Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 15h16
 

Lu ailleurs

Histoire de la région

Il y a 40 ans, l’archipel des Comores choisissait son destin

mercredi 24 décembre 2014

Le 22 décembre 1974, le Territoire d’Outre-mer français des Comores votait pour choisir son destin. Une « consultation » qui va changer l’Histoire de notre région.

« Souhaitez-vous que le territoire des Comores devienne indépendant ? » Telle était la question posée le 22 décembre 1974 aux électeurs de l’archipel des Comores.

De cette « consultation » découle toute l’Histoire de notre région et 40 ans après, jour pour jour, le sujet peut encore rester sensible.

Ce vote du 22 décembre 1974 est alors encadré par une loi (du 24 novembre 1974) et un décret. Le terme « consultation » est préféré à celui de « référendum » car l’ensemble de la nation française n’est pas appelée à se prononcer comme ce fut le cas pour l’Algérie. La métropole ne participe pas, le scrutin n’est que local et les résultats seront proclamés par une commission électorale créée spécialement. Traditionnellement, pour un referendum, c’est le conseil constitutionnel qui officialise les résultats du scrutin.

Autre ambiguïté de l’organisation de ce scrutin : il n’est à aucun moment précisé si les résultats doivent être interprétés île par île ou à l’échelle de l’archipel.

Indépendance ou maintien dans la République

Durant la campagne, un seul parti appelle à refuser l’indépendance. Le « Mouvement populaire mahorais » est alors appuyé par le « collectif des femmes pour la vie publique », des femmes rapidement surnommées les « chatouilleuses » qui participent activement à la campagne avec comme volonté politique de « réduire l’influence des autres îles de l’archipel des Comores sur Mayotte ».

Le résultat pour l’indépendance est de 99 ,98% en Grande Comore, de 99,92% à Mohéli et 99,93% Anjouan. En revanche, Mayotte vote à 63,62% pour le maintien dans la République française.

A l’échelle de l’archipel, le vote pour l’indépendance est de 94,57%.

Le débat et l’oubli

La France ne va pas interpréter le scrutin en tenant compte des résultats globaux mais île par île, actant, de fait, la séparation de Mayotte des trois autres îles.

Pour protester, la Chambre des députés de Moroni proclame unilatéralement l’indépendance de l’archipel le 6 juillet 1975, une initiative qui provoque à son tour la sécession mahoraise.

Lors d’un nouveau scrutin le 8 février 1976, les Mahorais se prononcent à 99,4 % contre l’indépendance.

Depuis cette date, certains débattent avec d’un côté l’argument de « l’intangibilité des frontières coloniales » et de l’autre, le « droit des peuples à une libre détermination de leur statut politique ».

Et pour tout dire, 40 ans après, à Mayotte, cette date est quasiment tombée dans l’oubli.

Publié le Lundi 22 décembre 2014

Journal de Mayotte

12 commentaires

Vos commentaires

  • 24 décembre 2014 à 09:22 | Isambilo (#4541)

    L’oubli n’est pas totale chez les Mahorais. Ceux qui ont voté contre l’indépendance continuent à exister mais ils n’on pas accès à Mayotte Première (radio et télé).
    En tout cas, la France s’est attachée un énorme boulet. Mayotte a encore moins de potentialité que La Réunion et vit sous perfusion.
    L’aliénation culturelle est telle à Mayotte que se sont vréé de nouveaux vazaha taratasy.
    La situation est intenable à moins terme.

  • 24 décembre 2014 à 09:53 | Boris BEKAMISY (#4810)

    Quand on sait qu’est ce que ça donne une indépendance à Madagascar, on est tenté de déduire que les Mahorais ont finalement raison !

    Et l’échec de Madagascar va conforter les Mahorais dans leur position même si Isambilo ne soit pas content, les mahorais s’en foutent !

    Une « pseudo-indépendance » à la malgache , ça ne se mange pas !

