Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 10 décembre 2016
Antananarivo | 23h21
 

Editorial

Face au risque terroriste, Madagascar saura-t-il ouvrir les yeux ?

mardi 24 novembre 2015 | Ndimby A.

Après l’effroi, la vie continue. Mais pendant que les pays concernés directement ou indirectement prennent leurs dispositions pour améliorer leur capacité de réponse face au terrorisme, on se demande si les forces de l’ordre malgaches ont pris acte des nouveaux défis, ou s’ils suivent la voie du mora mora. Araka ny fomban-drazana izay tsy hita ny mahatsara azy. Quand on voit leur manque de résultats en matière de sécurité publique, on ne peut que se poser l’éternelle question : est-ce par inconscience du problème, par impuissance (faute de moyens ou de compétence), ou pire, par complicité ?

Quelle que soit la réponse, on n’a pas la conviction dans le contexte actuel que nos forces de l’ordre soient capables de nous protéger du risque terroriste. Alors que le monde entier s’inquiète de l’extension des réseaux islamistes, qui, sous couvert de financement d’œuvres humanitaires, procèdent à du prosélytisme, le Ministère de l’intérieur a donné l’autorisation pour l’ouverture de plus de 2000 mosquées à Madagascar. Sur le principe, au nom de la liberté de religion, il ne devrait pas y avoir de quoi sursauter. Mais dans le contexte international de lutte contre le terrorisme, il faut essayer d’avoir une vision à long terme en se rappelant le passé. Après les sévères intempéries du début d’année 2015 qui ont produit des milliers de sinistrés, les lacunes de l’État et des partenaires techniques et financiers traditionnels ont ouvert un boulevard aux actions humanitaires des réseaux islamistes qui ont fourni aux populations pauvres pendant des semaines entières repas, soins, avant de proposer éducation. Le tout de façon gratuite. Les autorités malgaches ont-elles les moyens de contrôler ce qui se passe dans ces mosquées, ou se contentent-elles d’espérer que ce qui se passe en France et en Belgique n’arrive jamais dans la Grande île ?

C’est la même approche qui est utilisée dans le monde entier par ces réseaux pour étendre peu à peu leur influence : un passage par le biais d’œuvres humanitaires, en fournissant en parallèle une éducation peu à peu « coranisée » qui finit par embrigader les élèves et tchadoriser les filles. Parallèlement, les réseaux peuvent capitaliser la bonne notoriété acquise grâce à leurs actions sociales en s’impliquant dans la politique. Rappelons l’expérience algérienne qui a fini par amener le Front islamique du salut (FIS) aux portes du pouvoir après les législatives de 1991, avant que l’Armée ne se rende compte du danger et n’interrompe le processus électoral. Résultat : dix ans de guerre civile en Algérie.

Bien entendu, il n’est pas question ici de faire l’amalgame entre musulmans et islamistes. Mais dans le contexte international actuel, il serait également idiot et criminel de ne pas intégrer le risque intégriste dans la gestion des pays, sous prétexte de bienséance et bienpensance, et au nom de valeurs humanistes fortement limitées quand il s’agit de sécurité. Par principe, adopter une posture morale envers quelqu’un qui s’en moque est ridicule : va-t-on parler de la beauté des principes du christianisme, de l’islam ou du bouddhisme à un terroriste, et penser qu’on va pouvoir le ramener à la civilisation avec de belles paroles. Même à Madagascar, les miova fo ne sont qu’une production de dahalollywood (réalisateur : Roger Kolo).

Quand on voit donc tous ces droits-de-l’hommistes qui s’excitent contre l’état d’urgence en France ou les mesures coercitives prises dans le monde occidental pour tenter de juguler le risque terroriste, on ne peut que s’écoeurer de cette attitude irresponsable. C’est la même flatulence conceptuelle gauchiste qui a encouragé au laxisme dans la gestion des banlieues et de la crise des réfugiés, avec les conséquences qui sont actuellement constatées. La lutte contre le fondamentalisme et l’extrémisme religieux nécessite des mesures concrètes qui ne doit pas trop s’embarrasser de valeurs qui laisseraient une place incongrue à de la mollesse. Un des rares États européens qui a osé prendre ses responsabilités est la Suisse en refusant par référendum en 2009 contre l’installation de nouveaux minarets. Le Sénégal envisage de prendre des dispositions pour interdire le voile intégral. Car l’islam n’a rien à avoir avec la vision salafiste, qui a pris de l’envergure depuis que des abrutis ont décidé qu’apporter la démocratie à des pays autocratiques autrefois stables était une oeuvre de salut public. Quelques années après, pas sûr que les moyens pris pour renverser Saddam Hussain et Kadhafi aient été les meilleurs.

Même si le fait que certains de ceux qui portent ce message (comme la fantasque Nadine Morano) favorisent sa décrédibilisation, l’Europe a le droit de revendiquer ses racines judéo-chrétiennes, et surtout le devoir de les protéger contre une vision théocratique qui cherche à imposer une quelconque loi divine au-dessus de celle des hommes. Sinon, elle devra s’attendre à ce que certains groupes exigent d’imposer un jour leur vision sectaire à l’ensemble de la société [1].

La réflexion s’impose également à Madagascar. Si on préfère rester aveugle, incompétent, inconscient et laxiste, il ne faudra pas s’inquiéter des conséquences dans quelques mois ou années. La proximité de Madagascar avec des zones dans lesquelles l’islamisme est présent (Kenya, Somalie, Comores) doit pousser à la vigilance, sans toutefois aller jusqu’aux théories conspirationnistes farfelues [2]. Mais il faut également admettre le fait que si des islamistes extrêmistes cherchent à s’en prendre à des ressortissants de nations qu’ils considèrent être leurs ennemies, et si les mesures de sécurité dans le monde occidental vont rendre ces actions plus difficiles, alors il est possible qu’ils se rabattent sur d’autres pays où cela semble malheureusement « plus simple ». Le cas des attentats à Bamako nous rappelle que cela n’est pas une simple vue théorique : actes terroristes dans un hôtel fréquenté par une clientèle étrangère en novembre 2015, et en mars 2015 dans un bar-restaurant fréquenté par les expatriés.

Le contexte malgache n’encourage toutefois pas à l’optimisme. La corruption dans les forces de l’ordre et la justice [3] ; les trafics d’armes favorisés par la déliquescence de la discipline dans les casernes et la porosité des frontières ; le manque d’éthique de la classe politique dont les membres sont capables de tout pour arriver au pouvoir, y compris de s’allier avec le diable (même s’il est barbu et enturbanné) ; et en définitive un état de Droit qui est de plus en plus tordu, malgré les déclarations pontifiantes et lénifiantes sur la prétendue bonne volonté des uns et des autres.

Notes

[1Comme sur la video ci-dessus, tournée une dizaine d’années avant les attentats du 13 novembre, et qui montre la volonté d’un groupe de jeunes à vouloir empêcher qu’un concert se tienne au Bataclan. Au nom de quoi ce groupe considère-t-il avoir le droit d’imposer sa vision de la société aux autres, quelles que soient leurs raisons ?

[2Comme parade à cette concurrence au rapport qualité/prix qui est largement supérieure à la leur, certains membres du personnel d’Air Madagascar aiment bien insinuer que la nouvelle ligne qui sera bientôt ouverte par Turkish Airlines est une porte ouverte pour que les immigrés (et les terroristes qui se cachent au milieu d’eux) viennent s’installer à Madagascar.

[3Dernier scandale en date : le cas Bekasy. Ce Monsieur, qui est selon nos confrères de Midi-Madagasikara un conseiller technique du Ministère de la sécurité publique, a été accusé d’être un trafiquant de bois de rose. Beaucoup de personnes de la société civile, du Bianco et de la Chaine pénale anti-corruption ont pris des risques pour le faire arrêter. Il a non seulement réussi à sortir d’Antanimora, mais également, selon nos confrères de la Gazette de la Grande ile, à quitter le pays sur pression de personnalités influentes de la Présidence. C’est un véritable scandale qui décrédibilise les discours qui prétendent vouloir restaurer l’autorité de l’État ; qui décourage ceux qui ont fait des efforts pour aboutir à des résultats ; qui attire une fois de plus l’attention sur ces réseaux malfaisants et interventionnistes dans l’entourage proche du chef de l’État ; et qui fait rire jaune dans les salons, y compris ceux des bailleurs de fonds.

289 commentaires

Vos commentaires

  • 24 novembre 2015 à 10:19 | tsimahafotsy (#6734)

    /Arakan ny fomban-drazana izay tsy hita ny mahatsara azy./sic.
    Izay mahatsara azy vé... saha izay maharatsy azy ?
    Ny fomba-drazana sasany manko dia misy ihany ny tokony hialàna. :)

    • 24 novembre 2015 à 12:16 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Miarahaba anao Tsimahafotsy,

      Ny tian’ny Namana Ndimby dia fanesoana ireo izay manindrahindra ny fomban-drazana be fahatany ka tsy tis ny mandinin-tena na koa manlahala ny fanavaozan-tsaina sy fihetsika hialàna amin’ny fongotra izay mahavoa antsika : ny akamoana eo anoloan’ny zavatsarotra na olana tsy hay ny manàla azy.

    • 24 novembre 2015 à 14:15 | tsimahafotsy (#6734) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy !
      Ny akamoana kosa dia tsy fomba-drazana é !
      Tsy kamo izany ny Malagasy fa be fagantak’andro. :)
      Matahotra ny vavan’ny olona, ny sarabembahoaka, raha diso na tsy mahavokatra ny hatao.
      Saho dia afa-baraka eo fa kevoka te hanao nefa tsy mahavita azy.
      Procrastination, ou manque d’esprit entrepreneurial, de prise de risque ?

    • 24 novembre 2015 à 15:28 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Eny ary ê, hatao hoe tsy fombantsika ny akamoana na eo hiany koa aza ireo manao ariary zato am-pandriana.

      Ilay procrastination dia avy amin’ireo voalazanao iero : matahotra ny vavan’ny olona, matahotra sao dia bedin’i Dada na bedin’i Neny, matahotra an-dRanona sy Ranona (firy moa ireo izay sahy nanambara ny heviny tamin’ilay resaka malaza momba ireo Nosim-bazimba ireo teo anoloan’ny fanameloan’ireo milaza fa tena tia Tanindrazana ka sahy nanoso-potaka ny mpiray tanindrazana aminy ho « mpamadika tanindrazana », « tsy lany henatra » (honte vous) sy ny teny mamy mampiray fa tsy mampisaraka ? ).

  • 24 novembre 2015 à 10:59 | Isandra (#7070)

    Préparer c’est bien, mais bien préparer, c’est mieux,...

    Nous ne devrions pas copier bêtement la façon dont les occidentaux luttent contre ce fléau,...il faut s’y prendre autrement, analyser le fond du problème, le pourquoi,...

    Si tout le monde faisait bien leur boulot comme il faut sans se mêler de ceux des autres,...le risque serait minime,...que les curés et les pasteurs montrent l’exemple, ne se prostituent plus avec le politique, ne sont plus amis de l’argent ...se concentrent pleinement sur leur mission, bien garder leur brebis,...leur fournir des bonnes nourritures spirituelles,...la vérité biblique, le vraie enseignement,...

    • 24 novembre 2015 à 15:07 | Dadabe (#9116) répond à Isandra

      Avant toute chose, nouvelles félicitations à Ndimby pour son éditorial à la fois mesuré mais sans langue de bois. Le bonjour, aussi, à Menalahy, dont les propos méritent d’être entendus (parfaitement d’accord avec lui et depuis longtemps sur l’islamisation rampante du pays).
      Cela dit, Isandra, vous seriez aimable d’arrêter de proférer des bêtises plus grosses que vous : ’’ne pas copier bêtement la façon dont les occidentaux luttent contre ce fléau (le risque terroriste).
      Un, que savez-vous exactement de la lutte antiterroriste.
      Deux, en quoi cela serait-il « bête » de s’inspirer des méthodes mises en place par les meilleurs polices et services de renseignements au monde (j’y inclus naturellement le Mossad israélien, la CIA, les services chinois et russes).
      Trois, que voulez-vous que les Malgaches imaginent comme meilleures méthodes ? Avec les policiers et les militaires les plus corrompus du monde, Madagascar va droit dans le mur.
      Votre propre fanatisme malgache vous aveugle et vous rend ridicule. Vous faites pitié.

    • 24 novembre 2015 à 15:44 | Isandra (#7070) répond à Dadabe

      Bertrand Badie vous répond :

      « Au-delà d’une nécessaire vigilance, il faut donner une réponse sociale et politique, c’est-à-dire installer dans les esprits la volonté de mettre progressivement fin à cet état de frustration et d’exclusion qui devient le terreau de toutes les violences. Il faut pour cela se réconcilier avec son temps, s’installer dans la mondialisation au lieu d’en avoir peur, accepter l’altérité, cesser de faire de l’immigration un épouvantail facile alimentant le marché électoral, concevoir une politique étrangère généreuse à l’égard des populations souffrantes auxquelles les exclus de nos sociétés sont prompts à s’identifier. C’est un processus de longue haleine, mais en donnant des signes d’une réelle volonté d’aller de l’avant dans ce domaine, on peut très vite ouvrir la voie à l’apaisement »

    • 24 novembre 2015 à 15:50 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vous savez « la violence engendre la violence »,...

      Si l’on réplique la violence par la violence, on s’engagera dans une guerre interminable,...

    • 24 novembre 2015 à 16:12 | Menalahy (#9072) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe,

      J’espère que votre séjour se passe bien malgré cete petite vague de froid aggravée par un petit brouillard givrant.

      Je voudrais juste rajouter que la dénonciation de cette islamisation rampante n’est pas mon unique cheval de bataille. Il y en a d’autres que tout le monde peut lire sur mes posts avec mon style incisif mordant et parfois sarcastique car il ne faut rester trop sérieux même avec des « sérieux-sérieux ».

      Je ne suis pas l’avocat des Malagasy de la Diaspora, par conséquent, je ne me fais leur porte-parole. Mes propos n’engagent que moi et j’en assume l’entière responsabilité.

      « On » accuse les Malagasy de la Diaspora de ne pas investir dans la richesse nationale, de ne pas s’investir dans les luttes pour la survie de la population malagasy, on nous accuse de tous les maux qui s’abattent sur le pays (on ne l’a pas énoncé comme cela mais les propos qui nous ostracisent et qui essaient de nous culpabiliser existent).

      « On » oublie ou « on » feint d’oublier que nombreux sont, parmi cette Diaspora haïe, les hommes et les femmes qui sont rentrés au pays dans l’intention de contribuer à redresser le pays selon les connaissances acquises à l’étranger et selon les sensibilités de chacun.

      Mais entre le désir et l’envie de s’investir dans son pays natal et la réalité qu’on nous oppose ou qu’on nous impose, la bonne volonté prend le chemin du désarroi.

      Par deux fois, j’ai essayé de m’installer au pays sans réclamer un salaire équivalent à ce que je perçois à l’étranger. Par deux fois, j’ai dû plier bagage devant l’inertie de mes pairs, devant le manque chronique de moyen pour faire avancer le schmilblick, devant l’inertie intelectuelle des « élites » qui sont revenus au « style traditionnel du moramora doucement fa malama ny ciment ».

      La 1ère fois, c’était avec femme et enfants. Nous sommes restés cinq mois. Devant la dégradation du moral de ma femme et devant les signes du choc culturel sur mes aînés, j’ai dû interrompre notre séjour et j’ai dû prendre mes clics et mes clacs avec femme et enfants pour que ma petite famille ne sombre pas dans cette inertie et cette jalousie entre Malagasy.

      La 2ème fois, je suis venu seul, laissant femmes et enfants à l’étranger, pour retenter cette « aventure du retour définitif au pays ». Femmes et enfants viendraient me rejoindre dès que je serai bien établi dans mes fonctions.

      Mais ce fut le désastre. Je suis parti la queue entre les jambes, honteux de ne pas avoir écouté ma femme et de pas avoir tenu compte des pleurs de mes enfants le jour de mon départ pour le pays.

      Je ne suis pas prêt à sacrifier la vie et l’avenir de ma petite famille sur l’autel du Fitiavan-tanindrazana qui n’existe que dans les paroles des « tena Tia Tanindrazana ». Qu’ils se sacrifient d’abord et je les rejoindrai peut-être. Oui peut-être.

      Que ceux qui osent me clouent au pilori. Jugez-moi sur la place publique (Analakely, Ambohijatovo, Antaninarenina, il y a le choix) et munissez-vous de pierres de taille car pour vous je n’ai rien fait pour ce pays en desherence pour qui je n’ai ni droit de vote ni considération auprès d’une délégation à l’étranger qui nous traite comme moins que de la merde.

      Je vaudrais, peut-être, ce n’est pas sûr, « quelque chose » le jour où l’Etat malagasy me rackettera sur mes revenus de travail et ma présumée fortune à l’étranger. Revenus de travail et « fortune » déjà lourdement imposée.

      Je viens d’envoyer ma taxe d’habitation, je dois encore payer ma taxe foncière, mon tiers provisionnel a, heureusement, déjà été prélevé. Je ne vis pas dans la dèche. Ma famille n’est pas à plaindre.

      Mais je refuse le racket de la part d’un Etat qui peut se permettre d’envoyer une délégation de 100 personnes pour la Cop21. Cherchez l’erreur ou le paradoxe ou la contradiction comme vous le voulez, Messieurs et Mesdames Mes Juges Suprêmes.

      J’attends calmement, fermement et la conscience tranquille, Votre Jugement.

    • 24 novembre 2015 à 17:08 | Zanabahoaka (#8890) répond à Menalahy

      Miarahaba anao Menalahy,

      Elaela aho tsy teto izay ka mety nisy resaka tsy arako, asa. Fa ito indray moa miverina ilay resaka diaspora efa noresahantsika imbetsaka teto.

      Anisan’ny namerimberina an’io adihevitra io teto aho satria « tsy azoko ». Efa maro koa ny serasera teto tsy hiverina amin’io intsony aho. Mihamazava koa ny hevitrao sy ny toerana misy anao rehefa novelabelarinao kokoa toy izao. Mazava ny safidinao,tsy hisy hitsara anao hoe izany ve no mety sa tsia, en tout cas tsy izaho aloha.

      Ny hoteneniko farany fotsiny dia hoe tena arakaraka marina ilay izy, ho anao izao tsy nety taminao ilay nody, ho an’ny sasany nefa tsy izany, nisy ihany ny nody ary nijanona, tsy hifampitsarana hoy aho, averiko ihany fa samy manana ny tantarany.

      Misy iray izao tsaroako. Tsy fantatro amin’ny antsipirihany ny tantarany fa ny fantatro fotsiny dia izy nody fa ny vady aman-janany tsy nody nanaraka azy ka nisaraka rizareo, asa ny antsipirihan’ny tantara. Toa hoe tany Etats-Unis tany izy taorinan’ny nahavitany ny fianarany t@ sekoly manofana ho injeniera iray teto Antananarivo teto.

      Asa aloha raha nahavita araka ny eritreriny noheveriny t@ izy nody t@ izany izy ankehitriny. Efa ela koa izahay tsy nihaona. Mahatsiaro azy manokana fotsiny aho satria raha tsy diso aho dia toa eto @ ity serasera ity izy ary mbola manohana ny foto-kevitra politika notohanany hatramin’izay sy tamin’izany ihany izy eto (raha diso moa dia hevitra mitovitovy fotsiny izany).

    • 24 novembre 2015 à 17:33 | Stomato (#3476) répond à Menalahy

      Malheur à celui qui dit la vérité !!!

      Vous avez hélas (?) cent fois raison.

    • 24 novembre 2015 à 17:36 | Isandra (#7070) répond à Menalahy

      Peut être, il ne supporte pas le choc thermique,...c’est pourquoi, sa tête ne fonctionne pas comme il faut,...

    • 24 novembre 2015 à 17:46 | Tsisdinika (#3548) répond à Menalahy

      Menalahy, votre poste s’adresse au forumiste Dadanybe mais permettez-moi de commenter parce qu’en tant que Gasy de Gasikara (Dago, connais pas) je me sens interpellé par certains passages.

      Votre expérience personnelle est bien malheureuse, je vous l’accorde, mais mettre vos échecs sur le compte de la « jalousie » et du « moramora » des Gasy du pays, je m’excuse mais c’est trop facile, trop caricatural. Vous avez fait le choix de vous exiler sans doute économiquement (appellons un chat un chat), et peut-être pour vous évader de la misère, de la médiocrité, du sous-développement, trop prégnants pour votre sensibilité. Il n’y a pas de lézard. Vous avez fait ce qui est au mieux de vos intérêts. Vous vous êtes alors forcément imprégné de la culture, de la mentalité, des systèmes de valeurs de votre pays d’adoption. C’est normal. C’est cela l’intégration et parait-il que les Gasy y excellent et sont réputés dociles et prêts à faire toutes les concessions pour ne pas faire de vague. Vos enfants sont mêmes nés dans votre nouvelle patrie d’après ce que je peux en juger, et pour ce qui les concernent, c’est leur seule patrie. Votre réussite professionnelle a, par la suite, fait probablement naitre en vous un sentiment de devoir (qui vous honore) pour votre patrie d’origine auquel vous êtes resté profondement attaché. Mais hélas, vous êtes formaté pour un autre milieu, une autre réalité mais pas pour tous les milieux et toutes les réalités, et c’est ce que vous avez peut-être oublié en revenant ici. Votre tempo, votre rythme n’allait pas avec la musique locale. Et bien évidemment, vous et votre famille en était venue à la conclusion que c’était la musique locale qui était mauvaise et indigeste. Votre cas n’est sans doute pas une exception et il conforte dans leur choix ceux qui ont préferré partir et offre une excuse pour ceux qui redoutent de revenir.

      Et c’est là que vatomena a peut-être raison lorsqu’il dit que la diaspora Gasy ne contribue pas suffisamment pour aider le pays à s’en sortir. En effet, contrairement à la diaspora haïtienne ou phillipine, la majorité de la diaspora Gasy n’a pas quitté le pays dans le but de travailler dur pour envoyer de l’argent au pays. Personne ne me fera dire le contraire. Cette diaspora pose également nombre de conditions pour revenir au pays, forte de la conviction qu’ils ont reçu la lumière, une révélation qui les placerait ipso facto aux commandes de la barque, sinon ils ne reviendront pas.

      Un réfugié économique (différent du travailleur « expatrié » du type Phillipin je souligne encore) n’a pas obligatoirement un devoir patriotique envers le pays qu’il a laissé derrière lui. Il n’y a pas à culpabiliser. Il n’y a pas d’anjara biriky qui tienne. Si vous avez trouvé chaussure à votre pied, pas la peine d’essayer de rentrer dans l’ancienne qui ne vous a déjà pas convenu au départ.

      Je vous salue bien.

    • 24 novembre 2015 à 17:47 | Menalahy (#9072) répond à Zanabahoaka

      Miarahaba anao Zanabahoaka,

      Misaotra anao amin’ny teny mamy sy mampionona nosoràtanao fa voalohany izao vao mahare fa misy Malagasy mpiray Tanindrazana amin’ny tena mihezaka ny ahafantatra izay mba ao am-ponay aty an-tany lavitra aty.

      Eny, marina fa tsy ireo izay nikasa hody rehetra no tsy tafapetraka noho ny antony samy hafa. Fa misy koa ireo nahita ny toerana sahaza azy na koa nome ny toerana sahaza azy.

      Raha ny tenako dia ny famahanan-dalitra no betsaka.

      Tsy kivy anefa satria tsy mbola very na maty ato am-pò ilay faniriana ny hiverina sy hipetraka aty an-tanindrazana.

      Tsy irery intsony anefa ny tenako fa manam-bady aman-janaka. Ary izay faniriako sy fiheverako dia ahy samy irery fa mety tsy ho zarain’ny vady an-defi-mandry sy ireto ankizy izay tsy naniry ny ho tonga eto an-tany.

      Ny Ray aman-dReniko dia tiako ary loloaviko an-tampon’ny loha fa ireo no nahitàna masoandro, ireo no nibeby fony zaza, ireo no tsy nitandro na ny ainy, na ny fotoanany na ny volany nahatonga ny tenako amin’ity toerana tsy hanindrahindrana ny tena ity.

      Ny vady an-defi-mandry sy ny zanako mbola kely taona no heveriko fa ho aviko (à venir sy avenir) ka tsy maintsy mijery izay heveriko fa mahasoa azy ireo ny tenako, raim-pianakaviana, na dia izahay mivady aza no tena mandray ny fanam-pahakevitra fa tsy manao didi-kofehy lehibe fa hoe lehilahy ny tena.

      Tamin’izahay mbola nifampiaraka dia tsy niteny tamin’ilay zazavavy niriako ho vadiana nanao hoe : « tiako hianao, adao hivady isika » fa kosa nanontany azy nanao hoe : « moa ekenao ve ny vady an-defimandriko ary ho Renin’ny Zanatsika ? »

      Tamin’ny fotoana nanaovana ny mariazy dia nandika sy nitsipaka ny fomban’ny Fianakaviana fa tsy nanaiky hoe ampiandrasina ela be ao am-piangonana ilay zazavavy, fa izay moa ny fomban’ny fianakavian’i Dada sy Neny.

      Toa izany koa nony nanapaka ilay mofom-pitiavana ho zaraina amin’ireo izay nanotrona ny fanambadianay : noraisiko ny tanan’ilay zazavavy izay nanaiky teo imason’ny fianakaviana sy ny namana sy tapaka ho iray saina sy nofo amin’ny tenako, ary dia napetrako teo amin’ny antsy. Avy eo, dia niara-nanapaka ilay mojompitiavana ary niara-nieny hoe « miara-manapaka ary miara-mandidy ».

      Tsy teniteny foana natao ireo fa teny mbola hiananay mianakavy kely ankehitriny.

      Tsy mba tsaroako izany hoe nanapaka hevitra irery fa hiaraha mandinika ny zavatra rehetra na dia misy aza ny fotoana izay hitenen’ny vady an-defi-mandry manao hoe « izay heverinao fa mety no hatao e ! »

      Misy teny manao hoe : « la Femme est l’avenir de l’Homme ». Mbola ampiako ny manao hoe : « Les enfants sont l’avenir de la Famille et de la Patrie ».

    • 24 novembre 2015 à 17:51 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      Il faut rajouter « Malheur à celui qui a raison trop tôt car il a tort ».

    • 24 novembre 2015 à 18:49 | Dadabe (#9116) répond à Menalahy

      Bonsoir Menalahy,

      Pas de brouillard givrant pour moi (je ne suis plus à Paris)... Mais je vous sens en colère et je vous comprends. Vous utilisez très à propos le mot « jalousie » : en France, ce n’est qu’un petit défaut. On ferme sa porte, on hausse les épaules et puis c’est tout. A Madagascar, la jalousie est un sport national, un vice qui atteint toutes les couches de la population, un trait de caractère qui s’apprend très jeune et pourrit l’existence à la fois des jaloux et des jalousés.
      Je vous comprends car vous n’êtes pas la première personne à me témoigner de la difficulté à « retourner » au pays.
      Je vous comprends, car vous devez avant tout protéger votre petite famille. Vos enfants d’origine malgache sont désormais Français, mieux, ils sont Européens et, je le devine, éduqués pour n’être pas xénophobes. Ils ont de la chance, l’intelligence et l’altruisme sont sans frontière !
      A Mada, je fais tant et tant d’efforts pour que mes petits et grands restent dignes, trouvent un travail honnête, s’ouvrent aux autres... Mais, vous l’avouerai-je sans prétention, j’ai là-dessus quelques raisons d’être satisfait et donc d’avoir confiance dans la jeunesse du pays.
      Cela dit, qui aime bien châtie bien. La vigilance s’impose donc et mes commentaires, comme les vôtres (qui n’engagent évidemment que nous) resteront fermes et sans concession à l’égard des voleurs, corrupteurs, gros crickets et autres faux patriotes qui entonnent sans le savoir les refrains de la « peste brune ». Bref, ma lutte contre les cons (vaste programme !) se poursuit. Il est vrai que le mot « con » manque d’élégance mais il a deux mérites incontournables : il est court et compris de tout le monde !

    • 24 novembre 2015 à 18:54 | Dadabe (#9116) répond à Isandra

      Isandra, votre réponse m’afflige. Totalement hors sujet. Un charabia nullissime et bien pensant qui ne mériterait pas la moyenne à un élève de première ou de terminale. Libre à vous de perdre votre temps.

    • 24 novembre 2015 à 19:04 | Menalahy (#9072) répond à Tsisdinika

      Bonjour Tsisdinika,

      Mes posts répondent à de forumeurs particuliers mais cela ne veut pas dire qu’il est interdit d’y participer car nous sommes sur un forum public et je ne discute pas avec les forumeurs dans un « salon privé virtuel » comme cela existe sur certains forums.

      Il n’y a pas que le moramora et la jalousie. Il y a aussi cette force d’inertie contre laquelle je n’ai pas pu lutter.

      Je ne suis pas parti à l’étranger pour des raisons économiques mais pour poursuivre mes études. Mes parents, sans être richissimes, ont payé mon séjour et mes études. Ce qui m’a permis de ne pas m’engager tout de suite dans la vie professionnelle mais d’entamer d’autres études universitaires. Ce n’est que lorsque j’ai obtenu de nouveaux diplômes que je me suis engagé dans la vie professionnelle qui est la mienne actuellement.

      Je suis un cas atypique mais cela ne fait pas de moi un cas qui ne rentre pas dans le moule du Malagasy de la Diaspora.

      J’ai reçu deux cultures en héritage et je refuse qu’on écrive que mon cerveau est formaté par la culture occidentale uniquement. J’ai une double culture et je ne fais pas un méli-mélo dans mon cerveau, détrompez-bous.

      Les Malagasy ne sont pas tous imprégnés de cette culture de leur pays d’adoption ou d’accueil (c’est selon le vécu de chacunj) sinon il n‘y aurait plus de Français bashing de la part de certains Malagasy de la Diaspora.

      Oui, ma petite famille et moi-même sommes très bien intégrés dans nos milieux de vie, professionnels, sociaux. Parce que nous avons fait l’effort de considérer notre pays d’accueil comme une 2ème patrie et pas seulement un pays coulerait le lait et le miel. Tout le monde sait que ce n’est pas tout à fait la réalité.

      Cela n’a rien à voir avec une acculturation ni avec un rejet de ses racines ni avec une quelconque assimilation.

      S’intégrer c’est respecter les autochtones qui nous ont reçus et accueillis, c’est respecter leurs us, coutumes et cultures.

      S’intégrer c’est ne pas oublier et/ou effacer sa culture d’origine. C’est ce que ne font pas certains Malagasy de la Diaspora qui ont honte de la couleur de leur peau, qui ont honte de la texture de leurs cheveux au point que le défrisage chimique et l’utilisation excessive du Babyliss devient un rituel incontournable de la toilette matinale. Ces Malagasy en arrivent à éviter le regard et le contact de leurs compatriotes dans la rue.

      Si vous leur dîtes bonjour avec un signe de la tête, ils vous répondront par un sourire moqueur, voire méprisant, et le commentaire invariable « mbola gasy vao tonga kosa izany ireto koa ».

      Combien de Malagasy ai-je aidé pour une raison ou une autre ? Et combien sont revenus pour me dire « bonjour » car je ne demande pas un « misaotra tompoko » ? Ils sont capables de médire sur vous pour oublier que vous les avez aidés. Pourtant quelle joie de saoir qu’un tel a trouvé du travail ou qu’une telle a pu s’inscrire à la Fac car son argent n’est pas arrivé. Ou qu’un autre a pu renouveler sa Carte de séjour.

      Je me souviens de l’un d’eux que j’ai aidé à refaire son CV, à se relooker pour les entretiens d’embauche et que j’ai mis en relation avec les membres de mon réseau professionnel pour occuper son poste actuel. Mais ce jeune homme nous cracherait en public quand il nous rencontre dans la rue.

      Ma femme et moi sommes tellement acculturés et recolonisés par les Français que nous avons oublié que nous sommes devenus insensibles devant les problèmes et la détresse de nos « anciens compatriotes » , n’est-ce pas ?

      Nous sommes tellement acculturés au point d’oublier le « valim-babena ». C’est certainement pour ça que nous payons les billets d’avion de mes parents et de mes beaux-parents chaque année pour qu’ils puissent passer les fêtes de fin d’année avec nous et avec nos enfants et qu’ils puissent constater que nous n’avons rien oublié de leur éducation à la malagasy que nous essayons de transmettre, à notre tour à nos quatre enfants.

      Ce n’est pas « un sentiment de devoir » qui m’a poussé à prendre la décision, en accord avec mon épouse, de retourner vivre au pays. C’est un appel du fond du cœur que vous ne pouvez pas comprendre car vous n’êtes pas à notre place.

      Je peux vous assurer que je n’ai posé aucune condition particulière pour revenir au pays. J’ai accepté d’interrompre ma carrière à l’étranger, j’ai accepté de ne pas toucher le même salaire quand on est venu me proposer un poste que je n’ai jamais eu.

      Je ne demandai que la place qu’on m’avait promise et que j’ai le droit de réclamer. Je me suis souvenu de l’expression « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ».

      Je me suis fait avoir, à deux reprises, comme un bleu. Il n’y aura pas de 3ème fois. Ça c’est sûr et certain sans contrat en bonne et due forme. Je croyais naïvement que certains hommes avaient le respect de la parole donnée.

      Nous ne sommes pas des refugiés économiques. Nous ne devons ce que nous sommes devenus que grâce aux sacrifices de nos parents respectifs.

      Nous ne devons rien à l’Etat Malagasy. Mais nous devons à notre Patrie le sang qui coule en nous : le sans malagasy.

      Et c’est ce qui nous a poussé à revenir. Mais ce furent deux échecs cuisants sur le plan humain. Je ne vais pas vous parler de mes difficultés pour réintégrer mon ancien poste. Mais je me suis relevé car mon Dada sy Neny disait toujours : « Lehilahy ny tenanao ka tsy maintsy miarina, tsy maintsy mitsangana ».

      Je les remercie du fond de mon cœur et j’espère qu’ils resteront encore des années et des années avec ma petite famille et moi-même. Je me réjouis de les accueillir très prochainement et mes enfants sont impatients de revoir leurs quatre Dadabe sy Nenibe. Même s’ils craignent le vary sosoa du matin et le riz à tous les repas. Mais quelle joie de voir nos parents s’occuper de leurs petits enfants (surtout les 2 Nenibe gâteaux).

      J’attends la prochaine lancée de pierre. A qui le tour ?

    • 24 novembre 2015 à 19:44 | Menalahy (#9072) répond à Dadabe

      Oui Dadabe, je suis très remonté devant tant d’incompréhension de la part de mes compatriotes. Tsisdinika écrit que cette jalousie n’est la pas la cause de notre échec pou le retour au pays.

      Comment interpréter des phrases telles que « itony koa milaza azy ho havara-pi ka hataonay ho toy izao sy izao », ou « Fa angaha ialahy hoe avy any an-dafy ka hibaiko anay izay mahafantatra ny mety sy tsy mety » ou « Aza be resaka lehitsy fa izao no misy aty aminay ka raha tsy tamana dia mandeha mody » (bien reremarquer le « aminay » qui vous exclue violemment. Mais le pire c’est quand mes enfants sont traités de « vazaha taratasy » ou de « Gasy tapany » ou de me demander devant mes fils « Mba notapahina moa ny an’izy ireo sa ahoana ? » . Mes fils sont circoncis, surtout pour des raisons d’hygiène et c’est leur père qui a procédé à cette petite opération.

      Mes enfants sont franco_malagasy dans leur éducation et mais seulement Malagasy jusqu’à leur majorité. Ma femme et moi n’interviendrons pas quant à leur choix de demander la nationalité en plus de leur nationalité malagasy. Ce sera leur choix et uniquement leur choix. Mes parents m’ont laissé le choix de devenir ce que je suis, ils m’ont laissé le choix de mes études, ils m’ont laissé le choix de mon épouse. Je me verrai très mal d’intervenir dans les libertés fondamentales de mes enfants.

      Mes enfants ne m’appartiennent pas. La Nature ou Dieu nous les a confiés pour les nourrir, leur donner ce dont ils ont besoin matériellement, dans la limite de nos moyens financiers, et surtout leur donner une éducation conforme à ce que nos propres parents nous ont donnée.

      Je ne sais pas si mes enfants ont de la chance ou si c’est le destin qui a fait qu’ils nous ont été confiés même si ma femme et moi sommes effrayés devant les responsabilités de parents. Eduquer un enfant n’est pas une tâche facile car chacun a son petit caractère, tous les parents sont passés par là.

      Je n’essaie plus de lutter contre la connerie sinon je ne ferai plus que ça. J’essaie de lutter contre les légendes urbaines (je ne parle pas de notre Namana Vatomena que j’apprécie malgré nos divergences de vue : nos échanges n’ont pas eu le caractère d’un pugilat mais d’échanges franches entre hommes).
      Je ne suis ni le meilleur des hommes, ni le meilleur des maris, ni le meilleur des pères. Je connais mes failles, mes contradictions et mes imperfections. J’essaie d’atteindre la sagesse bouddhiste si tant est qu’un être humain puisse l’atteindre (mais l’Histoire du Bouddhisme montre que c’est possible). Non pas cette sagesse bouddhiste qu’on traduit faussement pas « extinction » (nirvana) qu’un Pape mal embouché a compris, ce qui a failli gâcher son séjour au Vietnam. La sagesse que j’essaie d’atteindre c’est l’acceptation de mes défauts, sans en faire un complexe de culpabilité, et l’acceptation des mes qualités, sans me tresser une couronne de laurier. M’accepter tel que je suis pour corriger mes défauts et mettre mes qualités au service de l’Humanité. Tâche longue et semée d’embûches mais je persévère car je suis convaincu que c’est ma voie depuis qu’un Maître du Bouddhisme Zen m’a encouragé, au Japon, à continuer la pratique du zazen. Un moine d’une autre écoie (école Rinzaï) a confirmé ce précieux conseil. A chacun sa voie. A chacun la liberté de suivre ou non sa voie.

    • 25 novembre 2015 à 03:41 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107) répond à Menalahy

      Menalahy
      Je viens de lire votre post.Je sens certaines amertumes parce que vous aimez Madagascar.
      Moi,cela fait un demi siècle que je suis à l’étranger,en FRANCE,je n’ai rien à regretter parce que le peu de services que j’ai rendus à mon Pays,Madagascar,sont « SATIFAISANTS » et « BENEFIQUES » pour le Pays.
      Je n’ai rien demandé en retour...et je suis heureux sauf ce cri en l’air,sans réponse immédiate :
      - « Réconciliation Nationale=Grand Pardon=Amnistie Générale »
      - « MADAGASCAR AUX MALGACHES,UNE et INDIVISIBLE ».
      NOUS NOUS FOCALISONS TROP SUR LA VIE DANS LES GRANDES VILLES alors,nous oublions le « PEUPLE » ou les « POPULATIONS » de Madagascar.

      Ne nous décourageons pas pour notre Pays,il s’en sortira avec la bonne volonté de tout un Peuple.

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 25 novembre 2015 à 05:37 | Ndimby A. (#444) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy

      Beau témoignage. Avec le temps et la fréquentation de nombreux amis de la diaspora (pour la plupart connus grâce à Tribune) j’ai appris à les comprendre et les apprécier, sans les juger. Il appartient à chacun de vivre comme et où il l’entend pour faire bénéficier à sa famille des conditions qu’il estime nécessaire à leur épanouissement.

      Les seuls moments où les membres de la diaspora m’insupportent (ce qui n’est pas votre cas), c’est quand ils se permettent la condescendance envers les gasy de Dago sous prétexte d’avoir « vu autre chose », et de se croire en capacité de donner des leçons.

      Soyez assuré de mon total respect.

    • 25 novembre 2015 à 11:27 | Menalahy (#9072) répond à Ndimby A.

      Bonjour Ndimby A. ,

      Quelle consolation de lire un post comme le vôtre, ceux de Tsimahafotsy, de Dadabe, de Zanadralambo qui ne considèrent pas les Malagasy de la Diaspora comme des Malagasy à part et qui ont pris la mesure de nos difficultés à retrouver nos places dans un pays qui est le nôtre par le sang qui coule dans nos veines et par notre attachement à ce pays que nous appelons aussi Fitiavana Tanindrazana.

      Quand je lis des posts comme celui de Tsisdinika qui porte bien son pseudo, je me sens ostracisé et j’ai le sentiment que certains de mes compatriotes me considèrent comme un pestiféré.

      Comment peut-on, d’une part, réclamer une participation des Malagasy de la Diaspora à l’effort de redressement national (anjara biriky) et de l’autre côté, oser écrire « Il n’y a point de anjara biriky qui tienne » ?

      Si ce n’est pas de l’ostracisme avec un fond de jalousie, je devrais revoir ma conception de la nature humaine.

      Mais, même si certains Malagasy me refuse ce droit d’amener mon anjara biriky, ils ne pourront pas m’empêcher de participer à cet effort de redressement national à ma façon et selon mes moyens. Qu’on le sache et qu’on se le dise.

      Madagasikara appartient aux Malagasy et à tous ceux qui ont la nationalité malagasy. je l’ai déjà écrit, ici, mais je le réaffirme.

