Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 9 décembre 2016
Antananarivo | 16h29
 

Diplomatie

Iles éparses

Interpellation de Hery Rajaonarimampianina

samedi 26 novembre | Bill, Yvan Andriamanga

Les différentes associations et plateforme réclamant la restitution des îles éparses occupées par la France interpellent le Chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina pour qu’il défende l’intérêt de la nation dans ce domaine. Ceci notamment à l’occasion de la tenue du Sommet de la Francophonie où sera présent le Président François Hollande à partir d’aujourd’hui.

L’association Nosy Malagasy (ANM), le Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar (CRAM), le Rassemblement des refondateurs de la République Plateforme Émergence de Madagascar s’adressent ainsi au président de la République à travers une lettre ouverte. « Vous êtes désormais le seul, M. le Président Hery Rajaonarimampianina, le seul à pouvoir défendre l’intérêt supérieur de la Nation sur la question des Nosy Malagasy. La décision de porter ou non à la connaissance du président de la République française, François Hollande, la volonté du peuple Malagasy de finaliser la restitution des Nosy Malagasy, vous revient maintenant…..Demain et après-demain, vous pouvez donner suite à la requête du peuple Malagasy auprès de votre homologue SEM François Hollande lors de son passage à Madagascar pour prendre part au Sommet de la Francophonie ».

Abroger le « décret De Gaulle »

Ces entités rappellent l’historique de ce différend dont notamment la publication de textes pour annexer ces îles éparses. Aussi, ils demandent au Chef de l’Etat malgache « d’exiger de votre homologue français l’annulation sans tarder du Décret n°60-555 du 1er avril 1960 et du Décret n°78-146 du 3 février 1978. » « Vous avez le devoir devant l’Histoire », selon ces associations.

« Vous pouvez une fois les recommandations du Symposium National pour la restitution des Nosy Malagasy appliquées, remettre à l’ONU un rapport sans attendre la 72ème session de l’ONU en 2017 . Vous pouvez vous imposer et éviter une commission mixte, vous pouvez demander des dommages et intérêts aux autorités françaises pour les Association et familles des pêcheurs Malagasy, morts en mer en 2014, lors d’affrontements avec les forces maritimes françaises alors qu’ils pêchaient dans les eaux territoriales Malagasy au large de Mahajanga.

La commission mixte n’a aucune raison d’être car l’Onu a déjà tranché sur le sujet selon ces associations. « Les résolutions onusiennes 34/91 du 12 décembre 1979 et 35/123 du 11 décembre 1980 qui enjoignent la France à entamer les négociations, la convention des Nations Unies sur le droit de la mer ainsi que la demande d’extension des limites de notre plateau continental déposée par le Premier Ministre Camille Vital en date du 26 août 2011 et en vertu de l’application de l’article 76 paragraphe 8 de la Convention de Montego Bay, vous autorisent de plein droit, à vous imposer en toute légitimité. La majorité du peuple Malagasy, la majorité des entités politiques à Madagascar, les parlementaires, la majorité des sociétés civiles, toutes les associations d’envergure nationales, les syndicats, les juristes, les diplomates, les journalistes, la diaspora, qui se sont entendus sur cette interpellation, veulent croire que vous aurez à cœur de lui donner suite à l’occasion de votre rencontre avec SEM le président de la République française, François Hollande. »

Le président Rajaonarimampianina promet

En tout cas, en réponse aux questions de la presse qui rapporte toutes les revendications et appels des associations et groupements à propos des îles éparses, le président Hery Rajaonarimampianina promet qu’il va lutter et faire tout pour persuader et obtenir le retour de ces cinq îles au pays, pour que Madagascar recouvre sa souveraineté sur ces îles. Une des conditions importantes que le chef de l’Etat a évoquées est cependant un Etat fort, appuyé par tous, soutenu par le peuple ; en d’autres termes la cohésion totale de l’Etat et de la population peut changer la situation en notre faveur, fait-il remarquer. Hery Rajaonarimampianina reconnaît les difficultés auxquelles il sera confronté car ces îles recèlent des richesses en biodiversités marines et en hydrocarbures énormes ; de plus ces îles ont déjà fait l’objet de décisions officielles depuis des dizaines d’années voire près d’un demi-siècle.

62 commentaires

Vos commentaires

  • 26 novembre à 09:56 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !

    Les îles éparses , même si d’aucuns les trouvent très importantes ,
    ne sont pas la priorité des priorités vitales de ce pays .

    Il semble que beaucoup de monde s’intéresse aux infrastructures non totalement achevées et construites à la va-vite pour recevoir les Etrangers participant à cette réunion de la francophonie .
    Mais attention à l’effet de loupe des caméras !
    La grande masse de la population antananarivienne est pauvre .
    Et on leur a dit de se terrer ailleurs , loin du regard des Etrangers !

    Moi aussi , je suis déjà planqué à ma campagne . J’y suis et j’y reste !
    Mais ai-je besoin de dire que je suis francophone ? Et même de culture française ?

    • 26 novembre à 10:31 | Gérard (#5118) répond à Saint-Jo

      Eh ben ! l’espoir fait vivre mais ceux qui vivent d’espoir meurent de faim. S’il y a des babakoto qui s’illusionnent que le Président français va céder des territoires qui appartiennent à la France, ils ont vraiment un petit pois dans la tête ou alors ils n’ont rien d’autre de plus important à faire que de mendier des territoires où coulent des rivières de diamants, qui recèlent des milliards de tonnes d’or noir et autres richesses insoupçonnées car en plus ce sont de petits paradis au milieu de la mer.
      En fin de compte, l’imagination a été inventée pour alimenter un espoir vain et l’espoir est également le privilège des perdants. Il ne faut pas confondre espoir et illusion car si l’espérance fait vivre les illusions font toujours le désespoir.

    • 26 novembre à 12:54 | Rakoto (#9043) répond à Saint-Jo

      On veut les îles Eparses, on veut que notre pétrole soit exploité pour nous, on veut patati et patata.
      Cette belle île soit disant riche, on en veut tous les fruits et maintenant.
      Mais en attendant, ou sont les porteurs de projet, ou sont ceux qui ont travaillé durement, qui ont commencé des projets au moment ou Ratsiraky/Zafy/Ra8 et caetera étaient les méchants ? Certains ont travaillé et n’ont pas attendu, ils arrivent sur le marché bientôt, bravo à eux qu’ils soient malgaches ou non.

    • 27 novembre à 12:53 | jules (#2904) répond à Saint-Jo

      Les iles éparses pourquoi faire ? Vous n’etes meme pas foutu de protéger votre ile de vous meme !
      Et il aura bien un petit malin qui trouverai le moyen de les vendre pour se faire du fric !
      Pas de respect ,pas de morale ,pas d’avenir, vive l’ile morte et de plus en plus rouge.

    • 27 novembre à 22:26 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331) répond à Saint-Jo

      Les îles Malagasy appartiennent aux Malagasy, c’est aussi simple que cela. C’est normal de demander leur restitution à temps et à contre temps, y compris quand un Président « normal » passe à Madagascar. La francophonie et la France pourriont ainsi y gagner en crédibilité à long terme.

      -  L’opportunité d’organiser la francophonie à Madagascar au sortir d’une longue crise et avec le kere et la misère ambiante est-elle prioritaire ? A chaque homme de bonne volonté d’y répondre.

      Bravo au MLE Mouvement de la liberté d’Expression et aux différentes associations de la société civile de continuer à réclamer la restitution des îles Malagasy occupées injustement par la France. C’est un long combat pour les générations futures Malagasy.

      -  Mandela n’a-t-il pas aussi bravé les railleries des insensés et mené un long combat pour abolir l’injustice de l’apartheid en Afrique du Sud malgré les arguties juridiques des tenants du pouvoir raciste de son époque ?

    • 27 novembre à 23:07 | Titoy (#9616) répond à Saint-Jo

      Bonsoir LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR,
      Vous êtes très marrant, vous parlez de générations futures, pour les iles éparses, mais pour subvenir à leurs besoins sans demander des aides, ils vont faire comment.
      A priori pour vous, il plus important de revendiquer de terres que de résoudre une famine dans le sud.
      Vous devriez mettre en 2ème urgence le 4X4 pour vous pseudos députés... MDR et PDTR

    • 27 novembre à 23:48 | vatomena (#7547) répond à Saint-Jo

      @ au veilleur
      On peut dire également ! les iles éparses appartiennent aux français et cela est aussi simple que cela . Ils y sont et nous, nous n’y sommes pas depuis toujours
      à propos de Mandéla — C’est l’histoire de la plus étonnante des conversions ; Il commence sa carrière comme terroriste .Il est emprisonné ; Et quand il est libéré il est déjà devenu apotre de la réconciliation. En 1943 ,il adhère à la tendance la plus extrémiste de l’ANC . Contre l’avis du plus grand nombre il exige le recours à la violence ..Fin 1951,il participe à la fondation de l’Umk Honto We Sizwe, une structure militaire et terroriste de l’ANC ,avec le communiste Sizulu et le juif blanc Slovo .Au prétexte de combattre la violence des blancs l’Umk homto We Sizwe ne recule devant aucun acte de barbarie .Entre 1983 et 1993 ,des dizaines de bombes firent des dizaines de morts et des centaines de blessés.Sous la direction de Winnie Mandela ,des centaines de noirs furent assassinés notamment par le supplice du pneu enflammé pour faits de collaboration avec les blancs ou pour appartenir à des organisations ou ethnies rivales .Enfin on ne compte plus les massacres ,les tortures et les exécutions qui se passèrent dans les camps militaires de l’ANC entre 1977 et 1989.
      Le chant de guerre du Mkonto We Sizwe était : We ,members of MK ,we have pledged ourselves to kill them the ama Bhutu ( les blancs) . Kill the farmers ,kill the Boers (tuez les fermiers ,tuez les blancs )- Mandela chantait cet appel au meurtre avec les autres .

