Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 4 décembre 2016
Antananarivo | 15h15
 

Gouvernance

Education

Frontière floue entre régulation et ingérence

samedi 7 mai | Yvan Andriamanga

Le ministère de l’Education continue a serré les vis quant à la sortie des élèves de la région d’Analamanga. Ils ont pris leurs responsabilités suite au drame d’il y a une semaine qui a fait couler beaucoup d’encre en sus des larmes ! Dernières nouvelles : le Directeur Général dudit Ministère a spécifié que « Il revient au CISCO de valider la sortie (ou non), les transports à utiliser doivent obligatoirement ceux du lieu de destination, des visites médicaux seront effectuées pour les élèves pour déterminer s’ils sont aptes à effectuer le voyage/la sortie, l’ATT effectuera une énième visite technique et statuera quant à la capacité des chauffeurs » - L’ATT étant l’Agence de Transport Terrestre. A croire que toutes les procédures obligatoires à faire dès le début de l’année scolaire ont été omises par les écoles pour ses élèves et que les transporteurs n’effectueront les visites et préparation d’usage qu’en vue de ses sorties et voyages d’études qui ne se dérouleront que 2 fois par an tout au plus. Le ministère et ses services déconcentrés ont déjà du mal à gérer leurs propres rôles en tant que régulateur et gagnerait à bien vérifier sur terrain la cohérence entre ce qui se dit en haut et ce qui est dispensé en salle dans les écoles publiques, sans oublier de gérer la carrière des enseignants et maître FRAM. Que le représentant de l’Etat soit le leader et détermine l’objectif global ainsi responsabiliser les Directeurs d’Ecole au lieu d’être leur manager !

Le transport est une activité privée ce qui fait que les loueurs de voitures ont des flottes plus dignes que le transport public et que des écoles ont déjà leurs bus scolaires. Que chacun soit responsable de ses actes et sache dans quoi il s’engage en tant que professionnel. Ce sens de responsabilisation des acteurs est indispensable à Madagascar et les nouvelles dispositions ne devraient pas être source de nouvelles corruptions.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 7 mai à 12:15 | Benandro (#6318)

    Tena tsy menatra le Minustra, tsy fantany ve fa an’ny transport ny fitanterana sa ny CISCO koa fanafody accident, ataovy aloha ny maha tomombana ny an’ny sekolim-bahoaka de ho itanao fa tsy hisy handeha sekoly privée zany tsony. Mahalala menatra. Karakarao ny FRAM fa io fotsiny no asanareo amin’izao anie e.

    • 9 mai à 12:13 | Bena (#494) répond à Benandro

      c’est une consultation faite par un « médecin-légiste ». à chacun de suivre les prescriptions ou pas.

  • 7 mai à 13:29 | Feu le Renard (#9548)

    10 fautes en 20 lignes, c’est le score atteint par cet article. Tribune ne nous avait pas habitué à ça. ! Avec toutes les ressources grammaticales disponibles sur le net ! Le respect d’une langue c’est d’abord le respect du lecteur (quelque soit sa nationalité ) Et, cerise sur le gâteau , on parle dans l’article d’activités d’éducation ....

    Pour ne pas laisser cette remarque sans preuve ,on peut lire ci après( entre parenthèses) la forme demandée à tout collégien ou lycéen sous peine de pénalisation....
    Le ministère de l’éducation continue a serré (à serrer) les vis quant à la sortie des élèves de la région d’Analamanga. Ils ont pris leurs (Il a pris ses )responsabilités suite au drame d’il y a une semaine qui a fait couler beaucoup d’encre en sus des larmes ! Dernières nouvelles : le Directeur Général dudit Ministère a spécifié que « Il revient au CISCO de valider la sortie ou non, les transports à utiliser doivent obligatoirement (être )ceux du lieu de destination, des visites médicaux (médicales ) seront effectuées pour les élèves pour déterminer s’ils sont aptes à effectuer le voyage/la sortie, l’ATT effectuera une énième visite technique et statuera quant à la capacité des chauffeurs » - L’ATT étant l’Agence de Transport Terrestre. A croire que toutes les procédures obligatoires à faire dès le début de l’année scolaire ont été omises par les écoles pour ses (leurs )élèves et que les transporteurs n’effectueront les visites et (la)préparation d’usage qu’en vue de ses (ces)sorties et voyages d’études qui ne se dérouleront que 2 fois par an tout au plus. Le ministère et ses services déconcentrés ont déjà du mal à gérer leurs propres rôles en tant que régulateur et gagnerait (gagneraient )à bien vérifier sur terrain la cohérence entre ce qui se dit en haut et ce qui est dispensé en salle dans les écoles publiques, sans oublier de gérer la carrière des enseignants et maître (maitres)FRAM. Que le représentant de l’Etat soit le leader et détermine l’objectif global ainsi responsabiliser les Directeurs d’Ecole au lieu d’être leur manager !
    Le transport est une activité privée ce qui fait que les loueurs de voitures ont des flottes plus dignes que le transport public et que des écoles ont déjà leurs bus scolaires. Que chacun soit responsable de ses actes et sache dans quoi il s’engage en tant que professionnel. Ce sens de (la) responsabilisation des acteurs est indispensable à Madagascar et les nouvelles dispositions ne devraient pas être source de nouvelles corruptions.