  • 24 décembre 2014 à 15:44 | Gérard (#7761)

    les kwassakwassas qui déversent leurs cargaisons de désespérés sur les plages nord ouest de Mayotte, ce sont les 0.02 et 0.03% qui n’ont pas voté pour l’indépendance ?

  • 24 décembre 2014 à 22:26 | iarivo (#5822)

    Pour comprendre le cas comorien, il faudrait préalablement connaitre l’histoire des iles Comores en général et celui de Mayotte en particulier !!!

    Nous allons soulever quelques points sur des évènements plus ou moins récentes pour s’en faire une idée :

    - Avant la colonisation française, chacune des îles composant l’archipel des Comores était totalement libre et indépendant les unes par rapport aux autres autres, mieux, elles se faisaient même la guerre entre elles !!!

    - Le dernier souverain de Mayotte était ANDRIANTSOHY (ou ANDRIANTSOLY), un sakalava à l’origine roi du Boina mais qui avait dû s’enfuir de son royaume face aux attaques des troupes coloniales et impérialistes merina dirigé alors par RAMANETAKA (sous les ordres de RADAMA 1er).

    - ANDRIANTSOHY (ou ANDRIANTSOLY) se réfugia donc à Mayotte où il reçu la protection du sultan BUAN COMBO qui l’utilisa pour combattre les agressions venant d’Anjouan mais aussi de Moheli, ce dernier ayant recueilli RAMANETAKA (qui dirigea alors l’armée du sultan Moheli) qui avait fui Madagascar suite à sa disgrâce aux yeux de la reine RANAVALONA 1ère qui voulu éliminer physiquement tous les membres de la famille de son défunt époux RADAMA 1er (RAMANETAKA était le cousin de RADAMA 1er), potentiellement des concurrents à son pouvoir absolu sur le royaume merina !!!

    - Par la suite ANDRIANTSOHY (ou ANDRIANTSOLY) devint souverain de Mayotte et pour contrecarrer les attaques incessantes venant des îles Anjouan et Moheli (sultanat) mais aussi des menaces d’agression coloniale et impérialiste du royaume merina, il demanda à la France que Mayotte devint un protectorat français suite aux avis et conseils de sa nièce TSIOMEKO, reine de Nosy-Be qui venait tout juste de se placer sous la protection de la France !!!

    - Pendant la période coloniale puis durant ses premières années où les îles Comores avaient le statut de Territoire Outre-Mer (TOM), la capitale administrative (ou chef-lieu) de l’archipel était Dzaoudzi sur l’île de Mayotte, jusqu’au jour où les grands-comoriens (plus nombreux numériquement) décida de la transférer à Moroni sur l’île de la Grande-Comore. Cette décision réveilla de plus belle la haine viscérale et ancestrale des mahorais vis-à-vis des autres îles des Comores !!!

    Durant toute son histoire, récente et moins récente, Mayotte n’avait JAMAIS était placé sous l’autorité de l’une ou de plusieurs autres îles des Comores, encore moins de Madagascar (où de l’un de ses multiples royaumes) pourquoi voulez-vous que maintenant elle doit vivre sous leur joug ???

    Mayotte a sa propre histoire, sa propre culture et les mahorais forme un peuple à part entière ayant sa propre identité, autant que le sont aussi les anjouanais, les mohelien, les sakalava, les merina, les bara, les zoulous, les xhosa, etc.

    En tant que peuple, les mahorais peuvent donc revendiquer le « droit des peuples à une libre détermination de leur statut politique », pourtant combien de crimes et de génocides ont été commis sur le continent africain au non du principe de « l’intangibilité des frontières coloniales » ???

    Les îles Nosy-be et Sainte Marie sont aussi dans le même cas que Mayotte (historiquement) !!!