  • 26 novembre à 10:59 | manga (#6995)

    Très instructif comme propos ; toutefois, on peut perdre son temps ou bien ses illusions, tant qu’on garde espoir, il n’y a de quoi s’affoler, et même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ; et quoi que vous disiez, c’est une raison de vivre.
    Et comme disait Shakespeare, la moelle la plus exquise se trouve dans l’os le plus dur, et même en pleine angoisse, il ne faut pas le perdre.
    Gérard,
    Reconnaissez que ces îles ne se situent pas dans les eaux territoriales françaises et qu’aucun français n’y habite.
    Contrairement a Mayotte, ces îles n’ont jamais demandé à être ni sous protectorat, du moins un département français. Les îles Kerguelen vous suffisent largement.
    Sinon ne vous mêlez pas de ce que font les russes en Ukraine qu’en Syrie, je ne vois pas exactement la différence.

    • 26 novembre à 12:24 | Maditch (#9298) répond à manga

      Les français reconnaissent volontiers que les îles éparses ne sont pas dans leurs eaux territoriales (12 miles des côtes) et qu’aucun français n’y habite (du moins de manière permanente). Ils observent également que ces îles, qui ne comptent pas non plus d’habitants malgaches, ne sont pas davantage à 12 miles des côtes malgaches et donc dans leurs eaux territoriales. Les français soulignent également que la situation géographique d’un territoire au regard des eaux territoriales et du fameux droit international ne conditionne en rien la souveraineté dudit territoire (pour rappel : une résolution de l’assemblée générale de l’ONU n’est pas un « acte de droit » selon la définition même qu’en donne la charte de l’ONU, c’est à dire de nature à avoir des effets contraignants).

      Ces îles n’ont jamais demandé à être sous protectorat français ? ... si seulement les cailloux ou les tortues pouvaient parler....

  • 26 novembre à 11:15 | atavisme premium (#9437)

    « pour que Madagascar recouvre sa souveraineté sur ces îles »
    Ces iles n’ont jamais été Malagasy ,c’est un mensonge de le prétendre !
    Elles ont été rattachées administrativement par la France à l’époque coloniale à l’ensemble Madagascar ,comores et c’est tout.
    Rappellons que la France se permettait cela ,grace a sa puissance militaire et notamment a sa marine de guerre très puissante .
    Les rois Mérina, quand ils étendaient leurs territoires,ne le faisait pas en faisant brandir des pancartes par des pécores qui braillent des incohérences !
    Donc il reste encore cette possibilité à Madagascar de construire et équiper une marine de guerre pour récupérer ces ilots !
    Ceci dit ,bien entendu chacun peut réclamer ce qu’il veux !
    Les Français réclament eux le retour de la Louisiane (les deux tiers des états unis )sous le drapeau national ,car celle-ci était Française avant sa cessions par Napoléon 1er !
    A chacun son combat !

  • 26 novembre à 11:49 | DanBe (#2256)

    Si la situation du Pays n’était pas aussi dramatique, tout cela serait d’un très grand comique…

    Quelques extraits de cet écrit bouffon :
    « Les différentes associations et plateforme réclamant la restitution des îles éparses occupées par la France »
    « (que le président) défende l’intérêt de la nation dans ce domaine »
    « (le Président est) le seul à pouvoir défendre l’intérêt supérieur de la Nation sur la question des Nosy Malagasy »
    « (Au president) vous pouvez donner suite à la requête du peuple Malagasy… Vous avez le devoir devant l’Histoire »

    Que de grands mots… Pour quoi ? Pour qui ?
    La France occupante, l’intérêt supérieur de la Nation, la requête du peuple Malagasy, le devoir devant l’histoire…

    Une clownerie de plus… Pendant ce temps, le sud crève de faim, les quelques riches s’enrichissement de plus en plus, la classe moyenne disparait, les entreprises moyennes meurent, la corruption est à son comble, nos députés veulent des grosses voitures… Et tout ça, c’est bien sur pour l’intérêt supérieur de la nation et la volonté du peuple malagasy !

    • 26 novembre à 12:36 | RAMBO (#7290) répond à DanBe

      Ces mêmes différentes associations et plateformes qui demandent la restitution des îles éparses par la France...font souvent partie des détracteurs qui demandent la déstitution du pouvoir actuel.

      Donc après le kere du Sud ils sont encore entrain de dresser une barre plus haute à franchir pour notre Président...Certes le Président est là pour trouver des solutions à tous ces problèmes mais si d’un côté ils ( ces mêmes associations) l’invitent sans arrêt à « partir » et de l’autre ils lui demandent de réaliser une mission (faire revenir les îles éparses à Madagascar) que ni Tsiranana, ni Ratsiraka, ni Zafy ni Ravalo ni Rajoelina n’ont pu rien faire..nous sentons un piège dans cette manifestation...ou alors cela voudrait dire aussi qu’ils voient en Dadajao le seul capable de faire l’impossible pour Madagascar...
      Qu’est-ce qu’il a dit notre cher Président à ce propos ? :« ... à propos des îles éparses, le président Hery Rajaonarimampianina promet qu’il va lutter et faire tout pour persuader et obtenir le retour de ces cinq îles au pays, pour que Madagascar recouvre sa souveraineté sur ces îles. Une des conditions importantes que le chef de l’Etat a évoquées est cependant un Etat fort, appuyé par tous, soutenu par le peuple ; en d’autres termes la cohésion totale de l’Etat et de la population peut changer la situation en notre faveur, fait-il remarquer... »
      Alors il faut non seulement un Etat fort mais une « NATION SOUDEE » pour gagner cette bataille contre la 5 ème puissance mondiale. Atody miady amam-bato isika kanefa Andriamanitra mahay ny zava-drehetra ! Matokia io Filoha io fa vitany io raha miray fo sy saina aminy isika Malagasy.

      Espérons qu’Hollande va nous faire un beau cadeau de Noël ( Cinq îles paradisiaques) avant de quitter le pouvoir au mois de mai prochain !

    • 26 novembre à 17:01 | Maditch (#9298) répond à DanBe

      @ RAMBO

      Le problème avec les républiques non bananières, c’est que le monarque républicain doit réellement composer avec son parlement.

      La constitution française (article 53) conditionnant toute « cession, échange ou adjonction de territoire » à l’adoption d’une loi, j’ai bien peur que votre bienfaiteur supposé n’ait pas totale liberté pour déposer le cadeau au pied du sapin

    • 27 novembre à 00:27 | Sorobila (#9239) répond à DanBe

      Derrière ces « différentes associations et plateforme qui revendiquent la restitution de ces (fameuses) iles éparses », je vois des politiciens et individus se revendiquant « souverainistes » en mal de populisme, qui se prétendent ètre représentant le peuple malagasy alors qu’ils ne représentent qu’eux mème et n’agissent que pour leur intérèt personnel.!
      On ne s’estime pas « indépendant et souverain » quant on n’est pas foutu d’organiser et d’assumer financièrement une élection présidentielle (décembre 2013) dont l’impression des bulletins uniques ont été pris en charge par l’Afrique du sud.
      On ne s’estime pas « souverain » quand une partie de la population est décimée par le « kere » et que ce sont des ONG et organismes étrangers qui financent la lutte contre cette famine.!
      On ne s’estime pas « souverain » quand la population urbaine est agressée et assassinée, à domicile, par des « jiolahy » armés pour la dépouiller de ses biens durement acquis... quand ce ne sont pas les « dahalo » qui font la loi et pillent les villageois (Betroka, Beroroha..etc..!
      Moralité : < l’espoir fait vivre....l’imbécile > et < les promesses n’engagent que celui qui les tiennent >

  • 26 novembre à 12:10 | Paulo Il leone (#6618)

    MDR ! Je cite : .... la volonté du peuple Malagasy de finaliser la restitution des Nosy Malagasy, vous revient maintenant…..Demain et après-demain, vous pouvez donner suite à la requête du peuple Malagasy auprès de...« C’est qui au juste ce »peuple Malagasy " ? Le peuple Malagasy que je connais s’en fout royalement des îles éparses... il veut seulement manger à sa faim et pouvoir vivre dignement !

    Je redis à la plaleforme des caïmans : commencez déjà par développer ce que la nature (ou Dieu) vous a donné au lieu de systématiquement piller et détruire à vitesse grand V tout ce que vosu touchez ! Après on pourra parler de « restitution » des îles éparses. Si toutefois le terme « restitution » s’applique en la matière, ce qui est plus que douteux. Dans l’absolu, n’importe quel pays africain de la zone peut également revendiquer la souveraineté sur ces îles ....

    • 26 novembre à 13:56 | Isambilo (#4541) répond à Paulo Il leone

      Ceci n’empêche pas cela.
      Dans le peuple malgache il y a des individus et des groupes d’individus qui réclament ce qu’ils estiment leur droit. Ils ont raison.
      Ce n’est pas parce qu’une partie du peuple crève de faim faute de vouloir migrer là où il y a de l’eau et de la terre arable au moindre frais que tout le monde doit se la fermer.
      Je me fous totalement de ces îles mais je reconnais aux autres le droit de s’en préoccuper.
      Quant à l’autre défenseur des anciens colons, qu’il se rappelle que l’Algérie était constituée de départements français. Et on connait la suite.
      Mayotte est un département français et la France a intérêt à s’en débarrasser au plus vite.

    • 26 novembre à 16:53 | Paulo Il leone (#6618) répond à Paulo Il leone

      @isambilo
      à vrai dire, cher Monsieur, tous ces délires, divagations et autres gesticulations autour des richesses présumées des îles éparses et de leur répercussion sur le développement économique de votre « nouvel eden » de l’OI me laissent un peu perpendiculaire au sol, si j’ose dire, ou si vous préférez... j’en tombe debout !

      PS : Pas trop le blues au vu de la veste magistrale annoncée de la gôche à la présidentielle ?

      Bon ouikènde camarade !

  • 26 novembre à 12:13 | manga (#6995)

    Atavisme,
    Deux sujets qui ne sont pas du tout dans le même contexte.
    La France demandant aux américains de restituer un état américain, peuplé par des américains à part enière !!!
    Avant tout, Il leur faut déjà acquérir la nationalité française et établir une nouvelle constitution évoquant l’appartenance de la Louisanne à la france.
    Allez demander à Donald TRUMP tant qu’il est encore là : et c’est encore mieux vers TRUMP TOWER . Mais j’ai bien peur que la réponse est celle de rayer la France de la carte.
    je donne tort aux français d’avoir giflé leur ancien président. Il n’y a que lui qui peut s’aventurer à de telles idioties, comme il l’avait fait en Lybie, du moins avec le président M. EL KHADAFI .