      Personne n’a le droit de s’arroger le titre de Tia Tanindrazana, personne ne doit confisquer le Fitiavana Tanindrazana car personne ne peut se prévaloir d’un titre de propriété exclusive sur Madagasikara.

      Si quelqu’un possède ce titre, qu’il me le prouve car mon acte de naissance intégral ’plus complet que la copie d’acte de naissance que tout le monde connaît) et mon passeport prouvent que je possède aussi une part de ce titre de propriété.

      Mon témoignage est personnel mais il peut contenir un ensemble de vécu que les Malagasy de la Diaspora peuvent avoir connu dans leur chemin de vie.

      Cette condescendance de certains Malagasy issus de la Diaspora est un autre cheval de bataille car c’est de là que proviennent cette incompréhension réciproque et ces légendes urbaines exaltant une vie meilleure en Occident.

      C’est de là que certains jeunes désireux d’échapper à leurs conditions sont trompés par les miroirs aux alouettes que ces Malagasy leur tendent pour se donner une importance qu’ils n’ont pas.

      Ce sont des personnes mal dans leur peau qui ont besoin de se faire mousser pour se rassurer d’exister.

      Le mépris et la condescendance sont le signe d’une incomplétude et d’une faiblesse qu’on cache derrière ces masques ou ces boucliers. Des subterfuges qui ne résistent pas face à la réalité de la vie en Occident.

      Ny lainga donga takona fa mahia rehefa mifanatrika.

      Encore merci pour votre compréhension et votre empathie réelle et non feinte.

      Bonne journée.

      PS. Mes parents m’ont donné une éducation que j’essaie de transmettre, à mon tour, à mes quatre enfants. Mais c’est surtout à Neny que je dois ma spiritualité et cet esprit proche de l’humilité : « mahaiza mandefitra, hoy ny fitenin’i Neny aminay zanany, ary jereo ny lohalika sy ny laferana ».

    • 25 novembre 2015 à 12:03 | Menalahy (#9072) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour Basile,

      Vous avez raison, la blessure qui est en moi est loin d’être fermée surtout avec les propos de certains forumeurs qui excluent certains Malagasy du champ du Fitiavana Tanindrazana et du de celui du anjara biriky.

      Je n’ai qu’une Patrie : Madagascar. C’est là où mes ancêtres sont nés. C’est là où je suis né et doù je viens. Et c’est là que je retournerai le moment venu.

      J’ai raconté certaines aides que j’ai pu apporter à certains de nos compatriotes, sans rien demander en retour à part un petit bonjour par ci, un petit sourire par là. Mais en retour, je n’ai reçu que des médisances et de l’ingratitude : on invente des saloperies sur vous pour ne pas reconnaître que grâce à vous ces personnes ont pu sortir la tête de l’eau et pour ne pas avoir vous rembourser l’argent que vous leur avez prêté.

      Ces aides sont une forme d’anjara biriky mais chat échaudé craint l’eau froide et l’eau chaude.

      Je ne regrette rien, ni les efforts déployés pour aider ces ingrats ni l’argent que j’ai perdu. Cela ne m’a pas appauvrit car ma femme et moi arrivons à vivre correctement, sans priver nos enfants de ce qui est essentiel à leur développement.

      Ce sont ces personnes qui se sont appauvris et qui ont perdu au change car elles ne pourront plus compter su mon aide. Andevolahy mangery anjezika ka mihinana ny tainy.

      Réconciliation nationale ? J’adhère à votre cri du coeur. Mais avons-nous l’unité nationale et le sentiment d’appartenir à une même Nation ? Il faut commencer par là sinon ce serait une Réconciliation Nationale de façade ou de circonstance comme celle d’Ivato qui n’était que magouille politicienne du FFKM et Fihavanana hypocrite.

      Nous devons nous dépasser, nous surpasser, apprendre à surmonter nos divisions et chercher un élément fédérateur.

      La question des Isles Vazimba ou Eparses ou Malagasy ou que sais-je encore, aurait pu être l’occasion de trouver un élément fédérateur. Mais les tenants du souverainisme pur et dur ont confisqué ce combat au profit de leur haine des Français. Certains forumeurs osent écrire que cela n’a pas existé sur ce forum, pourtant, ces cris de haine ont été écrits ici même et ceux sont ces souverainistes qui ont allumé le brasero de la xénophobie et du rejet de leurs propres compatriotes.

      Quand ils ont vus que le feu commençait à prendre, ils ont fait mine de jouer aux pompiers pyromanes pour ne pas endosser la responsabilité de leur acte. Et maintenant, ils nient en être les auteurs et refusent de reconnaître que de tels propos aient pu être écrits et proférés ici.

      Je ne cesserai pas de dénoncer ces actes contraires à ma conception du Fitiavana Tanindrazana et de la recherche d’un compromis à défaut d’un consensus. Je ne prétend pas posséder la Vérité, contrairement à eux, mais je ne dois pas en être loin car je suis au milieu du gué et non à ses extrémités.

      Je ne vais pas rapporter les preuves de ce que je dénonce car même si je mettais sous leurs yeux et sous les yeux des autres forumeurs ces preuves accablantes, ils resteront dans la négation ad vitam aeternam. La mauvaise foi est une de nos marques de fabrique ; tsy misy tay ny vodiko.

    • 25 novembre 2015 à 12:03 | Tsisdinika (#3548) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy.

      Merci de ces précisions.

      Je réitère que de mon point de vue, votre choix de rester en France, où celui de vos parents de vous donner une « meilleure » éducation en vous envoyant étudier là-bas, est un droit absolu qui ne regarde que vous-mêmes. Toutefois, j’insiste sur le fondement économique (qualitativement et quantitativement) d’un tel choix. Une meilleure éducation vise « at the end of the day » à l’atteinte d’un statut socio-économique plus prestigieux. (Là, je mime les Français purs jus qui font croire qu’ils sont allés étudier aux States, preuve que le valalan’amboa n’est pas exclusivement Gasy). De même, avoir un bon boulot dans un pays à revenus élevés est considéré presque unanimement comme une chance et vous n’allez pas me faire croire que la seule motivation est l’absence de peaux de banane de la part de collègues jaloux. Je conteste vigoureusement que la jalousie soit une tare exclusivement Gasy comme s’en accommodent souvent les malgacho-pessimistes.

      Pour être direct et sans détour avec vous, je vais vous expliquer ce que je pense être à l’origine de votre double échec de « réintégration » à Madagascar et la source de cette « jalousie » que vous avez ressentie et vécue : vous étiez devenu un intrus qui a « volé » le boulot des Gasy qui ont le sentiment d’avoir plus de légitimité que vous à prétendre à cette fonction. Certains y verraient l’expression d’un complexe d’infériorité mais je rappelle que l’extrême-droite dans les pays riches tient exactement le même discours et on ne peut les accuser d’être complexés par les basanés, n’est-ce pas ? Eh oui, vous avez juste été confronté aux conséquences du déracinement dont vous contestez énergiquement être victime. Le fait est qu’un immigré n’est plus vraiment un citoyen de son pays d’origine et qu’il ne le sera jamais qu’imparfaitement dans son pays d’accueil. Le blues de l’apatride qui possède un passeport ou de l’entreprenant qui était allé à la chasse ?

      Je vais vous dire, si vous le permettez, ce qu’il vous faut faire pour que les « Gasin’i Gasikara tsy havanao » vous accueillent à bras ouverts : créez votre propre boîte. C’est pour cela que vous avez faits des études supérieurement supérieures sinon c’était pas la peine d’aller aussi loin, les Universités de Madagascar auraient largement suffi. Vous ne « volerez » plus le boulot que d’autres espéraient (que ça soit injuste ou pas) ; vous en créerez au contraire. Je ne peux parler au nom de tous les Gasy mpiandry tanàna mais les Gasy d’andafy que nous, nous voulons voir revenir sont ceux qui ont réussi là-bas et qui reviennent investir. Marre des « vazaha mainty mipoerapoera » et condescendants. Nous, si on pouvait avoir un voeu pour Noël, c’est de voir ceux qui ont vécu le « rêve américain » revenir triomphalement comme un César sur son char de victoire, pas le César qui a vécu l’enfer armoricain (genre de ceux qui louent des voitures de luxe exprès pour en mettre plein la vue, ou donner le change, aux compatriotes lors des RNS) !

      J’espère de tout coeur Menalahy que vous ferez partie de ces investisseurs Gasy tant attendus parce que je n’ai aucun doute que vous en avez largement les moyens, sinon d’y parvenir.

    • 25 novembre 2015 à 12:21 | Tsisdinika (#3548) répond à Menalahy

      Menalahy, il semblerait que vous n’avez compris que ce que vous avez voulu comprendre dans ce que j’ai dit.

      Loin de moi l’idée d’ostraciser les Gasy d’andafy tia tanindrazana comme vous. Tia tanindrazana, il faut l’être pour avoir tenté deux fois l’aventure que vous avez vécue. En outre, toutes les bonnes volontés et les contributions sont les bienvenus pour aider Madagasikara à s’en sortir. Mais mon propos est de vous avertir de ne pas vous attendre à un traitement de faveur, un avara-patana particulier si vos actions et vos sentiments sont vraiment désintéressés. Votre foi bouddhique ne vous enseigne-t-il pas que la vie est faite de souffrances ? Ma foi chrétienne m’enseigne en tout cas que nul n’est prophète en son pays.

      Pour le reste, merci de lire mon post plus bas en réponse à votre réaction sur mon premier post.

    • 25 novembre 2015 à 12:35 | Tsisdinika (#3548) répond à Menalahy

      En tout cas Menalahy, il y a un signe qui ne trompe pas dans vos posts et qui prouve que vous êtes resté bel et bien Malagasy : vous êtes un « olon’ny fo ».

      Cordialement (sans jeux de mots).

    • 25 novembre 2015 à 13:02 | Isandra (#7070) répond à Dadabe

      Ouah, vous n’avez rien pigé,...c’est normal, il fait froid en France, du coup, votre tête ne fonctionne pas bien,...un peu vodka, ça ira,...

      Antsirabe vous manque déjà,...avec son air pure,frais,...le pousse-pousse,...

    • 25 novembre 2015 à 16:46 | Isandra (#7070) répond à Menalahy

      Je comprends maintenant pourquoi ne sont que des cancres qui dirigent notre pays,...parce que bon nombre des intellos (pour ne pas dire la majorité) qui ont suivi leur études à l’extérieur boursiers ou pas préfèrent y rester, car ils ne trouvent pas leur place dans ce pays(phrases d’apaisement,...),...Plus à l’aise dans leur pays d’adoption que dans leur propre pays,...

      Cela s’appelle « Fuite de cerveau »,...

      Et ne vous étonnez plus si ce pays reste sous développé,...

      Heureusement, il y a de gens comme Pr Ratsimamanga, Pr Raoelina ANDRIAMBOLOLONA,...etc sur qui le pays peut compter,...

    • 25 novembre 2015 à 17:41 | zanadralambo (#7305) répond à Zanabahoaka

      Miarahaba anao, zanabahoaka.
      Tena mahafinaritra ahy ny mamaky anao, mahita fa mba misy Malagasay tonga saina, tsy mitsara amin’ny n’a pas ireo mpiray tanindrazana aminy nisafidy –noho ny antony samy manana ny azy- ny hijanona any amin’ny tany nitadiavany ravin’ahitra. Ho an’ny sasany manoratra eto manko, dia mpamadika, mpisolelaka izahay aty an-dafy. Raha henoina izy ireo, dia tsy tokony hiditra amin’ity serasera ity akory izahay, fa azy irery ny zo hiresaka sy hiady hevitra momba ny hanatsrana ny tanindrazana. Tsy mahalala menatra hono izahay, tsy mahalala mipetrajka amin’ny toerany… Tamin’iny resaka Nosy vazimba iny no tena nampiseho ny toe-tsainy ireo mpankahala, tsy niambahamba intsony nanala ny tai-nifiny taminay.

      Nahita ilay resakao koa aho, ho’aho, momba ny hoe inona no ho fidinao raha sanatria misy fitsapana hevim-bahoala ny mety hoe hiverenana ho departemanta. Dia tsy natahotra mihitsy ianao nilaza fa hifidy ny eny. Tsy hilaza aho hoe inona no mety ho safidiko manokana, fa tena niaiky ny fahatsoranao aho, tsy natahotra ny tsikera mety ho avy. Dia tena midera anao aho.

      Veloma indrindra.

    • 25 novembre 2015 à 17:51 | zanadralambo (#7305) répond à Menalahy

      Bonjour, Menalahy.
      Nous avons eu pratiquement le même parcours. Comme vous, je suis venu en France (bien avant vous, puisque c’était en 1983) pour finir mes études. Mon père a fait d’immenses sacrifices pour payer mon voyage, je ne lui en serai jamais assez reconnaissant. J’ai travaillé, par la suite, pour financer mes études et pour soulager mon cher vieux papa, paix à son âme. Je travaillais le jour (des petits boulots : j’aurais tout fait, du manutentionnaire au chauffeur-livreur), j’étudiais la nuit. J’ai galéré durant des années, pendant que mes amis allaient aux soirées malgaches-il y en avait pratiquement tous les samedis- moi, je révisais. A force de volonté, et surtout pour que mon père soit fier de moi, je n’ai pas flanché et j’ai réussi. Tout seul.
      Tout cela pour dire à Tsidinika et Cie que je ne leur dois rien ! Je ne suis pas parti pour voir si l’herbe était plus verte en France, je suis parti pour mes études.

      Il fut un temps où j’ai été tenté de rentrer, mais le contexte politique (servir le bouffon qui a entraîné mon pays en enfer, non merci) ne s’y prêtait pas. Rentrer pour rentrer…Et puis, entre nous, quand on a passé un certain temps en Europe, il est difficile, voire impossible, de se réadapter à la réalité malgache. On a goûté à cette liberté qu’on n’ a pas tout à fait chez nous, en tout cas moi, je ne l’avais jamais connue. Les parents Malgaches sont tellement possessifs, exclusifs, c’est de l’amour mais ça étouffe. Le poids de la tradition, du qu’en dira-t-on, du paraître…je crois que ce n’était plus pour moi. Des Malgaches expatriés ressentiront peut-être, même si beaucoup ne l’avoueront pas, comme moi ce sentiment ambigu de ne pas être tout à fait Français (le sera-t-on jamais) et, en même temps de ne plus être tout à fait Malgache. Et surtout me confronter à cette mentalité esclavagiste de notre caste. Aujourd’hui encore, quand je rentre pour les vacances, passé la première semaine des retrouvailles où tout le monde il est beau, il est gentil, je suis souvent en conflit avec certains proches. Je ne supporte pas la manière dont on se comporte avec le personnel (un bien joli mot pour cacher une réalité nauséabonde). « Tsy ampahafirin’ny any an-dafy », « te hoderaina », « tsy ho vazaha rahoviana », « aza miditra amin’ny fomba fitondranay mpanampy »…

      Alors, à tous ceux qui me reprochent de me plaire dans cette France qui nous accueille à bras ouverts, ma famille et moi, je leur dis tout simplement que je n’ai pas de comptes à leur rendre. Je vis ma vie, à ma place, êtes-vous sûrs de ne pas avoir fait le même choix ? A St Jo, à Tsidinika et autres Matoriandro qui mettent tout ce qui touche de près ou de loin à cette France qu’ils poursuivent de leur haine dans le même sac (vazaha, karana, andevo pour St Jo et Matoriandro, diaspora), je dis m… ! Je n’en ai qu’à faire de votre mépris. Je n’ai pas de leçon de patriotisme à recevoir de vous.

    • 25 novembre 2015 à 17:55 | Menalahy (#9072) répond à Tsisdinika

      Bonjour Tsisdinika,

      J’ai lu vos deux posts mais je réponds séparément à chacun d’eux.
      Vos propos sont clairs comme l’eau de roche. Quand vous nous déniez le droit au anjara niriky, n’est-ce pas de l’ostracisme ? quand vous rajoutez que puisque j’ai trouvé chaussures à mes pieds, cela ne voudrait-il pas dire que je ne devrais plus tenter de revenir à Madagasikara car le retour au pays ne me conviendrait pas puisque j’ai acquis une autre culture et une autre mentalité ?
      Je n’ai pas de définition du Tia Tanindrazana car je suis convaincu que tous les Malagasy aiment Madagasikara : c’est seulement l’expression de ce Fitiavana Tanindrazna qui diffère.

      Je n’ai pas beaucoup participé lors des discussions sur les Isles Eparpillées au vu de ce que j’appelle « terrorisme intellectuel » qui a sévi (lancement de fatwa et d’anathèmes) et parce que je devais m’occuper de mon dernier fils.
      Mais j’avais écrit que nous aimons tous Madagasikara et nous tenons à notre souveraineté nationale :
      -  Ceux qui jouaient les souverainistes,
      -  Ceux qui acceptaient la co-gestion,
      -  Et ceux qui n’avaient pas d’opinion.

      Ce sont les souverainistes qui ont élevé leurs voix au point qu’on aurait cru que leur opinion était majoritaire. Les opinions contraires ou contradictoires ont été balayées du revers de la main.
      Si quelqu’un m’avait demandé pourquoi j’émettais une telle hypothèse, j’aurais expliqué même si on ne m’aurait pas écouté ou cru : l’attention était focalisée sur la souveraineté intouchable, élevée au rang de nouvelle religion nationale même.

      J’ai écrit que j’ai accepté de mettre fin à ma carrière en France, j’avis écrit aussi que la diminution de salaire n’était pas un problème.

      Les problèmes venaient de cette parole donnée non respectée, de cette inertie de mes pairs, de cette exclusion à tous les niveaux sans que j’aie eu un comportement condescendant ou méprisant. Ces gens sont allés jusqu’à insulter mes enfants et à vouloir humilier mes fils pour une histoire de circoncision.

      Avouez tout de même que c’est trop pour un seul homme. J’ai préféré battre en retraite pour sauver ma petite famille et moi-même. Je n’avais pas d’autre choix. On ne m’a pas laissé d’autres choix.

      Vous croyez que j’aurais dû me faire ma place en continuant à boire la coupe jusqu’à la lie ? A accepter ma femme se faire du souci pour moi ? A traîner à leurs genoux ou même à leur nettoyer leur trou avec ma langue ? Il y a des limites que je ne franchirai pas car j’ai ma dignité.

      La souffrance, dans l’enseignement bouddhiste, n’est pas une fatalité. On peut s’en abstraire par la connaissance de soi. On peut s’en abstraire en supprimant l’attente, c’est-à-dire cette illusion qui nous fait espérer plus que ce qui doit arriver.

      Dans mon histoire, l’attente se résumait à la concrétisation des promesses qui n’ont pas été tenues. Elle ne se trouvait pas de mon côté mais était extérieure à mon désir de m’installer.

      Je sais ce que c’est que se ré-adapter à une nouvelle vie. Mais je ne m’attendais pas qu’on ajouterait aux difficultés inhérentes à cette ré-adaptation, des bâtons dans les roues.

      Au fait, pourquoi les vahiny ne subissent pas le même sort que les Malagasy de la Diaspora ? Pourquoi les accueille-t-on comme des messies ? Pourquoi leur déroule-t-on le tapis rouge ?

    • 25 novembre 2015 à 18:59 | Menalahy (#9072) répond à Tsisdinika

      Mes situations professionnelles, financières et sociales sont enviables mais je ne suis pas Rothschild, je ne vais pas mentir. Mais je vous déjà écrit que j’étais prêt à interrompre ma carrière en France et que le problème du salaire n’était pas un obstacle.

      Je ré-écris que je ne dois pas un centime d’ariary à l’Etat Malagasy : je dois tout à mes parents et je n’aurais jamais assez d’argent ou d’affection pour leur témoigner ma gratitude qu’ils ne demandent pas. Le fait de me voir heureux avec une femme et des enfants adorables leur suffit amplement mais je n’oublie pas le valim-babena pour autant.

      Même si la jalousie n’est pas une tare exclusivement malagasy, avouons tout de même que la jalousie est très courante entre nous, même chez les Malagasy de la Diaspora qui n’arrêtent pas de faire le manatsikera sy mifampialona. Si une fille est bien habillée, on fait courir qu’elle se fait entretenir par un vieux vazaha (les garçons ne sont pas en reste avec leur « elle suce un tsotsoka »ou on raconte qu’on l’a vue près de la Gare en train de faire le pied de grue. C’est une histoire que j’ai entendue et j’ai dû me rendre à l’évidence que c’étaient des ragots : la fille en question avait du goût, entretenait ses affaires et faisait les boutiques deuxième main.

      Etais-je un intrus quand on me souteaient qu’il y a une place pour moi ? Ai-je volé la place de quelqu’un ? Ne serait-ce pas plutôt cette jalousie qu’ils poussaient jusqu’à l’ostracisme ?

      Je ne fais pas du Malagasy bashing mais vous leur donnez le beau rôle et que moi, j’y suis vraiment pour quelque chose. La victime devient l’agresseur. En général, c’est l’inverse qui se passe : l’agresseur, pour se donner une image virginale, se transforme en victime.

      Je n’ai pas l’intention de créer une entreprise, non par manque de fibre entrepreneuriale, mais parce que ma profession ne s’y prête pas : fonds trop important à trouver, investissement trop hasardeux par les temps qui courent, …

      Rassurez-vous, je possède une Toyauta Yaris (pour mon travail et la famille) et ma femme une Renault Clio pour son travail. La Toyauta sera remplacée (peut-être) par une voiture plus spacieuse car pour ma petite famille, ce n’est pas l’idéal. Donc loin du bling bling mais tout pour le fonctionnel. Mon unique « vice » : changer de smartphone tous les ans mais je n’ai pas d’Iphone (smartphone payé en partie par mon opérateur téléphonique).

    • 25 novembre 2015 à 19:12 | Menalahy (#9072) répond à zanadralambo

      Bonsoir Zanadralambo,

      Ces témoignages auront des effets positifs car maintenant nos compatriotes restés u pays ont des témoignages qui contredisent les légendes urbaines qui courent sur les Malagasy de la Diaspora.

      J’espère que, même si tous les Malagasy de la Diaspora n’ont pas tous témoignés, les malentendus entre les deux communautés, Malagasy restés au pays et Malagasy de la Diaspora, commencent à s’atténuer.

      Il faudra encore du temps et de la pédagogie pour que ces deux communautés se réconcilient.

      Pour le moment, je ne pense pas à retourner au pays, j’ai l’occasion d’y aller, donc, je n’ai pas la nostalgie du pays.

      Nous avons prévus d’envoyer les 3 plus grands de nos enfants, chez leurs grands parents, l’été prochain, pour un séjour prolongé. Pour le moment, c’est de l’ordre du projet et mes parents ainsi que mes beaux-parents ne se sont pas organisés pour les accueillir. Mes enfants parlent aussi le malagasy, donc, ils ne seront pas trop dépaysés, j’espère.

    • 25 novembre 2015 à 19:18 | Menalahy (#9072) répond à Tsisdinika

      Lol, puisque je vous dis que j’ai une double culture et que je ne fais pas de méli-mélo dans ma tête. ;-)

    • 25 novembre 2015 à 19:30 | Menalahy (#9072) répond à Isandra

      Si vous avez compris quelque chose, tant mieux pour vous. Vous allez pouvoir redresser ce pays en déshérence avec des solutions innovantes.

      Il faut bien trouver sa place quelque part, on ne peut être tsy an-tany tsy am-parafara : on risque d’avoir du gaz dans les intestins et ce n’est pas très bon de concurrencer les vaches avec le méthane. Et ça ne sent pas la rose non plus, vous qui savez péter à la gueule de ceux qui ont tous les orts à vos yeux.

      Votre définition de « fuite de cerveau » est incorrecte, éclaircissez votre propre cerveau et vous aurez la bonne définition. Le forum s’en portera mieux. Et vous aussi par la même occasion. D’une pierre deux coups.

      Ah bon ? Ce sont les Malagasy de la Diaspora qui sont la cause de tous vos malheurs ? Ce sont qui sont à l’origine de la gabegie généralisée ? Le Kere depuis 50 ans, ce sont eux aussi ? Et les inondations de l’année dernière ? Et cet argent des Allemands, ce sont les Malagasy de la Diiaspora qui l’empêche de tmober dans les caisses de la CUA , Et d’autres maux encore comme les valala ?

      Vous ne vous contentez pas de vos Olomanga qui sont rentés au pays ? Qu’ont-ils fait pour redresser le pays ? Pourquoi n’y sont-ils pas arrivés ?

      Vous devrie aussi participer au redressent du pays au lieu d’attendre les autres, en particulier, les Malagasy de la Diaspora qui ne vous disent pas bonjour.

    • 25 novembre 2015 à 23:07 | Gasy Ka Izy (#9018) répond à Menalahy

      Ka ahôna RaMenalahy a ! Hitako ôtrany matavava sy b gazety enao pour quelqu’un qui pratique zazen. Ne pas chercher...principe fondamental du zen.Ra ohatra ka hitanao zany sagesse zany alohan’ny ahavitanao manisa ny kitana rehetra eny andanitra de telefôneo aho. Asa na enao no diso fihaino na le moine no natory ampitoerana teo ampanaovana zazen. Ty omeko hevitra kely enao : il n’y a ni « faussement » ni vrai ni extinction ni nirvana à atteindre ra zen no resahana. Manaova zavatra hafa fa aza mandany fotoana futilement.

    • 26 novembre 2015 à 10:13 | Menalahy (#9072) répond à Gasy Ka Izy

      Miarahaba anao Grand Maître Gasy Ka Izy,

      Fa angaha moa rehefa manaraka ny bouddhisme zen dia voatery mitam-pim-bava ? Raha izany no izy, maninona no tsy tapahina ny lelan’ny bouddhistes rehetra ? Amin’iay dia ny fahanginana mandritra ny zazen no ho hitanao izay misoràtena ho tena mahay ny bouddhisme zen ?

      Sarasera hanehoana ny hevitry ny tsirairay ity fa tsy kianja hifanasana vangy tsy akory. Manana vangy koa ny aty ka tsy matahotra ny hampiasa izany rehefa ilaina.

      Sa hianao isan’ireo tsy manan-kevitra ka mialona ireo izay sahy maneho ny heviny ? Vao mba manoratra etoana hianao dia « fanakianana ny hafa no hatao » fa tsy « fanehoana aminay fa manana hevitra mahasoa na azo zaraina ».

      Sa kosa voafetra ny isan’ny lahatsoratra azo hatao eo amin’ity serasera izay misy antsika ity ?

      Tsy voatery ny hamaky izay soràtako anie hianao, ry Grand Maître Gasy Ka Izy, koa dingano izay lohatsoratra misy ny anarako dia tsy harary vavony sy andoha intsony hianao.

      Grand Maître Gasy Ka Izy, ny principe lazainao angamba dia principe hitanao amin’ireo livres de vulgarisation izay manao dika vilana ny fototry ny bouddhisme ka misy ny ahitàna fa ny méditation mandritra ny zazen dia « faire le vide » ohatra.

      Mba ny boky tsaratsara kokoa vakiana raha toa ke hampianatra ny tena bouddhisme zen. Ohatra ny Shobogenzo nosoràtan’ilay Mpanorina ny Bouddhisme japonais, dia i Maître Dogen izany.

      Hoy i Maître Dogen, ao anatin’io boky io momba ny zazen :
      « Ny zazen dia mipetraka fotsiny eo ambony zafu »,
      « Ny zazen dia fanafanana ny zafu amin’ny vody » (dans le texte fa tsy hoe te hanoratra teny vetaveta.

      Koa aiza ity « recherche » soràtanao ity e ! ? Aza mba manao fampianarana diso re ry Grand Maître Gasy Ka Izy.

      Taiza tamin’ny soràtro no nahitanao fa nampitoviako izany sagesse bouddhiste« izany sy ny hatao hoe »nirvana" izany nadika vilana tamin’y hoe extinction e, illumination e, éveil e, sns.

      Toa manao méli-mélo ity hianao ity ka mba lazao ahy hoe taiza hianao no nandalina ny Bouddhisme Zen fa tena liana tokoa ahafantatra izany ?

      Ary rehefa te hampianatra ny hafa dia mba hatovy mazava ny fampianarana fa aza miteniteny be fahatany fa te hadavo olona toy ny fanao mahazatra ny mpialona, ny tsy manan-kontenenina ka manoratrotra izay avoakan’ny atidoha feno rivotra maimbo : « il n’y a ni « faussement » ni vrai ni extinction ni nirvana à atteindre ra zen no resahana ».

      Mba inona no tianao lazaina amin’ity charabia tsy hita izay nadraisana azy ?

      Mandehàna mianatra miteny any amin’ny orthophoniste sy ny grammairien alohan’ny hampianarana izay efa mahay fa mahamenatra sady mandany fotoana amin’ny tsy hihinanam-bary.

      Tandremo sao dia akipy tanteraka ny maso rehefa manao zazen an !

    • 26 novembre 2015 à 10:18 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Saika hadinoko, azafady Grand Maître Gasy Ka Izy, mba hazavao amiko ary ny Sutra du Coeur Hannya Shingyo ahitàko raha tsy Mpampianatra sandoka ity milaza azy ho Tena Mahalala Ny Bouddhisme Zen ity.

    • 26 novembre 2015 à 10:20 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Vous devriez aussi participer au redressement du pays au lieu d’attendre les autres, en particulier, les Malagasy de la Diaspora qui ne vous disent pas bonjour.

    • 26 novembre 2015 à 10:49 | Menalahy (#9072) répond à zanadralambo

      Raha matahotra ny tsikera etoana dia tsy miakatra an-tsehatra.

      Matoa manoratra dia sahy maneho ny heviny na tsy izany aza ny « doxa officiel ».

      Tsy azo avela amin’ireo mpanao wa-wa-wa sy ny mahay kabary tsara lahatra ity serasera ity.

    • 26 novembre 2015 à 11:02 | Isandra (#7070) répond à Menalahy

      Ce sont les Malagasy de la Diaspora qui sont la cause de tous vos malheurs ?

      Ne me faites pas dire SVP Menalahy, ce que je n’ai pas dit,...

      La diaspora n’est pas la seule,...les élites locales aussi qui brillent par leur immobilisme et inertie complaisant, en laissant le champs libre aux cancres(Pety, Jao Jean, Voninahitsa, Roland Ratsiraka, Ralaisoa, Dadafara, Mara Niarisy, Kaleta, je fais exprès de ne pas mettre le nom du Colporteur de lait,...) devant de la scène politique,...

    • 26 novembre 2015 à 11:04 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Enfin, c’est décidé, je rajoute Rajoelina, Ra8,...Hery, etc...pour que mon post soit objectif,...

    • 26 novembre 2015 à 11:40 | Tsisdinika (#3548) répond à zanadralambo

      Zanadralambo,

      Vous m’avez cité (ou plutôt mon pseudo que vous avez écorché) dans vos échanges avec Menalahy. Ne m’en voulez pas alors si je me sens obligé de réagir à vos commentaires.

      Vous ne me devez rien du tout c’est vrai, et à l’instar de Menalahy vous ne devez rien du tout à l’État Malagasy. Vous êtes un self-made man et c’est tant mieux pour vous. Et c’est pour cette raison que j’ai dit à Menalahy que les personnes comme vous ne doivent pas se sentir obligés d’apporter leur « anjara biriky » au « Tanindrazana » vu que vous avez déjà des charges assez lourdes de votre côté dans votre cher pays d’accueil. Comme la plupart des Gasy, j’ai de la famille là-bas et ils ne me cachent rien de la dure réalité qui donne un sérieux coup au mythe du gasy d’andafy tafita. Si vous m’avez bien lu, je suis plutôt de ceux qui n’attendent rien de vous, sous prétexte que vous êtes à l’étranger. Je pense différemment des étudiants qui étaient boursiers de l’État et qui ne sont jamais rentrés pour payer leurs dettes aux contribuables et qui se permettent de nous regarder de haut.

      Puisque vous et Menalahy ont en commun de s’épancher sur vos parcours respectifs pour prouver que vous aimez le pays que vous avez quitté, et je le ne dis aucunement sur le ton de la reproche, permettez-moi de vous exposer à mon tour ma façon à moi d’aimer mon pays en restant ici à Madagascar.

      J’ai étudié à l’Université de Tana et était boursier. La bourse couvrait à peine mes trajets en bus et mes repas de midi. Quoi qu’il en soit, j’ai ensuite payé ma dette en servant en tant qu’enseignant vacataire pendant huit ans de ma vie avec un salaire de misère. Je l’ai fait car que je voulais partager à la génération suivante le peu que je savais parce que si modeste que soient les connaissances que j’ai acquises ici, elles m’ont bien servi. Il y a sans doute des tas de gens plus compétents formés à l’étranger pour faire ce boulot à ma place mais comme personne ne se proposait...rien de nouveau sous le soleil.

      Pour parler du présent, je paie mensuellent 1 million d’Ariary d’impôts rien que sur mon salaire et je passe sur les autres contributions directes, indirectes et parafiscalités diverses liées à mon activité (ma société a payé 1 milliard 300 Ariary rien qu’en parafiscalité l’année dernière et environ 700 millions cette année). Je suis dans les mines et donc pour ceux qui m’accusent d’être jaloux de leurs situations en France, ou des vazaha de Madagascar qui font de même, je n’ai pas besoin de leur faire un dessein. Que les impôts que je verse soient ensuite mal utilisés, j’en suis conscient, mais au moins j’ai fait mon devoir pour mon pays, je n’entends pas par là la terre rouge muette des ancêtres mais mes compatriotes anonymes pour qui au final je ne dois absolument rien non plus.

      Vous pouvez me dire m... si c’est la seule chose que consentez à partager avec moi, votre compatriote outre-hémisphère (un terme que je viens d’inventer pour souligner l’éloignement). Mais sachez que ce pays de la liberté que vous chérissez tant et qui vous a accueilli « à bras ouverts » ne s’est pas développé du jour au lendemain non plus. Vous n’êtes pas sans savoir que les parents et les grands-parents des Français de souche qui sont actuellement vos compatriotes physiques (!) sont passés par diverses privations et misères et ont travaillé dur pour laisser l’héritage actuel à leurs descendants. Quelques oncles d’Amérique y ont probablement contribué. Nous, les Gasy de Gasikara qui ne font pas une fixation de faire le grand saut vers l’eldorado étranger, aimons à penser qu’à l’instar de ces valeureux aïeux gallinacés, nous sommes en train de construire les bases du Madagasikara de demain, même si c’est un travail digne de sisyphe plus qu’autre chose.

    • 26 novembre 2015 à 11:56 | Tsisdinika (#3548) répond à Menalahy

      Menalahy,

      Je ne connais pas assez les bases du lifestyle bouddhiste pour en discuter avec vous (d’ailleurs vous semblez bien véhément plus bas face à un forumiste pour défendre votre « pratique spirituelle » donc je m’y risquerai pas) mais dans la foi chrétienne, justement, il faut boire la coupe jusqu’à la lie. Les passages bibliques en Romains 5:3 et Jacques 1:3 affirment tous deux que les souffrances et les épreuves produisent la patience. Et la patience produit les caractères et tempéraments que Dieu recherche au final : la sanctification. En effet, le Dieu des chrétiens est dans le business du fabrication des saints (parce que son royaume est supposé en être peuplé), mais pas de milliardaires ou de gens heureux comme l’enseignent faussement les faux prophètes à gogo. Juste une précision.

    • 26 novembre 2015 à 14:35 | Menalahy (#9072) répond à Tsisdinika

      Bonjour Tsisdinika,

      Je suis agressif envers ce Grand Maître du Bouddhisme car le premier post de lui que j’ai lu sur ce forum est une attaque en bonne et due forme et non des arguments en vue de faire avancer le schmilblick.

      Je suis ouvert à tous les débats d’idées mais il faut éviter les attaques personnels et les attaques sans fondement autre que la jalousie ou la rancoeur sinon c’est la volée de bois vert assure : qui aime bien, châtie bien.

      Dans toutes les religions et les philosophies de vie, il y a toujours de « grands principes » à la base sinon l’édifice ne tiendrait pas.

      De là à dire que ces « grands principes » doivent et/ou peuvent être suivis à la lettre, il y a un grand fossé que je ne franchirai pas.

      Les préceptes que vous avez cités sont dignes d’être suivis à la lettre, mais qui est-ce qui a pu les accomplir réellement parmi ces chrétiens du passé et du présent ?

      De même, toutes les écoles bouddhistes enseignent la Voie du Dharma, mais chacune à sa façon, sans dénaturer les enseignement du Bouddha Sakyamuni qui se transmettent de Maître à Disciple selon la formule consacrée. Peut-être que le Grand Maître aura son mot à dire là-dessus.

      Je ne prétends pas et je n’ai pas prétendu être parvenu dans cette sagesse mais j’essaie. Je ne peux que raconter des bribes de mon expérience car je ne suis pas encore autorisé à enseigner comme le Grand Maître.

      Le nirvana ou autre satori ne sont pas mon but et, franchement, ce n’est pas ce qui m’a encouragé à suivre les enseignements bouddhistes.

      Que ceux qui essaient de trouver LA Vérité dans une religion ou une philosophie de vie le fassent mais qu’ils n’en sortent pas amers après avoir constaté qu’aucune religion ou philosophie n’est parfaite. C’est comme cela que des gens passent d’une religion à une autre, d’une philosophie à une autre, d’une idéologie à une autre jusqu’au dégoût.

      Ce sont les Hommes qui sont dans le business de fabrication des saints et non Dieu. Ce sont les Hommes qui recherchent LA Pureté, LA Sainteté, LA Perfection pour plaire à Dieu comme au temps de la découverte de la spiritualité par les hommes du Néandertal.

      Dieu ne demande pas à l’Homme l’impossible sinon Il n’aurait pas inventé LE Pardon des péchés. Sinon Il n’aurait pas ré-écrit ses contrats avec le Peuple d’Israël à chaque fois que Celui-ci s’éloignait de Sa Voie (épisode du veau d’or, par exemple).

      Ses Anges se réjouissent plus quand l’âme d’un pécheur est sauvée que lorsque 99 âmes de Justes le sont. Ce n’est pas seulement l’expression de La Miséricorde de Dieu, c’est aussi l’expression de Sa Compréhension de nos forces et de nos faiblesses.

      Je ne sais pas si j’ai « bien » répondu à votre questionnement mais, bon, j’ai essayé.

    • 26 novembre 2015 à 14:36 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Je suis ouvert à tous les débats d’idées mais il faut éviter les attaques personnelles et les attaques sans fondement autre que la jalousie ou la rancoeur sinon c’est la volée de bois vert assurée : qui aime bien, châtie bien.

    • 26 novembre 2015 à 15:04 | Menalahy (#9072) répond à Isandra

      Bonjour Isandra,

      Vous ne l’avez pas écrit comme je l’ai écrit mais pensé très fort (et ce n’est pas la 1ère fois) au point que vous avez écrit : « Et ne vous étonnez plus si ce pays reste sous développé,... ».

      Et vous-même, que je considère comme une élite de ce pays, à la lecture de vos posts qui sont souvent intéressants (aucune ironie de ma part), que faîtes-vous à votre place d’élite ?

      Vous n’avez pas répondu à ma question concernant ces élites qui sont revenus au pays.

    • 26 novembre 2015 à 16:23 | lalatiana (#1016) répond à Ndimby A.

      De la même manière qu’il peut être pénible de nous voir rétorquer à longueur de temps que nous n’avons aucunement voix au chapitre parce que, depuis notre parisianisme, nous ne comprenons rien à rien, mon ami :-) ...

    • 26 novembre 2015 à 20:17 | zanadralambo (#7305) répond à Tsisdinika

      Sincèrement désolé si j’ai écorché votre pseudo, c’était involontaire de ma part. Pardon aussi si je vous ai blessé d’une manière ou d’une autre, je n’en avais nullement l’intention.

      Les bonnes manières étant rétablies, je ne retire rien du fond de mon écrit. Vous me reprochez insidieusement mon amour pour la France, vous n’êtes pas le premier, vous ne serez pas le dernier. Je suis de sang malagasy, j’aime ma patrie, j’y retournerai poussière. Mais j’éprouve aussi un amour pour mon pays d’adoption qui m adonné plus que je ne pourrai jamais lui rendre. La citoyenneté d’un pays confère des droits, beaucoup de droits (des droits qu’on n’aurait pas toujours dans notre pays natal) mais elle implique aussi des devoirs. Le respect de ses valeurs, de son drapeau ne sont pas des moindres. Vous n’êtes pas concerné puisque vous vivez au pays. Mais venant de gens comme Betoko (encore que lui, il débite ses sottises à Tana) et Eloim, je n’accepte pas, je ne comprends pas cette francophobie primaire. Ils confondent nationalisme et patriotisme. Ce sont 2 notions différentes : le nationalisme, c’est la haine, le rejet de l’autre. C’est bien du reste, ce que démontrent leurs propos. Il n’y a pas qu’eux. Je mettrais ma main au feu que 90 % des participants à ce forum, qui crachent dans la soupe, se la coulent douce en France. La reconnaissance envers le pays d’accueil, la simple reconnaissance du ventre, ils ne connaissent pas ? Ont-ils besoin, à la moindre occasion, de déverser cette haine de la France et des Français ? Je ne dis pas que tout est parfait dans l’hexagone, oh que non ! Mais de là à dénigrer systématiquement leurs hôtes.

