gardée d’avantages particuliers, de prébendes et d’emplois sur fond de clientélisme politique ».

  • 2 novembre 2014 à 23:05 | SNUTILE (#1543)

    Le sujet semble être « Comment sauvegarder l’espace aérien de Madagascar » ?
    Marc Ravalomanana est le catalyseur, « le sauveur » en quelque sorte.

    Pourquoi ?
    Parce que s’il était entré en bateau ou pirogue de quoi l’accusera t-on ? De clandestin ?
    Y a-t-il une différence en avion ou en bateau, ou en volant comme Icare avec des ailes comme un oiseaux ?

    Il est temps d’enquêter sur d’abord les responsabilités dans la tuerie avant son exil pour apaiser les familles touchées. N’est-ce pas ?

    De même cette affaire de Falcon refusé d’atterrissage à Madagascar ne tient pas la route car il était facile de les faire venir et les arrêter à l’aéroport avec les preuves en possession.

    Il est temps d’entrer dans l’ère de la vraie politique démocratique, la paperasserie, les pourparlers. De ne plus utiliser systématiquement des armes pour tuer sans légitime défense.

  • 2 novembre 2014 à 23:11 | SNUTILE (#1543)

    Paperasserie signifie que peut d’hommes ou femmes dirigeantes dans tout Madagascar ont un journal de leur activité officielle par écrit : par exemple les petits commerçants, les politiciens en général qui distribuent à tout vent des sommes inestimables, à part les étrangers genre k... ou Ch... ou autres.

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 267