    • 26 novembre à 16:43 | atavisme premium (#9437) répond à manga

      Sans doute, mais ce sujet sur la Louisianne, n’était là que pour démontrer par l’absurde ,ce qui est possible ou pas !!!
      Quand à donner du Monsieur à cet ordure de Kadafi ,merci je ne participe pas !
      Et qui est Sarkozy ?

  • 26 novembre à 13:08 | kartell (#8302)

    Bonjour,

    L’ occasion offerte sur un plateau par ce président français, le moins populaire de toute la longue cinquième république, donne à un petit groupuscule d’indépendantistes survoltés l’opportunité de revendiquer, haut et fort, la propriété contestée d’un chapelet d’îlots conservés par le giron français …avant que Madagasikara soit constituée en république …
    Chacun pourra mesurer combien les urgences des uns sont en complet décalage avec celles du plus grand nombre mais qu’importe, pourvu qu’on puisse faire le buz dans les médias en plein milieu de ce sommet qui devient, dès lors, un petit moment difficile à passer pour le pouvoir malagasy, spécialiste de la poussière sous le tapis, et un chef d’état français, principal marionnettiste d’une francophonie qui s’émiette et s’étiole au fur et à mesure que les contentieux ressurgissent…
    Nous sommes en train d’assister à un petit mélodrame aux accents diplomatiques entre un président désirant montrer à son « homologue » son intention de relayer les exigences d’un petit groupe de populistes malagasy et de l’autre, un président en perte d’audience nationale, venu chercher au sein de ce sommet un certain réconfort et solidarité auprès de l’assistance africaine de ce sommet …
    Inutile d’imaginer que le moment choisi ne sera pas le meilleur pour porter à l’ordre du jour bilatéral, un sujet que ni l’un , ni l’autre ne souhaite, pour des raisons de politique intérieure respective, évoquer en profondeur …
    D’autant que l’ambassadrice a du se voir confirmer que la venue de Hollande ne sera pas polluée par ce sujet de discorde potentielle…
    Le choix d’Hery a été clair, préférant la venue de Hollande en imaginant que son intérêt était dans celui-là, plutôt, que de céder à une demande des nationalistes au risque de ternir un sommet qui laissera derrière lui, de belles promesses, en attentes, néanmoins de concrétisations…
    De toute évidence, cette revendication prendra de plus en plus d’ampleur si le pays ne s’engage pas sur un renouveau économique et une stabilité politique et sociale, autant dire que nous n’avons pas fini d’entendre parler de ce sujet…
    Mais, il est clair qu’avec une droite traditionnelle au pouvoir telle que la représente, Fillon, les possibilités de négocier seront nulles et qu’aujourd’hui, à la veille des présidentielles françaises, Hollande ne bougera par le petit doigt pour enclencher quoi que ce soit !…
    L’ impasse reste totale et la France avec son droit de veto imposeront à cette revendication malagasy une durée de vie longue qui ne mérite pas la place, ni l’urgence que certains voudraient imposer à une actualité du quotidien bien plus prioritaire mais visiblement pas pour tout le monde !...

    • 26 novembre à 15:56 | vatomena (#7547) répond à kartell

      Il y a Tsimiroro ,il y a Bemolango .Apres des milliards venus de l’étranger ,des années de sondage et d’études ,Bemolango ne peut offrir à l’heure actuelle de l’huile lourde que pour 80 jours de consommation chez Jirama .Mais le cœur du nationaliste malgache pur toaky sait par divination que le loyal pétrole malgache est allé se cacher dans le sous sol marin de Juan de Nova..Les grands ancêtres n’ont pu rien empecher . Ils ignoraient les iles éparses .
      Iles éparses inconnues de nos ancêtres ,hors de portée de nos rois belliqueux mais figurant depuis des siècles sur les cartes marines dressés par les européens défricheurs des mers
      C’est par un acte administratif de commodité que l’administration coloniale avait rattaché les iles éparses à la Colonie de Madagascar. A l’Indépendance venue ,la France a repris son bien.
      Une résolution de l’ONU n’est en rien une décision .Au moment de cette résolution ,Personne ne pouvait imaginer dans quel foutoir Madagascar allait tomber ;Un pays où les gouvernants ne sauraient jamais gouverner .
      Madagascar est devenu le pays fantome de l’océan indien . On brule les forets ;on envase les rizières ,on vole les zébus et on regarde Juan de Nova comme une arche de Noe pour le secours de tous les malgache !!!

    • 26 novembre à 22:20 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ vatomena

      Madagasikara a toujours vécu dans l’illusion d’une opulence palpable mais toujours celle de demain tandis que les tenanciers du pouvoir s’enrichissaient sur le dos des pauvres et des aboyeurs sélectifs…
      Comment voulez-vous qu’il en soit autrement, aujourd’hui ?
      Nos voisins et la planète se transforment et nous, nous restons avec nos mêmes habitudes en cultivant et en faisant fructifier nos défauts et nos dérives en devenant notre fonds de commerce !
      Faire diversion a toujours fait partie de la panoplie des profiteurs, laisser s’exprimer la frustration sur le bouc-émissaire pour profiter de la quiétude dans leurs affaires !
      Donner aussi, un os à ronger à un petit nombre d’excités qu’il est préférable de voir aboyer sur un gibier dont la capture relèverait de l’exploit plutôt que de les voir s’intéresser aux affaires courantes dont l’opacité n’est plus à dénoncer !..…
      Un million de malagasy sont en pleine détresse alimentaire et un groupuscule déconnecté tente de faire d’une illusion, un objectif prioritaire de l’état !…
      Le pays n’a plus la mesure des choses, des urgences, des futilités, des manquements, de l’assistance à autrui entrainant en cela une société qui emboite le pas en essayant de l’aggraver ( 45 morts en deux mois dans les vindictes populaires !)…
      Le pays perd son âme et ses repères, il serait temps qu’il réagisse car ce n’est pas un sommet, fusse-t-il, celui de la francophonie avec sa quarantaine de chefs d’états dont certains sont infréquentables qui fera jaillir le pays hors de cette spirale infernale….
      A vouloir tout et son contraire, l’image du pays ne se fera pas avec des congressistes francophones d’un jour mais avec ceux qui, toute l’année, ont le courage d’affronter un quotidien malagasy qui se détériore chaque jour !…
      L’inversion de la courbe demandera un certain nombre d’efforts et c’est pas gagné en dehors des bonnes intentions et du baratin officiel !...

  • 26 novembre à 14:42 | Albatros (#234)

    l’ANM devrait aussi réclamer les Iles Kerguelen !.

    • 27 novembre à 09:03 | Yet another Rabe (#4812) répond à Albatros

      @kartell

      Bonjour, n’ est ce pas vous un jour qui avait écrit que le malgache préfère le kabary à l’ angady ?

      Le malgache préfère cultiver des illusions au lieu de cultiver des choses utiles, du riz ..., développer l’agriculture, se cultiver, s’instruire. Alors au lieu de cultiver, on préfère la cueillette, la chasse et la pêche dans toutes les couches de la société.

      Je l’ ai déjà dit, le 4mis va cueillir sa pitance dans les poubelles, le dahalo et les brigands font la chasse aux honnêtes gens, le dahalo en col blanc ( députés, sénateurs, douaniers, policiers ....) chacun à leur niveau chasse les mallettes ou masse votre portefeuille, l’élite politique et les gens du pouvoir vont quémander des euros ou pêcher des dollars auprès des diverses instances financières internationales et pays riches.

      Finalement, qui bosse vraiment dans ce pays, c’est le paysan dans sa campagne qui essaye de survivre menacé par l’insécurité et par le kere, le petit travailleur, l’ artisan qui essaie de gagner sa vie malgré les délestage et autres désagréments, ....? Ce pays est riche en quémandeurs et illusionnistes, pauvre en travailleurs et acteurs.

      Cordialement.
      YaR

    • 27 novembre à 12:49 | Yet another Rabe (#4812) répond à Albatros

      @Kartell,

      Pour être exhaustif à ma question qui bosse vraiment, j’ ai oublié le chinois, le karana, le vazaha qui par leurs travaux, leurs activités et investissements dans un pays à très fort risque permettent à ce pays d’ avoir un semblant d’ économie. Mais bon ce ne sont que des sales étrangers profiteurs pour certains esprits chagrins bien malgaches ceux là.

      @Vatomena, le meilleur colonisateur des malgaches est lui même car il arrive à faire croire et s’auto suggérer que plus de 5 décennies d’indépendance tout est de la faute aux français et le conolisé l’est et le reste dans son esprit.

      Cordialement
      YaR

    • 27 novembre à 13:28 | kartell (#8302) répond à Albatros

      @Yet another Rabe

      Merci d’avoir étayé ce sujet délicat qui est le coeur, même, du cas malagasy, valétudinaire pour lequel on cherche en vain le médecin compétent mais aussi ses médicaments efficaces malheureusement, la recherche demeure infructueuse et la maladie continue de s’aggraver !…
      Oui , à un certain échelon de notre société, dés que l’on atteint la fonction de responsable ou de chef, le paraitre a pris le dessus sur l’effort, le travail et on mérite son salaire grâce à position occupée et non plus par le travail fourni, effectivement….
      Le sommet de la pyramide sociale est sclérosé par cette absence de productivité au détriment des humbles qui doivent fournir une partie de ce qui n’est pas effectuée par cette nomenklatura devenue en partie oisive et parvenue…
      Aujourd’hui, nous assistons à une dérive de cette situation en observant que ce phénomène gagne des couches plus modestes de notre société d’où cette insécurité galopante et cette corruption presque généralisée….
      Et finalement, seuls, ceux qui ont un vrai contact avec la réalité ( paysans et artisans) continuent de bosser mais sont devenus les nouveaux parias d’une société où l’argent facile est devenu un objectif prioritaire et la seule possibilité de vivre décemment….
      Mais, nous sommes allés si loin dans ce processus de dégradation qu’on peut se demander qui pourrait siffler la fin de la partie en dehors des roucoulades officielles qui ont perdu toute valeur civique auprès de la société désabusée ….
      Voilà, le constat est celui de la réalité du quotidien contrairement aux envolées lyriques que ne manquera pas de faire le pouvoir en assurant du contraire voir d’un mieux, dés demain, sauf que nous ne voyons rien venir tandis que nos envouteurs politiques ratent, à chaque occasion, leur tour de magie !….