      Vous-même, vous sévissez sur TNN (où celui qui se fait appeler admin mène quotidiennement une campagne anti-française, il fait, du reste, des amalgames irresponsables) depuis longtemps. J’ai eu l’occasion de lire vos diatribes contre les « colons » , vous ne vous gênez pas non plus pour stigmatiser la maudite diaspora. Je ne vous dénie pas le droit de critiquer la France et sa politique étrangère, vous les ZD ne pardonnez pas à Sarkozy d’avoir trempé dans le coup d’état de 2009, je conçois. Mais pourquoi le faire avec cette haine viscérale, pourquoi mettre dans le même sac tous les Français ? Il n’ ya pas que des salauds dans cette France que vous détestez. La France d’aujourd’hui n’est plus celle de 1896 ou de 1947, vous ne pouvez pas l’admettre une fois pour toutes ?

      Le sujet de l’article porte sur les dangers de l’islamisme rampant, on a largement débordé. Mais, au moins ; on n’aura jamais autant parlé de cette diaspora (dont certains membres, je vous l’accorde, par leur comportement arrogant et prétentieux jettent le discrédit sur le groupe entier) tant décriée, accusée d’être la 5 ème colonne de la France néo-colonialiste. Il n’y a qu’à lire les propos délibérément ostracisants de St Jo quand il se lâche pour s’en convaincre.
      Un poète, celui-là, un chantre de la tolérance…

      Merci, néanmoins, de m’avoir interpellé poliment, sans casse et sans cris.

    • 27 novembre 2015 à 00:18 | tsimahafotsy (#6734) répond à zanadralambo

      Votre loyauté est admirable cher compatriote.
      Je ne me lasse pas d’expliquer aux nationalistes de tout bord qu’il n’y pas contradiction à aimer deux patries.
      Bien à vous.

    • 27 novembre 2015 à 00:28 | Gasy Ka Izy (#9018) répond à Menalahy

      Manahôna enao RaMenalahy a !
      Trop d’explications complique et, plus loin on va moins on trouve. Sous l’arbre de la Boddhi le Bouddha a reconnu que réciter les sutras, l’aide de pratiques, de disciplines et d’autres futilités était chose vaine pour essayer de trouver l’esprit originel. Il avait renoncé à user de l’esprit singulier et de l’acte, accepté son ignorance et son impuissance à la faire cesser. Et, à la vue de l’étoile du matin, l’esprit originel l’illumina...mais pas le contraire. Telle est l’expérience du Bouddha.
      zay alo fa nde hiverina hianatra aho sao mba mahay misandoka

    • 27 novembre 2015 à 13:23 | Menalahy (#9072) répond à Gasy Ka Izy

      Miarahaba anao amim-panajàna ry Grand Maître Gasy Ka Izy,

      Tsy Kusen ange tsy akory no mba nagatahiko taminao fa kosa izay mba izay azonao ambara amin’ny fiteninao ary tsy ny coipé-collé hitanao amin’ny boky ka laina ho ty ny tena fampianarn’i Bouddha Sakyamuni.

      Hay ity hianao misoràtena ho Grand Maître Zen ity ka tsy afaka ny mifintina amin’ny teny izay anao manokana, izay fototry ny fisehosehoanao fa mahay azy fa kosa mbola ny fiten’ny sasany hiany no angalana tahaka.

      Tsy menatra manao izany kanefa jejojejo ery tamin’ny voalohany ?

      Mba hazavao kely ary hoe ny symbolisme ity « étoile du matin » ity ahitàko raha toa ka tena mahay ny fisianan’ny Mapitre bouddhiste hianao ?

      Ireo fanontaniako moa dia tsy nahazo valiny ka ity fanontaniana vaovao ity dia tsy ahazo valiny koa araka ny fomba mahazatra izay mahavita azy kanefa tsy mahiva tsy akory no tena marina.

      Ary hianao ve mba hanak ny ignorance-nao sy ny impuissance-nao ami’ity ady hataoanao Mpampianatra tena mahay azy ity sa ... ?

      Ndeha re mba mianatra tsara fa ny copié-collé sy ny tsianjera dia tsy misy vidiny amin’ny Bouddhimse na Zen izany, na Tibétain na ny hafa koa.

      Tandremo sao dia matory mandritra ny zazen fa tsy fantatro na iza na iza no hanome kyosaku anao.

    • 27 novembre 2015 à 13:28 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Mihinam-bary aza hono misy latsaka ka ity no tokony ho vakianao, Grand Maître Gasy JKa Izy (ilay narana aloha dia tena milay ary dia milaza mazava ny tena caractère sy personnalité an’i Grand <maître),

      "Mba hazavao kely ary hoe ny symbolisme ity « étoile du matin » ity ahitàko raha toa ka tena mahay ny fisiainan’ny Maître bouddhiste hianao ?

    • 27 novembre 2015 à 16:08 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Lu---« . Comme on peut le voir, la situation est bloquée. Il n’y a aucune chance pour une solution intermédiaire, étant donné que les français s’entêtent dans leur piraterie moderne et que les dirigeants malgaches ont choisi de trahir leur nation en refusant de défendre notre intégrité territoriale. Face à la démission des pouvoirs publics malgaches, il faut peut-être trouver une alternative du côté du secteur privé. En effet, des malgaches ou étrangers fortunés, convaincus du bon droit de Madagascar sur les Iles Eparses pourraient affréter des navires remplis de manifestants. Ces derniers navigueront autour des Iles Eparses en réclamant inlassablement leur restitution à Madagascar. Cette expédition pacifique, si besoin escortée par des navires russes, sera diffusée en direct sur les réseaux sociaux et relayée par les autres médias »

    • 27 novembre 2015 à 18:36 | Tsisdinika (#3548) répond à zanadralambo

      Zanadralambo,

      Il n’y a pas de mal... pour le pseudo, je veux dire.

      Je ne vous reproche pas du tout votre amour pour la France. Il est évident que c’est votre patrie de coeur vu tout ce qu’elle avait à vous donner et que Madagascar ne pourrait probablement jamais vous offrir, ne nous voilons pas la face. Personne n’a le droit d’interdire à quelqu’un d’être reconnaissant envers son bienfaiteur et il n’y a rien de plus horripilant que l’ingratitude.

      Vous dites que vous aimez vos deux pays. Je n’en doute pas. Mais je ne peux pas croire comme le suggérerait Tsimahafotsy que vous aimez ces pays avec un amour égal. Il a des affinités qui se construisent au fil des années et au gré des circonstances et des contacts qui font qu’on développe une préférence pour l’un au détriment de l’autre. Pour vous illustrez là où je veux en venir, permettez-moi la petite analogie suivante : Personne ne choisit sa famille de naissance ; mais on peut choisir ses amis. Ou sa belle-famille. Quoique. Bref, on peut continuer à aimer sa famille s’il n’y a pas trop de brouilles en chemin (vous avez mentionné vos relations tendues avec votre famille au pays) mais il est de loin difficile de se fâcher avec ses amis parce qu’ils sont souvent plus proches de soi que ses propres parents ou du moins sa fratrie. C’est comme cela que je vois moi votre relation avec Madagascar et la France. À vous de voir qui est qui dans l’analogie.

      Ensuite, je vous l’accorde que je suis assez virulent contre les colons et les gasy d’andafy birizity milay sur ce forum et sur TNN. Ce n’est pas parce que je suis CONTRE eux, non, c’est simplement parce que je suis POUR Madagascar. C’est leur arrogance, leur propension à dénigrer et à pontifier (self-important comme on dit en anglais) que j’attaque, pas leur volonté et leur capacité à aider Madagascar, si tant est qu’ils existent. Polémiquer pour polémiquer, c’est lassant et stérile. J’ai déjà dévoilé en me faisant violence ce que moi je fais pour mon pays . À eux de prouver qu’ils ne se servent de ce forum que comme un exutoire pour je ne sais pas trop quoi.

      Enfin, comme vous, je ne retire rien de ce que j’ai dit à vous et à Menalahy et que j’adresse à tous les Gasy bi-nationaux (c’est-à-dire à la fois citoyens de France et de... Navarre ! Je blague). Vous avez choisi de vivre là-bas. Très bien. Vous avez réussi. Bravo. Mais ne venez pas nous dire (et là je ne parle pas de vous ni de Menalahy) que vous pouvez faire plus pour Madagascar qu’on ne le fait déjà ou que vous saurez conduire le pays ou les affaires mieux que ceux qui sont là. Les dirigeants passés et actuels de ce pays ont été pour la plupart formés à l’extérieur. On voit où cela nous a mené. Être bi-national, c’est pratique pour les voyages ou pour le boulot, qu’en sais-je, mais il ne donne pas tous les droits. C’est comme quelqu’un qui change de caisse pour une file moins longue au supermarché. Si on regrette son choix, et qu’on veut revenir à la première file, on ne peut plus reprendre sa position initiale et il faut repartir à partir de la fin. À moins d’avoir le don d’ubiquité.

      Sachez également que vous, vous avez plus ou moins le choix. Lorsque votre aventure ici tourne mal, comme pour Menalahy, vous pouvez toujours vous aménager un plan de repli même si c’est pas aussi simple en pratique. Si d’autant plus vous n’êtes que de passage, bah, c’est déjà réglé. Les Gasy qui souffrent ici au pays, eux, n’ont nulle part où aller et doivent subir. Point.

      Cordialement.

    • 27 novembre 2015 à 18:44 | Tsisdinika (#3548) répond à Tsisdinika

      Erratum : si tant est qu’ELLES existent (la capacité et la volonté d’aider Madagascar). Ah, la langue française...comme disait un ancien collaborateur : « A door is a door. Who cares whether it’s male or female ? »

    • 27 novembre 2015 à 21:53 | zanadralambo (#7305) répond à Tsisdinika

      Bonsoir Tsisdinika.
      Je loue votre franchise, même si je trouve parfois qu’elle vous dessert. Parce que la virulence, la violence de vos propos, surtout sur TNN, peut blesser des gens qui ne rentrent pas dans la catégorie de ceux que vous exécrez. Encore une fois, je vous le dis en toute simplicité, tous les vazaha ne sont pas des salauds ; et tous les gasy d’andafy, même les boursiers qui n’ont pas rempli leur part de contrat puisqu’ils ne sont pas rentrés rembourser la patrie ne sont pas des hyènes. Il peut y avoir mille et une raisons dans leur démarche… Ces mêmes gasy d’andafy dont je dénonce, du reste, l’hypocrisie ; qui croient que parce qu’ils crient sur ce forum leur haine de cette France qui les nourrit, ils prouvent leur amour pour le pays d’origine. Quelle blague ! Et comme vous le dites si bien, ils ont comme moi cette liberté de choisir, ils peuvent rentrer quand ils veulent, s’ils le veulent. Nos compatriotes restés au pays, eux, n’ont pas ce choix.

      Vous avez raison, je n’ai pas choisi Mada pour y naître, et j’ai choisi la France pour y vivre. Pourtant, on peut aimer les deux pays, comme on aime son père et sa mère, d’un amour différent, mais avec le même sentiment sincère. Madagascar est le pays de mes ancêtres, c’est là que je serai enterré, auprès de mon père. Un vieux nationaliste…ce nationalisme que je dénonce car il est synonyme de rejet de tout autre. J’aime ma nation, je le voudrais que je ne pourrais nier ma « malgachitude ». Mais j’aime aussi cette France, terre de tolérance et d’accueil, je ne pense pas qu’il existe ailleurs un endroit où l’exilé est mieux intégré. La loi, la Constitution de la République en sont le garant…même si, évidemment, tout n’est pas parfait.

      Et si, je dois beaucoup à mon pays natal, les études qu’il m’a payées, les souvenirs immortels de mon enfance et de mon adolescence, la langue maternelle dont il m a fait cadeau, et que je parle avec mon épouse. Je lui suis redevable, et que vous me croyiez ou non, j’essaie de m’acquitter de ma dette morale, je n’ai pas à en parler ici. Il est évident que mon anjara-biriky ne sera jamais à la hauteur du vôtre, je reconnais que vous, les compatriotes sur place êtes plus méritants. Et je suis sincère, croyez-moi.

      J’ose espérer que l’homme de dialogue que vous êtes finalement saura faire désormais la part des choses et ne plus mettre systématiquement dans le même sac tous les « étrangers », qu’ils soient vazaha de naissance ou de papier. Déjà, s’ils prennent le temps de venir sur cette plateforme, c’est la preuve de leur amour pour Mada.

      Cordialement.

    • 27 novembre 2015 à 22:01 | zanadralambo (#7305) répond à tsimahafotsy

      « Avis aux nationalistes de tout poil : un pays appartient à ceux qui l’aiment avec respect. Madagascar ne fait pas exception ».
      Parfois, je suis pris par un sentiment de découragement quand je vois la haine qui anime les tenants de la xénophobie. Nous ne sommes qu’une poignée à essayer de leur faire entendre raison.
      Heureusement qu’il y a des hommes comme vous, Menalahy, Akam, Zanabahoaka...pour contrer la bêtise de ceux qui veulent avoir raison contre tout, malgré tout.

      bien à vous.

    • 28 novembre 2015 à 02:43 | Gasy Ka Izy (#9018) répond à Menalahy

      Miarahaba anoa ndray aho RaMenalahy a !
      Comment voulez vous reconnaître la réponse à votre question dans votre fatras de kabary et votre incessante jacasserie. D’ailleurs, on n’est pas à la maternelle ici ka mila hanazavana antsipiriany. Il faut arrêter un peu de ‘’faire le vide’’ fa mahavery saina io .
      Ary taiza no nahitanao an’izany hoe misoratena ho grand maître zen zany, ou c’est le pur fruit de votre imagination, du genre paréidolie.
      Pourquoi me parlez-vous de boky ? Pour masquer et que je ne découvre votre connaissance livresque ? Vous avez peur de quoi pour être en défensif chaque fois ? De ne pas être à la hauteur ? Pourquoi vouloir se justifier si vous êtes droit dans vos bottes. Le nirvana(ou comment vous l’appelez) n’est pas supérieur à celui qui le connaît ou inférieur à celui qui l’ignore. Le nirvana reste le nirvana, inafecté par nos tumultes au quotidien.
      On voit clair comme le jour votre manière de soutirer des instructions pour pallier la faiblesse de votre enseignement. Je ressens jusqu’ici le nerveux battement de votre cœur, la fébrilité de votre respiration et vos mains tremblantes pianoter le clavier.
      Débarrassez vous un peu de verbiage et consacrez, rien qu’un instant, à vous remettre à vous-même, sans parler, de temps en temps. Vous verrez que la réponse que vous attendez surgira d’elle-même. Pas besoin de poser des questions
      Raha tsy zany na haniry nify ary ny akoho tsy hijanona ny hametraka fanontaniana enao

    • 28 novembre 2015 à 10:09 | Tsisdinika (#3548) répond à zanadralambo

      Bonjour zanadralambo.

      Merci de m’avoir lu et d’avoir répondu.

      Mes propos sur TNN ou ici peuvent c’est vrai blesser certaines catégories de personnes. Pourtant, je n’ai jamais rien fait d’autre que répondre à la provocation de ces mêmes personnages qui n’ont semble-t-il jamais appris qu’il est possible de critiquer de façon constructive, sans rabaisser ni blesser l’autre. Je leur répond sur le même registre parce que pour moi, les personnes qui agissent de la sorte sont des médiocres qui se défoulent sur plus médiocres que soi. Comme ça, ils se sentent peut-être moins nuls. J’en veux pour preuve certains trolls français qui « sévissent » (votre terme) sur ce forum (voir la définition du terme « trolling » qui qualifie assez bien l’intervention de certains visages pâles). Ces étrangers pissent dans la piscine alors qu’ils sont encore dedans (image plus évocatrice pour moi que l’expression « cracher dans la soupe »). Et contrairement à ce que vous semblez croire, je ne mets pas tous les vazaha et vazaha gasy (sans péjoration) dans le même sac parce que mes répliques ne sont jamais gratuites. Seulement, il y a des vazaha (de race ou de papiers) qui ne supportent pas qu’on leur rétorque ou qu’on s’affirme comme étant leur égaux, habitués qu’ils sont à aboyer sur leurs subalternes Gasy ou autres. Et comme d’habitude, ils mettent vos réactions sur le compte de la jalousie, persuadés qu’ils sont forcément mieux lotis dans tous les domaines, surtout matériel, en mettant tous les Gasy dans le même sac. En parvenant à faire mieux qu’eux, ils vous font comprendre que c’est pratiquement un crime de lèse-majesté, les insinuations sur l’origine douteuse de vos avoirs ne sont mêmes plus voilées.

      Voilà. J’en ai peut-être déjà trop dit ou pas assez. Merci de m’avoir lu et surtout de ne pas réduire ma personnalité à ces quelques mots que j’ai partagés.

      Cordialement.

    • 28 novembre 2015 à 11:00 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      - Puisque vous aimez les bonnes questions et les bonnes réponses, vous devriez déjà vous poser les 2 questions suivantes :

      ==> Situation bloquée par qui ?
      ==> Situation bloquée où ça ?

      Je m’en tiens à la version officielle qui est la poursuite des discussions/négociation. Nous n’avons aucune preuve de l’existence ou de l’inexistence de ces discussions/négociations, alors, ne tirons pas trop sur la comète.

      - Cette expédition pacifique est une très bonne idée :

      ==> Ce sera la démonstration de ce Fitiavana Tanindrazana que nous avons tous,
      ==> Ce sera une démonstration magistrale de la défense de Notre Souveraineté,
      ==> Ce sera l’occasion de faire l’inventaire de notre héritage.

      - Je ne doute pas un seul instant que ce chroniqueur sera le premier à s’embarquer sur ces navires remplis à ras bord de Malagasy bien disciplinés et bien décidés à défendre bec et ongles nos Isles éparpillées.

      A moins que, comme à l’accoutumée, ce chroniqueur ne soit qu’un tigre de papier qui se contente d’haranguer une foule en pâmoison devant ces belles idées.

      Il faudra peut-être appeler cette « expédition pacifique » : Croisières des Isles Epars(es)-Pillées.

      - Pourquoi faire appel à la protection des Russes ? Le chroniqueur aurait-il peur d’un grand méchant loup ou du coq gaulois ?

      - Pourquoi les « Russes « au lieu d’un autre pays ? Le chroniqueur aurait-il des accointances avec cette puissance étrangère ?

      Est-ce que Greenpeace demande une protection quelconque lors de ses actions dangereuses et spectaculaires ? Alors, pourquoi se cacher derrière une puissance étrangère ? Est-ce compatible avec Notre Souveraineté Nationale ?

    • 28 novembre 2015 à 11:19 | Menalahy (#9072) répond à Gasy Ka Izy

      Tous mes respects Ô Grand Maître Gasy Ka Izy,

      -  Est-ce que je cherche une réponse dans le Zen ? Où avez-vous lu ça dans mes posts ? C’est plutôt vous qui êtes dans la paréidolie.

      -  Je vous ai posé des questions pour m’assurer que vous êtes le Grand Maître que vous prétendez être avec vos « enseignements » dispensés sous forme de conseils tirés de vos connaissances livresques telles que : « Le nirvana(ou comment vous l’appelez) n’est pas supérieur à celui qui le connaît ou inférieur à celui qui l’ignore. Le nirvana reste le nirvana, inafecté par nos tumultes au quotidien. »

      -  Encore une formule livresque qui ne veut rien dire pour le commun des mortels : « On voit clair comme le jour… ».

      Et une autre : « Vous verrez que la réponse que vous attendez surgira d’elle-même. ».

      -  Vous êtes incapable d’exprimer ces belles idées que vous m’enseignez avec générosité AVEC VOS PROPRES MOTS.

      -  UNE CONNAISSANCE N’EST LA VÔTRE TANT QUE VOUS NE POUVEZ PAS L’EXPRIMER AVEC VOS PROPRES MOTS.

      Vous m’avez déçu ô Gasy Ka Izy ! Vos prétentions sont contenues dans votre pseudo.

      -  Une question classique posée dans l’école rinzaï et que certains Maîtres Zen posent parfois à leurs disciples : « Comment étiez-vous avant que vous soyez conçu ? « .

      - 

    • 28 novembre 2015 à 19:49 | zanadralambo (#7305) répond à Tsisdinika

      Bonjour, Tsisdinika, vos me dites que votre attitude parfois agressive s’explique par la provocation de quelques excités. Encore une fois, je vous demande pourquoi vous ne leur répondez pas nommément au lieu de faire cette généralisation blessante ? Et ces vazaha (de race ou de papiers) qui rabaissent les Malgaches, vous parlez de la vie en général ou de ce forum en particulier ? Parce que des Malgaches de la diaspora qui crachent sur leurs compatriotes, j’avoue que je n’en vois pas sur MT.
      Sinon, j’ai eu plaisir à échanger avec vous.

    • 28 novembre 2015 à 20:10 | Gasy Ka Izy (#9018) répond à Menalahy

      Tonga indray aho hiarahaba anao RaMenalahy a ! Dia aza averina adika daholo re zay soratako aminao e !
      Koan !
      Maintenant, revenons au thème principal de ce forum : Face au risque terroriste.
      Ame sensible s’abstenir.
      Bouddhisme, Christianisme, Judaïsme, Islamisme ou autre. Quelle différence ?
      Le monde n’est plus qu’un abattoir depuis que Caïn a tué Abel et, d’autres gens avant eux se sont entretués pour une seule raison : Avoir raison. Tout le monde veut avoir raison et imposer ses idéologies. Il n’y a pas d’alternance où ce que l’on pense être une vérité ne l’est plus l’instant d’après, reprendre et ainsi de suite. Notez qu’il s’agit ici de parler spiritualité. J’ai une culture Malagasy qui présente ses avantages et ses défauts. D’autres cultures constitueront avec elle cette alternance, créant une succession d’échanges mutuels. Harmonique et infaillible comme le rythme du jour et de la nuit. L’entrave est que la mutualité disparait pour donner place à une notion de catégorisation pour enfin donner naissance à la discrimination.
      Ny antony mo dia ity : hatramin’ny nahafatesan’i Ranavalona dia very daholo ny hazondamosin’ny malagasy. Na ny pitondra na ny ho entina.
      Misy ny Malagasy nomena sy namaky baiboly dia lasa nanipaka ny fombandrazana satry masiso angamba iizy io . Rariny raha tsy ho hita ao anaty baiboly raha apetrako ny fanontanina hoe andininy fahafiry no milaza ny dihan’I Jesosy teo Analaleky sy Andravoahangy na teny Isotry sy Andavamamba satria boky nosoratana ho an’ny ponin’I Israely io. Dia ireny fombambazaha tsy hita maty tsy hita velona ireny no handoalihana etsy sy ero.
      Ny sasany indray manao sasa vandana ohatry ny piso dia mitsongoloka isaky ny mihetsika dia ho hitan’izay tsy hihinana hena kisoa, sakafo matsiro io, matahotra ny ho kobon’I Allah ka mety ho votrotra ilay 79 virijiny any amparadisa eny fa na hamono tena aza, ka notsipahana hatramin’ny fombandrazana satria tsy mendrika angamba izy io.
      Eo ihahy koa ireo manokana fotoana sarobidy hijerena ny fipetrahana ahafantarana raha mahintsy ny lamosina sy raha tsy mikipy ny maso eo ampanaovana zazen araky ny hevitry ry Dogen. Dia nodakana ny fombandrazana satria tsy misy fanatenana angamba izy io.
      Intellectuels et érudits se sont penchés sur la question de paradis depuis des millénaires. S’ils ont rien trouvé jusque là c’est que, soit c’est quelque chose qui n’existe pas, soit c’est la méthode qui n’est pas bonne. Il faut arrêter de faire le mouton. Manaraka ambokony fa very hazondamosina.
      La bible dit : Donne-nous le pain de ce jour. Ry Dogen ndray s’exprime par : Ici et maintenant. Sans parler les autres dans le même contexte. Et la plupart d’entre nous ne faisons que nous projeter dans un monde lointain que personne ne connaît ni n’a vu, à en perdre la tête.
      Ecoutez ceci : s’il y a réellement quelque chose à recueillir au paradis, la langue malagasy est amplement éloquente pour en faire la requête. Nullement besoin d’aller emprunter telle langue ou telle culture ailleurs. Par la même occasion, nous pouvons maintenir en cours le mécanisme d’alternance cité là-haut. Et, veloma lava ny terrorisme.
      Gasy Ka Izy.

    • 29 novembre 2015 à 14:12 | Menalahy (#9072) répond à Gasy Ka Izy

      Faly miarahaba anao indray Ra-Faux-Grand Maître Gasy Ka Izy,

      Vao avy namaky ity “fatras de kabary et incessante jacasserie » nosoràtanao ity indray ny tenako koa dia tapaka mihitsy ny tsinaiko.

      Aiza ka ny resatsika roalahy dia mikasika ny Bouddhisme Zen kanefa nony nandresy lahatra anao izay mirediredy fa mahay an’io Bouddhisme Zen io ny tenako dia lazainao fa “Koan” ireo soràtanao ireo !

      Mba taiza no nisy Mpampianatra ny Bouddhisme Zen (na Rinzaï izay malaza amin’ny Koan aza), nanome Koan be dia be ho an’ny Mpianany ? Erreur pédagogique lehibe tokoa izany no nataonao. Tsy mendrika ny ho antsoiko hoe Grand Maître na koa aza Petit Maître intsony izany hianao.

      Eto amin’ity serasera ity dia izay voasoratrao dia mety ho hivadika aminao koa tandremo tsara izay voasoratrao etoana fa toy ny rano ràraka ka tsy azo raofina instony.

      Ny tenindrazanay koa dia manao hoe : “Ny vava no tsy hatao betsaka, ny hamerenana azy no tsy efa”.

      Ankoatr’izany, dia mamelà ahy hanitsy kely anao izay milaza azy fa mahay noho ny hafa fa diso ilay hoe virijiny 79 no ho azon’ny maritiora silamo. Tsy 79 no isany, fa 72 izay mizara toa izao : anakiroa (02) avy ao amin’ny Paradisan’I Allaha ary 70 kosa nampiakarina avy any amin’ny Afobe.

      Sa hianao isan’ireny lehilahy dangitra foana ka tsy maintsy mitady vehivavy amin’y fomba maro samihafa ? Hmmm

      Dia mbola diso hiany koa ity soràtanao manao hoe : « Eo ihany koa ireo manokana fotoana sarobidy hijerena ny fipetrahana ahafantarana raha mahintsy ny lamosina sy raha tsy mikipy ny maso eo ampanaovana zazen araky ny hevitry ry Dogen. Dia nodakana ny fombandrazana satria tsy misy fanatenana angamba izy io.”

      1) Ny zazen dia azonao hatao amin’ny fotoana izay hitiavanao azy fa tsy hoe amin’ny fotoana voatokana ho azy ao am’ny Dojo tsy akory. Na mandeha hianao, na mipetraka, na mihinam-bary hianao na misotro rano (na zavatra hafa), na mangery hianao, na milely dia azonao hatao ny zazen.

      Ny fandehanana manao zazen any amin’ny Dojo dia fanatevezana ny Sangha (Fikambanan’ny Bouddhistes) izay isan’ny fototry ny Bouddhisme (Tripitaka). Asa raha fantatrao fa ny Sangha dia isan’ny hery lehibe ho an’ny Bouddhiste rehefa manao “prise de refuge” izy.

      Noho izant dia tena fotoana sarobidy tokoa ny fotoana hanaovana zazen fa tsy fotoana very tsy akory.

      Ary tsy aleo ve mahitsy ny lamosina toa izay mivilana ?

      2) Maro ireo manam-pahaizana izay milaza fa ny Sotoavina sy ny Kolontsaina Malagasy dia avy amin’ny Fahendrena Bouddhiste. Koa tsy mandaka na miala amin’ny Fomban-dRazana (hafa tsy ny Fanompoan-tsampy) mihitsy tsy akory izay Malagasy manaraka ny Fampianarana Bouddhiste (Zen, Rinzaï, Theravada, Tibétain, sns). Vao mainka aza mandàlina ny Fomban-dRazany ireo olona ireo.

      Raha ny Fomban-dRazana no ahitanao Fahafinaretana sy Fitonian-tsaina ary Fitoniam-panahy, dia tano ho anao izany fa aza manambany ireo izay mihevitra fa ny Finoana Kristiana na Mozolmana na Filosofia hafa no ahitàny izay tadiavin’ny Fanahiny.

      -  Eo amin’ity “fatras de kabary et incessante jacasserie » soràtanao ity dia manoratra hianao fa : « Tout le monde veut avoir raison et imposer ses idéologies. ».

      Koa nahoana no tsy ampiharinao amin’ity Fomban-dRazana harahinao ity izany ? Sa “Faîtes ce que je dis mais ne faîtes pas ce que je fais” ? Dia ny « Deux Poids, deux mesures » izany no Fahendrena hampianarinao anay etoana ? Pathétique !

      Dia i Ranavola 1ère izany no fitaratra omenao anay ka tokony ho arahinay ?

      I Ranavolana 1ère izay namono ireo Malagasy tsy nanaraka ny fanompoan-tsampy fa nanaraka ny Fivavahana Kristiana ary nampitoviana tamin’ny mpamosavy, ka nodorana velona tao Ambohipotsy (ny Andriamasinavalona izay tsy azo nalatsa-drà), novonoina tao Amboninampahamarinana (Rasalama sy ireo namany hafa) na koa namidy ho andevo toa an’I Ranivo izay voalaza fa zazavavy vao 16 taona ary tena tsara tarehy tokoa ?

      - Fa iza no manakana anao amin’ny fanarahana ny fanompoan-tsampy ?

      -  Eo amin’ity “fatras de kabary et incessante jacasserie » soràtanao ity dia manoratra hianao fa : Maintenant, revenons au thème principal de ce forum : Face au risque terroriste ».

      Rehefa vakiana tsara anefa ny “fatras de kabary et incessante jacasserie » soràtanao dia tsy izay mihitsy no izy fa fanindrahindrana be fahatany ny fomba nentin-dRazana no mameno ny lahatsoratrao. Mba concret moa rangahy fa tsy olona dondrona tsy akory ireo olona tonga eto amin’ity serasera ity ka mamaky ny “fatras de kabary et incessante jacasserie » soràtanao.

      -  Dradradradraina eto amin’ity serasera ity ny Fampihavanam-pirenena, ny Fitiavana Tanindrazana, sns sns.

      Asa na hadino na tsy fantatra fa ny Fihavanana sy ny Fitiavana dia tsy mitombona raha tsy miatomboka amin’ny FIFANAJÀNA.

      Raha hianao io aza milaza fa notazaina tao amin’ny maha Malagasy, mainka moa va fa ireo Ray aman-dReny izay maro an’isa eto amin’ity serasera ity izay tsy ho ampianarinao izany maha Malagasy azy izany. Ny tenako koa dia notaizàna tao anatin’izany Soatoavina sy Kolontsaina maha Malagasy ny tenako izany fa tsy hianao irey hiany tsy akory.

      Koa, dia manomboka hatram’ny anio dia aoka aloha isika rehetra eto amin’ity serasera ity hifanàja izay vao midradradradra ny katsaka ê, ny voanjobory ê !

      Mba jereo kely ity vidéo ity sao mety hampisokatra ny masom-panahinao :

      https://www.youtube.com/watch?v=s8yaM1s-9qI

      Dia ahoana koa ny manaraka Ra-Gasy Ka Izy â ?

    • 29 novembre 2015 à 17:16 | Tsisdinika (#3548) répond à zanadralambo

      Zanadralambo, le plaisir est partagé.

      Les vazaha provocateurs et condescendants, c’est pas ça qui manque sur ce forum (Ils se reconnaitront). Ni dans la vie de tous les jours. Avec plus d’hypocrisie évidemment pour ce dernier cas parce que l’anonymat d’un forum par exemple n’est plus là.

      Pour ce qui est des Gasy d’andafy, il y en a eu par le passé mais elle (pour être précis) n’est plus venue sur ce forum.

      Bien à vous.

    • 29 novembre 2015 à 19:04 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Bonsoir Menalhy

      Je ne suis pas l’auteur de cet entrefilet .Je l’ai rapporté en me souvenant des ardeurs guerrières de Madame Caro ;Et si c’était elle ?

    • 29 novembre 2015 à 19:40 | Belakana (#7721) répond à zanadralambo

      Bonsoir Zanadralambo et Menalahy.

      Tout d’abord, je constate que nous avons des parcours communs. Je suis arrivé en France en septembre 1972 après la révolution de ces « soixantedouzards », ceux-là même qui ont voulu copier Mai 68. Le résultat on connait, je ne vais pas m’étaler dessus.

      J’ai effectué mes études supérieures en France avec l’aide de mes parents et aussi grâce aux petits boulots (plongeur, musicien, chauffeur-livreur, manutentionnaire, déménageur...). Les objectifs que je me suis fixé ont été atteints : j’ai pu obtenir les diplômes que je voulais.
      Dans ma vie professionnelle, j’ai eu sous ma « coupe » des vazaha et cela s’est toujours bien passé.
      Je suis retourné 3 fois à Madagascar pour me rendre utile, c’est-à-dire trouver du boulot mais la 1ère fois c’était :"omeo anay aloha ny vadin’ialahy
      vazaha, izay vao mahazo asa !!" Cela s’appelle un droit de cuissage. Je vois d’ici ceux qui vont me dénigrer que ça n’existe pas ; eh bien détrompez-vous.
      La 2ème fois (sans ma petite famille), c’était :« il faut payer cher, en monnaie trébuchante, avant de pouvoir jouir d’un poste ». Cela s’appelle un droit d’entrée.
      La 3ème fois, c’était sur recommandation et, bêtement, je me suis fait avoir car j’ai cru en la parole donnée.
      Aujourd’hui, je vis en Scandinavie, chez les Trolls, chez les Lapons. Ils sont accueillants. Je n’ai pas eu du mal à m’intégrer car je respecte les us et coutumes de ce Pays, je veux parler des lois, des droits et des devoirs que je me dois d’assimiler. Eh oui, c’est la première des choses à faire lorsqu’on arrive dans un pays hôte. N’en déplaisent à ceux qui nous critiquent, je ne crache pas dans la soupe. Chacun choisit sa manière de vivre.

      Si, oui je dis bien si, today un quelconque mécène mettrait sur le marché de Tana cent billets et de quoi vivre en France, demain, l’aéroport international d’Ivato sera rempli de candidats au voyage.

      On nous dit : « si vous aimez la patrie, pourquoi ne pas créer une entreprise ? » Vous savez très bien comment ça marche : dès que votre entreprise est florissante, fait des bénéfices, eh bien on vous met un contrôle fiscal aux fesses, n’est-ce-pas Ra8 ?

      J’ai la fibre patriotique, j’aide à ma manière ceux qui me sont proches et « le village natal », mais l’avenir de mes enfants est au-dessus de tout.

      A tous ceux qui critiquent la diaspora, je dirai ceci : j’ai ma famille, une maison, des voitures, un salon en cuir, des instruments de musique, je cotise et par dessus tout je suis athée ! Ny tiako lazaina amin’izany dia hoe « quand on veut, on peut ».

      Je vais terminer par ceci : c’est vrai Zanadralambo que cette caste dont nous sommes issus pratique toujours cette esclavagisme envers les mpanampy et j’en suis plus qu’horrifié. J’ai eu maille à partir avec des proches lors de mon passage à Tana sur ce sujet.

      Au plaisir de vous lire.

    • 29 novembre 2015 à 19:54 | Belakana (#7721) répond à Belakana

      lire : cet esclavagisme

    • 29 novembre 2015 à 20:09 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Bonsoir Vatomena,

      - Je ne vous ai pas attribué la paternité de cet article puisque je parle de chroniqueur dans ma réponse.

      - Vous auriez pu vous donner la peine d’indiquer votre source au lieu de faire uniquement un copié-collé du texte que vous avez lu.

      - Google, notre ami, m’a permis de trouver cette source :

      http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=50515:iles-eparses-aucune-chance-pour-une-solution-intermediaire&catid=41:politique&Itemid=108

      - Ce serait, donc, ce journaliste qui répond au nom/pseudo de Folojaona qui en serait l’auteur. Je ne chercherai pas plus loin car peu m’importe qui se cache/se cacherait derrière Folojaona. Cela ne change rien à la réponse que je vous ai donnée.

    • 29 novembre 2015 à 20:44 | Menalahy (#9072) répond à Belakana

      Bonsoir Belakana,

      Vous aussi, vous avez fait plusieurs tentatives pour trouver la place que vous auriez dû avoir en tant que natif de ce pays que nous portons dans nos coeurs malgré ce que certains de nos compatriotes restés au pays racontent.

      Vous avez du mérité d’être allé jusqu’au chiffre 3 car je me suis arrêté au chiffre 2.

      Tous ceux qui ont dû travailler pour pouvoir vivre à l’étranger et pour pouvoir décrocher leurs diplômes ont plus de mérites que moi qui me suis contenté des aides de mes parents. Bravo.

      Je n’ai pas eu non plus le malheur de rencontrer des malotrus qui exigent un droit de cuissage comme droit d’entrée. Si on m’avait fait cette injure, « le mec » se serait retrouvé à l’hôpital sans sommation.

      Vous avez été aussi naïf que moi pour croire en une parole donnée. Ce serait, alors, devenue une institution au même titre que la corruption, la gabegie et tous les maux dont souffrent ce pays.

      J’ai encore cet espoir de revenir au pays mais, pour le moment, je pense à l’avenir de ma petite famille, surtout à l’avenir de mes enfants qui ne méritent pas que je les entraîne dans une aventure dont je ne vois pas l’issue.

      Ah, cette façon de traiter la pauvre fille de mpanampy ao an-trano. C’est honteux à voir. Quand je pense que m certains membres de ma propre famille, habitant une maison cossue, il y a le WC pour la pauvre fille de mpanampy et un autre WC pour les maîtres de maison. Sans compter les heures de travail de la mpanampy (levée avant tout le monde, couchée après tout le monde, 7jours/7), mangeant sur un bout de table de la cuisine et dont le repas, seul moment de sa longue journée pour poser son Q quelque part, peut être interrompu si les maîtres de la maison ont besoin qu’elle apporte un pot de sakay oublié ou autre chose.

      L’esclavage a été aboli juridiquement mais persiste dans les faits. L’esclave moderne est logée (dans un réduit, sur un mauvais matelas), nourrie (parfois un repas qui n’est pas le même que celui des « patrons »), parfois blanchie avec les restes de « Madama » ou ceux des enfants et payée avec un lance-pierre (si « Madama » n’a pas oublié ou si le père de la pauvre mpanampy oublie de venir collecter les fruits de la sueur de sa fille).

      En tout cas, « moi je » n’est pas mécontent de cette prise de parole qui a agacé quelques uns.

    • 30 novembre 2015 à 04:01 | Gasy Ka Izy (#9018) répond à Menalahy

      Izaho ihany ity RaMenalahy a ! Miarahaba anao indray.
      Merci pour le lien mais j’en ai assez vu de ce genre de discours.Juste sa présence vous flanque des frissons, le Maître Deshimaru n’a pas fait de transmission. Probablement il a jugé judicieux de garder japonaise l’originalité de sa culture. Il nous a donné le citron, c’est à nous de faire la citronnade Moi, je me sers à la source. Les doubles de clés renferment d’infimes défauts et, un grain de moutarde est un arbre à devenir.
      Je vous ai vu arriver avec le 79. ce n’était une erreur mais un appel de phare.
      Ranavalona tsy fitaratra fa référence calendaire, ianao no nanolotena nitantara izay zavatra nitranga. Seulement, parler à la place de l’avocat c’est perdre le procès, soigner à la place du toubib s’avère un charlatan et surtout, trancher à la place du boucher on peut y perdre un doigt.
      Il n’est pas nécessaire d’imposer, les gens s’y appliquent inconsciemment. Tsy tianao ho ekena ny ilazako hoe aza averina zay soratako dia vao maika atavezinao ilay izy. Vous voulez éviter le piège et vous tombez dedans. Raha ilazao zao enao hoe aza mikàkà dia tonga dia ande hiazakazaka any ankabone enao satry hoe inona ko no hiainoko zay lazain’iny. Raha lazaiko hoe aza jerena ny faladihanao rehefa vita zazen fa misy zavatra miova, vous êtes perplexe..

    • 30 novembre 2015 à 09:20 | Menalahy (#9072) répond à Gasy Ka Izy

      Miarahaba anoa Ra-Gasy Ka Izy,

      Faly mitafa aminao indray e ! Fahefana avy aiza moa no ahafahanao mandrara ny tenako tsy hamaly anao arak’izay heveriko fa mety ?

      Tsy manana directeur de conscience ny tenako ka na ilay Maître Zen izay arahiko aza tsy manome ahy fandràrana an’itsy na iroa koa hianao indray ity no mbola kevoka ny mibaiko ny saiko ?

      Raha nahazo frissons hianao tamin’ilay vidéo dia azo heverina fa hiditra tsikelikely ao aminao ny fahazavana izay hilainao.

