::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 11h00  :  22°C  :  Soleil et nuages épars
dimanche 20 avril 2014
 

 > Dossier

Révision 1

Feuille de Route Pour la Sortie de Crise à Madagascar

samedi 19 février 2011

Engagements des Acteurs Politiques Malgaches

Les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route se sont convenus de prendre les engagements ci-après ;

1. Continuation du dialogue Malgacho – Malgache entre les Acteurs Politiques Malgaches pour la formation d’un Gouvernement de Transition d’Union Nationale et l’élargissement de la composition des institutions parlementaires de transition et de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), dans le cadre d’un processus de transition neutre inclusif et consensuel vers des élections libres, crédibles et transparentes à Madagascar ;

2. Confirmation d’Andry Rajoelina comme Président de la Transition. En cette qualité, il exerce les fonctions de Chef de l’État ;

3. Formation d’un Gouvernement de Transition d’Union Nationale consensuel et inclusif, dirigé par un Premier Ministre de consensus. Le Premier Ministre sera nommé par le Président de la Transition sur une liste de personnalités proposées par les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route. Il est entendu que le Premier Ministre de consensus ne peut être originaire de la même province que le Président de la transition, ni être issu des Acteurs Politiques Malgaches s’identifiant ou étant identifiés comme faisant partie de la majorité présidentielle ;

4. Les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route sont invitées à présenter une liste de personnalités parmi lesquelles le Président de la Transition, sur proposition du Premier Ministre de consensus, nomme les Membres du Gouvernement de Transition. En nommant l’exécutif, le Président de la Transition et le Premier Ministre de consensus s’engagent à opérer une allocation juste et équitable des portefeuilles, en respectant la provenance politique, la représentation de genre et l’équilibre régional. En cas de révocation d’un membre du gouvernement, il sera remplacé par un autre membre de son groupe de provenance politique selon les mêmes règles de procédure de nomination ;

5. Pour l’élargissement de la composition des autres institutions de la transition, comme le Congrès de Transition (CT), le Conseil Supérieur de Transition (CST) et la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route sont invitées à présenter une liste de personnalités parmi lesquelles le Président de la Transition nomme les membres de ces institutions. En nommant les membres de ces institutions, le Président de la Transition s’engage à opérer une allocation juste et équitable des postes, en respectant la provenance politique, la représentation de genre, l’équilibre régional et aussi l’équilibre de partage entre les Acteurs Politiques Malgaches signataires de la présente Feuille de Route, pour une bonne gestion de la transition ;

6. Le Gouvernement de Transition sera chargé de l’administration des affaires courantes du pays et de mettre en place les conditions nécessaires pour des élections crédibles, justes et transparentes, en coopération avec la communauté internationale. Il s’abstiendra de prendre de nouveaux engagements à long-terme, ceux-ci ne relevant que de la compétence du futur Gouvernement à l’issue des élections ;

7. Le Parlement de la Transition sera chargé du contrôle du travail du Gouvernement de Transition. Le Parlement de la Transition sera aussi chargé de la ratification des ordonnances adoptées pendant la transition, en particulier celles qui concernent le processus électoral ;

8. Elaboration et mise en œuvre, avec l’appui des experts des Nations Unies, d’un cadre électoral crédible, neutre, transparent et indépendant, fondé sur le respect des droits fondamentaux et des normes internationales, notamment par :

a. L’élargissement de la composition de la CENI pour assurer une représentation équilibrée de tous les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route. La CENI devra être chargée d’organiser toutes les élections, notamment les élections législatives, présidentielles et municipales. Disposant des pleins pouvoirs dans la gestion de l’ensemble du processus électoral, la CENI aura la responsabilité d’assurer que les élections se déroulent de manière libre, juste et transparente. Lesdits pleins pouvoirs de la CENI s’arrêtent à la publication des résultats provisoires des élections ;

b. la révision du Code électoral ;

c. une nouvelle loi sur les Partis Politiques ;