    • 27 novembre à 13:31 | Yet another Rabe (#4812) répond à Albatros

      Errata :
      Vous l’auriez rectifié de vous même :
      Colonisé au lieu de conolisé.

  • 26 novembre à 15:16 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Les mêmes qui ont revendiqué l’ indépendance, le journaleux a bien pris la précaution de prendre la photo / derrière et donc de dos ...
    Et si l’ on mettait ces grandes gueules à contribution pour commencer à developper le Pays, il n’ y a donc pas assez à faire ???

  • 26 novembre à 16:33 | ETHAN (#9769)

    Hello,
    Quand je lis les publications de chacun et leurs commentaires ici concernant cette revendication des Iles Eparses par Certains.
    Les 2 mots que j’ai relevés ce sont : Colonisation et Zone Territoriale ou Territoire.
    Je me suis alors permis de copier cette définition (partielle) de ce qu’est d’abord la Colonisation dans sa forme qui était AUSSI socio-économique et même religieuse.

    (1) %% % La COLONISATION est un processus d’expansion territoriale et/ou démographique qui se caractérise par des flux migratoires se déroulant sous la forme d’une migration, d’une occupation plus ou moins rapide voire d’une invasion brutale d’un territoire. Dans ses formes les plus extrêmes, la colonisation peut s’accompagner d’une marginalisation, d’une réduction - et dans les cas les plus féroces- de massacres ou de génocide des populations autochtones.
    La colonisation peut avoir pour but l’exploitation d’avantages réels ou supposés (matière première, main-d’œuvre, position stratégique, espace vital, etc.) d’un territoire au profit de sa métropole à travers l’État qui taxe soit ses colons, soit les sociétés exploitant les ressources minières ou autres.
    Les arguments avancés par les colonisateurs pour motiver la colonisation sont souvent le « développement de la civilisation » ou la « mission civilisatrice ». Ceci conduit à la création d’infrastructures, qui restent en place après la fin de la colonisation, l’exploitation d’un espace géographique, la mise sous tutelle et suivant le cas la domination économique, politique, culturelle, voire religieuse. La colonisation sert alors indirectement des intérêts, étatiques ou privés, mercantiles et peu portés sur les valeurs %%%

    (2) %%% Quand on parle de ZONE TERRITORIALE à notre époque, cela relève aussi d’une définition que tous les Etats du monde doivent concéder à la reconnaitre de par leur situation Géographie Physique que d’ordre Economique. Cette définition est d’autant plus claire et facile à consulter à l’heure de la documentation numérique%%.

    ### A partir de ces 2 principaux mots qui caractérisent les différends possibles entre Madagasikara et la France concernant les Iles Eparses, je pose cette simple question.
    Nous sommes en 2016 et sans apriori par définition :
    = => Quel regard objectif portent les personnes de bon discernement sur le fait que la France revendique sa propriété des Iles Eparses à partir de ces 2 définitions ??

    ### Comme je l’avais publié dans l’Edition Ndimby à côté (sur la francophonie), que le premier endroit pour acquérir toute valeur morale, affective et intellectuelle est au sein de la Famille.
    Comme toute Famille (même dans les pays avancés) n’a pas toujours les moyens d’assumer cela pour des raisons valables ou non. Donc toute possibilité d’apprentissage de langues (lire et écrire) en premier lieu le Malagasy, est primordial pour que les Jeunes et les Enfants puissent découvrir et parfaire d’autres connaissances et combler si possible, ce qui leur manque comme équilibre pour mieux grandir dans l’Education et dans l’Enseignement en général.
    Ceci est d’autant plus important car les 11 millions de malagasy qui ont moins de 20 ans en 2015, représentent l’Avenir, j’espère incontestable pour ce beau Pays qu’est Madagasikara.
    = => La réussite de la Francophonie devrait donc y contribuer de façon élaborée si possible. A moins que ceci est aussi secondaire voire sans importance surtout pour ceux qui adorent les 4x4 dans leur costume aussi spécial qu’eux-mêmes.

    ### Autrement et quand on constate tous ces Réfugiés dont ils ne sont pas tous des Faux j’imagine bien et qui se déplacent à grande échelle dans le monde, ne peut-on penser qu’ils sont aussi victimes de Conflits et d’Instabilités dont ils ne sont pas vraiment responsables ??
    Ces pauvres gens qui sont aussi obligés de quitter leur Pays et leur Territoire, essayent de s’installer là où ils sont parfois accueillis par leur ex-colonisateur ! ! !

    J’espère de tout cœur que tous ces Nouveaux, Futurs et actuels Présidents du G8 réfléchissent sagement de bien vouloir arrêter ces Guerres souvent inutiles.
    Je suis convaincu qu’ils en ont les moyens pour changer positivement le chemin de cette géopolitique destructrice des Pays Pauvres.
    La Guerre contre les Guerres existe, mais c’est cette Volonté de l’Intelligence Collective qui est absente à la place de la Cupidité qui accapare d’autres Territoires, qui à mon sens n’est qu’une autre forme de COLONISATION.
    Je préfère avoir tort de le dire.

    • 26 novembre à 17:08 | vatomena (#7547) répond à ETHAN

      La France fut une curieuse puissance coloniale .Elle a ingurgité d’immenses espaces sans pouvoir y installer les siens en grand nombre . Exemple ; au plus fort de la Colonisation les français n’étaient pas plus de trois mille en Cote d’Ivoire ; Les français de Madagascar aujourd’hui se comptent à 20 000 environ et la moitié d’entre eux seraient d’origine malgache ...Alors que pas moins de 200 000 malgaches vivotent en France .
      Souvenez vous avec quelle légèreté la France s’est débarrassé de son premier empire colonial . Elle a cédé le Canada aux Anglais ,elle a vendu la Louisiane aux USA ,Elle a abandonné ceux qui guerroyaient aux Indes contre les anglais .
      Durant les guerres d’indépendance en Indochine ,en Algérie et meme à Madagascar ,le courant anti colonialiste a toujours été tres fort dans les syndicats français . Il est allé jusqu’à la trahison .Le FLN algérien avait des supports en France .Le réseau Janson collectait de l’argent pour le FlN et se faisait porteur de valises . Les blessés rapatriés d’Indochine se faisaient gifler et insulter par les dockers ou les cheminots de Marseille.
      Et si Mayotte est devenu département français c’est sans l’aval du peuple français qui n’a pas été consulté par un vote . Lui ,il aurait dit :Non
      Ce peuple français devrait savoir que dans les iles éparses aucune population indigène est soumise au pillage de quelques colons

  • 26 novembre à 18:54 | betoko (#413)

    Vous êtes nombreux à dire que ces îles n’appartiennent pas à Madagascar mais à la France c’est votre droit le plus absolu , mais vous manquez d’argument sur le droit international . Nombreux sont les français et malgaches spécialistes du droit international et sur le droit de la mer qui disent que ces îles appartiennent à Madagascar , pour ne citer que James Ratsima , Rabaona , Mme Arlette Ramaroson ancienne magistrate à La Haye , et aussi Monsieur André Oraison , Je sais je l’avais déjà écrit ici même . Trouvez vous logique que pendant des années La France revendique l’île Tromelin et que maintenant elle accepte le cogestion avec l’île Maurice ?
    Attendons la suite si les spécialistes malgaches déposent plainte au tribunal de La Haye , en tout cas c’est que souhaite ou ferait Mme Arlette Ramaroson si l’état malgache ne bouge pas

    • 26 novembre à 19:43 | vatomena (#7547) répond à betoko

      Les nationalistes malgaches maudissent le souvenir meme de la Colonisation .Il en est de meme pour les français d’aujourd’hui .Pour eux ,la Colonisation ce fut essentiellement perte de temps ,perte d’argent ,perte d’énergie . Et avec une dernière conséquence redoutable :Comme des parasy ny omby ,les deshérités de l’indépendance ont une seule ambition :faire leur vie dans l’ancienne métropole .

    • 26 novembre à 19:51 | Maditch (#9298) répond à betoko

      C’est marrant la rhétorique betokone. Toujours affirmer que l’autre manque d’arguments en dépit de ses multiples réponses précises et étayées.

      Dans le monde Betoko, seule Arlette détient la vérité.

      Mon p’tit betokoko, la vérité est bien plus moche.

      Dans le monde réel, Arlette est juste une poufiasse qui vends des chimères pour pouvoir entrer au gouvernement et détourner son quota de vola.

      Pour les arguments. Je te fais une compil’ mon lapin.

    • 26 novembre à 19:55 | Maditch (#9298) répond à betoko

      Trouvez vous logique que pendant des années La France revendique l’île Tromelin et que maintenant elle accepte le cogestion avec l’île Maurice ?

      Ben oui Betoko.

      Déjà, la « co-gestion » c’est quoi ?

      Concrètement, un accord conventionnel par lequel un état disposant de la souveraineté sur un territoire (ici la France sur les îles éparses) délègue sous condition sur ce territoire certaines de ses compétences à un autre état (où les exerce de manière partagée avec lui dans le cadre notamment d’organes collégiaux ad hoc plus ou moins paritaires).

      Si, on reprend l’accord de co-gestion entre la France et Maurice sur l’île Tromelin, les compétences en question sont l’économie, la recherche scientifique et l’environnement.

      Autant dire tout le spectre des activités possibles pour un confetti perdu au milieu de l’océan (exception faite de ce qui touche à la surveillance et au contrôle militaire, que la France s’est bien entendu réservé).