      Hianao izany no avaocat de Ranavalona la Sanguinaire sa... ?

      Dia mandainga koa fa ilay chiffre 79 dia « appel de phare ». Rehefa tratra fa nanao fahadisoana moa ry Ingahy Gasy Ka Izy, dia mba mahaiza manaiky fa nisy voam-bary raraka fa aza miziriziry amin’y fampianaran-diso â !

      Toa manana olana amin’ireto disciples de Maître Deshimaru hianao na koa tsy mahafantatra tsara ny tantaran’ny lignée de Deshimaru.

      Dia mitombo hatrany ny fampianaran-diso hataonao :

      1) Hoe tsy nanao transmission i Maître Deshimaru ? Lainga be izany satria raha izany no marina dia tsy misy vidiny izany ny ordinations nataony tamin’ireto zaza navelany izay mampiely ny Bouddhisme Zen eto France, Suisse, Allemagne.

      2) Tsy nanam-potoana nampitàna ny enseignements rehetra i Maître Deshimaru kanefa, na izany aza, dia nampìta ny « essentiel » izy. Fa raha tsy izany dia tsy no tafiditra tao anatin’ny Fianakaviamben’ny Bouddhisme Zen ny disciples de Deshimaru.

      Tsy nisy ary tsy misy ordinations vitan’i Maître Deshimaru na vitan’ireto zaza navelany kia nolavin’ny Foibe any Japon. Porofo izany fa ny fampianaran’i Maitre Deshimaru dia tsy nivoana tamin’ny fampianarana fototra ary izay nampitainay (ce qu’il a transmis) dia toa izany koa.

      3) Ny transmission lehibe indrindra navelany ho an’ireo disciples izay mbola velona daholo ankehitriny dia hoe : « manaova zazen miaraka hianareo rehetra ». Izany no anton’ny grand sesshin isan-taona ao La Gendronnière.

      4) Tsy lignée directe avy amin’i Deshimaru ny tenako fa lignée collatérale satria avy any Japon ny lignée niaviako raha ny ordinations azoko no jerena. Na izany aza anefa, dia ny fampianarana hitako ao amin’ireo disciples de Deshimaru dia mitovy lanja amin’ny fampianarana rehetra, manaja ny « transmission de Maître à Disciple ».

      5) Culte de la personnalité izany ny ahitàna ny herin’i Maître Deshimaru na ao La Gendronière, na ao amin’ireo Temples sy Dojo naorin’ny mpianany ?

      6) Ny Kesa sy ny Rakusu dia manana ny toerana ambony dia ambony eo amin’ny ordinations. Ary ny fanjairana azy ireo dia tena maha-saro-piaro ireto zaza navelan’i Maître Deshimaru satria tena manaraka ny transimission izy ireo. Koa hoe tsy nanao transmission izy ? Lainga be indray io ary hiako eto indray ny fialàna bàloa amin’izany.

      7) Ny Bouddhisme Zen navelan’i Maître Deshimaru dia mifantsika amin’ny traditions japonaises fa tsy nataony adaptation ho an’ny Occidentaux na dia nisy hiany aza angamba ny adaptation tam’ny Kusen satria sarotra taminy ny fanazavana ny symbolisme misy eo amin’ny pensée japonaise.

      Dia lian ny hamaky ny fampianaran-diso avy aminao indray re Ra-Gasy Ka Izy â !

      PS. Bizarrement j’éprouve pour vous une certaine sympathie (pas de la compassion, plutôt de l’empathie). Je sens le « petit »rebelle qui veut avoir le dernier mot mais qui voudrait manger dans ma main.

      Gasho Gasy Ka Izy â !

    • 30 novembre 2015 à 12:49 | Tsisdinika (#3548) répond à Menalahy

      Chers Menalahy et Belakana,

      Jusqu’ici, personne parmi la diaspora n’a voulu partager ici d’autres expériences de réintégration à Madagascar qui ne se soient pas terminées en queue de poisson. J’aimerais entendre les témoignages de ceux qui ont connu des issues plus heureuses que les vôtres sinon on finirait par croire que vos expériences sont la règle. Vous croyez peut-être bien faire en mettant en garde les éventuels têtes-en-l’air qui seraient candidats au retour mais pensez-vous que vous rendez vraiment service au pays en agissant de la sorte ?

      Je reste plus que dubitatif en entendant les raisons de vos déboires. Si ce n’est pas le droit de cuissage, c’est la jalousie. Si ce n’est pas la jalousie, c’est le fisc. Si ce n’est pas le fisc, c’est la bonne...je dis n’importe quoi mais n’importe quoi pourrait constituer un obstacle insurmontable pour ceux qui feraient en quelque sorte du « tsobo-dranon-dRamiangaly » parce qu’ils n’auraient pas brûlé tous les ponts derrière eux, rendant toute retraite impossible. Si vous revenez à Madagascar avec dans l’idée que vous serez accueilli à bras ouverts, sans passer par ces épreuves que vous avez mentionnées et que subit tout le monde à Madagascar (car vous semblez croire en être les seules victimes), eh bien c’est que quelque part, vous vous considérez déjà appartenir à une catégorie de Gasy à part. Après, vous vous formalisez lorsqu’on vous reproche de « manambony tena ».

      Ce qui vous est arrivé s’apparente au phénomène du poulailler. Lorsqu’un poulet nouveau venu est introduit (ou réintroduit) dans un poulailler, tous les « locataires » se mettent tous à l’agresser et il passe un sale quart d’heure. Après, les autres galinacées le reconnaissent comme étant un des leurs et cessent de l’importuner. Il n’en est pas de même dans une communauté humaine. Au début, tout le monde est tout sourire, tout accueillant, ou du moins indifférent. Après, la musique est tout autre. Rentrez à Madagascar, vous aurez droit au poulailler. Immigrez en France (cent billets gratuits ?!!) ou restez-y, vous aurez droit à la communauté des droits de l’homme, pour un temps.

      Enfin, pour en revenir aux « mpanampy » qui constituent souvent un sujet de discorde entre vous et vos familles respectives, permettez-moi de vous donner une autre version. Il y a certes des traitements inhumains infligés aux mpanampy par certaines familles Gasy (pas toutes nécessairement d’une caste particulière) mais pour votre information, il est très difficile de nos jours de retenir une « aide-ménagère » plus de trois mois. Vous n’avez aucune idée du parcours du combattant qu’il faut faire pour trouver une bonne qui la soit vraiment ! Je ne vais pas m’y étaler mais demandez à ceux qui ont vécu l’expérience et vous connaitrez une autre vérité que vous étiez loin de soupçonner.

    • 30 novembre 2015 à 14:15 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Il y a pire ,Menalahy ! ceux qui font venir en France une cousine pour l’exploiter au lieu de lui faire suivre des études !- de semblables pratiques ont été sanctionnés par des tribunaux français

    • 30 novembre 2015 à 21:38 | zanadralambo (#7305) répond à Belakana

      Bonsoir, Belakana, ça fait un bail. La dernière fois qu’on a échangé, c’était en juillet, lors de cette empoignade sur la théorie du genre.
      Je suis très heureux de vous lire, vous êtes tellement rare. Le plaisir est d’autant plus grand que nous continuons à partager des valeurs communes. L’âge que nous avons presque en commun, le même parcours laborieux pour nous faire une place dans ces pays qui sont devenus nos terres d’accueil et auxquels nous nous sommes intégrés nous rassemblent plus qu’autre chose.

      N’en déplaise à Tsisdinika qui croit dur comme fer qu’il suffit de vouloir pour réussir à Mada, j’affirme comme vous et Menalahy que c’est un véritable parcours du combattant pour un émigré que de retourner s’investir au pays. L’acculturation (un mot violent, mais avoir vécu plusieurs années à l’étranger, forcément, change sa façon d’appréhender les choses), la jalousie, les rancœurs, les reproches, les non-dits font le reste… Il y a un monde d’incompréhension entre les Malgaches restés au pays et ceux qu’ils accusent (à tort ou à raison) d’être des planqués…Vous voyez, je ne réduis pas mon constat à cette France tant honnie. J’en ai connu des Malagasy qui ont tenté, comme vous deux, l’aventure. Il n’y en a pas un seul, à ma connaissance, qui ait réussi.

      Je suis heureux de voir que vous et Menalahy - notre ami Tsimahafotsy pense pareil, je le sais – partagez mon horreur pour cette mentalité esclavagiste de notre caste (elle n’est pas la seule, Tsisdinika a raison, mais c’est mon vécu, ailleurs je ne connais pas, donc je balaie devant ma porte). La réalité sordide des gens de maison qui m’horripile au plus haut point, ce tabou que Tsisdinika encore une fois tente maladroitement de relativiser, est une des tares les plus viles de notre société. C’est à nous, Malagasy de la diaspora notamment, d’essayer de l’éradiquer ; ça prendra du temps, ça coûtera des conflits, des fâcheries, on nous accusera de donner des leçons à partir de notre confort parisien, de parler de choses qu’on ne sait pas, mais la cause mérite que l’on se batte. Elle est juste. A mon modeste niveau, j’en ai fait mon cheval de bataille, je sais que vous savez que c’est une sinécure. C’est la jeune génération qu’il faut absolument éduquer, conscientiser. Pour les parents, j’ai peur qu’il ne soit trop tard. Les traditions ! Ah, elles ont bon dos, les traditions.

      Je vous souhaite, à vous et à votre famille, beaucoup de bonheur au pays des lapons. Et espère sincèrement vous revoir plus souvent sur cette plateforme où on a besoin de gens comme vous. La tolérance y est devenue un luxe depuis que les nationalistes se sont affranchis de ce devoir de courtoisie qu’exigent des débats responsables. La magie des îles éparses est passée par là.

    • 1er décembre 2015 à 12:27 | chaud ananas (#9338) répond à Dadabe

      les occidentaux luttent contre ce fléau...???!!!, ou ils ont allumé le feu et après ils veulent jouer au pompier ?, depuis 1979 ils ont enfanter et nourrit ces bandes de sauvages avec l aide de l arabie saoudite et le qatar, chasser et tuer lâchement les dirigeants arabes qui refusent de s« agenouiller,et que »al nosra fait du bon boulot en syrie« propos d »un ministre français dont je vais pas citer le nom mais tt le monde peut vérifier sur internet. aucun pays riche en sous sol n« est á l »abris de ces voleurs y parmis mon pays MADAGASCAR !!!

    • 3 décembre 2015 à 16:41 | Ibalitakely (#9342) répond à Dadabe

      Ao ambadiky Sahondra ve izany Isandra izany fe ahoana ? Madagasikara ve mba efa vonona amin’ny ady amin’ny fampiorohoroana no fonontanin’i Ndimby ka toa lasa any amin’ny izay tsy izy ny resaka. Il y a trop d’idées fixes dans la tête de certains. Et si je réponds à notre grand Ndimby c’est timidement que l’on s’apprête ici dans notre pays à cette lutte contre le terrorisme. Any amin’ny hoe voa vao mihilana foana agamba ary tena namana ny vazaha niaram-boina sady mpamatsy vola fa toa kaotikaotina ihany koa anefa ny Slamo vao tonga tsy voasivana miseho be vola, any ka mety handoto ny tena Slamo malagasy sy izay mpiavy tsara fifandraisana efa ela teto an-toerana. Dia ohatra ny avela hiditra bobaka sy malalaka aloha, dia avela manangana mosquées, dia misy ravaina indray rehefa avy eo. Donc cette tergiversation nous montre déjà que rien n’est prêt pour cela, et je dirai même qu’on est loin de se protéger. Malaza tia mandray vahiny hoe ny Malagasy ? Ce n’est plus le cas de dire wait and see.

  • 24 novembre 2015 à 11:01 | Isambilo (#4541)

    L’éditorialiste a une dent contre ce qu’il appelle « gauchistes », passons.
    Le référendum suisse sur les minarets ne s’inscrit pas dans la lutte contre l’islamisme mais dans la tendance actuelle contre tout ce qui est étranger. Y compris contre les frontaliers français et allemand.
    Il y a clairement deux voies de pénétration de l’islamisme vers Dago. L’éditorialiste les a mentionnées : celle venant des pays du Golfe arabo-persique avec comme tête de pont un ex candidat aux présidentielles (dont j’ai oublié le nom). Cette voie exploite effectivement la misère. Ce n’est pas la plus dangereuse parce qu’elle est très visible.
    Par contre la voie diffusionniste est utilisée par le réseau comorien via Mayotte. Celle-là est très dangereuse parce qu’elle joue sur le long terme.
    Les 2 sont financées par le Qatar, l’Arabie Saoudite et Oman. Ce sont les jaoulas comme on les appelle à Anjouan et Mayotte.

    • 24 novembre 2015 à 13:01 | Menalahy (#9072) répond à Isambilo

      Bonjour Isambilo,

      J’ai toujours plaisir à vous lire car vos post sont mesurés et vous êtes dans ce que les bouddhistes nomment la « voie du milieu ».

      Je plussoie ce que vous écrivez car votre analyse est succincte et résume l’essentiel de ce sujet de discussion.

      Je profite de cet éditorial pour interpeller Vatomena qui s’indignait,hier, que les Malagasy de la Diaspora ne participent pas à l’enrichissement du Tanindrazana et qu’ils ne pourront pas dire « c’est aussi grâce à moi ».

      Eh bien, Monsieur Vatomena, encore une fois, les faits et les événements vous donnent tort sur toute la ligne.

      Je n’ai pas pour habitude de crier victoire (pour ma poire) et encore moins de m’offrir des fleurs (surtout au prix où elles coûtent en ce moment). Mais cet article du « grand » Ndimby n’est pas dû au hasard.

      Mes petites victoires professionnelles sont les fruits du travail de mon équipe et je n’ai jamais confisqué les quelques modestes prix que nous avons glanés, par ci, par là. J’ai toujours dédié ces modestes avancées à toute mon équipe.

      J’ai ai été un des premiers forumeurs (sur presque tous les forums malagasy et aussi d’autres langues) à dénoncer cette islamisation rampante à Madagasikara.

      Je n’ai pas cessé de dénoncer cette islamisation rampante que moi, petit Malagasy de la Diaspora, villipendé par certains de ses compatriotes parce qu’il n’est pas en train de participer à l’atmosphère déliquescente du pays, ai pu voir lors de ses séjours au pays.

      Peut-être est-ce ma sensibilité de Malagasy de la Diaspora qui m’a permis de voir ces jeunes femmes enveloppées dans des tissus innommables et dégradantes pour la dignité de la Femme et de me scandaliser quand l’une d’elle, à Analakely, discutait avec un barbu en langue malagasy.

      Eh bien, voyez-vous, Monsieur Vatomena, les Malagasy de la Diaspora, sur qui vous portez votre indignation (que je respècte en tant que votre mode d’expression) et sur qui vous portez votre hargne, participent :

      - à l’enrichissement des débats d’idées pour sortir ce pays de sa pensée autarcique,

      - à éveiller les consciences de ceux qui préfèrent critiquer ceux de l’extérieur que ceux qui sont aux prises avec les décisions les plus élémentaires.

      Vous me devez un grand bouquet de fleurs (évitez les glaïeuls, symbole de vanité et de fatuité), évitez les roses (expression de l’amour romantico-charnel, nous n’en serons jamais là). Allez cueillir des fleurs de champ : c’est plus convenable pour celui qui a essayé de trouver sa place dans le Tanindrazana mais que vos compatriotes ont trompé par deux fois quand il a voulu, lui aussi, apporter son anjara-biriky.

      Je peux aussi dire que j’ai apporté ma petite part de anjara-biriky, même si vous et ceux qui vous ressemblent préféreraient que je sacrifie ceux qui me sont les plus chers au monde, bien après mes parents : ma femme et mes quatre enfants de 10 ans ( jumeaux garçon et fille), de 6 ans et de 8 mois. Osez toucher à un de leurs cheveux et vous trouverez en face de vous un homme adepte du Krav Maga.

    • 24 novembre 2015 à 13:53 | Isambilo (#4541) répond à Menalahy

      Merci pour le compliment que je vous retourne. Restons modestes et apportons un peu de nos connaissances, ça contribuera à faire avancer les choses. Dago en a grand besoin. L’avantage d’être à l’étranger est d’avoir de la distance sans se désolidariser. Et il n’est pas nécessaire d’être mort pour en parler.
      Vatomena : pierre semi-précieuse où rubis ?

    • 24 novembre 2015 à 16:39 | Menalahy (#9072) répond à Isambilo

      Merci Isambilo. Je vous laisse le soin d’expliquer cela à nos compatriotes car ils ne sont pas prêts à accepter que nous sommes complémentaires.

      Certains attendent, peut-être, que nous versons littéralement notre sang sur l’autel du Patriotisme pour qu’ils soient assurés de notre indéfectible amour de la Patrie.

      Mais je dois leur dire que je ne m’appelle pas Abraham, que ma femme ne porte pas le prénom de Sarah et qu’aucun de mes fils ne se prénomme et ne prénommera jamais Isaac.

    • 24 novembre 2015 à 22:53 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      @Menalahy -N’est ce pas vous qui évoquiez une congestion ou une constipation du cerveau à mon propos ? Expression culottée et bien vaine s’il s’agissait de me contredire ! Je vous sers la meme expression quand vous imaginez que j’aurais velleité de m« en prendre à vos enfants . Les mpakafoa et les croquemitaines ne courent pas les rues d »Ankadivato .Et les enfants ,tous les enfants sont mes etres préférés meme s’ils ont peau blanche ,yeux bleus et chevelure flottant au vent .La menace du Krav Merga prete à sourire. Elle est du niveau d’un adolescent boutonneux.La jalousie n’est pas mon fait .Vous annoncez... M. vatomena ,les faits vous donnent tort sur toute la ligne . Je n’ai pas vu la démonstration
      Vous avez peut etre remarqué qu’à la décharge de ceux qui vont vendre leurs talent ailleurs,j’ai informé le public qu"en 2014 ils avaient envoyé au pays plus de 400 millions de dollars ; C’est tres secourable

    • 25 novembre 2015 à 03:11 | Zanabahoaka (#8890) répond à vatomena

      Une petite question : les 400 millions d’euros comptent aussi les dépenses pendant les vacances qui s’injectent dans l’économie ou seulement les western union et les orange money ?

    • 25 novembre 2015 à 12:32 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Bonjour Vatomena,

      N’enfourchez pas trop vite votre cheval fougueux, vous risquez de=’être détrôné très vite.

      Qand je vous avez écrit « Etes-vous constipé du cerveau ? », c’était par agacement : à force de vous répondre point par point, vous persistez à nier les évidences que ce que vous écrivez étaient des légendes urbaines sans fondement.

      Mon style d’écriture est incisif, mordant et parfois sarcastique. En tout cas, imagé.

      Sous mon clavier, être constipé du cerveau = être bouché = ne rien comprendre. Ce n’était pas considérer votre cerveau comme un cloaque ou comme l’équivalent de votre canal rectal encombré par un fécalome.

      Ce n’est pas à vous, spécialement, que j’ai adressé mes propos sur le Krav Maga, mais à tous ceux qui excluent mes enfants de la communauté malagasy.

      Quant à vos torts sur toute la ligne, cet éditorial n’est pas le fruit d’une génération spontanée ou du hasard. Vous écriviez que le jour où le pays sera redressé, je ne pourrais pas dire « c’est aussi gràce à moi ». Le redressement du pays ne consiste pas seulement à le relever politiquement et économiquement mais aussi du point de vue moral et du point de vue des idées nouvelles qui changeraient notre mentalité d’insulaires qui tourne comme une toupie et finit par tomber comme un flan.

      Si cet éditorial existe, et ce, sans minimiser les réflexions intellectuelles de Ndimby A. accompagnées par une documentation sérieuse, c’est aussi grâce aux différents cris poussés par cette islamisation rampante à Madagasikara.

      J’en ai parlé, ici, bien avant ces attentats. Mais je ne confisque pas la paternité de ces cris et de ces avertissements car nombreux sont les forumeurs qui ont crié dans le désert.

      Vous avez donc, tort d’écrire que je ne peux pas dire que c’est aussi grâce à moi. La démonstration en est faite mais je n’en tire aucune fierté. Simplement l’apaisement après avoir crier dans le désert.

      Je ne suis pas venu pour me créer des ennemis, fussent-ils virtuels et sans visage, j suis venu ici pour échanger des idées, discuter et apprendre des autres ce que je ne connais pas.

      J’appréciai votre style de pince sans rire et nous n’avons as livré un pugilat, il me semble.

      PS Les Mpankafò : encore une légende urbaine qui a entraîné le barbecue.

    • 25 novembre 2015 à 12:50 | Menalahy (#9072) répond à Zanabahoaka

      Je n’ai pas pu vérifier ce chiffre car Vatomena m’a fait un copié-collé de sa source d’info.

      J’aurais aimé un lien pour aller vérifier si cette source est fiable ou non.

      D’après ce que j’ai compris, c’est uniquement l’envoi d’argent par ces officines qui poussent aux quatre coins de la ville. Il y a même des succursales dans des boutiques d’i,do-pakistanais-malaisiens.

      400 millions ? Une paille en comparaison des dépenses somptuaires de nos pharaons. Une délégation de 100 personnes pour la Cop21, surtout après ces attentats. Même pas peur et même pas honte !

      Leurs femmes qui les accompagnent tiennent-elles la chandelle au cas où leurs maris déverseraient des liquides visqueux et blanchâtres pour éteindre les feux que pourraient provoquer le réchauffement climatique ? J’espère, que dans ce cas, elles ont de grands morceaux de lambaoany pour nettoyer tout ce qu’il faut.

    • 25 novembre 2015 à 14:35 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      "Je vous ai compris !’’ comme aurait dit le génèral DeGaulle

    • 26 novembre 2015 à 10:25 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      « ça baigne »

      A plus Vatomena.

  • 24 novembre 2015 à 11:39 | racynt (#1557)

    Lazaina fa adala indray ny mpiasan ’ny airmad mampitandrina @ fampidirana an’i Turkish Airlines fa averiko aminao ity lahatsoratra ity atsy ho atsy dia ampatsiahiviko aminao rahatrizay tafiditra any @ tànana daholo ireo silamo mahery fihetsika ireo. Sady Turquie no anisany mamoky ireo silamo mahery fihetsika ireo @ famelana ny solika avy @ EI miditra ao aminy mba hamidy @ ireo orinasa tandrefana sy tantsinana te hividy solika @ vidiny mirary. Jereo manomboka @ 33mn
    https://youtu.be/HLLvR_jcdSo

    Ny hoe « judeo christianisme » indray d tsy misy dikany satria teny mifanohitra no ampiarahina toy ny hoe « chaud froid » na hoe « savant ignorant » satria ny jiosy dia tsy mino fa zanak’Andriamanitra Jesoa Kristy ary feno andininy milaza zavatra ratsy momban’ny Jesoa sy ny kristianina ao anaty Talmud. Ny talmud dia ny torah izay mitovy @ testamenta taloha mifangaro @ tantara sy fombafomban’olombelona izay nahatonga an’i Jesoa nanohitra ireo jiosy fariseo. Ka indro ary vakio santionany @ talmud ahitana fanaratsiana an’i Jesoa Kristy sy ny kristianina http://moissondeselus.org/talmud_demasque.htm

    Ka iza moa no nangataka ny fanonganana an’i Khadafi « au nom des droits de l’homme » raha tsy ilay milaza azy ho jiosy BHL na Bernard Henry Lévy ? Iza no mamporisika ny immigration massive aty @ firenena tandrefana raha tsy ilay milaza azy ho jiosy Jacques Attali ? Iza no mampiady lava ny kristianina sy ny Silamo @ ny fampiasana ilay teny tsy misy dikany hoe « judeo christianisme » sy nangataka ny « déportation » an’ny silamo frantsay rehetra raha tsy ilay milaza ho jiosy Zemmour ? Moa tsy ady an- trano sy ady lehibe manerantany mihintsy no tadiavin’ireo ? Vao tsy ela akory Zemmour nangataka ny fanapohana baomba ao Belgique ho valin’ilay t@ 13 novembre d mody hoe second degré hono hoe, katsaka e, voanjobory e... Iza no mi financé an’ny immigration massive raha tsy ilay jiosy Georges Soros ? Iza no mifancé ireo néo nazis nanao coup d’état tao Ukraine raha tsy io milaza azy jiosy Soros io ihany koa..http://moissondeselus.org/origine_juifs_actuels.htm

    . D tohizo ny famakafakana fa ireo milaza azy hoe jiosy rehetra izay tena namporisika ny « printemps arabe » sy ny « révolution orange » rehetra mba hanonganana ny « dictateur » rehetra toa an-dry Khadafi sy Saddam ary Assad... no tompon’andraikitra @ fanaparitahana ny wahhabisme eran’izao tontolo izao. Amin’ny antsoin’ i BHL hoe « tsara ho an’Israely izao zavatra izao » https://youtu.be/tMfyiTP_Sr8

    • 24 novembre 2015 à 11:54 | racynt (#1557) répond à racynt

      Nareo ve dia mieritreritra fa tongatonga fotsiny zao fanaparitahana ny wahhabisme sy ady isankarazany zao https://youtu.be/wr_yHoUTMEo mba vakio ihany ny bokin’i Attali fa misy zavatra azo tsoahina bdbhttp://www.attali.com/livres/essais/demain-qui-gouvernera-le-monde

    • 24 novembre 2015 à 12:32 | Isambilo (#4541) répond à racynt

      Et revoilà l’intox sur « le pouvoir juif », la « juiverie », le « sermon du mont tabor », etc. A ce rythme là vous pouvez accuser les Juifs d’être derrière l’islamisme !

    • 24 novembre 2015 à 12:44 | racynt (#1557) répond à Isambilo

    • 24 novembre 2015 à 13:09 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Tous vos posts sont écrits sous le signe du complotisme et du conspirationnisme.

      Vous avez beaucoup lu, vos parcourrez le Net jour et nuit, sans relâche, pour dénicher le moindre indice de conspirationnisme et du complotisme dans tous les sujets. Je me demande si vous ne faîtes une veille documentaire sur les attaques de ceci ou de cela.

      Vous êtes atteinte d’une maladie qui n’est pas rare quand on tourne autour d’idées fixes.

      Changez un peu le disque car vous n’entendez même pas que ce vieux disque 78 tours est rayé. Cela nous fera des vacances bien méritées.

    • 24 novembre 2015 à 13:36 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Rehefa tsy mahita ho tenenina d hoe complotiste e conspirationniste e...

    • 24 novembre 2015 à 13:56 | tsimahafotsy (#6734) répond à racynt

      Ary fantatrao vé fa i Jacques Attali koa dia Jiosy ?

    • 24 novembre 2015 à 14:30 | Menalahy (#9072) répond à Isambilo

      Isambilo, vous savez très bien que les Juifs sont partout, partout, partout.

      Et ils sont malins, très malins les Juifs.

      Racynt va certainement nous ressortir les caricatures montrant le nez crochu et les doigts crochus su Juif type ; voyez dans le nez crochu et les doigts crochus la forme d’un hameçon.

    • 24 novembre 2015 à 14:36 | racynt (#1557) répond à tsimahafotsy

      Jiosy autoproclamé i Jacques Attali sy ry Zemmour reo fa ny tena marina Khazar avy ao Khazarie no tena fiavian’ireo. Mody miady hevitra @ télé lava nefa mitovy ihany ny tetiny d ny hampiady ny Silamo sy ny Kristianina ahafahany mametraka ny fanjakana tokana manerantany. Jiosy Khazar toa an-dry zareo ihany no nanao recherche momban ny fiavian’ireo milaza azy ho vahoaka voafidin’Andriamanitra ireo http://moissondeselus.org/faux_hebreux_Khazars.htm. Mba zanak’olona niady ho an’ny fahaleovantenan’ny Madagascar ihany ny sasany nefa dia mbola tafiditra tao anatin’io fandriky ny « zarazarao hanjakana »

    • 24 novembre 2015 à 15:12 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Hahaha tapaka ny tsinaiko

    • 24 novembre 2015 à 16:40 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Riez tant que vous n’êtes pas encore en institution spécialisée.

    • 24 novembre 2015 à 17:19 | Zanabahoaka (#8890) répond à racynt

      Ary ahoana ny momba an’ireto pasitera gasy milaza ireto fa jiosy ny gasy ? Ireo koa izao no mahaliana ny momba azy.

    • 24 novembre 2015 à 17:42 | racynt (#1557) répond à Zanabahoaka

      D gaga a fa tena miteniteny foana mihintsy, fika entina hitarihina ny kristianina hanaiky hoe Andriamanitra iray ihany no hivavahan’ny jiosy sy ny kristianina fa tandremo sao voasarika @ zany fa Jesoa efa nilaza fa zay tsy miaraka aminy dia manohitra azy, ireto milaza azy ho jiosy nefa tsy mino Azy ary manevateva Azy mihintsy aza moa. Vao tsy ela dia atao polémique be t@ radio sy télé aty France indray zao hoe tsy tokony asiana « crèche » intsony hono ny mairie frantsay rehetra satria mi représenté ny fahaterahan’i Jesoa manko d tsy tiany.

    • 24 novembre 2015 à 19:57 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Mba porofoy aminay ary hoe ny fivavahana kristiana no tena fivavahana marina ahazoana midera an’ilay Zanahary izay efa fantatry ny razantsika alohan’ny nahatogavan’ny anganom-bazaha teto Madagasikara Nosy Malalantsika ary koa ahazoana izany Paradisa izay tsy mbola nisy nahita izany.

      Ny Bouddhisme izay arahiko dia tsy Fivavahana satria tsy misy izany Andriamanitra izany izy io, na ny marimarina kokoa dia ny Bouddhisme dia « philosophie de vie » fa tsy fivavahana. Ary tsy ny fisian’Andriamanitra na ny tsy fisiany no fototry ny Bouddhisme.

      Bouddha Sakyamuni dia tsy Andriamanitra aminay Bouddhistes fa kosa olombelona nahita izany hoe « éveil » izany ary rehefa miondrika eo anoloan’ny sariny izahay dia tsy hoe misaotra azy toy ny Andriamanitra fa kosa misaotra Azy nampianatra anay ny Fahendrena tao Aminy.

      Angamba hianao hanontany hoe : fa inona no maha « moine bouddhiste » anao ? Dia ho valiako hianao fa na dia moine bouddhiste efa an-taonany maro aza ny tenako dia tsy mitovy dika amin’ny hoe moine aminareo kristiana izany.

    • 24 novembre 2015 à 20:52 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Tsy hitako zay idiran’ny bouddhisme @ resaka jiosy. Samy mihevitra ho manana ny marina amin’ny finoana na filôzofia arahiny daholo anie ny tsirairay fa raha hitanao fa tsy mety aminao ny fivavahana kristianina d zay mety aminao arahina. Tsy hitovy hevitra mihintsy na andany andro hanoratra lava be aza e.

    • 24 novembre 2015 à 23:17 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Ka raha tsy te-handany fotoana na ny marimarina kokoa angamba dia tsy manana porofo hianao fa ny fivavahana kristiana izay arovanao no tena fivavahana marina tokony ho arahin’ny tsirairay dia mba ajanony ary ity fanaratsiana ny Jiosy ity satria ny fivavahana kristiana anie ka sekta jiosy no niandohany sao tsy fantatrao na koa mody tsy tadidinao e !

      Aza miala bala moa ramotoa Racynt fa mba omeo valiny ny fanontaniako.

      Liana ny hamaky ny fanazavanao.

    • 24 novembre 2015 à 23:56 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Ny finoana ve mila porofoina ? Aiza no hisy porofo mihoatra noho ny fahatanterahan’ny tenin’Andriamanitra sy ny fahatanterahan’ny tenin’Andriamanitra Jesoa Kristy. Raha mamaky ny Baiboly kristianina ianao na ny testamenta taloha na ny testamenta vaovao dia efa voasoratra ao avokoa zao korontana sy fanenjehana mahazo ny kristianina manerantany izao. Efa misoratra ao koa fa hisy ny hitetika hametraka fanjakana tokana manerantany ka izay manaraka io fanjakana io d ho lasa any @ afobe. . Efa misoratra ao @ bokin’i fanambarana avokoa ny zavatra hitranga @ ho avy ary efa nasehon’Andriamanitra t@ Daniela koa zay hitranga @ fara andro. Ary rehefa mino An’Andriamanitra ianao ka matoky Azy ka mamakafaka ireo boky ireo d mazava tsara aminao ny zavatra mitranga @ zao fotoana.

      Ny jiosy Illuminati moa no tiako tenenina satria tsy ny jiosy rehetra no illuminati, misy betsaka aza ry zareo jiosy no miady @ ny tsy mety ataon’ireo jiosy illuminati ireo.

      Raha momban ny bouddhisme indray d efa nohadihadiako satria t@ zaho nianatra tai chi chuan t@ herintaona d nandalina ny taoïsme sy ny philosophie orientales rehetra izay misy hitovizany na dia misy mahasamihafa azy aza. Tsy miditra lalina loatra @zany anefa aho sady naleoko koa niova sport d nianatra patinage artistique fa efa antitra be daholo koa le olona mianatra tai chi chuan. Fa ekeko hoe nisy lesona tsara azoko notsoahina ihany t@ fandalinana ny taoïsme bouddhisme... Na d mijoro @ maha kristianina ahy ihany aho. Misy koa ny kristianina sasany sady bouddhiste no catholique, tsy aiko loatra zay fandehany fa misy milaza hoe azo ampiarahina...

    • 25 novembre 2015 à 00:30 | Zanabahoaka (#8890) répond à racynt

      Fa angaha moa tsy andriamanitra iray ihany tokoa ny andriamanitry ny jiosy sy ny kristianina ? Fa mety hoe te hanambony ho isan’iretsy vahoaka voafidy ry pasitera milaza hoe jiosy ny gasy na tsy hay ? Asa...

      Yaveh na Jehovah na tsy haiko izay anarany hafa. Asa aloha izay resahan’i Jesoa momba an’Yaveh ao @ testamenta vaovao fa toa tsy nandà azy tsy ho andriamanitra izy akory, izy fotsiny nametraka ny tenany ho zanak’andriamanitra... bon bref tsy tena te hiditra lalina amin’iny aho fa tsy dia mahay baiboly sady tsy kristianina rahateo no tsy jiosy koa, no tsy bouddhiste koa.

      Ary ny momba ny « crèche » any @ mairie frantsay, angaha tsy hoe satria « état laïc » i frantsa dia tsy tokony manohana fivavahana na fiangonana (hitako hoe mitombina tsara) ? Ankoatra an’i Alsace sns toa misy disposition manokana ?

      Ekena fa somary mitanila momba ny jiosy ny fitondram-panjakana frantsay fa izany ve dia manaporofo an’ireo voalazanao ireo ? Mba mila « evidence » (h’ozy ny teny anglisy) matomatotra kokoa fa hatreto tokoa aloha dia mijanona ho « hypothèses » ihany ireo resakao ireo.

    • 25 novembre 2015 à 00:39 | tsimahafotsy (#6734) répond à racynt

      I Ra-Jesoa Kristy koa ange dia Jiosy, dia ahoana zany ?

    • 25 novembre 2015 à 02:19 | Zanabahoaka (#8890) répond à tsimahafotsy

      Sady toa tsy i Ra-jesoa koa no tena namorona sy nanamafy ny fototra fa toa ry Paoly sy ny tariny, ry bandy ketrika e ! Ra-jesoa toa lasa symbôle matanjaka fotsiny.

      Raha ny fahitako azy dia nila « fivavahana » (religion) matanjaka hafa ny fanjakana romanina, mihataka kokoa amin’ny fivavahana jiosy izay tsy mety afa-tsy ho an’ny jiosy, nefa izany tsy nifanaraka tamin’ny fihitaran’ny empire.

      Satria kopy Ra-Constantin hoe toa fetsy be tokoa ity revy ity, rehefa nampitaha t@ tanjaky ny sivilizasionina ejipsianina naharitra nandritra ny roa arivo taona mahery satria nanana fivavahana sy foto-pinoana matanjaka, fa avy eo moa resin’i Alexandre dia lasan’i Ptolemee ny fitondrana azy dia nanomboka nirodana tsikelikely ny fivavahan’ireo, resy tanteraka nony tonga moa ilay malaza nantsoina hoe « Kaisara ».

      Dia tsara sanjila teo fa nisy ny « kristianina » efa nanomboka noketrehan’i Paoly (olom-pirenena romanina) dia nivadika ho lasa « kristianina » izy tenany (ra-Constantin), lasa kristianina ny fanjakana romanina, nofaritana t@ fivoriana sy fifanarahana isan-karazany (concile) ny fotom-pinoana kristianina tany Constantinople, Nicée, Ephèse etsetra.

      Tery ankilany moa nanomboka nanitatra fanjakana koa ry taranak’Ismaely, sady ketrika koa ireo (tompon’ny matematika sy ny astronomia), nahita fa mety sy ilaina amin’ny fihitaran’ny fanjakana ary nety ho an’ny sasany ny fananana fivavaham-panjakana matanjaka.

      Tampotampoka teo dia nisehoan’i zanahary, azafady, i Allah tampoka teo i Ra-Mohammed dia namorona ny Islamo. Nila nihataka tamin’ny kristianina anefa satria ireo advà, dia natao hoe mpaminany @ fiavian’i Mohammed i ra-Jesoa (mesian’ny kristianina). Ny fototra anefa iray ihany : samy taranak’i Abrahama sy Isaaka.

      Samy nisy fivoarana moa teo anivon’ireo « foto-pinoana » lehibe ireo, ny kristianina nizara roa lasa tandrefana sy tatsinanana, lasa nisy protestanta etsetra... fa tsy nanakana ny fiparitahany erak’izao tontolo izao izany rehefa nampiasaina ho lohalaharana nentina nanjanatany : mila fivavahana sy foto-pinoana ary fototra moraly matanjaka (soatoavina hoy isika) ny sivilizasiona matanjaka rehetra.

      Dia nankaiza ny Jiosy ? Dimanjato sy Arivo taona aty aoriana ? Nankaiza izy teny anelanelany teny ? Toa fifanandrinan’ny kristianina sy silamo no nalaza t@ tantara hatr@ izay ka hatr@ izao ? Jerosalema t@ andron-dry Ra-Guy, lasan’i Saladdin avy eo, i Constantinople lasan’i Memmed, lasan’ny silamo koa i afrika avaratra toa hoe tonga hatrany Poitiers hono rizareo ?

      Nankaiza ry vahoaka voafidy sy ny judaisme-ny ? Raha ekeko ho marina ary ny hypothèse fa hoe miketrika fitondram-panjakana iray ho an’izao tontolo izao rizareo vahoaka voafidy : izany hoe mila mandrodana ny fivavahana kristianina sy ny fivavahana silamo (ireo no malaza indrindra aloha) izany rizareo.

      Dimanjato sy arivo taona izay no nisian’ireo fivavahana ireo (tsy lavitra ny roa arivo taonan’ny ejipsianina). Asa rahoviana no hirodana tanteraka ny sivilizasiona kristianina sy silamo. Dia raha hatao hoe vitan’ny jiosy aza no mandrodana azy ireo (mampiady azy etsetra na tsy hay), dia inona no hasolony azy avy eo ? Judaisme ve ? Tsy poinsa ! Nefa mila « andriamanitra » razanakolombelona ! Ny marxisme moa ireny niarahanahita ireny ? Sa inona no fikany hafa ?

      Toa hoe anisan’ny ketrika indrindra hono rizareo vahoaka voafidy ireo, maherin’ny roanjato no nahazo prix nobel, ka asa hoe inona ny fikany hifehezany an’izao tontolo izao @ izany fitondrana lehibe tokana New World Order izany rehefa mirodana ny fivavahana silamo sy kristianina. Dia isika gasy kely aiza @ izany ? Norma ny andri pasitera raha milaza fa jiosy ny gasy, @ izay angamba mba tsostsotra kokoa ny fiainana rehefa lasan’ny jiosy izao tontolo izao.

    • 25 novembre 2015 à 02:30 | Zanabahoaka (#8890) répond à Zanabahoaka

      Valiny avy @ i racynt (#1557) no tena andrasana ahafahana manohy ity resadresaka momba ny jiosy ity, na raha manan-kevitra koa moa ny hafa misokatra ny resaka.

    • 25 novembre 2015 à 08:37 | racynt (#1557) répond à Zanabahoaka

      Ny tena marina araky ity lien ity http://moissondeselus.org/histoire_des_Khazars.htm dia ireo olona milaza azy ho jiosy ireo izay mihevitra hanorina fanjakana tokana manerantany (Zemmour, Attali, Rockefeller, Bernard Henry Lévy, Soros, Rotchilds, Kissinger sns...) dia tsy Jiosy fa Khazars avy ao amin’ny fanjakana Khazarie ao Europe orientale tao ambanin’ny Rosianina. Misy andininy amin’ny tantaran’ireo Khazar ireo @ io lien io fa cliqueo.

      Satria raha ny tena jiosy araky ny tantara dia taorian’ny nandrodanan’ny fanjakana Romana ny tempolin’ny Salomona (izay ketriketrhin’ireo Israëlianina ny hameranana ny fanamboarana azy amin’izao fotoana izao na dia ny mosquée al aqsa aza no mipetraka eo amin’izao) dia nahazo toromarika avy t@ mpaminany ny jiosy dia niparitaka t@ vazan tany efatra manerantany ka izany no ahita jiosy manana nationalité isankarazany.