d. promouvoir l’adoption et le respect d’un Code d’Éthique et de Bonne Conduite Électorale des Acteurs Politiques Malgaches ;

e. une loi sur le Statut de l’Opposition ;

f. une nouvelle loi sur le Statut des Anciens Chefs d’Etat ;

g. l’utilisation du système du bulletin unique ;

h. éducation électorale ;

i. la révision systématique des listes électorales ;

j. la révision du calendrier électoral. Le calendrier électoral sera défini sur la base des conclusions d’une mission d’évaluation des besoins électorales organisée par les Nations Unies. Les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route s’accordent sur le principe de l’organisation au moins des élections législatives et présidentielles pendant la saison sèche, à savoir le période du 1er Mai au 30 Novembre 2011 ;

k. l’éclatement au niveau des 119 districts des données et des matériels des centres informatiques régionaux.

9. La Société Civile Malgache est invitée à faire l’observation électorale des élections législatives et présidentielles et à interpeller les Acteurs Politiques Malgaches qui transgressent le Code d’Éthique et de Bonne Conduite Électorale. La communauté internationale sera appelée à soutenir le renforcement des capacités de la société civile ;

10. Le Président de la Transition, le Premier Ministre de consensus et les Membres du Gouvernement sont tenus de démissionner de leurs fonctions 60 jours avant la date du scrutin, s’ils décident de se porter candidats aux élections législatives et présidentielles. Toutefois, afin de pallier à toute éventualité de vide juridique, une loi sera adoptée par le Parlement de la Transition pour définir les conditions de mise en œuvre y afférente ;

11. Le Président, le Gouvernement, les Chefs d’institutions et l’ensemble de l’administration de la transition doivent rester neutres dans la période de transition, en particulier dans le processus électoral ;

12. Le Président, le Gouvernement, l’ensemble de l’administration de la transition et toutes les institutions de transition doivent s’engager chacun en ce qui le concerne à adopter des mesures de sécurité et de confiance pour créer une atmosphère sereine et apaisée, en mettant un terme aux poursuites judiciaires en cours engagées à l’encontre des membres de l’opposition qui pourraient apparaître comme fondées sur des motifs politiques, et en assurant le respect de l’état de droit et du principe de l’égalité de traitement. Ces mesures de confiance ne peuvent pas concerner les poursuites judiciaires engagées dans le cadre des crimes contre l’humanité, crimes de guerre, crimes de génocide et violations graves des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;

13. Le Président, le Gouvernement de Transition, l’ensemble de l’administration de la transition ainsi que toutes les institutions de la transition doivent s’engager à protéger et promouvoir les Droits de l’Homme à Madagascar, et à respecter les libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression, d’opinion, d’association et de manifestation, ainsi que la liberté de presse. L’exercice de ces droits doit être fait en respectant les lois du pays ;

14. Octroi d’une amnistie large pour tous les événements politiques intervenus entre 2002 et 2009. Sont exclus de l’amnistie les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre, les crimes de génocide et d’autres violations graves des droits de l’homme et des libertés fondamentales ainsi que les détournements de fonds publics. La loi d’amnistie sera ratifiée par le Parlement de Transition et aucune élection ne devrait avoir lieu avant cette ratification ;

15. Marc Ravalomanana ne devrait pas rentrer à Madagascar jusqu’à l’instauration d’un climat politique et de sécurité favorable dont l’appréciation relèvera de la compétence souveraine et exclusive du futur Gouvernement à l’issue des élections. Le Président, le Gouvernement et l’ensemble de l’administration de la transition prennent l’engagement de veiller à la protection de la famille et des biens de Marc Ravalomanana. En échange, il doit s’engager à s’abstenir de toute action déstabilisatrice au cours de la transition ;

16. Les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route s’engagent à adopter sans délai un Code d’Éthique et de Bonne Conduite Politique pour régir les activités politiques à Madagascar pendant la période de transition. ils s’engagent également à respecter ce code ;