      Pourquoi, la France consent-elle la co-gestion à Maurice ? Pour le savoir, il suffit de lire le rapport parlementaire n° 830 du 20 mars 2013. Extraits choisis et traduction :

      Paragraphe I-B du rapport

      « Le principal enjeu concret lié à la souveraineté sur Tromelin tient donc aux eaux qui l’entourent et à leurs ressources halieutiques »

      « Dans les faits, seuls quelques palangriers réunionnais de 24 mètres y pêchent parfois à l’occasion d’un transit vers le canal du Mozambique, les distances à couvrir étant dissuasives pour la majeure partie de la flottille réunionnaise. Les thoniers senneurs français, quant à eux, ne fréquentent guère ce secteur qui est réputé pour la présence de thon germon, apparemment considéré comme insuffisamment rémunérateur. Pour 2010 comme pour 2011, les TAAF n’ont enregistré aucune demande de licence pour Tromelin qui est gratuite. Aucune licence n’est délivrée non plus à des armements étrangers. ».

      TRADUCTION : Le seul intérêt du coin c’est la pêche et les pêcheurs français s’en foutent ? Donc, qu’est ce qu’on en a à branler ?!

      Paragraphe I-C du rapport

      "C. DES RELATIONS PAR AILLEURS EXCELLENTES AVEC MAURICE ...
      1. Un pays généralement considéré comme un modèle de démocratie et de développement en Afrique ...
      2. Des relations politiques, économiques et culturelles prometteuses"

      TRADUCTION : ces gens là sont sérieux et fiables, limite plus que nous, et ce serait tout benef’ si on les faisait bosser à notre place avec leur pognon.

      Paragraphe II-A du rapport

      "La France n’a jamais souhaité ni ne souhaite encore transiger sur sa souveraineté sur Tromelin. Du point de vue de notre pays, des concessions sur ce point sont d’autant moins envisageables qu’elles pourraient avoir un impact sur les autres différends relatifs à des possessions françaises d’outre-mer, en particulier celui avec Madagascar à propos des îles Éparses situées dans le canal du Mozambique. De même, la France a exclu de s’engager dans une procédure faisant intervenir un tiers (médiation ou procédure arbitrale ou juridictionnelle).

      C’est pour cela qu’a été recherché un accord bilatéral et laissant de côté la question de la souveraineté."

      TRADUCTION : Rappelons tout de même clairement aux couillons qui est le patron.

      Paragraphe II-C du rapport

      « L’accord cadre a été conclu pour cinq ans, avec possibilité de reconduction tacite (article 13). Il est prévu qu’il entre en vigueur le premier jour du deuxième mois suivant la date de la dernière des notifications par les parties de l’accomplissement de leurs procédures internes de ratification ».

      TRADUCTION : si ce coin paumé devenait stratégique pour la France, on aurait toujours la possibilité de virer ces couillons de mauriciens comme des malpropres.

      Plus de 20 ans de négociation pour ça !

    • 26 novembre à 20:29 | Maditch (#9298) répond à betoko

      Attendons la suite si les spécialistes malgaches déposent plainte au tribunal de La Haye , en tout cas c’est que souhaite ou ferait Mme Arlette Ramaroson si l’état malgache ne bouge pas ?

      # 23 septembre à 17:16 | Maditch (#9298) répond à betoko ^
      Bien entendu Betoko, vous ne dites jamais d’âneries.

      Juste des Betokonneries.

      La brave Arlette, voilà peu, profitait de la crédulité des journalistes malgaches en laissant entendre que le « mouvement » qu’elle entend incarner saisirait l’assemblée générale de l’ONU.

      Communiqué de l’ANM du 17 septembre 2016 :
      « [...] Le projet de résolution issu de la résolution nationale prise par les participants au forum durant le Symposium national pour la restitution des îles malgaches a été adressé à l’Assemblée générale des Nations Unies pour être discuté et voté lors de la 71ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies [...] » (Au passage, le bureau de l’assemblée générale de l’ONU proposait d’enlever les îles éparses de l’ordre du jour dès le 14 septembre - http://www.un.org/en/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/71/250 - point 71)

      Maintenant qu’Arlette a « découvert » que seuls les ex magistrates et associations bananières locales ne pouvaient mettre des questions à l’ordre du jour de l’assemblée générale de l’ONU (http://www.un.org/fr/ga/about/ropga/ropga_agenda.shtml : le lien vers le règlement intérieur de l’assemblée générale de l’ONU qui t’expliquera tout ça. C’est cadeau Arlette), il ne lui reste plus qu’à « découvrir » que :

      -  des personnes physiques ou morales (qui doivent au surplus être patronnées par leur Etat) ne peuvent saisir une juridiction internationale compétente en matière d’application de la convention de Montego Bay qu’à propos des « plans de travail » et « contrats » relatifs à l’exploration ou l’exploitation en haute mer conclus avec l’Autorité Internationale des fonds marins (c’est-à-dire hors des limites des eaux nationales, que ce soit les mers territoriales, le plateau continental ou le plateau continental étendu). Aïe, rien ne concerne les île éparses.

      -  qu’accessoirement lesdites juridictions ont interdiction de traiter les questions de souveraineté et même, sans l’accord des états concernés, les questions relatifs aux délimitations de zones maritimes (notamment ZEE) ou aux titres historiques

      Des preuves me direz-vous, pour ne pas changer la ritournelle Betokokone ? …. Suivre le lien :

      http://www.un.org/depts/los/convention_agreements/texts/unclos/unclos_f.pdf

    • 26 novembre à 20:31 | Maditch (#9298) répond à betoko

      # 23 septembre à 17:17 | Maditch (#9298) répond à betoko ^
      Comme c’est un peu indigeste, je le concède, une petite explication de texte.

      SUR L’INTERDICTION DE STATUER CONCERNANT LES QUESTIONS DE DELIMITATIONS DE ZONES (notamment ZEE) ET DE SOUVERAINETE

      Art. 298
      « 1. Lorsqu’il signe ou ratifie la Convention ou y adhère, ou à n’importe quel moment par la suite, un Etat peut, sans préjudice des obligations découlant de la section 1, déclarer par écrit qu’il n’accepte pas une ou plusieurs des procédures de règlement des différends prévues à la section 2 en ce qui concerne une ou plusieurs des catégories suivantes de différends :

      a) i) les différends concernant l’interprétation ou l’application des art. 15, 74 et 83 relatifs à la délimitation de zones maritimes ou les différends qui portent sur des baies ou titres historiques, pourvu que l’Etat qui a fait la déclaration accepte, lorsqu’un tel différend surgit après l’entrée en vigueur de la Convention et si les parties ne parviennent à aucun accord par voie de négociations dans un délai raisonnable, de le soumettre, à la demande de l’une d’entre elles, à la conciliation selon la procédure prévue à la section 2 de l’annexe V, et étant entendu que ne peut être soumis à cette procédure aucun différend impliquant nécessairement l’examen simultané d’un différend non réglé relatif à la souveraineté ou à d’autres droits sur un territoire continental ou insulaire, » […]

      SUR LE PRINCIPE DE SAISINE DES JURIDICTIONS INTERNATIONALES COMPETENTES EN MATIERE DE DROIT DE LA MER PAR LES ETATS ET LEURS RARES EXCEPTIONS

      Article 291
      « 1. Toutes les procédures de règlement des différends prévues dans la présente partie sont ouvertes aux Etats Parties.
      2. Les procédures de règlement des différends prévus dans la présente partie ne sont ouvertes à des entités autres que les Etats Parties que dans la mesure où la Convention le prévoit expressément. »

      Article 187
      La Chambre pour le règlement des différends relatifs aux fonds marins a compétence, en vertu de la présente partie et des annexes qui s’y rapportent, pour connaître des catégories suivantes des différends portant sur des activités menées dans la Zone :
      […]c) différends entre parties à un contrat, qu’il s’agisse d’Etats Parties, de l’Autorité ou de l’Entreprise, ou d’entreprises d’Etat ou de personnes physiques ou morales visées à l’art. 153, par. 2, let. b), relatifs à :
      i)l’interprétation ou l’exécution d’un contrat ou d’un plan de travail, ou
      ii)des actes ou omissions d’une partie au contrat concernant des activités menées dans la Zone et affectant l’autre partie ou portant directement atteinte à ses intérêts légitimes ;

      Article 1
      « 1) Aux fins de la Convention :
      1. on entend par « Zone » les fonds marins et leur sous-sol au-delà des limites de la juridiction nationale ; »

      Art. 153 Système d’exploration et d’exploitation
      « 1. Les activités, dans la Zone, sont organisées, menées et contrôlées par l’Autorité pour le compte de l’humanité tout entière conformément au présent article, et aux autres dispositions pertinentes de la présente partie et des annexes qui s’y rapportent ainsi qu’aux règles, règlements et procédures de l’Autorité.
      2. Les activités menées dans la Zone le sont conformément au par. 3 :
      a)par l’Entreprise ; et
      b)en association avec l’Autorité, par des Etats Parties ou des entreprises d’Etat ou par des personnes physiques ou morales possédant la nationalité d’Etats Parties ou effectivement contrôlées par eux ou leurs ressortissants, lorsqu’elles sont patronnées par ces Etats ou par tout groupe des catégories précitées qui satisfait aux conditions stipulées dans la présente partie et à l’annexe III.
      3. Les activités menées dans la Zone le sont selon un plan de travail formel et écrit, établi conformément à l’annexe III et approuvé par le Conseil après examen par la Commission juridique et technique. Lorsque, sur autorisation de l’Autorité, des activités sont menées dans la Zone par les entités ou personnes mentionnées au par. 2, let. b), le plan de travail revêt la forme d’un contrat conformément à l’art. 3 de l’annexe III. »

      On voit bien que l’ambition de la p’tite dame n’est pas d’éduquer ses compatriotes aux enjeux et réalités du monde d’aujourd’hui, mais au contraire de se servir de leur ignorance comme d’un marchepied vers des ambitions personnelles ou y a bon la vola (ministre de la Justice ou des Affaires Etrangères ?).

      Bravo Arlette, la démagogie ça paye. Continues et t’auras peut être une réduction sur ton écolage en 2018.

      Un pur produit de la mafia politique gasy-gasy en résumé !

      Quant à Betoko, ça rime bien avec babakoto.