    • 25 décembre 2014 à 13:27 | Hassani KASSIM (#8696) répond à iarivo

      En réponse à ce commentaire, je pose la question à celui qui l’a écrit et qui nous a fait ce cour d’histoire. En comparant Nosy bé, Sainte Marie et les autres, ces deux territoires à ce jour sont bien malgaches. Pourquoi ne sont - ils pas indépendants ou pourquoi la France ne les a pas pris comme elle a pris Mayotte ? La France en particulier et l’occident d’une manière générale respectent les lois qui servent leurs intérêts quitte à utiliser les armes s’il le faut. Ils piétinent volontiers les mêmes lois quand elles ne leur sont pas favorables. Alors, pour celui ou celle qui nous a fait ce cour d’histoire, pourquoi Mayotte ? Car ce n’est certainement pas à cause de votre pseudo droit des peuples. Rappelons l’assassinat de Jean Marie Tchibaou en Nouvelle Calédonie.

    • 25 décembre 2014 à 15:25 | iarivo (#5822) répond à Hassani KASSIM

      Dans mon commentaire je ne fais pas allusion à l’impérialisme et au colonialisme français parce que dans cette histoire cela est secondaire, marginal.

      - Mayotte, de par la volonté libre et consciente de son souverain ANDRIANTSOHY (ou ANDRIANTSOLY), avait choisi de se placer sous la protection de la France...

      - Nosy-be, de par la volonté libre et consciente de sa reine TSIOMEKO, avait choisi de se placer sous la protection de la France...

      - Sainte-Marie (Nosy Boraha), de par la volonté libre et consciente de la reine BETTY (ou BETIA), avait été cédé à la France suite à un accord entre le royaume betsimisaraka et la compagnie des Indes...

      Aucune de ces trois îles n’ont donc été conquit de force par la France mais de par la volonté de leur souverain respectif, donc du peuple lui-même.

      C’est cela que je voulais simplement mettre en valeur et souligner la similitude de leur histoire précoloniale respective, aucune de ces îles ne voulant être occupé par les troupes coloniales et impérialistes merina (du royaume merina) au point de demander la protection de la France.

      L’île de Sainte-Marie fut d’ailleurs placé dans un premier temps sous l’autorité administrative du protectorat de Mayotte avant de l’être sous celle de Madagascar.

      C’est bien pour cela que Nosy-be et Sainte-Marie ont actuellement un statut administratif particulier, différent de ceux de la Grande-Île.

      Tous les pays du monde, qu’ils soient de l’Occident ou de l’Orient, pensent en priorité, d’abord et avant tout, à leurs propres intérêts ainsi qu’à leur propre sécurité.

      Cela me parait être tellement normal, logique et évident !!!

      Pourquoi la France (ou le Royaume-Uni, le Japon, l’Empire du Milieu, le sultanat d’Anjouan, le royaume de « Madagascar », ...) devrait-elle penser à protéger et défendre les intérêts des autres pays et non pas la sienne ???

      Si, lors de la décolonisation, la France n’avait pas conservé les îles de Nosy-be et de Sainte-Marie (qui avaient pourtant voté majoritairement contre l’indépendance !) c’est qu’elle pensait à l’époque que Madagascar redevenu indépendant resterait indéfiniment un « ami », un allié de la France et de l’Occident face au totalitarisme représenté par l’Union soviétique et ses pays satellites.

      Mais les évènements ont évolué et Madagascar avait basculé dans le giron des pays communistes, devenant ainsi un ennemi potentiel pour la France et le monde occidental (Le monde libre).

      Tout reposait donc sur une question de géopolitique et stratégique !!!

      Or, ni les malagasy, ni les comoriens, ni les africains, dans leur écrasante majorité, n’ont pas encore suffisamment de maturité intellectuelle et psychologique pour comprendre cela !!!

      Il n’y a qu’une seule planète Terre avec ses 6 à 8 milliards d’habitants qui devront apprendre à vivre ensemble et donc être capable de partager équitablement ses richesses naturelles.