17. Tous les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route sont invitées à participer de bonne foi au processus de transition. Ils s’engagent également à instaurer un climat de paix et de sécurité pour tous les Malgaches, à éviter l’obstruction du processus de transition et à maintenir une posture constructive et patriotique pour faire avancer la transition ;

18. Aucun Acteur Politique Malgache partie prenante à cette Feuille de Route ne peut et ne doit s’arroger un droit de veto à cette Feuille de Route pour la période de transition ;

19. Tous les Acteurs Politiques Malgaches parties prenantes à cette Feuille de Route doivent récuser le recours à la violence ou la menace à un tel recours pendant la période de transition. Ils doivent également s’abstenir d’inciter à la haine ;

20. Un processus de réconciliation nationale, dirigé par une institution nationale dénommée le Comité du Fampihavanana Malagasy (Comité de la Réconciliation Malagasy) et facilité par la communauté internationale, devra être entamé afin de soigner et commencer à guérir les blessures individuelles et collectives du passé et établir de saines fondations pour l’avenir de Madagascar. La composition, le fonctionnement, la gestion et la compétence dudit Comité seront établis par une loi adoptée par le Parlement de Transition ;

21. Les membres de la Société Civile Malgache, dont les Raiamandreny Mijoro, le FFKM, la CNOSC et le FINONA sont chargés du suivi et du contrôle nationaux de l’application de cette feuille de route, jusqu’à la fin de la période de transition. Dans l’exercice de leurs fonctions ils sont invités à préserver leur apolitisme et leur unité ;

22. Un Bureau de la Médiation de la SADC sera installé à Madagascar pour y soutenir le dialogue Malgacho – Malgache et le processus de transition. La mission du Bureau de la Médiation s’achèvera le jour de l’investiture du nouveau Président de la République, qui marquera la fin de la transition ;

23. Les présents engagements annulent et remplacent tous les engagements pris et ou signés antérieurement concernant la transition à Madagascar.

24. Aucune procédure d’empêchement ou de destitution du Président de la Transition, ni aucune motion de censure à l’endroit du Gouvernement de Transition ni aucune mesure de dissolution du Parlement de Transition ne peuvent être exercée, pendant la transition.

25. Tout conflit dans l’interprétation des dispositions de la présente Feuille de Route sera soumis à l’arbitrage de la Médiation de la SADC.


Engagements de la Communauté International

Après la mise en place effective d’un Gouvernement de Transition d’Union Nationale, du Parlement de Transition et d’une Commission Électorale Nationale Indépendante neutre, inclusive et consensuelle, ainsi que la conclusion d’un accord sur une Feuille de Route pour la période de transition, la communauté internationale prend les engagements suivants :

26. L’établissement d’un Bureau de la Médiation de la SADC à Madagascar pour y soutenir le dialogue Malgacho – Malgache et le processus de transition. À cet égard, les Nations Unies sont appelées à apporter une assistance technique, administrative et financière à la Médiation de la SADC ;

27. Reconnaissance du Président et du Gouvernement de Transition de Madagascar, après la mise en place des institutions de transition inclusives et consensuelles ;

28. La communauté internationale s’engage à apporter son soutien multiforme aux institutions de transition consensuelles et inclusives, notamment le Gouvernement de Transition, le Congrès de Transition, le Conseil Supérieur de Transition et la Commission Électorale Nationale Indépendante et le Comité de Fampihavanana Malagasy ;

29. La SADC, l’Union africaine, les Nations Unies, l’OIF, la COI et plus largement la communauté internationale s’engagent à apporter leur soutien politique, technique, matériel, logistique et financier à ce dialogue et à ce processus de transition, pour assurer une transition sans heurts débouchant sur des élections crédibles, libres, justes et transparentes ;

30. Octroi d’aide financière, technique, matérielle et logistique au processus électoral ;

31. Sous l’égide de l’équipe de médiation de la SADC, appuyé par les Nations Unies, la communauté internationale sera chargée du suivi et contrôle internationaux de la mise en œuvre de cette feuille de route, en collaboration avec les acteurs nationaux et internationaux pertinents ;