      Ka raha ny tantara dia ireo Khazar izay tsy tena jiosy dia notafihin’ny Rosianina (entre X sy xiii ème siècle) araky ty lien tyhttp://moissondeselus.org/origine_juifs_actuels.htm ary dia lasan’ny Rosianina daholo ny tanànany. Taty aoriana anefa t@ révolution bolchevique dia hita fa ny ankabeazany ny haut fonctionnaire nitondra tao (anisany izany Lenine) dia milaza azy ho juif ashkénaze na Khazar raha ny tena marina. Ary efa nisy boky nivoaka moa nanoritra ny fanampiana avy @ Wall Street t@ io révolution bolchevique io. Marihina fa betsaka @ ireo Khazar ireo no manana banques sy multinationales matanjaka ao Wall Street na ao @ city Londre. http://www.amazon.fr/Street-R%C3%A9volution-Bolchevique-Antony-Sutton/dp/2355120447 ity ny lien misy ilay boky. Taty aoriana koa dia ry zareo Khazar ireo ihany no nanome ny vola rehetra nahafan’i Hitler nanantantera ny ady lehibe faharoa. http://www.amazon.fr/Street-lAscension-Hitler-Antony-Sutton/dp/2355120439 araky ity boky ity. Ny antony dia hatao izay hanenjehana ny jiosy amizay afaka hangataka ny famerenana ny vahoaka « voavidy » ao amin’ny taniny ao Israel ry zareo. Ka tanteraka io noho ny résolution an’ny ONU taorian’ny ady lehibe faharoa.

      Raha ny finoan’ireo Khazar indray dia ny finoan’ny babylonien tao Egypte taloha, asa raha fantatrao t@ tantaran’i Moisy dia nisy ireo Égyptien no nanao « magie », amin’izao fotoana izao dia manana sectes isankarazany ireo Khazar ireo anisany izany ny kabbalehttp://moissondeselus.org/kabbale.htm ity ny momba azy.

      Vitsy anisa ry zareo ka ny fika nentiny hanatanteraka ny tetiny dia ny réseau fran maçon http://www.enquete-debat.fr/archives/parution-du-livre-noir-des-francs-macons-de-jean-robin-38905 hitanao araky io boky io fa @ alalan’ny FM ry zareo no manao influence ara politika. Fa ny tena marina toa ry zareo no namorona ny FM satria ny illuminati izay londohan’ny Fran maçon dia tsy iza fa ry zareo Khazar ihany.

      Momban’ny hoe iza no Andriamanitra hasolo ny an’ny kristianina sy ny an’ny silamo ary ny an’i bouddhiste sy indouiste dia tsotra fotsiny. Ry zareo no anisany manao izay tratran’ny heriny @ ty fivavahana oecuménique ity satria ny fika @ farany dia holazaina @ olona manerantany fa iray ihany ny Andriamanitra hivavahan’ireo finoana samihafa ireo. vakio tyhttp://www.eveil-delaconscience.com/exclusif-la-nasa-et-le-projet-blue-beam-le-projet-du-rayon-bleu dia manaova recherche momba io projet blue beam io dia hitanao eo dia anjaranao no maminavina ny mety ho fahamarinany na tsia. Za @ maha kristianina ahy dia fantatro fa marina io satria efa naminany an’io Jesoa Kristy tao @ apocalypse.

      Farany ity misy lahatsoratra momban’ny hoe jiosy ve Jesoa sa Jody ? http://moissondeselus.org/Jesus-Christ_juif_ou_judeen.htm ary ny hoe avy @ finoana jiosy marina ve ny finoana kristianina http://moissondeselus.org/Jesus_pratiquait-Il_judaisme.htm

      Marihina farany fa betsaka ry zareo Khazar ireo no miditra @ ireo finoana isankarazany ireo mba hitarihina ny olona hiaiky hoe ry zareo no vahoaka voafidin’Andriamanitra ka ny finoany no tokony arahina. Ny catholique @ zao moa toa efa manaraka tanteraka azy ireo raha ny fahafantarako azy ka ny Silamo no mbola sarotra aminy no manova azy ka izany no hanenjehany mafy ny Silamo amin’izao.

    • 25 novembre 2015 à 12:33 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Voilà donc ce que vous affirmez être du complotismehttp://lesmoutonsenrages.fr/2015/11/25/les-faits-sont-ils-complotistes/

    • 25 novembre 2015 à 12:55 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Comme je l’ai déjà écrit : vos sources sont d’origine complotiste et conspirationniste.

      Les sources que vous citez pour étayer vos pauvres arguments sont des sources tendancieuses et non fiables.

      Vous ignorez que l’Internet est truffé de ces sources qui perturbent des cerveaux propices à accepter les thèses les plus extrémistes et les plus farfelues.

      Il ne suffit pas de se dire : « entendu à la radio », « vu à la télé », « publié sur l’Internet » pour pouvoir affirmer que c’est la Vérité.

      Mais bon, si ça vous convient, c’est votre affaire et non la mienne.

    • 25 novembre 2015 à 13:08 | tsimahafotsy (#6734) répond à racynt

      Soa ihany zany fa tsy naondran’i Hitler tany Madagasikara ny Jiosy fa nodorany tany amin’ny four crématoire ! Ahoana ny nahazo antsika Malagasy raha izany no tanteraka teo ?
      Izay angamba no mahatonga ny pasitera sasany malahelo ka mitaky ho zanaky Israely !
      Tsy dia mampaninona aho loatra raha lasa Jiosy daholo ny ento antany, à condition fa mbola afaka misotro toaka, mihinana kisoa, mikoty vehivavy, afaka milely tsy misy arakaraka, miloka , ary tsy terana hivavaka ny asabotsy ! :)

    • 25 novembre 2015 à 13:15 | racynt (#1557) répond à tsimahafotsy

      Mdr hahaha

    • 25 novembre 2015 à 13:20 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Ka le lien omeny ao aza manondro mankany @ journal officiel toy ny Afrik.com na mondeafrique, Huffington post...

    • 25 novembre 2015 à 13:26 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Tsy ny fiona no tiako ho porofoinao fa ny hoe ny Fivavahana Kristiana no Tena Fivavahana Marina Tokony Ho Arahin’ny Rehetra.

      Finoana tsy mitovy amin’ny fivavahana ka az mial bàla eo hianao Ramatoa Racynt a !

      Arakia ny Tantara, io Jesosy na Jésus na Jesoa sns dia Jiosy ray reny ary toa hoe taranak’izany Davida Mpanjakan’ny Jiosy taloha izany izy io raha vakiana ny Naganom-bazaha misy.

      Io Jesoa-Jesosy io koa dia toa tsy tonga ny hanorina Fivavahana Vaovao fa kosa tonga hanatanteraka ny Lalàna nampitanin’i Mosesy na Moïse.

      Tsy hoe tsy tonga lafatra ny Didy Folo izay nomen’izany Andriampanitry ny Jiosy izany fa kosa nila fanampiam-panazavàna.

      Raha tamin’ny andron’i Mosesy dia ny Làlan’ny famaliam-paty no najaka, io Jesoa-Jesosy io kosa dia nanazava fa ny Lalàn’ny Fitiavana sy ny Famelan-keloka indray no misy.

      Raha tamin’ny andron’i Mosesy dia Folo ny Didy, io Jesoa-Jesosy io kosa dia nananfitina ireo Lalàna ireo ho iray hiany : ny Fitiavana an’ilay Andriamanitra izay nolazainy fa Rainy nihaviany ary koa ny Fitiavana ny Namana. Ary ny Fitiavana an’ilay Andriamanitra dia mitoy lenta amin’ny Fitiavana Namana.

      Raha tamin’ny andron’i Mosesy, ny Namana dia izay akainy ny tena, tamin’ny andron’i Jesoa-Jesosy kosa, ny Namana dia ny olombelona rehetra. Vakio ny tantaran’ilay Samaritàna tsara fanahy fa tsy notantarainy be fahatany io tsy akory raha ny fahafantarako azy.

      Ireto Mpianatra an’io esoa-Jesosy io dia tsy nisaraka tamin’ireo Jiosy nivavaka tao amin’ny Tempoly (Synagogue) fa kosa naka efitra iray tao mba hihaona’izzy samy izy.

      Azon’izy ireo natao ny nanao ny fihaonany tany amin’ny toeran-kafa satria ilay Jesoa-Jesosy dia efa nilaza tamin’izy ireo fa « na aiza na aiza no misy aminareo, sns sns » izay fantatrao satria ao amin’ilay Boky misy ao aminao.

      Ny antony nisitahan’izy ireo tamin’ny Synagogue dia ny toeran-tsy zaka natao tamin’izy ireo.

      Nony nisitaka tamin’ny Synagogue izy ireo ka nivory tao amin’ny efitra iray indray Alahady, dia nisy izany Fanahy Masina izany hono nilatsaka tamin’izy ireo. Hany ka nisy ireo izay niteny ny fiteny tsy fantatra. Nisy koa no toa voa an’ny mahadomelina ka nirediredy. Izay no voalazan’ny anganom-bazaha. Zry tamin’io fotoana io fa tapaka fa hiataka tanteraka amin’ny Synagogue izy ireo.

      Dia lasa sekta jiosy izany ry zareo satria mola nitàna ny Torah ho Boky Masina hiany (ny Filazantsara dia tsy mbola nisy nanoratra).

      Taty aoriana efa ela be vao nitsangana ho Fiangonana (Religion) izy ireo (Coinstantin). Ary rehefa tonga fivavahana ofisialy tao Roma dia kevoka be ery ry lerony.

      Koa ahoana sy ahoana nbo ahafanao milaza fa io Fivavahana Kristiana io no Tena Fivavahana Marina ?

      Satria ve ilay Jesoa-Jesosy nandrahona sy nampatahotra nanao hoe : « izay tsy manaraka Ahy dia tsy ho voavonjy, fa Izaho no Làlanan’ny Fahamarinana sy ny Fiainana » ?

      Mba maivana dia maivana raha izany no porofo azonao oena anay liana ny ahafantatra izany tena fivavahana marina tokony ho arahinay izany.

      Ô ry Témoin de Jehovah ô, mba mandiniha tsara fa aza dia miteny kitoatoa.

      Raha izay olona voan’ny mahadomelina rehetra no handrahona sy hampatahotra fa ho very any amin’izany Afobe izany izay tsy manoa ny teniny, dia mazava ho azy fa io no anton’ny fisian’ny sekta maro samy hafa (kristiana, islamista, sns).

      Ny tahotra ny Afobe tsy mbola nisy nahita no entinareo Témoin de Jehovah hampihorohoroana ny vahoaka ?

      Mampahonena ! Pitoyable ! Pathétique !

    • 25 novembre 2015 à 13:27 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      « Tsy ny finoana no... » fa tsy « Tsy ny fiona no... »

    • 25 novembre 2015 à 14:03 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Momba ny Bouddhisme dia marina fa misy olona sady Kristiana no sady Bouddhiste.

      NY marlmarina kokoa angamba dia manaraka ny fampianarana bouddhiste izy ireo ary tsy niala tamin’ny finoana efa narahiny.

      Tsy mifanipaka mihitsy ny Bouddhsime sy izay Fivavahana mlsy eto an-tany.

      1) Ny Bouddhisme dia tsy misy izany Andriamanitra hivavahana izany,
      2) Ny Bouddhisme dia tsy mitady ny valin’ilay fanontaniana manao hoe « misy ve sa tsy misy Andriamanitra ». Ny olombelona no votoatin’ny fampianarana fa tsy izany Andriamanitra misy na tsy misy izany.
      3) Tsy misy teny toa ny « conversion » izany ny Bouddhisme. Tsy misy izany hoe « conversion au Bouddhisme » na « conversion à la religion bouddhiste ».

      Rehefa miditra ao amin’ny Bouddhisme hianao dia manaraka ny fampianarana fa tsy hoe mivadika finoana.

      Misy olona manaraka ny fampianarana bouddhiste ary tsy mihira ny Sutra na mitanisa ny mantra na koa miankohoka eo anoloan’ny sarin’i Bouddha rehefa vita ny zazen ka manolotra ny fahasoavana azo amin’ilay fampianarana ho an’n’izao tontolo izao.

      Izay hoe, ny fihirànay ny sutra na ny fitanisanay ny mantra na fiankohofanay eo amin’ny sarin’i Bouddha dia tsy mistovy dika amin’izay hita ao amin’ny Fivavahana Kristiana na ny hafa.

      Mba fantatrao ve fa misy pretra katolika izay manaraka ny fampianarana bouddhiste « avec l’accird e leur hiérarchie » ? sa tanalahy iero ?

      Mba fantatra ve i Saint Benoît dia nanana ny hatao hoe règles de St Benoît izay nalainy tahaka avy tamin’ny fampianarana bouddhiste ? Sa koa io olo-masina katolika io dia mpamadika finona ary koa tanalahy ?

      Ny Bouddhisme dia tsy misy hifandraisany aminy Taoïsme sy ny Confucianime mihitsy.

      Ny Bouddhisme dia niainga tao Inde. Avy eo dia niparitaka tamin’y tany manodidina an’i Inde toa an’i Chine izay nivoahan’ny Bouddhsime Japonais (izay nizarazara ho écoles anakiteko taty aoriana) ary ny Bouddhisme Sud Coréen.

      Koa iero izay nampianatra anao ny Taoïsme, Confucianisme ary Bouddhisme dia olona tsy manana fahalalàna na kely akory aza fa mpisandoka na ny marimarina kokoa aza dia mananararaotra ny olona tia « réligion et philosophie exotique ».

      Voafitaka izany hianao na koa namità-tena. Soa hiany hianao fa niala tamin’izany fampianaran-diso izany fa dia ho loza indray ity méli-mélo nety ho voavoakanao.

      Hantenaina mba tsy ho fanina hianao amin’ity danse-danse ity. Ary sao dia io danse-danse io no mahatongana anao ho fanina toa izao ?
      Tandremo sao dia mikarapoka ka tsy ho-trà pitsaboana eo !

    • 25 novembre 2015 à 14:39 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Fa ianao koa miseho mahay zavatra bdb nefa ianao mihintsy no manao fampianarandiso. Ny témoin de Jéhovah aza tsy mino an’i Jesoa Kristy sady secte noforonin’ny jiosy toy ny New age (nouvel âge) sy ny mormone sy kabbale sns... ireny hamitahana ny kristianina hanaiky ny hanaraka ny Andriamanitra ny jiosy. Ny pasiteranay ao @ Fjkm mihintsy no nananatra anay tsy hanaraka an’ireo témoin de Jéhovah ireo fa aza miteniteny foana ianao.
      Izaho akory tsy nilaza hoe nanaraka ny bouddhisme sy taoïsme fa nandalina t@ famakiana boky fotsiny sao heverinao hoe manaranara poana secte bouddhiste, sy taoïsme sns...sanatria zany, ka efa hoe ny finoana kristianina ihany ny ahy no arahiko.

      Farany efa nazavaiko hoe fa maninona ny finoana kristianina no marina amiko, d satria efa tanteraka daholo ny akamaroan’ny faminaniana ao @ Baiboly, na faminaniana nataon’i Jesoa na faminaniana nataon’i masinda Paoly sns... Avy eo samy maka zay tandrify azy ny tsirairay vizaka be eo ianao hanazava ahy impolo fa za koa vendrana be sady mafy loha ka tsy mety miova hevitra mihintsy, lany andro eo fotsiny...

    • 25 novembre 2015 à 14:43 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Dia tena mahatsikaiky toko i Ramatoa Racynt ary tena « sérieuse dia tena sérieuse » izy mitantara ny conspiration mondiale hataon’ny Jiosy sasantsasany.

      Aiza ka i Jesoa-Jesosy hono dia nilaza zavatra tamin’y Apocalypse ! Ary sao dia ity Jesoa-Jesosy ity aza no nanoratra an’ilay Boky Apocalypse sady ilay mpianany natsoiana hoe Jaona ary tena tiany tokoa no lazain’ny Tantara fa nanoratra io Boky io (transmission mediuumnique ? ).

      Aza mirevirevy amin’ireto zavatra mahavoa fady ny Jiosy ireto hianao Ranamana Tsimahafotsy. Mandehàna any Jerosalema sy Tel Aviv dia ho hitanao fa ireto Jiosy tena mpivavaka sy mitandro ny faha-razany ireto dia tena donto saina tokoa ka i Tel Aviv dia lazainy fa Sodome et Gomorrhe vaovao. Any Jerosalema dia ny vehivavy manana ny trottoir ho azy, ny lehilahy koa torak’izany.

      Ny Jiosy mpivavaka tsotra aza manahirana amin’ireto hanina fadiany sy ny fady maro samy hafa toy ny tsy mahazo mi-composer numéro de téléphone sy Sabata, tsy mahazo manindry bouton d’ascenceur, tsy manafangaro vilany tsy manafangaro lovia.

      Ny azy ny firaisana ara-nofo dia ny hampitombona taranaka fa tsy hoe fangalàna fahafinaretana. Lasa mécanique des fluides ny va-et-vient du piston. Lasa tsy misy tsirony firy indrindra ho and-Ramatoa.

      Avelao ho samy izao isika Malagasy fa tsy hihinan-kanina izany fivavahana izany.

    • 25 novembre 2015 à 14:58 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Sady amizay tsy secte izany ny finoana kristianina fa ny tena marina rehefa tonga teto an tany Jesosy araky ny faminaniana nataon’i Isaia sy mpaminany bdb ao amin’ny Baiboly dia nolavin’ny jiosy fariseo satria natahotra ry zareo hoe mi discréditer ny fampianaran diso nataony ny fampianarana tena izy Nomen’andriamanitra Jesosy izay mifameno tsara @ didy fokon’olona Moisy. Sady nanantena koa ry zareo fa ilay messie dia tonga handrava ny fanjakana Romana ka hanome an dry zareo jiosy indray ny fanjakana tao Israely d vasoka izy sady natahotra hoe ho lasa hanaraka an’i Jesoa Kristy daholo ny olona tao @ Synagogue d iny nohendrikendrehindry zareo t@ tsy rariny iny Izy ka nofantsihina. D zao ry zareo manomana fiaviana Messie hafa mihintsy fa tsy Jesoa akory. Ary io ilay hoe Anti Christ zay ho avy alohan ’i Jesoa. Fa ny tena marina Messie sandoka no foroniny hamitahana olona bdb...

    • 25 novembre 2015 à 16:31 | tsimahafotsy (#6734) répond à Menalahy

      Zaho kosa aloha dia tsy andeha any Jerosalema na Tel Aviv zany é. :)
      Tsy misy saucisson na jambon na toaka any, fa balà sy tsatokantsy ary tora-bato, koa maninona aho no andeha any ?
      Fa raha toa koa mety mahazo rdv amin’ny Jehovah aho, dia angamba andeha mba hiteny amin’ny leiry hoe mba hajanony amin’izay ny adinareo sy Mohameda fa tsy poinsa mihitsy é !

    • 25 novembre 2015 à 19:35 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Raha ampifangaroinao ny marina sy ny lainga sara lahatra, afaka milaza ve hianao fa mbola afaka mahita izay tena marina ?

    • 26 novembre 2015 à 10:32 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Ny rasonnement-nao dia tena mitovy amin’ny fanaon’ny Témoins de Jehovah.

      Efa nazavaiko amin’ny lahatsorata hafa ny ambiny izay lazainao ka tsy hiverina amin’izany ny tenako.

    • 26 novembre 2015 à 10:44 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Misy lahatsorato manazava aminao ny fiforonan’ny Eglise Primitive.

      Ny Christianisme dia tsy nisy tamin’ny fotoan’io Jesoa-Jesosy io fa ireto mpianany no namorona io (tsy ny Jiosy koa tsy akory sao mirediredy eo indray hianao Ramatoa Racynt).

      Religion chrétienne = Christianisme = Secte juive (à son origine).

      Mazava ?

      Ny fandikan’ny Jiosy ny soratra momba an’ilay Messie nandrasany sy handrasany dia diso amiano. Kanefa rehefa vakianao tsara ireo soratra manambara io Messie io ary jerenao koa ny Tantaran’ny Jiosy tamin’ny fotoana izay nainan’io Jesoa-Jesosy io, dia ho hitanao, raha toa ka tsy miangatra na mitanila ny atidohanao, fa Messie Mpanavotra ny Jiosy amin’ny fanjanahan’ny Romana no natenainy ary tsy misy mandiso ny Jiosy raha toa ka tsy nanaiky izy ireo fa mpisandoka ity Yeshouah ity.

      Aiza koa moa ny porofo azo tsapain-tànana fa tena nisy tokoa ity Yeshouah ity fa tsy anganonagna’ny jiosy izy ity ?

      Farany, tamin’y andro izay niainan’io Yeshouah io dia efa maro be ireo olona izay nilaza fa Messie-Messie izany ny tenany. Ny nampiavaka an’ity Yeshouah ity tamin’izy ireo dia izy nanampy ny hoe Zanak’i YHWH. Blasphème amin’ny Jiosy noho ny fahamasinan’i YHWH.

    • 26 novembre 2015 à 11:00 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Ka efa nolazaiko taminareo fa « les Juifs sont partout » dia tsy mbola mino izay lazaiko hianareo.

      Efa tamin’ny andron’io Jesoa-Jesosy io anie no efa nanombohan’izany domination mondiale juive izany e !

      Ha ha ha...

    • 26 novembre 2015 à 11:27 | racynt (#1557) répond à tsimahafotsy

      Raha mbola tsy tapaka hevitra ianao d ty misy famintinana ny fivavahana telo lehibe ataon’i Régis Mailhot https://youtu.be/a24mAnmFU5c

    • 26 novembre 2015 à 11:36 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Ka zay no marina ka ataoko ahoana aza. Tadiaviny atao hoatrany ao Tel Aviv daholo ny eran izao tontolo izao. Korontana sy baomba sy tsatok antsy tsisy farany. Aleo tsy atao hoe jiosy tsony fa Khazars amizay fa manjary mandainga hoatrany dry zareo koa ny farany fa Satana manko no rain’ny lainga. Tsy levon’ny vavondry zareo Khazar mihintsy zao ty sketch ty.https://youtu.be/AdKQ27OoNP8
      Ary hono oa fa maninona kay ny Israëlianina irery eto ambony tany no mahazo manao lalàna ségrégationiste toy ny hoe tsy mahazo manome rà hanaovana transfusion sanguine ny mainty hoditra ao aminy, na koa hoe ny vehivavy mainty hoditra mipetraka ao Israel dia tsy maintsy stériliséna rehefa avy miteraka roa ? Dia maninona no tsy sazian’ny ONU droit de l’homme iste milaza hoe tokony hitovy daholo ny zon’ny olombelona ry zareo ao Israel @ zany ?

    • 26 novembre 2015 à 11:52 | racynt (#1557) répond à racynt

      Dia ity misy ohatra ny faminaniana nataon’i masinda Paoly izay tanteraka vao tsy ela akory fa vao t@ volana jona lasa teo "1 Timothe 4:1-3 Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,
      par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité.«  »On peut imaginer un monde où chacun serait libre d’avoir des relations avec d’autres que son partenaire principale" Jacques Attali juin 2015 http://blogs.lexpress.fr/attali/2015/06/08/lamour-collaboratif/

    • 26 novembre 2015 à 14:16 | tsimahafotsy (#6734) répond à racynt

      Izaho hoy aho dia : athée, républicain ary laïc.
      Un mécréant pur et dur !
      Les trois religions monothéistes sont criminelles.
      C’est depuis la naissance de ces trois religions que l’humanité est à feu et à sang.
      La religion c’est comme le sexe. Elle doit rester dans le cercle privé, dans l’intimité, sinon c’est de l’obscénité. Ceux et celles qui s’exhibent, qui prient en public, ceux et celles qui font du prosélytisme religieux sont pareils aux prostitués du sexe envoyés par leurs proxénètes pour attirer des clients, des gogos. Les proxénètes sont les pasteurs, les curés, les imams.
      Aleoko lavitra ireo mpanompo sampy tsy mba manao prosélytisme.

    • 26 novembre 2015 à 14:28 | tsimahafotsy (#6734) répond à Menalahy

      « Les Juifs sont partout » io angé ka nalaza be dès 1935 é !
      Dia hita ny fiafàrany avy eo.
      Ary mivoaka foana io resaka io rehefa misy crise.
      Tsy efa ampy vé izay, saha mbola hamerina ny tantara namao-fady ireny ?

    • 26 novembre 2015 à 15:25 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Hay izany ny fototra hijoroan’izay voasoratrao dia miankina amin’ny :

      - documents complotistes sy conspirationnistes,
      - hira hiran’i Mireille Mathieu,
      - hatsikana ?

      Mampahonena !

    • 26 novembre 2015 à 15:41 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Ity misy document azonao hanampiana ny betsaka efa eo aminao :

      http://www.syti.net/Targets.html

      Mahereza mamaky.

      Saika hadinoko, fa inona hoy aho ny maha samy hafa ny Andriamanitry ny Jiosy sy ny Andriamanitry ny Kristiana ?

      Ary mitovy sa samy hafa ny Andriamanitry Katolika, ny Andriamanitry ny Loterana ary ny Andriamanitry ny Kalvinista ?

    • 26 novembre 2015 à 15:57 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Sanatria tsy hoe miaro ny Jiosy sy ny Israeliana isika fa kosa tsy manaiky nytsy rariny amin’ny fanosoram-potaka fa mitady ny hanjakazaka eran-tany izy ireo.

      Misy te handringana indray an’izy ireo angamba satria efa maro dia maro indray ry zareo ireo ao Israely.

    • 26 novembre 2015 à 16:05 | racynt (#1557) répond à Menalahy

      Ty koa ary msie Kohen Tic tac Do fa tratra nanao zavatra mamoa fady http://www.sobikamada.com/sociale/item/5434-miandrivazo-kohen-rivolala-arr%C3%AAt%C3%A9-par-la-police.html mouahahaha

    • 26 novembre 2015 à 16:37 | racynt (#1557) répond à tsimahafotsy

      Ka efa hoe tsy Jiosy ireo mampiady ny Silamo sy kristianina ireo fa Khazars fa ty ramatoa ity zao no tena jiosy ary sahy miaro ny palestiniens izy satria fantany fa tsy mety ny ataon’ireo Khazar ireo https://youtu.be/-xC70eidOEw omeko tehaka mihintsy io vehivavy jiosy io

    • 26 novembre 2015 à 16:57 | racynt (#1557) répond à racynt

      Hanaporofoina fa tsy antisémite aho d omeko tehaka mihintsy io vehivavy jiosy io clapet clapet clap. Ho lehibe ny valisoa ho azon’io vehivavy io rehefa any an danitra. "Heureux ceux qui procurent la paix car ils seront appelés fils (ou fille) de Dieu. Mathieu 5,9

    • 26 novembre 2015 à 17:16 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Oadray, Ramatoa Racynt ô !

      Efa nisy teo ny tsaho fa i Dadabe sy i Menalahy dia olona iray hiany. I Isandra dia tapaka mihitsy ny tsinainy tamin’izany tsaho nampielezana teo izany, vao tsy ela akory izay.

      Dia hianao indray ve, Ramatoa Racynt, dia hanely tsaho vaovao fa i Menalahy dia i Kohen Tic tac Do ?

      Kohen Tic tac Do ilay mampihomehy rehefa mahita azy ao amin’ny Youtube ? Asa raha sarimbavy izy io fa tena maatsikaiky na fihetsiny, na izay teny mivoaka ny vavany petsapetsana iny.

      Aoka re mba hijanon eto ity tsaho milaza fa i Menalahy sy Rnona dia olona iray hiany.

      Tapaka mihitsy ny tsinaiko ary nitondra tàra-masoandro kely hianao amin’ity hatsikana ity !

    • 27 novembre 2015 à 17:00 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Tsy nisy nilaza fa antisémite hianao ka nahoana no miaro-tena ? Sa qui se sent morveux/morveuse se mouche ?

      Misy olona milaza fa tsy mankahala ny Maghérbins satria hono rehefa mahandro couscous ny Maghrébin mipetraka akaikiny ny tranony dia manasa azy ireo Maghrébins ireo ary tena mankafy ny couscous, harissa sy ny merguez ry zareo.

      Ramatoa Nadine Morano izay manta vava ary sahy nilaza fa manana hevitra hitovizany amin’i Ramatoa Marine Le Pen dia nilaza koa fa tsy raciste izy satria ny namany tena akaiky azy (amie intime) hono dia vehivavy mainty hoditra (Togolaise angaha moa izy izay).

      Mila ohatra hafa va hianao fa tsy ny filazana na ny fanaporofoana fa tsy raciste na antisémite dia tsy misy dikany loatra rehefa dinihina lalina ?

    • 1er décembre 2015 à 13:01 | chaud ananas (#9338) répond à racynt

      misaotra anao,mitovy hevitra aminao tanteraka aho,indrisy fa vitsy ny malagasy mahalala ny zavamisy fa mihinana ambolony ny lainga afafin« ny haino amanjery vahiny izay fitaovana eo ampelatana »ireo mpangalatra ireo !!!

      ho anareo milaza ho jiosy reo,asa raha fantatrareo fa any israely no misy ny fanavakavahana henjana indrindra eto antany, ireo teratany etiopiana sy sodaney any dia atokana toerana ary tsy mahazo mifandray na mivady indrindra fa miteraka amin« ny jiosy fotsy hoditra fa voararan »ny lalana.

      ny mpitondra tandrefana rehetra dia voabaikon"ny jiosy daholo tsy ankanavaka,i bhl tsy mpitondra tsinotsinona nefa izy no manapa kevitra izay firenena be solika hokorontanina ,irak,lybie,syrie,nigeria,mali...! atsy ho atsy mety ho algerie,zimbabwe,ary sanatria ny nosindrazako !!!

      ny tandrefana no niteraka sy nikolokolo ary namahana ny mpampihorohoro nanomboka tamin« ny taona 1979, izy no mandrehitra ny afo dia izy ihany no pompier !!! »Al nosra fait du bon boulot en syrie« tsy mpampihorohoro no niteny an »io fa minisitra frantsay amperin"asa. sokafy ny maso

  • 24 novembre 2015 à 11:51 | hrrys (#5836)

    ma question est : pourquoi La Grande Bretagne n’est -elle jamais touché par les actes terroristes ???? La réponse est simple : il n’ y a pas des frontières qui la sépare aux autres pays .

    • 24 novembre 2015 à 11:56 | racynt (#1557) répond à hrrys

      La grande Bretagne à déjà été touché par le terrorisme en 2005, souvenez-vous du bus

    • 24 novembre 2015 à 12:00 | hrrys (#5836) répond à racynt

      c’était un cas isolé !!! je veux tt simplement faire une liaison entre ce qui se passait dans un Etat insulaire comme M/ar ....

    • 24 novembre 2015 à 12:12 | racynt (#1557) répond à hrrys

      Ah oui c’est vrai, un cas isolé ou plutôt un loup solitaire comme Merah ou des loups solitaires comme les Kouachi... Qui finissent par se transformer en meutes de loups. La Grande Bretagne n’est pas tellement attaqué par les terroristes car elle a déjà voté des lois versions bigbrother, caméra partout, ... Et c’est ce qu’il veulent faire en France. Vous remarquerez qu’après chaque attentats vous avez une série de projet de lois qui ne servent strictement à rien sauf à nuire à la liberté individuelle. Lois voulues par ceux qui voudraient mettre en place le gouvernement mondial.

    • 24 novembre 2015 à 13:15 | Menalahy (#9072) répond à hrrys

      Donc, les Angilisy sont préservés des attentats parce que les djihadistes ne savent pas nager comme les Malagasy ? lol.

      Ce n’est plus « God save the Queen » mais c’est « The seas save Great Britain and the Queen ».

      Au fait, vous ne m’avez toujours pas expliqué quelle est la relation entre Makorelina, Environnement et Insécurité-Terrorisme.

      Votre femme est toujours au début de son grand projet ?

    • 24 novembre 2015 à 13:23 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Auriez-vous un signe, quelques prémices de ce gouvernement mondial que vous nous annoncez ?

      D’accord, vous allez me dire que la mondialisation en est un signe.. Mais encore ?

      Môman, j’ai peur du grand méchant gouvernement mondial.

      Et puis entre nous soit dit : si ce gouvernement mondial était la solution pour instaurer la Paix, la Justice, la Prospérité, le Bonheur pour tous les Hommes, pourquoi êtes-vous contre ? Parce que Madagasikara perdrait sa souveraineté ? Mais qu’est-ce que la souveraineté d’un pays face au bonheur de l’Humanité toute entière ? Même pas le poids d’un grain de séné.

      Est-ce que c’est le Protocole des Sages de Sion que vous avez sur votre table de nuit ? Non ? Dans votre immense bibliothèque conspirationniste et complotiste alors ?

    • 24 novembre 2015 à 13:28 | Menalahy (#9072) répond à hrrys

      Donc, Madagasikara ne risque rien.

      Merci de nous rassurer à peu de frais.

      Ndimby, vous avez perdu du temps et de l’énergie en écrivant cet éditorial qui n’a pas eu lieu d’être. Quel gâchis :-) :

      Madagasikara est protégé par le Canal de Mozambique et l’Océan Indien. De plus, les Islamistes ne savent pas nager et n’ont pas de complices comme les les Comoriens qui s’installent sur la Côte Nord-Ouest, la Côte Nord et à Antananarivo.

    • 24 novembre 2015 à 13:55 | racynt (#1557) répond à Menalahy

    • 24 novembre 2015 à 17:24 | hrrys (#5836) répond à Menalahy

      Vous etes tetus ,je croyais que vous habitiez a Dago mais je me suis trompe.Ma femme travaille dans une societe filiale d’une societe americaine ayant pour pple activite la protection de l’environnement.Ils ont qlq sites en province,qlq unes sont deja qualifiees « aires protegees ».Malheureusement,qlq individus malintentionnes ont envahi l’un de ces sites et y ont installe ,ils grinotent ,crevent..dans l’espoir d’y trouver des pierres precieuses.Pendant ce temps ,les filles de la region rodent autour d’eux avec les mini-jupes,lambaoany vous savez la suite

    • 24 novembre 2015 à 17:51 | Isandra (#7070) répond à hrrys

      « ce qui se passait dans un Etat insulaire comme M/ar,... »

      Ce serait rassurant,...s’il n’y avait pas de personnalité comme Ra8 devant montrer l’exemple, ose voler notre ciel sans autorisation,...

    • 24 novembre 2015 à 20:09 | Menalahy (#9072) répond à hrrys

      Oui, je suis têtu, tenace même et je lâche rarement ma proie.

      Vous faîtes de l’amalgame car ces individus ont gâché le travail de votre femme et de son ONG.

      Ce sont ces cinq personnes qui sont responsables de ces dégradations et non ces jeunes filles qui louent leur corps à ces hommes esseulés.

      Je suppose que dans cet endroit dévasté, il existe de petits commerçants qui vendent du bric à brac (épicerie et autres marchandises du quotidien) ? Pourquoi ne leur en vouliez pas alors qu"’ils participent aussi, à leur façon, par leur présence, à la dégradation des lieux et au pourrissement de la sécurité ?

      Vous avez plusieurs dents contre TOUTES les prostituées parce que l’une d’elles vous aurait refusé une faveur ou quelque chose comme ça, n’est-ce pas ?

      Rassurez-vous, chagrin d’amour n’est pas toujours mortel.

    • 24 novembre 2015 à 20:50 | Stomato (#3476) répond à hrrys

      L’insularité n’excuse pas la paresse, celle de rechercher des éléments indiscutables sur internet.
      Oui, internet sert aussi à ça !

      Allez donc sur le site :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_de_Londres_du_21_juillet_2005

      Et demandez vous si l’attaque du bus était un cas isolé...

    • 24 novembre 2015 à 21:08 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Je n’ai pas à vous dérouler mon CV. Vous êtes bien le seul à ne pas avoir deviné que mon domicile légal et celui de ma petite famille se trouve à l’étranger.

      Mais cela ne m’empêche pas de venir à Madagasikara pour des séjours courts mais enrichissants. Le prochain passage sera probablement au mois de Février. Je ne suis pas interdit de séjour dans mon pays natal et j’ai toujours la nationalité malagasy.

      N’essayez pas de deviner comment je suis physiquement car je suis atypique par rapport aux hommes malagasy : 1m87 pour 90 kg, sans une once de graisse (natation et krav maga). Assez bel homme, il paraît et Mère Nature ne m’a pas oublié non plus... Atypique partout quoi ;-) Quand on dit que nous ne naissons pas égaux, ce n’est pas un euphémisme...

      Je ne sais pas où vous habitez ni ce que vous faites et ce n’est pas important pour les discussions (quand il y en a) sur ce forum.

      En tout cas, je n’ai pas le sentiment de vous avoir menti, c’est votre déduction qui est fausse comme votre appréciation de certains articles que vous commentez.

      Allez, à la revoyure.

    • 24 novembre 2015 à 23:22 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      Ha ha ha, Hrrys et ses approximations ? c’est bien connu !

    • 26 novembre 2015 à 11:02 | Menalahy (#9072) répond à racynt

      Mba porofo mavesa-danja moa mba omena fa efa lany andro ity mpihira vehivavy ity sady mpisandoka ka nilaza fa izy hono no « héritière d’Edith Piaf ».

    • 1er décembre 2015 à 13:06 | chaud ananas (#9338) répond à Menalahy

      bonheur de l"humanité toute entière ?? plutôt bonheur des pilleurs !!

  • 24 novembre 2015 à 13:39 | Saint-Jo (#8511)

    Samy mahatsapa daholo ny manan-tsaina mandinika rehetra fa
    tsy ratsy daholo
    no sady tsy tsara daholo koa akory
    izay rehetra fomban-drazana .

    Toy ny voan-kazo an’ala io,
    ka izay mamy atelina ( raha toa ka tsy poizina ! )
    ary izay mangidy arora .

    Aminay Gasy olon-tsotra, dia miavaka tsara ny firenena mandroso any Ivelany sy ny firenena gasy.
    Tsy manana ny fahalalàna sy ny fitaovana ary ny tanjaka diplaomatika sy ny volaben-dry zareo izahay.
    Any Europe koa, hafa tsy firenena anankiray monja, dia anatina kaontinanta daholo ry zareo.

    Izany rehetra izany dia mahatonga anay Gasy olon-tsotra hihevitra fa tsy mitovy amin’ny any Europe ny fomba azo hisorohana ny horohoro mety ho ataon-dry zareo Silamo-Iringiriny eto anivon’ny nosy.

    Somary gaga ihany izahay mahita fa ny Arabo sy ny Kaomoriana ihany no tondroin’ny sasany fa miezaka mafy mampiditra ny finoana silamo eto amin’ny tanàna.
    Manao masobe tsy mahita ary ve ry zareo ?
    Izahay mantsy dia mahita amin’ny andavan’andro fa ny Karana koa ange ka silamo eto antoerana e !
    Sady silamo tena mpanavakavaka sy mihevi-tena ho ambony dia ambiny tokoa, raha miohatra aminay Gasy olon-tsotra.
    Sa heverin’ny sasany fa tsy miezaka mampiditra eto amin’ny tanàna ny finoana silamony koa ireo Karana ireo ?

    Raha momba ny fampihorohoroana ny vahoaka eto anivon’ny nosy indray, dia iza no sahy hilaza fa tsy mampihorohoro ny vahoaka ireo fotaka sy bodega ireo ?

    Sa odiana tsy fantatra ireny fandringanana zana-bahoaka any amin’ny faritra ireny ? Fa indrindra-indrindra ny any Atsimo ?

    Na ny ao andrenivohitra aza : iza no tsy nahita antsary iny filakoana ankalamanjàna nataon’andiana bodega an’ilay tovolahy mpianatra eny Ambohitsaina iny ?

    Raha ny tena zava-misy amin’izao fotoana izao aloha, dia ny fotaka sy ny bodega irery no hany mpampihorohoro misy eto amin’ny tanàna.

    Ary ireo apangain’ny sasany ho dahalo kosa dia tsy voa-avaka mazava tsara ny hoe : iza no tena olon-dratsy, ary iza no olon-tsotra sahala aminay fotsiny ihany.
    Satria avy hatrany dia samy ringanin’ny fotaka sy ny bodega fotsiny izao ireny zana-bahoaka ireny.

    • 24 novembre 2015 à 16:58 | Menalahy (#9072) répond à Saint-Jo

      Miarahaba anao Saint-Jo,

      Miala tsiny fa saingy nanoratra hoe « Ray aman-dReny », ity fahazarana ity dia tokony ho tandremana. Lol.

      Miala tsiny raha toa ka tsy afaka nisaotra anao eram-po, eran-tsaina ary eram-panahy tamin’ny fanazavana nomenao momba ireo tanin’Andriana nalain’ny Mpanjanaka ankeriny sy nobodoiny na koa nozarazarainy ireo.

      Misaotra, hoy ny tenako, satria ny fanazavanao dia manampy anay zanaka ahalala ny Tantarantsika iombonana.