      Ce sera, ou bien la loi du plus fort (la loi de la jungle) ou bien celui du partenariat accouplé avec le respect mutuel.

      Quant à Jean-Marie Tjibaou, ce ne sont ni les colonialistes et impérialistes français (Etat français), ni les colons locaux (caldoches ou broussards) qui l’ont assassiné mais bien un kanak pur et dur !!!

      Encore un de ces nationalistes nauséabonds et xénophobes en la personne de Djubelly Wea, et que nous retrouvons aux quatre coins du monde, sur les cinq continents !!!

      Cette poignée de nationalistes nauséabonds et xénophobes qui n’ont apporté que de la mer-de partout où ils sont passé !!!

    • 26 décembre 2014 à 09:14 | chamou (#8697) répond à iarivo

      Mr Iarivo, tu te contraries toi même, en disant que Mamoudzou a été le capital des iles comores sous statut de Territoire Outre-Mer (TOM) composé des 4 iles (Mayotte, Grande Comore,Anjouan et Moheli) puis le capital a été tranferé à Ngazidja (pourquoi une belle la haine viscérale et ancestrale des mahorais vis-à-vis des autres îles des Comores !!! c’est par ce que le capital a été transféré vers une autre île ? ) c’’est tres bidon, autant des pays qui ont transféré leurs capital dans autres villes sans haine ( senegal : saint loui vers dakar, iran : chiraz vers teheran,......etc). tu peux pas changer l’histore ou l’ethnique d’un pays, Mayotte est comorienne et restera à jamais, pourquoi on a jamais dit que nosy bée est une ile des comores ? car aucun lien historique ni cultiurelle. dites moi pourquoi il avait des batailles entre les sultans mahorais, dzouani, ngazidja et mwali ? je suis tellement surprise de parler de l’histoire recent de mayotte ? l’histoire est tjrs l’hisoire, l’histoire des ancêtres. je suis entièrement d’accord avec toi comme quoi Mayotte a fait le choix de rester sous colonisation français, on peut dire accepter le principe de liberté. ce n’est pas par ce que il ya la souffrance l’autre coté et que tu veux etre colonisé et nier son origine, c’est comme les jeunes maorés d’aujourdhui qui sont agrandi à marseille et qui nient qu’ils ne sont pas maoré. vous les encouragez n’est ce pas ?

    • 27 décembre 2014 à 19:47 | cervin4478 (#7634) répond à Hassani KASSIM

      Jean marie TJIBAOU a ete assasiné par son bras droit l’indépendantiste Yeiwéné Yeiwéné . Apres plus au nord dans les iles franco anglaise qui sont maintenant independantes les Ex Nouvelles Hybrides c’est la misére.......Faut pas tout mélanger.....Mada c’est pas la nouvelle Cadédonie et c’est sur que quand tu vois Mayotte et la Reunion et que peu de temps après tu atteris a majenga......Tu comprends pas un truc.......C’est quoi le systéme qui a poussé Mada a devenir comme ca.......Pour en revenir un cours instant sur la nouvelle Calédonie......Je recommande un reportage sur ARTE qui expliquaient un peu les nouveaux amis et les dérives du mouvement indépendantiste calédoniens....Ils ont choisis de nouveau amis......en Asie avec des tendances maoistes......A mourir de rire......En fait ce qui on foutu le bordel dans l’océan pacifique ;les australiens peut être qu’il préférent maintenant les fromages qui puent au autre ....Ils sont de gauches avec un portefeuille de droite bien remplie avec l’argent du Nickel

    • 29 décembre 2014 à 09:37 | Ratsimandrava (#7375) répond à iarivo

      À madame ou monsieur iarivo ,
      Tu es un imposteur , un manipulateur et un pur falsificateur de beaucoup de choses y compris l’histoire .
      Chez toi à Mada , tu distingues et tu reconnais facilement les différentes races et ethnies composant la nation malgache . Exemple ( un Mérina & un Sakalava ) .
      Ce n’est pas du tout le cas dans l’archipel des Comores ; composé de quatre Îles à savoir : Maoré , Ndzuani , Mwali et Ngazidja .
      Ce n’est pas toi qui arriveras à modifier ou à inverser ce que le bon Dieu a choisis de faire ainsi .