32. La communauté internationale s’engage à envoyer des observateurs internationaux pour les élections législatives et présidentielles ;

33. Suspension et levée progressive et conditionnée des sanctions imposées à Madagascar en fonction de la mise en œuvre des étapes fixées dans cette feuille de route ;

34. Les partenaires examineront la possibilité de reprendre leur aide et coopération au développement, humanitaire, financier et économique ;

35. Le Médiateur devrait continuer à suivre de près la situation, apporter en tant que de besoin son soutien et sa facilitation aux parties malgaches, et faire régulièrement rapport à la SADC, l’UA et la communauté internationale sur l’évolution de la situation à Madagascar.


(16 Février 2011)

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 4 réactions Lire les commentaires
  • Feuille de Route Pour la Sortie de Crise à Madagascar
    19 février 2011 08:15, par niry (#210)

    C’est bien. C’est très bien. Les putsch sont désormais légitimes. Ça fera surement jurisprudence. Tout un chacun qui réussi à financer des hommes de mains et des pions clé du système peut désormais renverser un gouvernement entre 2 mandats. Prenez garde à vous les fouza..surveillez vos arrières. Vous n’êtes pas à l’abri..

    • Feuille de Route Pour la Sortie de Crise à Madagascar
      19 février 2011 09:34, DINIKA (#5279) répond à niry (#210)

      La seule et unique solution pour une paix durable à Madagascar sera l’adoption d’un nouveau départ pour tous les protagonistes qui prétendent tous avoir le « vahoaka ».

      Ce schéma suppose que tous les protagonistes qui souhaitent se porter candidat à la prochaine élection présidentielle se manifestent dès maintenant et y participent et on sera fixé une bonne fois pour toute !

      Toutes personnes qui annoncent donc sa participation à la prochaine élection présidentielle ne pourra pas être acceptée comme président de la transition neutre.

      Pour assurer cette neutralité, les points suivants devraient être observés :

      1 -les deux principales taches à exécuter par le président de la transition sera l’organisation de l’élection présidentielle au mois de Novembre de cette année et le maintient de l’ordre et de la sécurité.
      2 - le président de la transition et son gouvernement ne doivent en aucun cas faire des inaugurations ou des poses de première pierre de tel ou tel projet ;
      3 -le président de la transition et son gouvernement ne doivent en aucun cas faire des des déclarations publiques en faveur de telles ou telles formations ou personnalités politiques ;
      4 - la radio et la télévision nationale n’aborderont plus des sujets politiques. Elles se contenteront des news des différentes régions et des actualités internationales ;
      5 - seront membres du CENI les représentants des candidats annoncés pour l’élection présidentielle ;
      6 - rallonger la durée de la campagne électorale à 2 mois. Celà permet de bien « informer » le vahoaka. Celà donnera plus de chance aux candidats qui ne disposent pas trop de moyen pour faire face à ses ambitions.

      Avec ce minimum de conditions, je pense que nous sortirons tous vainqueurs de cette crise.

    • Feuille de Route Pour la Sortie de Crise à Madagascar
      19 février 2011 10:12, Information (#5305) répond à niry (#210)

      et les affaires continuent, à lire, important ....cliquer le lien ci dessous

      .......Il fallait vraiment en finir avec cet impénitent ! Avec ce beau petit monde affairiste ayant désormais son chef d’état disc-jockey pour signer tous les contrats sans les lire, il fallait une banque fiable pour convoyer l’argent. Il ne manquerait plus que les corses du PMUG s’installèrent à Madagascar, pour boucler la boucle de ce parfait tableau françafricain.
      Pour installer la BGFI Bank à Madagascar et se crédibiliser auprès des malgaches, le couple Total-Bongo comme à son habitude se sert d’hommes de paille et de faire valoir. C’est ainsi que la face Malgache de cette banque, pour la forme car les vrais patrons sont ailleurs, sera un certain Henri Andrianjafy, un médecin Ophtalmologue ayant fait une longue carrière a Libreville. Comme ça en un coup de baguette magique, la françafrique va transformer un ophtalmologue de 70 ans en banquier. En françafrique, rien d’impossible, Andrianjafy serait en train de déménager de Libreville vers Antananarivo. Lire la suite
      http://www.congoinfos.com/article-c...