  • 26 novembre à 19:57 | punchline (#9673)

    soamahamanina aux chinois, ilakake aux sri-lankais, betsiaka aux chinois, Tulear aux karana ; daewoo, etc..et vous voulez les îles éparses pour que vos élites les revendent aux saoudiens , merci !

    on a connu vos luttes MDRM, les autres continuaient les combats et se faisaient massacrer à manakara et à ambatondrazaka, età tana les élites MDRM avaient signé l’armistice et ont acquis tous la nationalité française

    l’île éparse peut attendre,... et on l’aura, quetion de temps... par contre les devises detournés et expédies par des karanas et des chinois à l’étranger qui possèdent des hôtels et des magasins luxueux à andafy doivent être rapatriés pour nourrir le sud,

    demandons à hollande aussi, où sont passés les 5 millions d’euros de nicole BE saisies à charles de gaule airport

    • 26 novembre à 20:41 | vatomena (#7547) répond à punchline

      Le MDRM ,fer de lance pour la libération de Madagascar par la révolte .Parlons en .Les dames dansaient au Fumaroli ,,les hommes cherchaient à bien se placer dans l’administration coloniale . Tandis que les cotiers sombraient dans la misère physiologique sans recevoir un sac de riz ou un vétement .
      Comme les affamés du Sud en ce moment

  • 26 novembre à 19:59 | tanguy37 (#7699)

    PEUPLE MALGACHE:avec toute l’amitié que j’ai pour vous et votre pays,je vous en supplie,prenez ces p...d,iles de force pour nous en debarrasser,et qu’enfin on n’en finisse avec toutes ces iles qui nous coutent plus cher que ce qu’elles nous rapporte(Nlle caledonie,reunion,martinique,guadeloupe,guyanne,tahiti,walis et futuna et toutes les autres qui nous em.....

    • 26 novembre à 23:41 | Twinkie (#9611) répond à tanguy37

      Ah oui ! Ces îles coûteraient chères donc il faut s’en debarrasser. Très noble conception de la république française, bravo !
      Ça sous entend également que les gens qui les habitent ne sont pas des vrais français ou encore des sous français quelque part !
      Pathétique.

  • 26 novembre à 23:37 | Twinkie (#9611)

    Non mais c’est une blague cette manif peut-être !
    Si Madagascar arrivait à gérer correctement son territoire, à la rigueur, je comprendrais. Mais là, franchement, c’est le summum du ridicule.

    • 27 novembre à 01:21 | vatomena (#7547) répond à Twinkie

      Il se pourrait ,Twinkie , que l’immigration sauvage coute plus cher au contribuable français que ’les danseuses " de l’outre mer

  • 27 novembre à 01:47 | punchline (#9673)

    con fidel te decimos, hasta siempre commandante
    aqui se queda la clara, lo te digo

  • 27 novembre à 06:31 | Albatros (#234)

    Merci à Maditch pour sa démonstration à laquelle j’adhère totalement.

  • 27 novembre à 07:13 | lebrech (#9029)

    si elles deviennent malgachée, elles finiront en poubelles !!!

    • 27 novembre à 07:43 | betoko (#413) répond à lebrech

      Voilà encore un réactionnaire nostalgie de la colonisation . Savez vous que deux entreprises étrangères sont en train d’effectuer des prospections sur l’île Juan De Nova ?
      Pour Maditra , Mme Arlette Ramaroson ne cherche pas une place comme ministre , cela ne l’intéresse pas du tout .Avez vous une preuve attestant votre affirmation ?
      Attendons la suite avant de nous dénigrer avec vos arguments dignes d’un sale colon . Les îles éparses n’appartiennent et n’ont jamais appartenu à La France . Pour quoi La France a changé le statut de ces îles au moins d’avril 1960 sans avoir averti le parti malgache ? De plus selon des scientifiques français , ils ont trouvé des objets ayant appartenu à des pêcheurs malgaches datant du XVIII siècle sur ces îles

    • 27 novembre à 11:57 | Maditch (#9298) répond à lebrech

      @ Betoko

      Ben alors mon betokonkon, tu en es déjà à la ritournelle des « donnez moi des preuves » et « arguments de colons ».

      C’est tout ce que tu as ?

      Pour ma part J’AFFIRME SANS L’OMBRE D’UN DOUTE qu’une personne ayant eu une carrière de juriste dans une institution internationale (carrière modeste, arrêtons de croire que c’est une sommité) et qui balance des énormités aisément démontables par n’importe quel étudiant en droit de 3ème année n’essaie pas de défendre une cause face à l’ancienne puissance coloniale (qui doit bien se marrer) mais de tromper ses compatriotes pour satisfaire des ambitions purement personnelles.

      Et ça résume la vie politique malgache depuis bien longtemps : des démagogues sans scrupules et des babakotos prêts à voter pour eux.

      La vérité n’intéresse personne à Madagascar et surtout pas les patriotes de pacotille comme toi, qui préfèrent s’inventer un monde imaginaire plein de pseudos richesses à portée de main tout en laissant crever leur prochain au pas de leur porte.

      Pourquoi de Gaulle à retiré les îles éparses à la veille de l’indépendance ?

      Parce qu’il a considéré que ces îles pouvaient éventuellement servir pour des essais nucléaires. Il les a donc sorties du cadeau à la mariée (à l’époque, il n’y avait aucun enjeu pétrolier identifié et le concept de ZEE n’était pas encore forgé)

      Quant aux « objets ayant appartenu à des pêcheurs malgaches datant du XVIIIème siècle », Vatomena et d’autres vous ont déjà répondu qu’il s’agissait en réalité de sépultures des esclaves naufragés de l’Utile, frégate française, sur Tromelin (ilôt revendiqué par Maurice).

      Et j’ai pour ma part rappelé que d’éventuels vestiges démontrant le passage de pêcheurs malgaches sur ces îles ne changeaient rien à l’appréciation de la question de souveraineté :

      # 12 novembre 2015 à 10:39 | Maditch (#9298) répond à MILAMINA

      [...] La question que posera plus prosaïquement la cour c’est : de quel mode d’acquisition de la souveraineté territoriale se prévalent les protagonistes parmi ceux possibles en droit international ? (Les possibilités sont limitées et cadrées, c’est pas la fête du slip)

      Pour la France, c’est cousu de fil blanc : terra nullius à la prise de possession avec occupation effective et continue.

      Il faudra donc, pour Madagascar, démontrer que les îles éparses n’étaient pas des « terra nullius » lorsque les colons français se les ont approprié, c’est à dire des terres sur lesquelles aucun état n’exécutait d’actes d’administration susceptibles de caractériser une occupation « effective » et « continue ».

      Attention, on parle bien ici d’actes d’administration d’un état (donc d’un état malgache, antérieurement à 1892 ou 1897 selon le cas).

      Que les îles aient éventuellement été utilisées par des navigateurs malgaches, qu’elles aient eu le cas échéant un caractère sacré pour certaines composantes de la population malgache ne change rien en droit international car il ne s’agit pas d’actes d’administration étatiques.

      ET POUR CONCLURE, J’AFFIRME avoir fait plus pour mes camarades malgaches en les initiant sans tabous à la complexité du monde et des relations internationales que toi et ta clique en promouvant la médiocrité sectaire et les fantasmagorie stupide aux relents racistes et moyennageux.

    • 27 novembre à 13:26 | vatomena (#7547) répond à lebrech

      Clair et net ,Maditch , !Vous avez su arracher le masque des faussaires de l’histoire . Soyez remercié

    • 29 novembre à 20:08 | kunto (#7668) répond à lebrech

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

      - Désolé Monsieur Bekoto la vérité fait mal , mais c’est la vérité , il faut arrêter de faire l’autruche et appelé un chat un chat .

      - 1 seul sujet = réduire la pauvreté à Madagascar .

  • 27 novembre à 09:45 | vatomena (#7547)

    Vous souvient il ,Betoko , comment le sale colon entretenait bien la ville des mille ? Aujourd’hui nous habitons une ordure de ville ; Je ne sais si cela vous plait ,si c’est à votre gout .
    Autrefois ,et je parle du temps des sales colons ,la ville était ouverte aux étrangers de passage .Il n’y avait pas de misère extreme à cacher .On ne déportait pas lés misérables de la ville .Ils n’étaient pas empéchés de mendier le riz de chaque jour . Ils avaient encore cette liberté !! Ils étaient de pauvres gens,vous en avez fait des paria ,des ’dalits" _ Merci à vous !

    • 27 novembre à 10:40 | Yet another Rabe (#4812) répond à vatomena

      Bonjour Vatomena,

      Même si je lis ce forum assez souvent je n’interviens plus que rarement.
      Je laisse les quémandeurs à leur quête( de strapontins, de gloriole , de reconnaissance. ...), les illusionnistes à leurs propres illusions, les aigris et frustrés macérer dans leurs aigreurs et frustrations.

      Je vous félicite et c’est sincère d’ essayer d’inculquer un minimum d’honnêteté intellectuelle et peut-être d’honnêteté tout court à certains forumistes qui se reconnaîtront ou non.

      En ce qui me concerne, pour certains que je considère irrécupérables si cracher leur fiel les soulagent et leur donnent le médiocre sentiment d’exister, tant que ça reste du « nothing personal » comme on dit vulgairement, je laisse pisser.

      Cordialement
      YaR

  • 27 novembre à 14:22 | zanadralambo (#7305)

    Bonjour Yet Another Rabe.

    J’ai dit, en d’autres temps, ce que je pense de la revendication de ces îles. Je déplore toujours autant que des nationalistes aigris, en mal de reconnaissance, utilisent le petit peuple, par son biais, pour assouvir leur quête de sièges et de strapontins ministériels. Les Arlette Ramaroson, les James Ratsima…que Betoko, le Franco-malgache qui ne rate jamais une fête à l’ambassade - bien assis qu’il est sur les allocations chômage qu’il vole au contribuable français- veut faire passer pour des héros ne sont rien de plus que des opportunistes qui ont trouvé dans les îles éparses un moyen de faire le buzz.