  • 25 décembre 2014 à 16:09 | iarivo (#5822)

    Une petite anecdote qui n’a rien à voir avec le sujet (40ème anniversaire de l’indépendance des Comores) mais que j’introduis suite à la remarque de Hassani KASSIM sur Jean-Marie TJIBAOU.

    Question origine du peuplement de Madagascar au fil des siècles, il y a toujours cette obstination à ne voir systématiquement dans nos ancêtres soient des malais, soient des africains, avec accessoirement des arabes (Antaimorona, ...), des indiens et même des persans ou des hébreux !!!

    Il y a même une véritable dualité dans le discours, tous les malagasy qui ont la peau claire (merina, sihanaka, etc.) sont d’origine malaise, tandis que ceux qui ont la peau foncé sont d’origine africaine (un certain écrivain que je ne citerai pas va même jusqu’à affirmer que ceux qui ont la peau foncé sont des descendants d’esclaves africains !!!)

    Pourtant, à part quelques dizaines de mot d’origine bantou, la langue malagasy fait indéniablement partie de la famille des langues malayo-polynésiennes et mélanésiennes, utilisé par la quasi totalité des malagasy, qu’ils aient la peau clair ou foncé !!!

    Le résultat des travaux des chercheurs scientifiques ont ainsi démontré que :
    - les parlers (ou dialectes) usités par les malagasy à peau foncé étaient beaucoup plus proches des parlers (ou dialectes) usités par les populations malayo-polynésiennes et mélanésiennes d’Indonésie et de Malaisie que ne l’est le parler (ou dialecte) merina !!!
    - génétiquement (structure génétique), un sakalava avait beaucoup plus de similitudes avec les populations malayo-polynésiennes et mélanésiennes qu’un merina !!!

    Cela laisserait à penser que les malagasy ayant la peau foncé seraient plutôt originaires de l’immense espace géographique que représente la Mélanésie (dont y sont inclus la Nouvelle-Calédonnie, les Nouvelles-Hébrides, les îles Fidji, Tonga, etc.), et non pas d’Afrique.

    • 26 décembre 2014 à 11:10 | vatomena (#7547) répond à iarivo

      confirmation : tjibaou a bien été massacré par un des siens—la malhonnéteté qui perdure est de faire croire qu"il a été la victime d’une répression coloniale .à ce titre ,il est un faux héros

      les saintmariens ont été la victime d’une trahison française ;malgré la longue histoire de l’attachement de sainte marie à la france,et cela depuis la reine bety ,les saint mariens ont été livrés aux malgaches .

      le cadeau empoisonné de mayotte devenu département français est le fait de Sarkozy.le peuple français n’a pas été consulté .il aurait dit non certainement à cette consultation .la plus grande ville comorienne du monde est Marseille ..100 000 comoriens y vivent.mahorais et surtout faux mahorais déferlent actuellement sur la réunion .
      les mélanasiens ont attérri sur la cote est de madagascar une dizaine de siècles avant les premiers européens ;ils ont donc une antériorité ;mais ,tout comme les européens,devant le tribunal de l’histoire ,ils furent des envahisseurs de la grande ile ,des conquérants.les vazimba en ont payé le prix . ils ont disparu ; ils sont devenus une légende

    • 26 décembre 2014 à 16:38 | vatomena (#7547) répond à vatomena

      quand galliéni recevra la mission de gouverner la grande ile,il sera trop tard pour les malheureux vazimba ;..les merina auront pris leur place sur les hauts plateaux ;..et,abusivement ,ils se nommeront "ambaniandro ’, oublliant qu’ils venaient de la mer.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 361