    • 7 mai à 13:56 | Dadabe (#9116) répond à Feu le Renard

      Des visites médicales pour les enfants afin qu’ils prennent le bus ? Le ministère de l’Éducation nationale n’a pas honte d’exiger des bêtises pareilles Ce sont les transporteurs, les chauffeurs et les encadrants qu’il faut examiner de près ! A croire que les enfants passent leur temps à faire des sorties scolaires qui font surtout plaisir aux adultes accompagnateurs. Et certains osent appeler cela « voyage d’études » ! A mourir de rire !

    • 7 mai à 14:05 | caro (#7940) répond à Feu le Renard

      Bonjour,

      Je ne veux pas défoncer une porte déjà ouverte, et jusque là je me suis abstenue aussi de faire ou d’appuyer les remarques sur les « articles » d’ Yvan Andriamanga, si tant est qu’on peut les appeler ainsi.

      D’ailleurs, d’autres contributeurs ont déjà fait ces observations dans de particulières véhémences. Non seulement, « … le respect du lecteur… » est mis à mal, mais Madagascar Tribune doit être se rappeler que c’est une publication en ligne et en tant que telle, elle se lit sans frontières.

      Si MT estime ne pouvoir mettre un autre rédacteur à la place, il ne serait pas inutile de faire corriger les « articles » avant leur parution car c’est votre image qui est sérieusement écornée depuis quelques semaines.

      A bon entendeur, salut.

    • 7 mai à 15:51 | Feu le Renard (#9548) répond à caro

      Je pense que cette contribution, ainsi que la mienne qui la précède, ne visent pas à être négatives. Le français est une langue difficile. Dans le cadre d’une mutualisation des compétences favorisée par le net, la possibilité de faire réviser un article ou tout texte ,par un pair, bénévole,ou par quiconque à qui la vie a rendu plus facile et plus pérenne l’acquisition d’une langue, peut être une composante de la coopération pédagogique. Celle ci ne doit pas être le fait que des structures, mais aussi des personnes. Un engagement dans ce sens sur le net , à la demande de jeunes en cours de rédaction de mémoire ou en intérim de responsabilité, ayant à rédiger dans cette langue est un vrai bonheur partagé.

      S’il existe une o.n.g ou un projet ou... un journal cherchant bénévole pour, de 3 clics et un coup de clavier, améliorer ce qui va se soutenir devant un jury ou se publier aux yeux du monde à partir de Tana, l’ex rédacteur du « Carnet scolaire »de moov.mg durant 7 ans est partant .C’est aussi ça la révolution du net. Si ça n’existe pas, on peut toujours démarrer une telle modalité de coopération pour préparer l’événement à venir en novembre où la langue sera plus que jamais partagée.
      Ceux qui font l’effort d’écrire en français , en particulier la génération « Petite poucette » de l’ile,et la réputation du Pays le méritent bien.

    • 7 mai à 16:27 | caro (#7940) répond à Feu le Renard

      Je salue très sincèrement votre bienveillante attention, chose devenue rare à notre époque.

      Sous cet angle, vous avez raison, mais je ne pense pas que dans son fonctionnement MT se contenterait d’une éventuelle collaboration sans engager des professionnels capables et à la hauteur d’un média qui se veut international.

      Un point qu’il m’est déjà arrivé de soulever sur cette plateforme, et qui est devenue endémique dans ce pays, c’est la dénonciation de ces démarches où l’on n’a pas forcément placé « les bons hommes aux bons endroits » comme on le dit si bien en anglais : « the right man at the right place ».

  • 8 mai à 21:11 | jangobo (#8776)

    Puisque l’Administration pense qu’il faut tout réglementer, pourquoi ne pas obliger les parents aussi à ne pas faire manger les écoliers avant les voyages ?

    Et pourquoi arrêter le contrôle des voitures des coopératives aux seules SOAMIRA et FIFIABE ? Comme si les chauffards ne pullulaient pas dans l’île ?!?!

    Et pourquoi punir le public avec qui a dû trimer pour trouver des moyens de transport ?

    Enfin, les punitions collectives se font dans l’Armée et non en démocratie. Que les responsables réfléchissent bien, avant d’agir pour ne pas être ridicules.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 212