    Que ces clowns se mobilisent et nous mobilisent sur le kere qui tue par milliers nos frères et nos sœurs dans le sud ; qui, par-dessus le marché, sont les victimes collatérales d’une guerre qui ne dit pas son nom entre les soldats dahalo de la République des voyous et les dahalo financés par les élus de la région… Qu’ils soulèvent les consciences contre l’insécurité qui régit la vie quotidienne du peuple….Qu’ils lèvent des fonds pour monter une banque alimentaire afin de soulager la faim qui tenaille ces milliers d’enfants qui errent dans nos rues…Qu’ils haranguent les foules pour obliger le pouvoir à refonder notre système de santé, pour que nos hôpitaux ne soient plus des mouroirs…Qu’ils se battent pour que cette Armée budgétivore qui ne sert strictement à rien soit dissoute, que les babakoto analphabètes qui squattent Tsimbazaza soient révoqués afin que le vol organisé ne soit plus la Loi dans ce pays…

    Voilà des luttes autrement plus nobles que la revendication de ces territoires où ne poussent, pour l’instant, que des cailloux que la pègre au pouvoir, si d’aventure elles nous revenaient, aurait vite fait de revendre en catimini à d’autres prédateurs. Nous sommes le 5 ème pays le plus pauvre du monde, on n’est même pas foutus de nous occuper de ce qui se passe sous nos yeux et on va se battre pour des lopins de terre dont on n’aura jamais, de toute façon, le moyen de s’occuper ? Revenons sur terre, bon sang.

    Bien à vous.

    • 27 novembre à 20:50 | kunto (#7668) répond à zanadralambo

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

      - Bien dis BRAVO

      - 1 seul devoir vaincre la pauvreté , ne nous éparpillons pas , unissons nous contre la pauvreté le 1er ennemi de Madagascar ...

      - QUE DIEU NOUS UNISSENT

  • 27 novembre à 16:17 | dominique (#9242)

    des demeurés qui hurlent pour des iles qu’ils ne connaissent même pas et en plus pas un rafio troué a rames pour aller dessus ; ici c’est a mourir de rire ..... des clown ...

  • 27 novembre à 20:40 | kunto (#7668)

    KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

    - Nous voulons les îles Eparses pourquoi faire ? nous sommes incapable de gérer Madagascar , soyons réaliste chères Frères et soeurs , occupons nous des 95 % de pauvres Malagasy d’abord ......
    ( 1 seul sujet = diminuer la pauvreté ) .

    • 27 novembre à 20:43 | kunto (#7668) répond à kunto

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

      - 1 seul Ethnie = Gasy ( unis on est plus forts ) .

      - 1 seul ennemi = la pauvreté ( unissons nos forces contre la pauvreté ) .

      - QUE DIEU NOUS GUIDE

  • 27 novembre à 23:55 | kartell (#8302)

    Bonsoir,

    Ces îles éparses auront fait couler et feront encore couler toujours beaucoup d’encre, de fiel, de rancoeur et de mauvaise foi…..
    Curieux, tout de même, qu’elles soient devenues une obsession voir un toc alors que dans l’autre camp, le silence est d’or…
    Le passé des propriétaires actuels, c’est en quelle sorte, la copie conforme à celui du « délinquant » qui colle à l’esprit de la revendication pour affirmer, tout de go, que le voleur c’est lui !, comme dans le passé, la rumeur l’avait accusé d’être un voleur de coeurs !….
    Nous sommes proches du délit de faciès à cause d’un passé colonial, petit bouc-émissaire de notre quotidien insipide, en faisant en sorte de démontrer que l’accusé, c’est lui, l’unique coupable, le spoliateur de terre que le pied malagasy n’avait pourtant jamais foulé, excepté avec celui du naufragé accidentel !…
    En fait, la proximité serait-elle un gage ou une présomption de propriété absolue ?
    Beaucoup d’exemples sur la planète infirme cette thèse qui, pourtant semble faire l’unanimité des nationalistes dont le silence est particulièrement remarquable sur le plan intérieur !…
    A côté, deux pas d’ici, la république comorienne réclame, à cor et à cri, la réintégration de sa soeur mahoraise en son sein tandis que la félonne avait préféré se draper dans le bleu , blanc, rouge dans une forme de « colonialisme participatif » plutôt que de survivre dans une « indépendance charité »…
    Mayotte, terre avec un passé historique sans contestation possible reste dans le giron du colonisateur malgré les gesticulations de ses soeurs à l’ONU …
    Gageons que le sort des éparses, qui présente un profil historique, bien différent, ne se présente pas sous les meilleurs hospices pour être entendu d’autant plus que, si la France traine des pieds, voir s’oppose à tout changement de statu quo, au vu des prochaines présidentielles, coup de balai en France, le contentieux risque de s’ensabler !...

  • 28 novembre à 10:32 | lysnorine (#9752)

    « Les différentes associations et plateforme réclamant la restitution des îles éparses occupées par la France interpellent le Chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina pour qu’il défende l’intérêt de la nation dans ce domaine. Ceci notamment à l’occasion de la tenue du Sommet de la Francophonie où sera présent le Président François Hollande à partir d’aujourd’hui.

    « L’association Nosy Malagasy (ANM), le Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar (CRAM), le Rassemblement des refondateurs de la République Plateforme Émergence de Madagascar s’adressent ainsi au président de la République à travers une lettre ouverte.
    [...]
    En tout cas, en réponse aux questions de la presse qui rapporte toutes les revendications et appels des associations et groupements à propos des îles éparses, le président Hery Rajaonarimampianina promet qu’il va lutter et faire tout pour persuader et obtenir le retour de ces cinq îles au pays, pour que Madagascar recouvre sa souveraineté sur ces îles »

    Mahavariana ihany sady mahatsikaiky no mbola andanian’ireo fikambanana isan-karazana ireo sy Ingahy prezidàn’ny Repoblikan’i Madagasikara ny ron-dohany hikatsaka fifampiraharahana amin’i Frantsa, indrindra amin’ny prezidàn’i Frantsa ankehitriny izay sôsialista, ny momba an’ireo nosy ampitan’ny morontsiraka andrefan’ i Madagasikara ka niankina taminy nandritra ny fanjanahan’i Frantsa azy. Tsara homarihina fa efa nambaran’i Frantsa ho fananany manokana daholo eo amin’ny lafiny ekônômika (EEZ na Exclusive Economic Zone araka ny UN Convention on the Law of the Sea) iny faritry ny andilan-dranomasin’i Mozambika iny noho ireto nosy fananany ireto : Mayotte, Juan de Nova, Bassas de India, Europa. Asa re raha efa mba nisy EEZ nofaritan’i Madagasikara amin’iny morontsirany andrefany hatramin’izay. Fa ny tianay hisongadina eto dia ny hoe herim-po very maina ihany izany ezaka izany ary mitory ny tsi-famakafakana sy ny fanaovana mosalahy ny tantaran’i Frantsa teto Madagasikara - na nandritra ny 65 taona nanjanahany azy, na nandritra ny « fiaraha-miasa » manokana taminy efa madiva ho 56 taona izao, hatramin’ny NAMERENANY ny fahaleovantenan’i Madagasikara tamin’ny 1960. Antitranterinay tsara eto ny fampiasana ny teny hoe FAMERENANA satria maro loatra ankehitriny ny manao fahadisoana be vava rehefa manoratra na miteny hoe : « hatramin’ny “fahaleovantena” tamin’ny 1960 ». Ny mpanoratra amin’ny teny frantsay taloha dia nahalala nanondro azy tsara hoe « RECOUVREMENT » de l’indépendance. Tsara hifantoka ao an-tsain’ ny mpamaky eto fa tsy zakan’ny lohan’ny kôlônialista frantsay hatrizay hatrizay mihitsy ny naha-hoe « FANJAKANA » nahaleo tena, nanana ny fahandrianany [État souverain] i Madagasikara, neken’ny firenen-dehibe rehetra ho toy izany, talohan’ny nanjanahan’i Frantsa azy an-keriny, tamin’ny alàlan’ny basy aman-tafondro, izay natombony tamin’ny namakiany ady tamin’ny Jona 1883. Indrindra moa fa nony niantomboka tamin’ny faha-Radama1, dia « mpanjakan’i Madagasikara » no anaram-boninahitra nentin’ny mpanjaka rehetra teto amin’ny Nosy - fa tsy mpanjakan’ny « Hova » tsy akory - ary neken’ny firenen-dehibe rehetra nifampiraharaha taminy izany... na i Frantsa aza raha nanao sonia fifanekena tamin-dRadama faha-2 tamin’ny 12 septambra 1862 [« Traité d’amitié et de commerce entre Sa Majesté l’Empereur des Français et Sa Majesté le roi (sic) de Madagascar].

    Faran’izay diso toerana koa ny fanantenan’ireo tompon-tany Malagasy ireo hoe mety hahita mangirana amin’ny prezidà Hollande izy amin’ity raharaha ity ! Tsy tandrintandrin’izy ireo tokoa angaha fa ny SÔSIALISTA frantsay no niady hatrany am-pihandohany ka hatramin’ny farany ny tsi-hamotsorana ny zanatanin’i Frantsa (ohatra i Guy Mollet, lehiben’ny governemanta frantsay tamin’ny 1956 sy ny « Algérie française » mandrakizay ; na i Marius Moutet ministry ny Tany Ampitan-dranomasina tamin’ny 1946-1947, tompo-marika tamin’ny FANOMANANA ny fandriganam-bahoaka tambabe (« génocide ») teto Madagasikara nandritra ny roa taona (1947-1948) ka nahafatesana Malagasy tsy manan-tsiny tsy latsaky ny sivy alina. Manarak’izany ny rainy moa dia itony « ultra fasciste-colonialiste » hirihiriny mpomba ny « Algérie française » itony, nanohitra ny jeneraly de Gaulle nanova famindra fa voatery hanome fahaleovantena an’i Alizeria ihany. Koa tsy tokony hahaga raha mbola misy betsaka amin’izany toe-tsaina izany no tavela ao amin’Ingahy Hollande.

    Mety koa noho ny fatsorany diso tafahoatra no mahatonga ny tompon-tany malagasy sasany - tsy ny Frantsay taratasy sy Vazaha mainty tamingana sy zaza navelan’ny « kôlabôs »-n’ny mpanjanan-tany akory no tondroina amin’izany - mihevitra fa ny hahasoa ny vahoaka malagasy sy Madagasikara no votoatin-kevitry ny pôlitikan’i Frantsa sy ny Frantsay eto Madagasikara, na taloha, na ankehitriny, na rahampitso.

