Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 10 décembre 2016
Antananarivo | 09h40
 

Société

Lutte contre le blanchiment d’argent

Évaluation pour Madagascar au mois de décembre

mardi 8 septembre 2015 | Haingo

Les membres du bureau de la Samifin ou service de renseignement financier dirigé par Jean Claude Razaraniaina ont rencontré la presse hier 7 septembre dans son local sis au 67ha. Le DG Razaraniaina a expliqué l’appartenance de Madagascar à un groupe appelé « Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group (ESAAMLG) ou Groupe Anti-Blanchiment de l’Afrique Orientale et Australe (GABAOA). Il s’agit d’un groupe régional de lutte contre le blanchiment des capitaux et de lutte contre le financement du terrorisme pour l’Afrique Orientale et Australe. Madagascar fait partie de ce groupe depuis quelques années selon l’explication du DG du Samifin. Etant donné que les pays membres doivent faire l’objet d’une évaluation périodique par un comité constitué des autres pays membres désignés lors d’une réunion du « task force », l’évaluation pour Madagascar se fera au mois de décembre de cette année.

Jusqu’ici le Samifin ne détient pas encore des preuves concrètes et probantes pour les différents dossiers qu’il traite sur ce sujet. De ce fait, quelques membres du Comesa arrivent ce jour dans le pays pour aider dans la manière de traiter ces dossiers et afin de réussir les travaux de lutte contre le blanchiment d’argent en général, notamment celui qui touche la piraterie maritime. Un dossier concernant ce dernier est en cours d’enquête, selon toujours le directeur général.

Les équipes du Samifin bénéficieront donc des formations de renforcement de capacité par la Comesa. L’objectif est d’évaluer l’engagement de chaque pays à se conformer aux normes du groupe d’actions financières ou GAFI et à appliquer les bonnes pratiques en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et de lutte contre le financement du terrorisme. Pour y parvenir, il nécessite de l’arsenal juridique des pays membres aux normes internationales en cette matière. Madagascar possède la loi 2004-020 du 19 Aout 2004 et celle du 28 mai 2014 qui est la loi 2014-005. L’adhésion au sein du ESAAMLG est une opportunité pour pouvoir gagner la confiance des investisseurs selon le directeur du Samifin. Il s’agit, en d’autres termes d’une image de la bonne gouvernance financière d’un pays ; ce qui aura pour conséquence d’attirer les investisseurs internationaux.
La présence de représentants du Fonds monétaire international et la Banque mondiale en tant qu’observateurs dans ce groupe confirme davantage cette opportunité. Cette évaluation conditionne également l’engagement de ces deux institutions dans leur contribution de financement. Notons que l’ESAAMLG a été crée en 1999 à Arusha en Tanzanie. Il compte actuellement 17 pays membres dont Madagascar qui y siège aussi en observateur. Il est composé de trois organes à savoir le conseil des ministres composé d’un représentant pour chaque pays membre et le groupe d’action des représentants officiels des pays membres ainsi que le secrétariat exécutif.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 354