      Misaotra koa, satria tsy teny foana (vide) no nataonao fa teny velona hany ka raha hoy hianao nanao hoe : atodiho atsy an-kavanana ny loha dia jereo ity toerana mitondra ny anaran hoe « X », avy eo nampianao nanao hoe, atodiho atsy an-kavia indray ny loha.

      Dia nakipiko ny masoko ary dia natao araka ny teninao ka tena toa tonga tao amin’ireo toerana ireo tokoa ny tenako aty andilambato.

      Koa rehefa ho tonga indray aty an-tanindrazana, dia handeha amin’ireo toerana ireo ary dia amin’izay fotoana izay dia tena mino fa ny feonao ho rè ao an-tsaina manoro an’ireo toerana ireo.

      Tokony ho isaina toy ireo lazaina any Japon sy Corée du Sud fa « Conservatoire Vivant de la Tradition » hianao sy ny olona toa anao.

      Mila anareo Ray aman-dReny nitàna sy mitàna ny nentim-paha Razana ary mbola mampita aminay zanaka ny fahalalàna ao aminareo.

      Lova sarobidy aminay zanaka izay te-handalina ny maha antsika antsika izany koa isaorana tokoa.

  • 24 novembre 2015 à 14:34 | leclercq (#4410)

    Bonjour
    Madagascar a ses propres terroristes (les dahalos , les forces armées etc etc etc ) .

  • 24 novembre 2015 à 14:59 | tsimahafotsy (#6734)

    / C’est la même flatulence conceptuelle gauchiste qui a encouragé au laxisme dans la gestion des banlieues et de la crise des réfugiés, avec les conséquences qui sont actuellement constatées./
    Je ne me fais pas l’avocat de la gauche française, mais je veux répondre à Ndimby par un article paru dans Marianne cette semaine.
    Je copie :
    / Sans remonter au siècle dernier, il suffit de se pencher sur le retour de la droite au pouvoir en 2002 et Nicolas Sarkozy, Place Beauveau pour comprendre comment l’intérêt général peut passer au second plan. Un puissant mouvement a été impulsé par les deux ministres de l’Intérieur précédents, les socialistes Jean-Pierre Chevenement et Daniel Vaillant... L’idée était, à travers ce qu’on l’on a appelé la « police de proximité » de faire sortir les policiers, les « bleus » des commisariats et de les déployer au plus près de la population...
    En 2002, surfant sur une série de tragiques faits divers marqués par la mort en service de plusieurs policiers et la mise en cause des juges « laxistes », Nicolas Sarkozy n’attend pas longtemps pour anéantir ce redéploiement accusé de tous les maux de la terre...
    La timide implantation des policiers dans les cités sensibles est réduite à néant, le nouveau ministre de l’Intérieur,( le nul Nicolas Sarkozy ) crucifie publiquement la politique du quinquennat en ridiculisant un commissaire en poste à Toulouse qui croyait encore que l’on pouvait jouer au foot avec les jeunes des quartiers sensibles.
    Ce retrait favorise-t-il l’implantation, dans les cités, des cadors du trafic de stupéfiants, bientôt rejoint dans l’arène par des islamistes radicaux ?
    Toujours est-il que les uns et les autres, séparément, vont accroître leur emprise sur les territoires où ils ont grandi. Les années 2000 voient ainsi les dealers devenir millionnaires et les salafistes, asseoir leur présence...
    Nicolas Sarkozy a réduit à marche forcé les effectifs de la police et de la gendarmerie, qui auront perdu 15 000 postes à la fin de son quinquennat./ Fin du copie de l’article.
    Ndimby, ne soyez pas trop prompt à tirer sur « les droits de l’hommistes » car un jour, qui sait, le journaliste que vous êtes, serez bien content de les voir à vos côtés. :)

    • 24 novembre 2015 à 15:25 | racynt (#1557) répond à tsimahafotsy

      Bravo Tsimahifohy, on accuse toujours les gauchistes d’être à l’origine du laxisme mais qui a diminué l’effectif des policiers en France ? Sarkozy. Qui a tué Khadafi et a du même coup cassé la barrière anti immigration en Europe installé sous Khadafi, provoquant ainsi la montée de l’immigration et l’incrustation des terroristes dans l’immigration ? Sarkozy sous les ordres de BHL... Etc... Droite et gauche confondus sont sous l’influence de BHL, Attali,... Et consorts. Mais attention aza miteniteny hoe jiosy reo sao d lazaina fa antisémite e, conspirationniste e, complotiste e...

    • 24 novembre 2015 à 17:12 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Merci Tsimahafotsy de nous sortir ce texte. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, deux célébres forumeurs ont critiqué la politique sécuritaire de la gauche de Hollande en mettant sur le dos dy gouvernemenr français actuel la diminution drastique de cette Police de proximité.

      Je leur ai rappelé que c’est Sarkozy qui a supprimé 40 000 postes de Policiers quand il était Ministres de l’Intérieur.

      Je leur ai rappelé que c’est par pure démagogie et par pure électoralisme que Srkozy a parlé de karcherisé les banlieues et qu’il a traité la population de ces banlieues de « racaille ».

      Tout le monde se souvient, peut-être, que c’est encore ce personnage qui a osé, lors de sa mémorable visite à la Foire de l’Agriculture, répondre publiquement à une personne qui n’a pas voulu lui serrer la main : « casse-toi, pov’con ». Ou que plus tard, il osé récidiver en s’adressant à un manifestant perché sur une estrade : « descends de là si t’es un homme, pov’con ».

      Ma sensibilité est de gauche, tout le monde l’aura vu et compris, j’espère. Mais ce n’est pas pour autant que j’avalise toutes les errances de la gauche et de Hollande (y compris Mitterrand, Rocard, ...).

      Il faut dépassionner les débats politiques si nous voulons y voir un peu plus clair et si nous voulons trouver un élément fédérateur.

    • 24 novembre 2015 à 18:29 | tsimahafotsy (#6734) répond à Menalahy

      En 1997, j’ai été de ceux qui ont bataillé pour qu’on ne supprime pas le service militaire. J’avais mes fils et neveux tous contre moi. Et aujourd’hui, je fais parti de ceux qui militent pour le retour d’un service national plus ou moins militarisé mêlant pendant plusieurs mois garçons et filles. Il s’agit d’abolir les appartenances religieuses et sociales, politiques des jeunes.
      Je ne suis pas du tout et loin de là un militariste, mais je suis convaincu que dans un pays comme la France, où il y a des jeunes de toutes origines, le service national permet à chaque jeune français qu’il soit de parents européens, arabes, africains ou asiatiques de découvrir ce qu’il doit à son pays, ce qu’il doit aux autres et ce qu’il peut en attendre.
      Au vu de vos posts, il y a bien longtemps que j’avais senti une sensibilité de gauche. J’ai été trésorier fédéral du M.R.G. avec Christiane Taubira. Poste très sensible et stratégique avec les cartes et le nombre d’adhérents.

    • 24 novembre 2015 à 18:32 | tsimahafotsy (#6734) répond à tsimahafotsy

      Le temps me manque, mais on reviendra sur le sujet que Ndimby nous a sorti sur le terrorisme islamiste à Mada.

    • 24 novembre 2015 à 20:18 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Je suis loin d’être un va-t-en guerre mais je considère que le Service National (sous n’importe quelle forme) est une manière de mélanger les personnes de différentes origines ethniques ou conditions sociales pour faire naître le sentiment d’appartenance à une et unique Nation.

      Ce sentiment nous manque, à nous Malagasy.

      Il y a aussi les affectations en Province comme du temps de mon Père qui a travaillé à Majunga, puis Antsohihy et Mandritsara et Tuléar.

    • 24 novembre 2015 à 21:01 | Stomato (#3476) répond à Menalahy

      Le service national (français) a progressivement remplacé ce que l’école ne faisait plus : l’éducation à la vie ensemble, en société.
      Ceci principalement en habillant tout le monde de la même façon, et en enseignant le respect de règles simples et compréhensibles.
      Depuis l’exploit de Chirac cette éducation au vivre ensemble a été remplacé par les non-décisions des ministres (amateurs) de cette usurpation qu’est la dite éducation nationale.
      Avec comme accompagnement la lente mais certaine acceptation de « coutumes »venues d’ailleurs et l’abandon de ce qui fait depuis des siècles ce que l’on peut nommer l"art de vivre à la française.
      Mais fort heureusement tous les migrants, économique ou pas, n’imposent pas leurs coutumes au pays qui les accueille !
      Je ne vise personne, suivez mon regard. Mais je ne peux m’empêcher de penser à ceux qui ont une religion millénaire, ou ceux qui ont eu une éducation religieuse d’obédience chrétienne.

    • 24 novembre 2015 à 22:26 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      Ce que nous voyons au niveau des jeunes Français de toutes origines vient de la démission des parents face à leur responsabilité.

      Dès que l’enfant est inscrit dans une institution, les parents se défaussent de leur responsabilité sur l’institution à commencer par la maternelle.

      Les parents confient l’enfant à l’institution et le récupère comme un vil objet à la fin de la journée.

      L’enfant n’est plus un être en devenir mais un objet de dispute lors des divorces de plus en plus nombreuses, c’est un objet dont « on profite ». Combien de fois n’ai-je pas entendu des mères de famille dire : « je n’ai même plus le temps de profiter de mon gamin » !

      Elle veut dire « je n’ai plus le temps de m’occuper de mon enfant, je n’ai plus le temps de donner de mon temps à mon enfant ».

      Combien de parents suivent les devoirs à la maison ou des leçons à apprendre pour le lendemain ? Pourtant, il y a un carnet de suivi que tout enfant possède dans son cartable chargé comme une outre.

      Les parents se contentent de demander à l’enfant : « tu as fait tes devoirs ? tu as appris tes leçons ? » Bien entendu la réponse est souvent « OUI ». sans vérification des dires de l’intéressé.

      Et quand l’enfant a de mauvaises notes, c’est la faute à la maîtresse qui ne fait pas son travail (maîtresse d’école qui est « nulle » pour l’enfant qui ne se prive pas de la dénigrer à la maison. Et les parents s’étonnent que l’enfant risque e redoublement de sa classe (le redoublement est de plus en plus évité car ce serait traumatisé les chères têtes blondes d’après Françoise Dolto et Maud Manonni et d’autres psychopédagogues médiatiques).

      Si jamais la maîtresse ou le professeur a l’outrecuidance de sanctionner l’enfant turbulent ou paresseux, certains parents n’hésitent pas à aller se plaindre auprès de la Direction de l’établissement pour que le « fautif » ou la « fautive » soit sanctionné(e).

      Comment enseigner à l’enfant le respect et la discipline dans ces cas-là ? Combien de jeunes Professeurs des Ecoles (néo-dénomination pour instituteurs car le métier est devenu si dégradant et si dévalorisé qu’il a fallu faire une rectification cosmétique du nom) en arrivent à baisser les bras au point d’oublier qu’ils ont eu une « vocation » (sens ancien, sacerdotal) quand ils ont voulu embrasser cette carrière considérée comme noble dans les temps anciens ?

      Ah, tout se perd mon bon Monsieur.

      PS1. Les parents sont chargés de l’éducation de l’enfant. L’école a pour tâche d’enseigner à l’enfant les connaissances nécessaires à un futur citoyen.

      Education et Enseignement ne sont pas antynomique mais complémentaire.

      PS2. Mes enfants en âge de scolarité sont inscrits à l’école publique pour qu’ils apprennent la mixité sociale qui sera la leur, plus tard. Certains de leurs camarades sont de confession chrétienne, d’autres de confession musulmane. L’équipe pédagogique fait un travail remarquable pour apprendre à l’enfant le respect de la religion de l’autre. Il arrive que les parents de confession musulmane modérée invitent les autres enfants pour certaines fêtes.

    • 24 novembre 2015 à 23:30 | liliquilit (#7755) répond à Menalahy

      Je suis entièrement d’accord avec Tsimahofotsy et Menalahy quant au rétablissement du service national ou plus précisément d’un service civique à Madagascar. Je suis aussi favorable à une vraie mobilité des fonctionnaires et à la mise en place de travaux communautaires obligatoires. Le sentiment d’appartenance à la Nation fait défaut à Madagascar, trop nombreux sont les Malgaches qui ne connaissent pas leur pays, ses différentes régions, les moeurs et coutumes des différentes ethnies, communautés qui font que Madagascar est un pays vraiment unique.Cette méconnaissance alimente l’intolérance, la bêtise, l’ultra-nationalisme, et tous les amalgames douteux qui vont avec ... J’ai eu la chance de travailler avec des ray amandreny de grande qualité qui, quoique très attachés à leur tradition, ethnie, caste (!!!), connaissaient parfaitement Madagascar pour y avoir exercé des fonctions dans ses différentes provinces. Les jeunes générations sont peut-être plus compétentes, ont voyagé en Europe, aux USA, à Dubaï, mais que connaissent-elles des réalités de leur pays ? Pas grand chose... Il ne suffit pas de brayer « j’aime Madagascar » pour être un vrai patriote et servir efficacement son pays, pour ce faire, il faut faire preuve d’humilité, écouter les anciens pour se nourrir de leurs expériences, se faire sa propre expérience et mettre ses compétences au service de son pays.

    • 25 novembre 2015 à 00:51 | Zanabahoaka (#8890) répond à liliquilit

      Euuuh... il me semble ici que Tsimahafotsy parle du service national « en france », mais bon... peut-être que ses opinions sur ce sujet pour Madagascar sont les mêmes.

      Ce sujet de « Service National (Fanompoam-pirenena) » a été traité ici récemment par Soamiely Andriamananjara (article en malagasy).

      http://www.madagascar-tribune.com/Fanompoam-pirenena,21610.html

      (Que) 15 commentaires (c’est déjà ça) mais peut-être que bon nombre de nos forumeurs habitués ne comprennent pas (ou pas assez) notre langue maternelle ou que le sujet ne les intéresse pas autant que lézil zéparss.

    • 25 novembre 2015 à 01:19 | liliquilit (#7755) répond à Menalahy

      Quand Sarkozy est arrivé au pouvoir, ses premières mesures ont été de supprimer la police de proximité et de couper les subventions des associations travaillant dans les zones prioritaires (banlieues). Je me souviens qu’à l’époque, nous sommes montés au créneau avec le réseau associatif pour dénoncer cette démission de l’Etat et notre inquiétude de voir le terrain occupé par les réseaux de délinquance et d’intégrisme religieux. C’est ce qui est arrivé. Kouachi est un pur produit de cette erreur politique, cet ado tumultueux a canalisé son énergie dans des projets constructifs portés par sa MJC de quartier, suite aux coupes budgétaires, son projet n’a pas abouti et ce gamin qui n’avait jamais fréquenté une mosquée auparavant s’est vu embrigadé par les réseaux intégristes qui ont investi son quartier. Jusqu’à commettre l’imparable : l’attentat contre Charlie Hebdo... Arrivée au pouvoir, la gauche aurait pu rétablir cette politique sociale en faveur des banlieues, elle ne l’a pas fait... Conséquence de quoi ça nous pète à la gueule actuellement et les responsabilités sont également partagées entre la gauche et la droite... A vouloir mener une politique de droite, à être trop déconnectée des réalités de terrain, la gauche est amenée aujourdh’ui à déclarer l’état d’urgence qui restreint le champs des libertés publiques chères à ses valeurs. La Belgique suit le pas... Leçon de gouvernance adressée à nos amis malgaches : le pouvoir politique est l’émanation de la volonté populaire, lorsque les politiques sont déconnectés des réalités de terrain, c’est le peuple qui en paye le prix fort !

    • 25 novembre 2015 à 01:30 | tsimahafotsy (#6734) répond à Menalahy

      C’est tout à fait vrai ce que vous dites Menalahy.
      Les Malagasy dans leur ensemble n’ont pas encore ce sentiment qui unit, qui rend solidaire, qui rend responsable, le sentiment d’appartenir à une même nation.
      Nous devons écrire notre histoire, revoir notre histoire écrite par les missionnaires et les colonisateurs pour en faire le creuset de la nation malagasy.
      Ne plus subir l’histoire mais la dépasser pour avancer ensemble.
      Quand je vois tous ces sexagénaires et ces jeunes vieux dans la tête qui ressassent à longueur de temps l’histoire de la monarchie merina et la colonisation française, quelque part, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.
      Et en plus, quand ils parlent de fédéralisme comme solution à la pauvreté et à la centralisation, je dis que c’est une gribouille politicienne pour attiser la désunion et favoriser les intérêts des crevures politiciens régionaux.
      Nous avons toutes les difficultés pour susciter un sentiment citoyen, pour faire accepter nos différences, pour créer un esprit de fraternité et de solidarité nationale.
      Samy mandeha, samy mitady et tant pis pour les faibles, pour les pauvres, ceux qui subissent le kéré tous les ans,ceux qui vivent dans la crainte des gendarmes et des dahalo tout le temps, ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un membre de la famille qui travaille dans une administration à Antananarivo !

    • 25 novembre 2015 à 10:25 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à tsimahafotsy

      Objection votre honneur car ce sont plus les pseudo-élites que les malgaches dans son ensemble.

    • 25 novembre 2015 à 12:32 | tsimahafotsy (#6734) répond à liliquilit

      Il est vrai qu’en France, il y a des zones échappant au droit commun, des explosions de violence incontrôlables, des citoyens abandonnés à leur destin de pauvres. La République a démissionné. L’islam accroît son influence dans tous les sphères de la vie publique, les cathos intégristes poussent le FN, et tous les extrémistes donnent de la voix. La laïcité ? un vain mot.
      Le républicain laïc et athée que je suis, pense que la 5 ème République est à bout de souffle.
      Mais par rapport à notre pauvre Madagascar (comparaison n’est pas raison), qui ne trouve pas encore sa voie, il fait encore bon vivre en France. Et les Français ont toujours su rebondir quand leur destiné de grande nation est en jeu.

    • 25 novembre 2015 à 14:49 | Menalahy (#9072) répond à liliquilit

      Comment ne pas être d’accord avec ce que vous écrivez ?

      Il faut toujours être vigilant car l’Enfer est pavé de bonnes intentions.

    • 25 novembre 2015 à 14:55 | Menalahy (#9072) répond à tsimahafotsy

      Vous parlez certainement des banlieues où sont parqués comme du bétail les Algériens, les Marocains, les Sénégalais, les Comoriens et les autres de cette série.

      J’ai parlé de certains endroits en France comme le quartier de la Traboule (Croix-Rousse, vieille ville) à Lyon. C’est presque à Lyon Centre car pas très loin de la place Bellecour avec sa célèbre statue équestre de Louis XIV.

      Là, c’est l’extrême droite française la plus dure qui y règne sans partage.

    • 25 novembre 2015 à 18:03 | zanadralambo (#7305) répond à tsimahafotsy

      Bonjour, Tsimahafotsy.
      Je crois que Ndimby a surtout dans son collimateur les bobos parisiens. Cette gauche bien pensante, donneuse de leçons, qui fait le lit de l’extrême droite par son angélisme.
      De par mon activité, je côtoie pratiquement tous les jours des cités sensibles où les incivilités sont devenues la règle, où les principes de la République n’ont jamais eu droit de cité. Quand vous voyez des « jeunes », et on sait qui sont ces « jeunes », faire la loi dans la cité avec la complicité de tout le quartier (au moindre passage de la police, même des mamies sortent pour empêcher la moindre interpellation), il y a de quoi se flinguer.
      Il est vrai que depuis Vals, les choses ont un peu changé, mais que de temps perdu. Je ne suis pas un fan de Sarkozy, mais il faut reconnaître que le laxisme d’une certaine gauche est responsable, en partie, du règne des petites frappes dans les banlieues. Parce qu’à tort ou à raison, ils croient en une certaine impunité. Et je vous prie de croire que je sais de quoi je parle.

    • 25 novembre 2015 à 18:10 | zanadralambo (#7305) répond à zanadralambo

      Ma réponse est un peu décalée, je n’ai pas lu les échanges interessants que vous avez eus après avec Zanabahoaka, Stomato, Menalahy et surtout Liquillit.

    • 26 novembre 2015 à 14:30 | tsimahafotsy (#6734) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Mais qui sont ces pseudo-élites ?

    • 27 novembre 2015 à 12:33 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      « où sont parqués les algériens » ,« Parqués » est un mot tres évocateur. On imagine les algériens entassés dans une enceinte close et trainant les babouches dans une boue putride ! Est ce bien cela que les algériens et autres sont venus chercher en France ? Je pensais que tous ces impétrants occupaient les HLM autrefois destinés aux ouvriers ou à l’exode rural ; je croyais naivement que les plans successifs pour la ville à coups de milliards veillaient à rénover et à améliorer le cadre urbain. Quel échec français ! Quelle nostalgie de leurs douars et de leurs oasis doivent vivre tous ces algériens .! C’est un tableau tres noir de leur existence que vous nous avez laissé là.Je comprends mieux pourquoi le gouvernement d’Alger punit de prison les ’hararas " ,ces jeunes qui risquent la noyade pour gagner Lampedusa ,Gibraltar ou Nice .

    • 27 novembre 2015 à 15:38 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Bonjour Vatomena,,

      Vous avez une vision apocalyptique ou agricole du mot « parquer ». J’ai utilisé ce mot à dessein, à plusieurs reprises, et je le revendique dans ma démonstration de la situation de certaines banlieues.

      Comment qualifier leur habitat qui se résume le plus souvent à des barres d’immeubles mal entretenues et situées en périphérie des villes ?

      Je ne dis pas que ces immeubles mal entretenues sont uniquement le fait des régies qui en ont la charge, ce serait oublier les actes d’incivilité des jeunes de ces cités.

      Mais quand ces régies laissent les habitants dans un immeuble en panne d’ascenseur pendant plusieurs semaines, ce qui n’est l’idéal pour la Mémé qui doit descendre et grimper quatre à quatre les escaliers de secours si elle veut faire ses courses, qu’en dîtes –vous ?

      Les politiques de réhabilitation de ces quartiers n’ont été que des mesurettes cosmétiques (au sens propre comme au figuré) pour montrer que les dirigeants font un geste envers ces citoyens de seconde zone, qu’ils ne les ont pas oubliés.

      Demandez à Mossieur Tapie qui n’est qu’un hâbleur et non un homme de conviction et encore moins un entrepreneur. Juste un prédateur de sociétés à l’agonie achetées pour un franc symbolique, revendues ensuite avec un plus-value non négligeable. Monsieur Tapie a été une grosse erreur de Mitterrand qui s’est laissé embobiné par ses belles phrases, une grosse bourde.

      Il n’arrive pas à la cheville de Ravalomanana ou même de Rajoelina en tant qu’entrepreneur.

      Demandez aussi à Fadela Amara, la beur de service de Naboleon 1er, ce qu’elle a fait pour ses concitoyens. A part occuper sans vergogne un appartement à loyer modéré à Paris.

      Oui, la politique dite de la Ville a et est un échec de tous les gouvernements successifs. Et maintenant, personne ne sait comment y remédier. La France n’est pas le Paradis que vous imaginez ou que certains expatriés veulent vous faire croire.

      Mais la France n’est pas non plus l’Enfer tel que vous voulez le voir à travers la loupe sinon on parlerait d’exode, de fuite de la population française vers des cieux plus cléments. Ne pas prendre comme exemple significatif les retraités qui s’expatrient pour d’autres raisons.

      Pourquoi jouez-vous ce jeu de l’exagération et du prêcher le faux pour avoir le vrai alors que je m’en suis expliqué en long, en large et en travers ? Je ne vois qu’une explication ; ces Français de 2è, 3è et 4è génération ne sont pas tout à fait des Français pour vous : des Français taratasy car vous êtes attaché au « jus sanguini ».

      Ils doivent/devront/devraient retourner dans les pays d’origine de leurs ancêtres.

      Malheureusement, quand ils « rentrent au pays », ne serait-ce que pour un court séjour, « on » leur fait bien sentir qu’ils n’y ont pas leur place. Ou bien quand ils veulent y investir, ils sont traités de « nouveaux colons », (cas des Allemands d’origine turque).

      Le tableau que peignent les journaux malagasy sur l’insécurité à Madagsikara n’est pas tout rose non plus. Si je chaussais les mêmes lunettes que vous, je me dirais qu’on ne peut plus sortir dans les rues d’Antananarivo, qu’il faut se barricader, qu’il faut mettre une clôture électrifiée, etc, etc.

      Je rajouterais que la mort est tapie à tous les coins de la rue avec tous ces chauffards qui roulent à tombeau ouvert (plusieurs accidents mortels le week-end dernier d’après les journaux).

      Rassurez-moi Monsieur Vatomena, resteriez-vous sain et sauf parce que vous envoyez votre personnel de maison affronter les dangers décrits par les journaux malagasy, pendant que vous protégez votre maison ancestrale d’Ankadivato un fusil à visée nocturne dans vos viriles mains ?

      Ayez la franchise et l’honnêteté intellectuelle de dire (je n’ai pas écrit « avouer » mais « dire ») que ce que vous insinuez à longueur de posts c’est « chacun chez soi et toutes le vaches seront bien gardées ».

      Si je me trompe, expliquez-vous plus clairement. Je suis tout ouïe.

    • 27 novembre 2015 à 20:15 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      une seule réponse ;Menalahy : « Home sweet home »

      J’ai tiqué à votre mot « parqués » ,Il est plutôt péjoratif.Il indique une volonté mauvaise à l’égard des gens .Il est la source de mauvaises images .Vous avez lu celles que je me suis faites.
      « parquer » les populations étrangères , c’est le vocabulaire choisi des journaux tels ’Libération ’ ou ’l’Observateur ".Vu du ciel ,ces habitations parkings ,ces immeuble tours n’inspirent pourtant pas la désolation. Elles donneraient plutôt envie à tous les sans logis du monde ,aux squatters.Je ne sais combien de centaines de familles attendent depuis des années d’etre ainsi logés D’un autre coté j’ai tendance à vous faire crédit quand on me rapporte que les médecins ,les postiers ,les pompiers craignent d’e pénétrer dans ces endroits riches en aventures .

    • 27 novembre 2015 à 20:26 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Souvenez vous ,Menalahy .

      " Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
      Puis est revenu plein d’usage et raison
      Vivre entre ses parents le reste de son age "

    • 28 novembre 2015 à 11:37 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Bonjour Vatomena,

      « Home sweet home » , nous y voilà. J’étais en plein dans le mille.

      Penseriez-vous qu’il y ait un « Home sweet home » pour ces personnes qui des citoyens de seconde zone dans leur pas de naissance et qui sont considérés comme des étrangers dans le pays de leurs ancêtres ?

      Comme j"ai écrit à Isandra, on ne peut être an-tany tsy am-parafara.

      Tout ce qui es vu du ciel est magnifié par la distance : la Terre est belle quand vous la regardez à travers le hublot de l’avion, ces immeubles sont impeccablement rangés quand vous les regardez du haut d’une montgolfière.

      Il faut retourner sur le plancher des vaches pour voir la réalité.

    • 28 novembre 2015 à 11:41 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Non, je n’oublie pas, Vatomena, d’où mes 2 tentatives.

      N’oubliez pas non plus suite de ce quatrain :

      "Quand reverrai-je, HELAS, de mon petit village
      Fumer la cheminée, et en quelle saison
      Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
      Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?"

    • 1er décembre 2015 à 13:19 | chaud ananas (#9338) répond à racynt

      c« est uniquement le peuple qui on souffert,les noirs les indiens d »amérique et les aborigènes..,non !

  • 24 novembre 2015 à 16:35 | racynt (#1557)

    Io ary le nolazaiko hoe reo Turquie ireo zavatra miaro ny Silamo mahery fihetsika http://m.france24.com/fr/20151124-avion-militaire-russe-abattu-turquie-frontiere-syrie-su24-moscou-ankara, ampidirana ao koa Turkish Airlines satria hoe mora fa aza mody gaga fotsiny avy eo

    • 24 novembre 2015 à 17:49 | racynt (#1557) répond à racynt

      Zao le hoe avelao ny Turkish Airlines hiditra ao Dago, zao ihany le politika ratsy lazainy ity « juge anti-terrorisme » ity hoe rehefa libérale économiquement, mampidibola na moramora koa ny vidin’i solika amidiny na ny saran dalan’ny fiaramanidina d ekena ho namana nefa avy eo gaga hoe mipoapoaka ny baomba atsy sy aryhttps://youtu.be/Oz0WKTmmTxs sao d faly manaratsy ny mpiasan ny airmad fotsiny ianao.
      Fa inona no hanapotehana ny avion russe izay mi bombardé ny EI raha tsy manelingelina ny bizna famarotana solika ataony miaraka @ reo silamo mahery fihetsika ireo ?

    • 24 novembre 2015 à 18:13 | racynt (#1557) répond à racynt

  • 24 novembre 2015 à 18:44 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Primo : Voilà Mr NDIMBY qui se prend pour le célébrissime HABIB, celui qui voyait la lune avant tout le monde.

    Secundo : Madagascar n’est pas un terreau fertile pour les jihadistes car nos jeunes ne sont pas suffisamment courageux/sous pression pour se faire Kamikaze.

    Tertio : Madagascar n’est pas une destination touristique privilégiée pour les touristes des pays engagés dans la lutte contre les jihadistes (Syrie-Irak-Afghanistan-Somalie-Lybie, etc..).

    Quarto : Notre pays n’a envoyé aucune force de l’ordre dans ces foyers de tension excepté pour le Soudan (des policiers sous mandat de l’ONU).

    Concernant le financement prétendu du terrorisme par les monarchies du golfe, les Etats-Unis sont en pointe dans cette lutte donc tant qu’ils n’ont pas criés aux loups cela veut dire qu’ils ont compris que ces pays ne font que leurs devoirs religieux (le zakat et le Fitr comme les dimes dans le christianisme) sans suivre leurs utilisations éventuelles même s’il s’agit d’un montant conséquent vu leurs richesses.
    En ce sens ces zakats et fitr peuvent être utilisé par DAESH, les talibans, etc .. comme les dimes chrétiennes qui pourraient éventuellement financer les milices anti-balaka en Centre-Afrique et la rénovation des appartements des cardinaux à Rome (Vaticanleaks) : Le devoir religieux est plus important pour les croyants que le suivi de leurs utilisations.

    • 24 novembre 2015 à 19:05 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      De toute façon les touristes sac à dos comme Jipo ne les intéressent pas : Communication et pression auprès des gouvernants obligent.

    • 24 novembre 2015 à 21:11 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Courageux les jihadistes ?
      Allons donc, ils agissent en étant drogués jusqu’à la moelle !
      Kamikazes les jihadistes ? Seraient-ils japonais ? Les japonais qui se nommaient kamikazes étaient des hommes quasi normaux, ils avalaient un verre de saké, pas trop pour rester bien conscients, avant de monter dans leur avion. Ils avaient du vrai courage eux !

      A noter que le manque de courage de certains est expliqué par l’éthymologie du mot assasin !
      Voici un extrait de Wikipedia :
      L’origine du mot vient du nom persan حشیشیون, ḥašišiywn qui désignait les membres d’une secte militante musulmane, également nommée Nizârites, particulièrement active au XIe siècle en Perse et qui assassinait publiquement ses opposants [1]. Leur chef charismatique était Hassan ibn al-Sabbah.
      L’origine de leur nom est disputée. Fréquemment mentionnée, une proposition est que ce terme provienne de l’arabe حَشَّاشِين, ḥašāšīn (« les gens qui fument le haschisch, ou cannabis ») [2][3]. Le haschisch était une des drogues que Hassan ibn al-Sabbah aurait utilisées pour conditionner ses disciples. Il enivrait avec cette plante certains de ses affidés, et, leur promettant que, s’ils mouraient pour son service, ils obtiendraient les félicités dont ils venaient de prendre un avant-goût, il leur désignait ceux qu’il voulait frapper. À noter qu’en Perse le mot حَشَّاشِين a la même signification.

      Et le summum étant l’envoi de fillettes avec une ceinture d’explosifs pour se faire sauter au milieu de la foule sur des marchés.

      Les jeunes Malgaches pas assez courageux ? Ils le sont pour vous supporter, c’est déjà pas mal.

    • 25 novembre 2015 à 02:53 | Zanabahoaka (#8890) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Salamo loukoum !

      « Concernant le financement prétendu du terrorisme par les monarchies du golfe, les Etats-Unis sont en pointe dans cette lutte donc tant qu’ils n’ont pas criés aux loups cela veut dire qu’ils ont compris que ces pays ne font que leurs devoirs religieux (le zakat et le Fitr comme les dimes dans le christianisme) ».

      Bien sur qu’ils ont super-bien compris que c’est juste un devoir religieux. Les monarchies du golfe n’ont rien à voir avec le terrorisme. D’ailleurs, le monde entier comprend et constate tous les efforts fournis par l’Arabie Saoudite pour la liberté individuelle et les droits humains qu’on les a même désigné à diriger le groupe de travail de la Commission onusienne des Droits de l’Homme.

    • 25 novembre 2015 à 09:46 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Stomato

      Assalaamo alaikoum

      Les malgaches n’ont pas besoin des leçons des djihadistes (de l’Islam) pour assassiner des Européen et des américains entre autres :
      - L’ingénieur Suisse Arnold Walter
      - Une jeune femme (NANCY si je ne me suis pas trompé) membre du corps de la paix Américain assassiné par ISAMBILO dans la province de Toliary
      - Le couple de Français de Toliary
      - Les barbecues humains de Nosy-Be
      - Un prêtre Européen à Moramanga (décapité)
      - etc…

      Sans parler des suicides affectant les jeunes à partir de 11ans dans les faits divers des quotidiens presque chaque jour.

    • 25 novembre 2015 à 09:58 | Ndimby A. (#444) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Lu dans l’Express de ce jour, une personne soupçonnée de liens avec le terrorisme a été arrêtée à Tana pendant le week-end.

      http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/apres-les-attentats-de-paris-un-individu-arrete-pour-suspicion-de-terrorisme-49129/

    • 25 novembre 2015 à 10:11 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Ndimby A.

      Bonjour,

      Il y a encore la présomption d’innocence et l’hospitalité malgache n’est pas un vain mot : Wait and See.

    • 25 novembre 2015 à 11:08 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Signe bien caractéristique de votre déviance intellectuelle, au lieu de contre argumenter vous changez de sujet.
      Mais c’est la preuve du résultat du lavage de cerveau (reconnaissance implicite que vous en avez un) résultant d’une supposée éducation religieuse (reconnaissance implicite que vous n’avez plus de cerveau en état de fonctionner).

      En résumé vous êtes misérable.

      Le Christ a dit : heureux les pauvres en esprit, car il verront Dieu.
      Le Coran a dit : massacrez, tuez, violez et vous aurez des gonzesses éternellement vierges au paradis !
      C’est beau !

    • 25 novembre 2015 à 11:12 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Salame le loukoum,

      Ah c’est choquant cette présomption d’innocence ! C’est une notion inacceptable pour vous c’est la raison pour laquelle il faut attendre pour voir.
      Il vaut mieux être radical et affirmer que l’innocence n’existe pas !

    • 25 novembre 2015 à 12:44 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Stomato

      Votre message s’est adressé en vous en 1er comme tout message avant de nous atteindre donc vous l’avez écrit pour vous-même.

    • 25 novembre 2015 à 13:00 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      C’est bien ce que j’écrivais, vous êtes lobotomisé et incapable de soutenir la contradiction ou plus simplement la discussion.

    • 25 novembre 2015 à 15:01 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      Des vierges depuis la nuit des temps ? Aïe, aïe, aïe. La défloration va être laborieuse, voire douloureuse. Vous vous imaginez en train de déflorer un pneu Michelin ?

      Et puis, 72 vierges pour l’éternité ? Ils vont s’ennuyer fermes ces heureux élus car l’éternité c’est long. A moins qu’il y ait un renouvellement du cheptel régulièrement.

      NB. Pour les esprits chagrins, je mets à dessein le mot « cheptel » car la Femme est vendue comme du bétail pour devenir des esclaves sexuelles.

      A moins que les échansons servent aussi pour l’appétit génésique de ces élus ?

    • 25 novembre 2015 à 16:39 | vatomena (#7547) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Ce qui m’étonne le plus c’est cette mansuétude accordée aux arabes musulmans .Depuis l’aube des temps ils pratiquent l’esclavage des africains .Ils ont écumé toutes les cotes de l’Afrique orientale,les iles comoriennes ,zanzibar pendant des siècles. Ils n’ont pas oublié d’etre cruels .Ils castraient sans vergogne les hommes pour en faire des eunuques . Et ils voudraient bien continuer avec Daesh.Cependant les historiens ,les cinéastes ,les romanciers ne s’occupent que de la traite négrière pratiquée par les européens pendant 150 ans à peine.Et on oublie trop facilement que ce sont les memes européens qui ont pris sur eux l’abolition de la traite qui leur apportait tout de meme quelque profit .C’est bien Christine Taubira ,la ministre de la justice de tous les français, qui enjoignit de passer sous silence l’esclavage en Arabie pour ne pas traumatiser la population arabe de France.Elle voulait leur épargner cette honte .
      Les européens ont ’inventé’ la colonisation de l« Afrique au début du 19 ème siècle.Ils ont été largement devancé par les cavaliers musulmans d’Allah ou de son prophète dés les années 720.Toute l’Afrique du Nord ainsi que le sud de l’Espagne à été soumise à leurs lois et à leur religion .L’ancien peuple berbère,les kabyles d’ Algérie, qui penchait vers la chrétienté a été de force converti et reste encore aujourd’hui soumis.La grande puissance ottomane a imposé sa loi de fer son exploitation féroce jusqu »au débarquement des français en 1830.Les colons européens durant tout leur séjour en Afrique ont respecté les croyances religieuses locales ;Ils n’ont jamais converti par la force à la chrétienté tandis que dans les vastes colonies arabes c’était soit la mise à mort des infidèles soit la conversion forcée soit la dhimitude .Et on n’ose toujours pas parler de Colonialisme arabe .!

    • 25 novembre 2015 à 17:23 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à vatomena

      La religion est sacrée et les arabes, commerçants implantés de longue date sur les côtes Africains, ne sont que des intermédiaires locaux des Européens dans le cadre du commerce triangulaire (AFRIQUE/Esclave-AMERIQUE/production agricole ET EUROPE/manufacture/sucre-coton,etc..).

    • 25 novembre 2015 à 17:23 | vatomena (#7547) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Et ce n’est pas une légende urbaine !

      Un coupeur de têtes irakien demande l’asile en Finlande ?

      sans-titre.png coupeur.png

      60

      Download PDF

      Un site finlandais publie les photos d’un « réfugié » irakien, un certain Ammar Al-Ziadi, qui se trouverait dans un centre de réfugiés à Tornio, en Laponie. On peut voir un homme à l’air inoffensif, en tant que « réfugié » irakien en Finlande, ou encore, sur une autre photo, dans une gare en Autriche, mais aussi, sur d’autres photos, le même homme en tenue de djihadiste avec une tête coupée à la main ou sous le pied.

      C’est le site MVLEHTI qui dit avoir trouvé les photos version djihadiste sur un profil Facebook supprimé depuis. Les photos sont publiées par les Finlandais ici : http://mvlehti.net/2015/11/13/onko-tama-tappaja-nyt-suome...

      Samedi soir, l’accès au site finlandais semblait avoir été bloqué par des hackers, mais plusieurs sites espagnols ont repris l’information et le site Estrella Digital publie les mêmes photos ici : http://www.estrelladigital.es/articulo/mundo/finlandia-te...

      Ce n’est pas la première fois que des djihadistes infiltrés parmi les immigrants clandestins sont rattrapés par leur profil Facebook. En septembre dernier, les autorités hongroises avaient pu identifier deux terroristes parmi les migrants de passage justement grâce à leur profil Facebook où ils se vantaient d’être arrivés en Europe

    • 25 novembre 2015 à 17:40 | vatomena (#7547) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Betise . Le « commerce triangulaire » des européens se pratiquait dans le golfe de Guinée ,sur la cote occidentale de ’L’Afrique et il a duré à peine plus d’un siècle .
      Tandis que les arabes depuis l’Antiquité faisaient leurs razzias sur la cote Est .Et ce sont les européenS qui ont aboli l’esclavage les premiers .Les bateaux négriers étaient abordés et leur capitaine pendu au grand mat Aujourd’hui ,en Arabie ,il se fait commerce des belles esclaves Yézédis . C’est un fait connu de tous .
      Le mensonge ,le déni est une des armes de l’Islam

    • 26 novembre 2015 à 11:10 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      « Ce qui m’étonne le plus c’est cette mansuétude accordée aux arabes musulmans ».

      Les Juifs sont des Sémites.

      Les Arabes sont des Sémites.

      Conclusion : c’est la mansuétude pour les Sémites (peut-être).

      La définition de l’antisémitisme devrait être élargie aux Arabes si on se réfère aux origines de ceux-ci. Mais certains sont plus égaux que les autres.

      Ceci dit, je ne suis pas l’avocat du Diable, il faut me lire au second degré. Tout en y cherchant un sens.

    • 26 novembre 2015 à 14:45 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Un de ces peuples est « ELU » l’autre NON.

      Ils se sont cotoyès durant des millénaires mais ils n’ont jamais fusionné ni en esprit ni par le sang . Toujours en querelle .A Croire que les querelles de famille sont inexpiables .