    [hotohizana]

  • 28 novembre à 11:01 | lysnorine (#9752)

    [Tohiny]
    Vantany vao nahazo laka ny fanjanahan’i Frantsa an’i Madagasikara dia ny handrava sy hanapotika izay fandrosoana rehetra tamin’ny sivilizasiôna vazaha tratran’i Madagasikara sy ny Malagasy - poatoizay ! - hatramin’ny faha-Radama 1 ka nandritra ny taon-jato faha-19 no tena nisasarany omban’ny FANANDEVOZANA tamin’ny alàlan’ny « indigénat », ny asa an-terivozona isan-karazany, ary ny tery vay manta nataon’ny SMOTIG (Service de la Main d’Œuvre pour les Travaux d’Intérêt Général) tamin’ny nantsoina hoe « miaramilam-potaka », izany hoe ny zatovo lany miaramila fa nalefa nody any aminy, kanefa azo antsoina foana mandritra ny telo taona raha ilaina. Sady karamaina vary masaka izy ireo amin’izay no ianjadian’ny aretina sy fampijaliana maro - nandritra ny fanamboarana ny lalam-by mampitohy an’i Fianarantsoa sy Manakara indrindra indrindra, hany ka maro dia maro no ripaka. Tsy zava-baovao akory io fandripahan’ny mpanjanan-tany frantsay ny Malagasy io, izay azo tarafina tsara amin’izao tantaran’ny tarehi-marika momba ny mponina izao :
    Manodidina ny 4,500,000-5,000,000 no isan’ny mponina hatramin’ny fanisam-bahoaka voalohany tamin’ny andron-dRadama 1 ka hatramin’ny 1881 nisiana fanisam-bahoaka nataon’ny fokokon’olona. (P. Boiteau, Contribution à l’histoire de la nation malgache, Éditions Sociales 1958 : Bilan de soixante années de colonisation p.306). Io tarehi-maika manodidina ny 4,000,000 sy 5,000,000 io ihany koa no voalazan’ny mpanoratra maro tamin’ny zato taona faha-19 toy : Samuel Copland (1822) , Rev. Ellis (1838), Rev. Freeman, David Johns (1840) ; Julius Kessler(1872). Mbola dimy tapitrisy (5,000,000) ihany koa no voalazan’ny Annuaire de Madagascar frantsay tamin’ny 1890. Ary tsy latsaky ny dimy na enina tapitrisa (6,000,000) no nambaran’ny ministry ny Raharaham-bahiny frantsay Hanoteaux ho isan’ny mponina teto Madagasikara tamin’ny 1894, talohan’ny nanafihan’i Frantsa farany azy. (Chambre des Députés, séance du 23 novembre 1894, JO p. 1979).
    Araky ny fanisam-bahoaka nataon’ny fanjakana kôlônialy tamin’ny 1902 anefa, dia 2,550,000 sisa ny mponina, izany hoe : Nihena 2,450,000 (na 49%) hatramin’ny nidiran’ny Frantsay teto Madagasikara, raha ekena fa 5,000,000 izy talohan’ny ady farany tamin’ny frantsay (1895). Izany hoe very sasaka latsaka kely izany (fara-faha-ratsiny) ! Manamafy izany maha-fongana ny Malagasy izany ny vokatry ny ny fanisam-bahoaka taty aoriana izay mampiseho ny tsy fitomboany isa firy nandritra ny... 24 taona teo anelanelan’ny taona 1912 sy 1936 :1912 : 3,710,806 ; 1936 : 3,777,951. Izany hoe raha alaina an-keviny dia...0.0747% isan-taona no fitombony, izany hoe NIHENA izy izany nandritra ny taona maro. Tamin’ny taona 1960- izany hoe 65 taona taorian’ny nanafihan’ny tafika frantsay an’i Madagasikara (1895) ka nahalasa azy zanatany frantsay (1896) - vao tafaverina ho dimy tapitrisa indray ny mponin’i Madagasikara araka ny tarehi-marika avy amin’ny Banky Mondialy. (1960 : 5,099,370 -http://data.worldbank.org/indicator/SP.POP.TOTL).
    Tsy asian-teny ny fandroson’ny fahaiza-mamaky teny sy manoratra ary ny sekoly hatramin’ny andron-dRadama 1 noho ny ezaka nataon’ny misiônera avy amin’ny L.M.S. (London Misionary Society) ka naaton’ny pôlitikan’i Galliéni nikendry ny hamotsiana ho frantsay ny toe-doha amam-pisainan’ny Malagasy (« francisation »). Maro no voatery nikatona ny sekoly ary be dia ny ankizy tsy nianatra intsony. Tsahivina fa fony faha-Ranavalona faha-2 no efa niforona ny « Kabinetran’ny Fampianarana », mpanao Raharaha amin’ny Fampianarana, niandraikitra ny fikarakarana sy ny fitsidihana ary ny fanorenana sekoly eran’i Madagasikara. Nisy École Normale (« Efa-Polo Lahin’Andriana ») namoaka Mpampianatra ambony fahaizana teto hatramin’ny Janoary 1875, ankoatran’ireo Kôlejy sy Sekoly ambony efa nisy taloha.
    Torak’izany koa naetrin’i Galliéni ny Sekoly fampianarana ho dokotera efa nisy teto hatramin’ny Janoary 1870, ary efa namoaka dokotera izay tamin’ny teny malagasy no nanaovana ny fampianarana. Efa nisy hôpitalim-panjakana koa (tao Analakely) faha-fanjakana malagasy ary ny hopitalin’ny miaramila ankehitriny etsy Soavinandriana dia efa hopitaly malagasy taloha nalain’i Galliéni an-keriny.
    Hatramin’ny Jona 1881 koa no namoaka ny « Gazety Malagasy » ny Fanjakana malagasy fa « tsara raha ny olona rehetra eto Madagaskara no mahare ny toetoetry ny raharaham-panjakana »
    Ny fampahatsiahivina indray miserana ireo zavatra efa nisy teto Madagasikara talohan’ny nanjanahan’i Frantsa azy ireo dia hampisehoana fa tsy nila ny Frantsay hampiditra « sivilizasiôna » teo Madagasikara ny Malagasy fa efa nandroso dia nandroso izy hatramin’ny namelan-dRadama 1 ny misiônera LMS hiasa teto Madagasikara tamin’ny 1820, na dia nisy fihisarana aza nandritra ny 33 taona nanjakan-dRanavalona 1. Mbola azo tsapain-tànana ankehitriny ny vokatry ny naha-teto Madagasikara an’i Frantsa nandritra ny...121 taona izao, indrindra rehefa oharina amin’ny nandrosoan’ny Vahoaka Malagasy sy Madagasikara nandritra ny taon-jato faha-19, vokatry ny nantsoin’i pasitera Rabary hoe « Ny masoandro miposaka, 1817-1828 » nandritra ny fitondran-dRadama 1.

    [Hotohizana]

  • 28 novembre à 11:08 | lysnorine (#9752)

    [Tohiny farany]
    Anjaran’ny mpanapaka malagasy sy ny mpilalao pôlitika no mieritreritra tsara izay lesona tokony hotsoahiny ankehitriny avy amin’ny fandinihina lalina ny tantara ny amin’izay pôlitika mbola hifandraisan’i Madagasikara amin’i Frantsa, amin’ny OIF, mbany ny COI. , ka tsy manao rapa-dango izao kabary tsara lahatra rehetra izao.

    Momba ireto Nosy dongin’i Frantsa ireto tsy hainay raha afaka manome rariny sy hitsiny ny « Conseil d’État » frantsay ka manambara ny tsy maha- ara-dalàna ny nanaovan’ny jeneraly de Gaulle ilay didim-panjakana frantsay momba ny « Organisation des pouvoirs publics à Madagascar », Décret n°60-555 du 1er avril 1960, relatif à la situation administrative de certaines îles relevant de la souveraineté de la France (Îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas-da-India) ka rava avy hatrany.

    Misy fanontaniana tonga ao an-tsaina avy hatrany manko hoe : Ahoana moa no hanaovan’i Frantsa hoe eo ambany fiandrianan’i Frantsa (souveraineté de la France) ireo Nosy nantsoin’i Frantsa hoe « Miankina » amin’ ny Nosy Madagasikara ireo hatramin’ny nanjanahany azy an-keriny sy tanteraka tamin’ny lalàna jadona tamin’ny 6 Aôgositra 1896 izay mivaky toy izao :
    « Est déclarée colonie française l’Île de Madagascar AVEC LES ÎLES QUI EN DÉPENDENT » ?

    Hatramin’ny 14 ôktôbra 1958 nitsanganan’ny Repoblika Malagasy mizaka tena (République autonome) tao anatin’ny « Communauté française » sy ny nanambaran’ny haut-commissaire André Soucadaux ny 15 ôktôbra ny tsy mampanan-kery intsony ilay lalàna tamin’ny 6 Aôgositra 1896 (caduque), dia lasa tanin’ny Repoblika Malagasy nandimby azy ilay Tany ampitan-dranomasina REHETRA nantsoina hoe « Madagascar et Dépendances ». Raha tsy izany dia azon’i Frantsa nafindra taminy koa izany i Nosy Be sy Sainte Marie, ohatra !
    Araka ny efa nambarany avy hatrany tany am-piandohanana anefa, tsy ilaina akory ny mbola manohy miresaka amin’i Frantsa.

  • 29 novembre à 20:19 | kunto (#7668)

    KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

    1) à quel point sommes nous immatures ???? certains font diversion pour oublié le vrai problème = les 95 % de pauvres Malagasy ...
    2 ) patati patata et on fais du sur place , ne serait il pas temps de s’unir TOUS contre la pauvreté ????

    • 29 novembre à 20:23 | kunto (#7668) répond à kunto

      KUNTO ny PATRIOTE GASY d’ANTANANARIVO :

      - 1 seul Ethnie = Malagasy ( unis on est plus forts )

      - 1 seul Ennemi = la pauvreté

      - Vous avez plusieurs 4 X 4 mais 95 % de nos frères / soeurs ne mangent pas à leur faim ...

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 341