  • Feuille de Route Pour la Sortie de Crise à Madagascar
    21 février 2011 02:27, par Zafimaro (#3479)

    « Déplacement du ministre chargé de la Coopération Henri de Raincourt à Madagascar (19 et 20 février 2011) »

    Kel Honte ? Le franTAY n’a til pa remarker qu’il n’e pa le bienvenu a Madagasikara ?

    Saque foi ke l’on va ver une solution ekitable, voila la petite tete idiote franTAY qui s’invite par la fenetra ! Tss ! Pendra vory, indesirable !

    « Le ministre s’entretiendra à Antananarivo avec le Dr. Leonardo Simao, émissaire de l’ancien président mozambicain M. Joaquim Chissano, Médiateur de la SADC (Communauté de Développement d’Afrique Australe) avec lequel le ministre se sera préalablement entretenu au téléphone, afin d’apporter son soutien à la « feuille de route » de sortie de crise politique élaborée par la médiation SADC avec les différentes parties malgaches. »

    Arete de nou apeler malgaches, espesy de franTAY maloto ! On ne t’a pa fa de MAL ! On n’a pa GACHER ton chez-soi !

    Nou somme de MALAGASY ou MADAGASCAN in Angilisy , mai pa tes malgache, esipesy de kouillon franTAY maimbo !

    Depouy 1600s, ti es veni ici a Mada pouri piller, tuer, voler, violer, eparpiller le syphillis et le polyomelite. Alor maitenan on dit – Reste dehor vazaha franTAY maloto. On ne veu pa de FranTAY masiso sy mamdainga ici, a Mada !

    Il n’ y a pa de feulle de route SADC pou le momen, esipecy de kouillon menteur !

    Kome avek le kou d’etat, tu a enkor payer des idiots aux idees kourtes .

    Kourte kome tu es au L.T.K fohy avek ton makourelle d’ epouze : Benjamin Biolay a collaboré avec Carla Bruni sur son troisième album et l’affaire se serait très bien passée. Il y a quelques semaines, le « couple » Bruni Biolay se serait aussi envolé pour la Thaïlande …. pour quelques jours de vacances… écourtées par Nicolas Sarkozy en personne. Le président de la République aurait en effet affrété un avion pour faire revenir sa femme à Paris. Avait-il peur de la naissance d’un flirt ? d’après le journal sarkozyste JDD (Lagardère fait-il du chantage à sarkozy ?? Non !! Rassurez-vous, l’article a été enlevé aussi vite que les bourrelets de sarkozy sur la photo.

    Le Pape Benoit XVI ne veu meme pa voir ton epouzy : Pope Benedict XVI told President Nicolas Sarkozy of France that his wife Carla was not welcome on his recent visit to the Vatican.

    FranTAY maloto, porikoi venir ici a Mada ? On a pa bezoin de toi !

    « Rajoelina n’est pas mon problème. Mon problème c’est que notre pays s’enfonce de plus en plus dans une crise profonde depuis deux ans. Il s’avère que c’est lui qui en est l’origine, c’est lui qui est là et qui a voulu être là. Il aurait pu s’appeler Rabehevitra ou Levita, la question n’est pas sa personne, mais ce qu’il représente avec toute la cour qui l’entoure ».

    FranTAY maloto, tes zouzou, kome rajoHELL, Ratsina orana, Ramaro sahona etc… vont regireter d’avoira akisepter ton argent maimbo !

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

mars 2014   avril 2014
L Ma Me J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
 
Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 194  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360