    • 26 novembre 2015 à 16:09 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Les Arabes aussi sont « un peuple élu » puisque Allah leur a donné les « vraies-dernières-révélations-sur-la-vraie-et-unique-religion ».

      Les deux religions monothéistes qui sont antérieures à l’Islam ayant été falsifiées.

    • 30 novembre 2015 à 07:56 | vatomena (#7547) répond à plus qu'hier et moins que demain

      La religion est sacrée pour tous ceux qui ont un fondement religieux .Pour les autres ,la religion est une croyance pas toujours aimable et cause de nombreux massacres comme on voit aujourd"hui dans les pays musulmans . Tous ces croyants qui décapitent les infidèles pour glorifier leur Dieu et leur prophète .!! Horribile dictu

  • 24 novembre 2015 à 22:15 | liliquilit (#7755)

    Un grand merci à Ndimby pour cet excellent éditorial. Encore faut-il définir ce que recouvre le « risque terroriste » à Madagascar. Madagascar n’étant ni impliqué ni allié aux acteurs du conflit irako-syrien, il est peu probable que la grande île soit la cible d’attaques terroristes sur son territoire. Les Ambassades française, américaine ou russe pourraient être visées, mais compte-tenu du haut niveau de protection de ces bâtiments, un attentat serait compliqué à organiser pour un impact moindre. Par contre, le risque sécuritaire est beaucoup plus important pour un évènement comme le Sommet de la Francophonie qui, je l’espère, sera annulé.

    A l’occasion d’un précédent post sur les îles éparses, j’ai conseillé aux Malgaches de ne pas évoquer cette question (quoique légitime) maintenant, en raison du risque sécuritaire et notamment terroriste que représentent certains pays du canal du Mozambique. N’en déplaise à certains, la présence française sur ces îlots constitue une barrière de protection contre les pirates, trafiquants et autres terroristes qui pourraient les utiliser comme base arrière. Cela dit, Madagascar est une véritable passoire où certains individus frappés d’un mandat d’arrêt international peuvent se mettre au vert quelques temps sans être inquiétés, ce qu’ils font. Madagascar est surtout un terrain de chasse idéal pour les islamistes qui cherchent des nouvelles recrues pouvant servir leur « cause » à l’international. Ces candidats au Djihad doivent pouvoir circuler librement et ne pas se faire repérer. Le recrutement d’européens s’avère de plus en plus compliqué en raison de la surveillance dont ils font l’objet par les services de renseignement, il en est de même pour les ressortissants des pays arabes. Les Malgaches intéressent les milieux terroristes car ils sont nombreux à avoir des passeports européens, à défaut, il est très facile de se procurer des vrais/faux papiers via les réseaux malgaches et surtout, ils ne font l’objet d’aucune surveillance particulière (à la différence des comoriens). Cela m’étonnerait que beaucoup de Malgaches acceptent de se faire « sauter » comme kamikazes, mais une organisation terroriste est un dispositif complexe qui requiert des moyens logistiques, techniques, de renseignement où les Malgaches pourraient avoir leur place.

    Même s’il s’en défend, je reproche à Ndimby de faire l’amalgame entre Islam et Intégrisme, certainement par méconnaissance de l’Islam en général et des communautés musulmanes à Madagascar en particulier. Les préceptes de l’Islam font partie intégrante de la culture malgache à la différence du christianisme et de ses dérives sectaires qui sont de purs produits d’importation participant au phénomène d’acculturation que l’on observe à Madagascar. Ce n’est pas la construction de mosquées qui me fait peur mais plutôt le renouveau de l’intégrisme dans une société en perte totale de ses valeurs. Certains Malgaches s’indignent de voir des femmes voilées dans la rue et trouvent normal, banal, que des filles très jeunes se prostituent ou soient prostituées par leur propre famille. Tout est question de valeurs. Mais bref, ceci est un autre débat….

    • 25 novembre 2015 à 10:05 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à liliquilit

      Sans parler de toutes celles en mini-jupe et en slim, les préférées de notre ami betoko qui quelque fois fonce droit au mur voire même confronter à un risque de se faire écraser par les voitures tellement absorbé par sa passion, le voyeurisme à l’égard de ces jeunes filles dites branchées.

      Les malgaches ont l’habitude, par reconnaissance des services rendus, de nommer certaines collines, étang, fleuves et rizières des noms d’individus, des plantes, etc...
      Par exemple les plus célèbres d’entre eux : AMBOHITRANDRIAMANITRA (la montagne de Dieu), AMBOHITRABIBY (la colline d’HABIB), AMBOHIMAHAVELONA (la montagne qui fait vivre), etc...
      Je n’ai jamais entendu parler d’AMBOHITRIJESOSY ni AMBOHITRIJESOA en rapport avec la racine chrétienne éventuelle de Madagascar dont certaines personnes osent défendre sur ce forum.

      C’est la colonisation française qui a introduit l’utilisation des noms de personnes sur les rues, les écoles, les églises et les hôpitaux.

    • 25 novembre 2015 à 11:32 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Salame le loukoum,

      >>AMBOHITRABIBY (la colline d’HABIB),<<

      J’ai toujours entendu utiliser le mot BIBY pour parler d’un insecte, ou d’une petite bête généralement malfaisante.
      Et je en comprend pas trop la relation entre biby et habib !
      Ou alors je suis tenté de faire un raccourci trop tentant.

    • 25 novembre 2015 à 12:39 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Stomato

      Le raccourci est faisable en hiver mais pas en saison de pluie.

  • 25 novembre 2015 à 08:44 | betoko (#413)

    Plus d’une fois je me suis déjà exprimé ici sur la montée de l’intégrisme , du prosélytisme et de l’obscurantiste à Madagascar du moins à Tana au vu des jeunes femmes habillées en niqab ou en tchador qu’on croise tous les jours dans Tana .
    Pas plus tard qu’avant hier j’en avais croisé une et je lui ai demandé par curiosité quel type de musique elle écoute n, réponse chez moi , il est interdit d’écouter de la musique et de regarder la télé c’est Allah qui nous l’interdit
    2° A ceux qui osent dire que le diaspora malagasy ne s’occupe pas de Madagascar se trompent . Il fut un temps où les diasporas de Paris envoient de l’argent au pays par l’intermédiaire d’une agence de change qui était du côté du boulevard du temple à Paris . Pratiquement tous les jours et surtout dés la fin ou le début de chaque mois , et ce n’étaient pas de petites sommes , aussi s’il vous plait arrêtez de raconter des bêtises du genre que les diasporas malagasy se foutent de ce qui se passe au pays
    3° Je suis retraité de France et combien de fois je me suis fait insulté ici car je touche une retraite française . Ils ne savent pas que cette retraite je la mérite jusqu’ à la fin de mes jours , et je comprends l’amertume de Menalahy concernant ses expériences malheureuses au pays , j’en suis victime aussi , et pratiquement tous les jours j’ai reçu des réflexions du genre « Ici ce n’est pas La France , il est temps que tu t’intègres » .... No Comment

    • 25 novembre 2015 à 11:26 | Stomato (#3476) répond à betoko

      Les intégrismes sont une facilité intellectuelle pour celles et ceux qui refusent toute forme de culture et la remplace par un aveuglement idéologique.
      Ceci est valable que ce soit pour LES religions ou pour les politiques.

      Le temps viendra rapidement (hélas) ou la résidence sur un territoire national sera obligatoire pour toucher une retraite constituée en France. Avec la prise en compte d’accord bilatéraux avec des pays de l’Union Européenne.
      Pour les autres nationaux un capital sera versé une fois pour toute.
      Solution qui serait assez juste vis à vis des citoyens du pays ou vivrait un récipiendaire d’une retraite constituée en France.

      Le sujet de la diaspora Malgache est plus compliqué. Les membres de la diaspora ne font rien en direct pour leur pays d’origine, tout au plus pour leur famille. Et le pays le leur rend bien en ne les autorisant pas à voter pour des élections à portée nationale, et en ne leur imposant pas de s’enregistrer auprès des consulats dans les pays de résidence. La principale raison n’est elle pas les raisons plus pou moins claires de leur émigration ?
      Et le reproche de réintégration dans votre pays d’origine en est la meilleure preuve. Et si vous touchiez une retraite française d’un montant compatible avec les retraites versées par l’organisme de retraite Malgache, il est probable que vous ne seriez pas l’objet de critiques !!!

    • 25 novembre 2015 à 15:07 | vatomena (#7547) répond à Stomato

      Je ne suis pas certains du rapport avec votre propos.
      Histoire des anciens combattants africains et malgaches ...Une injustice s’était crée :Ces anciens combattants ne percevaient plus la meme pension que leurs frères d’armes français . Leur pension avait été "cristallisée’’.Pourquoi ? Sans doute parceque un change trop favorable faisait d’eux des petits riches dans les villages perdus du Niger ou du Sénégal .Cela permettait aux vétérans de ’doter ’ les plus jeunes et plus belles filles du village à la grande colère des jeunes célibataires .
      A l’ordre du jour ,la sécurité sociale ,le service des pensions s’étonnent du nombre de centenaires percevant encore leur retraite en Algérie . Les caisses sont vides ;la chasse aux fraudeurs va bientot commencer §
      Il ne serait pas étonnant qu’un jour l’exigence d’une présence effective sur le territoire français soit exigée . Les français dans la dèche et vivant à Madagascar ne peuvent prétendre déjà au RDA ou au RMI.
      Je crois

    • 25 novembre 2015 à 16:33 | Menalahy (#9072) répond à betoko

      Bonjour Betoko,

      Relisez le post-condamnation sans appel de Tsisdinika, il y a de quoi être amer et blessé.

      Oser refuser aux Malagasy de la Diaspora le droit de porter leur anjara biriky, c’est de l’ostracisme vis-à-vis de ses compatriotes.

      Si c’était l’homme de la rue, sans instruction, je mettrais cela sur le compte de l’ignorance, du manque de réflexion.

      Mais une personne qui semble avoir fait des études (supérieures ou autres) et qui a une capacité de réflexion, émettre de telles condamnations et rejeter toutes les explications de mon retour en France avec femme et enfants, cela m’a blessé.

      Il peut jubiler mais je suis un homme qui a toujours su panser ses blessures et qui se moquent des jaloux et des médisants.

      A moins que ça soit une attaque personnelle car sur ce forum, on attrape plus d’ennemis que d’amis.

      Vous concernant, c’est une forme de jalousie qui nous est chère. Vous êtes binational et vous ne vous en cachez pas (pourquoi, d’ailleurs, ce n’est ni un crime ni un délit) et vous êtes un retraité français (donc ayant une capacité financière supérieure à la moyenne des Malagasy).

      De plus, vous« osez » émettre des opinions contraires à leur doxa, alors, ils vous attaquent tous azimuts.

      C’est presque la même chose pour Basile. Contrairement à ce qu’on lit ici, Basile ne dit pas que des conneries.

      Il a deux « torts », il s’exprime mal en français. Mais il s’est déjà expliqué là-dessus et il faut arrêter de le critiquer sur son niveau de français. D’ailleurs, Basile n’est pas le seul à ne pas maîtriser cette langue d’expression. Pourquoi ceux qui écorchent cette langue ne se font jamais critiquer ? Deux poids-deux mesures. Halako bika tsy tiako tarehy.

      Basile a un autre tort : il exprime brutalement ses idées. Il n’explique pas. Il devient inaudible et les autres qui aiment avoir un bouc émissaire en profitent pour le traiter de tous les noms d’oiseau.

      Moi aussi, j’ai failli tomber dans ce panneau et hurler avec ces loups en mal de proie facile. Mais j’ai continué à lire les posts de Basile et j’ai compris avoir trouvé les sources de cette haine qu’on lui voue.

      J’admire son courage et sa ténacité car un autre n’aurait pas tenu et se serait déjà enfui vers d’autres forums plus cléments.

      400 millions ? Une paille ai-je écrit dans un autre post. Certainement une paille au fantasme de ceux qui pensent que les Malagasy de la Diaspora sont riches, très riches. Donc, 400 millions, ce n’est pas suffisant pour redresser le pays exsangue.

      Il n’y a pas que ces pharaons blig bling qui nous gouvernent qui ont un appétit féroce, maintenant, je sais que nos compatriotes ont un appétit aiguisé.

      Tout le monde veut l’argent des Malagasy de la Diaspora jusqu’à les rendre clochards, peut-être. Si ce n’est pas de la jalousie, expliquez-moi car mon vocabulaire est pauvre, très pauvre.

      De plus, on rejete les Malagasy de la Diaspora : « aty aminay » donc Madagasikara appartient seulement à ces Malagasy restés au pays, « rehefa tsy tamana dia mandehana mody », c’est-à-dire que Madagasikara n’est pas /plus notre Patrie. Je ne compte pas les « ialahy » entre personnes adultes et ayant un bagage universitaire, le mot « hianao » n’existe plus dans leur vocabulaire, à moins que ça soit une autre façon pour montrer la jalousie-mépris du Malagasy de la Diaspora.

      Et ce gouvernement de clowns en tous genres qui voudrait taxer nos revenus du travail, alors que nous n’existons ni juridiquement (sauf sur un papier qui a une date de péremption) ni un droit de vote.

    • 25 novembre 2015 à 16:34 | betoko (#413) répond à Stomato

      Le temps viendra rapidement (hélas) ou la résidence sur un territoire national sera obligatoire pour toucher une retraite constituée en France. Avec la prise en compte d’accord bilatéraux avec des pays de l’Union Européenne.
      Pour les autres nationaux un capital sera versé une fois pour toute.
      Solution qui serait assez juste vis à vis des citoyens du pays ou vivrait un récipiendaire d’une retraite constituée en France.
      Faux , archi-faux , Aucun projet pour qu’un retraité toucherait sa retraite en France soit obligatoire , vu le nombre de retraités devenus pauvres voir très pauvre dont certains vivent dehors , type bois de Boulogne , forêt de Fontainebleau ou à Vincennes, encore moins nous envoyer dans notre pays d’origine nos retraites . Sur ma retraite je paie une certaine somme pour la sécu et pour le remboursement de la dette française .

    • 25 novembre 2015 à 16:41 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Le RDA n’existe pa. Le RMI n’existe plus. Il a été remplacé par le RSA = Revenu de Solidarité Active.

      Le RSA est un complément de revenus pour certains personnes percevant un salaire trop bas ou des allocations chôage trop fables.

      Le Rsa, en tant que remplaçant du RMI, est attribué aux personnes de plus de 25 ans ne percevant pas une allocation chômage.

      Les montants que j’avais donnés correspondent aux montants que touchent une personne sans revenu.

      Ces montants sont, par conséquent, moindres pour ceux qui ’touchent déjà quelque chose" d’où son nom de complément de revenu.

    • 25 novembre 2015 à 16:47 | Stomato (#3476) répond à betoko

      Et sur votre retraite vous payez aussi pour certains (certaines ???) de vos compatriotes qui palpent de belles sommes (une fois converties en ariary) en squattant en France.
      Et ce sans qu’elles n’aient jamais cotisé en France en aucune manière.

      J’ai bien dit un temps viendra...
      Mais de plus de gens y pensent très sérieusement.
      Il en est pas mal qui sont fatigués de se faire mordre la main par ceux qu’ils aident !

    • 25 novembre 2015 à 16:48 | betoko (#413) répond à Menalahy

      Merci Menalahy , on dirait que nous avions reçu les même remarques débiles de la part de certaines personnes jaloux de notre vécu et ce ne fait pas partie de mes soucis
      Concernant Basile , il sait très bien qu’il raconte des conneries tous les jours pour nous provoquer pour nous choquer . Avez vous remarqué que quand il est pris par ses propres contradictions , soit il change de sujet , soit , hop une pirouette et il délire . En gros je trouve que c’est un pauvre type

    • 25 novembre 2015 à 16:55 | Stomato (#3476) répond à vatomena

      J’ai répondu au premier point un peu plis bas.

      >>Histoire des anciens combattants africains et malgaches ...Une injustice s’était crée :Ces anciens combattants ne percevaient plus la meme pension que leurs frères d’armes français . Leur pension avait été "cristallisée’’.Pourquoi ? Sans doute parceque un change trop favorable faisait d’eux des petits riches dans les villages perdus du Niger ou du Sénégal .Cela permettait aux vétérans de ’doter ’ les plus jeunes et plus belles filles du village à la grande colère des jeunes célibataires .<<

      Ah la question de la cristallisation des pensions d’anciens combattants !!!
      La raison en est tristement simple.
      Des récipiendaires se sont plains directement auprès du ministère des anciens combattants en France parce qu’ils ne percevaient plus leur argent.
      Celui-ci était détourné par les autorités du pays de résidence.
      Et au nom du sacro-saint principe de non ingérence, aucun pays n’a accepté que le ministère ou que les autorité consulaires Françaises fasse des contrôles !
      La question de la relative énormité des pensions versées une fois converties en monnaies locales a également passablement troublé le législateur sauf ceux d’une certaine idéologie....
      Mais bien entendu aucun dirigeant des pays concernés n’acceptera de reconnaitre ce genre de s*loperie de leur part.

    • 25 novembre 2015 à 17:02 | Menalahy (#9072) répond à betoko

      A ma connaissance, mais je peux me tromper contrairement à ceux qui sont dans le secret des dieux, un tel projet n’existe que dans la tête de ceux qui voudraient que cela se passe ainsi.

      Une légende urbaine qu’on lance comme un ballon d’essai et que les esprits faibles vont comporter partout.

      Concernant l’obligation de résider sur le Territoire Français, c’est une disposition particulière réservée aux Retraités n’ayant pas la nationalité française et hors Communauté européenne.

      1er cas : le Retraité touche une retraite pleine su Régime des retraites, il n’est pas soumis à cette obligation.

      2ème cas : si le Retraité touche l’une des allocations suivantes, il a une obligation de résidence de 9 mois sans interruption :

      > Allocation personnalisée d’autonomie (Apa),
      > Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa),
      > Allocation supplémentaire d’invalidité (Asi),
      > Autres allocation payées par le CARSAT (Caisse Nationale de l’Assurance Vieillesse des Travailleurs Salariés) qui a remplacé le CRAV (caisse de Retraite et d’Assurance Vieillesse).

      3 ème cas : le Retraité est un ancien travailleur immigré, vivant dans un foyer ou une résidence pour migrants, il pourra percevoir une prestation spécifique d’ aide à la réinsertion familiale et sociale (sous condition de ressources) dans son pays d’origine à partir du 1er janvier 2016.

    • 25 novembre 2015 à 17:04 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Lire :

      « les esprits faibles vont COLPORTER partout »

      Et non :

      « les esprits faibles vont comporter partout »

    • 25 novembre 2015 à 19:40 | betoko (#413) répond à Stomato

      je ne crois pas qu’une personne qui squatte en France puisse bénéficier des avantages sociaux que se soit pour la sécu ou pour la retraite d’autant plus qu’ils n’ont pas de papier officiel et de nationalité étrangère
      Les retraités français qui habitent à l’étranger enlèvent une épine du pied à La France vu le nombre de français retraités qui font la queue au resto du cœur ou au secours catholique . Avez vous pensez aux DOM TOM , ils sont de plus en plus assistés que les retraités français . Vous racontez des bêtises par jalousie on dirait

    • 25 novembre 2015 à 20:03 | betoko (#413) répond à Menalahy

      Les retraités de la fonction publique n’ont pas le droit de résider plus de 3 mois à l’étranger même dans son pays d’origine .
      Il m’est arrivé de relever le courrier d’un couple originaire de Pondichéry pendant les 6 mois où il était parti en vacances dans leur pays d’origine , car souvent le service de la retraite envoie des inspecteurs et s’ils voient que la boîte aux lettres est pleine cela voulait dire que ce couple est absent pendant quelques jours voir quelques mois et ils les convoquent tout de suite

    • 26 novembre 2015 à 07:34 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      @Menalahy
      Vous semblez avoir le temps de la philosophie et de la réflexion.Je vous propose un sujet . Comme il y a le mythe du bi national ou de l’expatrié malgache plein de sous ,il y a eu autrefois en France le mythe du gros colonial engraissé de tous les pillages et de la sueur de l’indigène. C’était ignorer le sort de petites gens comme les créoles de la Sakay qui finirent leur aventure dépouillées de tout .Est ce que le sujet vous inspire ?

    • 26 novembre 2015 à 10:07 | Stomato (#3476) répond à Menalahy

      >>A ma connaissance, mais je peux me tromper contrairement à ceux qui sont dans le secret des dieux, un tel projet n’existe que dans la tête de ceux qui voudraient que cela se passe ainsi.<<

      Vos certitudes font chaud au cœur, de ceux qui veulent continuer de bénéficier de l’état providence éternelle !

      Puissiez vous avoir raison.

    • 26 novembre 2015 à 10:09 | Stomato (#3476) répond à betoko

      >>Vous racontez des bêtises par jalousie on dirait<<

      Votre naïveté est ma joie du jour.
      Votre optimiste et votre certitude aussi !

    • 26 novembre 2015 à 10:13 | Stomato (#3476) répond à betoko

      >>je ne crois pas qu’une personne qui squatte en France puisse bénéficier des avantages sociaux que se soit pour la sécu ou pour la retraite d’autant plus qu’ils n’ont pas de papier officiel et de nationalité étrangère <<

      Vous n’avez pas suivi l’affaire Jawad ?

      Et vous ignorez que la démocratie à la française favorise les délinquants et assomme les honnêtes gens.
      Très nombreux ceux qui ont compris et qui abusent à l’envi des « largesses » de l’état français.

    • 26 novembre 2015 à 11:58 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      - Vous répandez de nouveau une légende urbaine diffusée par la fille du borgne comme quoi des Maghrébins ayant vécu et travaillé dans leurs pays viennent en France, à l’âge de la retraite, pour s’inscrire à la Caisse de Retraite et, ainsi, toucher une retraite.

      Arrêtez de diffuser vos inepties, SVP.

      - Pour bénéficier des prestations de la Sécurité Sociale, de la CAF, etc, il faut déjà, à la base être en situation régulière. Obstacle de taille pour les clandestins.

      Quant à chercher à bénéficier d’une retraite sans avoir travaillé en France, c’est de l’ordre de l’impossible.

      Impossible car le prétendant à la cette retraite ne pourra pas faire la preuve de ses états de service en France (les faux documents ? n’y pensez pas même en rêve).

      Impossible car avec l’informatisation des données, la Carsat (remplaçante de la Crav), possède les états de service de tous les travailleurs.

      - Quant à votre autre légende urbaine comme quoi un projet de loi serait en étude sur l’obligation de résidence pour tous les retraités, c’est du pur phantasme d’un personnage, vous, qui voudrait que cela se passe ainsi.

      Qui sont donc ces personnes qui y pensent de plus en plus ? Quel collectif « bien pensante » ?

      Déjà que l’obligation de résidence pour les fonctionnaires n’est pratiquement plus appliquée dans la vie réelle, vous voudriez que le gouvernement français oblige tous ses résidents à vivre en France ?

      Pourquoi la France a-t-elle défini, pour une durée de dix ans renouvelables, les conditions d’expatriation des retraités français au Portugal ? La France n’y est pas gagnante car certains retraités (sous conditions de séjour et de ressources) ne paient plus d’impôt sur le revenu ni en France, ni au Portugal (statut de résident non-habituel) ?

      Ne cachez pas votre idée lumineuse derrière un groupe informel qui n’existe pas et ne contribuez pas à nourrir le livre des légendes urbaines mais ayez le courage de nous dire que c’est votre idée et votre idée seul.

      Vous n’avez pas assez de courage pour affirmer vos idées ?

      - Les retraites que des personnes comme Betoko ou moi-même, plus tard (si les caisses ne seront pas vides lorsque j’aurais l’âge de la retraite), proviennent de leurs cotisations aux différentes caisses de retraite (retraite de base et/ou caisses de retraite complémentaire).

      Ce ne sont pas des aumônes distribuées généreusement par la France Patrie des Droits de l’Homme.

      Ce sont des « dues » grâce à ces cotisations et aussi par le principe de solidarité auquel ces retraités, comme Betoko, ont participé activement quand ils étaient travailleurs cotisants à toutes les caisses de solidarité.

      - Ce ne sont pas ces retraités qui mordent la main qui les nourrit : ce sont leurs compatriotes trop imbus de leur souveraineté nationale qui n’existe que dans leurs têtes et pas dans les faits et qui devraient créer un mouvement populaire qui refuserait toute aide en provenance de l’étranger quelle que soit la nature de ces aides. Ils démontreraient ainsi, à la face du monde, que la souveraineté nationale existe.

      Arrêtez les amalgames pour diffuser vos idées qui sentent la naphtaline et la chemise brune.

    • 26 novembre 2015 à 12:05 | Menalahy (#9072) répond à betoko

      Vous confirmez ce que j’ai écrit ; résidence de 9 mois en France. Il faut prouver que la résidence principale est en France ; facture de téléphone, de gaz, d’électricité, taxe d’habitation et foncière (le cas échéant) ...

      Même les retraités dits « résidents non-habituels » au Portugal doivent pouvoir prouver tout cela malgré leur statut un peu particulier.

    • 26 novembre 2015 à 12:07 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      Donnez vos preuves au lieu de vous draper dans la toge de l’indignation, mal taillée pour un homme rationnel et objectif.

    • 26 novembre 2015 à 12:11 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Bonjour Vatomena,

      Je ne connais pas cette histoire des Créoles. Il faudrait que je me documente.

      Seriez-vous un des rescapés ou un de leurs descendants ? (sans arrière-pensée)

    • 26 novembre 2015 à 15:44 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      @Menalahy

      Comme je connaissais cette histoire ,je la croyais universellement connue. Elle date des plus belles années de Ratsiraka.Mon père s’approvisionnait auprés de ces petits colons.

    • 26 novembre 2015 à 16:19 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Eh ben si c’était une vérité universelle au lieu d’être une légende urbaine, on l’aurait su.

      Et puis, sans vouloir vous offenser, nous n’avons le même âge. Par conséquent, il y a des légendes urbaines et même des pans de notre histoire commune qui nous échappent.

      J’en profite pour remercier Saint-Jo, notre historien du forum, pour sa réponse qui est une nouvelle page que je peux mettre sur mes connaissances de l’histoire commune.

    • 28 novembre 2015 à 11:52 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      Ah, comme c’est bien pratique l’existence de l’affaire Jawad pour cracher votre venin sur les populations d’origine étrangère.

      Seriez-vous un des ces nervis du FN mais qui n’osent pas s’afficher tel quel ?

      Vous n’arrêtez pas de faire des amalgames entre plusieurs concepts ou événements qui n’ont rien avoir entre eux à part votre désir de répandre votre haine de cette population d’origine étrangère.

      Vous ne valez pas mieux que certains de vos compatriotes qui parcourent les forums malagasy.

    • 28 novembre 2015 à 11:55 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      J’attends toujours les preuves de votre assertion qu’un projet de loi sur une résidence à temps plein des allocataires de la Carsat est à l’étude.

      Défendez votre honneur.

    • 28 novembre 2015 à 15:12 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Je ne sais si cette légende de l’étranger qui vient toucher une retraite en France alors qu’il n’a jamais cotisé est vraie.La fille de l’ex borgne aurait bien tort de la propager . Ce serait contre productif :à l’immigration rassemblement des familles ,étudiante ,travailleurs ,clandestine ,asile politique ,médicale,réfugiée,il faudrait ajouter une immigration vieillesse !

    • 28 novembre 2015 à 15:47 | vatomena (#7547) répond à vatomena

      ps -Apres renseignement non encore vérifié ,Oui ,un étranger qui n’a jamais cotisé en France mais qui réside depuis 10 ans peut toucher une retraite(il ya peu de temps encore ,il suffisait de 5 ans de présence )

      Il semblerait que les Tunisens vont jouir en 2016 d’un avantage particulier ;

      "le 13.10.2015 la france approuve l octroi d une prime complémentaire pour les retraites tunisien résidant en france
      le députes d afek tournes (france nord) Mohamed Ghannem a indique mardi 13.10.2015 que les autorités francaise ont approuve récemment l octroi d une prime complémentaire d ’une valeur de 550 euro par mois pour les retraites tunisien résidant en france et dont la pension est égale ou supérieure a 6.600 euros par an et ce sans les obliger a demeurer six mois au moins sur le sol francais
      il a ajoute que les efforts déployés par plusieurs associations dont en particulier celles concernées par l’ amélioration de la situation des retraites vivant dans des conditions sociales difficiles ont abouti a la prise de cette décision par les autorités françaises
      le versement de cette somme se fera a partir du 01.01.2016

    • 29 novembre 2015 à 14:29 | Menalahy (#9072) répond à Stomato

      Une de vos phrases « Les membres de la diaspora ne font rien en direct pour leur pays d’origine, tout au plus pour leur famille. » a échappé à ma vigilance dans vos propos remplis d’exagération et forgées à l’emporte-pièces.

      Pouvez-vous me dire l’apport (ou les apports) des Français expatriés à Londres, aux Etats Unis, à Hong Kong, pour leur pays ? Je ne parle même pas de l’apport économique (impôts, investissements, ...) mais au moins de la défense de la langue et de la culture française ?

      Toujours des affirmations sans preuve !

    • 29 novembre 2015 à 17:27 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Je vous invite à lire attentivement cet article qui est objectif (à mes yeux) et qui provient d’une source sérieuse et non fantaisiste.

      Je vous invite également à prendre une feuille de papier et un stylo, crayon, etc, pour bien fixer vos ides : les écrits restent, les paroles s’envolent même si on a une bonne mémoire.

      Je n’écris que ce qui est vérifiable comme vous pouvez le consater.

      http://blog.seniorenforme.com/800e-par-mois-pour-un-retraite-etranger-nayant-jamais-travaille-et-cotise-en-france-info-ou-intox/

      Bonne lecture.

    • 29 novembre 2015 à 19:19 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      De quoi tuer la légende urbaine !

      "–Si toutes ces conditions sont réunies ( plus de 65 ans, ressource annuelle inférieure à 9500€, résider régulièrement sur le territoire français depuis 10 ans au moins) alors un étranger peut prétendre à l’ASPA qui se monte à 800€ par mois et 1 229,61 € pour un couple.

      – Si nous résumons, oui un étranger peut bénéficier d’une allocation vieillesse de 800€ par mois même s’il n’a jamais travaillé et donc jamais cotisé. Mais petit bémol, il faut qu’il soit en situation régulière et qu’il soit en possession depuis 10 ans d’un titre de séjour. Ces procédures datent du 13 mai 1998 pour les étrangers pouvant justifier de leur résidence en France. C’est surprenant que cette rumeur n’arrive qu’en 2014 alors que la loi date de 16 ans !

    • 29 novembre 2015 à 21:15 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Toutes les légendes urbaines ont un point commun : elles naissent, se répandent, disparaissent puis réapparaissent à un momeny opportun.

      C’est un serpent de mer, un peu comme la légende du Loch Ness.

      Ceci dit, ce n’est qu’une allocation et non une retraite et c’est bien précisé dans le texte que je vous ai transmis.

      Il faut donc, la considérer comme l’équivalent du RSA mais réservé aux plus de 65 ans remplissant certaines conditions.

      Je précise également que le seuil de pauvreté, en France, pour une personne, est de 828 euros ou de 993 euros selon le seuil de pauvreté considéré (seuil de pauvreté relative ou seuil de pauvreté absolue).

      Par conséquent, on ne peut pas considérer cette somme de 800 euros comme une somme permettant de vivre « normalement ». Mais c’est mieux que rien.

      Je défie quiconque de vivre avec moins de 1 000 euros par mois, en France.

    • 30 novembre 2015 à 08:00 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      700 ou 800 euros par mois cela sort tout de meme de la poche des contribuables français qui n’en peuvent plus suivant la légende urbaine...

    • 30 novembre 2015 à 09:37 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      L’article ne dit pas le contraire. Je ne dis pas le contraire non plus.

      Mais la base de la société française est la solidarité

      Je pense que les dirigeants n’ont pas voté ces lois sociales sans avoir fait des études prospectives quant aux financements de ces allocations de solidarité.

  • 25 novembre 2015 à 22:24 | Mihaino (#1437)

    D’après les dernières infos de ce soir 26/11 sur TV Plus , LA DELEGATION MALGACHE EST REDUITE A 40 MEMBRES pour assister à la COP21 à PARIS !
    Bonne résolution et le budget prévu pour la centaine de nos représentants pourrait être affecté à d’autres PRIORITES dans notre île ! Quelle déception pour celles ou ceux qui souhaiteraient joindre l’utile à l’agréable pendant leur séjour à PARIS !

    • 25 novembre 2015 à 23:23 | Mihaino (#1437) répond à Mihaino

      lire ce soir 25/11 sur TV Plus

  • 25 novembre 2015 à 23:38 | diego (#531)

    Bonjour,

    Pour faire face au risque terroriste, il faut à mon sens que Madagascar ait, je vais remâcher la même chose :

    - un État fort ;

    - une Constitution inviolable ;

    - des Institutuions solides ;

    - et tant qu’on y est, des politiciens qui savent comment faire fonctionner tout cela !

    La majorité des politiciens malgache est peut-être plus nuisible et représente le grand risque pour le pays que les terroristes le seraient !

    Il n’y a pas une semaine où on n’annonce pas quelque chose sur l’économie à Madagascar. L’argent qui va arrivé ou déjà arrivé. Des aides qui vont arriver, dès financement des projets etc....vraiment ?

    Il n’y a pas de développement possible à l’absence d’un programme et un plan, aussi bien sur le court terme que le long terme.

    Il n’y aura pas un développement soutenable à Madagascar à l’absence des réformes conjoncturelles et structurelles, et là aussi, à court et à long terme. Et pour qu’il ait réforme, il faut une majorité’ politique pour faire exister l’État et les institutions et qui serait en mesure de mettre de l’ordre dans la vie politique du pays. Madagascar en est bien loin !!!!

    Madagascar est condamné à vivre sous perfusion de la CI si le pays est incapable d’organiser sa vie politique. Être capable d’organiser sa vie politique passe par sa capacité de réformer ses calendriers électoraux et d’organiser ses élections d’une manière indépendante. Autrement dit en s’appuyant uniquement sur ses partis politiques, ses contribuables et sa société civile.

    La question serait donc est-ce qu’il aurait une volonté à Madagascar pour y arriver ?

    Une fois qu’on a posé la question, il faut essayer d’y apporter des réponses. Le terroriste est un risque comme la corruption et l’absence des pouvoirs publics et ils ont une chose en commun :

    - la déstabilisation de la vie politique et économique d’un pays et mechaniquement il engendre l’insécurité de la population.

    Dans les pays avancés, le pouvoir cherche à solidifier l’État, dans les pays pauvres, il faut accomplir deux étapes, faire exister l’État et par la suite le renforcer :

    - l’État est tout. Un de ses rôles le plus important est de rassurer et protéger la population et la Nation.

    Question :

    - est-ce que l’État malgache est rassurant ?

    C’est le rôle des couples exécutifs, mais aussi celui de législatif.

    • 26 novembre 2015 à 18:55 | Mihaino (#1437) répond à diego

      « Un franco-malgache d’origine indo-pakistanaise a été arrêté par les gendarmes à Madagascar le lundi 23/11 » selon RFI Afrique ,
      Le risque zéro n’existe pas et nos gendarmes ont obtenu des renseignements de leurs homologues français , semble-il .
      A lire et à écouter les commentaires de RFI Afrique !

    • 27 novembre 2015 à 00:20 | malagasy34 (#5283) répond à Mihaino

      Merci d’avoir repris le sujet de l’éditorial car ces derniers jours, le forum est pollué par les commentaires sur la vie et le parcours personnel d’un forumiste avec son « moi je » à n’en plus finir !!!

      Ceci étant, les terroristes débarquent à Madagascar. Ce qui était tout à fait prévisible vu le nombre de mosquées qui ne cesse d’augmenter. On va nous accuser encore de faire de l’amalgame : ouvrez vos yeux !!! Ce sont des faits avérés.
      Les Karana (la communauté qui entretient la corruption à Madagascar entre autre) et les pays étrangers (que tout le monde connait) assurent le financement. Même si un autre forumiste a tenté de défendre l’indéfendable en voulant associer Arabie Saoudite et droits de l’homme.
      Les politiciens s’en foutent complètement et ferment les yeux, à partir du moment où ils reçoivent des gros billets des « bory satroka ».
      Réveillez-vous mes chers compatriotes avant qu’il ne soit trop tard !!!

    • 27 novembre 2015 à 13:10 | Isambilo (#4541) répond à malagasy34

      Je doute beaucoup que NOS karana soient impliqués dans l’extrémisme pseudo-musulman d’une manière ou d’une autre. Parce que ce n’est, en aucune manière, pas dans leur intérêt.
      La situation actuelle leur va très très bien. Les extrémistes peuvent porter préjudice à leurs affaires peut être, mais surtout à leur mode de vie tranquille.
      Je me méfie en particulier de certains Comoriens et Antalaotse.
      En tout cas, il faut imposer l’interdiction de porter des vêtements cachant le visage sur l’espace public. Que ceux qui n’osent pas afficher leurs visages à la lumière retournent dans l’ombre. On n’ira pas les chercher.

    • 27 novembre 2015 à 15:55 | Menalahy (#9072) répond à Isambilo

      Isambilo, c’est pas gentil de m’arracher les mots de ma bouche.

      - Il y a, de nouveau, une confusion entre « musulmans » et « islamistes » quand met les Karana dans cette affaire.

      Ils sont « musulmans » d’une autre école et ils ne montrent pas une velléité de convertir les Malagasy à leur religion.

      Ils ne se mélangent pas maritalement avec les Malagasy (femme Karana qui épouserait un homme Malagasy) : ils se marient entre eux, se fréquentent entre eux, ce ui est un reproche qu’on pourrait leur faire à juste titre.

      - J’interdirais, non seulement ces vêtements qui relèguent la Femme à des époques où elles n’avaient aucun droit à part donner des enfants ’mâles de préférence) un peu comme les 3K des nazis : Küche, Kirche, Kinder (Cuisine, Eglise, Enfant). Mais aussi ce qu’on appelle en France « foulard islamique » (je n’ai pas écrit foulard islamiste), « voile musulman ».

      Que celles qui veulent ressembler à des cabines téléphoniques ambulantes se terrent chez elles.

    • 28 novembre 2015 à 12:11 | Menalahy (#9072) répond à malagasy34

      Vous en avez marre que la discussion ait dévié vers les relations entre Malagasy de la Diaspora et Malagasy restés au pays.

      Je peux comprendre votre agacement.

      Mais y en a plus que marre des critiques qui n’apportent rien à l’avancée des idées sur ce forum.

      Des critiques qui ne sont motivés que par le désir de s’attaquer à un ou à des forumeurs qu’on a dans le viseur.

      Ces posts sur la Diapora n’ont pas empêché les autres forumeurs de discuter d’autres sujets plus ou moins en relation avec le titre et le contenu de l’éditorial.

      Ces posts sur la Diaspora ont prouvé qu’un contentieux existaient/existent entre les deux communautés et les arguments de l’un et l’autre ont permis de dissiper certains malentendus.

      Ces posts ont également eu comme effet positif l’émergence de la parole des Malagasy de la Diaspora, car jusqu’à ce que « moi je » a osé déballer ses états d’âme sur ce forum, les Malagasy de la Diaspora ont préféré laissé le champ libre à tous ceux qui leur cassaient du sucre sur le dos.

      De plus, l’auteur de l’éditorial, Ndimby A. , a participé à ces posts. Preuve, s’il en était besoin, que « moi je » n’a pas créé un sujet de diversion et les participants à ces posts de « moi je » l’ont montré avec leurs posts mesurés et instructifs.

      « Moi je » n’a pas écrit pour « je suis le plus beau, je suis le plus intelligent, j’ai la plus grosse ».

      « Moi je » a témoigné de son vécu et cela a permis de dénouer les noeuds du contentieux entre les deux communautés.

      A ma connaissance, personne ne vous a empêché de vous exprimer sur un sujet qui vous aurait tenu à coeur. Pourquoi avoir attendu le post de Mihaino pour cracher votre venin ? Vous n’êtes pas assez grand pour vous faire une place sur ce forum ?

    • 28 novembre 2015 à 17:18 | malagasy34 (#5283) répond à Menalahy

      Ce n’est pas une histoire de « grandeur » ; ce n’est pas une histoire d’exister ou non sur ce forum : ce n’est pas l’ambition de ma vie.
      C’est tout simplement de rester dans le sujet de départ (au lieu de se vanter d’être un « assez bel homme »).

    • 29 novembre 2015 à 14:51 | Menalahy (#9072) répond à malagasy34

      Bonjour Malagasy34,

      « C’est tout simplement de rester dans le sujet de départ » : citez-moi un seul article commenté par les forumeurs qui n’ait pas dévié vers d’autres sujets.

      Le 1er article(un éditorial) auquel j’ai participé sut MT.com, avait comme sujet « le genre et la parité homme-femme ».

      Les discussions ont très vite dévié vers les « pelaka », puis vers l’homosexualité masculine, puis vers le SIDA, puis vers les origines du SIDA (c’est la faite à certaines pratiques sexuelles dans l’homosexualité masculine) puis vers des explications scientifiques sur la pénétration du virus VIH, et ainsi de suite.

      Si je suis la chronologie de la présente discussion, vous auriez pu, avec d’autres forumeurs, suivre la ligne directrice de l’éditorial.

      Mais vous ne l’avez pas fait car vous avez été « choqué » par le trait d’humour de « moi je » qui serait « assez bel homme ».

      Ce n’est pas mon problème si vous n’avez pas pu apprécier à sa juste valeur mon expression, c’est le vôtre car je ne vais pas dénaturer mon style d’écriture et l’adapter à chaque forumeur : il deviendrait insipide.

    • 29 novembre 2015 à 15:12 | Menalahy (#9072) répond à Menalahy

      Je ne donne aucune leçon à qui que ce soit. Tourefois, je vais crier dans le désert de ce forum jusqu’à ce qu’on comprenne ce que j’ai écrit à Ingahy Lehibe Gasy Ka Izy et qui pourrait être utile à chacun de nous :

      « Dradradradraina eto amin’ity serasera ity ny Fampihavanam-pirenena, ny Fitiavana Tanindrazana, sns sns ».

      Er aussi :

      « Asa na hadino na tsy fantatra fa ny Fihavanana sy ny Fitiavana dia tsy mitombona raha tsy miatomboka amin’ny FIFANAJÀNA. »

      et enfin :

      « Koa, dia manomboka hatram’ny anio dia aoka aloha isika rehetra eto amin’ity serasera ity hifanàja izay vao midradradradra ny katsaka ê, ny voanjobory ê ! »

  • 26 novembre 2015 à 12:02 | Saint-Jo (#8511)

    vatomena !

    Il me semble que vous interpeller individuellement une personne en lui proposant ce qui ressemble étrangement à un sujet-piège.

    Il est certain que Menalahy est parfaitement capable de vous répondre en utilisant ses propres arguments.

    Moi, je vous répondrai en allant sur le terrain que vous-même avez choisi. Mais sur le terrain des réalités.

    Vous commencez votre proposition en vous appuyant sur deux mythes, selon vos propres termes.
    Je vous réponds en m’appuyant sur des réalités historiques vérifiables, et surtout pas sur des mythes.

    « 26 novembre 07:34, vatomena (#7547) répond à Menalahy (#9072)
    .
    « @Menalahy … Je vous propose un sujet . Comme il y a le mythe du bi national ou de l’expatrié malgache plein de sous »

    Réplique :
    Les seuls « malgaches bi-nationaux expatriés pleins de sous », comme dîtes, sont,
    . d’une part, des anciens politiciens ayant appartenu auparavant à la classe dirigeante de ce pays [ comme par exemple cet ancien Premier Ministre ou cet ancien DJ (lequel vit actuellement dans l’est de l’Hexagone) ] ,
    . et d’autre part, des Taikarana franco-gasy par double jus soli [ comme ce couple de Parisiens victimes d’attentat à Bombay, il y a environ 9-10 ans, alors qu’ils y étaient allés comme touristes, à la découverte de la terre de leurs ancêtres, selon les commentaires de la presse française après l’attentat ].

    « il y a eu autrefois en France le mythe du gros colonial engraissé de tous les pillages et de la sueur de l’indigène ».

    Réplique :
    C’est loin d’être seulement un mythe.
    C’est une réalité vraie.
    D’ailleurs ce fut l’essence même de ce phénomène historique que l’on appelle « colonisation » : l’asservissement, pour ne pas dire l’esclavage, des populations indigènes par des colons venus de l’Etranger...

    vatomena ! Consultez à nouveau vos livres d’Histoire.

    « C’était ignorer le sort de petites gens comme les créoles de la Sakay qui finirent leur aventure dépouillées de tout .Est ce que le sujet vous inspire ? »

    Réplique :
    Ce sujet m’inspire, car je connais un bout de cette tranche de l’Histoire.

    vatomena, loin de moi l’idée de sous-estimer vos connaissances personnelles sur cette petite colonie de Réunionnais au plateau de la Sakay.
    Mais j’aime mieux commencer les échanges après m’être assuré que j’ai en face de moi une personne qui a du répondant sur le sujet.

    J’espère que vous ne m’en voudriez pas si je vous demande
    . le nom réunionnais de la petite ville malgache Ankadinondry, où vivait environ une unité de mille Réunionnais
    . le sens des initiales SPAS
    . le nom de l’endroit à Antananarivo où ces Réunionnais avaient leur magasin pour vendre, non seulement leurs produits en provenance de la Sakay mais aussi les produits qu’ils importaient de l’Etranger.

    Ce sont juste des petites précisions connues de toute personne qui avait des relations avec ce petit nombre de Réunionnais en leur temps.

    Remarquez que je ne vous demande pas, par exemple,
    . le nom commercial et la couleur de l’emballage du beurre qu’ils produisaient et vendaient,
    . ni la date approximative de leur installation sur le plateau de la Sakay,
    . ni la date de leur départ pour rentrer chez eux.

    Ce serait trop vicieux !

    • 26 novembre 2015 à 16:11 | vatomena (#7547) répond à Saint-Jo

      Le mythe du colon engraissé perdure encore en France ;ce sont les gens de gauche qui l’ont entretenu et ce mythe est un des ressorts de l’esprit de pénitence et de repentance qui emplit les média en cours .Comme celui du commerce triangulaire .Précédemment j’avais fait la différence entre les grandes compagnies coloniales et le petit exploitant d’une concession accordée à un militaire démobilisé sur place ou à un créole expatrié de la Réunion .Ils ont vécu chichement et durement ,à la malgache bien souvent. Et dans un certain mépris. Eux,ils n’étaient pas invités au bal du gouverneur .ils n’avaient pas le voyage payé pour aller soigner leur foie à Vichy.Madagascar n’a jamais été leur Eldorado .Et ils ont été les premiers massacrés dans la nuit du 29 mars 1947.Ils ne pouvaient aspirer à une pension de retraite comme Betoko par exemple ; .Beaucoup ont fini leur vie dans une maison de retraite pour nécessiteux à Antsirabe .
      J’aime à apprendre . Vous pouvez développer à mon intention et à celle de Menalahy . Ce qui m’interesse c’est la face cachée ou oubliée des événements

    • 26 novembre 2015 à 16:31 | vatomena (#7547) répond à vatomena

      Ce que j’ai retenu est que ces « petits blancs des hauts » ne se sont pas enrichis et ils ont tout abandonné en laissant leur gros matériel .Je ne crois pas qu’ils aient été indemnisés malgré certaines promesses . Certains sont retournés à la Réunion . Je ne sais pas s’ils ont gardé rancune . D’autres sont allés tenter leur chance en Guyane où plus tard ils seront rejoints par des Muongs chassés du Viet nam .Il m’a été rapporté que pour hater l’expulsion de ces petits colons ,il s’agissait de leur faire peur .Des employés malgaches et des paysans de la région venaient faire des danses guerrières à la porte des récalcitrants. Légende ou pas ,je ne sais .Je me dis qu’il faut etre d’un age tres avancé pour se souvenir de l’emballage du beurre de la Sakay .

    • 26 novembre 2015 à 17:59 | Saint-Jo (#8511) répond à vatomena

      Ah ! Sacré vatomena !
      Je suis un dinosaure !
      Un dinosaure plus vieux que le monde, n’est-ce pas ?

      Non seulement je me souviens de la couleur de l’emballage du beurre produit et vendu par les Réunionnais de la Sakay,
      mais je souviens même aussi de son nom commercial et de son goût.

      Par contre, n’étant pas vache, j’ignore le goût du cylindre-bloc de sel à donner à lécher aux vaches laitières,
      même si je me souviens de la masse approximative de ce cylindre ,
      [ ah ! qu’il était lourd à soulever pour un petit garçon ! ]
      cylindre vendu par ces Réunionnais dans leur magasin à Antananarivo.

      Quant à l’hospice d’Antsirabe nous, les locaux, l’avons appelé et l’appelons toujours « vieux colons ».
      Dans cet hospice il y avait beaucoup plus de Gaulois colons retraités que de Réunionnais.

      A la bonne heure, vatomena.

    • 26 novembre 2015 à 18:51 | Saint-Jo (#8511) répond à vatomena

      vatomena !

      Après vérification, pour ne pas risquer d’être ridicule à vos yeux, je vous donne le nom réunionnais de la ville que les Gasy appellent Ankadinondry.

      Les Réunionnais l’appellent (toujours, je l’espère !) Babetville.
      Vous disposez d’un pc.
      Donc vous pouvez vous documenter en lançant votre moteur de recherche.

      Ce qui suit, par contre, vous ne les trouverez pas sur internet :
      . le beurre des Réunionnais s’appelait « Beurre de la Sakay » tout bêtement ; il était de qualité nettement meilleure que le beurre des marques importées, et aussi nettement moins cher
      . son emballage était gris métallisé (oui ! oui !)
      . SPAS : Société Professionnelle Agricole de la Sakay était le nom de leur société agro-alimentaire

      Et croyez bien que, contrairement à ce que semblez penser très fort silencieusement mais que l’on peut deviner à des milliers de kilomètres de distance, ces Réunionnais avaient beaucoup plus d’amis à Madagascar que d’ennemis.
      Il me semblait même que le régime Ratsiraka avait reconnu dans le privé son erreur en renvoyant ces Réunionnais.
      Mais trop tard : le mat était fait.
      Certains d’entre ces Réunionnais s’étaient mariés à des locaux et ont des descendants à Madagascar comme à la Réunion.

      Deux endroits où vous pourriez avoir oralement plus de précisions, si vous passez un jour dans les parages, sont les restaurants « Rendez-vous des chasseurs » et « Rendez des pêcheurs » , tous deux à environ 70 km au sud d’Antananarivo.
      Dîtes-leur que vous connaissez sur le virtuel quelqu’un qui connaît la regrettée dame de Mahamasina.
      Je suis absolument sûr qu’alors vous y trouverez un excellent accueil, des renseignements historiques authentiques.
      Et de plus vous aurez goûté à leur cuisine française ou malgache ou créole, selon votre choix.

    • 26 novembre 2015 à 20:56 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Quoi ? vatomena serait-il coi en découvrant,
      à l’aide de son moteur de recherche internet,
      qu’un Gasy ne raconte pas de bêtises sur ce forum, quoi !

      Quoi de plus normal, car j’ai choisi quoi, comme pseudonyme sur ce forum ?
      Le nom de l’établissement scolaire, quoi !
      Là où j’avais comme maîtres des personnes qui avaient inculqué en moi,
      non seulement la rigueur intellectuelle, quoi !
      mais aussi la rigueur tout court, quoi !

      Alors quoi ? toujours coi, vatomena ?
      Ne vous en faîtes pas, quoi !
      Pour quoi je vous dis ça, quoi ?
      Parce que rien ne vous empêche d’aller faire un tour à Babetville, quoi !
      Histoire de voir de quoi cette région a l’air de nos jours, quoi !

    • 26 novembre 2015 à 22:35 | vatomena (#7547) répond à Saint-Jo

      C’est cela le drame . Les créoles de la Sakay s’entendaient bien avec la population jusqu’ à la prise de pouvoir par Ratsiraka .L’école de Babetville « était ouverte aux enfants créoles et malgaches. les uns comme les autres pouvaient jouer pieds nus.En allant à Tsiroanomandidy ,j »ai fait le détour qu’une fois

    • 26 novembre 2015 à 22:37 | vatomena (#7547) répond à vatomena

      une seule fois quoi !

    • 26 novembre 2015 à 22:42 | vatomena (#7547) répond à vatomena

      J’ai gouté moi aussi à ce bon beurre et à toute la cochonaille qui nous venait de la Sakay

    • 27 novembre 2015 à 10:50 | Saint-Jo (#8511) répond à vatomena

      Bonjour, vatomena !

      Ah ! ça va mieux quand on se retrouve, n’est-ce pas ?
      Vous et moi avions mangé la même nourriture produite conjointement par nos aînés gasy et réunionnais.

      Vous devez savoir aussi que ces anciens de Babetville qui sont retournés à la Réunion ont en général une réelle affection pour les Gasy d’Ankadinondry .
      Et réciproquement.

      Vous devez savoir aussi qu’une importante colonie de Gasy ont rouvé refuge à la Réunion.

      Et le must : l’ONG Mamelomaso ( Rénovation et Conservation ) , qui compte dans ses rangs beaucoup de résidents à l’île de la Réunion ( Gasy, Créoles et voire Métro ) , dépense argent et consacre temps à la rénovation et à la conservation des sites historiques gasy, en particulier les rova.
      Un autre exemple : pour la rénovation
      . les nouveaux vitraux du temple royal du Rova d’Antananarivo ont été confectionnés à la Réunion par un Réunionnais
      . et ce grand Monsieur les avait offerts gracieusement au service chargé de l’entretien du Rova.

    • 27 novembre 2015 à 13:01 | Stomato (#3476) répond à Saint-Jo

      Une enfant native de Babetville habitant aujourd’hui en métropole se souvient de son enfance partagée avec des malgaches...
      Et son souvenir est si vivace qu’elle préside une association qui prend en charge un orphelinat dans la banlieue de Tana, et qu’elle construit un collège dans la Sakay après y avoir ouvert une école primaire.
      L’association tire ses revenus de présentations et surtout de fêtes au cours desquelles des français et Suisses participent en mangeant malgache et créole dans une ambiance musicale venant des iles.
      Elle est une descendante de petits blancs des hauts, et c’est de là que lui viennent sa gentillesse et sa fidélité à sa région de naissance.
      Merci à vous deux de si bien raconter un souvenir qui ne vous rappelle pas que du négatif d’une occupation française du passé.

    • 28 novembre 2015 à 05:18 | vatomena (#7547) répond à Stomato

      Le peuple n’est pas méchant .Les créoles des hauts de la Réunion avaient été bien accueillis . Ils ont été la victime d’un régime politique voulant installer un monde nouveau ;une rupture ;Les malgaches par la suite ont payé encore plus cher les erreurs de ce régime .Ils sont tombés dans la misère et le passe droit .Les« fertilisateurs » ont été chassés comme des malpropres et la Sakay est revenue à l’état de friche

    • 28 novembre 2015 à 10:29 | Stomato (#3476) répond à vatomena

      Je le sais parfaitement que le peuple n’est pas méchant.
      Mais aussi que comme partout dans le monde les élus du peuple ne le sont pas !
      Il n’est pas vraiment utile de tenter de refaire l’histoire, mais de faire en sorte de la connaitre pour ne pas la revivre.
      Ce n’est pas facile, cela demande des efforts qui parfois ne suffisent pas et doivent être poursuivis dans la durée.

    • 29 novembre 2015 à 10:30 | vatomena (#7547) répond à Saint-Jo

      ’l’asservissement presque l’esclavage des populations indigènes par les colons’....je veux bien entendre cela

      Je crois plutot que la Colonisation ce n’était pas un seul bloc .Il y a eu des périodes heureuses de contacts et d’efforts communs .J’ai sans doute connu la période la plus heureuse ,les années qui ont précédé l’Independance . Quand dans les écoles ,le Lycée ,l’Université ,dans les rangs de l’armée se formait une élite malgache .une élite malgache sans successeurs

    • 29 novembre 2015 à 14:05 | Saint-Jo (#8511) répond à vatomena

      vatomena !

      Les buts réels de la colonisation et les faits historiques qui l’avaient accompagnée sont ce qu’ils avaient été.

      « La colonisation n’était pas d’un seul bloc », dîtes-vous.

      La colonisation ,
      ( pas dans sa nouvelle forme actuelle ; mais celle dans son ancienne forme : c’est notre sujet ) ,
      était en son temps l’idéologie dominante.

      Et en tant qu’idéologie dominante, pour la maintenir en vie, ses théoriciens et ses utilisateurs devaient impérativement l’adapter suivant les changements de l’air du temps.
      Tout en s’efforçant de préserver le mieux possible les intérêts de la puissance dominante, bien sûr.

      Les faits accomplis, allant dans le sens de cette idéologie dominante, font partie intégrante du passé maintenant.

      Donc, indépendamment des buts recherchés ( qu’ils soient atteints ou pas ) par les instigateurs de la colonisation,
      les faits historiques accomplis, eux ( pour atteindre ces buts ) , avaient été bel et bien définitivement accomplis.
      Comme leur nom l’indique.

      En conséquence, ces faits historiques accomplis sont impossibles à changer.
      A moins que l’on ait le pouvoir de remonter physiquement le temps, pour retourner aux bonnes dates, afin de changer le cours de l’Histoire.
      Chose impossible !

      Certaines conséquences ( bonnes ou mauvaises ) de ces faits historiques accomplis sont encore là.
      Bien présentes.
      Et certaines d’entre elles seront certainement encore là, demain.

    • 29 novembre 2015 à 14:37 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      vatomena !

      Pour plus de clarté, je rappelle ci-dessous les termes exacts que vous et moi avions utilisés précédemment.

      Vous aviez écrit :
      . « il y a eu autrefois en France le mythe du gros colonial engraissé de tous les pillages et de la sueur de l’indigène ».

      Et j’ai répliqué :

      . « C’est loin d’être seulement un mythe. C’est une réalité vraie. D’ailleurs ce fut l’essence même de ce phénomène historique que l’on appelle « colonisation » : l’asservissement, pour ne pas dire l’esclavage, des populations indigènes par des colons venus de l’Etranger... vatomena !Consultez à nouveau vos livres d’Histoire. »

      Remarque :
      Par contre, vatomena, à la lumière de ce que vous avez écrit après cet échange, je retire ma dernière phrase, faisant allusion aux manuels d’Histoire.
      De plus, je vous mes plates excuses sur ce point.
      Je sais que l’on apprend à mieux connaître les gens en leur parlant.

    • 29 novembre 2015 à 15:16 | Menalahy (#9072) répond à Saint-Jo

      Bonjour dominical Saint-Jo,

      « Je sais que l’on apprend à mieux connaître les gens en leur parlant. »

      Paroles de sagesse qui vient en renfort de ce que j’ai écrit à Gasy Ka Izy et à Malagasy34.

      Puissiez-vous être entendu.

    • 29 novembre 2015 à 15:27 | Saint-Jo (#8511) répond à Menalahy

      Bon dimanche, Menalahy !

    • 29 novembre 2015 à 20:16 | vatomena (#7547) répond à Saint-Jo

      @saint JO

      jE NE FAIS PAS DE L« HISTOIRE ; jE NE FAIS QUE DONNER MON SENTIMENT FACE à DES MOMENTS QUI ONT FAIT L »HISTOIRE
      Parmi ces moments ,la longue navigation qui a amené des « austronésiens ’ à s »installer définitivement sur la grande ile _La lente pénétration des européens en Afrique comme explorateurs ,évangélistes ,traiteurs ,commerçants ,administrateurs et leur reflux .Et pour aujourdhui ,ces masses humaines qui se ruent sur l’Europe pour on ne sait quel destin

    • 29 novembre 2015 à 21:32 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      Il faut, peut-être, considérer cette migration massive comme la suite logique de l’aventure des espèces humaines qui a débuté avec les migrations de l’Homo Sapiens et de l’Homme du Neandertal dans différentes régions de la planète et a entraîné un métissage aboutissant à la disparition de l’Homme du Neandertal (grand remplacement tant craint par les nervis de l’extrême droite).

      L’aventure des Austronésiens s’inscrirait, alors, dans cette aventure de toutes les espèces humaines. Il n’y a pas de quoi pavoiser surtout que cela a entraîné la disparition des Vazimba et autres Kalanoro.

    • 30 novembre 2015 à 02:50 | Saint-Jo (#8511) répond à vatomena

      " 29 novembre 20:16, vatomena (#7547) répond à Saint-Jo (#8511)
      .
      « jE NE FAIS PAS DE L« HISTOIRE ; jE NE FAIS QUE DONNER MON SENTIMENT FACE à DES MOMENTS QUI ONT FAIT L »HISTOIRE »

      S’il vous plaît, vatomena, inutile de crier.
      Tout le monde peut comprendre ce que vous voulez dire.
      Surtout si vous communiquez calmement, plutôt qu’avec des signes d’énervement.

      Dans votre phrase que j’ai recopiée ci-dessus, vous faîtes plus un jeu de mots qu’autre chose.

      Vous pouvez tenter de nous faire croire que vous ne prenez pas part à l’Histoire.
      Mais vous n’allez pas nous dire que ne vivez pas l’Histoire ! Au moins l’Histoire de votre temps. Sinon on vous rira au nez.

      Oui, vatomena : bon gré, malgré, vous vivez l’Histoire de votre temps.

    • 30 novembre 2015 à 08:22 | vatomena (#7547) répond à Saint-Jo

      Bien sur que je vis l’histoire en cours et je vois s« amasser de gros nuages noirs . Vous les voyez aussi . Et pour répondre à Menalahy j’ajouterai qu’il est vrai que l »histoire humaine a été ponctuée de grandes migrations ;Mais dans un contexte bien différent du monde d’aujourd"hui ;Autrefois la terre était faiblement peuplée. Il y avait des terres vacantes partout.Avant la colonisation il y avait moins de 3 millions d’habitants sur la grande ile par exemple .L’afrique a déjà dépassé le milliard d’habitants . Les forets sont dévorées .En dehors des montagnes et des déserts partout il y a vie et habitat .On ne peut plus s’installer par milliers ou millions chez les autres sans risques de drames et de conflits . En France ,chaque année des milliers d’hectares de terre fertile bonnes pour l’agriculture sont bétonnées . Comme nous avons été soulagés de voir partir les colons planteurs européens !!! Ils ont rendu la terre

  • 27 novembre 2015 à 06:40 | diego (#531)

    Bonjour Mihaino,

    Quand les politiciens s’amusent à affaiblir les Institutions et ne cherchent pas à renforcer l’État, le pays s’exposent à tous les risques inimaginables.

    Cela fait des mois et des années qu’on nous parle des trafics de tous genres, des bois, d’ors, des tortues et je peux vous dire que nos côtés ont les fesses à l’air, ouvertes à tout vent.

    Et il est même légitime de se demander si nos hommes, ceux qui détiennent le pouvoir :

    - ne soient achetés ?

    Et tout a été fait pour que nos hommes soient exposés à tout vent :

    - les élections ne le garantissent absolument plus à nos élus à aller jusqu’au bout de leurs mandats. Tout ceci peut être détruit dans la rue, par les adversaires politiques, par n’importe qui qui aurait le soutient des gens qui veulent monopoliser le pouvoir politique et économique du pays.

    J’ai toujours préconisé une sortie de crise par la réconciliation et le gouvernement d’Union National. Cette approche permettrait de renforcer l’État et les Institutions en peu de temps. De facto, à juguler la corruption et assainir la vie politique du pays et à restaurer la stabilité.

    Nos forces de l’ordre pourraient alors lutter efficacement contre toutes sortes de crimes....

    • 27 novembre 2015 à 21:38 | Mihaino (#1437) répond à diego

      Salut DIEGO ,
      Dernière info : le présumé terroriste arrêté a été libéré et suivi de très près dans tous ses mouvements et relâché évidemment pour chercher ses amis éventuels installés dans notre PAYS ?! Libre mais sous contrôle , ce n’est pas une vie à mon avis !
      Amicalement,

  • 29 novembre 2015 à 14:31 | andriaharimanana (#9331)

    les chiffres parlent d’eux-même, Madagascar est en train de devenir musulman !
    Madagascar : 23 millions d’habitants dont 600.000 musulmans pour 2000 mosquées .
    en comparaison :
    France : 68 millions d’habitants dont 5 millions musulmans pour 2300 mosquées .

    • 3 décembre 2015 à 15:23 | Ibalitakely (#9342) répond à andriaharimanana

      Aleo misoroka toy izay mitsabo sy ny hoe tandremo fa mandady ny trambo, nous connaissons tous cela et puis ça veut dire bcp de choses. Merci cher Ndimy.

  • 29 novembre 2015 à 23:12 | takaka (#8449)

    Il n’ y a pas de risques pour Dago. Au contraire parasites comme nous sommes, les Gasy vont en profiter.
    Les malheurs des uns feront les bonheurs des autres.

  • 30 novembre 2015 à 12:10 | Rahasimbery (#8396)

    Plus nocive que les terroristes : l’actualité mimétique.

    « Le problème malgache est d’abord et avant tout un problème lié à la mentalité exécrable des politiciens non moins exécrables, et tant que celle-ci ne changera pas (ou mieux, tant qu’on ne changera pas les politiciens), le statu quo sera de mise pour bien longtemps encore » nous écrit Ndimby. Voilà un exemple révélateur d’un type d’analyse qui a pris le dessus sur toutes les autres approches de notre réalité politique : la plus banale et la plus lourde de sens. En cela, il reprend mot pour mot ce que le commun des Malagasy _ ces grévistes qu’il aime tant _ réclame déjà. En tout état de cause, leur cri me paraît légitime au vu de ce qu’on leur a fait subir depuis des années. Cependant, la responsabilité des intellectuels aux prises avec cette « mentalité » est tout autre chose ; ce terme appelé à la rescousse d’une critique politique est trivial car en réduisant la question du pouvoir à la seule dimension psychologique, c’est la politique en tant que phénomène social complexe qui est neutralisée.

    « Changer la mentalité » ne peut faire l’impasse d’une grille de lecture dont l’axe de réflexion appelle des prémisses nuisibles à notre reconstruction. Ont eu lieu dans notre Histoire des tentatives d’explications psychologiques et elles n’ont jamais été anodines : Jean-Baptiste Piolet crut circonscrire « l’âme malgache » afin de favoriser l’œuvre bienfaisante de la mission catholique et coloniale ; une cinquantaine d’années plus tard, Octave Mannoni dans sa « psychologie de la colonisation » justifia (sans jamais l’avouer) cette dernière par la « structure dépendante », donc « infantile » de la personnalité malagasy. Ce faisant, il propageait probablement au sein de l’élite intellectuelle malagasy de l’époque (les années 50,60) le concept viral « d’infériorité » inoculé et transmis jusqu’à nos jours.

    Il ne s’agit ici d’intenter un procès à la psychologie et aux sciences humaines d’une manière générale mais il est plus qu’urgent d’interroger notre attitude à l’égard de ces « savoirs » : D’où viennent-ils ? Comment nous les approprions-nous ? Sommes-nous critique à leur encontre ? La première question s’adresse directement aux historiens. Leur revient la tâche impérieuse de trouver leur origine, de les dater, de les répertorier et de les hiérarchiser. La seconde concerne le domaine éducatif : apprendre, connaître, digérer, trier, appliquer, créer et transmettre. La troisième contrôle en permanence la validité du « savoir » en le soumettant à l’expérimentation et en mesurant son degré de nuisance : Une mère psychiatre répondant à une question existentielle (qui suis-je ?) de son fils de 15 ans ne devrait pas l’inciter à lire Mannoni et à plus forte raison, tous les auteurs adeptes des formules généralistes « les Malgaches sont… ». Un professeur n’inaugure pas son cours par une assertion « non moins exécrable » de la sorte « les Malgaches sont pauvres », un journaliste n’élabore pas son papier avec un canevas de type « mentalité, femme violée parce que belle ou quelques Malgaches sont barbares parce que… »

    Actuellement, tout cela ne représente que des perspectives lointaines. Le questionnaire susdit en tant que système possible et non le seul, rencontre de nombreux écueils. L’échec de ces « travaux académiques » illustre un fait singulier occupant tout le terrain de la connaissance à Madagascar. Leurs conclusions, si tant est qu’elles soient empiriquement « valides », n’impactent pas le réel et le pourquoi d’un tel constat se trouve être le plus grand absent des problématiques. La raison en est que notre milieu universitaire ne recèle guère de tradition critique. Nos chercheurs dans leur grande majorité acceptent comme « fondés » des méthodes et des corpus n’ayant pas passé aux cribles de leurs propres critères de validation (ces critères existent-ils ?). La situation désastreuse qui en résulte génère des normes de réflexions ignorées et bien souvent écartées par la frange dominante de l’intelligentsia : une dépendance exclusive aux critères exogènes, une culture du prêt-à-penser généralisée, un mimétisme absolu et enfin, la plus mortelle, le dénigrement des productions littéraires et artistiques nationales. Du gratin, les plus qualifiés, à ceux qui n’ont mis qu’un pied à l’université, le désastre sourd, sévit. Sous le vernis de l’expertise technique en réalité se dessinent une profonde désorganisation et une impotence collective. Cela se manifeste par la reconnaissance accordée à la « vertu magique » du savoir au détriment de l’efficacité, de la justesse, de l’innovation et du partage. Ipso facto, le statut des intellectuels reflète d’avantage un état conforme à des règles a priori et d’autant plus excentrées qu’à des principes éprouvés, prouvés et approuvés. Nos diplômes incarnent en fait un « titre magique » donnant un accès partiel à l’imprenable Olympe (même au royaume des dieux, la hiérarchie s’impose), et force est de constater que le statu quo aussi est de rigueur au sein de notre « élite intellectuelle ».

    Quand bien même rétorquerait-t-on qu’il est des « savoirs universels », encore faut-il que tout soit mis en œuvre pour les vérifier. Il serait en effet absurde de les rejeter sous prétexte que ce n’est pas nous qui les avons produits et d’autant plus bête encore de les avaler sans rechigner. Ainsi, la critique, tout en assurant une « scientificité » provisoire à ces derniers, en même temps, annule toute attitude « magico-passive » à leur égard. La passivité consiste à acquiescer une conception réplétive du savoir ; le but n’étant pas la maîtrise et la créativité, le sujet connaissant se trouve être engagé dans un jeu où il n’est qu’un réceptacle parmi d’autres en attente de contenu dont il peine à soupçonner le pouvoir d’aliénation. Est magique toute opération visant à rendre systématiquement occulte l’origine des connaissances. De surcroît, nul n’est besoin de la divulguer et encore plus, de l’examiner. Seul l’effet spectaculaire que procure le tour importe : ça fonctionne, on y croit ; un fonctionnalisme mystique hypnotisant l’esprit des profanes. Le prestidigitateur, par sa formation, perpétue la pratique en reproduisant ledit mysticisme. D’un côté, il s’inscrit à un ordre établi au sein du microcosme des initiés _ dont le summum est ailleurs, le mythique occident _ et de l’autre, sa science lui garantit un privilège quasi divin et ne peut se distribuer que de façon sélective et parcimonieuse. (Économisme du savoir : Sao dia ataon’ny olona tohatra fiakarana ; élitisme irrationnel et soumis : mazana ny Vazaha, ny Sinoa ; psychologisme culpabilisant : la mentalité, la personnalité, l’identité des Malgaches, leur barbarie ; juridisme miraculeux : il suffit d’appliquer à la lettre les lois car elles sont universellement bonnes ; il serait curieux d’étudier ces …ismes). Pour ne pas subir les caprices de ces êtres surnaturels censés incarner la source du savoir, il n’y a qu’une seule alternative : la critique radicale.

    S’approprier le savoir (connaître), c’est lui donner un visage familier et humain (démystifier) que l’on peut à tout moment écarter, interpeller (critiquer). C’est aussi le naturaliser quitte à passer pour ingrat aux yeux de ses inventeurs (nuance entre la gratitude et la soumission). C’est lui poser des bases solides sur lesquelles seront bâties les recherches (expérimenter). Et enfin, c’est le diriger vers un usage bénéfique pour la société (s’engager). Plus le savoir survit à la critique, plus il est proche et estimable. Et inversement, plus celle-ci l’effarouche, plus il est faible, aliénant et dangereux. Quand le savoir cesse de questionner ses principes directeurs, il trébuche, perd toute visée réelle et peut basculer à tout moment dans le domaine de la crédulité. Dans la pratique, la pensée critique tout en s’octroyant une possibilité d’erreur tente de décrire parfaitement les phénomènes afin d’en soulever une vérité, tandis que la crédulité est une adhésion aveugle à une vérité révélée. Bien que dans certains cas, le penseur et le crédule puissent détenir accidentellement la même vérité, leurs attitudes divergent cependant quant au rapport aux savoirs, _ à leurs sources _ et au cheminement intellectuel nécessaire à leur compréhension et à leur production. La prudence, la méthode, la retenue pour le premier, la prescription, la morale, et le jugement hâtif pour le second.

    Non qu’il faille imaginer un penseur dénué de toute conscience morale _ parce qu’il vit avec et au milieu des siens qu’il se soucie naturellement de ce que « marina, tsara, soa, hendry, rariny, hitsiny » peuvent bien signifier _ mais qu’il estime juste de distinguer le savoir du devoir. En d’autres termes, l’expression de sa connaissance est le moment où il montre la conduite à tenir dans le processus du savoir et où il évalue le prix de celui-ci dans son usage éventuel. Aussi, elle engage inévitablement sa responsabilité sociale ; ce par quoi est fondé ce qu’il sait et ce pourquoi il doit ou non se retenir de le prescrire socialement. La critique en tant qu’un art du discernement est la seule amène de construire et l’éthique du penseur et le cadre cognitif dans lequel il évolue.
    Là se situe le paradoxe, les Malagasy les plus brillants que j’ai pu entendre adoptent encore l’attitude propre au crédule : l’application prescriptive et impulsive des connaissances acquises. En cela, ils ne dépassent guère le stade des apprentis et des étudiants ayant récemment décroché le graal, leur diplôme ; trop heureux d’avoir retranscrit sur leur copie les leçons nouvellement apprises par cœur, à force de les répéter tout au long de leur vie, ils finissent par en croire la teneur. Lors d’une conférence portant sur l’économie, à la question adressée à un intellectuel malgache « selon vous, pourquoi à l’inverse des autres pays africains, l’économie de Madagascar tarde à décoller ? » Après la logorrhée habituelle sur le développement durable, la globalisation économique et le « typiquement malgache », celui-ci trancha sur un ton de confidence que le « fort métissage et la multitude des races » composant la population y freinent le progrès économique. Par ailleurs, l’étude en l’occurrence concluait de façon intéressante à une « crise de confiance » ceignant les acteurs politiques et plus spécifiquement l’élite économique malgache mais notre trublion ne l’entendait pas de cette oreille. L’assistance était majoritairement européenne et universitaire. Un esprit saillant aurait pu y déceler une digression si l’on jugeait par le sujet traité mais personne ne trouva mot à redire. L’événement se déroulait à Paris : les chercheurs français actuels se permettent-ils de faire une lecture raciale de leur économie ? Laissons à chacun le soin de réfléchir à cette question car nous risquons à notre tour de nous y égarer.

    Aza mitratreva ry namako, réfléchis avant de parler mon cher ami, auraient pu lui conseiller les anciens. D’une part, la parole y était perçue comme une fonction pourvoyeuse de sagesse et de bienfaits sociaux et d’autre part, la réflexion en marquant une pause _ l’aspect pédagogique, la temporalité du savoir _ fut le véritable rempart à la bêtise. A la condition, bien sûr, qu’il y eût un accord tacite sur ce que chacun entendait par « bêtise ». Mais depuis, beaucoup d’eaux ont coulé sous le pont. Pire, le pont s’est écroulé et dans sa chute, il a entrainé toute une flopée de Malagasy n’ayant pour témoin que leur propre dérive. L’emprise qu’exerce cette culture (à) de la dérive sur l’ensemble de la population est si puissante que tout leur espoir se résume à la quête tragique du salut (l’ailleurs). Chez les intellectuels, la pensée salutaire _ un des visages de la magie _ vit en vase clos. En adoptant la stratégie d’évitement, en minimisant le rôle des rapports de force sociaux et internationaux, en refusant toute idée d’altérité, de briser les chaînes de l’Histoire, elle renforce et légitime le politiquement correct c’est-à-dire, ce qui convient d’être dit, admis, publié avec le quotient de la vérité scientifique (la rationalité, la structure, la barbarie et la civilisation, la tradition et la modernité etc.) sans qu’une voix puisse en contester le contenu et qu’une nouvelle alternative en soit proposée. Dès lors, cette posture les maintient dans le giron de la pensée dominante ; elle leur procure un confort dans l’environnement magique et les effets en sont les plus néfastes : la censure et à tous égards, l’autocensure. Chez le reste des Malagasy, le succès qu’affichent les religions du salut, le bannissement et ce, au nom du « pain quotidien » de toute considération intellectuelle du champ politique, la logique partisane contre les idées militantes, les propagandes salutaires des gourous, la personnalisation du destin national, le méli-mélo idéologique en sont les preuves flagrantes…

  • 30 novembre 2015 à 13:51 | Saint-Jo (#8511)

    Inutile de faire semblant de croire que tout chez nous va s’arranger dans les prochaines années.
    Car le mal est, non seulement généralisé, mais également très grave et très profond aussi.

    Mentir aux braves gens n’est certainement pas une bonne méthode pour atteindre un niveau de développement correct.

    De plus, quand soi-même est habitué à dire à longueur de temps des mensonges, alors soi-même risque aussi de finir par croire ses propres mensonges.
    Coué et sa méthode sont passés par là.

    Un pays de plus d’une vingtaine de millions d’habitants,
    dont largement plus de la moitié de citoyens (pour ne pas dire les trois-quarts) sont analphabètes,
    n’a aucune chance d’atteindre un niveau de développement correct dans les prochaines années.
    Soyons sérieux, voyons !

    Le chemin menant au développement passe d’abord,
    que nous le voulions ou pas,
    par l’atteinte d’un niveau moyen d’instruction valablement acceptable de notre peuple.

    Est-ce que vous croyez que nos gouvernants donnent matériellement à notre peuple tous les outils qu’il faut pour que nos citoyens atteignent ce niveau moyen d’instruction valablement acceptable ? Même dans les grandes villes ?
    Et dans nos campagnes, alors ?

    Pourtant, même le pouvoir colonial lui-même en son temps avait fait beaucoup d’efforts pour instruire les Indigènes (selon le jargon des colons de l’époque) .
    Même si, peut-être oui peut-être non, le pouvoir colonial avait-il appliqué cette politique d’instruction des Indigènes pour atteindre un but autre que celui que le Gasy moderne d’aujourd’hui aurait voulu.

    Il suffit d’ouvrir les yeux et d’avoir un esprit objectivement lucide.
    . Au cours d’une journée banale ou ordinaire, en ville ou à la campagne, rencontrez-vous plus de citoyens adultes suffisamment instruits, ou plutôt plus de citoyens adultes non instruits ?
    . Avez-vous remarqué, en ville ou à la campagne, plus d’enfants scolarisés ou plus d’enfants non scolarisés ?

    Et dernières remarques :
    . Croyez-vous que, dans le budget de l’Etat, le taux de ce qui est attribué au service chargé de ce qu’ils appellent « Education de Base » est à la mesure de la tâche que ce service a à accomplir ?
    . Combien d’écoles primaires pourrait-on pourvoir en matériel et en personnel compétent si l’argent qu’ « ils » dépensent pour aller et venir à l’Etranger (eux et leurs proches) était attribué au service chargé de l’Education de Base ? Sans compter l’argent dépensé pour massacrer des populations, accusées hors des tribunaux d’être des dahalo ?
    . Il est étonnant de constater que les anciens détenteurs du pouvoir colonial, eux, se rendaient moins souvent (pour ne pas dire rarement) en Métropole, comparativement à nos concitoyens qui dirigent aujourd’hui notre pays !
    Vraiment étonnant !

  • 1er décembre 2015 à 14:30 | vatomena (#7547)

    Le voyage du colon pour rejoindre la lointaine métropole c’était 20 à 30 jours en mer .Il réfléchissait longtemps avant de s"embarquer . Il payait de sa poche le voyage .Il en était autrement pour les fonctionnaires .Malgré une forte propagande en France la colonie n’arrivait pas à recruter suffisamment de personnel .C’est pourquoi des le début de la Colonisation on se dépecha d’ouvrir des écoles pour former un petit personnel administratif indispensable .Dans ces écoles on diffusa largement les principes d’égalité ,de fraternité ,de liberté . de patrie et de nation . Ces idées germèrent peu à peu et seront plus tard le terreau d’un nationalisme revendicateur .

    • 1er décembre 2015 à 15:05 | Saint-Jo (#8511) répond à vatomena

      Vous me faîtes rire .

      Même ici, à Madagascar, l’homme moderne actuel,
      à la différence de l’homme du temps de la colonisation,
      n’a pas besoin de se déplacer physiquement
      pour recevoir et échanger
      des info « on live » ,
      des renseignements « on live » ,
      des instructions « on live »
      ...

      Le numérique et l’explosion des différents moyens de communication ( surtout la vidéo-conférence ) y sont pour quelque chose.

      Je me demande,
      lorsque la téléportation existera
      et sera opérationnelle pour toutes les personnes qui auront suffisamment de moyens pour l’utiliser à volonté ...
      alors qui saura, à un instant précis donné, dans quels endroits précis au monde se seront fourrés les dirigeants gasy de ce temps à venir là ?

      ça va être coton !

  • 1er décembre 2015 à 16:56 | vatomena (#7547)

    Vous n’ignorez pas ,Saint Jo , que peu de malgaches sont entrés dans lère moderne !

    • 1er décembre 2015 à 21:04 | Saint-Jo (#8511) répond à vatomena

      Je ne parle pas des braves Gasy comme moi et que je rencontre tous les jours.

      Je parle de ces politiciens et de ces techniciens gasy qui vivent ici, à Madagascar, et qui ont presque tous suivi des études de très haut niveau en Europe ou en Amérique du Nord.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 169